Quantcast
La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

Karine Deshayes et ses amis illuminent les nuits de l’Emperi

La 22e édition du festival "Musique à l’Emperi" nous parle d’amour cette année jusqu’au 8 août 2014. Le concert du 31 juillet a chaviré le cœur et ravit les oreilles de votre chroniqueuse.



© DR Festival de l'Emperi.
© DR Festival de l'Emperi.
La nuit tombe par degrés, il est 21 heures. Le château de l’Emperi est parfaitement beau avec ses vénérables pierres claires dans son écrin de végétation. Curieusement, sur cette hauteur, on n’entend aucune cigale et l’acoustique se révélera parfaite dans cette petite cour Renaissance aux fins meneaux évoquant "La châtelaine en sa tour" de Paul Verlaine... Un des poèmes du recueil "La Bonne Chanson" mis en musique par Gabriel Fauré entre 1892 et 1894 que la mezzo soprano Karine Deshayes chantera divinement dans ce concert. Un concert consacré à la musique française au mitan des XIXe et XXe siècles : Claude de France-Debussy, Jules Massenet, Gabriel Fauré donc et Ernest Chausson. Autant dire que le charme coloriste, les nuances délicates et la subtilité de cette écriture mélodique toute française ont la part belle.

À l’affiche deux des trois directeurs artistiques du festival, le flûtiste Emmanuel Pahud et le pianiste Eric Le Sage, et plusieurs autres grands solistes fidèles à la manifestation - comme le pianiste Franck Braley, Daishin Kashimoto superbe violoniste ou Maja Avramovic du Philharmonique de Berlin - pour jouer en duo, en trio ou plus et accompagner la chanteuse. C’est le festival de la générosité et de l’amitié comme le souligne sa toute nouvelle présidente Émilie Delorme, qui a accepté comme une évidence cette nouvelle mission en plus de la direction du festival lyrique d’Aix en Provence. "Musique à l’Emperi" tend donc naturellement la main à la jeune génération de (déjà) grands talents. Découvertes, plaisir et virtuosité sont bien les maîtres mots de ces soirées musicales.

© DR Festival de l'Emperi.
© DR Festival de l'Emperi.
Ce soir, nous écouterons avec autant de ravissement la flûte agile d’Emmanuel Pahud dans "Bilitis pour flûte et piano" de Debussy aux accents rappelant "L’Après-midi d’un faune", accompagné d’Éric Le Sage avec son toucher raffiné si français mais aussi le jeune violoncelliste allemand Julian Steckel (très inspiré trois heures plus tôt dans les "Suites" de Bach en l’Église Saint-Michel), l’altiste Julia Berthaud ou le pianiste Adam Laloum, tous impressionnants dans le si beau "Quatuor" de Fauré. Mais voilà qu’apparaît la mezzo que s’arrachent les grandes scènes, Karine Deshayes. Le charme, adorable envoûtement opéré par sa voix et cette musique française, opère sur l’auditoire. "L’heure exquise" qu’a évoquée Verlaine dans "La lune blanche" n’est pas indûment promise.

Dans les trois admirables "Chansons de Bilitis", poèmes de Pierre Louÿs mis en musique par Debussy, dans "La Bonne Chanson" de Fauré à la suavité toute élégiaque, dans Massenet et dans "La Chanson perpétuelle" de Chausson (répertoire dans lequel elle brille depuis toujours), la chanteuse est tout simplement enchanteresse. Les moindres subtilités, les couleurs fines, la sensibilité tendre et les sentiments exprimés dans ces mélodies sont magnifiés, transcendés même par une artiste en état de grâce. C’est la force des grands interprètes qu’ils arrêtent la course du temps dès qu’ils montent sur scène. La voix est d’une agilité sans égal grâce à un contrôle parfait du souffle et à des possibilités vocales semblant illimitées. Tout enchante l’oreille : des aigus exquis, un médium rond et sensuel, des graves profonds telle une nuit d’été. Plusieurs fois les larmes nous montent aux yeux quand nous ne sommes pas emportés très loin "out of the world". Qu’une artiste aussi ensorcelante et dont la splendide carrière ne fait que commencer ait honoré de sa présence pour deux concerts le festival nous fait bien augurer de l’avenir de "Musique à l’Emperi". En attendant la semaine sera encore riche des concerts à venir : Schubert, Strauss, Beethoven (entre autres) interprétés par des chambristes superbes, et encore un grand : le ténor Julian Prégardien le 5 août.

© DR Festival de l'Emperi.
© DR Festival de l'Emperi.
Du 29 juillet au 8 août 2014.

Château de l’Emperi.
Montée de Puech, Salon de Provence (13).

Informations et réservations :
Musique à l’Emperi : 04 90 56 00 82.
info@festival-salon.fr
>> festival-salon.fr

Christine Ducq
Mardi 5 Août 2014

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Huit pièces de théâtre d'Agatha Christie éditées chez L'Œil du Prince

L'œuvre théâtrale d'Agatha Christie est très peu connue en France, ses pièces n'ayant quasiment jamais été publiées en français. C'est chose partiellement réparée avec la publication de huit textes - constituant une partie de son œuvre dramatique -, entre 2018 et 2020, aux Éditions L'Œil du Prince* dont deux, "Reconstitution" et "Le Point de rupture", le 12 novembre dernier.

En adaptant elle-même ses romans, Agatha Christie se révèle en dramaturge précise, maîtrisant parfaitement la tension dramatique du huis clos. Sa plume de romancière perce à travers des didascalies fournies, qui permettent de traverser les pièces comme des récits. On a pu le voir l'année dernière à La Pépinière Théâtre avec "La Souricière" mise en scène par Ladislas Chollat.

Ici, pour ces huit parutions, la traduction a été assurée par Gérald Sibleyras, auteur de quelques beaux succès dont "Un Petit Jeu sans conséquence" (co-écrit avec Jean Dell) et Sylvie Perez, journaliste et essayiste.

Gérald Sibleyras est l'auteur de nombreuses pièces : "Le Vent des peupliers", "La Danse de l'albatros", etc. Nommé quatre fois aux Molières comme meilleur auteur, il a gagné le Laurence Olivier Award de la meilleure comédie à Londres en 2006 pour l'adaptation du "Vent des peupliers". Il a reçu en 2010 le Molière de l'adaptateur pour "Les 39 marches". Gérald Sibleyras est également l'adaptateur de la pièce à succès "Des fleurs pour Algernon".

Gil Chauveau
27/11/2020
Spectacle à la Une

Lou Casa CD "Barbara & Brel" À nouveau un souffle singulier et virtuose passe sur l'œuvre de Barbara et de Brel

Ils sont peu nombreux ceux qui ont une réelle vision d'interprétation d'œuvres d'artistes "monuments" tels Brel, Barbara, Brassens, Piaf et bien d'autres. Lou Casa fait partie de ces rares virtuoses qui arrivent à imprimer leur signature sans effacer le filigrane du monstre sacré interprété. Après une relecture lumineuse en 2016 de quelques chansons de Barbara, voici le profond et solaire "Barbara & Brel".

© Alicia Gardes.
Comme dans son précédent opus "À ce jour" (consacré à Barbara), Marc Casa est habité par ses choix, donnant un souffle original et unique à chaque titre choisi. Évitant musicalement l'écueil des orchestrations "datées" en optant systématiquement pour des sonorités contemporaines, chaque chanson est synonyme d'une grande richesse et variété instrumentales. Le timbre de la voix est prenant et fait montre à chaque fois d'une émouvante et artistique sincérité.

On retrouve dans cet album une réelle intensité pour chaque interprétation, une profondeur dans la tessiture, dans les tonalités exprimées dont on sent qu'elles puisent tant dans l'âme créatrice des illustres auteurs que dans les recoins intimes, les chemins de vie personnelle de Marc Casa, pour y mettre, dans une manière discrète et maîtrisée, emplie de sincérité, un peu de sa propre histoire.

"Nous mettons en écho des chansons de Barbara et Brel qui ont abordé les mêmes thèmes mais de manières différentes. L'idée est juste d'utiliser leur matière, leur art, tout en gardant une distance, en s'affranchissant de ce qu'ils sont, de ce qu'ils représentent aujourd'hui dans la culture populaire, dans la culture en général… qui est énorme !"

Gil Chauveau
03/12/2020
Sortie à la Une

Vingt-huit personnalités du monde culturel et intellectuel déposent une demande au Conseil d'État : leur droit fondamental à la culture

© DR.
L'ensemble des acteurs du théâtre, cinéma, cirque, privés, publics, compagnies, organismes publics, syndicats, associations… seront présents ou représentés lundi matin devant le Conseil d'État pour demander au gouvernement la réouverture des lieux de Culture.

À l'occasion de cette audience, 28 personnalités du monde culturel et intellectuel se sont jointes hier à la procédure en déposant une demande pour invoquer, en tant que citoyen, leur droit fondamental d'accès à la culture.

Ils souhaitent que le Conseil d'État se saisisse de ce moment historique et consacre le droit à la Culture comme une liberté fondamentale en France.

Mireille Delmas Marty, Edgar Morin, Isabelle Adjani, Karin Viard, Juliette Binoche, Jean Nouvel, David Dufresne, Jean-Michel Ribes, Virigine Efira, Rokhaya Diallo, Charles Berling, Pauline Bureau, Philippe Torreton, Julie Gayet, Rebecca Zlotowski, François Morel, Nadège Beausson-Diagne, Nancy Huston, Bulle Ogier, Bernard Latarjet, Laurence Lascary, Patrick Aeberhard, Marcial Di Fonzo Bo, Anna Mouglalis, José-Manuel Gonçalves, Zahia Ziouani, Anny Duperey, Paul B. Preciado.

Cabinet en charge du dossier :
Cabinet Bourdon & Associés – Avocats, 01 42 60 32 60.
contact@bourdon-associes.com

Communiqué de presse du 20 décembre 2020.

La Rédaction
20/12/2020