La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"J'habite ici" Une farce (et attrape) qui laisse dubitatif, "le doute m'habite"

"Dubitatif, en un seul mot…", comme tenait à le préciser Pierre Desproges, humoriste à l'esprit acéré. Après avoir subi le flot de saynètes à la mords-moi le nœud, le doute suscité par ces morceaux choisis effectivement "m'habite"… En fait, non… Aucun doute à avoir : "J'habite ici" de Jean-Michel Ribes est à classer au rang des mièvres et sans intérêt productions boulevardières, voulant péter encore plus haut que les flatulences de l'un des personnages-clefs peuplant cet immeuble de lieux communs caricaturés à l'envi. Affligeant.



© Giovanni Cittadini Cesi.
© Giovanni Cittadini Cesi.
Et pourtant cette soirée théâtrale avait fort bien commencé… En lever de rideau, deux comédiens du Collectif OS'O, compagnonne et compagnon du TnBA, interprètent un écrit incisif disant le drame vécu par les naufragés de "Mare nostrum", notre mer, la mer Méditerranée, tombeau liquide de celles et ceux qui pour fuir l'horreur et la mort ont tenté dans des embarcations de fortune de rejoindre les côtes européennes. Texte percutant, bannissant tout usage de langue de bois, qui prend soin d'énoncer un à un les noms des peuples martyrs pour se conclure par l'obligation politique d'"accueillir d'où qu'ils viennent, quelles que soient leurs couleurs de peau ou leurs religions, toutes celles et ceux qui subissent guerres, répressions, tortures, discriminations, misères, famines, viols, mariages forcés".

Certains s'étonneront peut-être d'un long paragraphe consacré ici à une intervention initiale n'ayant rien à voir avec le spectacle… Certes. Mais à l'aune de l'intérêt de cette soirée, il aurait été plus équitable de consacrer un espace plus important encore à la mobilisation pour les réfugiés de tous les pays qui, du 2 avril au 3 mai à Bordeaux et en Gironde, se traduit par nombre de performances regroupées sous l'étendard de "Bienvenue"… activisme humaniste qui s'est invité avec bonheur ce soir sur le plateau du CDN, en plein accord avec sa direction.

© Giovanni Cittadini Cesi.
© Giovanni Cittadini Cesi.
Aux antipodes de cet engagement sans fard, le spectacle faussement engagé prétendant - l'auteur-metteur en scène se présente lui-même comme "fantaisiste subversif" - "faire rire quand même !" des obscénités de notre époque en les projetant sur scène dans un chassé-croisé de saynètes pimentées (ersatz de la série "Scènes de ménages", vu à la télé…). En effet, n'est pas Feydeau ou Molière qui veut… Si le fondateur de L'illustre Théâtre avait le don de réfléchir les travers de son temps en mettant en jeu une typologie de personnages porteurs de travers singuliers, il le faisait avec un art consommé de l'écriture dramaturgique et de l'humour infusé. Tout comme d'ailleurs Jérôme Deschamps quand il crée son "Bourgeois gentilhomme", la comédie-ballet de Molière et de Jean-Baptiste Lully, comédie-mascarade du Grand Siècle faisant grand effet dans ses habits neufs retissés par le truculent ex-Deschiens, dont la verve haute en couleur réjouit par ses saillies.

Ici, rien de cela… Tout n'est que resucée de clichés lourdingues se complaisant à extraire du fonds de commerce des idées reçues, du racisme ordinaire, des orientations sexuelles, une réserve toute trouvée à ce qui peut prêter à s'esclaffer où, du bourgeois installé dans ses certitudes, en passant par le bobo satisfait, jusqu'au beauf à l'esprit épais, tout ce petit monde enfin réuni sous le patronage du rire à bon compte pourra délicieusement se gausser des travers communs… sans aucunement les remettre en cause, se remettre en cause. Le second degré - revendiqué implicitement par les appartenances de leur auteur valant à ses yeux caution - n'est qu'une farce… et attrape. Rien de ce qui est présenté sur le plateau n'est de nature à créer les conditions d'un humour "issue de secours". L'Empereur est, magnifiquement, mis à nu… par lui-même.

© Giovanni Cittadini Cesi.
© Giovanni Cittadini Cesi.
Aucun risque n'est pris. On est loin de l'engagement corrosif des Chiens de Navarre ou encore d'un Rodrigo García, artiste libre s'il en est, qui, inspiré par Nietzche, donna à son CDN le nom d'"Humain trop humain". Ici l'humain prend triste figure, non pas celle du "Chevalier à la Triste Figure", "L'Homme de La Mancha" de Cervantès, mais celle qui nourrit les news people de "Voici !", images du monde selon Jean-Michel Ribes.

Qu'on en juge sur pièces… Un brave flic, raciste, black et gay, tombera raide amoureux d'un jeune homme de bonne famille rencontré - forcément - au cœur d'une manif. Dans une scène d'anthologie érotique, chacun juché sur une trottinette et ailes de libellule accrochées au dos, unira sa langue gourmande à celle de son amant, exercice plein d'émotions ayant pour bel effet de faire dresser tout droit le corps caverneux des deux demoiselles libellules. Auparavant, on aura assisté au numéro tout aussi hilarant du beauf à la casquette rouge anti-vert déclarant sa haine pour les arbres urbains. Il n'a tout de même pas quitté la campagne, eh ben non, pour être emmerdé maintenant par les chiures d'oiseaux ! Quant aux vaches, s'il venait aux écolos de les réintroduire en ville, il les tuerait sur le champ et les ferait manger à des végans (très drôle…), du persil dans les narines pour qu'ils respirent encore plus bio (encore plus drôle !).

© Giovanni Cittadini Cesi.
© Giovanni Cittadini Cesi.
Un père de famille fort respectable et plein de flatulences aux détonations flagrantes dès que le nom de "gauche" est prononcé, sera viscéralement chamboulé par le changement de nom d'une rue à la gloire du Général Bugeaud, héros de l'Algérie française, rebaptisée du nom de Jean Cocteau (pets sonores en ponctuation, humour à la hauteur de l'organe qui le produit). Son épouse, une belle blonde aux horizons d'attente allant jusqu'au sommet de sa chevelure, pouffera de joie à l'idée que son cher fils contestataire ait rompu avec un dénommé Jean-Robert pour filer le parfait amour… avec le représentant de l'ordre (cf. plus haut).

Mais le comble du comble de l'humour reste à venir… Un obscur employé de Ministère, triste comme un scribouillard de Maupassant, prendra soudain la lumière en excellant dans l'art du cunnilingus appliqué d'abord à Madame La Responsable de l'Europe de l'Est, avant que ses talents ébruités l'amènent à "branler", non pas du chef mais Le Directeur en personne. Un succès vite apprécié par tout le Ministère qui lui vaudra la promesse de la médaille du Meilleur Ouvrier de France… Pour s'esclaffer encore et encore… Le même employé, dévoué corps et âme à son ministère, partant à son bureau attaché-case fièrement à la main, ouvrira les pans de son imperméable pour dévoiler à la concierge éblouie sa tenue de travail : nu comme un ver sous sa panoplie en latex noir, l'équipement SM Bondage à faire rêver. No comment.

© Giovanni Cittadini Cesi.
© Giovanni Cittadini Cesi.
Passons sur le plombier et le bourgeois au racisme très primate, ou encore les deux couples d'intellectuels snobs à la bouche emplie de Proust, les bouddhistes sanctuarisant leur anus comme "bouche arrière" et élevant leurs intestins à la hauteur de leur cerveau… Autant de caricatures au trait gras comme le sont les rires faussement dénonciateurs qu'elles prétendent susciter. Seul échapperait peut-être à cette galerie Musée Grévin du mauvais goût érigé en art le personnage de la tragédienne-autrice contrariée - n'ayant pu écrire du théâtre, elle écrit sur le théâtre (mais là encore le poncif se renifle à plein nez) - se pâmant en entendant les alexandrins raciniens la faisant littéralement s'envoler au septième ciel (délire poétique à la Chagall)… avant de s'aplatir sur le plateau, comme un oiseau blessé, dégommée en plein vol par l'hurluberlu anti-nature flanqué de l'auteur outragé par la critique "alexandrine".

Est-ce à dire que la marque de fabrique du magazine créé naguère par Cavanna et le Professeur Choron - l'iconoclaste "Hara-kiri" - qui se targuait d'être "bête et méchant", puisse s'appliquer ici ? Non, ce serait là "totalement" injuste… La cruauté manque.

Vu le mercredi 13 avril au TnBA - Théâtre national de Bordeaux en Aquitaine. Les représentations se sont déroulées du 13 au 16 avril 2022.

"J'habite ici"

© Giovanni Cittadini Cesi.
© Giovanni Cittadini Cesi.
Texte : Jean-Michel Ribes (publié aux Éditions Actes Sud-Papier).
Mise en scène : Jean-Michel Ribes.
Assistant à la mise en scène : Olivier Brillet.
Avec : Didier Benureau, Manon Chircen, Romain Cottard, Charly Fournier, Annie Grégorio, Jean Joudé, Alice de Lencquesaing, Philippe Magnan, Marie-Christine Orry, Stéphane Soo Mongo.
Scénographie : Emmanuelle Favre.
Costumes : Juliette Chanaud.
Lumière : Hervé Coudert.
Son : Guillaume Duguet.
Maquillage et coiffure : Catherine Saint-Sever.
Construction accessoires : Antoine Plischke.
Durée : 1 h 40.

Tournée
21 avril 2022 : Monaco (98).

Yves Kafka
Mercredi 20 Avril 2022

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022







À découvrir

"L'Écume des jours"… Étonnant et détonnant !

C'est une pièce renversante montée par Claudie Russo-Pelosi à partir d'un roman qui l'est tout autant même si, de son vivant, Boris Vian n'a pas connu la popularité et la reconnaissance qu'il obtiendra ensuite. Dans une mise en scène qui s'appuie aussi sur quelques-unes de ses chansons, sur l'un de ses poèmes et sur le jazz de Duke Ellington, bousculé par un rap, l'amour entre Chloé et Colin prend une tonalité presque surréaliste en écho au style de l'artiste.

© Les Joues Rouges.
Boris Vian (1920-1959), l'homme aux mille qualités artistiques et aux mille vies. Scientifique, démarrant sa vie professionnelle à l'AFNOR (Agence Française de NORmalisation), musicien, écrivain, nouvelliste, chroniqueur, chanteur, poète, dramaturge, critique musical, directeur artistique, Satrape du collège de Pataphysique, il a touché, marqué et influencé différents domaines de l'art. Grand animateur de Saint-Germain-des-Prés où il a été l'un des premiers musiciens du célèbre Tabou, il avait pour passion le jazz et a joué un moment en tant que trompettiste dans le groupe de Claude Luter (1923-2006). Il a influencé des artistes comme Gainsbourg (1928-1991) par ses compositions et ses interprétations. Sous le pseudonyme de Vernon Sullivan, il a écrit aussi des romans, de type américain, dont le plus connu, "J'irai cracher sur vos tombes" (1946), lui a valu autant la célébrité que les ennuis fiscaux.

Mettre en scène un roman est toujours un exercice de réécriture et celui que la troupe "Les Joues Rouges" effectue de "L'Écume des jours" (1946) donne à l'œuvre une lecture théâtrale vive, condensée et musicale. Le roman a eu une reconnaissance tardive, bien après la mort de l'écrivain et bien qu'il ait eu l'appui de Raymond Queneau (1903-1976) et de Jean-Paul Sartre (1905-1980) lors de sa parution. Il a été écrit très rapidement, de mars à mai 1946. C'est une histoire d'amitiés, de désirs, d'amours, de maladie, de mort, de solitude et de couples autour, entre autres, de Chloé (Lou Tilly) et Colin (Ethan Oliel), de Chick (Stéphane Piller) et Alise (Aurore Streich).

Safidin Alouache
04/08/2022
Spectacle à la Une

"L'Alchimiste" Un bien joli voyage théâtral !

Dans une création théâtrale du célèbre roman de Paulo Coelho, le metteur en scène comédien Benjamin Bouzy réussit à créer, dans une simple mais belle scénographie, un voyage autant intérieur qu'extérieur de Santiago, en quête de sa vérité, qui découvre le monde avec ses secrets, ses trésors et ses surprises.

© Matthieu Lionnard.
C'est le mariage d'un conte philosophique, celui de "L'Alchimiste" ("O Alquimista", 1988) de Paulo Coelho et du théâtre, mis en scène par Benjamin Bouzy. À la recherche de sa légende personnelle, pour reprendre les termes de l'auteur brésilien, avec son langage du cœur, ses signes et à la découverte de l'âme du monde, le berger andalou Santiago (Benjamin Bouzy) nous mène du Maroc vers les pyramides d'Égypte en passant par le Sahara. C'est un véritable concentré de poésie et d'actions.

La voix claire, sans tension durant toute la représentation, Santiago porte avec lui le "mektoub", à savoir "ce qui est écrit" comme un parfum de fatalité plein d'espoir. Bien avant qu'il réalise ce que c'est réellement, il l'habite avec quiétude et parfois inquiétude dans les multiples événements qu'il vit. Sa voix, durant ceux-ci, fait l'écho d'une certaine fragilité à la fois poétique et naïve.

L'histoire est racontée au fil de l'eau par deux conteurs, Myriam Anbare et Fabien Floris, qui jouent aussi, à eux deux, tous les autres rôles. Seul Benjamin Bouzy reste dans son personnage. Cette découpe entre conte et actions, récit et situations donnent à la pièce une double dimension avec la parole et l'écrit, le théâtre et le roman. Les actions s'enchaînent dans des tableaux avec, pour chacun, leur décor et leur ambiance. Nous sommes ainsi projetés dans un ailleurs situé dans plusieurs lieux avec un récit qui se décline sous différentes conjugaisons.

Safidin Alouache
06/09/2022
Spectacle à la Une

"Le Dépôt Amoureux" Ou l'art de revisiter de façon tout autant scientifique qu'humoristique le mystère de l'amour et du désamour

Associer avec justesse et inventivité une narration légèrement décalée - du fait de la transposition du traumatisme de la rupture amoureuse d'un patient nommé Noé dans le milieu hospitalier puis dans un centre de rééducation du cœur - et la danse, dont les chorégraphies exprimées peuvent nous mener, selon les interprétations de chacun, dans les méandres du cerveau où s'affrontent les sentiments opposés issus du chagrin d'amour, ou plus exactement de la maladie intitulée ici avec humour… le "Separatus Brutus", telle est la folle création théâtrale, ludique, dynamique et cocasse de la Cie Tout le monde n'est pas normal… Et on veut bien le croire !

© Festival Toi, moi and Co & Ema Martin.
Sur scène, un patient accoutré en mode opératoire d'un linge blanc et entouré de blouses tout aussi blanches qu'on imagine être celles d'une chirurgienne et de quelques autres personnels de santé. L'opéré, Noé, naufragé du cœur après avoir navigué sur l'arche du bonheur, a subi une rupture tout aussi cardiaque que mentale, maladie connue sous le nom évocateur - bien qu'à consonance latine - de "Separatus Brutus".

L'opération chirurgicale est représentée de façon abstraite par le retrait de filaments rouges dans le dos de notre dépité amoureux sous anesthésie. Énumération des actes pratiqués et des suites prévues, envisagés en usant de termes scientifiques propres à consolider la véracité de l'acte médical. C'est la première fois que Noé est atteint de ce mal. Dans son cas, l'annonce de la "fracturation" s'est faite sur l'oreiller avec malheureusement pour lui l'option "rester amoureux" ! Noé, rescapé, survivant, d'un naufrage sentimental.

Diagnostiquer, narrer comme s'il s'agissait d'une opération cardiaque, à cœur "en mal d'amour" ouvert. Après l'intervention vient le temps de la convalescence, direction un centre de rééducation du cœur faisant aussi office d'unité expérimentale de recherche sur le "Separatus Brutus". Dans ce lieu, véritable "dépôt amoureux", on imagine aisément un hangar dans lequel on retrouve des personnages errant comme des âmes en peine. Noé va donc y faire des rencontres nocturnes, issus de son imaginaire… ou pas !

Gil Chauveau
21/09/2022