La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Danse

Hérétiques… à géométrie obsessionnelle

Festival ""Séquence Danse Paris 2018", Le 104, Paris

Pour sa sixième édition, le festival "Séquence danse Paris" mêle des univers différents de danse, de théâtre, de musique, de littérature pour faire émerger des mariages où chaque spectacle devient un carrefour où des mondes artistiques multiples se croisent et se rencontrent.



© Charlotte Sampermans.
© Charlotte Sampermans.
Quelle hérésie ? Une hérésie mathématique, géométrique où le corps, instrument au combien important, arrive à se retrouver ballotté, étouffé, assailli par le mouvement mécanique, celui d'un triangle effectué avec le tronc et les deux membres supérieurs. Autour de trois cent dix mouvements différents, la chorégraphe argentine Ayelen Parolin défie les lois de la danse avec l'aide de Marc Iglesias et Noé Pellencin. De leurs corps, normalement compagnons de maîtrise et de jeu, ils se désincarnent pour être sujets d'une transe robotique. Parolin nous invite jusqu'aux limites du possible où la répétition devient machinerie.

Le spectacle est accompagné au piano par Léa Petra. Au début, avec quelques tapes rythmiques sur un cylindre brut de l'instrument, puis par des notes donnant un rythme toujours cadencé. Plus la musique est légère, avec les notes, plus la gestuelle est entraînante, captivante, machinale. Plus elle est saccadée, avec les battements sur l'arrondi du couvercle du piano, plus celle-ci est maîtrisée.

On reconnaît un signe par sa répétition et la chorégraphie devient ensemble de symboles. Les deux bras des interprètes basculent, le tronc et les jambes restent toujours droits, dans des mouvements de plus en plus accentués et effectués de façon très précise. Le souffle est lui aussi à la mesure de cette répétition, répétitive à dessin pour marquer sa maîtrise et son acharnement à le faire exister, jusqu'à faire "disparaître" les danseurs de la souveraineté de leurs corps.

© Charlotte Sampermans.
© Charlotte Sampermans.
Nous sommes ainsi dans une chorégraphie où l'identité de ce couple d'interprètes s'efface. Un couple, mais en est-ce réellement un ? Nous sommes plutôt face à une identité de deux destins qui cheminent sur la même route, celle d'une empreinte, d'une pièce triangulaire qui veut exister. Les bras se balancent de façon régulière et retenue. Puis, le relâchement, lié à la fatigue, se fait de plus en plus pressant avec des bras semblant aller à contresens de la gravitation, gagnés par un trop-plein d'allant. Ils ne sont retenus que par le tronc qui les maintient. Et ce souffle, redonnant une valeur humaine à cette composition artistique, est silencieux au début puis de plus en plus marqué. C'est une danse de l'effort qui arrache à sa grâce sa gestuelle.

Tout est dans cette itération, qui échappe au final aux interprètes. Ils suivent le rythme dans une grande concentration, puis celle-ci se relâche car le mouvement devient presque machinal, même si de multiples modulations viennent le faire fluctuer. L'effort transparaît dans la respiration, le souffle, qui devient plus saccadé, plus bruyant. Dans celui-ci apparaît la présence des danseurs qui par le biais de cet agencement géométrique, lui existent comme s'ils devenaient aussi, paradoxalement, les esclaves de celui-ci.

Des hérésies aussi hérétiques, on aimerait en voir plus souvent où le danseur devient autant commanditaire que valet d'une composition remettant ainsi en cause son corps, sa gestique et les impératifs scéniques pour incarner à dessein aussi un monde déshumanisé.

"Hérétiques"

© Charlotte Sampermans.
© Charlotte Sampermans.
Conception, chorégraphie : Ayelen Parolin.
Composition musicale et interprétation : Lea Petra.
Dramaturgie : Olivier Hespel.
Création lumière : Colin Legras.
Régie lumière : Matthieu Vergez.
Avec : Marc Iglesias et Noé Pellencin.

Festival "Séquence Danse Paris"
Réservations : 01 53 35 50 00.
>> Infos et programmation complète.

Jusqu'au 14 avril 2018.

Prochains spectacles
14 avril à 19 h : "Graft - Chronique d'une espèce à venir".
Conception : Francesca Bonesio et Nicolas Guiraud, Atelier 37.2.
Création sonore : Quentin Ogier.
Interprètes : Brenda Clark, Marion Le Guevel, Annabelle Rosenow, Olivia Lioret, Laura Gary.

Du 10 au 14 avril, à 19 h 30 : "May B".
Chorégraphie : Maguy Marin
Musiques : Franz Schubert, Gilles de Binche, Gavin Bryars.
Avec les élèves stagiaires/interprètes de Nucleo 2 dirigé par Lia Rodrigues.

Safidin Alouache
Mardi 10 Avril 2018

Théâtre | Avignon 2018 | Avignon 2017 | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives



Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.


PUB


    Aucun événement à cette date.
Publicité



À découvrir

"Dévaste-moi"… Persuasion et précision artistique… Pour une nouvelle façon de percevoir un spectacle

"Dévaste-moi", Tournée 2018/2019

Airs célèbres d'opéra, chansons rock, romances populaires. Dans son dernier spectacle "Dévaste moi"*, Emmanuelle Laborit chante et danse, livre des confidences à son public, elle fait le show. Avec ses musicos, (ses boys), tout le tralala et ses effets, les surtitrages qui ponctuent avec humour le tour de chant.

Elle met en place avec le soutien de Johanny Bert (qui met en scène) une forme éclectique de théâtre-danse et de music-hall mêlés. Le spectacle est à bien des égards vertigineux.

C'est que, au cas présent, l'artiste ne peut parler ni entendre les sons. Les mots et le sens ne peuvent pas sortir de la bouche. Tout le spectacle est en langage des signes. Interprété, pas traduit. En chantsigne.

Ce qui donne quelque chose de déroutant d'étonnamment maîtrisé qui dépasse très largement la notion de mimodrame et oblige le spectateur qui fait parti des "entendants" à reconsidérer sa manière de percevoir un spectacle.

Car à l'inverse des repères traditionnels qui élaborent un espace scénique dans lequel le sens circule entre les deux bornes de l'indicible : celles de l'obscène et du sublime, la prestation d'Emmanuelle Laborit passe par le bout des doigts et se transmet à tout le corps sans tabous avec la seule force de la persuasion et de la précision artistique. C'est toute la personne qui exprime le poids des sensations, la raison des sentiments ainsi que les effets de style.

Jean Grapin
20/09/2018
Spectacle à la Une

Le retour en grâce des "Huguenots" à Paris

Le retour des "Huguenots" de Meyerbeer sur la scène de l'Opéra de Paris est un des événements marquants de la commémoration des 350 ans de la noble maison. En dépit de contrariétés dues à des défections de dernière minute, le spectacle tient son rang et fait sonner de nouveau (à juste titre) les trompettes de la notoriété d'un compositeur longtemps oublié.

Le retour en grâce des
Le grand opéra à la française - un genre à la charnière de deux styles, celui du Bel Canto et du Romantisme - a fait les délices du public de la Monarchie de Juillet et bien au delà. Les opéras de la période française de Giacomo Meyerbeer ont en effet été parmi les plus joués et acclamés au XIXe et au début du XXe siècle.

Ouvrant la voie aux triomphes des Verdi, Offenbach, Gounod et autres Wagner, l'œuvre du compositeur allemand a par la suite subi un effacement presque total des scènes - nonobstant quelques rares reprises dont celle des "Huguenots" à l'Opéra national du Rhin (1), il y a un peu plus de cinq ans. On peut s'interroger à l'infini sur les raisons d'une telle désaffection (coût des productions, difficultés à trouver les chanteurs compétents, entre autres), mais on peut être assuré d'une chose : le nouveau spectacle de l'Opéra de Paris redonne aujourd'hui ses lettres de noblesse à une œuvre qui n'est pas sans attraits.

D'abord l'opéra lui-même est une sorte de super production d'avant l'invention du cinéma avec ses quatre heures de musique dédiées à un sujet historique (La Nuit de la Saint-Barthélémy en août 1572), une intrigue implexe trahissant sans vergogne la grande Histoire, avec ses chœurs impressionnants et ses sept rôles principaux nécessitant de solides chanteurs - sans oublier les nombreux figurants et un ballet ornant des tableaux qui doivent impressionner ou charmer. Et les bonnes surprises ne manquent pas à la (re)découverte de ces "Huguenots", qui furent le deuxième triomphe parisien d'un compositeur qui régna de son vivant sur Paris sans partage (2).

Christine Ducq
08/10/2018
Sortie à la Une

Une forme de miroir contemporain avec ses diaboliques bobards… façon fake news

"Le Maître et Marguerite", Tournée 2018/2019

"Le Maître et Marguerite" de Mikhaïl Boulgakov, c'est Dostoïevski, Gogol et Tchekhov réunis. Un roman qui est un désir de théâtre. Désir qu'Igor Mendjinsky exauce avec talent dans l'adaptation qu'il propose.

Une forme de miroir contemporain avec ses diaboliques bobards… façon fake news
C'est une nuit de pleine lune, une nuit de plein été, et dans Moscou, certains, nombreux, rencontrent des chats qui parlent. Un homme meurt décapité par un tramway, une jeune femme meurt à l'autre bout de la ville. Un écrivain voit son œuvre raillée et censurée. Une jeune femme à la tête romanesque quitte son mari et son ennui à la recherche d'un maître. Un dramaturge qui a écrit une pièce sur Jésus et Ponce Pilate, témoin de tout cela, se trouve enfermé chez les fous. Une sorcière chevauche un balai.

Les récits se choquent, cahotent et s'amplifient jusqu'à l'absurde, jusqu'à l'inquiétude.

C'est que c'est le diable qui mène la danse, sème le désordre, installe une autre réalité, la Sienne, qui dissout toutes les autres. Le Surnaturel s'impose. Ce qui est des plus réjouissant.

Et dans cette nuit de pleine lune, l'ombre d'un pouvoir s'étend sur la ville. Comprenne qui pourra.

Jean Grapin
21/05/2018