La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

"L'Ombre de Venceslao", dans la lumière cruelle et fantasque du duo Matalon/Lavelli

Créé en octobre à l'Opéra de Rennes, "L'Ombre de Venceslao", un opéra commandé par le Centre Français de Promotion Lyrique, est une œuvre baroque et grinçante, fidèle à l'esprit de la pièce du dramaturge Copi, sa source. Sur une partition du compositeur Martin Matalon, Jorge Lavelli, librettiste aussi, met habilement en scène les tribulations d'une famille argentine dans les années quarante. Réunissant cinq jeunes chanteurs de grand talent, l'opéra tournera jusqu'en 2018.



Mathieu Gardon, Thibaud Desplantes, Sarah Laulan, Ziad Nehme © Laurent Guizard.
Mathieu Gardon, Thibaud Desplantes, Sarah Laulan, Ziad Nehme © Laurent Guizard.
On connaît bien l'action du CFPL* que dirige Raymond Duffaut. Après la reprise des "Caprices de Marianne" de Henri Sauguet, l'association a décidé de passer commande d'une œuvre contemporaine. L'ambition est toujours de créer des tournées de ce spectacle pour soutenir la carrière de jeunes chanteurs, tout en fédérant les forces de nombreuses maisons d'opéra françaises - et étrangères aussi. Vingt-et-une représentations dans neuf opéras français (plus celles de Santiago et Buenos Aires) sont prévues entre 2016 et 2018.

Ainsi, directeurs et spécialistes ont choisi deux artistes argentins - et français d'adoption : le compositeur Martin Matalon, le metteur en scène Jorge Lavelli ; ce dernier créateur d'une pièce de Copi en 1999, "L'Ombre de Venceslao", choisie du coup pour devenir un opéra. Les théâtres lyriques réunis se répartissant selon leurs moyens la réalisation pratique de ce projet : décors, costumes, etc.

C'est donc à l'Opéra de Rennes qu'était dévolue, il y a un mois, la création de cette œuvre, profondément originale et à l'argument luxuriant comme un roman de Gabriel Garcia-Marquez ou de Luis Sepulveda. De fait, Jorge Lavelli a tiré trente-deux scènes et deux actes d'une pièce de Copi écrite dans les années soixante-dix et mettant en scène les aventures picaresques et tragiques d'une famille argentine dans les années quarante, celle du patriarche Venceslao.

Jorge Rodriguez, Estelle Poscio et Ziad Nehme © Laurent Guizard.
Jorge Rodriguez, Estelle Poscio et Ziad Nehme © Laurent Guizard.
Venceslao perd sa femme Hortensia au premier acte, avec laquelle il a eu deux enfants, Lucio et China. Cette dernière ne rêve que d'une chose : partir avec son grand amour Rogelio… le fils illégitime que son père a eu avec sa maîtresse, brûlante comme la braise, Mechita. Mechita a un amoureux transi, Don Largui, qui suivra dans un voyage mouvementé les deux amants (Venceslao, le gaucho macho, et Mechita, vous suivez ?) à travers le continent latino, jusqu'aux Chutes d'Iguazu. Sur fond de rumeurs de coup d'État et de prise en main du pays par les Péronistes, il vaut mieux ne pas faire de vieux os dans cette vieille pampa argentine.

Sur scène, un cheval nommé Gueule de Rat, un perroquet persifleur et un singe évidemment très malin se joindront à une galerie de personnages hauts en couleurs, que défend superbement une équipe de jeunes chanteurs, musiciens et comédiens, emballants comme tout. Entre burlesque, absurde et mélodrame, l'opéra propose un riche voyage musical dans une mise en scène aussi inventive que concentrée, grâce à l'art fameux de Lavelli, qui n'est jamais aussi bon que quand il privilégie l'économie des moyens.

Estelle Poscio © Laurencine Lot.
Estelle Poscio © Laurencine Lot.
Une succession de très beaux tableaux sublimement éclairés (par Lavelli et Jean Lapeyre) nous transporte ici et là, sur les talons de ces migrants magnifiques et dérisoires, happés par une nature inhospitalière ou une grande ville, miroir aux illusions (Buenos Aires).

Faisant appel à un large éventail de modes de chant (lignes chantées classiques, parlato, sprechgesang, duos, trios et quintettes) et fidèle à son esthétique compositionnelle propre - entre musique de chambre et poème symphonique - bruitiste, atonale et polymodale, Martin Matalon trouve l'inspiration non seulement dans ses influences françaises (il a travaillé avec Messiaen, Boulez et Murail) avec recours à l'électronique, mais aussi dans sa culture natale.

Outre le jazz, les couleurs d'un répertoire trempé au tango et au milonga (avec quatre bandonéonistes dans la fosse, sur scène à deux reprises) offrent son lot de dépaysement - même si l'impression générale, à l'écoute, ne bouscule pas les attentes de l'honnête spectateur d'opéras d'aujourd'hui.

Estelle Poscio, Mathieu Gardon et ZIad Nehme © Laurent Guizard.
Estelle Poscio, Mathieu Gardon et ZIad Nehme © Laurent Guizard.
Le quintette de jeunes chanteurs choisis sur concours ne déçoit pas, loin de là (la condition pour participer, outre les qualités de chanteur, est de ne pas avoir plus de trente-deux ans). Estelle Poscio est une China poétique et la mezzo Sarah Laulan une Mechita de feu, à l'investissement ébouriffant. Le baryton Thibaut Desplantes compose un Venceslao complexe et solide, tour à tour brutal et émouvant - bluffant dans sa scène finale de fantôme.

Le ténor libanais Ziad Nehme est un Rogelio attendrissant. Et le Don Largui de Mathieu Gardon imprime sa marque dans cet imaginaire baroque, ainsi que le baryton nous a habitués à chacun de ses spectacles. Fin, joueur en diable, ses accents nous électrisent ou nous font fondre avec ce personnage ridicule et pathétique, grâce à un timbre de bronze et une présence indéniable. Gageons que les orchestres des opéras, qui reprendront le spectacle, auront le talent de l'Orchestre symphonique de Bretagne (pour cette création mondiale), souple, intense, homogène.

* Le CFPL organise une quatrième édition de son concours "Voix Nouvelles" aux saisons 2017-2018 et 2018-2019.

Estelle Poscio, Mathieu Gardon et Thibaut Desplantes © Laurencine Lot.
Estelle Poscio, Mathieu Gardon et Thibaut Desplantes © Laurencine Lot.
Tournée
Opéra Grand Avignon, 10 et 12 mars 2017.
Centre Lyrique Clermont-Auvergne, 22 mars 2017.
Théâtre du Capitole de Toulouse, 2, 4, 7 et 9 avril 2017.
Opéra de Marseille, 7 et 9 novembre 2017.
Opéra Orchestre National Montpellier Languedoc-Roussillon, 26, 28 et 30 janvier 2018.
Opéra de Reims, 13 février 2018.
Opéra de Toulon Provence Méditerranée, 24 mars 2018.

>> Centre Français de Promotion Lyrique

"L'Ombre de Venceslao" (2016).
Musique de Martin Matalon (1958).
Livret en français de Jorge Lavelli.
Durée : 1 h 45.

Ernest Martinez Izquierdo, direction musicale.
Jorge Lavelli, conception et mise en scène.
Ricardo Sanchez-Cuerda, scénographie.
Francesco Zito, costumes.
Jean Lapeyre et J. Lavelli, lumières.

Thibaut Desplantes, Venceslao.
Ziad Nehme, Rogelio.
Estelle Poscio, China.
Sarah Laulan, Mechita.
Mathieu Gardon, Largui.
Jorge Rodriguez, Coco Pellegrini.
Germain Nayl, Gueule de Rat.
Ismaël Ruggiero, Le Singe.
David Maisse, Le Perroquet (voix enregistrée).

Thibaut Desplantes (Venceslao) © Laurent Guizard.
Thibaut Desplantes (Venceslao) © Laurent Guizard.
Bandonéonistes :
Anthony Millet, Max Bonnay, Victor Villena, Guillaume Hodeau.

Orchestre symphonique de Bretagne.
Max Bruckert, ingénieur du son.

Christine Ducq
Mardi 15 Novembre 2016

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique


Brèves & Com



Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

"Salle des Fêtes" Des territoires aux terroirs, Baptiste Amann arpente la nature humaine

Après le choc de sa trilogie "Des Territoires", dont les trois volets furent présentés en un seul bloc de sept heures à Avignon lors du Festival In de 2021, le metteur en scène se tourne vers un autre habitat. Abandonnant le pavillon de banlieue où vivait la fratrie de ses créations précédentes, il dirige sa recherche d'humanités dans une salle des fêtes, lieu protéiforme où se retrouvent les habitants d'un village. Toujours convaincu que seul ce qui fait communauté peut servir de viatique à la traversée de l'existence.

© Pierre Planchenault.
Si, dans "La vie mode d'emploi", Georges Perec avait imaginé l'existence des habitants d'un bâtiment haussmannien dont il aurait retiré la façade à un instant T, Baptiste Amann nous immerge dans la réalité auto-fictionnelle d'une communauté villageoise réunie à l'occasion de quatre événements rythmant les quatre saisons d'une année. Au fil de ces rendez-vous, ce sont les aspirations de chacun qui se confrontent à la réalité - la leur et celle des autres - révélant, au sens argentique d'une pellicule que l'on développe, des aspérités insoupçonnées.

Tout commence à l'automne avec l'exaltation d'un couple de jeunes femmes s'établissant à la campagne. Avec le montant de la vente de l'appartement parisien de l'une d'elles, écrivaine - appartement acquis grâce au roman relatant la maladie psychiatrique du frère qui les accompagne dans leur transhumance rurale -, elles viennent de s'installer dans une usine désaffectée flanquée de ses anciennes écluses toujours en service. Organisée par le jeune maire survient la réunion du conseil consultatif concernant la loi engagement et proximité, l'occasion de faire connaissance avec leur nouvelle communauté.

Yves Kafka
17/10/2022
Spectacle à la Une

Appel à candidatures pour la création d'un spectacle patrimonial de divertissement

La ville d'Orange a confié depuis le 1er avril 2022, la gestion et la valorisation du Théâtre antique, du Musée d'art et d'histoire et de l'Arc de triomphe, à la société Edeis pour une durée de 10 ans.

© Edéis Orange février 2023 - DR pour l'appel à projet.
Dans le cadre de sa délégation, Edéis l'allié des territoires, a pour ambition :
- De donner sa pleine envergure au Théâtre antique à la fois en tant que monument du Patrimoine mondial riche d'un attrait historique et scientifique majeur mais aussi en sa qualité de porte-étendard de tout un territoire et de son art de vivre ;
- De proposer des approches novatrices et expérimentales afin d'améliorer significativement l'expérience visiteur ;
- D'agir en pleine cohérence et en parfaite synergie avec la politique culturelle de la ville.

Le projet décennal est de faire d'Orange, la scène de l'innovation sonore.
Une place forte et incontournable de la culture et de l'innovation.

1. Reprise des éléments du contrat de Délégation de service public entre la ville d'Orange et la société Edéis :
Article 2 – Définition des missions confiées au délégataire.
"Le délégataire sera notamment chargé des activités suivantes :
La création de contenus culturels, d'animations, d'évènements et de spectacles adaptés et cohérents avec la politique culturelle, patrimoniale et touristique de la ville et en lien avec les propositions des services concernés (Culture, Musée, Office de tourisme) ainsi que le développement significatif des flux de visiteurs. De manière générale, il s'agit de faire évoluer le Théâtre antique vers un statut de lieu de vie aux animations multifacettes (diurne et nocturne, saison, hors-saison, ailes de saison…) ouvert à différents types de publics cibles.

Gil Chauveau
02/02/2023
Spectacle à la Une

Dans "Nos jardins Histoire(s) de France #2", la parole elle aussi pousse, bourgeonne et donne des fruits

"Nos Jardins", ce sont les jardins ouvriers, ces petits lopins de terre que certaines communes ont commencé à mettre à disposition des administrés à la fin du XIXe siècle. Le but était de fournir ainsi aux concitoyens les plus pauvres un petit bout de terre où cultiver légumes, tubercules et fruits de manière à soulager les finances de ces ménages, mais aussi de profiter des joies de la nature. "Nos Jardins", ce sont également les jardins d'agrément que les nobles, les rois puis les bourgeois firent construire autour de leurs châteaux par des jardiniers dont certains, comme André Le Nôtre, devinrent extrêmement réputés. Ce spectacle englobe ces deux visions de la terre pour développer un débat militant, social et historique.

Photo de répétition © Cie du Double.
L'argument de la pièce raconte la prochaine destruction d'un jardin ouvrier pour implanter à sa place un centre commercial. On est ici en prise directe avec l'actualité. Il y a un an, la destruction d'une partie des jardins ouvriers d'Aubervilliers pour construire des infrastructures accueillant les JO 2024 avait soulevé la colère d'une partie des habitants et l'action de défenseurs des jardins. Le jugement de relaxe de ces derniers ne date que de quelques semaines. Un sujet brûlant donc, à l'heure où chaque mètre carré de béton à la surface du globe le prive d'une goutte de vie.

Trois personnages sont impliqués dans cette tragédie sociale : deux lycéennes et un lycéen. Les deux premières forment le noyau dur de cette résistance à la destruction, le dernier est tout dévoué au modernisme, féru de mode et sans doute de fast-food, il se moque bien des légumes qui poussent sans aucune beauté à ses yeux. L'auteur Amine Adjina met ainsi en place les germes d'un débat qui va opposer les deux camps.

Bruno Fougniès
23/12/2022