La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Paroles & Musique

Je t’attendrai à la porte du placard

"Chantons dans le placard", Théâtre des Variétés, Paris 2e

Un siècle de chanson gay… Cent ans de refrains du passé pour parler du présent.



Vincent Escure, Michel Heim et Alvaro Lombard © Amaury Grisel.
Vincent Escure, Michel Heim et Alvaro Lombard © Amaury Grisel.
Sous ses airs joyeux et enlevés, la comédie de Michel Heim est une pièce introspective. Limite mélancolique. Car c’est bien beau de chanter dans la placard, mais qu’est-ce-qu’on fait une fois qu’on en est sorti ? C’est la question que pose, en creux, cette confrontation entre trois générations incarnant trois périodes successives. Trois périodes, avant-hier, hier, aujourd’hui, qui aboutissent fatalement à la suivante : demain.

Loin de toute nostalgie, "Chantons dans le placard" est résolument contemporain. Si l’on peut percevoir une tendresse ou une malice amusée dans l’évocation de certains moments du passé, c’est bien de notre époque dont témoigne ce spectacle, à travers ce jeune chanteur débarqué de sa province pour décrocher un rôle dans une comédie musicale, et qui vient chercher chez ce couple - une vieille gloire de cabaret et son pianiste que l’on devine ancien militant - bien plus qu’une chanson à présenter à son audition. Époque charnière, où les homosexuels s’interrogent à la fois sur eux-mêmes - comme tout un chacun -, sur le regard que leur porte la société, et sur la place qu’ils veulent y tenir.

Vincent Escure, Michel Heim et Alvaro Lombard © Amaury Grisel.
Vincent Escure, Michel Heim et Alvaro Lombard © Amaury Grisel.
Aujourd’hui, le coming out est devenu banal, la moindre vedette du showbiz exige d’avoir une chanson gay friendly à son répertoire, les bandes dessinées de Ralf König font un tabac chez les hétéros, tout le monde s’éclate sans arrière-pensées à la Gay Pride, les électeurs parisiens ont réélu triomphalement Delanoë… Mais un député du parti présidentiel - Christian Vanneste - peut dire et redire que l’homosexualité est "une menace pour la survie de l’humanité" ou rapprocher la pédophilie de la "pédérastie", sans qu’aucun de ses collègues exige sa démission. Et la grande majorité des membres du même parti considère que la famille, c’est un homme et une femme. Régulièrement, un fait divers sordide vient aussi nous rappeler que la "chasse aux pédés" n’est pas fermée partout…

Époque compliquée, donc, où le passé n’est pas totalement révolu, où les clichés ont la peau dure, où il faut, encore et toujours, revendiquer la reconnaissance - qui n’a rien à voir avec la tolérance -, tout en aspirant, enfin, à l’insouciance d’être monsieur ou madame tout le monde. Comment passer du droit à la différence à la nécessité de l’indifférence ? Et comment faire comprendre aux "anciens", ceux qui ont vécu dans la marge ou dans le combat - donc, au fond, dans un personnage -, qu’on veut juste être soi et vivre peinard ?

Ces interrogations se faufilent entre les notes de ce spectacle faussement léger, qu’on aurait tort de considérer comme une simple anthologie de chansons témoignant de temps périmés. "Chantons dans le placard" a la voix dans le passé, proche ou lointain, mais la tête dans le présent.

"Chantons dans le placard"

Vincent Escure © Amaury Grisel.
Vincent Escure © Amaury Grisel.
Un siècle de chansons gay.
Une comédie de Michel Heim.
Mise en scène : Christophe Botti et Stéphane Botti.
Avec : Vincent Escure, Michel Heim et Alvaro Lombard.

Spectacle en alternance, du 25 octobre au 5 novembre, du 22 novembre au 3 décembre et du 20 décembre au 31 décembre.
Du mardi au samedi à 21 h 30.
Petit Théâtre des Variétés, Paris 2e, 01 42 33 09 92.
>> www.theatre-des-varietes.fr

Gérard Biard
Jeudi 24 Novembre 2011

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.







À découvrir

Bernard Adamus "C'qui nous reste du Texas"… Blues et beau

Pour son quatrième album, Bernard Adamus, avec son style blues très marqué, fricote avec le rock pour nous mener vers le grand nord sur des chansons qui se nourrissent de différents tempos aux paroles truculentes.

Bernard Adamus
Bernard Adamus, d'origine polonaise, a débarqué à ses trois ans au Québec. Depuis maintenant plus de dix ans, il trace une ligne artistique saluée par la critique avec ses albums "Brun" (2009), "No2" (2012) et "Sorel soviet so what" (2015). Du premier jusqu'au dernier LP, "C'qui nous reste du Texas", la qualité est toujours chevillée aux accords.

Avec ses dix titres, cet opus a une allure toujours foncièrement blues aux relents parfois rock. L'artiste a laissé très majoritairement son harmonica dans son étui. Sa voix, caractéristique, traînante, presque criarde, est utilisée comme effet multiplicateur de ses émotions.

Les chœurs sont discrets bien que parfois appuyés comme pour "Chipotle". Certaines compositions telle que "L'erreur" excelle dans un blues avec la contrebasse de Simon Pagé très présente, accompagnée de quelques notes de piano pour rendre un son plus clair quand celui-ci est, à dessein, légèrement étouffé par des percussions. La voix monte haut perchée au refrain où claironne un saxophone donnant un tournis musical, tel le reflet d'un état d'âme où la tristesse se berce d'incompréhension. C'est dans ces cassures de rythme que se mêlent d'autres éléments musicaux et vocaux donnant une tessiture aboutie. Le début d'une chanson peut ainsi être décharné à dessein comme celui d'un désert, d'un seul à seul avec l'artiste.

Safidin Alouache
05/05/2020
Spectacle à la Une

"I Fratelli Lehman" par la Cie Tom Corradini Teatro de Turin

Captation intégrale Ce spectacle sans paroles (ou très peu) - mais pas sans bruitages ! - devait être présenté au Théâtre Ambigu durant le festival Off d'Avignon cet été. Du fait de l'annulation, la compagnie italienne Tom Corradini Teatro de Turin vous invite à visionner cette pièce burlesque sur l'argent, la cupidité et l'amour raconté avec le langage du clown, sans interaction verbale, adapté à un public de tous âges et de toutes nationalités.

Comédie visuelle et physique interprété par deux talentueux clowns turinois (Tom Corradini et Michele Di Dedda), "I Fratelli Lehman" (The Lehman Brothers) raconte l'histoire d'un couple de banquiers et de financiers dont les capacités et les compétences les ont rendus célèbres et respectés dans tout le monde.

Apparemment, ils ont tout, des voitures rapides, de beaux secrétaires, des bureaux luxueux, un style de vie somptueux. Cependant, un jour leur fortune est anéantie en quelques minutes après un plongeon désastreux du marché boursier. Des richesses à la misère, ils doivent maintenant transformer leur échec en opportunité et gravir de nouveau la montagne du succès.

Gil Chauveau
21/04/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020