La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Jean Zay, l'homme complet" Le destin tragique d'un grand homme, visionnaire et hors du commun

1940. Après un simulacre de procès, Jean Zay, ministre de l'Éducation Nationale et des Beaux-Arts du Front Populaire, radical de gauche, franc-maçon et cible des antisémites, est condamné par le gouvernement de Pétain à la déportation. Finalement incarcéré à la prison de Riom, il sera assassiné par la milice française, le 20 juin 1944.



© David Ruellan.
© David Ruellan.
Précieux éclairage sur les années trente en France, sur son action visionnaire et sur le tragique de son destin, le témoignage que Jean Zay a écrit en prison est une remarquable leçon de présence au monde et le témoignage d'un homme en lutte contre l'anéantissement moral.
L'année 2024 marquera le 80ᵉ anniversaire de son assassinat.

Pour quelles raisons insondables le nom de Jean Zay est-il si méconnu de la plupart d'entre nous, ou que son témoignage carcéral n'est pas étudié davantage ? Et, paradoxalement, pourquoi tant d'établissements scolaires portent-ils son nom ? En voilà une question que soulève indirectement la reprise théâtrale de "Jean Zay, l'homme complet", mise en scène par Michel Cochet et admirablement interprété par le comédien Xavier Béja, actuellement à l'affiche de l'Essaïon à Paris.

D'aucuns, heureusement, ont su reconnaître en cet immense visionnaire une figure incontournable de la France des années trente car Jean Zay a été panthéonisé en 2014 par le gouvernement de François Hollande.

Il n'a pas encore 32 ans et, pourtant, il est appelé par Léon Blum pour être ministre de l'Éducation nationale et des Beaux-Arts du Front-Populaire, institution dans laquelle il engage de nombreuses réformes, révolutionnaires pour l'époque. Député radical-socialiste, il crée aussi le CNRS, la réunion des Théâtres Nationaux, le Musée de l'Homme, le Musée d'Art Moderne et celui des Traditions Populaires, développe la lecture publique, favorise le théâtre populaire, prépare le premier Festival de Cannes, invente le bibliobus, pérennise le Palais de la Découverte, organise l'Exposition Universelle de 1937. C'est Jean Zay qui pose, aussi, les bases de l'ENA !

Malheureusement, il incarne tout ce que le gouvernement de Pétain déteste : le Front-Populaire, les Juifs, la Franc-Maçonnerie, la République radicale, l'enseignement public et la résistance à Hitler.

© David Ruellan.
© David Ruellan.
Est-ce cette impressionnante prodigalité qui a inspiré le duo Béja-Cochet pour ce spectacle ? Ou plus particulièrement le contenu abondant du livre témoignage que Jean Zay écrit à la prison de Riom ? Ou les deux à la fois ? Peu importe, après tout, car l'adaptation que les deux comparses éclairés nous proposent de ce journal de captivité est une véritable immersion dans le passé d'un homme engagé jusqu'au bout de sa plume, mais aussi une vitrine ô combien clairvoyante de notre France des années trente.

De toute évidence, pour le metteur en scène Michel Cochet, il a fallu faire des choix drastiques et rien n'a été simple, car des 550 pages que constitue le témoignage de cet immense humaniste, il a fallu n'en garder qu'une vingtaine.

"Ce moment a été d'une grande douleur pour moi, mais impossible de tout conserver de cette chronique émouvante, bien qu'emplie de pudeur. Impossible de tout dire de la vie quotidienne d'un homme en prison, de la dureté de ses conditions de détention, des pensées clairvoyantes de ce grand penseur. Mais j'avais quelque part un devoir de mémoire, car "Souvenirs et Solitude" de Jean Zay, à bien y regarder, est tout simplement d'intérêt public !

"J'ai essayé de garder la ligne directrice d'un homme à la conscience exemplaire, la figure même d'un serviteur de l'État portant haut les valeurs citoyennes et l'image d'un humaniste doué de raison n'ayant d'autre horizon que l'intérêt public", indique Michel Cochet.

© David Ruellan.
© David Ruellan.
Et c'est en effet un homme "complet" que nous découvrons dans la sensible interprétation de Jean Zay par Xavier Béja. Pas de représentation réaliste d'une cellule de prison dans cette subtile adaptation, mais plutôt une transposition fine et juste dans la conscience d'un homme en péril.
Une fiction à la frontière de l'hyperréalisme convoquant une pensée vivante qui combat sous la plume hautement littéraire de Jean Zay. Car Jean Zay était aussi un remarquable écrivain !
Que n'était-il pas ?

La combinaison des images d'archives, sous les houlettes féminines de Dominique Aru et Sylvie Gravagna, renvoyant au réel historique, d'images plus poétiques qui ravissent le public, ou encore de la bande-son sobre, mais efficace d'Alvaro Bello, parvient à faire de ce spectacle intense un très beau moment de théâtre.

Sans oublier les lumières de Charly Thicot qui nimbent la scène avec grande justesse.
La ressemblance frappante entre le comédien Xavier Béja et Jean Zay n'est certainement pas étrangère à ce que les spectateurs entrent largement dans la conscience de cet homme, encore une fois bien trop méconnu, "conscience qui n'a jamais faibli, sans cesse tournée vers la quête sans ego. Un serviteur de l'État, élégant, courageux, rigoureux, empathique. Noble, en un mot", ajoute Michel Cochet.

Si Jean Zay regarde le monde de 2024 comme il va, gageons qu'il serait fier et enthousiaste de cette libre interprétation de son journal.

Quant à nous, osons espérer qu'un jour prochain un nouveau Jean Zay naîtra à nouveau pour redresser notre beau pays…
Bravo, Messieurs.

"Jean Zay, l'homme complet"

Adaptation et jeu : Xavier Béja.
Mise en scène : Michel Cochet.
Décor, costumes : Philippe Varache.
Lumières : Charly Thicot.
Création sonore : Alvaro Bello.
Vidéo : Dominique Aru.
Par la Compagnie Théâtre en Fusion.
À partir de 13 ans.
Durée : 1 h 15.

Du 16 janvier au 26 mars 2024.
Mardi à 19 h 15.
Théâtre Essaïon, Paris 4e, 06 11 28 25 42.
>> essaion-theatre.com

Tournée
28, 29 février et 1ᵉʳ mars 2024 : Théâtre de Saint-Maur, Saint-Maur-des-Fossés (94).
9 mars 2024 : La Halle, Limogne-en-Quercy (46).
14 mars 2024 : Théâtre Jean Vilar, Montpellier (34).

Brigitte Corrigou
Mercredi 14 Février 2024

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022 | Avignon 2023 | Avignon 2024 | À l'affiche ter





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

"Rimbaud Cavalcades !" Voyage cycliste au cœur du poétique pays d'Arthur

"Je m'en allais, les poings dans mes poches crevées…", Arthur Rimbaud.
Quel plaisir de boucler une année 2022 en voyageant au XIXe siècle ! Après Albert Einstein, je me retrouve face à Arthur Rimbaud. Qu'il était beau ! Le comédien qui lui colle à la peau s'appelle Romain Puyuelo et le moins que je puisse écrire, c'est qu'il a réchauffé corps et cœur au théâtre de l'Essaïon pour mon plus grand bonheur !

© François Vila.
Rimbaud ! Je me souviens encore de ses poèmes, en particulier "Ma bohème" dont l'intro est citée plus haut, que nous apprenions à l'école et que j'avais déclamé en chantant (et tirant sur mon pull) devant la classe et le maître d'école.

Beauté ! Comment imaginer qu'un jeune homme de 17 ans à peine puisse écrire de si sublimes poèmes ? Relire Rimbaud, se plonger dans sa bio et venir découvrir ce seul en scène. Voilà qui fera un très beau de cadeau de Noël !

C'est de saison et ça se passe donc à l'Essaïon. Le comédien prend corps et nous invite au voyage pendant plus d'une heure. "Il s'en va, seul, les poings sur son guidon à défaut de ne pas avoir de cheval …". Et il raconte l'histoire d'un homme "brûlé" par un métier qui ne le passionne plus et qui, soudain, décide de tout quitter. Appart, boulot, pour suivre les traces de ce poète incroyablement doué que fut Arthur Rimbaud.

Isabelle Lauriou
25/03/2024
Spectacle à la Une

"Le consentement" Monologue intense pour une tentative de récit libératoire

Le livre avait défrayé la chronique à sa sortie en levant le voile sur les relations pédophiles subies par Vanessa Springora, couvertes par un milieu culturel et par une époque permissive où ce délit n'était pas considéré comme tel, même quand celui-ci était connu, car déclaré publiquement par son agresseur sexuel, un écrivain connu. Sébastien Davis nous en montre les ressorts autant intimes qu'extimes où, sous les traits de Ludivine Sagnier, la protagoniste nous en fait le récit.

© Christophe Raynaud de Lage.
Côté cour, Ludivine Sagnier attend à côté de Pierre Belleville le démarrage du spectacle, avant qu'elle n'investisse le plateau. Puis, pleine lumière où V. (Ludivine Sagnier) apparaît habillée en bas de jogging et des baskets avec un haut-le-corps. Elle commence son récit avec le visage fatigué et les traits tirés. En arrière-scène, un voile translucide ferme le plateau où parfois V. plante ses mains en étirant son corps après chaque séquence. Dans ces instants, c'est presque une ombre que l'on devine avec une voix, continuant sa narration, un peu en écho, comme à la fois proche, par le volume sonore, et distante par la modification de timbre qui en est effectuée.

Dans cet entre-deux où le spectacle n'a pas encore débuté, c'est autant la comédienne que l'on voit qu'une inconnue, puisqu'en dehors du plateau et se tenant à l'ombre, comme mise de côté sur une scène pourtant déjà éclairée avec un public pas très attentif de ce qui se passe.

Safidin Alouache
21/03/2024
Spectacle à la Une

"Un prince"… Seul en scène riche et pluriel !

Dans une mise en scène de Marie-Christine Orry et un texte d'Émilie Frèche, Sami Bouajila incarne, dans un monologue, avec superbe et talent, un personnage dont on ignore à peu près tout, dans un prisme qui brasse différents espaces-temps.

© Olivier Werner.
Lumière sur un monticule qui recouvre en grande partie le plateau, puis le protagoniste du spectacle apparaît fébrilement, titubant un peu et en dépliant maladroitement, à dessein, son petit tabouret de camping. Le corps est chancelant, presque fragile, puis sa voix se fait entendre pour commencer un monologue qui a autant des allures de récit que de narration.

Dans ce monologue dans lequel alternent passé et présent, souvenirs et réalité, Sami Bouajila déploie une gamme d'émotions très étendue allant d'une voix tâtonnante, hésitante pour ensuite se retrouver dans un beau costume, dans une autre scène, sous un autre éclairage, le buste droit, les jambes bien plantées au sol, avec un volume sonore fort et bien dosé. La voix et le corps sont les deux piliers qui donnent tout le volume théâtral au caractère. L'évidence même pour tout comédien, sauf qu'avec Sami Bouajila, cette évidence est poussée à la perfection.

Toute la puissance créative du comédien déborde de sincérité et de vérité avec ces deux éléments. Nul besoin d'une couronne ou d'un crucifix pour interpréter un roi ou Jésus, il nous le montre en utilisant un large spectre vocal et corporel pour incarner son propre personnage. Son rapport à l'espace est dans un périmètre de jeu réduit sur toute la longueur de l'avant-scène.

Safidin Alouache
12/03/2024