La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Joie" éternelle… Hymne à la vie, avec fleurs et couronnes

Cela peut être très drôle la mort quand on y pense… Enfin quand on n'y pense pas et que l'on se laisse porter par les souvenirs de sa vie derrière soi. Ceux par exemple, incongrus, qui déferlent lors d'un enterrement. Là où on attendrait précisément plus de retenue compassée vu les circonstances peu amènes. Ainsi va la vie à la mort, amen… Se moquant du savoir-vivre compassionnel, la grande faucheuse se rit des convenances des vivants - autant qu'ils se rient d'elle - et les digues craquent, libérant leur trop-plein.



© Karim C.
© Karim C.
Lorsqu'Anna Bouguereau - auteure et interprète inspirée par des ferments d'autofiction - entre par la petite porte latérale empruntée par le public quelques instants auparavant, elle crée d'emblée une connivence. Ce chemin (de croix ? !) qu'elle va suivre, marquant le pas à toutes les étapes de son itinéraire d'une jeune femme en voie de désacralisation, a quelque chose à voir avec nos tribulations personnelles.

Qui le jour d'un enterrement d'un être cher n'a pas en effet été traversé par un cortège de pensées hors-sol ou, pire, par un fou rire ravageur propre, à l'insu de son plein gré, à faire la nique à la camarde ? La jeune femme présente - protagoniste irréprochable dans sa tenue stricte et qui pourtant "n'a pas réussi à pleurer" le jour de l'enterrement de sa tante… - est des nôtres lorsqu'elle se met, bouquet en main, à narrer les à-côtés des obsèques.

Il y avait d'abord le mari - son oncle - qui arborait un digne sourire derrière ses mots et un cigarillo aux lèvres, celui-là même que détestait sa femme. Lui aussi il n'arrivait pas à verser une larme, à la différence d'autres qui rivalisaient jusqu'à en faire des caisses. Comme si le chagrin ça se mesurait en litres. Mais surtout, là où elle s'est sentie mal la cousine du beau Paul, c'est lorsque ce dernier embrassa, tout en l'enlaçant par la taille, sa belle épouse blottie contre lui, alors qu'elle… Et bien non, elle était bel et bien seule…

Aussi, lorsque la chanson de son premier slow - elle avait 13 ans… - est diffusée sur le programme de Nostalgie choisi par le mari de la défunte, ses pensées voguent-elles allègrement vers le souvenir du jean, gonflé à mort sous la ceinture, de son juvénile cavalier. Oh l'envie irrépressible de danser à nouveau, là dans le cimetière, au milieu des tombes…

© Karim C.
© Karim C.
Ainsi se précipitent les réflexions tous azimuts de la jeune femme livrée corps et âme à son passé pour mieux s'en délivrer… Ses questions sur la mort quand elle était toute petite et l'effroi ressenti face au néant annoncé tout de go par son père… Mais Éros triomphe de Thanatos lorsqu'elle nous raconte son retour du cimetière dans la voiture la menant à la gare, conduite par le beau Paul enfin débarrassé de sa moitié. Il s'en aurait fallu de très peu - le retour de la chanson sur la bande musicale de Nostalgie - pour qu'elle lui saute dessus afin de l'embrasser à pleine bouche, et plus si affinités.

L'humour à nu, toujours porté par une infinie tendresse, nous submerge littéralement tant il y a là un vivier de vérités palpables… L'appel des sens hors de toute morale, l'irrépressible besoin de se sentir aimé(e) pour ne plus être seul(e), le refus de voir englouti dans la terre l'être cher. Et puis la bizarrerie d'avoir pleuré pour la première fois un mort - qu'elle ne connaissait aucunement - lors de la canicule de 2003 ou encore la mort de Marie Trintignant qui l'a laissée inconsolable. Pourquoi pleurer toutes les larmes de son corps pour des inconnus alors que l'on reste sec pour des proches ? Mystère constitutif de notre complexité d'être "vivant".

Anna Bouguereau, pour son premier essai en tant qu'auteure, réalise là un coup de maître(sse) ; son texte dissèque avec grand bonheur, extrême lucidité et humour décapant, les strates de ce que la Mort recouvre. L'expérience "post-mortem", qu'elle interprète elle-même avec une sincérité bouleversante, déclenche en chacun un sentiment de plénitude tant la proximité créée avec le public est "vraie". Quant à la mise en jeu de Jean-Baptiste Tur, au diapason, elle offre un écrin - de fleurs - à cette cérémonie pétrie d'intelligence sans fard, au plus haut point vivifiante.

"Joie"

© Karim C.
© Karim C.
Conception, texte et interprétation : Anna Bouguereau.
Mise en scène : Jean-Baptiste Tur.
Collaboration artistique : Alice Vannier.
Création lumières : Xavier Duthu.
Durée : 55 minutes.
Production : Antistène.
>> antisthene.fr

A été joué lors d'Avignon Off 2019 au Théâtre du Train Bleu.

Yves Kafka
Dimanche 29 Mars 2020

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022




    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Au 41e Festival de la Vézère souffle l’esprit de la musique

Le festival de référence en Corrèze poursuit son aventure malgré la disparition de sa regrettée fondatrice. Il offrira cette saison encore de très beaux rendez-vous musicaux.

Festival de la Vézère 2020, concert de la famille Pidoux © 28mmphoto.
Pour sa 41e édition, le Festival de la Vézère fera vivre l'esprit des lieux puisque Diane du Saillant poursuit la belle mission que s'étaient fixés ses parents, Isabelle et Guy : donner la plus grande audience à la musique et à l'opéra en Corrèze en région Nouvelle-Aquitaine. Elle est donc à la tête depuis cette année du festival fondé en 1981 et entend même le développer. Dix-neuf événements forts rassemblant 150 artistes dans treize lieux remarquables sont offerts dès le début de juillet et ce, pour plus d'un mois.

Fidèle à son esprit alliant exigence et éloge de la beauté, invitant nouveaux venus et artistes fidèles, la manifestation entend rassembler un public très divers : jeunes, familles, mélomanes avertis et amateurs estivaux de sensations nouvelles. De nombreux lieux patrimoniaux se sont ajoutés au cours des quatre décennies mettant le public aux premières loges de l'excellence musicale. En cette année 2022 s'y ajoutent deux nouveaux : les Ardoisières de Travassac et les Jardins de Colette à Varetz. Ce dernier accueillera le 20 juillet Alex Vizorek et le Duo Jatekok, les talentueuses sœurs pianistes, pour un "Carnaval des animaux" de Saint-Saëns attendu.

Outre le désormais traditionnel week-end lyrique des 5, 6 et 7 août au Château du Saillant, rendu possible grâce à la formidable compagnie du pianiste Bryan Evans, Diva Opéra (avec "Tosca" et "Cosi fan tutte" cet été), voici une petite sélection d'évènements inratables chinés au cœur d'un riche programme.

Christine Ducq
25/06/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Fantasio" L'expression contemporaine d'un mal-être générationnel

"Buvons l'ami et songeons à ce mariage point désiré." Éternel sujet maintes fois traité par nos grands auteurs classiques, l'union "forcée" reste encore d'actualité et l'acte de résistance qu'opposent les femmes, quel que soit le pays, peut induire une forme de rébellion et une revendication d'indépendance, d'autonomie, de liberté qui traversent facilement le prisme de la modernité.

© Andreas Eggler.
Il y a des compagnies et des metteurs en scène que l'on a particulièrement plaisir à suivre, à retrouver. Qui nous offre des moments où l'on aime sans crainte laisser se glisser nos oreilles, nos yeux, notre attention dans le confort d'une nouvelle création dont on sait quasiment par avance qu'elle nous régalera, ravira tous nos sens. Un spectacle de la Cie de L'Éternel fait assurément partie de ces petits bonheurs qui sont résolument inscrits dans une pratique novatrice, fougueuse, audacieuse et talentueuse de l'art des saltimbanques… celui qui réjouissait les foules au temps des tréteaux, des "sauteurs de bancs"*.

Au cœur de la pièce de Musset se joue le mariage politique de la princesse Elsbeth, enjeu d'un pays/royaume, décevant, sans vigueur et sans perspective pour les jeunes générations, à la gouvernance désabusée. En contrepoint, Fantasio, jeune homme désespéré - fuyant la routine, l'ennui qui naît du quotidien, la lassitude du "rien faire" -, désargenté et à l'avenir incertain, se joue des conventions, peu respectueux de la gente bien-pensante. Endossant de manière inattendue la posture et le costume de bouffon, habité d'une folle énergie soudaine et d'excès de lucidité bénéfique, il bouleverse la donne, sème un joyeux et revigorant bordel, boosté par un esprit vif et pertinent, et fait imploser sans violence le mariage.

Gil Chauveau
23/06/2022
Spectacle à la Une

Les 67e Nuits de la Citadelle à Sisteron

À partir du 22 juillet, les Nuits de la Citadelle de Sisteron accueilleront de beaux spectacles consacrés à la musique, à la danse et au théâtre sous l’égide du nouveau directeur artistique du festival, Pierre-François Heuclin.

Carmina Latina © Cappella Mediterranea.
Après la disparition tragique d'Édith Robert, c'est donc à Pierre-François Heuclin de reprendre le flambeau des Nuits de la Citadelle de Sisteron, dans les Alpes-de-Haute-Provence. Le plus ancien festival (avec les Chorégies d'Orange) propose, pour sa 67e édition, un programme varié assuré par certains des meilleurs artistes français et européens.

Dès le 22 juillet, le chef Leonardo Garcia Alarcon à la tête de son orchestre, la Cappella Meditterranea, et du Chœur de chambre de Namur, offrira un concert consacré à des œuvres espagnoles et sud-américaines des XVIe et XVIIe siècles. Ce sera une soirée "Carmina Latina" emmené par la soprano Mariana Flores.

Au cloître Saint-Dominique, une superbe voix retentira encore le 27 juillet avec la venue du ténor britannique Freddie de Tommaso. Le premier prix du concours Plàcido Domingo donnera des airs de Verdi, de Puccini mais aussi des mélodies de Liszt, accompagné du pianiste Jonathan Papp.

Le Duo Jatekok pour "Un Carnaval de Animaux pas comme les autres" (le 7 août) et les sœurs Camille et Julie Berthollet (le 13 août) se produiront ensuite sur la scène du très beau théâtre de verdure pour les premières et celle du cloître Saint-Dominique pour les autres. Des rendez-vous musicaux qui ne manqueront donc pas de charme.

Christine Ducq
18/07/2022