La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Kean… Perdre son être dans le paraître…

De la pièce de Dumas, Sartre avait ajouté le thème de l'identification dans laquelle Kean perd son identité en incarnant ses personnages jusqu'en dehors de la scène. La mise en scène d'Alain Sachs plonge dans les abîmes psychiques de caractères qui n'existent que par la lumière des projecteurs ou celle d'un statut social.



© Lot.
© Lot.
C'est un double hommage, celui d'Alexandre Dumas (1802-1870), célèbre pour ses romans mais un peu moins pour ses talents de dramaturge et qui avait créé le 31 août 1836 au Théâtre des Variétés "Kean, ou désordre et génie", à Edmund Kean (1787-1833), illustre comédien britannique dont le rôle avait été tenu par Frédérick Lemaître (1800-1876).

Puis celui de Jean-Paul Sartre (1905-1980) qui avait adapté la pièce en 1953 pour Pierre Brasseur (1905-1972) en échange de le voir dans la distribution de "Le diable et le bon dieu" (1951) au Théâtre Antoine dans une mise en scène de Louis Jouvet.

Alain Sachs met en exergue le protagoniste principal jouant sur et en dehors de la scène un personnage. Est-ce vraiment le sien ou celui d'un autre ? Il n'y a pas de sur-jeu, tout est à sa place. Kean (Alexis Desseaux) a sur scène une réelle présence physique. Dans la version de Sartre, il est pris, enfermé dans son métier d'acteur, brouillant les identités entre ce qu'il est réellement et ce qu'il joue.

© Lot.
© Lot.
La frontière n'existe plus car son être est happé, phagocyté par le regard de l'autre, celui du quidam se transformant inexorablement pour lui en spectateur. Il est piégé dans cet enfermement, dans cette représentation. Elle l'aliène dans son rôle, sa fonction lui faisant perdre sa véritable identité.

Les autres rôles, à l'exception d'Anna (Justine Thibaudat), sont apprêtés aristocratiquement, campés dans leur statut social et jouant avec. Les valets ont quelque chose de comique dans leurs manières. Chaque protagoniste a une caractéristique propre, bien à lui. Le jeu se base autant sur les situations que sur les caractères avec pour chacun d'eux sa propre histoire mise en résonance par une voix, une gestuelle, une mimique, un comportement.

C'est autour de ces facteurs que se dévoile la mise en scène où on joue à jouer, à être corseté, soit par un statut, soit par une convention sociale, celle de la bourgeoisie qui chez Sartre avait un relent des plus négatifs. Aussi, tous les personnages, mis à part Anna, ont un jeu apprêté, bien marqué sans être caricatural. Ils sont "théâtraux" dans leur essence. Il y a du théâtre dans le théâtre avec une scène d'Othello mais c'est aussi un comédien confondant ses identités privée et publique. Il perd son être dans un paraître.

Les changements de décors sont une belle construction scénographique dans des clairs-obscurs avec une scénographie qui glisse, Kean continuant de jouer entre chaque scène. C'est autour de ces moments que réel et fiction se lient. Dans la scène avec Desdémone, incarnée par Anna, nous le découvrons dans un rôle tendre, interpellant le public faisant déborder la fiction dans la réalité.

Alexis Desseaux donne une belle facette de son talent en faisant découvrir une personnalité sensible, moins fort en gueule, beaucoup plus tenu par le cœur et les émotions. Mais c'est aussi vrai de toute la troupe où, pour chacun, à l'exception d'Anna, chaque instant est un jeu du paraître qui se confond à celui d'un statut social. Ici c'est la couronne qui fait le roi, la tonsure celui du moine et l'habit retrousse ses manches pour montrer son col.

"Kean"

© Lot.
© Lot.
Texte : Alexandre Dumas.
Adaptation : Jean-Paul Sartre.
Mise en scène : Alain Sachs, assisté de Corinne Jahier.
Avec : Alexis Desseaux, Pierre Benoist, Sophie Bouilloux, Jacques Fontanel, Frédéric Gorny, Eve Herszfeld, Justine Thibaudat, Stéphane Titeca.
Décors : Sophie Jacob.
Costumes : Pascale Bordet, assistée de Solenne Laffitte.
Lumières : Muriel Sachs.
Musique : Frédéric Boulard.
Coiffure : Michelle Bernet.
Durée : 1 h 50.

Jusqu'au 27 juillet 2019.
Du mardi au jeudi à 20 h, le samedi à 18 h et le dimanche à 16 h, vendredi 26 à 20 h.
Théâtre de l'Œuvre, Paris 9e, 01 44 53 88 88.
>> theatredeloeuvre.com

Safidin Alouache
Dimanche 14 Juillet 2019

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives








À découvrir

Le festival Nice Classic Live poursuit sa mue

Un nouveau festival à Nice ? Depuis 2018, le Nice Classic Live a repris l'héritage des Concerts du Cloître et le fait fructifier. Pour l'édition 2019, le festival s'étoffe en offrant une belle programmation estivale dans divers lieux patrimoniaux de la ville et en créant une Session d'Automne pour les cent ans des Studios de la Victorine.

Le festival Nice Classic Live poursuit sa mue
Depuis 1958, les Concerts du Cloître embellissaient les étés des adeptes de la perle de la Méditerranée (habitants et touristes). Désormais sous la direction artistique et la présidence de l'enfant du pays, la pianiste Marie-Josèphe Jude, le festival devient un rendez-vous classique majeur des Niçois et plus largement de la Région Provence-Côte d'Azur. Le festival investit ainsi de nouveaux lieux tels que le Musée Matisse ou le Palais Lascaris, un chef-d'œuvre baroque en plus du superbe Cloître du XVIe siècle - jouxtant avec son jardin et sa roseraie le Monastère de Cimiez fondé au IXe siècle par des Bénédictins.

Pour cette deuxième édition sous le nouvel intitulé de Nice Classic Live, Marie-Josèphe Jude a imaginé une programmation placée sous le signe de la filiation entre les compositeurs, les artistes invités (la crème des interprètes français) ; réunissant également une famille d'artistes dans le cadre de l'Académie internationale d'Été qui donne sa chance aux jeunes talents depuis soixante ans. Petite sélection des concerts à ne pas rater si vous avez la chance de passer quelques jours le long de la Baie des Anges.

Christine Ducq
28/06/2019
Spectacle à la Une

39e édition du Festival de la Vézère

Du 9 juillet au 22 août 2019, la 39e édition du Festival de la Vézère propose une vingtaine de concerts très variés et deux beaux opéras de chambre avec la compagnie Diva Opera dans quatorze lieux du riche patrimoine de Corrèze.

39e édition du Festival de la Vézère
Créé en 1981, le Festival de la Vézère a toujours eu à cœur de proposer une série de rendez-vous musicaux d'une très grande qualité en Corrèze. Deux orchestres, une compagnie d'opéra, des chanteurs et des instrumentistes d'envergure internationale mais aussi de jeunes talents (que le festival a toujours su repérer avant l'envol de leur carrière) se succèderont jusqu'à la fin de l‘été. À suivre, quelques rendez-vous choisis dans une programmation qui cultive l'éclectisme.

Des deux orchestres invités, l'Orchestre d'Auvergne toujours fidèle au festival vient d'obtenir le label "Orchestre national" cette année. Il sera dirigé par son chef depuis 2012, Roberto Forès Veses. Dans le Domaine de Sédières, on l'entendra dans un beau programme d'airs de Mozart à Broschi accompagner la soprano russe qui monte, Julia Lezhneva (14 août). Le second est l'Orchestre de Chambre Nouvelle-Aquitaine dirigé par Jean-François Heisser qui donnera à entendre une de ses commandes (entre autres pépites telle la 41e symphonie "Jupiter" de Mozart) pour sa première venue en Corrèze, "Le Rêve de Maya" de Samuel Strouk - un double concerto pour accordéon et violoncelle, que joueront ses créateurs Vincent Peirani et François Salque (16 juillet).


Christine Ducq
26/06/2019
Sortie à la Une

•Off 2019• Le marathon "hors pair" de William Mesguich… Entretien à paroles déliées

William Mesguich, monstre de travail scénique et maître ès arts dramatiques, doté d'une soif inextinguible pour tout ce qui le fait vibrer, s'apprête à affronter un Festival d'Avignon tout particulièrement chaud cet été… Et ce n'est pas là que question de canicule ! Qu'on en juge par le programme pantagruélique qu'il a dévoilé en "avant-première" à La Revue du Spectacle.

•Off 2019• Le marathon
Yves Kafka - William Mesguich, votre appétit pour le théâtre n'est plus à prouver, mais pour cette édition d'Avignon 2019, on pourrait parler de boulimie… On vous verra quatre fois en tant que comédien et pas moins de cinq en tant que metteur en scène. Alors, comme le personnage de "Liberté !" que vous mettez en jeu, êtes-vous atteint "d'une curieuse maladie, celle de ne pas arriver à faire des choix" ? Brûler les planches serait-ce votre manière à vous de soigner cette addiction dont vous avez hérité ?

William Mesguich - Les chiens ne font pas des chats… L'exemple donné par mon père m'a "imprégné" durablement. Sa faconde, son enthousiasme, sa générosité… J'aime infiniment le théâtre. Il ne s'agit pas de courir après l'exploit, d'établir des records, mais de faire vivre cet amour du théâtre. Je suis profondément heureux sur les planches…

J'aime la vie, ma famille, mes amis… mais il est vrai que je suis tout particulièrement heureux sur la scène, quand je dis des textes et ai le bonheur de les partager. C'est là ma raison de vivre. Depuis 23 ans, c'est le désir de la quête qui me porte. Après quoi je cours ? Une recherche de reconnaissance ? Ou peut-être, simplement, ma manière à moi d'exister…

Yves Kafka
25/06/2019