La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

Jules Matton, l'indompté

En résidence au Théâtre de Compiègne la saison dernière, le compositeur Jules Matton a créé en avril dernier son premier opéra, "L'Odyssée", qui sera repris en tournée à partir de décembre. Il a, le même mois, signé chez Fondamenta son premier disque intitulé "Livre I".



"L'Odyssée" © Vincent Pontet.
"L'Odyssée" © Vincent Pontet.
Il sera en résidence au Festival d'Auvers-sur-Oise l'été prochain et il est d'ores et déjà sélectionné pour le 20e Grand Prix Lycéen des Compositeurs. Rencontre avec un jeune créateur, libre et critique de son époque.

Pianiste de formation, Jules Matton est à trente ans un compositeur qui compte. Après l'obtention de sa licence de philosophie à l'Institut Catholique de Paris, il est allé étudier à la Juilliard School of Music and Dance, d'où il est sorti diplômé en 2013 après avoir travaillé avec John Corigliano et Christopher Rouse.

Christine Ducq - Comment décide-t-on de devenir compositeur ?

Jules Matton - Il ne s'agit jamais d'une décision. La chose s'impose. En ce qui me concerne, je passais mon temps au piano et, assez vite, j'ai ressenti le besoin d'imiter les compositeurs que je travaillais comme pianiste : Schubert, Chopin, Rachmaninov. Alors, j'ai commencé à étudier l'harmonie et à improviser. Et c'est seulement après mon Prix, à 19 ans, que j'ai décidé de ne pas passer les concours de piano habituels, et de me consacrer pleinement à la composition. Je n'ai jamais eu de maître à proprement parler, et mon rapport à la création a dès le départ été autodidactique et solitaire, fait d'improvisation au piano et d'écoute de disques.

© DR.
© DR.
Revendiquez-vous tout de même un héritage ?

Jules Matton - Naturellement. Cette question, dans une époque obsédée par l'émancipation individuelle - qu'on oppose bêtement à l'héritage alors qu'elle en est tributaire (dans le sens où nous avons besoin d'un héritage pour avoir la structure et la force d'aller au-delà de cet héritage) - est selon moi un faux problème. Ni Beethoven, ni Stravinsky, qui furent de grands novateurs, ne se posèrent la question de l'héritage de cette manière. Ils avaient simplement une conscience aigüe de l'élan avec lequel ils allaient devoir digérer le passé pour accoucher le plus authentiquement possible de leurs œuvres.

Sans me mesurer à ces géants, je suis moi aussi le fruit d'une histoire qu'en tant que créateur je dois prendre sur moi et rendre à travers ma subjectivité. Le tout est d'aller chercher ce dont parle Kandinsky dans "Du spirituel dans l'art" : la nécessité intérieure. Plus importante aujourd'hui que les concepts dix-neuviémistes - et selon moi périmés - de nouveauté et d'originalité est cette nécessité intérieure. Qu'elle aille dans le sens de la complexité ou de la simplicité.

Contrairement à ce que les épigones de Pierre Boulez déclarent encore, cette histoire de la musique est, selon vous, celle de "mille ans de tergiversations". Que voulez-vous dire ?

"L'Odyssée" © Vincent Pontet.
"L'Odyssée" © Vincent Pontet.
Jules Matton - On nous présente souvent l'histoire musicale occidentale comme un chemin rectiligne de la simplicité du chant grégorien à la complexité de l'école sérielle et de ses héritiers. C'est à se flinguer de bêtise : on trouve des enchaînements très complexes au Moyen Âge ou chez Gesualdo tandis que Mozart ou, par exemple et dans un autre registre les Beatles, sont souvent d'une grande simplicité harmonique. À partir de la fin du XIXe siècle, certains compositeurs sont allés vers une saturation de l'échelle chromatique, tandis que d'autres, comme Debussy et Ravel, sont allés dans la direction opposée, c'est-à-dire celle d'une épuration du romantisme chromatique.

Après la période de la Seconde École de Vienne, après celle de Darmstadt, sont venus les Minimalistes américains, qui ont à leur tour épuré le langage et sont revenus à certains fondamentaux. Si vous voulez, l'idée de progrès en art a fait son temps : a-t-on moins de plaisir à écouter Josquin Desprez que Philippe Hersant ? Selon moi, non.

Comment trouve-t-on son langage concrètement ?

Jules Matton - Mais j'espère ne jamais trouver mon langage ! Le langage individuel est un concept moderne dans lequel les grands artistes (si on regarde leur parcours sans cesse renouvelé et sans cesse rafraîchi) ne se sont jamais enfermés. Le langage se déploie de lui-même à partir de l'élan interne et, si on y prête trop d'attention narcissique, il y a toujours le risque de tomber dans la systématisation. Cela étant dit, on sent bien sûr certaines influences dans ma musique.

© Anka.
© Anka.
Je suis notamment tributaire de ce qu'Alfred Schnittke appelait le polystylisme : l'utilisation d'esthétiques éloignées dans le temps au sein d'une même structure : collage, réminiscences de musique ancienne, juxtaposition ou superposition de registres antithétiques comme l'ironie, la tendresse, le tragique, le lyrique. Pour moi réside dans ces techniques - qui sont celles des Russes postmodernes, mais aussi d'Olivier Greif, de Hanz Werner Henze, ou d'un certain rock progressif - quelque chose qui aide à nous rendre plus intime notre contemporanéité disloquée. Comme créateur, il s'agit d'embrasser la totalité de l'expérience, qui inclut ce quotidien éclaté dans lequel nous évoluons.

Dans l'opéra, notamment ?

Jules Matton - L'opéra peut et doit se saisir de tout. Dans mon prochain opéra, je compte élargir ma palette vers l'utilisation de techniques de tuilage, de phasing, de bandes magnétiques de sons prélevés dans notre quotidien, notamment télévisuels. À un moment, le personnage principal échoue dans une boîte de nuit étouffante, traversée de faisceaux tridimensionnels et clignotants, qu'il ressent comme l'horreur achevée du monde contemporain. Mais à la place de la techno diatonique habituelle, on entendra une masse orchestrale dodécaphonique, aux cordes intégralement divisées, posée sur un beat pulsionnel électronique extrêmement violent.

Vous avez un goût certain pour les formes que d'aucuns ont reléguées dans le passé.

Jules Matton - Oui, sans doute par provocation réactionnaire (il rit). Récemment, plusieurs de mes pièces ont été critiquées (notamment sur les réseaux sociaux) par quelques épigones de l'héritage de Darmstadt dont je ne citerai pas les noms. Ce qui est très amusant à contempler : on se radicalise toujours assez bêtement quand on se sent disparaître. Mais, au-delà de la polémique et pour répondre à votre question, j'aime à rendre hommage et à poursuivre certaines traditions, comme celle du quatuor à cordes par exemple quand j'ai le sentiment que ces traditions sont encore vivantes et ont encore des choses à nous dire.

Vous allez aussi composer de la musique de film, n'est-ce pas ?

Jules Matton - Oui, mais je ne peux pas vous en parler pour l'instant, si ce n'est en vous disant qu'il s'agit d'un film d'époque et qu'il s'agira d'une collaboration avec Valentin Tournet et son ensemble La Chapelle Harmonique. En revanche, je peux vous dire d'ores et déjà qu'au printemps sera créé au Théâtre Impérial de Compiègne "Face à face", sur un texte de Bergman, dans une mise en scène de Léonard Matton (mon frère), et sur une musique de votre serviteur.

"L'Odyssée" © Vincent Pontet.
"L'Odyssée" © Vincent Pontet.
Vous travaillez donc à un nouvel opéra ?

Jules Matton - Oui. Le sujet est l'histoire et l'errance d'un jeune homme qui perd sa petite amie dans l'attentat de novembre 2015 au Bataclan et qui, par l'expérience du tragique et au lieu de s'enferrer dans les poncifs médiatiques de l'époque - faits de compassion collective et d'une vision très manichéenne de l'Histoire -, va s'engager progressivement dans une quête de vérité personnelle et rompre avec sa vie antérieure.

Je pense qu'Anton Ljuvjine, le librettiste, serait d'accord pour dire avec moi que nous essayons de prendre à bras-le-corps notre époque de malaise et de scepticisme achevés vis-à-vis du politique ; cette époque dominée par les réseaux sociaux, la publicité, l'esprit de meute, les atmosphères start-up, le narcissisme pulsionnel… Cet opéra sera une sorte de satire grinçante en forme de dénonciation des fausses valeurs et de la fausse positivité - du faux "Bien" comme disait Philippe Muray - de notre temps.

16 décembre 2018.
"L'Odyssée",
Opéra pour 12 paysages, solistes, quatuor à cordes et orphelins,
à l'Opéra de Lille.

● Jules Matton "Livre 1" (2018).
Label : Fondamenta.
Distribution : Sony Music Entertainment.

Programme complet et catalogue des œuvres sur >> julesmatton.fr

"L'Odyssée" © Vincent Pontet.
"L'Odyssée" © Vincent Pontet.

Christine Ducq
Mardi 2 Octobre 2018

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique




    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Le Frigo" de Copi mis en scène par Clément Poirée

Captation intégrale Voici aujourd'hui une proposition du Théâtre de la Tempête, "Le Frigo", une création qui fut la première partie d'une aventure théâtrale intitulée "Dans le frigo" de Clément Poirée et présentée en ouverture de saison en septembre et octobre 2019.

"Un frigo, c'est la boîte du prestidigitateur la plus élémentaire quand on n'a pas de moyens", nous dit Copi. Exilé à Paris dans les années soixante, l'auteur et dessinateur franco-argentin est une figure emblématique et déjantée de la scène et de l'affirmation du mouvement gay. Atteint du sida, il se sait déjà condamné en 1983 lorsqu'il écrit "Le Frigo". "Je n'ose pas l'ouvrir. J'ai peur d'y trouver le cadavre de ma mère", confie L., le personnage principal. Qu'y a-t-il dans le frigo, dans nos frigos ?

"Macbeth" de Shakespeare et "Les Bonnes" de Jean Genet nouent à mes yeux des correspondances profondes et, tout comme "Le Frigo" de Copi, dévoilent, chacune à sa manière, nos monstres intimes, nos désirs les plus noirs, nos ressources les plus puissantes. Je cherche à tisser les liens sensibles qui font de ces trois pièces un seul spectacle et un seul parcours vibrant pour les spectateurs : un cheminement dans les recoins inavouables de nos âmes, à la recherche de ce qui est dissimulé, enseveli dans nos cœurs, scellé dans nos frigos intérieurs. Un parcours imprévisible, lui-même monstrueux. Clément Poirée.

Gil Chauveau
30/03/2020
Spectacle à la Une

"Où sont passés vos rêves ?" d'Alexandre Prévert, en public au Bataclan

Captation intégrale "Où sont passés vos rêves ?" est le nouveau stand-up classique écrit et interprété par Alexandre Prévert, jeune pianiste de 23 ans, accompagné par le groupe Believe et le label Naïve. Ce jeune Savoyard talentueux, diplômé du Conservatoire de Paris, associe à une originalité créative le piano et les grands compositeurs, l'humour, la poésie, les échanges avec le public et les anecdotes historiques. Joyeux et virtuose, son spectacle est une pause rafraîchissante qui sied bien au contexte actuel un chouia anxiogène !

Ce spectacle est une invitation à rire ensemble de nos petites histoires personnelles et de notre grande Histoire commune, en les partageant sans complexe à travers les codes du stand-up, de la musique classique et de la poésie.

Pour cette nouvelle saison, Alexandre Prévert vous propose un voyage dans le temps et dans l'Histoire à travers les rêves d'amour de Verlaine et de Liszt, les rêves de révolution de Beaumarchais et de Mélenchon, le rêve d'égalité de Martin Luther King ou encore le rêve d'un nouveau Monde partagé par Gérard et Christophe Colomb !

Sur votre route, vous pourrez également croiser Mozart, Apollinaire, Leonardo DiCaprio, Renaud, Schubert, Montaigne, Booba et Kaaris, Chopin, et même Napoléon III dans un Airbnb...

Alors, où sont passés vos rêves ?

Gil Chauveau
27/03/2020
Sortie à la Une

"Comment va le monde ?" de Marc Favreau, mise en scène de Michel Bruzat, avec Marie Thomas

Captation intégrale Proposée par RBD Productions, le Théâtre de la Passerelle (Limoges) et le Théâtre Les Déchargeurs (Paris), "Comment va le monde ?" a été filmé en 2017 dans ce théâtre parisien. Il s'agit d'une création de Marie Thomas permettant de découvrir les textes et de rendre hommage à Sol, le clown clochard imaginé et interprété pendant plus de quarante ans par le québécois Marc Favreau (1929-2005).

Parce qu'il a toujours eu envie de protéger la terre, Sol, pétrisseur, jongleur de mots, à la diatribe philosophique et humoristique, s'évade. Lui, il n'a rien, ce clown naïf nous fait partager sa vision du monde, il joue avec les maux/mots de la terre. La grande force de Sol, c'est de n'être rien, ça lui permet de jouer à être tout. Simplicité, liberté, folie, note bleue mélancolique dans les yeux.

"On est tous Sol seul au fond de soi et qu'il est le pôvre petit moi de chacun. Il se décarcasse pour que la vérité éclate. Il n'a pas d'amis, rien que des mots, il débouche sur la poésie pure. Liberté.

"Il est le plus petit commun dénominateur, c'est-à-dire qu'il a en lui, quelque chose de chacun de nous. Tout le monde finit par se reconnaître en lui. Pourquoi ? Un exemple de qualité, sans emphase, sans ostentation, avec humilité. Il insuffle au langage une énergie. Poète philosophe, médecin de l'esprit, menuisier, jardinier, autodidacte. Dans une époque secouée par toutes sortes de crises, cultivé, il transcende avec un grand éclat de rire. As du cœur, poète, rêveur, il rejoint le clown et l'Auguste. On s'enrichit à son contact. Enfant, il va jusqu'à l'absurde et dissèque ce petit peuple de tous les jours. Ce n'est pas une mise en accusation mais un constat témoin, malin. Il pose les questions, soulève des interrogations. Il est plus que jamais nécessaire de faire entendre les mots de ce clown/clochard, humaniste, qui nous parle de l'état de la planète, de la consommation.

"Et Marie Thomas lève la tête comme si le ciel lui parlait. Elle ne ressemble à personne, c'est fou comme j'aime. J'aime sa gaieté et sa mélancolie, ce vide et ce plein en elle. Un clochard aux traits d'un clown triste s'en va faire son "parcours" au milieu des mots. Il recrée tout un langage qui distrait le quotidien de sa banalité. Il dissèque la société et ses multiples aveuglements. Un marginal qui découvre le monde et le recompose avec humour. Tout est tourné en dérision avec délicatesse." Michel Bruzat, metteur en scène.

Gil Chauveau
26/03/2020