La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Il était une fois dans l'ouest... Shakespeare !

"Beaucoup de bruit pour rien", Théâtre Le Ranelagh, Paris

Comment faire découvrir et apprécier Shakespeare de manière ludique aux ados ? C'est l'un des paris "involontairement" réussi par Vincent Caire et Gaël Colin, les metteurs en scène de "Beaucoup de bruit pour rien".*



© Florence Barnaud.
© Florence Barnaud.
Pour cela, prenez une des meilleurs comédies de William, bien dosée en situations burlesques, en bons mots d'esprit populaires, en tirades à tiroirs et en tensions amoureuses, ajoutez-s'y un peu de musique façon Ennio Morricone, une transposition dans le Far West de l'après guerre de Sécession et une équipe de comédiens "copains comme cochons" qui, visiblement, s'en donnent à cœur joie pour interpréter cette farce mélo... et le tour est joué !

Tout de suite, l'ambiance est posée avec un décor de saloon et l'arrivée par la salle de Don Pedro, Claudio, Bénédick, de retour de la guerre... de Sécession. Ils seront les Yankees alors que le fourbe Don John, un sudiste. Sans abandonner la richesse et le rythme de la langue shakespearienne, tout s'enchaine comme dans un bon Western Spaghetti. De la petite fête où tous se déguisent en danseuses de revue au pastiche d'une bagarre de saloon, on s'attend presque à voir entrer Lucky Luke ou Terence Hill et Bud Spencer. Histoire d'ajouter un petit touche "façon Sergio Leone", les arrivées de Don John sont ponctuées des premières notes du thème mythique de "Il était une fois dans l'Ouest" (référence du western spaghetti sorti en 1968) et de la posture caricaturale adéquate.

© Florence Barnaud.
© Florence Barnaud.
Mais si le comique de la pièce est remarquablement retranscrit, l'intensité dramatique de la pièce est préservée. Les ruptures sont d'ailleurs terriblement efficaces et nous rappelle que nous sommes bien dans une pièce de Shakespeare. C'est là véritablement que se trouve la réussite de l'adaptation et de la mise en scène, et l'efficacité du jeu énergique de l'ensemble des comédiens. Car, à aucun moment, ils ne tombent dans la facilité et si le rythme est soutenu, voire "enlevé" (certaines scènes ont été raccourcis et certains personnages ont "disparus"), c'est toujours au service du verbe shakespearien, phrases à double sens et jeux de mots compris. Les comédiens, dont on apprécie la réelle complicité (ils se connaissent depuis treize ans), savent doser cette énergie qui les fait passer sans sourciller du burlesque à l'émotion dramatique. On noter d'ailleurs la prestation comique convaincante de Gaël Colin (Bénédick) et Tiphaine Vaur (Béatrice) qui vont aller crescendo d'acides échanges verbaux à de plus délicats penchants amoureux.

Vincent Caire, Gaël Colin et leurs acolytes prouvent avec talent et ingéniosité que l'écriture de Shakespeare est intemporelle et qu'un peu d'imagination peut la rendre accessible et ludique à tous, de 7 ans à 77 ans !

* Involontairement car cela n'était pas à priori leur intention de départ. Mais dans une salle composée à 50 % de lycéens, nous avons pu constater que le charme avait opéré et l'ensemble du public repartait conquis.

Cette pièce de Shakespeare fut adaptée et réalisée au cinéma par Kenneth Branagh en 1993 sous le titre original anglais "Much Ado about Nothing".

"Beaucoup de bruit pour rien"

© Florence Barnaud.
© Florence Barnaud.
Spectacle vu à la création en octobre 2010.
Comédie de William Shakespeare.
Adaptation et mise en scène : Vincent Caire et Gaël Colin.
Avec : Auguste Bruneau, Vincent Caire, Damien Coden, Gaël Colin, Cédric Miele, Mathilde Puget, Alexandre Tourneur et Tiphaine Vaur.
Lumières : Marc Gingold.
Costumes : Corinne Rossi.
Décor et accessoires : Caroline Rossignol.

Du 9 janvier au 3 février 2013.
Du mercredi au samedi à 19 h, dimanche à 15 h.
Théâtre Le Ranelagh, Paris 16e, 01 42 88 64 44.
>> theatre-ranelagh.com

Gil Chauveau
Mardi 8 Janvier 2013

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Bernard Adamus "C'qui nous reste du Texas"… Blues et beau

Pour son quatrième album, Bernard Adamus, avec son style blues très marqué, fricote avec le rock pour nous mener vers le grand nord sur des chansons qui se nourrissent de différents tempos aux paroles truculentes.

Bernard Adamus
Bernard Adamus, d'origine polonaise, a débarqué à ses trois ans au Québec. Depuis maintenant plus de dix ans, il trace une ligne artistique saluée par la critique avec ses albums "Brun" (2009), "No2" (2012) et "Sorel soviet so what" (2015). Du premier jusqu'au dernier LP, "C'qui nous reste du Texas", la qualité est toujours chevillée aux accords.

Avec ses dix titres, cet opus a une allure toujours foncièrement blues aux relents parfois rock. L'artiste a laissé très majoritairement son harmonica dans son étui. Sa voix, caractéristique, traînante, presque criarde, est utilisée comme effet multiplicateur de ses émotions.

Les chœurs sont discrets bien que parfois appuyés comme pour "Chipotle". Certaines compositions telle que "L'erreur" excelle dans un blues avec la contrebasse de Simon Pagé très présente, accompagnée de quelques notes de piano pour rendre un son plus clair quand celui-ci est, à dessein, légèrement étouffé par des percussions. La voix monte haut perchée au refrain où claironne un saxophone donnant un tournis musical, tel le reflet d'un état d'âme où la tristesse se berce d'incompréhension. C'est dans ces cassures de rythme que se mêlent d'autres éléments musicaux et vocaux donnant une tessiture aboutie. Le début d'une chanson peut ainsi être décharné à dessein comme celui d'un désert, d'un seul à seul avec l'artiste.

Safidin Alouache
05/05/2020
Spectacle à la Une

"I Fratelli Lehman" par la Cie Tom Corradini Teatro de Turin

Captation intégrale Ce spectacle sans paroles (ou très peu) - mais pas sans bruitages ! - devait être présenté au Théâtre Ambigu durant le festival Off d'Avignon cet été. Du fait de l'annulation, la compagnie italienne Tom Corradini Teatro de Turin vous invite à visionner cette pièce burlesque sur l'argent, la cupidité et l'amour raconté avec le langage du clown, sans interaction verbale, adapté à un public de tous âges et de toutes nationalités.

Comédie visuelle et physique interprété par deux talentueux clowns turinois (Tom Corradini et Michele Di Dedda), "I Fratelli Lehman" (The Lehman Brothers) raconte l'histoire d'un couple de banquiers et de financiers dont les capacités et les compétences les ont rendus célèbres et respectés dans tout le monde.

Apparemment, ils ont tout, des voitures rapides, de beaux secrétaires, des bureaux luxueux, un style de vie somptueux. Cependant, un jour leur fortune est anéantie en quelques minutes après un plongeon désastreux du marché boursier. Des richesses à la misère, ils doivent maintenant transformer leur échec en opportunité et gravir de nouveau la montagne du succès.

Gil Chauveau
21/04/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020