La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Avignon 2021

•In 2021• Des Territoires - Trilogie Épopée contemporaine au souffle homérique

Sept heures durant, en trois séquences animées par le souffle propre aux poèmes antiques, les évènements - trois jours de la vie d'une fratrie ayant passé sa jeunesse dans un modeste pavillon résidentiel "avec vue" plongeante sur la banlieue d'Avignon - vont se précipiter sur un plateau transformé en aire de jeux cruels, joyeux, humains, l'existence dans tous ses états. Confrontés à l'organisation des obsèques de leurs parents décédés le même jour, la sœur et ses trois frères vont (re)vivre de l'intérieur du salon du pavillon témoin de leur enfance, où s'entassent les cartons de déménagement, ce qui les unit… et les déchire.



© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
Quand d'autres événements imprévisibles vont venir percuter, pour la "révolutionner", leur existence déjà fragilisée par le deuil, les cartes des identités soumises au vent de l'Histoire seront rebattues devant nous, témoins de ces métamorphoses. Un souffle tragi-comique d'une puissance révolutionnaire se lève… Sont convoquées successivement (une par épisode) trois figures emblématiques des révolutions ayant marqué "au fer rouge" (à prendre ici au sens positif d'avoir stigmatisé à jamais la bourgeoisie conservatrice) le XIXe et le XXe siècle, un siècle d'espoirs et d'horreurs confondus.

"Des Territoires", ce sont tout autant ceux dont nous sommes les héritiers directs (ici ce pavillon des parents soumis à débat : doivent-ils le vendre, comme les y invite la municipalité libérale, avide d'accréditer le projet d'extension du centre commercial, ou doivent-ils résister au tsunami d'un modèle de consommation menant droit dans le mur ?) que ceux, refoulés, des révolutionnaires ouvrant sur des perspectives susceptibles d'arracher chacun à la médiocrité d'une vie consumériste ? Baptiste Amann sait de quoi il parle, lui l'enfant d'un pavillon social avignonnais, dont le principal regret en jouant dans la Cité des Papes qui l'a vu grandir, est que ses potes d'alors seront exclus de ses "représentations".

© Pierre Planchenault.
© Pierre Planchenault.
Unité de temps (trois jours entourant l'enterrement), unité de lieu et d'action (le pavillon, lieu de l'enfermement "accueillant" de manière improbable deux figures de révolutionnaires, Condorcet et Louise Michel ; puis l'hôpital annexe où se tourne un film sur la militante FLN Djamila Bouhired), observance parfaite de la règle des trois unités de la tragédie classique… Non par servilité à de quelconques contraintes héritées de la tradition - point dérisoire pour Baptiste Amann -, mais par nécessité organique : seul le souffle de la tragédie peut porter l'ambition de ce qui se joue sur le plateau.

Car, ce à quoi assiste le public pressé dans les travées inconfortables, ce n'est pas un spectacle, mais un manifeste pétri d'humanité "ordinaire", celle que les élites installées qualifieraient d'invisible. "Le vent se lève" (cf. Ken Loach) sur le Gymnase Mistral pour raviver la flamme sous l'éteignoir. Il faut revendiquer de vivre. "Urgent crier" (cf. André Benedetto et sa verve poétique post 68)… Dès lors, à la faveur des désordres internes ravivés par la mort de ceux qui les ont engendrés, des failles spatio-temporelles vont s'inviter pour participer au débat secouant ces frères et sœur jusqu'au vertige, jusqu'à leur faire utilement perdre pied…

© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
D'abord ("Jour 1 - Nous sifflerons la Marseillaise…"), la découverte improbable dans le jardin familial des ossements de Condorcet, vivant représentant des Lumières. Ensuite ("Jour 2 - D'une prison à l'autre…"), l'irruption tout aussi fortuite dans leur salon transformé en Place publique d'une réplique fervente de Louise Michel, institutrice anarchiste communarde. Et enfin ("Jour3 - Et tout sera pardonné…"), la présence tonitruante de Djamila Bouhired, figure emblématique de la lutte pour la libération algérienne, via l'actrice qui, dans une salle de l'annexe de l'hôpital, endosse son rôle dans le documentaire restituant son procès.

Le théâtre recèle cet "in-croyable" pouvoir de liberté, celui d'affranchir des vraisemblances - l'irruption de Condorcet, Louise Michel et, à un degré moindre de Djamila Bouhired, à Avignon 2021, relève d'une improbabilité… certaine) - pour mettre en abyme la petite et la grande Histoire entretenant, souvent à leur insu, des liens inextricables. Nous sommes les héritiers non seulement de nos géniteurs eux-mêmes déterminés par leur appartenance sociale (cf. "Les Héritiers" de Bourdieu, "Qui a tué mon père ?" d'Édouard Louis, ou encore "Retour à Reims" de Didier Eribon), mais d'une Histoire qui nous dépasse, parfois traumatique, parfois porteuse d'espoir libérateur, souvent les deux mêlés.

© Sonia Barcet.
© Sonia Barcet.
Et pour démêler ce qui fait ce que nous sommes, non pour nous y fixer, résignés, mais pour nous déciller les yeux, nous débarrasser du "on" impersonnel pour le "je" singulier, et nous propulser vers d'autres horizons d'attente que la sempiternelle répétition du même, l'humour (cf. le portage à bout de bras des cercueils jusqu'à la mise en terre) est l'arme de choix, propre à désarmer les défenses accumulées. Sur le plateau, jouxtant les tensions à vif, les frustrations exhumées, la dérision portée entre autres par les écholalies et mimiques du frère abimé par un accident de la vie va créer les conditions d'un lâcher prise salutaire. Ainsi de la reconstitution hilarante d'Apostrophe, avec Pivot, exemplaire de "Sam le pompier" en main et jeu de lunettes étudié, recevant les Badinter, très doctes, pour disserter… sur Condorcet.

On aime ces "Territoires" recoupant les nôtres… Non pour les sacraliser, mais pour y puiser notre énergie d'humain refusant l'ordre des puissants, (dés)ordre générateur de violences institutionnalisées reproduites à l'envi - et cerise sur le gâteau du temps bégayant - en toute bonne conscience par les héritiers classieux. Se décoincer des assignations pour s'ouvrir (dixit Théophile Ferré, amoureux de Louise Michel, assassiné comme trente mille autres communards par les Versaillais) à "l'indescriptible beauté du monde", tel est l'enjeu de cette saisissante trilogie documentée par le vécu de son auteur.

Vu au Gymnase du Lycée Mistral-Avignon, le dimanche 11 juillet 2021 à 19 h.

"Des Territoires"

© Sonia Barcet.
© Sonia Barcet.
Texte et mise en scène : Baptiste Amann.
Avec : Solal Bouloudnine, Alexandra Castellon, Nailia Harzoune, Yohann Pisiou, Samuel Réhault, Lyn Thibault, Olivier Veillon.
Collaboration artistique : Amélie Enon.
Lumière : Florent Jacob.
Son : Léon Blomme.
Scénographie : Baptiste Amann, Florent Jacob.
Costumes : Suzanne Aubert, Estelle Couturier-Chatellain.
Durée de la trilogie : 7 h.
"Des Territoires", première représentation de la trilogie dans son intégralité le 7 juillet 2021 au Festival d'Avignon,
"Nous sifflerons la Marseillaise..." : 1 h 45 (entracte 30 minutes).
"… d'une prison l'autre" : 1 h 45 (entracte 45 minutes).
"... et tout sera pardonné ?" : 2 h 15.


•Avignon In 2021•
Du 7 au 12 juillet 2021.
Tous les jours à 19 h, relâche le 9 juillet.
Gymnase du Lycée Mistral, Avignon (84).
>> festival-avignon.com
Réservations : 04 90 14 14 14.

© Pierre Planchenault.
© Pierre Planchenault.
Tournée
15 au 25 septembre 2021 : Théâtre Ouvert, Paris.
6 au 9 octobre 2021 : La Comédie de Béthune, Béthune.
16 au 17 octobre 2021 : Théâtre Sorano, Toulouse.
21 octobre 2021 : Le Méta -Centre dramatique national de Poitiers, Poitiers.
10 au 13 novembre 2021, Brive : L'Empreinte - Scène nationale Brive-Tulle.
20 novembre 2021, Marseille : LE ZEF - scène nationale.
27 novembre 2021, Cavaillon : La Garance.
4 décembre 2021, Saint-Brieuc : La Passerelle.
21 au 22 mai 2022, Toulon : Châteauvallon - Le Liberté, scène nationale.
3 au 5 juin 2022, Lyon : Célestins, Théâtre de Lyon.

Yves Kafka
Jeudi 15 Juillet 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022


Brèves & Com



Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

"Salle des Fêtes" Des territoires aux terroirs, Baptiste Amann arpente la nature humaine

Après le choc de sa trilogie "Des Territoires", dont les trois volets furent présentés en un seul bloc de sept heures à Avignon lors du Festival In de 2021, le metteur en scène se tourne vers un autre habitat. Abandonnant le pavillon de banlieue où vivait la fratrie de ses créations précédentes, il dirige sa recherche d'humanités dans une salle des fêtes, lieu protéiforme où se retrouvent les habitants d'un village. Toujours convaincu que seul ce qui fait communauté peut servir de viatique à la traversée de l'existence.

© Pierre Planchenault.
Si, dans "La vie mode d'emploi", Georges Perec avait imaginé l'existence des habitants d'un bâtiment haussmannien dont il aurait retiré la façade à un instant T, Baptiste Amann nous immerge dans la réalité auto-fictionnelle d'une communauté villageoise réunie à l'occasion de quatre événements rythmant les quatre saisons d'une année. Au fil de ces rendez-vous, ce sont les aspirations de chacun qui se confrontent à la réalité - la leur et celle des autres - révélant, au sens argentique d'une pellicule que l'on développe, des aspérités insoupçonnées.

Tout commence à l'automne avec l'exaltation d'un couple de jeunes femmes s'établissant à la campagne. Avec le montant de la vente de l'appartement parisien de l'une d'elles, écrivaine - appartement acquis grâce au roman relatant la maladie psychiatrique du frère qui les accompagne dans leur transhumance rurale -, elles viennent de s'installer dans une usine désaffectée flanquée de ses anciennes écluses toujours en service. Organisée par le jeune maire survient la réunion du conseil consultatif concernant la loi engagement et proximité, l'occasion de faire connaissance avec leur nouvelle communauté.

Yves Kafka
17/10/2022
Spectacle à la Une

"Play/replay" The Rat Pack Compagnie fait son cirque… et son cinéma... Action !

Après le succès mondial de "Speakeasy", la compagnie circassienne The Rat Pack est de retour avec une création intitulée "Play/Replay". Explorant précédemment le genre "films de gangsters" au cœur d'un bar clandestin - que l'on appelait, au temps de la prohibition, un "speakeasy" -, nous les découvrons pour ce nouveau spectacle sur un plateau en plein tournage d'une scène caractéristique des "films d'action", le cambriolage d'un objet précieux. On retrouve donc avec plaisir ce qui fait aujourd'hui leur marque de fabrique… un cocktail explosif mêlant acrobatie, musique et cinéma… plus, cette fois-ci, l'humour décalé de Jos Houben !

© Zenzel.
Imaginez un joyau convoité, un œuf précieux - façon œuf de Fabergé - protégé par des faisceaux verts que l'on perçoit bien dans une nuit noire et volontairement enfumée. Quoi de mieux pour exercer ses talents d'acrobate que le franchissement subtilement chorégraphié de ceux-ci. Ainsi débute "Play/Replay" avec cette scène ô combien classique digne d'un "Mission Impossible", d'un Ocean's Twelve (référence directe à l'œuf) ou d'un James Bond... Et la magie opère. Les six artistes de The Rat Pack - usant souvent du jeu d'ombres chinoises et de ses effets de mystères en "noir et blanc" - déploient humour et créativité pour se jouer des codes de ce genre cinématographique et les détourner avec espièglerie et autodérision.

Au fil des séquences - certaines reproduisant des cascades ou des défis réputés impossibles, improbables ou nécessitants de judicieux trucages -, ils réalisent des numéros s'enchaînant avec fluidité, sans temps mort, où il est fait appel à la roue Cyr, aux nombreuses déclinaisons du main à main, aux multiples variations du corps à corps, aux périlleux exercices de voltige, etc. Ainsi, culbutes, chutes, bagarres, explosions, ralentis, flashbacks, courses-poursuites - tout autant haletantes que burlesques -, attitudes figées clownesques alimentent l'histoire qui nous est contée et les coulisses qui nous sont dévoilées.

Gil Chauveau
20/12/2022
Spectacle à la Une

Dans "Nos jardins Histoire(s) de France #2", la parole elle aussi pousse, bourgeonne et donne des fruits

"Nos Jardins", ce sont les jardins ouvriers, ces petits lopins de terre que certaines communes ont commencé à mettre à disposition des administrés à la fin du XIXe siècle. Le but était de fournir ainsi aux concitoyens les plus pauvres un petit bout de terre où cultiver légumes, tubercules et fruits de manière à soulager les finances de ces ménages, mais aussi de profiter des joies de la nature. "Nos Jardins", ce sont également les jardins d'agrément que les nobles, les rois puis les bourgeois firent construire autour de leurs châteaux par des jardiniers dont certains, comme André Le Nôtre, devinrent extrêmement réputés. Ce spectacle englobe ces deux visions de la terre pour développer un débat militant, social et historique.

Photo de répétition © Cie du Double.
L'argument de la pièce raconte la prochaine destruction d'un jardin ouvrier pour implanter à sa place un centre commercial. On est ici en prise directe avec l'actualité. Il y a un an, la destruction d'une partie des jardins ouvriers d'Aubervilliers pour construire des infrastructures accueillant les JO 2024 avait soulevé la colère d'une partie des habitants et l'action de défenseurs des jardins. Le jugement de relaxe de ces derniers ne date que de quelques semaines. Un sujet brûlant donc, à l'heure où chaque mètre carré de béton à la surface du globe le prive d'une goutte de vie.

Trois personnages sont impliqués dans cette tragédie sociale : deux lycéennes et un lycéen. Les deux premières forment le noyau dur de cette résistance à la destruction, le dernier est tout dévoué au modernisme, féru de mode et sans doute de fast-food, il se moque bien des légumes qui poussent sans aucune beauté à ses yeux. L'auteur Amine Adjina met ainsi en place les germes d'un débat qui va opposer les deux camps.

Bruno Fougniès
23/12/2022