La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

Karine Deshayes et ses amis illuminent les nuits de l’Emperi

La 22e édition du festival "Musique à l’Emperi" nous parle d’amour cette année jusqu’au 8 août 2014. Le concert du 31 juillet a chaviré le cœur et ravit les oreilles de votre chroniqueuse.



© DR Festival de l'Emperi.
© DR Festival de l'Emperi.
La nuit tombe par degrés, il est 21 heures. Le château de l’Emperi est parfaitement beau avec ses vénérables pierres claires dans son écrin de végétation. Curieusement, sur cette hauteur, on n’entend aucune cigale et l’acoustique se révélera parfaite dans cette petite cour Renaissance aux fins meneaux évoquant "La châtelaine en sa tour" de Paul Verlaine... Un des poèmes du recueil "La Bonne Chanson" mis en musique par Gabriel Fauré entre 1892 et 1894 que la mezzo soprano Karine Deshayes chantera divinement dans ce concert. Un concert consacré à la musique française au mitan des XIXe et XXe siècles : Claude de France-Debussy, Jules Massenet, Gabriel Fauré donc et Ernest Chausson. Autant dire que le charme coloriste, les nuances délicates et la subtilité de cette écriture mélodique toute française ont la part belle.

À l’affiche deux des trois directeurs artistiques du festival, le flûtiste Emmanuel Pahud et le pianiste Eric Le Sage, et plusieurs autres grands solistes fidèles à la manifestation - comme le pianiste Franck Braley, Daishin Kashimoto superbe violoniste ou Maja Avramovic du Philharmonique de Berlin - pour jouer en duo, en trio ou plus et accompagner la chanteuse. C’est le festival de la générosité et de l’amitié comme le souligne sa toute nouvelle présidente Émilie Delorme, qui a accepté comme une évidence cette nouvelle mission en plus de la direction du festival lyrique d’Aix en Provence. "Musique à l’Emperi" tend donc naturellement la main à la jeune génération de (déjà) grands talents. Découvertes, plaisir et virtuosité sont bien les maîtres mots de ces soirées musicales.

© DR Festival de l'Emperi.
© DR Festival de l'Emperi.
Ce soir, nous écouterons avec autant de ravissement la flûte agile d’Emmanuel Pahud dans "Bilitis pour flûte et piano" de Debussy aux accents rappelant "L’Après-midi d’un faune", accompagné d’Éric Le Sage avec son toucher raffiné si français mais aussi le jeune violoncelliste allemand Julian Steckel (très inspiré trois heures plus tôt dans les "Suites" de Bach en l’Église Saint-Michel), l’altiste Julia Berthaud ou le pianiste Adam Laloum, tous impressionnants dans le si beau "Quatuor" de Fauré. Mais voilà qu’apparaît la mezzo que s’arrachent les grandes scènes, Karine Deshayes. Le charme, adorable envoûtement opéré par sa voix et cette musique française, opère sur l’auditoire. "L’heure exquise" qu’a évoquée Verlaine dans "La lune blanche" n’est pas indûment promise.

Dans les trois admirables "Chansons de Bilitis", poèmes de Pierre Louÿs mis en musique par Debussy, dans "La Bonne Chanson" de Fauré à la suavité toute élégiaque, dans Massenet et dans "La Chanson perpétuelle" de Chausson (répertoire dans lequel elle brille depuis toujours), la chanteuse est tout simplement enchanteresse. Les moindres subtilités, les couleurs fines, la sensibilité tendre et les sentiments exprimés dans ces mélodies sont magnifiés, transcendés même par une artiste en état de grâce. C’est la force des grands interprètes qu’ils arrêtent la course du temps dès qu’ils montent sur scène. La voix est d’une agilité sans égal grâce à un contrôle parfait du souffle et à des possibilités vocales semblant illimitées. Tout enchante l’oreille : des aigus exquis, un médium rond et sensuel, des graves profonds telle une nuit d’été. Plusieurs fois les larmes nous montent aux yeux quand nous ne sommes pas emportés très loin "out of the world". Qu’une artiste aussi ensorcelante et dont la splendide carrière ne fait que commencer ait honoré de sa présence pour deux concerts le festival nous fait bien augurer de l’avenir de "Musique à l’Emperi". En attendant la semaine sera encore riche des concerts à venir : Schubert, Strauss, Beethoven (entre autres) interprétés par des chambristes superbes, et encore un grand : le ténor Julian Prégardien le 5 août.

© DR Festival de l'Emperi.
© DR Festival de l'Emperi.
Du 29 juillet au 8 août 2014.

Château de l’Emperi.
Montée de Puech, Salon de Provence (13).

Informations et réservations :
Musique à l’Emperi : 04 90 56 00 82.
info@festival-salon.fr
>> festival-salon.fr

Christine Ducq
Mardi 5 Août 2014

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.









À découvrir

L'îlot de la Chapelle Saint-Michel, lieu emblématique du Lac de Serre-Ponçon et des Hautes-Alpes, une scène culturelle !

Ce projet, mené par l'association He le'ale'a qui initie des actions culturelles d'envergure tout au long de l'année dans les Hautes-Alpes, se déroulera le 13 et le 20 août. La première date sera dédiée à la danse et au blues. Un événement à vivre sur l'eau sous le regard protecteur du Grand Morgon et de son pic trônant à 2324 m.

L'îlot de la Chapelle Saint-Michel, lieu emblématique du Lac de Serre-Ponçon et des Hautes-Alpes, une scène culturelle !
He le'ale'a n'en est pas à sa première expérience pour ce qui est d'inviter les pratiques artistiques et les artistes de renom dans des lieux insolites. Il y a eu récemment la deuxième édition de "Musique au Sommet" des concerts de musiques actuelles (swing, jazz, rock, soul, folk, etc.) dans un village de 300 habitants, Prunières, en dehors des lieux touristiques… une scène comme suspendue entre les crêtes du domaine skiable de la station de Réallon et le Lac de Serre-Ponçon pour 3 concerts à des altitudes différentes…

Et, aujourd'hui, l'îlot Saint-Michel qui s'inscrit dans ces propositions alliant cadre exceptionnel, valorisation du patrimoine - qu'il soit bâti ou environnemental - et excellence artistique. L'îlot deviendra ainsi une scène naturelle qui se prêtera à partir de 19 h à un Drive-in Boat accueillant des artistes de la musique et de la danse.

Une distanciation de fait, à l'heure du COVID, pour un coucher de soleil inoubliable. Le 13 août, c'est l'artiste international de blues, Cisco Herzhaftet qui sera sur scène et jouera les morceaux de son nouvel albu. En première partie, la Compagnie Isabelle Mazuel, de Briançon, présentera un spectacle de danse contemporaine intitulée "Fauteuil d'extérieur". Le 20 août, la couleur musicale sera Pop-Jazz.

Gil Chauveau
06/08/2020
Spectacle à la Une

La Semaine Acadienne fête son quinzième anniversaire

C'est du 8 au 15 août 2020 que se déroulera cette nouvelle édition avec la présence sur scène de Natasha St-Pier, du groupe de rock Mes souliers sont rouges, du Trio Sortilège, du Morand Cajun Band, de Pascal Periz (ex-chanteur du groupe Pow Wow), entre autres.

La Semaine Acadienne fête son quinzième anniversaire
Créée en 2006 pour rendre hommage aux soldats Acadiens ayant débarqué en 1944 sur la Côte de Nacre, la Semaine Acadienne est aujourd'hui un festival qui perpétue ces commémorations mais surtout s'est révélé être l'une des manifestations phares consacrées à la musique traditionnelle et d'aujourd'hui de l'Acadie, avec des artistes venant des deux rives de l'Atlantique.

Malgré un contexte difficile dû à la crise du Covid-19, a Semaine Acadienne revient pour souffler ses quinze bougies avec de grands artistes mais également avec ateliers, animations, conférences, projections de documentaires, cérémonies commémoratives en hommage aux soldats Acadiens, bal country, randonnée pédestre sur les traces des soldats canadiens, défilé de voitures anciennes. Tous les incontournables du festival seront bien au rendez-vous.

Gil Chauveau
04/08/2020
Sortie à la Une

Les Échappées Cirque remplacent, durant cet été de déconfinement, le festival "Parade(s)" à Nanterre

Le festival "Parade(s)", qui devait avoir lieu la première semaine de juin, a dû être annulé suite à la crise sanitaire… Mais la ville, l'équipe du festival "Parade(s)" et Les Noctambules - école de cirque et lieu de fabrique des Arènes de Nanterre - ont décidé de programmer en juillet et en août des propositions circassiennes dans les quartiers.

Les Échappées Cirque remplacent, durant cet été de déconfinement, le festival
Ainsi, durant tout l’été, 10 échappées seront accueillies dans le cadre des Terrasses d'été imaginées par la ville de Nanterre dans chaque quartier. Une programmation des arts du cirque et de la rue qui mêle spectacles de danse, numéros de cirque (tissu, trapèze, mât chinois, etc.), impromptus spectaculaires et poétiques, ateliers de jonglage et de sérigraphie… mais aussi espace détente avec transats, jeux d'eau et animations.

Les artistes invités, (en alternance) :
Léonardo Montresor, Christopher Lopresti et Lou Carnicelli, Thomas Trichet, Hervé Dez Martinez et Boris Lafitte (Cie FFF), Iorhanne Da Cunha et Anahi de las Cuevas (Cie l'un Passe), Rocco Le Flem (Cie Iziago), Déborah Mantione (Cie Trat), Laura Terrancle (Cie Femme Canon), Yumi Rigout (Cie Furinkaï), Antoine Helou, Ilaria De Novellis, Atelier de la Banane…
Coordination artistique : Satchie Noro.

Gratuit et ouvert à tous.
De 15 h à 19 h, en continu.

Gil Chauveau
06/07/2020