La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Danse

Hérétiques… à géométrie obsessionnelle

Festival ""Séquence Danse Paris 2018", Le 104, Paris

Pour sa sixième édition, le festival "Séquence danse Paris" mêle des univers différents de danse, de théâtre, de musique, de littérature pour faire émerger des mariages où chaque spectacle devient un carrefour où des mondes artistiques multiples se croisent et se rencontrent.



© Charlotte Sampermans.
© Charlotte Sampermans.
Quelle hérésie ? Une hérésie mathématique, géométrique où le corps, instrument au combien important, arrive à se retrouver ballotté, étouffé, assailli par le mouvement mécanique, celui d'un triangle effectué avec le tronc et les deux membres supérieurs. Autour de trois cent dix mouvements différents, la chorégraphe argentine Ayelen Parolin défie les lois de la danse avec l'aide de Marc Iglesias et Noé Pellencin. De leurs corps, normalement compagnons de maîtrise et de jeu, ils se désincarnent pour être sujets d'une transe robotique. Parolin nous invite jusqu'aux limites du possible où la répétition devient machinerie.

Le spectacle est accompagné au piano par Léa Petra. Au début, avec quelques tapes rythmiques sur un cylindre brut de l'instrument, puis par des notes donnant un rythme toujours cadencé. Plus la musique est légère, avec les notes, plus la gestuelle est entraînante, captivante, machinale. Plus elle est saccadée, avec les battements sur l'arrondi du couvercle du piano, plus celle-ci est maîtrisée.

On reconnaît un signe par sa répétition et la chorégraphie devient ensemble de symboles. Les deux bras des interprètes basculent, le tronc et les jambes restent toujours droits, dans des mouvements de plus en plus accentués et effectués de façon très précise. Le souffle est lui aussi à la mesure de cette répétition, répétitive à dessin pour marquer sa maîtrise et son acharnement à le faire exister, jusqu'à faire "disparaître" les danseurs de la souveraineté de leurs corps.

© Charlotte Sampermans.
© Charlotte Sampermans.
Nous sommes ainsi dans une chorégraphie où l'identité de ce couple d'interprètes s'efface. Un couple, mais en est-ce réellement un ? Nous sommes plutôt face à une identité de deux destins qui cheminent sur la même route, celle d'une empreinte, d'une pièce triangulaire qui veut exister. Les bras se balancent de façon régulière et retenue. Puis, le relâchement, lié à la fatigue, se fait de plus en plus pressant avec des bras semblant aller à contresens de la gravitation, gagnés par un trop-plein d'allant. Ils ne sont retenus que par le tronc qui les maintient. Et ce souffle, redonnant une valeur humaine à cette composition artistique, est silencieux au début puis de plus en plus marqué. C'est une danse de l'effort qui arrache à sa grâce sa gestuelle.

Tout est dans cette itération, qui échappe au final aux interprètes. Ils suivent le rythme dans une grande concentration, puis celle-ci se relâche car le mouvement devient presque machinal, même si de multiples modulations viennent le faire fluctuer. L'effort transparaît dans la respiration, le souffle, qui devient plus saccadé, plus bruyant. Dans celui-ci apparaît la présence des danseurs qui par le biais de cet agencement géométrique, lui existent comme s'ils devenaient aussi, paradoxalement, les esclaves de celui-ci.

Des hérésies aussi hérétiques, on aimerait en voir plus souvent où le danseur devient autant commanditaire que valet d'une composition remettant ainsi en cause son corps, sa gestique et les impératifs scéniques pour incarner à dessein aussi un monde déshumanisé.

"Hérétiques"

© Charlotte Sampermans.
© Charlotte Sampermans.
Conception, chorégraphie : Ayelen Parolin.
Composition musicale et interprétation : Lea Petra.
Dramaturgie : Olivier Hespel.
Création lumière : Colin Legras.
Régie lumière : Matthieu Vergez.
Avec : Marc Iglesias et Noé Pellencin.

Festival "Séquence Danse Paris"
Réservations : 01 53 35 50 00.
>> Infos et programmation complète.

Jusqu'au 14 avril 2018.

Prochains spectacles
14 avril à 19 h : "Graft - Chronique d'une espèce à venir".
Conception : Francesca Bonesio et Nicolas Guiraud, Atelier 37.2.
Création sonore : Quentin Ogier.
Interprètes : Brenda Clark, Marion Le Guevel, Annabelle Rosenow, Olivia Lioret, Laura Gary.

Du 10 au 14 avril, à 19 h 30 : "May B".
Chorégraphie : Maguy Marin
Musiques : Franz Schubert, Gilles de Binche, Gavin Bryars.
Avec les élèves stagiaires/interprètes de Nucleo 2 dirigé par Lia Rodrigues.

Safidin Alouache
Mardi 10 Avril 2018

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives



Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.


PUB


    Aucun événement à cette date.
Publicité



À découvrir

"Barbara amoureuse"… Ah qu'il est doux le temps des amours

Caroline Montier chante "Barbara amoureuse", Essaïon Théâtre, Paris

Chanter l'amour comme une femme, chanter l'amour de toutes les femmes, et interpréter celle qui sut tant aimer les hommes ainsi que son public. Dans une belle et élégante simplicité, Caroline Montier nous offre quelques joyaux mélodiques et poétiques de la grande Barbara, éternelle amoureuse.

Parti-pris judicieux, Caroline Montier a puisé dans le répertoire de jeunesse de la dame en noir, époque L’Écluse, Bobino (en première partie de Félix Marten en 61 et de Brassens en 64, puis en vedette en 65), et des premiers Olympia… Période Barbara jeune, tendre, passionnée ou orageuse amante. Une femme qui, à ses débuts, fut tout aussi timide et réservée que mutine et fougueuse, aimant tant l'amour que les hommes qui souvent l'ont comblée.

De titres connus ("Dis, quand reviendras-tu", 1ère version 1962 ou "La Solitude", 1965) à ceux qui le sont moins ("Pierre", 1964 ou "Gare de Lyon", 1964), Caroline Montier a construit un récital sur ces aventures qui ont jalonné sa vie, mais ici avec un choix de chansons enregistrées par Barbara entre 1962 et 1968, avec une prédilection pour des compositions de 64 ("Toi l'homme", "Je ne sais pas dire", "Septembre"…) ou de 68 ("Du bout des lèvres", "Amoureuse", "Le Testament", "Tu sais"…).

Dans cette exploration originale, Caroline Montier fait le choix d'aller croquer un rayon de soleil dans les amours de Barbara, apportant, avec subtilité et talent, une touche de grâce à l'ensemble.

Gil Chauveau
12/12/2018
Spectacle à la Une

"Adieu Monsieur Haffmann"… Rire et émotions mêlés dans une pièce toute en délicatesse… comme une sonate des cœurs purs

Reprise de la pièce aux quatre "Molière 2018", Théâtre Rive Gauche, Paris

La pièce est dessinée en traits purs, comme une esquisse, une encre fine qui laisse autant de place à l'imaginaire dans les espaces laissés vides que dans les tracés. Une sorte de stylisation mêlée à une extrême pudeur pour permettre à cette histoire de briller malgré la noirceur de l'époque où elle se déroule.

1942, les nazis instaurent le port obligatoire de l'étoile jaune pour les Juifs, monsieur Haffmann décide de se cacher dans la cave de sa bijouterie et d'en confier la direction (ainsi que sa propre sécurité) à son employé goy Pierre Vigneau.

Le décor sobre de Caroline Mexme, tout en déclinaisons de gris, sert de fond à cette époque aux couleurs vert-de-gris. D'un côté la cave où se cache Joseph Haffmann, de l'autre l'appartement à l'étage où s'installent Pierre et sa femme, jeune couple en attente d'un enfant qui ne vient pas. Dehors, les persécutions contre les Juifs s'intensifient, dénonciations, expropriations, et puis la rafle du Vél d'Hiv…

C'est dans ce huis clos que va se dérouler la pièce. Une vie à trois qui s'organise sur la base d'un double contrat : donnant-donnant. L'employé-modèle accepte de cacher son patron et de diriger la boutique à condition que celui-ci veuille bien tenter de mettre enceinte sa femme - car lui-même est stérile et monsieur Haffmann si fertile que sa descendance est déjà au nombre de quatre. Contrat aux allures diaboliques dans une époque où l'intégrité est soumise à toutes sortes de tentations, où toutes les trahisons sont possibles.

Bruno Fougniès
09/10/2018
Sortie à la Une

"Crocodiles"… Comme l'histoire d'un d'Ulysse, épuisé, recueilli par Nausicaa

"Crocodiles", en tournée 2018/2019

C'était, il y a, une fois. Un petit garçon qui aimait les étoiles et les arbres fruitiers. Enaiat est son nom. Sa mère, parce qu'elle l'aimait, l'a confié au destin, en l'abandonnant au-delà de la frontière alors qu'il approchait de ses dix ans.

C'est qu'à dix ans, là-bas en Afghanistan, on devient un homme et qu'un homme, quand il est hazāra, quand il appartient à une ethnie persécutée, ne va pas à l'école. Il est esclave. Pendant cinq ans, peut-être, il va avancer vers l'Ouest, de nuit. Se cachant, travaillant le jour, amassant un pécule, des rencontres et des chances.

Afghanistan, Pakistan, Iran, Turquie, Grèce, jusqu'à cette Italie joyeuse et merveilleuse qui l'accueille et recueille son récit.

Cendre Chassane dans "Crocodiles" condense le récit du véritable Enaiat (publié en 2011 chez Liana Levi), et en fait un conte à deux voix dans lequel un écrivain journaliste plein d'empathie interviewe le réfugié.

Sa pièce est un concentré de théâtre. Sa simplicité narrative, l'économie de ses accessoires (un bout de ficelle, un cerf-volant, un ballon, un t-shirt, un livre illustré, un gâteau, un lé de tissu métallisé, des images d'infini de sable ou de ciel) suffisent à capter l'imaginaire et rendent l'histoire lisible et sensible.

Jean Grapin
23/04/2018