La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

Jean-Baptiste Henriat passionnément baryton

Récemment découvert à Metz dans l'opéra de Caroline Glory, "Un Amour en guerre", nous rencontrons aujourd'hui le jeune baryton Jean-Baptiste Henriat. Chanteur élégant et raffiné, doté d'une voix douce, bien posée et d'une belle couleur, remarqué pour sa diction et son timbre clairs, il était distribué à Metz dans le rôle du "planqué" Antoine...



Nathalie Manfrino & Jean-Baptiste Henriat © DR.
Nathalie Manfrino & Jean-Baptiste Henriat © DR.
Un rôle auquel il parvenait à insuffler complexité et charme. Véritable espoir du chant français, ce baryton qui sait ce qu'il veut a bien voulu se confier à nous.

Christine Ducq pour La Revue du Spectacle - C'est difficile aujourd'hui pour un jeune chanteur français ?

Jean-Baptiste Henriat - On réduit le nombre de productions et la durée des représentations en ces temps de crise. Donc, la facilité pour les directeurs de maisons d'opéra est d'engager des têtes d'affiche identifiées comme des artistes lyriques qu'on connaît même si le public ne les a jamais entendus. Le public en a entendu parler donc il va aller les voir. Alors quand un directeur distribue des artistes encore inconnus, c'est un vrai choix artistique et ce n'est pas simple. Ce sont des choix qu'ils peuvent faire s'ils ont la capacité de juger les voix après audition pour savoir si elles seront capables de chanter le rôle - et sans s'appuyer sur l'avis d'autres directeurs.

Quand on réduit le volume de productions on se tourne davantage vers des gens connus et, en même temps, un plus grand nombre de chanteurs est disponible sur le marché en France et en Europe. Aussi quand un directeur d'opéra fait le choix d'engager un jeune chanteur, je lui tire mon chapeau et je le remercie parce qu'il n'est pas obligé de prendre ces risques-là.

Vous avez été lauréat en 2010 à l'unanimité au concours de la Saison de la Voix.

Jean-Baptiste Henriat - C'est un concours de mélodie et de lied et non d'opéra. Un répertoire qui m'intéresse et que j'essaie de défendre. Dans mon parcours de formation, j'ai voulu travailler avec des gens qui en ont fait leur spécialité. J'ai eu la chance de travailler le lied avec Peter Schreier, avec Mirsuko Shirai, avec Udo Reinemann et Ursula Krieger et aussi avec des pianistes, puisque c'est un répertoire de chambre qui s'envisage à deux. J'ai eu la chance de faire de magnifiques rencontres, notamment avec Hartmunt Höll, Maciej Pikulski, Konrad Richter et Julius Drake, qui a fait une belle carrière de pianiste. J'ai travaillé aussi avec Jeff Cohen en France.

J'ai d'autant plus envie de défendre ce répertoire qu'il est le premier à pâtir de cette conjoncture guère favorable. Il est difficile maintenant d'organiser de tels récitals. Pour les artistes aussi il est difficile de défendre un point de vue esthétique dans une salle de deux mille plutôt que de trois cents places. Ce ne sont pas les mêmes enjeux, ni les mêmes difficultés. Le répertoire du lied et de la mélodie est en outre mal défendu par l'institution.

Nathalie Manfrino & Jean-Baptiste Henriat © DR.
Nathalie Manfrino & Jean-Baptiste Henriat © DR.
Christophe Ghristi a tout de même créé le cycle de concerts "Convergences" dédié à ce répertoire à l'Opéra de Paris.

Jean-Baptiste Henriat - C'est vrai. Il existait aussi une série de récitals "Les Lundis du Palais-Royal", initiative importante mais qui n'a pas dépassé une saison faute de spectateurs. On a du mal à avoir de tels rendez-vous. Mais on peut le dire aussi de la musique de chambre en général, instrumentale ou vocale.

Vous avez suivi une formation de pianiste et de violoniste.

Jean-Baptiste Henriat - Et je suis autant attaché à la musique instrumentale que vocale. Nous avons la chance à Paris d'avoir quelques rendez-vous réguliers avec des concerts de musique instrumentale. Pour la voix, nous n'avons pas cette chance. Mais je suis content, j'ai un récital en janvier (le 31 janvier 2015 Ndlr) Salle Cortot. Après avoir terminé ma collaboration comme soliste avec l'ensemble Palais-Royal (dirigé par Jean-Philippe Sarcos Ndlr), j'attaque les répétitions. En janvier le programme sera axé sur le lied romantique allemand. Je serai accompagné par la pianiste Caroline Marty.

Caroline Marty est votre complice depuis longtemps.

Jean-Baptiste Henriat - Oui. Nous travaillons ensemble depuis longtemps, c'est avec elle que j'ai pu rencontrer toutes les personnalités dont je vous ai parlé. Le récital suppose qu'on tisse des liens durables avec son partenaire. On peut tisser des liens avec des partenaires différents mais on ne peut pas changer de partenaire à chaque fois. Cela demande qu'on se connaisse bien, qu'on répète énormément et qu'on se voie beaucoup.

Par quels chemins en êtes-vous arrivé au chant ?

Jean-Baptiste Henriat - Enfant j'étais instrumentiste : violoniste et pianiste. Et j'ai été amené à chanter un rôle d'enfant dans "Le Roi David" de Honegger. Recruté parce que je savais chanter juste, je n'avais cependant pas de formation vocale. Cette expérience est restée gravée quelque part dans ma mémoire. Je suis resté instrumentiste jusqu'à dix-huit ans. Quand j'ai eu l'occasion de chanter je l'ai fait, sans me dire que je voulais devenir chanteur. J'ai participé à des ateliers de chant jusqu'au jour où j'ai décidé que ce serait mon activité principale.

J'ai alors fait le choix de rentrer au Centre de Musique Baroque de Versailles. C'était l'occasion d'avoir une pratique vocale à temps plein à dix-huit ans. Ce qui est rare. Voilà comment je me suis retrouvé dans l'aventure d'une maîtrise professionnelle. Là-bas, j'ai fait des rencontres hors du milieu des baroqueux et j'ai voulu élargir mon répertoire et ma pratique musicale. Je suis parti de Versailles et je me suis concentré sur le travail avec un professeur qui s'appelle Christine Schweitzer. Une soprano dramatique très éloignée du monde de la musique baroque qui a été l'élève d'un grand baryton italien. C'était pour moi prendre une direction très différente.

Répétition de "Un amour en guerre" © DR.
Répétition de "Un amour en guerre" © DR.
Cette grande dame m'a intéressé à ce qu'est un parcours technique - quasiment un art pour ce genre de personnes - et comme je suis quelqu'un de curieux, cela m'a passionné. J'ai découvert avec elle que le style, le rendu vocal et la technique étaient beaucoup plus imbriqués que dans la pratique instrumentale - dans laquelle la technique disparaît derrière l'art chez les grands interprètes. Chez les chanteurs, la technique vient porter le discours et, sans elle, on ne peut chanter sur une scène d'opéra.

J'ai donc essentiellement travaillé avec Christine Schweitzer tout en faisant d'autres rencontres pour connaître d'autres styles. Et ce, grâce à ce grand baryton de lieds maintenant décédé, Udo Reinemann, qui organisait des rencontres mensuelles à Bruxelles.

Vous avez chanté à Massy, à Versailles ou Budapest. Quel est votre plus beau souvenir ?

Jean-Baptiste Henriat - Je ne peux pas dire qu'un souvenir particulier efface les autres. Ce que j'acquiers, c'est de l'expérience. Par exemple, qu'on est meilleur avec le public qu'en répétition. Je prends les choses avec de plus en plus de confiance mais aussi d'exigence. J'ai eu la chance d'avoir une expérience progressive de la scène. Le choix de la musique de chambre n'est pas anodin. C'est l'expérience d'être seul sur scène au milieu du plateau, c'est le grand dénuement en fait.

Des souvenirs, pour en revenir à votre question, j'en ai beaucoup. J'ai beaucoup de très bons souvenirs de mes prestations - alors que je me suis dit depuis qu'elles ne le valaient peut-être pas (rires). Je préfère donc rester modeste !

Un bon souvenir, cela peut être une rencontre.

Jean-Baptiste Henriat - J'ai été gâté sur ce point ! J'ai toujours rencontré des gens qui m'ont donné beaucoup. Vraiment ! C'est par exemple l'invitation de Raymond Duffaut à Avignon. Des rencontres capitales pour se dire qu'on avance. Récemment Paul-Émile Fourny (le directeur de l'opéra de Metz Ndlr) qui m'invite pour la première fois chez lui. Plus qu'une rencontre formelle d'audition, j'ai participé à un atelier lyrique sous sa direction. C'est ainsi qu'il a pensé à moi pour le rôle d'Antoine dans "Un Amour en guerre". Chanteur, c'est un métier fait de rencontres je crois.

Quels rôles aimeriez-vous chanter à l'opéra ?

Jean-Sébastien Henriat - J'aimerais bien chanter le rôle de Lescaut et celui du Barbier de Rossini pour l'exubérance vocale du personnage. J'aimerais aussi chanter Papageno (dans "La Flûte enchantée" Ndlr). Chanter du Mozart me semble très important. Il ne faut pas s'enfermer trop vite pour mon type de voix dans le répertoire du baryton lyrique type exubérant. Il est intéressant de passer par des rôles un peu plus complexes théâtralement que ceux de Lescaut et du Barbier.

Un autre rôle que je trouve peu apprécié à sa juste valeur est celui de Pelléas. Parce que la musique de Debussy n'est pas forcément accessible à une certaine partie du public d'opéra. Mais ne pas entrer entrer dans une catégorie précise, une typologie vocale identifiée donc facilement distribuée peut être difficile. On prend un risque si on ne se plie pas à ce diktat, en particulier avec les agents, avec les journalistes, avec les directeurs. J'aimerais donc chanter le rôle de Pelléas qui est unique et tout à fait passionnant.

Avez-vous des modèles parmi vos aînés ?

Jean-Baptiste Henriat - Je regrette de n'avoir pas entendu Dietrich Fischer-Dieskau en concert. Dans ses enregistrements vidéo, ce que je vois chez lui en terme de chanteur est unique. C'est un vrai dramaturge. Je pense à un récital dédié à Schumann d'une densité incroyable ! Très loin des interprétations souvent lisses qu'on peut entendre au disque.

Par ailleurs, étant quelqu'un de très curieux, j'écoute beaucoup de chanteurs. Des Italiens par exemple comme Ettore Bastianini ou Gino Bechi. Ils ont fait l'histoire et on les sacralise aujourd'hui. Pourtant il ne faut pas sacraliser le passé et se dire que plus personne ne sait chanter. Il faut le dire quand on entend des chanteurs extraordinaires. Je pense à Olga Borodina - même si ce n'est pas un baryton !

Comme barytons vivants, nous avons la chance d'avoir des personnalités très différentes. Comment ne pas parler de Ludovic Tézier ? Parce que c'est un bonheur de voir qu'un chanteur français fasse l'unanimité dans le monde entier avec ce niveau de maîtrise et cette régularité, avec un déroulement de carrière magnifique très bien conduit.

Un autre baryton me plaît beaucoup dans un autre style : un baryton-basse me direz-vous, Luca Pisaroni. Un superbe Figaro des "Noces" dont j'admire l'élégance. Peut-être n'entend-on pas assez parler de lui parmi les stars mondiales.

Aimez-vous la vie de troupe quand vous êtes sur un projet autre que le récital ?

Jean-Baptiste Henriat - Oui, j'aime cela car cela fait partie du bon déroulement des conditions de représentation. J'aborde d'autant mieux la période de représentations que je vais la vivre au milieu d'une équipe soudée par l'expérience des mêmes difficultés - ou facilités ! - de plateau. Nous ne sommes alors pas seuls et nous vivons avec nos partenaires un moment de solidarité et de confiance mutuelle. Il est essentiel de construire cet esprit-là. On peut s'appuyer fortement les uns sur les autres.

C'est quoi un bon chanteur aujourd'hui ?

Jean-Baptiste Henriat - Un chanteur doit savoir tout faire de nos jours pour ambitionner de réussir. Il faut être performant et capable d'aborder des choses très diverses en termes de langue, d'époque, de style et de répertoire. On va lui demander de savoir aussi bien chanter avec un grand orchestre symphonique romantique qu'avec un ensemble sur instruments d'époque et avec des chefs qui ont des attentes très différentes. Ce type de chanteur est incarné aujourd'hui par quelqu'un comme Stéphane Degout. Le métier est devenu plus exigeant de ce point de vue. Le récitaliste* existe-t-il encore ? Même un baryton mozartien doit être capable d'être distribué dans des rôles verdiens comme dans des productions baroques.

*Récitaliste : chanteur spécialisé dans le lied.

Interview réalisée le 4 novembre 2014.

Récital le 31 janvier 2015 à 20 h 30.
Salle Cortot, 01 47 63 47 48.
78 rue Cardinet 75017.
>> sallecortot.com

"Piano Con Moto".
Lieder de Brahms, Liszt, Schumann et Strauss.

Jean-Baptiste Henriat, baryton.
Caroline Marty, piano.

Christine Ducq
Mercredi 19 Novembre 2014

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique








À découvrir

Ah le foot, le foot, le foot… Oui, mais en version féminine, pour une étonnante aventure humaine

Ça commence limite "foutage de gueule", genre numéro de cirque en guise d'attraction préambulaire… Après le combat de catch de nains, pourquoi un match de foot féminin pour ouvrir la kermesse annuelle du journal L'Union à Reims ! Sauf que… les choses vont prendre une tournure inattendue… Avec une coupe du monde à la clé ! C'est la nouvelle et formidable histoire de femmes que nous racontent Pauline Bureau et sa compagnie.

Ah le foot, le foot, le foot… Oui, mais en version féminine, pour une étonnante aventure humaine
Reims, été 68. Dans la perspective d'un événement footballistique important, coach et cadres de l'équipe locale cherche une attraction en préambule de la confrontation sportive… Et pourquoi pas des femmes courant après un ballon, c'est original et rigolo, du jamais vu !* Des filles sur un terrain de foot, voilà un divertissement apte à régaler les mâles… majoritaires sur les gradins.

S'ensuit un appel à candidates qui, à la grande surprise de l'initiateur (Nicolas Chupin), répondent présentes. Mais son étonnement est total quand il les voit taper dans le ballon ; et jouer avec enthousiasme, aisance, rapidité et une immense liberté, sans retenue. Elles ont entre 16 et 32 ans, venant d'horizons différents, et sont bien décidées à faire de cette mauvaise plaisanterie divertissante l'aventure de leur vie.

Et, ici, Pauline Bureau nous rappelle que l'histoire du football féminin est indissociable de l'évolution de la société et de ses luttes. Femmes footballeuses, femmes ouvrières, l'un peut être l'échappatoire de l'autre, enquête historique, en quête d'histoire… Plusieurs aspects de la condition de la femme sont abordés, montrés. Et dans les années soixante, de la famille à l'usine, les exemples ne manquent pas, actualités sociales sur fond de rendement à la chaîne, de taux horaires, flagrantes et énormes disparités de salaires entre les hommes et les femmes (ça a changé ?), etc.

Gil Chauveau
06/12/2019
Spectacle à la Une

"Le Pas Grand Chose" Un regard de côté pour illuminer le monde

Subvertir la pensée commune par des postures intellectuelles radicales, propres à faire passer ce pseudo conférencier circassien pour un autiste Asperger des plus performants, semble le crédo existentiel de cet artiste hors normes. Par le biais de son regard décalé, il recrée sous nos yeux un monde fabuleux, enchantant notre imaginaire et stimulant nos neurones assoupis.

Johann Le Guillerm, dès son apparition sur le plateau, poussant une improbable carriole-bureau à tiroirs, en impose. Son costume, sa cravate, sa tresse impeccable, sa voix monocorde… tout en lui dégage une inquiétante étrangeté mâtinée d'une sérénité au-dessus de tout soupçon. Comme si cet homme d'un autre temps, d'une autre époque, avait accumulé dans les plis de son être un savoir qui nous faisait défaut, nous les prisonniers de la caverne platonicienne condamnés à ne voir en toutes choses que le pâle reflet de nos vies formatées.

"Est-ce que quelqu'un dans la salle pourrait m'indiquer le chemin qui n'irait pas à Rome ?"… Dès sa première adresse au public, le ton est donné : si quelqu'un d'aventure, fort de ses nouveaux savoirs, s'était égaré là, conforté dans l'idée que la terre est ronde (suprême révélation datant d'à peine cinq cents ans) et que l'homme n'est pas maître en sa demeure (Freud, et la découverte de l'inconscient au début des années 1900), il pourrait illico "battre en retraite". Copernic, Galilée, Freud n'ont fait qu'ouvrir la voie… à nous de la poursuivre.

"La science de l'idiot" chevillée au corps, Johann Le Guillerm va faire exploser littéralement le prêt-à-penser confortant des idées manufacturées, fussent-elles actualisées, dupliquées à l'envi par la nécessité d'une reproduction sociale garante de l'ordre décliné par le savoir officiel. Penser autrement le monde, c'est ce qu'il fut amené à faire, d'abord à son corps défendant. Diagnostiqué enfant dys+++ (dyslexique, dysorthographique, etc.), il fut conduit à la rébellion de l'esprit en dessinant d'autres épures. Réflexe de survie.

Yves Kafka
21/12/2019
Sortie à la Une

"À mon bel amour"… Urbain, classique, éclectique et artistique

C'est sous le prisme des danses urbaines, contemporaine et classique que la chorégraphe Anne Nguyen interroge les identités au travers du corps et de son rapport à l'espace où le waacking, le popping, le voguing, le locking et le krump portent leurs signatures au détour de pointes, de balancés, de lock et de bounce.

Noir sur scène, puis un groupe se détache dans une lumière tamisée qui vient dessiner les creux de leurs silhouettes. La musique démarre à un rythme effréné. Au début, tout est homogène, ils forment une seule et même entité dans une intimité qui est balayée par le tempo musical. Comme un pied-de-nez à la sensation scénique d'un sentiment intime qui s'extériorise violemment.

À tour de rôle, comme une réminiscence des années soixante, soixante-dix, quatre-vingt, le waacking, le popping, le voguing, le locking, le krump, en appui des danses contemporaine et classique, apparaissent autour d'un socle artistique commun dans lequel chacun vient se nourrir au même humus. Des différences ? Oui, bien sûr, dans le tempo, la gestique, le rapport au corps, à la scène et à l'autre, mais tout ceci puise dans un même objectif, celle de faire communiquer une sensation, un état d'âme, une volonté farouche ou timide de montrer quelque chose sur le plateau, un ce je-ne-sais-quoi qui fait de l'artiste un buvard aux émotions qui a besoin, pour notre plus grand plaisir, de s'épancher.

Safidin Alouache
10/12/2019