La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"La Guerre des salamandres", une satire qui fait apparaître l'espèce humaine dans la nudité d'une de ses vérités.

"La Guerre des salamandres", La Maison des Métallos, Paris

Dans "la Guerre des salamandres" du tchèque Karel Čapek, les hommes habitants terrestres de la Terre rencontrent des sauriens occupants de la mer, des salamandres douées d'intelligence. Les hommes sont plongés dans la jouissance d'un monde qu'ils vivent comme un spectacle et un divertissement fournisseurs de richesses.



© Jean-Christophe Bardot.
© Jean-Christophe Bardot.
Les salamandres dociles au plus proche des huîtres perlières sont exploitées et mises au labeur forcé. Robotisés*. Mais les salamandres apprennent vite les méthodes de leurs exploiteurs et avancent silencieusement dans la civilisation, se lancent irrésistiblement à la conquête des continents qu'elles finissent par recouvrir. La planète Terre est devenue leur, la planète Mer.

La fable est transparente. Écrite en 1936, elle met à nu les relations de domination et la toute-puissance présentes dans l'état du monde sous la montée du nazisme. Anticipant également les problèmes écologiques la pièce avance comme un conte presque enfantin, avance dans l'Histoire. Sans heurts, elle devient un récit dans lequel la rage et le rire se mêlent. "La Guerre des salamandres" est une satire qui fait apparaître l'espèce humaine dans la nudité d'une de ses vérités.

Les petits sauriens verts qui hantent les rivages dans la proposition théâtrale de Robin Renucci ne sont jamais montrés. Le metteur en scène suscite leur présence par quelques bruitages et reflets marionnettiques. Mais s'appuyant sur le texte, dans la manière scénique, il guide le spectateur jusque dans les coulisses de l'œuvre et de la représentation. Il accompagne le développement du texte en jouant avec les chromos, les archétypes des années folles, avec le début du journalisme, de la publicité, de la photo, du cinéma, les images des vedettes et financiers oisifs sur leurs yachts…

© Jean-Christophe Bardot.
© Jean-Christophe Bardot.
Et subtilement par les moyens de ce théâtre ostensiblement simple il avance dans la complexité du propos et conduit l'histoire au temps présent. Les citations historiques, la machine théâtrale, le jeu mais aussi le sujet même de la pièce, se fondent dans une mémoire commune, prend une allure prémonitoire.

En ces temps de crise climatique, les résonances avec le monde contemporain sont du coup saisissantes.

Le spectateur s'immerge ainsi dans une fiction, entre en réflexion, s'amuse, se divertit, apprend, comprend. Dans cette proposition, la pièce de théâtre se met en scène. Le théâtre est comme une conscience de soi, intime.

Et le spectateur ressent la possibilité d'une fragilité, d'une inquiétude, la probabilité d'une fin d'un monde qui se dessine et se discerne.

Il comprend qu'une certaine idée d'un progrès continu est révolue. Et qu'il faut penser et agir autrement l'usage des ressources que l'on ne peut plus présupposer comme infinies. Les écolocoptères, les croisiéristes de l'extrême, les jouisseurs de l'ultime qui croient que la Terre n'est qu'un terrain de jeu n'ont qu'à bien se tenir.

* Le mot robot a été créé par les frères Karel et Joseph Čapek dans une autre pièce de théâtre, "R U R". Le mot renvoie à l'état d'êtres vivants assumant le labeur que d'autres ne veulent pas effectuer plutôt qu'à des automates, des artefacts.
L'usage du mot robot préféré à celui d'outil ou de machine révèle un rêve d'asservissement, d'exploitation… "La Guerre des salamandres" illustre parfaitement le point de vue.

"La Guerre des salamandres"

© Jean-Christophe Bardot.
© Jean-Christophe Bardot.
Texte : Karel Čapek.
Mise en scène : Robin Renucci, assisté de Karine Assathiany.
Adaptation : Évelyne Loew, à partir de la précieuse traduction de Claudia Ancelot (1925-1997) parue aux éditions La Baconnière.
Avec : Judith d’Aleazzo, Henri Payet en alternance avec Gilbert Epron, Solenn Goix, Julien Leonelli, Sylvain Méallet, Julien Renon, Chani Sabaty.
Scénographie : Samuel Poncet.
Objets, accessoires animés : Gilbert Epron.
Lumière : Julie-Lola Lanteri-Cravet.
Images : Philippe Montémont et Samuel Poncet.
Conception son et vidéo : Philippe Montémont.
Costumes et perruques : Jean-Bernard Scotto, assisté de Cécilia Delestre et Judith Scotto.
Bruitages : Judith Guittier.
Coach vocal et linguistique : Irène Kudela.
Production Tréteaux de France - Centre dramatique national.
Durée : 1 h 40.
À partir de 10 ans.

Du 17 au 28 octobre 2018
Mardi, mercredi, vendredi à 20 h, jeudi, samedi à 19 h et dimanche à 16 h.
Maison des Métallos, Paris 11e, 01 48 05 88 27.
>> maisondesmetallos.paris

Jean Grapin
Lundi 22 Octobre 2018

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives



Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.


PUB


    Aucun événement à cette date.
Publicité



À découvrir

"Barbara amoureuse"… Ah qu'il est doux le temps des amours

Caroline Montier chante "Barbara amoureuse", Essaïon Théâtre, Paris

Chanter l'amour comme une femme, chanter l'amour de toutes les femmes, et interpréter celle qui sut tant aimer les hommes ainsi que son public. Dans une belle et élégante simplicité, Caroline Montier nous offre quelques joyaux mélodiques et poétiques de la grande Barbara, éternelle amoureuse.

Parti-pris judicieux, Caroline Montier a puisé dans le répertoire de jeunesse de la dame en noir, époque L’Écluse, Bobino (en première partie de Félix Marten en 61 et de Brassens en 64, puis en vedette en 65), et des premiers Olympia… Période Barbara jeune, tendre, passionnée ou orageuse amante. Une femme qui, à ses débuts, fut tout aussi timide et réservée que mutine et fougueuse, aimant tant l'amour que les hommes qui souvent l'ont comblée.

De titres connus ("Dis, quand reviendras-tu", 1ère version 1962 ou "La Solitude", 1965) à ceux qui le sont moins ("Pierre", 1964 ou "Gare de Lyon", 1964), Caroline Montier a construit un récital sur ces aventures qui ont jalonné sa vie, mais ici avec un choix de chansons enregistrées par Barbara entre 1962 et 1968, avec une prédilection pour des compositions de 64 ("Toi l'homme", "Je ne sais pas dire", "Septembre"…) ou de 68 ("Du bout des lèvres", "Amoureuse", "Le Testament", "Tu sais"…).

Dans cette exploration originale, Caroline Montier fait le choix d'aller croquer un rayon de soleil dans les amours de Barbara, apportant, avec subtilité et talent, une touche de grâce à l'ensemble.

Gil Chauveau
12/12/2018
Spectacle à la Une

"Adieu Monsieur Haffmann"… Rire et émotions mêlés dans une pièce toute en délicatesse… comme une sonate des cœurs purs

Reprise de la pièce aux quatre "Molière 2018", Théâtre Rive Gauche, Paris

La pièce est dessinée en traits purs, comme une esquisse, une encre fine qui laisse autant de place à l'imaginaire dans les espaces laissés vides que dans les tracés. Une sorte de stylisation mêlée à une extrême pudeur pour permettre à cette histoire de briller malgré la noirceur de l'époque où elle se déroule.

1942, les nazis instaurent le port obligatoire de l'étoile jaune pour les Juifs, monsieur Haffmann décide de se cacher dans la cave de sa bijouterie et d'en confier la direction (ainsi que sa propre sécurité) à son employé goy Pierre Vigneau.

Le décor sobre de Caroline Mexme, tout en déclinaisons de gris, sert de fond à cette époque aux couleurs vert-de-gris. D'un côté la cave où se cache Joseph Haffmann, de l'autre l'appartement à l'étage où s'installent Pierre et sa femme, jeune couple en attente d'un enfant qui ne vient pas. Dehors, les persécutions contre les Juifs s'intensifient, dénonciations, expropriations, et puis la rafle du Vél d'Hiv…

C'est dans ce huis clos que va se dérouler la pièce. Une vie à trois qui s'organise sur la base d'un double contrat : donnant-donnant. L'employé-modèle accepte de cacher son patron et de diriger la boutique à condition que celui-ci veuille bien tenter de mettre enceinte sa femme - car lui-même est stérile et monsieur Haffmann si fertile que sa descendance est déjà au nombre de quatre. Contrat aux allures diaboliques dans une époque où l'intégrité est soumise à toutes sortes de tentations, où toutes les trahisons sont possibles.

Bruno Fougniès
09/10/2018
Sortie à la Une

"Crocodiles"… Comme l'histoire d'un d'Ulysse, épuisé, recueilli par Nausicaa

"Crocodiles", en tournée 2018/2019

C'était, il y a, une fois. Un petit garçon qui aimait les étoiles et les arbres fruitiers. Enaiat est son nom. Sa mère, parce qu'elle l'aimait, l'a confié au destin, en l'abandonnant au-delà de la frontière alors qu'il approchait de ses dix ans.

C'est qu'à dix ans, là-bas en Afghanistan, on devient un homme et qu'un homme, quand il est hazāra, quand il appartient à une ethnie persécutée, ne va pas à l'école. Il est esclave. Pendant cinq ans, peut-être, il va avancer vers l'Ouest, de nuit. Se cachant, travaillant le jour, amassant un pécule, des rencontres et des chances.

Afghanistan, Pakistan, Iran, Turquie, Grèce, jusqu'à cette Italie joyeuse et merveilleuse qui l'accueille et recueille son récit.

Cendre Chassane dans "Crocodiles" condense le récit du véritable Enaiat (publié en 2011 chez Liana Levi), et en fait un conte à deux voix dans lequel un écrivain journaliste plein d'empathie interviewe le réfugié.

Sa pièce est un concentré de théâtre. Sa simplicité narrative, l'économie de ses accessoires (un bout de ficelle, un cerf-volant, un ballon, un t-shirt, un livre illustré, un gâteau, un lé de tissu métallisé, des images d'infini de sable ou de ciel) suffisent à capter l'imaginaire et rendent l'histoire lisible et sensible.

Jean Grapin
23/04/2018