La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"La Fin de l'homme rouge" Une mise à nu rigoureuse, lisible et… terriblement vivante

Le règne de l'empire soviétique aura duré soixante-dix ans. Pour un de ces empires bâtis pour l'éternité et qui disparaissent brutalement, c'est à la fois peu et déjà beaucoup. Assez longtemps, pour qu'à l'instant de leur chute, les contemporains restent abasourdis et certains étonnamment nostalgiques.



© Nicolas Martinez.
© Nicolas Martinez.
Avec "La fin de l'homme rouge" d'Emmanuel Meirieu, tiré de l'œuvre éponyme de Svetlana Alexievitch, sont réunis sur le plateau d'anciens bénéficiaires ou victimes d'un système censé recréer le paradis et, dans une phase transitoire, rejeter tous ceux qui le refuse.

La fin de l'homme rouge… Ou une succession de prises de paroles, soliloques passionnés et alternés. Où se concentre dans le corps des personnages l'ultime énergie avant le silence qui suit le jugement de l'Histoire. Témoignages intenses, poignants de femmes et d'hommes, d'enfants et de vieillards avec leurs drames, leurs bonheurs, leurs hasards, leurs dénis.

Autant de récits individuels et séparés. De la mère désemparée devant le suicide de son fils de quinze ans au discours convaincu du pionnier de la révolution de 1920, du mariage évité avec la fille du tortionnaire, des retrouvailles de l'enfant du Goulag et de la cheffe du camp, de l'initiation à l'assassinat politique au soldat oublié d'Afghanistan ou de Tchétchénie ou l'agonie du pompier de Tchernobyl. Édifiants, inquiétants… Et de manière toute progressive sublimes.

© Nicolas Martinez.
© Nicolas Martinez.
De l'enquête serrée de Svetlana Alexievitch se décrypte pour le spectateur une certaine manière de vivre (образ жизни) qui répartit les biens matériels, développe le sens du partage mais aussi celui du sacrifice glorifiant le héros, la guerre patriotique, le drapeau rouge, la culture, l'alcool et… la mise à l'écart (et la punition) des opposants. Un état de société "naturel" ou la propagande a toute sa place. Préparer l'avènement du communisme en établissant le stade soviétique (советский ) par l'épopée et sa vérité vraie (правда)…

Aucun ne peut de son passé faire table rase, ne peut accepter de disparaître, pas plus qu'il ne peut accepter la réalité qui s'est imposée à eux. Le récit est sans concessions pour ces femmes et ces hommes enfermés dans un rêve qui a constitué leur vie. Dans sa simplicité, chaque témoignage, porté à chaque fois par un seul interprète, se révèle intime, réaliste, cru et cruel. Tous les acteurs retiennent leurs effets et leur parole. La puissance dramatique est intense et superbe. Et dans cette succession, le spectateur assiste à la mise à nu de tout le système. Les témoignages de l'incompréhensible. À appréhender comme l'avers et le revers de la médaille.

© Nicolas Martinez.
© Nicolas Martinez.
Le théâtre mis en oeuvre par Emmanuel Meirieu est simple, rigoureux et fluent. Lisible et beau donc. Ainsi, deux scènes se lisent, elles, de manière inversée. En miroir. À l'ancien garde des camps, héros des basses besognes, assassin inconscient et alcoolique, est opposé l'épouse aimante veillant son amour irradié, sacrifié, ulcéré de toutes parts. Une descente aux enfers, une montée au paradis. Deux manières de considérer la vie et la condition humaine. De rejet ou d'amour.

Dans sa traversée, le spectacle dépasse le seul cas de l'union soviétique et de la critique d'un système. Par ces incarnations croisées monte un récit sombre qui relie les fils invisibles, et puise dans la souffrance, les peurs et les pulsions, les forces de la vie et la force des illusions.

Celle d'une Russie, bien sûr. Celle de Pouchkine, de Tolstoï ou de Tchekhov. Dans laquelle, au bout du compte (du conte rouge), se sont reconnus d'une manière ou d'une autre tous les citoyens soviétiques. La paix, la guerre, le suicide, l'horreur, la survie, la rédemption.

© Nicolas Martinez.
© Nicolas Martinez.
Mais, au-delà… Le spectateur qui, depuis 1989, a vu d'autres chutes de mythes au sein même du capitalisme s'interroge, comme ce spectacle l'y encourage, en tant qu'être humain, membre d'une société, sur son adaptabilité aux bobards, fake news, mensonges et complots, propagande et formatage qui fondent une vie "naturelle" et "heureuse".

Le spectacle fait battre le cœur de cet être vivant que l'on appelle l'Homme et qui s'ingénie à enlever l'homme de l'Homme et le réduire à néant. Ou bien, au contraire, de trouver l'Homme au point sublime de la vie de l'homme. Le théâtre ainsi conçu ? C'est une expérience de catharsis réussie. Et une source d'ovation.

"La Fin de l'homme rouge"

© Nicolas Martinez.
© Nicolas Martinez.
D'après le roman de Svetlana Alexievitch, Prix Nobel de Littérature 2015.
Mise en scène et adaptation : Emmanuel Meirieu.
Traduction : Sophie Benech.
Avec : Stéphane Balmino, Evelyne Didi, Xavier Gallais, Anouk Grinberg, Jérôme Kircher, Maud Wyler, André Wilms, et la voix de Catherine Hiegel.
Musique : Raphaël Chambouvet.
Costumes : Moïra Douguet.
Lumières, décor, vidéo : Seymour Laval et Emmanuel Meirieu.
Son : Félix Muhlenbach et Raphaël Guenot.
Maquillage : Roxane Bruneton.
Par La compagnie Bloc Opératoire.
Durée : 1 h 50.

Du 12 septembre au 2 octobre 2019.
Du mardi au samedi à 21 h.
Théâtre des Bouffes du Nord, Paris 10e, 01 46 07 34 50.
>> bouffesdunord.com

© Nicolas Martinez.
© Nicolas Martinez.

Jean Grapin
Mercredi 18 Septembre 2019

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




    Aucun événement à cette date.
Vidéos les plus récentes



À découvrir

"Les femmes de la maison" L'épopée des luttes féminines sous le prisme d'une maison très spéciale

Voici la dernière pièce de Pauline Sales (écriture et mise en scène) qui a été présentée au Théâtre Paul Scarron du Mans devant un public professionnel restreint. Un privilège que d'assister à cette histoire que l'on sent chevillée au corps de sa créatrice. Il y est question de femmes artistes. Question également des femmes non artistes. Question de la liberté que les femmes ont peu à peu conquis depuis bientôt un siècle. Arrachant bribe après bribe le droit d'agir, de s'exprimer, le droit sur leur corps, leur sexualité, leurs choix. Et trouver enfin la puissance pour se détacher du diktat masculin si bien bétonné.

© Jean-Louis Fernandez.
L'histoire des "femmes de la maison" commence dans les années cinquante et se termine de nos jours. Elle va mettre en jeu une dizaine de personnages féminins sur trois périodes symboliques : les années cinquante, les années soixante-dix et 2022. Pour cela, Pauline Sales invente une maison qui sera le moyen de traverser le temps et l'espace. Cette maison est celle de Joris, un amoureux, par ailleurs cinéaste militant contre les méfaits des guerres. Il achète cette maison par amour pour une photographe, l'amour s'en va, il ne sait qu'en faire, alors il la prête à des artistes. Le hasard veut au départ que ce ne soit que des femmes - peintres, poètes, sculptrices… et cela se transforme en règle : seules des femmes artistes pourront venir un temps pour créer ici.

Première période, maison fermée entourée de bois. C'est l'après-guerre et l'artiste que Joris installe dans la maison dessine. Dessine en mode combat contre elle-même. Contre la pensée que chez elle, son mari, sa fille sont là comme une destinée de femme au foyer qu'elle refuse. Combat contre le mal que cela peut faire.

Bruno Fougniès
25/08/2021
Spectacle à la Une

"Marilyn Inside" Dévoiler Marilyn pour tenter de retrouver l'intimité secrète de Norma Jean

Qui était-elle, réellement ? Être dual, aux structures intimes complexes, celles d'une âme en quête de sérénité, de sincérité. D'un côté Marilyn, sex-symbol fabriqué par le cinéma hollywoodien des années cinquante, ou Norma Jeane, femme-enfant à la vie chaotique, ballotée entre une mère atteinte de troubles psychologiques graves et les placements dans de multiples familles d'accueil. Confrontation ou rencontre imaginaire entre ces deux fantômes, souvenirs de ces deux réalités successives, tentative de traversée du miroir, c'est ce que nous propose l'étonnant et réussi "Marylin Inside".

© Clarisse Bianco.
Incarnation féminine idéalisée jusqu'à en devenir une icône planétaire, tempête sensuelle à la robe blanche virevoltante, blonde écervelée à la jeunesse intemporelle… Elle fut tout cela tout en restant une femme mystérieuse, secrète que seules la captation de regards fugaces, la perception de fragiles coups d'œil éphémères laissaient deviner. Actrice quasi vénérée malgré ses extravagances conjugales, ses dépressions et, parfois, ses excès de consommation d'alcool et/ou de médicaments, elle était à la fois saisissante et insaisissable.

L'auteure, Céline Barcaroli, nous propose une traversée intérieure dans la dualité d'une femme publique où se confronte et se rencontre les deux faces de celle qui bouleversa à jamais la représentation cinématographique féminine - registre "blonde incendiaire" - tout en exposant involontairement, puis volontairement, ce que peuvent être les fragilités et les failles d'un être sublimé. Son propos, fondé sur du réel, nous emporte dans le fictionnel pour effleurer, parfois approcher, ce qu'ont pu être les mystères, les fêlures indicibles, les tourments naissant d'une continuelle et insatiable quête d'amour.

Gil Chauveau
01/10/2021
Spectacle à la Une

"L'âne et la carotte"… Siège de chaises !

Dans un spectacle qui mêle l'humour à la réflexion, Lucho Smit se livre à une série de numéros circassiens où, autour d'un récit, l'artiste raconte ses doutes, sa vision du monde et celle du cirque.

© František Ortmann - Letní Letná.
L'un des nombreux attraits du nouveau cirque, nommé aussi cirque contemporain, est sa capacité à surprendre et à faire découvrir aux spectateurs des arts de la scène aussi différents que du théâtre, de la chanson et/ou de la musique en plus des acrobaties. Le décor est aussi très important. Dans "L'âne & la carotte", le plateau découvre une colonne de chaises, ce dernier élément étant la matrice même de la scénographie. Ionesco aurait pu se retrouver dans celle-ci où leur amoncellement tient lieu d'œuvres de construction.

Lucho Smit tient l'équilibre pour un art, mais aussi pour une compagne du déséquilibre, les deux sont sœurs d'armes à chaque instant dans sa création. Cela démarre en trombe dans une course sur des chaises où celles-ci s'écroulent bien que l'artiste finisse assis sur la dernière de la rangée. Ce pourrait être le résumé de la représentation. Tout est en équilibre au travers des déséquilibres et s'il ne devait en restait qu'un, ce serait une et elle aurait quatre pieds et un dossier.

La voix off de Lucho Smit accompagne le spectacle pour raconter ses états d'âme, sa vision du monde et du cirque. On peut aimer cette narration comme en être agacé. J'ai eu les deux sentiments, agacé au début puis intéressé par le récit à la fin avec quelques longueurs toutefois. Les choses sont dites avec humour, même si ce n'est pas là où il excelle le plus, l'acrobatie du trait d'esprit n'étant pas celui du corps.

Safidin Alouache
05/10/2021