La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"L'Avare", une vision d'un monde cynique et individualiste… Comme un miroir tendu

"L'Avare", Théâtre de l'Odéon, Paris

Dans la mise en scène de Ludovic Lagarde pour "L'Avare" de Molière, le spectateur comprend l'origine de la richesse d'Harpagon enterrée au fond du jardin. Il est mis au parfum. Cet or, cette cassette, ces 10 000 écus qui sont tout son amour au détriment de ses enfants, découle d'une activité de l'économie parallèle.



© Pascal Gély.
© Pascal Gély.
Harpagon et sa famille vivent repliés dans un entrepôt où le propriétaire accapare, stocke, encaisse de la fourgue, de la camelote. Le spectateur est face à un docu-fiction sur la mafia avec des personnages directs, frustes et brutaux.

Molière et la Camorra, il fallait y penser. Molière est tiré au noir. Ce traitement ne sonne pas faux, il rend concrète la violence intrinsèque de la pièce qui est habituellement recouverte d'un voile comique quelquefois invraisemblable, farcesque, souvent histrionique.

Les comédiens sont précis et méticuleux dans ce registre réaliste. Laurent Poitrenaux, dans le rôle-titre, est admirable dans ses crises de vertiges de plus en plus accentuées, violentes et grotesques. Elles culminent dans une crise d'épilepsie au cours de laquelle ses doigts courent le plancher, rognent, crochent le sol. Une danse du diable. Harpagon mérite bien son nom.

Dans cette proposition rigoureuse, le texte de Molière démontre sa souplesse. Notamment quand le phrasé, les intonations du français contemporain s'installent comme lazzi nouveaux. C'est bien la langue qui, avec ses groupes de souffle, embellit un rap qui apparaît comme naturel au détour d'une réplique. Les scènes de pur comique résistent merveilleusement au traitement réaliste : "… il faut manger pour vivre…" devant une baraque de pizzaïolo. "… Ma cassette… ma cassette" alors que l'écran de vidéosurveillance montre le désastre dans le jardin, etc., etc. De vrais rires éclatent. Christèle Tual qui joue Frosine, en entremetteuse blonde et jupe de cuir, fait un véritable numéro d'acteur.

© Pascal Gély.
© Pascal Gély.
Cependant, ce traitement contraint le jeu. Qui ne rechigne pas à des facilités, des clichés issus de téléréalité (le comportement relâché, braguette pour les jeunes gens et culotte légères ou torse ostensiblement "femen" pour les jeunes filles*). Une certaine forme de joie de jouer est absente.

L'idée qu'il existe dans cette pièce la possibilité d'une farce collective faite au méchant père (pourtant en œuvre dans le texte) passe à la trappe. D'ailleurs, le personnage de l'autre père, l'anti-Harpagon, Anselme au talent de pacificateur et d'unificateur, est purement et simplement supprimé.

La face moliéresque joyeuse et militante et communicative de la liberté est ainsi gommée au bénéfice d'une vision d'un monde cynique et individualiste. Comme un miroir tendu.

* Ce qui devient un tic théâtral.

"L'Avare"

Texte : Molière.
Texte : Molière.
Mise en scène : Ludovic Lagarde.
Avec : Marion Barché, Myrtille Bordier, Louise Dupuis, Alexandre Pallu, Laurent Poitrenaux, Tom Politano, Julien Storini, Christèle Tual et Jean-Luc Briand, Élie Chapus, Benjamin Dussud, Sophie Engel, Zacharie Jourdain, Élodie Leau, Benoît Muzard.
Scénographie : Antoine Vasseur.
Lumière : Sébastien Michaud.
Costumes : Marie La Rocca.
Maquillage et coiffure : Cécile Kretschmar.
Musique : Pierre-Alexandre "Yuksek" Busson.
Son : David Bichindaritz.
Ensemblier : Éric Delpla.
Collaboratrice artistique : Céline Gaudier.
Dramaturgie : Marion Stoufflet.
Durée : 2 h 35.

Du 2 au 30 juin 2018.
Du mardi au samedi à 20 h, dimanche à 15 h. Relâche le dimanche 3 juin.
Théâtre de l'Odéon, Paris 6e, 01 44 85 40 40.
>> theatre-odeon.eu
© Pascal Gély.
© Pascal Gély.

Jean Grapin
Mercredi 6 Juin 2018

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.


PUB


    Aucun événement à cette date.
Publicité



À découvrir

"Kanata" : conjuguer la réalité et l'illusion, et faire apparaître, sous l'apparence et la fiction, le réel et son intimité

"Kanata", Théâtre du Soleil, Paris

Mais que sont devenus les Hurons, la Grande Forêt, les canoës ? Tous ces rêves de Canada des petits garçons et petites filles ? Quand Ariane Mnouchkine et Robert Lepage, avec les comédiens du Soleil, envisagent de monter un spectacle sur le Canada et son Histoire, personne n'imaginait l'hostilité, la violence des réactions qu'engendrerait là-bas ce projet*.

Que l'ambition affichée de montrer le sort des Amérindiens dans le monde moderne aboutirait à une contestation brutale du droit à les représenter. Face aux insultes anonymes, forcément sur Internet, venant de tous les bords, la troupe du Soleil (dont les comédiens appartiennent au monde entier) a réagi de la meilleure façon. En montant le premier épisode de "Kanata" sur la controverse. La troupe intègre, intériorise tous les tenants de la querelle.

La pièce prend pour fil conducteur un couple de jeunes Français primo immigrants naïfs qui s'installant à Vancouver, découvrent les réalités cachées sous les cartes postales. Les rues sordides, la misère, la drogue, la prostitution, les Amérindiens déchus, le crime, l'impuissance d'une police, la déforestation, la disparition des traces du passé. Un melting-pot qui n'est qu'un agrégat de souffrances travaillées pourtant par l'instinct de survie et l'espoir de s'en sortir.

Jean Grapin
07/02/2019
Spectacle à la Une

"Botéro en Orient"… tout en rondeur !

C'est un voyage où le physique et l'esthétisme ont une place prépondérante et dans laquelle les rondeurs sont revendiquées et montrées. Autour d'une création picturale qui l'a guidé, Taoufiq Izeddiou place l'identité au centre de sa création.

Le titre du spectacle est dû au fait que Taoufiq Izeddiou a été inspiré par l'œuvre autour d'Abou Ghraïb (Irak) de Fernando Botero, peintre et sculpteur colombien, où l'artiste s'était insurgé. Il avait en effet dessiné de superbes planches où la torture, l'humiliation et la violence s'étalaient. Les personnages des œuvres de Botero sont toujours des êtres ronds et épais. C'est dans ce rapport aux volumes que le chorégraphe a bâti son spectacle.

À l'entame de la représentation, le silence habille le plateau puis des ombres se détachent d'une demi-obscurité. Les déplacements sont séparés, la gestuelle des trois danseurs est propre à chacun, ceux-ci perchés sur un bloc de bois. La scénographie est déplacée tout au long du spectacle, les blocs changeant de lieu, bousculés et balancés sur scène. C'est une œuvre de construction et de reconstruction où les chorégraphies se suivent dans des thématiques où l'identité de chaque interprète est posée par rapport à son corps, rond, "volumétrique" selon les propos de Taoufiq Izeddiou.

Safidin Alouache
28/02/2019
Sortie à la Une

Roukiata Ouedraogo intègre avec une facilité déconcertante les facettes de l'art du comédien et du clown

"Je demande la route", Théâtre de l'Œuvre, Paris

Roukiata Ouedraogo présente son spectacle "Je demande la route". Difficile de ne pas lui répondre que la route est droite et belle en saluant tout le talent dont elle fait preuve sur scène.

Roukiata Ouedraogo intègre avec une facilité déconcertante les facettes de l'art du comédien et du clown
Roukiata Ouedraogo est pour ainsi dire une princesse qui, ayant découvert le secret des griots et leur art de raconter, donne corps et parole à tous les personnages qui ont marqué sa vie. Elle fait ainsi cadeau de l'humour africain et le fait savoir dans la joie de jouer.

Allant bien au-delà d'un soliloque moqueur ou sarcastique, Roukiata fait œuvre picaresque. En faisant vivre toutes ses ombres, en partant du village, quittant son enfance, sa famille : partant à la conquête du monde. Le public l'accompagne dans le rire.

Les récitations ânonnées à l'école communale, les conseils du grand frère, son arrivée en France, son grand-père ancien de la guerre, sa hantise du froid, son premier appart au dernier étage avec vue sur les chéneaux. De la bureaucrate de l'état civil aux femmes du salon de coiffure à Château-rouge, des métiers de gardienne d'enfants à celui de comédienne, tout fait conte, conte moderne, conte initiatique.

Jean Grapin
08/02/2019