La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Trib'Une

"J'ai couru comme dans un rêve" : Revenir à l'essentiel, entre rires francs et larmes retenues

La chronique d'Isa-belle L

Je cours de Saint-Denis à Paris. Je cours pour retrouver mon clavier, taper sur les touches avec énergie. Atteindre mon objectif, sans me faire mal, sans glisser sur la chaussée. Courir. Vite. Bien. Puis écrire. Ce qu’il me vient à l’esprit. Avant de dormir…



© Ghislain Dorglandes.
© Ghislain Dorglandes.
L’angoisse de la maladie. Somatiser après avoir regardé un foutu programme médicalisé à la télé. Somatiser et choisir la pire des maladies, évidemment. Celle qui noue le ventre. Qui fait trembler les jambes. Celle qui empêche de respirer, de rêver au lit. L’impossible maladie à prononcer. L’orpheline qu’on ne peut pas traiter. Celle qu’on garde pour soi, pour ne pas se faire charrier. Celle qui nous fait courir, toujours pour rien, chez le médecin. Celle qui nous fait pleurer le matin. L’incurable. L’insurmontable. La maladie fatale. Une maladie imaginaire qui nous accable : l’hypocondrie.

Puis petit à petit, elle est partie, je m’en moque à présent, en tapant sur mon clavier. Fini l’hypocondrie. Pour oublier les maux : accouchons de mots. Ils courent très vite et très souvent dans mon cerveau. C’est fantastique de pouvoir écrire des chroniques.

Grâce à la compagnie Les Sans Cou, je vais réussir un exploit. Celui de parler d’un ex-trauma - la peur de la maladie - tout en citant noir sur blanc celle sur laquelle, il m’est arrivé de somatiser, souvent : la tumeur au cerveau. Passetemps moyennement rigolo.

Après l’avenue Montaigne où j’ai traîné mes guêtres, pour finir larmes au coin des yeux, devant une des plus belles mises en scène de l’année : "Le Porteur d’histoire" (Studio des Champs-Élysées), je reviens sur le soir où j’ai activé mes gambettes du côté de Saint-Denis.

© Ghislain Dorglandes.
© Ghislain Dorglandes.
Avec le théâtre, c’est formidable, on visite du pays. Saint-Denis, Paris huitième… c’est la folie ! Au Théâtre Gérard Philippe de Saint-Denis, ce soir-là, je venais découvrir la nouvelle création d’une compagnie qui tisse sa toile artistique dont, je crois, elle ne descendra pas. Du moins je ne l’espère pas.

"J’ai couru comme dans un rêve", titre tout aussi attirant que porteur… porteur d’une autre histoire à la hauteur de celle vue l’autre soir.

Assise non loin d’un acteur de la troupe - c’est une habitude chez eux de se positionner près du public -, je me suis demandée ce qu’une fois encore, Les Sans Cou allaient nous concocter.

Rares sont les fois où ils m’ont déçue au théâtre. Ils grimpent Les Sans cou, ils grimpent dans le cœur des gens. Voir cette troupe au théâtre, c’est surtout s’assurer de passer un bon moment. Garantie sans cou, garantie panache. Pas de publicité mensongère. Un immense talent et un sacré savoir-faire.

Les "Sans Cou" aux corps et têtes bien faites. Des acteurs vivants. Des acteurs du XXIe siècle.

Même pour parler de la mort ils sont vivants. Ça court beaucoup dans cette pièce. Je vous l’ai dit : titre oblige, on ne ment pas sur la marchandise. Ça court, ça danse, ça rit et ça parle… un peu.

© Ghislain Dorglandes.
© Ghislain Dorglandes.
Pas de "blablabla" inutile, de phrases faciles, de décor super "in", de crise d’égo, de caricature, d’expérimentation. Non. Une troupe, un ensemble de comédiens qui joue. Point. Et une émotion de taille. Sans rentrer dans les détails, la performance de l’acteur principal - Martin - est remarquable. Lui aussi m’a fait sortir les larmes. Différentes des larmes versées au théâtre de l'Avenue Montaigne à Paris. Les larmes du théâtre de Saint-Denis étaient plus coriaces. Comme cette angoisse de la maladie : tenace.

Tenaces, mes larmes, mais pas désagréables. Loin de là.

"Quand ça vous prend, ça vous colle au corps, ça vous gratte partout, tout l'temps…" Louise Attaque.

Dans les paroles de cette chanson, il est question d’heure aussi. L’heure. Une question que je ne me suis pas posée. Pas une seule seconde. C’est le cas de le dire. Jusqu’aux dernières répliques. Jusqu’aux derniers mots. Jusqu’à la fin du mal qui ronge notre acteur principal, le spectateur se tient là, sage, attentif, le souffle coupé. Comme une course qui ne finirait jamais.

Et pourtant, les acteurs s’offrent un break. Pause méritée. Pour respirer. Nous avec. Mon cerveau, lui, a continué. Revenant tour à tour sur les prestations des acteurs, sur cette danseuse touchée par la grâce, sur cette troupe et à toute l’originalité du spectacle qui se joue devant nous.

La course reprend. Je suis avec eux. En plein dedans. Me délectant de chaque mot, expression, mouvement. C’est si beau. Si vrai. Si émouvant. Troublant.

"J'ai couru comme dans un rêve" : Revenir à l'essentiel, entre rires francs et larmes retenues
C’est efficace cette façon de parler de la maladie. Du monde autour. De ce qui fait souffrir. Des mots qu’on ne peut pas dire. Des sentiments qu’on ne peut pas décrire. Des cris qu’on veut retenir. De l’amour qui ne cesse de grandir… au fil des jours au rythme de cette grosseur impalpable et pourtant si présente, carnassière. Ce mal qu’on aimerait faire taire.

Ah ! J’écris et je repense… et je reprends le fil de la chronique. Mes doigts se remettent à courir et mon clavier va exploser.

En sortant avec des larmes plein les yeux, j’ai attendu l’auteur. Pour lui dire : bravo. Je ne le fais pas souvent. Parce que l’auteur n’est pas toujours présent évidemment. Mais là, il met en scène aussi. Quelle troupe ! Je vous l’ai déjà dit ?

J’ai quitté le théâtre. J’ai assisté à la représentation d’un spectacle de haut niveau.

J’ai marché. Jusqu’au métro. Vite. J’ai couru. Un peu plus vite pour ne pas rater le dernier métro. J’ai laissé les larmes couler et puis les dernières ont séché sur ma peau.

J’ai couru de Saint-Denis à Paris. J’ai regardé les visages dans le métro. J’ai trouvé que la vie était belle. Je n’ai pas de tumeur au cerveau. Je ne souffre plus d’hypocondrie.
Grâce à la compagnie Les Sans Cou, je suis guérie.

J’ai écrit. J’ai dormi. J’ai rêvé… De la vie.

"J'ai couru comme dans un rêve"

© Ghislain Dorglandes.
© Ghislain Dorglandes.
Création collective Les Sans Cou.
Mise en scène : Igor Mendjisky.
Avec : Éléonore Joncquez ou Camille Cottin, Esther van den Driessche, Clément Aubert, Romain Cottard, Paul Jeanson, Arnaud Pfeiffer, Frédéric van den Driessche.
Scénographie : Claire Massard.
Costumes : May Katrem.
Lumières : Thibault Joulié.
Chorégraphie : Esther van den Driessche.
Le texte est publié aux éditions Archimbaud éditeur et Riveneuve éditions.
Durée : 2 h 30 (avec entracte).

Du 6 avril au 27 avril 2013.
Lundi à vendredi à 19 h 30 (relâche mardi), samedi à 18 h, dimanche à 16 h.
Théâtre Gérard Philipe, Salle J-M Serreau, Saint-Denis (93), 01 48 13 70 00.
>> theatregerardphilipe.com

Isabelle Lauriou
Samedi 6 Avril 2013

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.



    Aucun événement à cette date.
Vidéos les plus récentes



À découvrir

"Les femmes de la maison" L'épopée des luttes féminines sous le prisme d'une maison très spéciale

Voici la dernière pièce de Pauline Sales (écriture et mise en scène) qui a été présentée au Théâtre Paul Scarron du Mans devant un public professionnel restreint. Un privilège que d'assister à cette histoire que l'on sent chevillée au corps de sa créatrice. Il y est question de femmes artistes. Question également des femmes non artistes. Question de la liberté que les femmes ont peu à peu conquis depuis bientôt un siècle. Arrachant bribe après bribe le droit d'agir, de s'exprimer, le droit sur leur corps, leur sexualité, leurs choix. Et trouver enfin la puissance pour se détacher du diktat masculin si bien bétonné.

© Jean-Louis Fernandez.
L'histoire des "femmes de la maison" commence dans les années cinquante et se termine de nos jours. Elle va mettre en jeu une dizaine de personnages féminins sur trois périodes symboliques : les années cinquante, les années soixante-dix et 2022. Pour cela, Pauline Sales invente une maison qui sera le moyen de traverser le temps et l'espace. Cette maison est celle de Joris, un amoureux, par ailleurs cinéaste militant contre les méfaits des guerres. Il achète cette maison par amour pour une photographe, l'amour s'en va, il ne sait qu'en faire, alors il la prête à des artistes. Le hasard veut au départ que ce ne soit que des femmes - peintres, poètes, sculptrices… et cela se transforme en règle : seules des femmes artistes pourront venir un temps pour créer ici.

Première période, maison fermée entourée de bois. C'est l'après-guerre et l'artiste que Joris installe dans la maison dessine. Dessine en mode combat contre elle-même. Contre la pensée que chez elle, son mari, sa fille sont là comme une destinée de femme au foyer qu'elle refuse. Combat contre le mal que cela peut faire.

Bruno Fougniès
25/08/2021
Spectacle à la Une

•Off 2021• Sales Gosses Une approche vertigineuse et bouleversante de la maltraitance à l'école

Harcèlement, maltraitance ponctuelle ou récurrente… à l'école, à la maison, au travail, comment le traiter sur scène, comment prendre ou pas position ? Ici d'ailleurs, pas de prise de position, mais une exposition des faits, du déroulé des événements, en une manière de monologue où la comédienne Claire Cahen habite tous les personnages principaux, offrant l'accès au public à différentes appréciations du drame - victime, tyran, prof, mère - menant à une mise en perspective vertigineuse !

© Théâtre du Centaure.
Pour l'écriture de "Sales gosses", Mihaela Michailov s’est inspirée de faits réels. Une enseignante ligota une élève dans sa salle de classe, les mains derrière le dos, suite à son manque d'attention pour la leçon sur la démocratie qu'elle était en train de donner. Elle exposera ainsi l'enfant saucissonnée en exemple. Les "camarades" de cette petite-fille de onze ans, pendant la récréation, la torturons à leur tour. Elle sera retrouvée sauvagement mutilée… attachée dans les toilettes…

Dans une mise en scène que l'on perçoit nerveuse et précise, millimétrée, visant à l'efficacité, les choix de Fábio Godinho font être immédiatement lisible, mettant en quasi-training sportif la comédienne Claire Cahen et son partenaire musicien chanteur Jorge De Moura qui assure avec énergie (et talent) les multiples interventions instrumentales et/ou vocales. Metteur en scène, mais également performeur, Fábio Godinho joue clairement la carte de l'école "théâtre de la violence", de l'arène/stade où la victime est huée, vilipendée par la foule, cherchant à exprimer la performance telle que demandée sur un ring de boxe. Claire Cahen et Jorge De Moura sont à la hauteur jouant en contre ou en soutien avec le troisième acteur qu'est le décor !

Gil Chauveau
19/07/2021
Spectacle à la Une

•Off 2021• L'Aérien Le fabuleux défi de l'insoupçonnable légèreté de l'être…

Solliciter ressources du corps et de l'esprit unis dans la même entité afin d'affranchir l'humaine condition aux semelles de plomb de la pesanteur la clouant au sol, c'est le prodige réalisé par Mélissa Von Vépy "à l'apogée" de son art. À partir d'une vraie-fausse conférence sur les rapports entre l'Homme et les airs depuis que la Terre est Terre - écrite avec légèreté par Pascale Henry, complice inspirée -, la circassienne rivalise de grâces ascensionnelles. De quoi damer le pion, du haut de son Olympe, à Hermès au casque et chaussures ailées…

© Christophe Raynaud de Lage.
La conférencière au look décontracté étudié, chaussée de lunettes à monture d'écailles et d'escarpins mettant en valeur ses longues jambes, mallette à la main renfermant les planches évocatrices des tentatives humaines pour vaincre la résistance des airs (l'utilisation d'un Powerpoint n'aurait pas été assez daté…), s'emploie avec naturel et humour à survoler cette histoire à tire-d'aile… S'arrêtant cependant sur une reproduction d'Icare, celui par qui la faute advint. Pour avoir voulu voler toujours plus haut, l'intrépide, aux plumes assemblées de cire, s'est brûlé les ailes… et depuis, cette question récurrente : voler est-ce humain ?

Joignant gestes et paroles, elle ôte son blouson libérant des plumes virevoltantes autour d'elle et s'adonne à quelques envolées autour de sa chaise devenant vite le second personnage en scène. D'ailleurs, lorsque, dans le déroulé de sa conférence, elle évoquera les fabuleuses machines volantes nées de l'imaginaire de Léonard de Vinci, on se dit que cette prouesse d'horlogerie fine - que l'on doit à Neil Price - permettant de projeter en douceur ladite chaise jusque dans les cintres, mériterait de les rejoindre au panthéon des créations volantes…

Yves Kafka
26/07/2021