La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
CédéDévédé

Jean My Truong... The Blue Light

Le temps a passé depuis les mythiques groupes de jazz-rock Zao (de Faton Cahen et Jeff Seffer) et l'éphémère Surya (des frères Lockwood) auxquels participa Jean My Truong entre 1971 et 1978. Mais il garda, sans aucun doute, de ces expériences, un goût prononcé pour la diversité musicale qui le conduira à jouer aussi bien avec les plus grands noms du jazz qu'à accompagner des artistes plus "variétés". Tout cela sans oublier la création de ses propres formations dont le quintet qui est la fondation de ce nouvel album intitulé "The Blue Light"...



Leandro Aconcha (piano et claviers), Sylvain Gontard (trompette), Jean My Truong (batterie), Irving Acao (saxophones), Pascal Sarton (basses) © La Seine TV.
Leandro Aconcha (piano et claviers), Sylvain Gontard (trompette), Jean My Truong (batterie), Irving Acao (saxophones), Pascal Sarton (basses) © La Seine TV.
Débuts jazz-rock donc marqués par la rencontre avec le violoniste Didier Lockwood, invité exceptionnel sur cet opus, qui lui permet de se produire sur les plus grandes scènes. Il découvre alors le monde des musiciens de jazz et accompagne, entre autres, les pianistes Joachim Kühn, Jacky Byard, Mal Waldron mais aussi, le talent aidant, Michel Portal, Bernard Lubat, la chanteuse pianiste brésilienne Tania Maria, les guitaristes Mike Stern, Ninine Garcia, Christian Escoudé, ou encore Stéphane Guillaume, Pierre de Bethmann… Côté variété et chanson, son éclectisme musical l’amène à jouer également avec Indochine, Alain Bashung, Khaled, Sting, etc.

Fort de son indéniable expérience de la scène et du studio, il revient aujourd'hui, avec ce nouvel album, à ses premiers amours en se réappropriant les classiques d’un des plus grands jazzmen : Miles Davis. Le quintet originel (Jean My Truong, Leandro Aconcha, Sylvain Gontard, Irving Acao et Pascal Sarton) aidé de deux guests prestigieux, Didier Lockwood et Mike Stern, nous invite ainsi à redécouvrir avec joie, la fantastique discographie de ce grand nom de la musique, constamment inspiré par une vitalité inventive débordante. Empruntant aux différentes périodes du "maître", de "Round Midnight" à "Kind of Blue", de "Nefertiti" à "Filles de Kilimanjaro", jusqu’aux dernières années Pop Rock de 69 à 91, Jean My Truong nous propose 12 titres dignes de celui qui émerveilla son enfance, et l’initia au jazz.

Plongée immédiate dans le "Miles Davis" de 1984 avec "Decoy", dans une ambiance très Weather Report où la tendance de l'époque est au jazz-rock et aux synthétiseurs... On ne pouvait rêver mieux comme premier titre pour mettre en place cette hommage à Miles, à son énergie
créatrice et à sa diversité musicale. Un univers en fusion où évidemment Jean My Truong est parfaitement à l'aise, retrouvant avec un plaisir non dissimulé la puissance rythmique de cette composition eighties tout en y associant la fluidité à un tempo endiablé, soutenant parfaitement
le jeu tout en finesse de Sylvain Gontard à la trompette et les envolées aériennes - au phrasé très bluesy - de Mike Stern à la guitare.

Petit saut temporel en arrière pour le morceau suivant, au cœur de la période hard bop, avec le mythique "Round Midnight" de Thelonious Monk enregistré par Miles en 1956 et inaugurant son nouveau quintet (avec Red Garland, Paul Chambers, John Coltrane et Philly Joe Jones). Le
quintet de Jean My Truong aborde ce thème difficile avec une réelle dynamique et beaucoup de générosité, laissant entendre le piano très swing de Leandro Aconcha aux côtés de la trompette de Sylvain Gontard qui pose la mélodie complexe de cette composition. Jean My à la batterie démontre ici toute la subtilité et la maîtrise de son jeu, notamment dans l'utilisation des cymbales et de la charley.

Jean My Truong... The Blue Light
Les deux morceaux suivant sont tirés du classique des classiques, période acoustique, ""Kind of Blue" (1987). Il s'agit de "All Blues" et "Blue in Green". Ces deux thèmes sont des chefs-d’œuvre d'équilibre et de maturité. C'est dans "All Blues" que l'on retrouve naturellement Didier Lockwood au violon, l'ami de toujours, apportant un phrasé fin et atmosphérique à cette séquence terriblement endiablé. Ça tourne à 200 à l'heure et tout le monde est de la partie. Plus posé, "Blue in Green" nous donne 5'32" de répit pour se mettre au vert.

Tout le reste de l'album est de la même eau... magistrale et jouissive. Que ce soit "Milestones", manifeste du jazz moderne, "Fall" de l'album "Nefertiti" où Miles se retrouve entouré de Wayne Shorter, Herbie Hancock, Ron Carter, Tony Williams, les futurs créateurs du quintet VSOP (avec Freddie Hubbard) ou encore "Mademoiselle Mabry" du très intense et jazz-rock "Filles du Kilimandjaro", tous sont une friandise pour les oreilles. Sans oublier le 13e titre "The Blue Light" - une composition originale de Jean My Truong - qui clôt avec élégance et logique ce tribute offert par un musicien passionné qui exprime humblement mais avec virtuosité sa passion pour "The Man with the Horn"...

L'album "The Blue Light" est un voyage qui génère à la fois le plaisir de la découverte, celui d'un quintet réuni avec bonheur par un batteur très talentueux, Jean My Truong, et celui des retrouvailles avec un trompettiste qui irradie encore aujourd'hui de son invention et de sa virtuosité le monde du jazz... Miles Davis !

● CD Jean My Truong tribute to Miles Davis "The Blue Light". Sortie le 14/11/2011.
Socadisc - Distribution Absilone.

● Jean My Truong en concert
15 mars 2012 à Sceaux (92).
17 mars 2012 à Taverny (95).
24 mars 2012 à Taverny (95).
31 mars 2012 à Châtenay-Malabry (92).
5 juin 2012 au New Morning : Jean My Truong Quintet + Didier Lockwood en invité.
1er juillet 2012 au Festival de Chinon (37).
19 août 2012 au Festival Jazz en Ré (17).

Gil Chauveau
Lundi 13 Février 2012

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022


Brèves & Com



Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

"Salle des Fêtes" Des territoires aux terroirs, Baptiste Amann arpente la nature humaine

Après le choc de sa trilogie "Des Territoires", dont les trois volets furent présentés en un seul bloc de sept heures à Avignon lors du Festival In de 2021, le metteur en scène se tourne vers un autre habitat. Abandonnant le pavillon de banlieue où vivait la fratrie de ses créations précédentes, il dirige sa recherche d'humanités dans une salle des fêtes, lieu protéiforme où se retrouvent les habitants d'un village. Toujours convaincu que seul ce qui fait communauté peut servir de viatique à la traversée de l'existence.

© Pierre Planchenault.
Si, dans "La vie mode d'emploi", Georges Perec avait imaginé l'existence des habitants d'un bâtiment haussmannien dont il aurait retiré la façade à un instant T, Baptiste Amann nous immerge dans la réalité auto-fictionnelle d'une communauté villageoise réunie à l'occasion de quatre événements rythmant les quatre saisons d'une année. Au fil de ces rendez-vous, ce sont les aspirations de chacun qui se confrontent à la réalité - la leur et celle des autres - révélant, au sens argentique d'une pellicule que l'on développe, des aspérités insoupçonnées.

Tout commence à l'automne avec l'exaltation d'un couple de jeunes femmes s'établissant à la campagne. Avec le montant de la vente de l'appartement parisien de l'une d'elles, écrivaine - appartement acquis grâce au roman relatant la maladie psychiatrique du frère qui les accompagne dans leur transhumance rurale -, elles viennent de s'installer dans une usine désaffectée flanquée de ses anciennes écluses toujours en service. Organisée par le jeune maire survient la réunion du conseil consultatif concernant la loi engagement et proximité, l'occasion de faire connaissance avec leur nouvelle communauté.

Yves Kafka
17/10/2022
Spectacle à la Une

Appel à candidatures pour la création d'un spectacle patrimonial de divertissement

La ville d'Orange a confié depuis le 1er avril 2022, la gestion et la valorisation du Théâtre antique, du Musée d'art et d'histoire et de l'Arc de triomphe, à la société Edeis pour une durée de 10 ans.

© Edéis Orange février 2023 - DR pour l'appel à projet.
Dans le cadre de sa délégation, Edéis l'allié des territoires, a pour ambition :
- De donner sa pleine envergure au Théâtre antique à la fois en tant que monument du Patrimoine mondial riche d'un attrait historique et scientifique majeur mais aussi en sa qualité de porte-étendard de tout un territoire et de son art de vivre ;
- De proposer des approches novatrices et expérimentales afin d'améliorer significativement l'expérience visiteur ;
- D'agir en pleine cohérence et en parfaite synergie avec la politique culturelle de la ville.

Le projet décennal est de faire d'Orange, la scène de l'innovation sonore.
Une place forte et incontournable de la culture et de l'innovation.

1. Reprise des éléments du contrat de Délégation de service public entre la ville d'Orange et la société Edéis :
Article 2 – Définition des missions confiées au délégataire.
"Le délégataire sera notamment chargé des activités suivantes :
La création de contenus culturels, d'animations, d'évènements et de spectacles adaptés et cohérents avec la politique culturelle, patrimoniale et touristique de la ville et en lien avec les propositions des services concernés (Culture, Musée, Office de tourisme) ainsi que le développement significatif des flux de visiteurs. De manière générale, il s'agit de faire évoluer le Théâtre antique vers un statut de lieu de vie aux animations multifacettes (diurne et nocturne, saison, hors-saison, ailes de saison…) ouvert à différents types de publics cibles.

Gil Chauveau
02/02/2023
Spectacle à la Une

Dans "Nos jardins Histoire(s) de France #2", la parole elle aussi pousse, bourgeonne et donne des fruits

"Nos Jardins", ce sont les jardins ouvriers, ces petits lopins de terre que certaines communes ont commencé à mettre à disposition des administrés à la fin du XIXe siècle. Le but était de fournir ainsi aux concitoyens les plus pauvres un petit bout de terre où cultiver légumes, tubercules et fruits de manière à soulager les finances de ces ménages, mais aussi de profiter des joies de la nature. "Nos Jardins", ce sont également les jardins d'agrément que les nobles, les rois puis les bourgeois firent construire autour de leurs châteaux par des jardiniers dont certains, comme André Le Nôtre, devinrent extrêmement réputés. Ce spectacle englobe ces deux visions de la terre pour développer un débat militant, social et historique.

Photo de répétition © Cie du Double.
L'argument de la pièce raconte la prochaine destruction d'un jardin ouvrier pour implanter à sa place un centre commercial. On est ici en prise directe avec l'actualité. Il y a un an, la destruction d'une partie des jardins ouvriers d'Aubervilliers pour construire des infrastructures accueillant les JO 2024 avait soulevé la colère d'une partie des habitants et l'action de défenseurs des jardins. Le jugement de relaxe de ces derniers ne date que de quelques semaines. Un sujet brûlant donc, à l'heure où chaque mètre carré de béton à la surface du globe le prive d'une goutte de vie.

Trois personnages sont impliqués dans cette tragédie sociale : deux lycéennes et un lycéen. Les deux premières forment le noyau dur de cette résistance à la destruction, le dernier est tout dévoué au modernisme, féru de mode et sans doute de fast-food, il se moque bien des légumes qui poussent sans aucune beauté à ses yeux. L'auteur Amine Adjina met ainsi en place les germes d'un débat qui va opposer les deux camps.

Bruno Fougniès
23/12/2022