La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"La Fin de l'homme rouge" Une mise à nu rigoureuse, lisible et… terriblement vivante

Le règne de l'empire soviétique aura duré soixante-dix ans. Pour un de ces empires bâtis pour l'éternité et qui disparaissent brutalement, c'est à la fois peu et déjà beaucoup. Assez longtemps, pour qu'à l'instant de leur chute, les contemporains restent abasourdis et certains étonnamment nostalgiques.



© Nicolas Martinez.
© Nicolas Martinez.
Avec "La fin de l'homme rouge" d'Emmanuel Meirieu, tiré de l'œuvre éponyme de Svetlana Alexievitch, sont réunis sur le plateau d'anciens bénéficiaires ou victimes d'un système censé recréer le paradis et, dans une phase transitoire, rejeter tous ceux qui le refuse.

La fin de l'homme rouge… Ou une succession de prises de paroles, soliloques passionnés et alternés. Où se concentre dans le corps des personnages l'ultime énergie avant le silence qui suit le jugement de l'Histoire. Témoignages intenses, poignants de femmes et d'hommes, d'enfants et de vieillards avec leurs drames, leurs bonheurs, leurs hasards, leurs dénis.

Autant de récits individuels et séparés. De la mère désemparée devant le suicide de son fils de quinze ans au discours convaincu du pionnier de la révolution de 1920, du mariage évité avec la fille du tortionnaire, des retrouvailles de l'enfant du Goulag et de la cheffe du camp, de l'initiation à l'assassinat politique au soldat oublié d'Afghanistan ou de Tchétchénie ou l'agonie du pompier de Tchernobyl. Édifiants, inquiétants… Et de manière toute progressive sublimes.

© Nicolas Martinez.
© Nicolas Martinez.
De l'enquête serrée de Svetlana Alexievitch se décrypte pour le spectateur une certaine manière de vivre (образ жизни) qui répartit les biens matériels, développe le sens du partage mais aussi celui du sacrifice glorifiant le héros, la guerre patriotique, le drapeau rouge, la culture, l'alcool et… la mise à l'écart (et la punition) des opposants. Un état de société "naturel" ou la propagande a toute sa place. Préparer l'avènement du communisme en établissant le stade soviétique (советский ) par l'épopée et sa vérité vraie (правда)…

Aucun ne peut de son passé faire table rase, ne peut accepter de disparaître, pas plus qu'il ne peut accepter la réalité qui s'est imposée à eux. Le récit est sans concessions pour ces femmes et ces hommes enfermés dans un rêve qui a constitué leur vie. Dans sa simplicité, chaque témoignage, porté à chaque fois par un seul interprète, se révèle intime, réaliste, cru et cruel. Tous les acteurs retiennent leurs effets et leur parole. La puissance dramatique est intense et superbe. Et dans cette succession, le spectateur assiste à la mise à nu de tout le système. Les témoignages de l'incompréhensible. À appréhender comme l'avers et le revers de la médaille.

© Nicolas Martinez.
© Nicolas Martinez.
Le théâtre mis en oeuvre par Emmanuel Meirieu est simple, rigoureux et fluent. Lisible et beau donc. Ainsi, deux scènes se lisent, elles, de manière inversée. En miroir. À l'ancien garde des camps, héros des basses besognes, assassin inconscient et alcoolique, est opposé l'épouse aimante veillant son amour irradié, sacrifié, ulcéré de toutes parts. Une descente aux enfers, une montée au paradis. Deux manières de considérer la vie et la condition humaine. De rejet ou d'amour.

Dans sa traversée, le spectacle dépasse le seul cas de l'union soviétique et de la critique d'un système. Par ces incarnations croisées monte un récit sombre qui relie les fils invisibles, et puise dans la souffrance, les peurs et les pulsions, les forces de la vie et la force des illusions.

Celle d'une Russie, bien sûr. Celle de Pouchkine, de Tolstoï ou de Tchekhov. Dans laquelle, au bout du compte (du conte rouge), se sont reconnus d'une manière ou d'une autre tous les citoyens soviétiques. La paix, la guerre, le suicide, l'horreur, la survie, la rédemption.

© Nicolas Martinez.
© Nicolas Martinez.
Mais, au-delà… Le spectateur qui, depuis 1989, a vu d'autres chutes de mythes au sein même du capitalisme s'interroge, comme ce spectacle l'y encourage, en tant qu'être humain, membre d'une société, sur son adaptabilité aux bobards, fake news, mensonges et complots, propagande et formatage qui fondent une vie "naturelle" et "heureuse".

Le spectacle fait battre le cœur de cet être vivant que l'on appelle l'Homme et qui s'ingénie à enlever l'homme de l'Homme et le réduire à néant. Ou bien, au contraire, de trouver l'Homme au point sublime de la vie de l'homme. Le théâtre ainsi conçu ? C'est une expérience de catharsis réussie. Et une source d'ovation.

"La Fin de l'homme rouge"

© Nicolas Martinez.
© Nicolas Martinez.
D'après le roman de Svetlana Alexievitch, Prix Nobel de Littérature 2015.
Mise en scène et adaptation : Emmanuel Meirieu.
Traduction : Sophie Benech.
Avec : Stéphane Balmino, Evelyne Didi, Xavier Gallais, Anouk Grinberg, Jérôme Kircher, Maud Wyler, André Wilms, et la voix de Catherine Hiegel.
Musique : Raphaël Chambouvet.
Costumes : Moïra Douguet.
Lumières, décor, vidéo : Seymour Laval et Emmanuel Meirieu.
Son : Félix Muhlenbach et Raphaël Guenot.
Maquillage : Roxane Bruneton.
Par La compagnie Bloc Opératoire.
Durée : 1 h 50.

Du 12 septembre au 2 octobre 2019.
Du mardi au samedi à 21 h.
Théâtre des Bouffes du Nord, Paris 10e, 01 46 07 34 50.
>> bouffesdunord.com

© Nicolas Martinez.
© Nicolas Martinez.

Jean Grapin
Mercredi 18 Septembre 2019

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022




Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

Les modèles des artistes sont-elles vraiment des modèles de vie ? À en croire ces "Muses", non, et tant mieux !

La racine étymologique de musée est "temple des Muses", du nom de ces neuf déesses qui président aux arts. Ici, elles ne sont que quatre (mais neuf en alternance, tiens ? Hasard…) et l'histoire qu'elles incarnent se déroule effectivement dans un musée après la fermeture, dans la torpeur de la nuit. Dans ce spectacle très vivant, incarner est le verbe idéal pour définir ces créations de personnages, puisque ceux-ci ne sont faits, au tout début, que des figures faites de pigments, de colle, de toiles et de cire.

© Xavier Cantat.
Des figures suspendues dans leurs cadres et posées sur un socle qui sont des chefs-d'œuvre : la "Joconde" de Léonard de Vinci, la "Naissance de Vénus" de Botticelli, la "Petite danseuse" de Degas et le "Diptyque Marilyn" d'Andy Warhol… Magie du théâtre, lorsque le dernier visiteur sort, suivi par le dernier gardien, ces muses renaissent, reprennent vie, voix et chair. Alors commence une longue nuit qui va révéler les caractères surprenants, parfois volcaniques et débordants de ces personnages si sages le jour.

Besoin de se dérouiller un peu les jambes, de se plaindre de la cohue qu'elles subissent tous les jours, de se rappeler des souvenirs "d'enfance" ou de se réchauffer les nerfs aux rivalités les plus classiques, rivalités de notoriété, de séduction ou d'âge, car ces quatre figures font bien partie des représentations de l'idéal féminin en compétition, telle sera la course qu'elles mènent avec fougue et sensualité.

L'idée de départ aurait pu devenir banale et vaine sans l'inventivité que les autrices, les interprètes et le metteur en scène ont déployé. Le texte de Claire Couture et Mathilde Le Quellec ancre résolument son ton dans la fantaisie, le jeu de répliques et l'humour. Les deux autrices ont laissé libre cours à leur imaginaire en gardant un point de vue moderne. Elles dessinent des tempéraments rugueux, explosifs et inattendus, qui tranchent avec les idées convenues que l'on forme face à ces représentations idéalisées de la femme : ce que cache le visage, l'apparence, l'esthétique.

Bruno Fougniès
18/10/2022
Spectacle à la Une

"Huis clos" Sommes-nous acteurs de notre destin ou de simples marionnettes ?

Garcin, Inès et Estelle, un homme et deux femmes, se retrouvent enfermé(es) dans un salon où la lumière ne s'éteint pas et duquel il est impossible de sortir. Ils comprennent qu'ils se trouvent en Enfer et se racontent leurs histoires. Ainsi se noueront entre eux des relations complexes qui ne se révèleront pas toujours réciproques.

© Anthony Dausseur.
Est-ce bien raisonnable de retourner assister à une énième représentation de "Huis clos", ce texte incontournable du théâtre français écrit, fin 1943 - début 1944, par le célèbre philosophe Jean-Paul Sartre ? Une de ses plus belles œuvres et aussi une des plus jouées.
Quand on aime, on ne compte pas, semble-t-il.

Au Laurette Théâtre, une petite salle intimiste de quartier, se joue une nouvelle version de cette célèbre pièce, interprétée par deux comédiennes et un comédien attachant(es) et investi(es) : Sebastian Barrio, Karine Battaglia et Laurence Meini.

La proximité du public avec la scène et, de ce fait, le contact très proche avec les personnages renforcent très largement la thématique de la pièce. Rares ont été les fois où cette sensation d'enfermement a pu nous envahir autant, indépendamment des relations tendues qui se tissent progressivement entre les personnages et qui de ce fait sont décuplées.

Brigitte Corrigou
24/10/2022
Spectacle à la Une

"Deux mains, la liberté" Un huis clos intense qui nous plonge aux sources du mal

Le mal s'appelle Heinrich Himmler, chef des SS et de la Gestapo, organisateur des camps de concentration du Troisième Reich, très proche d'Hitler depuis le tout début de l'ascension de ce dernier, près de vingt ans avant la Deuxième Guerre mondiale. Himmler ressemble par son physique et sa pensée à un petit, banal, médiocre fonctionnaire.

© Christel Billault.
Ordonné, pratique, méthodique, il organise l'extermination des marginaux et des Juifs comme un gestionnaire. Point. Il aurait été, comme son sous-fifre Adolf Eichmann, le type même décrit par Hannah Arendt comme étant la "banalité du mal". Mais Himmler échappa à son procès en se donnant la mort. Parfois, rien n'est plus monstrueux que la banalité, l'ordre, la médiocrité.

Malgré la pâleur de leur personnalité, les noms de ces âmes de fonctionnaires sont gravés dans notre mémoire collective comme l'incarnation du Mal et de l'inimaginable, quand d'autres noms - dont les actes furent éblouissants d'humanité - restent dans l'ombre. Parmi eux, Oskar Schindler et sa liste ont été sauvés de l'oubli grâce au film de Steven Spielberg, mais également par la distinction qui lui a été faite d'être reconnu "Juste parmi les nations". D'autres n'ont eu aucune de ces deux chances. Ainsi, le héros de cette pièce, Félix Kersten, oublié.

Joseph Kessel lui consacra pourtant un livre, "Les Mains du miracle", et, aujourd'hui, Antoine Nouel, l'auteur de la pièce, l'incarne dans la pièce qu'il a également mise en scène. C'est un investissement total que ce comédien a mis dans ce projet pour sortir des nimbes le visage étonnant de ce personnage de l'Histoire qui, par son action, a fait libérer près de 100 000 victimes du régime nazi. Des chiffres qui font tourner la tête, mais il est le résultat d'une volonté patiente qui, durant des années, négocia la vie contre le don.

Bruno Fougniès
20/09/2022