La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
CédéDévédé

L'ONB joue son atout cœur pour les dames !

Et part en tournée sur les routes de France

Formation éminemment masculine, l'Orchestre National de Barbès a joué sa "Dame de cœur" pour son dernier album, mettant ainsi à l'honneur quelques amies chanteuses dans d'étonnants duos. En plus des musiciens invités que l'on retrouve souvent lors d'un nouvel opus de ce type de combo, Samira Brahmia, Tanya Michelle, Samia Diar, Emilie Dautricourt, Malouma et Lolita Saldanha se sont jointes à la bande toujours joyeusement métissée de Youssef Boukella.



© ONB.
© ONB.
Dix-huit ans de scène et quatre albums à mettre à l'actif du combo parisien qui véhicule depuis 1996 (date de leur naissance au New Morning) la "French Touch Transmaghrebine". Cette dernière est composée d'un subtile mélange d'épices d'Afrique du nord - châabi, raï, gnawa - et d'ingrédients venus des quatre coins de la planète - rock, reggae, ska, musette, etc. -, d'une association d'artistes aux multiples origines - maghrébines (Maroc, Algérie, Tunisie), française, portugaise - et de l'association d'instruments divers et variés, traditionnels ou modernes - derbouka, bongo, conga, bendir, basse, guitares, batterie, cuivres, claviers ou encore accordéon… Le tout donnant un mets musical énergique et métissé qui se déguste avec enthousiasme dans une ambiance redoutablement festive !

Pour ce nouvel album, sur six des quatorze titres, des chanteuses copines sont donc venues se joindre à notre bande survoltée et méditerranéenne : "On a tenu à rendre hommage à toutes les femmes qui endurent, depuis des millénaires, des moments difficiles", explique Luis Saldanha, manager de l’ONB.

© Ali Mobarek.
© Ali Mobarek.
Trois nouveaux membres rejoignent également à l'ONB et seront présent sur la grande tournée qui débute ce mois-ci (la scène étant avant tout leur marque de fabrique) : Basile Theoleyre, un jeune titi parisien au chant et à la trompette, Cédric Ricard au saxophone et Mamoun Dehane à la batterie.

Dès le premier titre, "Méditerranée" - comme une déclaration d'intention -, ça tourne du feu de dieu, ça bouge, ça fait frissonner les gambettes, ça donne une irrésistible envie de se lever et de danser... avec une banane incroyable (voir la vidéo), ça donne la patate... Un vrai groove de folie !
Et un texte qui fait le tour d'un bassin méditerranéen riche de nos origines, de celle de notre civilisation qui se construisit sur un formidable et fertile brassage.
"Je t'ai médité, maudite et aimée... Méditerranée
Je t'ai médité, maudite et aimée... mer de mes ainés
Je t'ai médité, maudite et aimée... Méditerranée
Je t'ai médité, maudite et aimée... mon terrain d'été"

© ONB.
© ONB.
Suit "Keyna"... qui continue à la même cadence, construit sur des arabesques de rythmes soutenus et chaloupés, plus rock peut-être avec quelques riffs de guitares incisifs ; et avec des voix qui, sur la fin de la chanson, nous gratifie d'une efficace ritournelle voyageuse. Très rock aussi, avec des percussions qui tourne à un galop du diable - impossible de rester scotcher à son siège -, "Chouf" où l'on retrouve Samia Diar au chant.

Plus traditionnelle mais maniant la cadence funky, "Gamra" nous fait partager les aventures d'un convoyeur de marchandises. Ici on retrouve le jeu des puissants chants masculins qui se répondent dans une dynamique éprouvée... Et toujours l'énergie est là, sans doute l'un des marqueurs les plus forts de ce nouvel opus de l'ONB. Les compositions s'enchaînent et le groove endiablé est continuellement présent. Passant par la voix soul, chaude voire torride de Tanya Michelle et les surprenantes claquettes gnawas dans "Right Here" ; ou avec l'accordéon de Mehdi Askeur et la voix gouailleuse de Basile Theoleyre, le titi parisien nouveau venu, pour "Adrien", un hommage à Paname et au Parigots.

La fête à la sauce "ONB" ne serait pas complète sans une bonne dose d'humour et quelques agapes bien épicées... que l'on retrouve dans "Les mets", un titre qui rajoute une pointe pimentée à cette recette colorée et remarquablement bien réussie qu'est "Dame de cœur"... Brassage chamarré en mode fiesta, se conjuguant au masculin et au féminin !

À partir du 16 mai, l'Orchestre National de Barbès promène à nouveau son groove festif et métissé sur les routes de France et cela... pour votre plus grand bonheur !
Avec l'ONB, on entend les cigales, ça sent bon la figue et ça nous chauffe le cœur !

● Orchestre National de Barbès "Dame de cœur".
Production : La Prod JV.
Distribution : L'autre Distribution.
Sortie : 3 mars 2014.

© Ali Mobarek.
© Ali Mobarek.
Chanteuses invitées :
Samira Brahmia, Tanya Michelle, Samia Diar, Émilie Dautricourt, Malouma et Lolita Saldanha.

Tournée
16 mai 2014 : Villepinte (93).
24 mai 2014 : Festival Arabesque, Montpellier (34).
7 juin 2014 : En plein Air, Plaisir (78).
8 juin 2014 : En plein Air, Ordiap (64).
14 juin 2014 : Festival Musik à Pile, Saint-Denis de Pile, près de Bordeaux (33).
18 juin 2014 : Festival Timitar, Agadir (Maroc).
21 juin 2014 : En plein Air, Haguenau (67).
22 juillet 2014 : En plein Air, Chambéry (73).
8 août 2014 : Festival, Djedida (Maroc).
3 octobre 2014 : Le Metronum, Toulouse (31).
10 octobre 2014 : Abri Blues, Bois d'Arcy (78)
11 octobre 2014 : Centre Culturel, Champs-sur-Marne (77).
17 octobre 2014 : Centre Culturel, Saint Pierre de Corps (37).
24 octobre 2014 : La Tannerie, Bourg en Bresse (01).
15 novembre 2014 : Moloco , Montbéliard (25).
19 novembre 2014 : Le Hublot, Nancy (54).
28 novembre 2014 : VIP, Saint Saint-Nazaire (44).
29 novembre 2014 : La Luciole, Alençon (61).
5 décembre 2014 : Le Forum, Vauréal (95).
6 décembre 2014 : L'Echonova, Saint-Ave (56).
30 janvier 2015 : La Faïencerie, Boulogne-sur-Mer (62).
31 janvier 2015 : Le Grand Mix, Tourcoing (59).
19 février 2015 : Théâtre, Corbie (80).


Gil Chauveau
Mardi 15 Avril 2014

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




Partenariat



À découvrir

"Underground" Éloge du risque amoureux

L'amour comme les angelots n'a pas de sexe. Même les amours les plus charnels, les plus dévastateurs, les plus profonds, les plus troublants. Oui, c'est étrange d'énoncer cela. Mais c'est ici le propos central d'"Underground". Underground, le métro en anglais, et plus symboliquement ici, telle l'image des entrailles sinueuses et enfouies de l'être intime, là où dorment les désirs cachés, indiscrets, inavouables, mais surtout les désirs inconnus et les peurs.

"Underground" explore cette faille des êtres humains, que l'ordre établi, la conscience et la puissance de l'éducation morale dissimulent pour que les normes sociales dominent. La jeune femme, interprétée avec une sensibilité troublante par Clémentine Bernard, seule sur scène, semble pourtant extrêmement classique, anodine, assise dans sa rame de métro. Mais c'est son discours intérieur qu'elle nous partage alors, une voix grâce à laquelle elle va nous emporter vers l'histoire qui l'attend et l'émotion qui va faire résonner son corps, de sa peau jusqu'au plus profond de son être.

Le début du texte la saisit au moment de sa rupture avec l'homme convenable et convenu que la vie lui destinait. Une vie normale, faite de projets d'enfants et de vacances, faite d'un quotidien bien balisé, d'un ordinaire applaudi par tous : familles, amis, rencontres. Une ouverture qui semble comme le début d'un exil obligé. Elle a perdu ce conventionnel qui l'habillait comme une armure. Elle est égarée dans ce métro comme dans un dédale sans issue.

Bruno Fougniès
11/01/2022
Spectacle à la Une

Piquer en plein cœur au théâtre La Flèche, Paris, Jeudi 6 Janvier, 21 heures…

Comment démarrer cette chronique ? Par une citation ? "Un seul être vous manque et tout est dépeuplé", Lamartine. Oui ! Qu'en dirait Laurent Orry ?

© Fabien Montes.
Ah ! Oui. Laurent Orry, c'est l'acteur impeccable vêtu d'un vieux manteau usé et poussiéreux qui, pendant 1 h 15, déploie toute sa force, son énergie mais surtout sa palette d'émotions au service de ce délicieux texte écrit par Alessandro Baricco : "Novecento".

Il interprète Tim Tooney, trompettiste, qui pendant plusieurs années jouera aux côtés de son grand ami Novecento, pianiste génial et hallucinant dont les notes dépasseront même l'océan !

Novecento est donc le héros. C'est dans un carton à chaussures déposé sur le piano de la salle de bal d'un paquebot que Novecento commence sa vie, recueilli par un homme d'équipage… et c'est là que démarre l'histoire.

Et ! Quand Novencento rencontre Tim Tooney, comme une tempête en pleine mer, la secousse est grande, les oreilles agitées et le regard fixe pour ne rien manquer de ce spectacle de vague… à l'âme…

Si ! Car le cœur de Tim Tooney est lourd de peine quand il repense à son ami disparu qui jamais n'avait de son vécu touché la terre ferme. Novecento, sa vie, c'était le paquebot, la mer, les visages des voyageurs entre l'Europe et l'Amérique qui l'inspiraient et ont fait de lui un virtuose mais aussi un homme perdu au milieu de l'océan qui n'a jamais su d'où il venait, qui il était et, de la terre ferme, en a développé une vraie névrose.

Isabelle Lauriou
10/01/2022
Spectacle à la Une

"Fragments" d'Hannah Arendt Du 5 au 8 février 2022 à l'Espace Rachi

Bérengère Warluzel et Charles Berling nous invitent, à travers les mots d'Hannah Arendt, à aimer cette faculté inhérente à la nature humaine : penser. Non, penser n'est pas réservé à une élite, bien au contraire. Penser peut être une aventure joyeuse pour chacun, en plus d'être une jubilation et un enthousiasme qui se partagent.

© Vincent Berenger/Châteauvallon-Liberté - Scène Nationale.
"L'essentiel pour moi, c'est de comprendre : je dois comprendre", dit Hannah Arendt. Au fil de ses textes philosophiques et politiques, mais aussi, et c'est moins connu, ses escapades poétiques, Hannah Arendt a construit une œuvre singulière et inclassable. Bérengère Warluzel y a plongé, en a choisi ces Fragments qui résonnent particulièrement aujourd'hui.

Une table, des chaises, les notes d'un piano… ce n'est pas une biographie, mais un parcours ludique, une traversée partagée et qui ouvre l'accès à la liberté de penser pour soi-même autant qu'à une volonté de comprendre en tant que citoyen et citoyenne dans le monde que nous habitons.

Celle qui voulait avant tout "penser sans entraves" s'adresse à nous et nous invite à penser avec elle.

"La pensée (…), conçue comme un besoin naturel de la vie (…) n'est pas la prérogative d'une minorité, mais une faculté constamment présente en chacun de nous."
François Rodinson.

Annonce
14/01/2022