La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Hughie", le bon tuyau !

"Hughie", Espace des Arts, Chalon-sur-Saône (71), Création, en tournée

Jean-Yves Ruf revient cette saison avec "Hughie", un texte d’Eugène O’Neill. La proposition est plus "modeste" qu’au Français la saison passée avec "Troïlus et Cressida". Mais la mise en scène et la direction d’acteurs sont non moins réussies. L’idée vient d’abord de Philippe Buquet, directeur de l’Espace des Arts (Scène nationale Chalon-sur-Saône) où s’est créée la pièce.



Gilles Cohen et Jacques Tresse dans "Hughie" © Julien Piffaut.
Gilles Cohen et Jacques Tresse dans "Hughie" © Julien Piffaut.
Érié Smith est client depuis de nombreuses années d’un hôtel new yorkais miteux. Il rentre d’une nuit de jeu et de beuverie où manifestement il s’est fait essorer. Plutôt que de se résoudre à rejoindre seul son lit, il entame un "brin de causette" avec Hughie, le tout nouveau réceptionniste de nuit. Ce dernier écoute avec patience les plaintes de ce client qui regrette la disparition de l’ancien gardien. Plus qu’un ami, il était la possibilité de se refaire auprès de lui une image mise à mal par sa vie décousue. Mais la ressemblance entre l’ancien et le nouveau gardien est étonnante. Et O’Neill a poussé le jeu jusqu’à leur donner les même noms. Ainsi, de l’écoute patiente et polie à un intérêt marqué, l’échange entre les deux personnages va peu à peu se transformer et se densifier jusqu’à ce que ce Hughie devienne le nouveau faire-valoir du joueur.

Gilles Cohen et Jacques Tresse dans "Hughie" © Julien Piffaut.
Gilles Cohen et Jacques Tresse dans "Hughie" © Julien Piffaut.
Il semble que "Hughie" n’avait pas été joué depuis Terzieff. Un de ses derniers rôles. Mais avec la nouvelle traduction de Louis-Charles Sirjacq, cette pièce, écrite en 1928, a bénéficié d’un coup de jeune et s’est récupéré un ton dont elle avait certainement besoin. C’est en tout cas sur cette gouaille très new yorkaise des années trente que Jacques Tresse et Gilles Cohen composent avec intelligence leur rôle.

Et les répliques d’Érié sont cinglantes. Elles découvrent un regard cynique (sur la famille notamment) qui décape. Cela fait longtemps que ce parieur invétéré est descendu de son piédestal, ses gloires passées ne sont plus que de doux souvenirs. Il porte la vision d’un monde malade. Pas étonnant d’ailleurs que Jean-Yves Ruf ait accroché sur cette pièce. On retrouve beaucoup de ce qu’il aime mettre en scène : des figures complexes, cependant ramenées à leur simple individualité.

Gilles Cohen et Jacques Tresse dans "Hughie" © Julien Piffaut.
Gilles Cohen et Jacques Tresse dans "Hughie" © Julien Piffaut.
Quant à Hughie, s’il ne parle pas beaucoup, le rôle est d’une difficulté monstre. Tenu superbement par Jacques Tresse, on peut dire qu’il a réussi à se ménager une posture qui lui donne la gueule de l’emploi ! Yeux cernés, au regard de chien battu, l’œil s’allume et le visage se compose peu à peu, le personnage se complexifie à mesure qu’il prête un intérêt à ce que lui raconte ce Smith. L’air, l’attitude, les mimiques de l'acteur, tout rappelle, respire même l’image que l’on peut se faire à cette époque d’un gardien de nuit new yorkais.

Même si Gilles Cohen a peut-être encore un peu de chemin à parcourir pour rendre son personnage encore plus caustique, il n’en reste pas moins que le spectateur assiste à un beau moment de théâtre. Voilà deux rôles très difficiles à mener, deux défis à relever pour ces deux comédiens dont la qualité de leur jeu repose entièrement sur leur attitude et ce qu’ils dégagent. Mais ne passons pas outre une scénographie intelligente : certains accessoires (très peu nombreux) permettent de mettre en avant le monde intérieur de Hughie avec subtilité. On pense entre autre au poste de radio comme prolongement d’un moi intérieur un peu trouble…

Voilà une pièce étonnante de modernité (si ce n’est déjà par sa forme) et à l’humour bien grinçant. Un petit bijou d’une heure, qu’on aimerait bien voir sur nos scènes parisiennes…

"Hughie"

Jacques Tresse dans "Hughie" © Julien Piffaut.
Jacques Tresse dans "Hughie" © Julien Piffaut.
Texte : Eugène O'Neill.
Nouvelle traduction de Louis-Charles Sirjacq.
L’Arche est éditeur et agent théâtral du texte représenté.

Mise en scène : Jean-Yves Ruf.
Assistante à la mise en scène : Flore Simon.
Avec : Gilles Cohen et Jacques Tresse.
Scénographie et costumes : Laure Pichat.
Lumière : Christian Dubet.
Son : Vassili Bertrand.

A été créé du 15 au 19 octobre 2013 à l'Espace des Arts, Scène nationale Chalon-sur-Saône (71).
>> espace-des-arts.com

Tournée :
Du 19 et 20 novembre 2013 : Théâtre de la Renaissance, Oullins-Grand Lyon (69).
Du 26 et 30 novembre 2013 : Théâtre Dijon Bourgogne, Centre dramatique national, Dijon (21).
Du 4 au 22 décembre 2013, Théâtre Vidy-Lausanne, Lausanne, Suisse.

Lundi 28 Octobre 2013

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.








Vidéos les plus récentes



À découvrir

•Off 2021• Le Souffleur Dans l'ombre de la création du Cyrano d'Edmond Rostand

Le 28 décembre 1897, au Théâtre de la Porte Saint-Martin, a lieu la première représentation du "Cyrano de Bergerac" d'Edmond Rostand avec, dans le rôle-titre, le grand comédien de l'époque : Benoît Constant Coquelin. Depuis, cette pièce est l'une des plus célèbres du répertoire du théâtre français. Cyrano, Roxane sont devenus des personnages de légende, des héros, des joyeux fantômes de l'inconscient collectif. C'est l'apport qu'a eu ce texte dans la symbolique de la bravoure, de la passion, de l'abnégation. Un amour impossible de plus.

© Compagnia dell'Edulis.
Pourtant, il manque un héros à cette liste issue de cette première représentation. Il y manque un fantôme, un tout petit fantôme, mais un fantôme protecteur qui était, lui aussi, au plateau ce 28 décembre 1897. Oublié. C'est un peu normal puisque Edmond Rostand n'a pas écrit un vers pour lui. Et pourtant, lui seul dans toute la distribution avait lu, mis en bouche, voire appris, les répliques de tous les personnages de la pièce et, en particulier, celle de l'Auguste Coquelin. Il s'appelait Ildebrando Biribo'. Il était ce soir-là dans le trou en avant-scène, invisible des spectateurs, le manuscrit devant lui, le trou du souffleur.

Et c'était sa dernière performance. Coquelin, avant le début de la représentation, lui annonce qu'il n'aurait plus besoin de lui pour les suivantes. La représentation se déroule. Ildebrando Biribo' fait son office. La pièce se termine. Les acteurs quittent la scène sous les ovations. C'est un triomphe. Ils sortent de scène. Le public quitte la salle. Et l'on retrouve le souffleur mort dans son trou.

Bruno Fougniès
20/07/2021
Spectacle à la Une

•Off 2021• Sales Gosses Une approche vertigineuse et bouleversante de la maltraitance à l'école

Harcèlement, maltraitance ponctuelle ou récurrente… à l'école, à la maison, au travail, comment le traiter sur scène, comment prendre ou pas position ? Ici d'ailleurs, pas de prise de position, mais une exposition des faits, du déroulé des événements, en une manière de monologue où la comédienne Claire Cahen habite tous les personnages principaux, offrant l'accès au public à différentes appréciations du drame - victime, tyran, prof, mère - menant à une mise en perspective vertigineuse !

© Théâtre du Centaure.
Pour l'écriture de "Sales gosses", Mihaela Michailov s’est inspirée de faits réels. Une enseignante ligota une élève dans sa salle de classe, les mains derrière le dos, suite à son manque d'attention pour la leçon sur la démocratie qu'elle était en train de donner. Elle exposera ainsi l'enfant saucissonnée en exemple. Les "camarades" de cette petite-fille de onze ans, pendant la récréation, la torturons à leur tour. Elle sera retrouvée sauvagement mutilée… attachée dans les toilettes…

Dans une mise en scène que l'on perçoit nerveuse et précise, millimétrée, visant à l'efficacité, les choix de Fábio Godinho font être immédiatement lisible, mettant en quasi-training sportif la comédienne Claire Cahen et son partenaire musicien chanteur Jorge De Moura qui assure avec énergie (et talent) les multiples interventions instrumentales et/ou vocales. Metteur en scène, mais également performeur, Fábio Godinho joue clairement la carte de l'école "théâtre de la violence", de l'arène/stade où la victime est huée, vilipendée par la foule, cherchant à exprimer la performance telle que demandée sur un ring de boxe. Claire Cahen et Jorge De Moura sont à la hauteur jouant en contre ou en soutien avec le troisième acteur qu'est le décor !

Gil Chauveau
19/07/2021
Spectacle à la Une

● Avignon Off 2021 ● Acquittez-la ! par Pierrette Dupoyet

Alexandra L., femme battue depuis des années par son mari, finit par l'assassiner. Elle est passible de 20 ans de prison… Toutefois, le réquisitoire de l'Avocat Général va surprendre tout le monde…

Pierrette Dupoyet dans un précédent spectacle
Ce récit nous plonge dans la spirale que vivent des milliers de femmes violentées qui, bâillonnées par la peur, se murent dans le silence… Quand le drame éclate au grand jour, les questions pleuvent : "pourquoi n'as-tu pas quitté ton bourreau avant ? Pourquoi n'en as-tu parlé à personne ?". Questions faciles à poser, mais les réponses sont difficiles à trouver…
Et si tout commençait à la première gifle ?

Depuis 37 ans, Pierrette Dupoyet crée tous ses spectacles au Festival d'Avignon, avant d'aller les interpréter dans le monde entier (70 pays à son actif).
"Hallucinante" Nouvel Obs.
"Saisissante !" Télérama.
"Une présence" Le Monde.
"Exceptionnelle !" France-Soir.
"Une défricheuse qui ne sait vivre que dans le risque"

Création de Pierrette Dupoyet.
Auteur, interprète, metteur en scène : Pierrette Dupoyet.
Durée : 1 h 15.

● Avignon Off 2021 ●
Du 7 au 31 Juillet 2021.
Tous les jours à 11 h 50 .
Théâtre Buffon, 18, rue Buffon, Avignon.
Réservations: 04 90 27 36 89.

>> pierrette-dupoyet.com
>> theatre-buffon.fr

Annonce
31/05/2021