La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Danse

Hérétiques… à géométrie obsessionnelle

Festival ""Séquence Danse Paris 2018", Le 104, Paris

Pour sa sixième édition, le festival "Séquence danse Paris" mêle des univers différents de danse, de théâtre, de musique, de littérature pour faire émerger des mariages où chaque spectacle devient un carrefour où des mondes artistiques multiples se croisent et se rencontrent.



© Charlotte Sampermans.
© Charlotte Sampermans.
Quelle hérésie ? Une hérésie mathématique, géométrique où le corps, instrument au combien important, arrive à se retrouver ballotté, étouffé, assailli par le mouvement mécanique, celui d'un triangle effectué avec le tronc et les deux membres supérieurs. Autour de trois cent dix mouvements différents, la chorégraphe argentine Ayelen Parolin défie les lois de la danse avec l'aide de Marc Iglesias et Noé Pellencin. De leurs corps, normalement compagnons de maîtrise et de jeu, ils se désincarnent pour être sujets d'une transe robotique. Parolin nous invite jusqu'aux limites du possible où la répétition devient machinerie.

Le spectacle est accompagné au piano par Léa Petra. Au début, avec quelques tapes rythmiques sur un cylindre brut de l'instrument, puis par des notes donnant un rythme toujours cadencé. Plus la musique est légère, avec les notes, plus la gestuelle est entraînante, captivante, machinale. Plus elle est saccadée, avec les battements sur l'arrondi du couvercle du piano, plus celle-ci est maîtrisée.

On reconnaît un signe par sa répétition et la chorégraphie devient ensemble de symboles. Les deux bras des interprètes basculent, le tronc et les jambes restent toujours droits, dans des mouvements de plus en plus accentués et effectués de façon très précise. Le souffle est lui aussi à la mesure de cette répétition, répétitive à dessin pour marquer sa maîtrise et son acharnement à le faire exister, jusqu'à faire "disparaître" les danseurs de la souveraineté de leurs corps.

© Charlotte Sampermans.
© Charlotte Sampermans.
Nous sommes ainsi dans une chorégraphie où l'identité de ce couple d'interprètes s'efface. Un couple, mais en est-ce réellement un ? Nous sommes plutôt face à une identité de deux destins qui cheminent sur la même route, celle d'une empreinte, d'une pièce triangulaire qui veut exister. Les bras se balancent de façon régulière et retenue. Puis, le relâchement, lié à la fatigue, se fait de plus en plus pressant avec des bras semblant aller à contresens de la gravitation, gagnés par un trop-plein d'allant. Ils ne sont retenus que par le tronc qui les maintient. Et ce souffle, redonnant une valeur humaine à cette composition artistique, est silencieux au début puis de plus en plus marqué. C'est une danse de l'effort qui arrache à sa grâce sa gestuelle.

Tout est dans cette itération, qui échappe au final aux interprètes. Ils suivent le rythme dans une grande concentration, puis celle-ci se relâche car le mouvement devient presque machinal, même si de multiples modulations viennent le faire fluctuer. L'effort transparaît dans la respiration, le souffle, qui devient plus saccadé, plus bruyant. Dans celui-ci apparaît la présence des danseurs qui par le biais de cet agencement géométrique, lui existent comme s'ils devenaient aussi, paradoxalement, les esclaves de celui-ci.

Des hérésies aussi hérétiques, on aimerait en voir plus souvent où le danseur devient autant commanditaire que valet d'une composition remettant ainsi en cause son corps, sa gestique et les impératifs scéniques pour incarner à dessein aussi un monde déshumanisé.

"Hérétiques"

© Charlotte Sampermans.
© Charlotte Sampermans.
Conception, chorégraphie : Ayelen Parolin.
Composition musicale et interprétation : Lea Petra.
Dramaturgie : Olivier Hespel.
Création lumière : Colin Legras.
Régie lumière : Matthieu Vergez.
Avec : Marc Iglesias et Noé Pellencin.

Festival "Séquence Danse Paris"
Réservations : 01 53 35 50 00.
>> Infos et programmation complète.

Jusqu'au 14 avril 2018.

Prochains spectacles
14 avril à 19 h : "Graft - Chronique d'une espèce à venir".
Conception : Francesca Bonesio et Nicolas Guiraud, Atelier 37.2.
Création sonore : Quentin Ogier.
Interprètes : Brenda Clark, Marion Le Guevel, Annabelle Rosenow, Olivia Lioret, Laura Gary.

Du 10 au 14 avril, à 19 h 30 : "May B".
Chorégraphie : Maguy Marin
Musiques : Franz Schubert, Gilles de Binche, Gavin Bryars.
Avec les élèves stagiaires/interprètes de Nucleo 2 dirigé par Lia Rodrigues.

Safidin Alouache
Mardi 10 Avril 2018

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives








À découvrir

Le festival Nice Classic Live poursuit sa mue

Un nouveau festival à Nice ? Depuis 2018, le Nice Classic Live a repris l'héritage des Concerts du Cloître et le fait fructifier. Pour l'édition 2019, le festival s'étoffe en offrant une belle programmation estivale dans divers lieux patrimoniaux de la ville et en créant une Session d'Automne pour les cent ans des Studios de la Victorine.

Le festival Nice Classic Live poursuit sa mue
Depuis 1958, les Concerts du Cloître embellissaient les étés des adeptes de la perle de la Méditerranée (habitants et touristes). Désormais sous la direction artistique et la présidence de l'enfant du pays, la pianiste Marie-Josèphe Jude, le festival devient un rendez-vous classique majeur des Niçois et plus largement de la Région Provence-Côte d'Azur. Le festival investit ainsi de nouveaux lieux tels que le Musée Matisse ou le Palais Lascaris, un chef-d'œuvre baroque en plus du superbe Cloître du XVIe siècle - jouxtant avec son jardin et sa roseraie le Monastère de Cimiez fondé au IXe siècle par des Bénédictins.

Pour cette deuxième édition sous le nouvel intitulé de Nice Classic Live, Marie-Josèphe Jude a imaginé une programmation placée sous le signe de la filiation entre les compositeurs, les artistes invités (la crème des interprètes français) ; réunissant également une famille d'artistes dans le cadre de l'Académie internationale d'Été qui donne sa chance aux jeunes talents depuis soixante ans. Petite sélection des concerts à ne pas rater si vous avez la chance de passer quelques jours le long de la Baie des Anges.

Christine Ducq
28/06/2019
Spectacle à la Une

39e édition du Festival de la Vézère

Du 9 juillet au 22 août 2019, la 39e édition du Festival de la Vézère propose une vingtaine de concerts très variés et deux beaux opéras de chambre avec la compagnie Diva Opera dans quatorze lieux du riche patrimoine de Corrèze.

39e édition du Festival de la Vézère
Créé en 1981, le Festival de la Vézère a toujours eu à cœur de proposer une série de rendez-vous musicaux d'une très grande qualité en Corrèze. Deux orchestres, une compagnie d'opéra, des chanteurs et des instrumentistes d'envergure internationale mais aussi de jeunes talents (que le festival a toujours su repérer avant l'envol de leur carrière) se succèderont jusqu'à la fin de l‘été. À suivre, quelques rendez-vous choisis dans une programmation qui cultive l'éclectisme.

Des deux orchestres invités, l'Orchestre d'Auvergne toujours fidèle au festival vient d'obtenir le label "Orchestre national" cette année. Il sera dirigé par son chef depuis 2012, Roberto Forès Veses. Dans le Domaine de Sédières, on l'entendra dans un beau programme d'airs de Mozart à Broschi accompagner la soprano russe qui monte, Julia Lezhneva (14 août). Le second est l'Orchestre de Chambre Nouvelle-Aquitaine dirigé par Jean-François Heisser qui donnera à entendre une de ses commandes (entre autres pépites telle la 41e symphonie "Jupiter" de Mozart) pour sa première venue en Corrèze, "Le Rêve de Maya" de Samuel Strouk - un double concerto pour accordéon et violoncelle, que joueront ses créateurs Vincent Peirani et François Salque (16 juillet).


Christine Ducq
26/06/2019
Sortie à la Une

•Off 2019• Le marathon "hors pair" de William Mesguich… Entretien à paroles déliées

William Mesguich, monstre de travail scénique et maître ès arts dramatiques, doté d'une soif inextinguible pour tout ce qui le fait vibrer, s'apprête à affronter un Festival d'Avignon tout particulièrement chaud cet été… Et ce n'est pas là que question de canicule ! Qu'on en juge par le programme pantagruélique qu'il a dévoilé en "avant-première" à La Revue du Spectacle.

•Off 2019• Le marathon
Yves Kafka - William Mesguich, votre appétit pour le théâtre n'est plus à prouver, mais pour cette édition d'Avignon 2019, on pourrait parler de boulimie… On vous verra quatre fois en tant que comédien et pas moins de cinq en tant que metteur en scène. Alors, comme le personnage de "Liberté !" que vous mettez en jeu, êtes-vous atteint "d'une curieuse maladie, celle de ne pas arriver à faire des choix" ? Brûler les planches serait-ce votre manière à vous de soigner cette addiction dont vous avez hérité ?

William Mesguich - Les chiens ne font pas des chats… L'exemple donné par mon père m'a "imprégné" durablement. Sa faconde, son enthousiasme, sa générosité… J'aime infiniment le théâtre. Il ne s'agit pas de courir après l'exploit, d'établir des records, mais de faire vivre cet amour du théâtre. Je suis profondément heureux sur les planches…

J'aime la vie, ma famille, mes amis… mais il est vrai que je suis tout particulièrement heureux sur la scène, quand je dis des textes et ai le bonheur de les partager. C'est là ma raison de vivre. Depuis 23 ans, c'est le désir de la quête qui me porte. Après quoi je cours ? Une recherche de reconnaissance ? Ou peut-être, simplement, ma manière à moi d'exister…

Yves Kafka
25/06/2019