La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

L'Orchestre de chambre de Paris invite les Prégardien Père et Fils

Dans une très belle captation pour la chaîne Arte Concert, l'Orchestre de chambre de Paris dirigé par son nouveau directeur musical, Lars Vogt, mêle musique, chant et danse dans un beau spectacle, "Père et Fils". On y applaudit les merveilleux ténors, Christoph et Julian Prégardien.



Au centre, Lars Vogt © DR.
Au centre, Lars Vogt © DR.
Comment faire vivre un concert sans public dans une captation pour l'écran ? Belle idée que cette production de l'Orchestre de chambre de Paris et de la Philharmonie (où l'orchestre est en résidence) que d'inviter le chorégraphe Thierry Thieû Niang à mettre en espace le concert imaginé par les Prégardien, père et fils. Une unique soirée donc consacrée à la filiation entre les arts, entre les familles d'artistes, à l'idée de transmission familiale, et mettant superbement en lumière la relation entre l'orchestre, le piano et les chanteurs secondés par les danseurs (Thierry Thieû Niang et le jeune Jonas Dô Huù).

Une soirée au programme royal de surcroît avec des œuvres orchestrales, des extraits d'opéra ou d'oratorio de Beethoven et Schubert et, pour la part du lion, des lieder de ce dernier, souvent revisités avec des transcriptions pour orchestre par les plus grands, tels Brahms, Berlioz, Liszt, Reger ou Webern. Le concert, conçu donc comme une histoire explorant le parcours fait de joies et de souffrances d'une vie, celle d'un père et de son fils, nous emmène sur une route où chaque étape (treize moments) constitue une pure épiphanie.

Christoph and Julian Prégardien © Hans Morren.
Christoph and Julian Prégardien © Hans Morren.
L'entrée en scène se fait avec l'Ouverture du "Prométhée" de Beethoven, donnée par un Orchestre de chambre de Paris dont l'homogénéité laisse un peu à désirer, avec des cuivres trop exubérants. Mais le plaisir de jouer ensemble est bien là. Un manque d'équilibre entre pupitres (plus prononcé dans la salle le 26 janvier que dans la captation) et de fondu entre les voix qui disparaîtra rapidement sous la baguette attentive de Lars Vogt.

L'idée d'hérédité du talent s'impose dès l'entrée de Julian Prégardien avec le "Prometheus" de Schubert (orchestré par Max Reger) sur un poème de Goethe. La voix large, chaude et éclatante du jeune ténor nous entraîne dans des hauteurs opératiques. Son père, Christoph, lui succède dans le "Greisengesang" fidèlement soutenu par l'orchestre. Le ténor à la crinière argentée y déploie son grand art de liedersänger, fait de subtilité, de sa capacité à colorer chaque mot, à rendre sensible une gamme presque infinie de sentiments mêlés. Un luxe d'émotions qui nous embarque pour un voyage fascinant dans les régions les plus secrètes de l'âme.

Lars Vogt, pianiste célébré, accompagnera aussi les Prégardien en solo ou en duo. Les ténors aux respirations communes, aux timbres richement mariés ont une belle présence, un vrai sens du drame, se renvoyant comme dans un miroir leurs images jumelles. Le ton de la soirée est donné : tout le spectacle se situera sur ces cimes, épousant les heurs et bonheurs d'une relation père/fils, du grand frisson de "Erlkönig" au lyrisme douloureux ("Der Wegweiser", "Der Doppelgänger") sans oublier les stations aux éclaircies radieuses ("Lied vom Wolkenmädchen").

Thierry Thieû Niang © DR.
Thierry Thieû Niang © DR.
Christoph Prégardien, diction admirable et musicalité irradiante, sait faire sentir la pesanteur du vécu, de l'abandon et de la mort ("Totengrabers Heimwehe") quand son fils, Julian, non moins habité, l'interroge fébrilement ("Mein Seele ist erschüttert") dans l'oratorio de Beethoven, "Le Chrisr au Mont des Oliviers". Tous deux sur le chemin du sublime apaisement final de "Nacht und Träume" et "Im Abendrot". Ils peuvent compter sur les danseurs pour faire vivre dans l'espace ce fécond dialogue, sous les belles lumières de Jimmy Boury.

L'Orchestre de chambre de Paris aura livré à mi-parcours une superbe Ouverture de "Coriolan", augurant du meilleur grâce à sa complicité avec le chef allemand.

Concert enregistré le 26 janvier et disponible jusqu'au 25 janvier 2022 sur la chaîne Arte Concert.

Ludwig van Beethoven (1770-1827) – Franz Schubert (1797-1828).

Christoph Prégardien, ténor, Le Père.
Julian Prégardien, ténor, Le Fils.
Thierry Thieû Niang, mise en scène et chorégraphie, Le Père.
Jonas Dô Huù, Le Fils.

Orchestre de chambre de Paris.
Lars Vogt, direction.

Christine Ducq
Lundi 1 Février 2021

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.








Vidéos les plus récentes



À découvrir

•Off 2021• Le Souffleur Dans l'ombre de la création du Cyrano d'Edmond Rostand

Le 28 décembre 1897, au Théâtre de la Porte Saint-Martin, a lieu la première représentation du "Cyrano de Bergerac" d'Edmond Rostand avec, dans le rôle-titre, le grand comédien de l'époque : Benoît Constant Coquelin. Depuis, cette pièce est l'une des plus célèbres du répertoire du théâtre français. Cyrano, Roxane sont devenus des personnages de légende, des héros, des joyeux fantômes de l'inconscient collectif. C'est l'apport qu'a eu ce texte dans la symbolique de la bravoure, de la passion, de l'abnégation. Un amour impossible de plus.

© Compagnia dell'Edulis.
Pourtant, il manque un héros à cette liste issue de cette première représentation. Il y manque un fantôme, un tout petit fantôme, mais un fantôme protecteur qui était, lui aussi, au plateau ce 28 décembre 1897. Oublié. C'est un peu normal puisque Edmond Rostand n'a pas écrit un vers pour lui. Et pourtant, lui seul dans toute la distribution avait lu, mis en bouche, voire appris, les répliques de tous les personnages de la pièce et, en particulier, celle de l'Auguste Coquelin. Il s'appelait Ildebrando Biribo'. Il était ce soir-là dans le trou en avant-scène, invisible des spectateurs, le manuscrit devant lui, le trou du souffleur.

Et c'était sa dernière performance. Coquelin, avant le début de la représentation, lui annonce qu'il n'aurait plus besoin de lui pour les suivantes. La représentation se déroule. Ildebrando Biribo' fait son office. La pièce se termine. Les acteurs quittent la scène sous les ovations. C'est un triomphe. Ils sortent de scène. Le public quitte la salle. Et l'on retrouve le souffleur mort dans son trou.

Bruno Fougniès
20/07/2021
Spectacle à la Une

•Off 2021• Sales Gosses Une approche vertigineuse et bouleversante de la maltraitance à l'école

Harcèlement, maltraitance ponctuelle ou récurrente… à l'école, à la maison, au travail, comment le traiter sur scène, comment prendre ou pas position ? Ici d'ailleurs, pas de prise de position, mais une exposition des faits, du déroulé des événements, en une manière de monologue où la comédienne Claire Cahen habite tous les personnages principaux, offrant l'accès au public à différentes appréciations du drame - victime, tyran, prof, mère - menant à une mise en perspective vertigineuse !

© Théâtre du Centaure.
Pour l'écriture de "Sales gosses", Mihaela Michailov s’est inspirée de faits réels. Une enseignante ligota une élève dans sa salle de classe, les mains derrière le dos, suite à son manque d'attention pour la leçon sur la démocratie qu'elle était en train de donner. Elle exposera ainsi l'enfant saucissonnée en exemple. Les "camarades" de cette petite-fille de onze ans, pendant la récréation, la torturons à leur tour. Elle sera retrouvée sauvagement mutilée… attachée dans les toilettes…

Dans une mise en scène que l'on perçoit nerveuse et précise, millimétrée, visant à l'efficacité, les choix de Fábio Godinho font être immédiatement lisible, mettant en quasi-training sportif la comédienne Claire Cahen et son partenaire musicien chanteur Jorge De Moura qui assure avec énergie (et talent) les multiples interventions instrumentales et/ou vocales. Metteur en scène, mais également performeur, Fábio Godinho joue clairement la carte de l'école "théâtre de la violence", de l'arène/stade où la victime est huée, vilipendée par la foule, cherchant à exprimer la performance telle que demandée sur un ring de boxe. Claire Cahen et Jorge De Moura sont à la hauteur jouant en contre ou en soutien avec le troisième acteur qu'est le décor !

Gil Chauveau
19/07/2021
Spectacle à la Une

● Avignon Off 2021 ● Acquittez-la ! par Pierrette Dupoyet

Alexandra L., femme battue depuis des années par son mari, finit par l'assassiner. Elle est passible de 20 ans de prison… Toutefois, le réquisitoire de l'Avocat Général va surprendre tout le monde…

Pierrette Dupoyet dans un précédent spectacle
Ce récit nous plonge dans la spirale que vivent des milliers de femmes violentées qui, bâillonnées par la peur, se murent dans le silence… Quand le drame éclate au grand jour, les questions pleuvent : "pourquoi n'as-tu pas quitté ton bourreau avant ? Pourquoi n'en as-tu parlé à personne ?". Questions faciles à poser, mais les réponses sont difficiles à trouver…
Et si tout commençait à la première gifle ?

Depuis 37 ans, Pierrette Dupoyet crée tous ses spectacles au Festival d'Avignon, avant d'aller les interpréter dans le monde entier (70 pays à son actif).
"Hallucinante" Nouvel Obs.
"Saisissante !" Télérama.
"Une présence" Le Monde.
"Exceptionnelle !" France-Soir.
"Une défricheuse qui ne sait vivre que dans le risque"

Création de Pierrette Dupoyet.
Auteur, interprète, metteur en scène : Pierrette Dupoyet.
Durée : 1 h 15.

● Avignon Off 2021 ●
Du 7 au 31 Juillet 2021.
Tous les jours à 11 h 50 .
Théâtre Buffon, 18, rue Buffon, Avignon.
Réservations: 04 90 27 36 89.

>> pierrette-dupoyet.com
>> theatre-buffon.fr

Annonce
31/05/2021