La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Kean… Perdre son être dans le paraître…

De la pièce de Dumas, Sartre avait ajouté le thème de l'identification dans laquelle Kean perd son identité en incarnant ses personnages jusqu'en dehors de la scène. La mise en scène d'Alain Sachs plonge dans les abîmes psychiques de caractères qui n'existent que par la lumière des projecteurs ou celle d'un statut social.



© Lot.
© Lot.
C'est un double hommage, celui d'Alexandre Dumas (1802-1870), célèbre pour ses romans mais un peu moins pour ses talents de dramaturge et qui avait créé le 31 août 1836 au Théâtre des Variétés "Kean, ou désordre et génie", à Edmund Kean (1787-1833), illustre comédien britannique dont le rôle avait été tenu par Frédérick Lemaître (1800-1876).

Puis celui de Jean-Paul Sartre (1905-1980) qui avait adapté la pièce en 1953 pour Pierre Brasseur (1905-1972) en échange de le voir dans la distribution de "Le diable et le bon dieu" (1951) au Théâtre Antoine dans une mise en scène de Louis Jouvet.

Alain Sachs met en exergue le protagoniste principal jouant sur et en dehors de la scène un personnage. Est-ce vraiment le sien ou celui d'un autre ? Il n'y a pas de sur-jeu, tout est à sa place. Kean (Alexis Desseaux) a sur scène une réelle présence physique. Dans la version de Sartre, il est pris, enfermé dans son métier d'acteur, brouillant les identités entre ce qu'il est réellement et ce qu'il joue.

© Lot.
© Lot.
La frontière n'existe plus car son être est happé, phagocyté par le regard de l'autre, celui du quidam se transformant inexorablement pour lui en spectateur. Il est piégé dans cet enfermement, dans cette représentation. Elle l'aliène dans son rôle, sa fonction lui faisant perdre sa véritable identité.

Les autres rôles, à l'exception d'Anna (Justine Thibaudat), sont apprêtés aristocratiquement, campés dans leur statut social et jouant avec. Les valets ont quelque chose de comique dans leurs manières. Chaque protagoniste a une caractéristique propre, bien à lui. Le jeu se base autant sur les situations que sur les caractères avec pour chacun d'eux sa propre histoire mise en résonance par une voix, une gestuelle, une mimique, un comportement.

C'est autour de ces facteurs que se dévoile la mise en scène où on joue à jouer, à être corseté, soit par un statut, soit par une convention sociale, celle de la bourgeoisie qui chez Sartre avait un relent des plus négatifs. Aussi, tous les personnages, mis à part Anna, ont un jeu apprêté, bien marqué sans être caricatural. Ils sont "théâtraux" dans leur essence. Il y a du théâtre dans le théâtre avec une scène d'Othello mais c'est aussi un comédien confondant ses identités privée et publique. Il perd son être dans un paraître.

Les changements de décors sont une belle construction scénographique dans des clairs-obscurs avec une scénographie qui glisse, Kean continuant de jouer entre chaque scène. C'est autour de ces moments que réel et fiction se lient. Dans la scène avec Desdémone, incarnée par Anna, nous le découvrons dans un rôle tendre, interpellant le public faisant déborder la fiction dans la réalité.

Alexis Desseaux donne une belle facette de son talent en faisant découvrir une personnalité sensible, moins fort en gueule, beaucoup plus tenu par le cœur et les émotions. Mais c'est aussi vrai de toute la troupe où, pour chacun, à l'exception d'Anna, chaque instant est un jeu du paraître qui se confond à celui d'un statut social. Ici c'est la couronne qui fait le roi, la tonsure celui du moine et l'habit retrousse ses manches pour montrer son col.

"Kean"

© Lot.
© Lot.
Texte : Alexandre Dumas.
Adaptation : Jean-Paul Sartre.
Mise en scène : Alain Sachs, assisté de Corinne Jahier.
Avec : Alexis Desseaux, Pierre Benoist, Sophie Bouilloux, Jacques Fontanel, Frédéric Gorny, Eve Herszfeld, Justine Thibaudat, Stéphane Titeca.
Décors : Sophie Jacob.
Costumes : Pascale Bordet, assistée de Solenne Laffitte.
Lumières : Muriel Sachs.
Musique : Frédéric Boulard.
Coiffure : Michelle Bernet.
Durée : 1 h 50.

Jusqu'au 27 juillet 2019.
Du mardi au jeudi à 20 h, le samedi à 18 h et le dimanche à 16 h, vendredi 26 à 20 h.
Théâtre de l'Œuvre, Paris 9e, 01 44 53 88 88.
>> theatredeloeuvre.com

Safidin Alouache
Dimanche 14 Juillet 2019

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives








À découvrir

•Off 2019• Antioche… Contradictions contemporaines… entre confort matérialiste et exaltation romantique

L'histoire se passe au Québec. Dans "Antioche" de Sarah Berthiaume, Antigone est une adolescente un peu foutrac, qui fait un peu n'importe nawak avec son djin troué et sa toga praetexta. Normal, elle voudrait jouer Anouilh et son Antigone, et articuler parfaitement le Français standard plutôt que jouer les fièvres du samedi soir…

•Off 2019• Antioche… Contradictions contemporaines… entre confort matérialiste et exaltation romantique
… Quant à sa copine Jade, elle ne vaut pas mieux qui s'emmure dans les toiles d'Internet, universelle araigne maléfique, pendant que sa mère qui a fui la Syrie fait des listes de mots pour les mémoriser.

Dans cette terre d'exil et d'accueil, dans cette terre d'immigration qui mêle réfugiés du Proche-Orient et descendants des acadiens entourés d'Anglais, cette terre qui veut échapper au globish et se pose la question de sa présence au monde, les deux copines rêvent de fugues, vivent intensément le sentiment de la liberté ou de l'enfermement. C'est que le confort matérialiste ou l'exaltation romantique sont autant de pièges à éviter. Pour elles le retour aux origines est problématique. La pièce noue les contradictions contemporaines.

Le langage est populaire, direct et inventif. Et le spectacle évolue de la comédie populaire et farcesque au drame suspendu au dessus des têtes. Les personnages connaissent des paroxysmes et dans les allers et les retours de leurs rêves, dans leurs errances, leurs désirs de fugues se lit la construction d'une mémoire et d'une identité. Jusqu'à ce que les deux héroïnes, en bordure du danger, croisent le chemin de la fatalité et du destin. Le retour aux origines devient tentation de l'intégrisme, du terrorisme.

Jean Grapin
29/06/2019
Spectacle à la Une

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !

Quand du noir complet, le faisceau de lumière de l'ampoule tombant des cintres coiffe le crâne dégarni et blanchi de Denis Lavant, hiératique derrière un bureau métallique fatigué, les yeux aimantés par un magnétophone à bande posé devant lui et absorbant dans la nuit magnétique toute son énergie, on se dit que la magie du théâtre est un leurre qui nous ravit au double sens…

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !
Plus rien n'existe alors que ce fabuleux homme né pour le théâtre qui s'apprête devant nous à renouer avec l'univers insolite de Samuel Beckett, dont il a interprété sur cette même scène des Halles, "Cap au pire" (2017), mis en jeu par le même Jacques Osinski.

Et le (très) long silence qui s'ensuit instille, dans le droit fil du choc liminaire, une étrangeté en osmose avec l'univers du dramaturge irlandais. Puis, émergeant de sa torpeur contemplative, "il" rapproche à quelques millimètres de son œil, que l'on devine à moitié aveugle, une clé extraite du fouillis de son veston loqueteux. Si le premier tiroir ouvert contenant une bobine ne l'intéresse pas dans l'immédiat, l'autre dans lequel il plonge à nouveau sa tête lui offre… une banane ! Épluchée soigneusement, elle va être tenue en bouche avant d'être mangée. La peau jetée sur le sol, lui vaudra une glissade digne d'un Buster Keaton sorti d'un film muet.

Yves Kafka
07/07/2019
Sortie à la Une

•Off 2019• Le dernier Ogre Conte slamé et "bio-éthique" à dévorer tout cru

D'abord dire le choc artistique lié au mix d'un slam magnétique, d'une voix parlée aux résonances philosophiques, d'une musique live et de live painting se répondant l'une et l'autre, le tout réuni sur le même plateau pour créer l'univers poétique où deux histoires différentes - quoique… - se rencontrent au point de chute. Les contes partagent cela en commun, ils "parlent" au-delà de leur contenu et réservent des surprises "sans fin" qui nous mettent en appétit (d'ogre).

•Off 2019• Le dernier Ogre Conte slamé et
Ensuite, dire que l'on ne doit pas se laisser abuser par le mot conte… Comme beaucoup de contes, il n'est pas destiné aux enfants même s'il peut être vu avec intérêt par eux aussi… ne serait-ce que pour qu'ils expliquent aux adultes que leur faim de bien faire - rêve d'une vie bio et écologique à tous crins - peut s'avérer à la fin, "une vraie tuerie"…

(Il était une fois) un ogre dont i["À [son] retour [sa] douce avait dressé la table/Préparée comme jamais des mets gorgés d'odeur"]i (il parle, l'ogre, en alexandrins slamés) et qui aimait ses sept filles plus que tout au monde, les bisoutant, les cajolant et veillant à ce que rien ne leur manquât de nourriture raffinée et autres conforts domestiques. Un père de famille au-dessus de tout soupçon…

Certes, les mets gorgés d'odeurs mijotés par sa femme ogresse étaient exquis à son goût mais ogre il était, et son penchant "naturel" pour la chair fraîche humaine ne pouvait longtemps rester au garde-manger.

Yves Kafka
27/07/2019