La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Trib'Une

I love you, you’re perfect, now change... Un remake français réussi de la comédie musicale américaine

"Je t’aime, tu es parfait… Change !!!", Vingtième Théâtre, Paris

Quand on me parle de comédie musicale je pense spontanément à Gad Elmaleh et sa célébrissime parodie : "Vivre dans un dans un donjon, c’est difficile !", ça me fait toujours rire, même sans lui. Quand on me parle de comédie musicale comme ça : "Vas-y, tu verras c’est géniaaaaaaal !", ça m’horripile !



© A. H.
© A. H.
La comédie musicale, en général, ça m’ennuie ! Et je suis polie.
Jusqu’à cette voix sur mon portable… et cette affiche rouge qui s’est dressée devant moi.
"Je t’aime, tu es parfait, change", traduction de : "I love you, you’re perfect, now change".
Le titre original n’est guère mieux que le titre français mais c’est la vraie traduction et l’affiche me plaît.

Une affiche rouge qui me rappelle…spontanément :
"Vingt et trois qui donnaient leur cœur avant le temps. Vingt et trois étrangers et nos frères pourtant/
Vingt et trois amoureux de vivre à en mourir. Vingt et trois qui criaient la France en s'abattant".

Une affiche qui me rappelle ces paroles de Léo Ferré, simplement.

Rien à voir évidemment. Il est question là d’un spectacle musical créé à Broadway, donc, USA. Oh ! Yeah ! Mais ça, moi, je m’en fiche. Même si c’est écrit, en haut à gauche, sur l’affiche.
J’y vais. Pour l’affiche. N’est-ce pas déjà une bonne raison ?
J’y vais. Et si j’aimais cette Musical Comedy ? Il n’y a que les cons qui ne changent pas d’avis, non ?

© A. H.
© A. H.
Paris, 14 Novembre 2013, 18 h 30, je file au Vingtième Théâtre, collants sur les gambettes... c’est qu’il fait froid en ce moment. Je file sans mon amour. L’homme au foyer et sa femme over booked qui prend le subway, pour une petite traversée de Paris, pas vraiment seule mais avec un ami. At home : No jalousie ! C’est beau non ? Ça fait rêver, I know.

Anyway, je ne suis pas à Broadway. Mais à Paris. Au Nord… dans le vingtième. Far from Denfert.

Au Vingtième Théâtre, l’accueil est souriant et sympathique. Le spectacle commence à l’heure, voilà qui me met directement de bonne humeur.

D’abord, un piano et son maître. Puis, des voix. Deux comédiens, deux comédiennes. De dos. Deux hommes, deux femmes. Ils chantent. Les voix se croisent, se superposent et les voilà, de face. Ils sont beaux. Différents. L’histoire commence. Ils chantent, ils dansent. Tout ça à la fois. Une comédie musicale quoi !

© A. H.
© A. H.
Mais ici, au Vingtième théâtre, pas de Roméo ni de Juliette, pire d’Adam ou d’Ève, qui retrouveraient par hasard, dans une forêt sans arbre mais avec deux ou trois biches en 3D, Robin des Bois cherchant sa douce Cléopâtre en rappant misérablement. Pas d’amants de Vérone ou de la Bastille, ni de Shéhérazade ou d’Ali Baba qui, dans les rires et la joie, boiraient une grande tasse de tisane aux orties dans la maison des sept nains en écoutant "Jobi Joba" à la mandoline sans Mozart à la compo, ni Obispo qui serait over booké lui aussi, avec son pote Zorro, pseudo : Pagny, à répéter la suite de "Hors la Loi" entre Patagonie et Miami.

Ah ! Tiens. Les revoilà ! Les États-Unis ! The créateurs de cette comédie. Ici, à Paris, je dis que le spectacle est d’abord une comédie. Bien écrite, pensée et réfléchie. Sur le couple. Évitant les gros clichés. Une comédie subtile et nuancée. La première rencontre, la vie à deux, les parents et leur mine réjouie. Réjouie, peu de temps… puisque le fils leur annonce qu’il va se séparer de la future mariée. Ici présente. Scène hilarante. Suit l’arrivée d’un premier enfant, ces enfants qui deviennent grands, le couple qui vieillit.

© A. H.
© A. H.
Des histoires d’amour. Bien servies. Deux duos pour une comédie et un piano. Deux duos de comédiens pour un spectacle musical intimiste et un pianiste.

J’y suis allée. Vous voyez ? Et ce n’est pas l’idée que je m’en faisais. Ici, pas de décor qui en met plein les yeux, pas de noir entre chaque tableau, pas d’immonde micro, pas de cris, de larmes, de comédiens qui en font trop, pas de vedette pour guider le show mais un show conduit par de délicieux interprètes. Une brune explosive à croquer, craquante, aux multiples talents, la blonde qui, par son jeu, m’a rappelée une Yolande Moreau, pouvant jouer l’émotion et la démesure de mille façons. Et les deux hommes, tour à tour, drôles, attachants, émouvants, accordant leurs voix à celles de femmes, toutes aussi remarquables. Un quatuor d’acteurs, impeccable.

© Sklaerenn Lorand.
© Sklaerenn Lorand.
J’y suis allée. J’ai vu. J’ai aimé. Je recommande cette comédie musicale. Ce n’était pas gagné !
Je suis rentrée dans mon sud parisien natal. J’ai retrouvé le nid. J’ai raconté le spectacle auquel je venais d’assister. Et je me suis mise à chanter. En anglais d’abord.
- I love you, you’re perfect, now change
J’ai repris en français, je crois qu’il n’a pas compris :
- Je t’aime, tu es parfait, change !
"C’est plus joli" en français, il a dit. Mon mari.

Comme quoi ! Les américains ont créé un beau spectacle. Traduit en Français. Les remakes dans ce sens, c’est bien (mieux) aussi.

Tout est bien qui finit bien finalement. Faites comme moi, si vous n’aimez pas les comédies musicales, un conseil, changez ! Et allez-y !

"Je t’aime, tu es parfait… Change !!!"

© A. H.
© A. H.
Comédie musicale de Joe DiPietro et Jimmy Roberts.
Adaptation : Tadrina Hocking et Emmanuelle Rivière.
Mise en scène : David Alexis et Tadrina Hocking.
Arrangements musicaux : Karim Medjebeur.
Avec : Ariane Pirie, Emmanuelle Rivière, David Alexis, Arnaud Denissel et, en alternance, Thierry Boulanger/Daniel Glet (piano).
Création lumière : Stéphane Loirat (Esteban).

Du 16 octobre au 24 novembre 2013.
Du mercredi au samedi à 19 h 30, dimanche à 15 h.
Vingtième Théâtre, Paris 20e, 01 48 65 97 90.
>> vingtiemetheatre.com

Isabelle Lauriou
Mercredi 20 Novembre 2013

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.




    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Nice Classic Live - Académie internationale d'Été de Nice

Du 30 juillet au 15 août 2020, la troisième édition du Nice Classic Live consacrée aux répertoires classique et jazz sous la direction artistique de Marie-Josèphe Jude se tiendra dans le Jardin des Arènes de Cimiez.

Nice Classic Live - Académie internationale d'Été de Nice
Le concert d'ouverture du 30 juillet "Métamorphoses", en écho à l'exposition au musée Matisse, propose un concert de pianos avec les "Métamorphosis" de Philippe Glass, puis la transcription pour deux pianos et huit mains des neuf symphonies de Beethoven. On y applaudira Claire Désert, Valentina Igoshina, Marie-Josèphe Jude, Michel Béroff, Florent Boffard. À 21 h 30 un concert de jazz sera donné par Pierre Bertrand et la Caja Negra Sextet.

Le jour suivant, Beethoven sera encore à l'honneur avec Olivier Charlier et Marc Coppey ainsi que les pianos de Michel Béroff et Emmanuel Strosser et, à 21 h 30, Jean-Philippe Collard et Patrick Pouvre d'Arvor offriront un concert lecture "L'âme de Chopin". Beaucoup d'autres compositeurs encore, jusqu'au 15 août. Citons Poulenc Tchaikovsky, Barber, Stravinsky, Éric Satie Mozart, Purcell, Ravel, Gershwin et beaucoup d'autres pour le plaisir de réentendre de la musique vivante en live avec les meilleurs artistes du moment.

Christine Ducq
18/07/2020
Spectacle à la Une

Les Échappées Cirque remplacent, durant cet été de déconfinement, le festival "Parade(s)" à Nanterre

Le festival "Parade(s)", qui devait avoir lieu la première semaine de juin, a dû être annulé suite à la crise sanitaire… Mais la ville, l'équipe du festival "Parade(s)" et Les Noctambules - école de cirque et lieu de fabrique des Arènes de Nanterre - ont décidé de programmer en juillet et en août des propositions circassiennes dans les quartiers.

Les Échappées Cirque remplacent, durant cet été de déconfinement, le festival
Ainsi, durant tout l’été, 10 échappées seront accueillies dans le cadre des Terrasses d'été imaginées par la ville de Nanterre dans chaque quartier. Une programmation des arts du cirque et de la rue qui mêle spectacles de danse, numéros de cirque (tissu, trapèze, mât chinois, etc.), impromptus spectaculaires et poétiques, ateliers de jonglage et de sérigraphie… mais aussi espace détente avec transats, jeux d'eau et animations.

Les artistes invités, (en alternance) :
Léonardo Montresor, Christopher Lopresti et Lou Carnicelli, Thomas Trichet, Hervé Dez Martinez et Boris Lafitte (Cie FFF), Iorhanne Da Cunha et Anahi de las Cuevas (Cie l'un Passe), Rocco Le Flem (Cie Iziago), Déborah Mantione (Cie Trat), Laura Terrancle (Cie Femme Canon), Yumi Rigout (Cie Furinkaï), Antoine Helou, Ilaria De Novellis, Atelier de la Banane…
Coordination artistique : Satchie Noro.

Gratuit et ouvert à tous.
De 15 h à 19 h, en continu.

Gil Chauveau
06/07/2020
Sortie à la Une

"Nos films" Faire vibrer le cinéma, même absent, au cœur de nos rêves

Cendre Chassanne, femme de théâtre amoureuse de cinéma, rend hommage au 7e art. À sa manière. En mettant en scène "Nos films" sur un plateau de théâtre quasi vide. Le spectateur est face à un acteur seul sur le plateau éclairé chichement. Un micro et, au lointain, quelques légendes filmiques peu visibles.

Il n'y a pas de ces images animées en contrepoint du jeu. De celles qui fascinent et dispersent l'attention. Ce qui est rare de nos jours… L'acteur se trouve dans la situation commune du spectateur qui, à la sortie de la séance de cinéma, conserve la vivacité de son émotion, son plaisir. Comme un trop-plein de sensations à transmettre.

Sur scène, l'acteur se trouve au point focal, au point neutre, face au public, mis en position de raconter. Sommé en quelque sorte de raconter. La représentation proposée par Cendre Chassanne est celle de la prise de parole. Après coup, après la représentation. Comme si celle-ci devait être réitérée pour mieux exister. Des fragments, des bribes, comme extraites de la projection.

Le projet de Cendre Chassanne prévoit neuf films portés par neuf comédiens en trois trilogies successives qui seront achevées en 2020. La première porte sur la "nouvelle vague" - François Truffaut, Jacques Doillon, Agnès Varda. Trois monologues distincts. Trois témoignages. Trois comédiens différents. Trois pépites théâtrales.

Jean Grapin
21/07/2020