La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Je me souviens le ciel est loin la terre aussi"… jusqu'aux décors qui en parlent !

Ce sont des souvenirs à laquelle nous convient Aurélien Bory et Mladen Materic d'une pièce montée par ce dernier en 1994 et qui avait marqué Aurélien Bory. Au travers de ce qui lui en est resté, le chorégraphe accouche d'une re-création où les éléments scéniques parlent quand les protagonistes ne disent mot. C'est le silence qui donne forme à une expression scénique où ce qui se joue est la présence de l'autre au travers de son regard, de sa posture et de ses attitudes.



© Aglaé Bory.
© Aglaé Bory.
Lumières sur scène où une vague de balles de ping-pong blanches la recouvrent. Telle une avalanche, tout se déverse sur les planches, donnant une atmosphère un peu surréaliste d'un monde où tout semble imaginaire. Ces petites boules blanches sont une invitation à un rêve éveillé, dans un monde où marcher devient autre, presque événementiel, car le sol devient un lieu autant de déséquilibre que de glissades heureuses.

Ils sont quatre, un couple qui s'aime plus ou moins, un homme quasiment amant de la femme et un technicien des surfaces "bouleuses" avec sa grosse pelle en forme de râteau pour tirer à lui et pousser vers l'extérieur les balles de ping-pong. L'équilibre reste donc précaire dans les déplacements. Les accessoires de décor sont poussés, emboîtés, mis en biais tels des caractères principaux d'une pièce. Ils en deviennent la colonne vertébrale. Nul mot, nul propos, nul rire, nul pleur, car tout est silence et questionnement.

Cela démarre par un comédien, avant même que le rideau ne se lève, ou alors sans doute s'est-il levé, sur une scène pas éclairée, avec un regard vers le public, un peu perdu, comme à essayer de comprendre ce qu'il fait, lui ici et nous peut-être aussi. C'est cette relation d'ambivalence qui se dégage durant toute la représentation. C'est aussi de savoir qui est qui, et quelle relation unit les personnages. On s'observe. Tout est regard et attitudes.

© Aglaé Bory.
© Aglaé Bory.
Parfois, au travers de vidéos, un peu désuètes, qui donnent, de façon décalée, une profondeur cinématographique avec un protagoniste sur les planches qui pousse l'écran sur lequel est projetée une vidéo de ce qui se joue sur le plateau pour le faire rencontrer au personnage situé à un autre endroit des planches. L'imaginaire devient réel, la fiction réalité, le film un théâtre. C'est le mariage entre ces mondes, à la frontière desquels un comédien se situe autant dans le film que dans un décor de théâtre.

La représentation est découpée en tableaux pouvant exister seuls à seuls et sans qu'il y ait réellement une continuité entre eux. Et pourtant tout se suit, comme dans une trame avec un début et une fin. Si on les reprenait tous pour les mélanger dans un grand saladier artistique pour les en ressortir, l'ordre, même différent, ferait l'affaire. Car qu'est-ce qui prime avant tout ? Ce n'est pas un lien de cause à effet qui amène à une action, grande ou petite, parce qu'ici, point d'action, du moins finie, car tout est en suspens. Seules existent des situations avec des protagonistes souvent fixes dans des relations où la présence de chacun suffit presque.

Il y a peu de déplacement. Les caractères ne se parlent pas et sont à distance, sauf pour le couple où l'homme a quelques touchés vers la femme, réfrénés ensuite par elle. Les gestuelles font paroles, répliques, conversations sans pour autant que celles-ci soient volubiles. Tout est concis, sans fioritures.

© Aglaé Bory.
© Aglaé Bory.
Car, après tout, quelle est l'histoire, la fable de ce spectacle ? Ce sont surtout des souvenirs d'Aurélien Bory quand il a vu, pour la première fois en 1994, alors qu'il avait 22 ans, "Le ciel est loin la terre aussi" mise en scène par Mladen Materic auprès duquel il s'est formé en 1998 durant deux ans en intégrant sa troupe. Il en a été marqué. Pour cette création, il s'est aidé de son metteur en scène, des comédiens de l'époque et des décors, pour rejouer une pièce devenue autre, car nourrie d'oublis, de raccourcis et d'une reconstruction influencée par sa personnalité. De l'œuvre initiale, qu'en est-il resté ? Nous n'en savons rien et ce n'est pas ce qui compte. Sauf à occulter l'intention primordiale d'Aurélien Bory qui est de construire sa propre version en s'aidant de son propre cheminement artistique. Un hommage autant à l'œuvre qu'à Mladen Materic.

Créé le 27 septembre 2019 au Théâtre Garonne (Toulouse), dans le lieu où avait été joué "Le ciel est loin la terre aussi", le spectacle dégage un rayonnement presque irréel, oscillant entre théâtre et mouvements pouvant s'apparenter à de la danse et du mime. Un spectacle corporel où le geste en est l'alpha et l'oméga, le regard en étant la grammaire. Audacieux et inspirant !

"Je me souviens le ciel est loin la terre aussi"

© Aglaé Bory.
© Aglaé Bory.
Conception, scénographie, mise en scène : Aurélien Bory, Mladen Materic.
Avec : Aurélien Bory, Haris Haka Resic, Jelena Covic, Mickael Godbille.
Composition musicale : Joan Cambon.
Création lumière : Arno Veyrat.
Conception technique décor : Pierre Dequivre.
Construction décors : Pierre Pailles, Jérémy Sanfourche, Olivier Jeannoutot.
Peinture : Isadora De Ratuld
Accessoires : Stéphane Chipeaux-Dardé.
Costumes : Manuela Agnesini.
Régie générale et lumière : Thomas Dupeyron.
Régie plateau : Mickael Godbille, Yarol Stuber-Ponsot.
Régie son : Stéphane Ley.
Production Compagnie 111.
Durée : 1 h 15.

Le spectacle s'est joué du 24 novembre au 3 décembre 202.
Au Monfort théâtre, Grande salle, Paris 15e, 01 56 08 33 88.

© Aglaé Bory.
© Aglaé Bory.

Safidin Alouache
Vendredi 9 Décembre 2022

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022


Brèves & Com



Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

"Salle des Fêtes" Des territoires aux terroirs, Baptiste Amann arpente la nature humaine

Après le choc de sa trilogie "Des Territoires", dont les trois volets furent présentés en un seul bloc de sept heures à Avignon lors du Festival In de 2021, le metteur en scène se tourne vers un autre habitat. Abandonnant le pavillon de banlieue où vivait la fratrie de ses créations précédentes, il dirige sa recherche d'humanités dans une salle des fêtes, lieu protéiforme où se retrouvent les habitants d'un village. Toujours convaincu que seul ce qui fait communauté peut servir de viatique à la traversée de l'existence.

© Pierre Planchenault.
Si, dans "La vie mode d'emploi", Georges Perec avait imaginé l'existence des habitants d'un bâtiment haussmannien dont il aurait retiré la façade à un instant T, Baptiste Amann nous immerge dans la réalité auto-fictionnelle d'une communauté villageoise réunie à l'occasion de quatre événements rythmant les quatre saisons d'une année. Au fil de ces rendez-vous, ce sont les aspirations de chacun qui se confrontent à la réalité - la leur et celle des autres - révélant, au sens argentique d'une pellicule que l'on développe, des aspérités insoupçonnées.

Tout commence à l'automne avec l'exaltation d'un couple de jeunes femmes s'établissant à la campagne. Avec le montant de la vente de l'appartement parisien de l'une d'elles, écrivaine - appartement acquis grâce au roman relatant la maladie psychiatrique du frère qui les accompagne dans leur transhumance rurale -, elles viennent de s'installer dans une usine désaffectée flanquée de ses anciennes écluses toujours en service. Organisée par le jeune maire survient la réunion du conseil consultatif concernant la loi engagement et proximité, l'occasion de faire connaissance avec leur nouvelle communauté.

Yves Kafka
17/10/2022
Spectacle à la Une

Appel à candidatures pour la création d'un spectacle patrimonial de divertissement

La ville d'Orange a confié depuis le 1er avril 2022, la gestion et la valorisation du Théâtre antique, du Musée d'art et d'histoire et de l'Arc de triomphe, à la société Edeis pour une durée de 10 ans.

© Edéis Orange février 2023 - DR pour l'appel à projet.
Dans le cadre de sa délégation, Edéis l'allié des territoires, a pour ambition :
- De donner sa pleine envergure au Théâtre antique à la fois en tant que monument du Patrimoine mondial riche d'un attrait historique et scientifique majeur mais aussi en sa qualité de porte-étendard de tout un territoire et de son art de vivre ;
- De proposer des approches novatrices et expérimentales afin d'améliorer significativement l'expérience visiteur ;
- D'agir en pleine cohérence et en parfaite synergie avec la politique culturelle de la ville.

Le projet décennal est de faire d'Orange, la scène de l'innovation sonore.
Une place forte et incontournable de la culture et de l'innovation.

1. Reprise des éléments du contrat de Délégation de service public entre la ville d'Orange et la société Edéis :
Article 2 – Définition des missions confiées au délégataire.
"Le délégataire sera notamment chargé des activités suivantes :
La création de contenus culturels, d'animations, d'évènements et de spectacles adaptés et cohérents avec la politique culturelle, patrimoniale et touristique de la ville et en lien avec les propositions des services concernés (Culture, Musée, Office de tourisme) ainsi que le développement significatif des flux de visiteurs. De manière générale, il s'agit de faire évoluer le Théâtre antique vers un statut de lieu de vie aux animations multifacettes (diurne et nocturne, saison, hors-saison, ailes de saison…) ouvert à différents types de publics cibles.

Gil Chauveau
02/02/2023
Spectacle à la Une

Dans "Nos jardins Histoire(s) de France #2", la parole elle aussi pousse, bourgeonne et donne des fruits

"Nos Jardins", ce sont les jardins ouvriers, ces petits lopins de terre que certaines communes ont commencé à mettre à disposition des administrés à la fin du XIXe siècle. Le but était de fournir ainsi aux concitoyens les plus pauvres un petit bout de terre où cultiver légumes, tubercules et fruits de manière à soulager les finances de ces ménages, mais aussi de profiter des joies de la nature. "Nos Jardins", ce sont également les jardins d'agrément que les nobles, les rois puis les bourgeois firent construire autour de leurs châteaux par des jardiniers dont certains, comme André Le Nôtre, devinrent extrêmement réputés. Ce spectacle englobe ces deux visions de la terre pour développer un débat militant, social et historique.

Photo de répétition © Cie du Double.
L'argument de la pièce raconte la prochaine destruction d'un jardin ouvrier pour implanter à sa place un centre commercial. On est ici en prise directe avec l'actualité. Il y a un an, la destruction d'une partie des jardins ouvriers d'Aubervilliers pour construire des infrastructures accueillant les JO 2024 avait soulevé la colère d'une partie des habitants et l'action de défenseurs des jardins. Le jugement de relaxe de ces derniers ne date que de quelques semaines. Un sujet brûlant donc, à l'heure où chaque mètre carré de béton à la surface du globe le prive d'une goutte de vie.

Trois personnages sont impliqués dans cette tragédie sociale : deux lycéennes et un lycéen. Les deux premières forment le noyau dur de cette résistance à la destruction, le dernier est tout dévoué au modernisme, féru de mode et sans doute de fast-food, il se moque bien des légumes qui poussent sans aucune beauté à ses yeux. L'auteur Amine Adjina met ainsi en place les germes d'un débat qui va opposer les deux camps.

Bruno Fougniès
23/12/2022