La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Là"… Énigmatique et puissant !

Pour "Là", premier volet de leur dyptique "Là, sur la falaise", Camille Decourtye et Blaï Mateu Trias, accompagnés d'un corbeau-pie, font découvrir un univers étrange et captivant dans une création d'une grande originalité où les murmures et les sons se marient aux chants lyriques et à la musique. De même, le temps, dans chacun de ses instants, et le silence se lient pour mettre en exergue la finitude des êtres.



© Francois Passerini.
© Francois Passerini.
Lumière sur les planches avec trois murs disposés côtés cour et jardin et en arrière-scène. Ils sont recouverts d'un voile blanc. Un poing sort de celui situé côté cour. Puis un membre, ensuite le corps entier d'un homme (Blaï Mateu Trias) dans son costume sombre tacheté de blanc. Il tombe à la renverse. Plus loin, du même mur et dans une autre fissure, une touffe apparaît, puis une masse de cheveux qui s'agite, prend forme pour faire apparaître une tête. Une femme (Camille Decourtye) en sort à la bascule. Ces entrées montrent une perception de l'espace qui est tout sauf naturelle. C'est par une violence exercée, comme s'ils étaient enfermés, que nos protagonistes arrivent. D'où viennent-ils ? Ont-ils choisi ce lieu ? Il semble le découvrir.

Durant tout le spectacle, l'équilibre est recherché. Car tout n'est que déséquilibre pour atteindre un état stable à la fin. Chacun se cherche pour se trouver et créer un lien avec son alter ego. Seul le corbeau-pie paraît être, paradoxalement, dans son élément. Il traverse, au début, la scène de long en large et, avec son long bec, déchiquète le bout de papier avec lequel l'homme souhaitait s'exprimer. L'animal prend ainsi l'ascendant sur l'humain.

© Francois Passerini.
© Francois Passerini.
Rien que le corbeau-pie crée déjà une ambiance, celle d'une surprise, d'un comique de situation et d'un rapport à l'environnement, pour le volatile, énigmatique. À l'image de celui des interprètes. L'univers est particulier, presque étrange avec ses sons et ses présences. Nous sommes dans l'instant où le moindre souffle, sourire, gêne, propos, balbutiement, attitude font événements et prennent une résonance particulière car le silence et la dualité des couleurs, faite de noir et de blanc, l'habillent d'un clair-obscur mystérieux. Chaque instant fait écho à lui-même et aux suivants, comme s'il se suffisait, qu'il était son propre miroir, perçu toutefois autant par le public que par le(s) protagoniste(s). Une mise en abîme où le temps devient compagnon et questionnement.

L'absurde est aux commandes aussi avec des paroles à moitié dites. La vérité se confine à un mi-dire d'après Lacan (1901-1981). Elle ne se dit pas toute. L'absurde apparaît aussi dans la déconstruction du langage et dans les situations où chaque personnage se rend compte de son espace en intégrant progressivement la présence de l'autre. Il s'agit de s'apprivoiser, de prendre conscience de soi pour appréhender l'environnement et créer une relation avec l'autre.

Le séquencement avec un début et une fin peut être difficilement appliqué pour cette création. Car le spectacle ne démarre pas à un moment plus qu'à un autre. Il est, à dessein, recommencements, tâtonnements presque violents parfois. Ce théâtre se décompose verbalement, vocalement et physiquement. Tout est irrigué autour d'eux et chacun a son propre tempo. Le corps fait d'abord son apparition. Les deux interprètes font irruption dans les lieux en le détruisant, en partie, pour exister. Puis, chacun, à sa manière, va mettre de la peinture noire sur tous les murs, via leur costume et un micro. Comme leur signature ou leur empreinte.

Cette appropriation de l'espace, qui les avait enfermés, couronne une prise de possession de celui-ci. Car, avec le corps et la voix, ils deviennent des outils de médiation entre les deux artistes. C'est avec le second et grâce au premier qu'ils se rencontrent. Le troisième permet la perception de leur soi, de cette "voie" intérieure qui se fait entendre comme après un long sommeil.

© Francois Passerini.
© Francois Passerini.
Les voix gagnent en puissance, les mots qui se cherchaient se trouvent. Ce qui était murmure et vocalise devient colère, chant lyrique et duo. Ce que chacun rejetait de l'autre violemment se retrouve être appréhendé amicalement, lorsque la femme relève l'homme quand il chute, voire amoureusement à la fin où, en haut des murs, ils toisent la scène et s'embrassent. Le corbeau-pie, qui faisait un peu la pluie et le beau temps au début, disparaît de plus en plus pour réapparaitre ensuite, mais apprivoisée, posée sur le bras ou la tête de la femme. Comme sont apprivoisés les lieux, les éléments qui les entourent et l'alter ego qui devient enfin un partenaire.

La création est énigmatique, étonnante, presque déroutante. Une vraie réussite dans une mise en scène où le silence devient un personnage, servi avec maestria par le jeu des acteurs.

"Là"

Premier volet du dyptique "Là, sur la falaise".
Auteurs et artistes interprètes : Camille Decourtye, Blaï Mateu Trias avec le corbeau-pie Gus.
Collaboration à la mise en scène : Maria Muñoz - Pep Ramis/Mal Pelo.
Collaboration à la dramaturgie : Barbara Métais-Chastanier.
Scénographie : Lluc Castells assisté de Mercè Lucchetti.
Collaboration musicale et création sonore : Fanny Thollot.
Création lumières : Adèle Grépinet.
Création costumes : Céline Sathal.
Musique enregistrée : Joel Bardolet (arrangements des cordes), Jaume Guri, Masha Titova, Ileana Waldenmayer, Melda Umur.
Construction : Jaume Grau et Pere Camp.
Régie lumières et générale : Coralie Trousselle, Mathilde Montrignac ou Enzo Giordana.
Régie plateau : Cyril Turpin ou Benjamin Porcedda.
Régie son : Brice Marin ou Fred Bühl.
Direction technique : Nina Pire.
Production : Baro d'evel.
Durée : 1 h 10.

Du 16 février au 5 mars 2022.
Du mardi au samedi à 20 h 30.
Théâtre des Bouffes du Nord, Paris 10e, 01 46 07 34 50.
>> bouffesdunord.com

Safidin Alouache
Lundi 28 Février 2022

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022




    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Au 41e Festival de la Vézère souffle l’esprit de la musique

Le festival de référence en Corrèze poursuit son aventure malgré la disparition de sa regrettée fondatrice. Il offrira cette saison encore de très beaux rendez-vous musicaux.

Festival de la Vézère 2020, concert de la famille Pidoux © 28mmphoto.
Pour sa 41e édition, le Festival de la Vézère fera vivre l'esprit des lieux puisque Diane du Saillant poursuit la belle mission que s'étaient fixés ses parents, Isabelle et Guy : donner la plus grande audience à la musique et à l'opéra en Corrèze en région Nouvelle-Aquitaine. Elle est donc à la tête depuis cette année du festival fondé en 1981 et entend même le développer. Dix-neuf événements forts rassemblant 150 artistes dans treize lieux remarquables sont offerts dès le début de juillet et ce, pour plus d'un mois.

Fidèle à son esprit alliant exigence et éloge de la beauté, invitant nouveaux venus et artistes fidèles, la manifestation entend rassembler un public très divers : jeunes, familles, mélomanes avertis et amateurs estivaux de sensations nouvelles. De nombreux lieux patrimoniaux se sont ajoutés au cours des quatre décennies mettant le public aux premières loges de l'excellence musicale. En cette année 2022 s'y ajoutent deux nouveaux : les Ardoisières de Travassac et les Jardins de Colette à Varetz. Ce dernier accueillera le 20 juillet Alex Vizorek et le Duo Jatekok, les talentueuses sœurs pianistes, pour un "Carnaval des animaux" de Saint-Saëns attendu.

Outre le désormais traditionnel week-end lyrique des 5, 6 et 7 août au Château du Saillant, rendu possible grâce à la formidable compagnie du pianiste Bryan Evans, Diva Opéra (avec "Tosca" et "Cosi fan tutte" cet été), voici une petite sélection d'évènements inratables chinés au cœur d'un riche programme.

Christine Ducq
25/06/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Fantasio" L'expression contemporaine d'un mal-être générationnel

"Buvons l'ami et songeons à ce mariage point désiré." Éternel sujet maintes fois traité par nos grands auteurs classiques, l'union "forcée" reste encore d'actualité et l'acte de résistance qu'opposent les femmes, quel que soit le pays, peut induire une forme de rébellion et une revendication d'indépendance, d'autonomie, de liberté qui traversent facilement le prisme de la modernité.

© Andreas Eggler.
Il y a des compagnies et des metteurs en scène que l'on a particulièrement plaisir à suivre, à retrouver. Qui nous offre des moments où l'on aime sans crainte laisser se glisser nos oreilles, nos yeux, notre attention dans le confort d'une nouvelle création dont on sait quasiment par avance qu'elle nous régalera, ravira tous nos sens. Un spectacle de la Cie de L'Éternel fait assurément partie de ces petits bonheurs qui sont résolument inscrits dans une pratique novatrice, fougueuse, audacieuse et talentueuse de l'art des saltimbanques… celui qui réjouissait les foules au temps des tréteaux, des "sauteurs de bancs"*.

Au cœur de la pièce de Musset se joue le mariage politique de la princesse Elsbeth, enjeu d'un pays/royaume, décevant, sans vigueur et sans perspective pour les jeunes générations, à la gouvernance désabusée. En contrepoint, Fantasio, jeune homme désespéré - fuyant la routine, l'ennui qui naît du quotidien, la lassitude du "rien faire" -, désargenté et à l'avenir incertain, se joue des conventions, peu respectueux de la gente bien-pensante. Endossant de manière inattendue la posture et le costume de bouffon, habité d'une folle énergie soudaine et d'excès de lucidité bénéfique, il bouleverse la donne, sème un joyeux et revigorant bordel, boosté par un esprit vif et pertinent, et fait imploser sans violence le mariage.

Gil Chauveau
23/06/2022
Spectacle à la Une

Les 67e Nuits de la Citadelle à Sisteron

À partir du 22 juillet, les Nuits de la Citadelle de Sisteron accueilleront de beaux spectacles consacrés à la musique, à la danse et au théâtre sous l’égide du nouveau directeur artistique du festival, Pierre-François Heuclin.

Carmina Latina © Cappella Mediterranea.
Après la disparition tragique d'Édith Robert, c'est donc à Pierre-François Heuclin de reprendre le flambeau des Nuits de la Citadelle de Sisteron, dans les Alpes-de-Haute-Provence. Le plus ancien festival (avec les Chorégies d'Orange) propose, pour sa 67e édition, un programme varié assuré par certains des meilleurs artistes français et européens.

Dès le 22 juillet, le chef Leonardo Garcia Alarcon à la tête de son orchestre, la Cappella Meditterranea, et du Chœur de chambre de Namur, offrira un concert consacré à des œuvres espagnoles et sud-américaines des XVIe et XVIIe siècles. Ce sera une soirée "Carmina Latina" emmené par la soprano Mariana Flores.

Au cloître Saint-Dominique, une superbe voix retentira encore le 27 juillet avec la venue du ténor britannique Freddie de Tommaso. Le premier prix du concours Plàcido Domingo donnera des airs de Verdi, de Puccini mais aussi des mélodies de Liszt, accompagné du pianiste Jonathan Papp.

Le Duo Jatekok pour "Un Carnaval de Animaux pas comme les autres" (le 7 août) et les sœurs Camille et Julie Berthollet (le 13 août) se produiront ensuite sur la scène du très beau théâtre de verdure pour les premières et celle du cloître Saint-Dominique pour les autres. Des rendez-vous musicaux qui ne manqueront donc pas de charme.

Christine Ducq
18/07/2022