La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Danse

Hérétiques… à géométrie obsessionnelle

Festival ""Séquence Danse Paris 2018", Le 104, Paris

Pour sa sixième édition, le festival "Séquence danse Paris" mêle des univers différents de danse, de théâtre, de musique, de littérature pour faire émerger des mariages où chaque spectacle devient un carrefour où des mondes artistiques multiples se croisent et se rencontrent.



© Charlotte Sampermans.
© Charlotte Sampermans.
Quelle hérésie ? Une hérésie mathématique, géométrique où le corps, instrument au combien important, arrive à se retrouver ballotté, étouffé, assailli par le mouvement mécanique, celui d'un triangle effectué avec le tronc et les deux membres supérieurs. Autour de trois cent dix mouvements différents, la chorégraphe argentine Ayelen Parolin défie les lois de la danse avec l'aide de Marc Iglesias et Noé Pellencin. De leurs corps, normalement compagnons de maîtrise et de jeu, ils se désincarnent pour être sujets d'une transe robotique. Parolin nous invite jusqu'aux limites du possible où la répétition devient machinerie.

Le spectacle est accompagné au piano par Léa Petra. Au début, avec quelques tapes rythmiques sur un cylindre brut de l'instrument, puis par des notes donnant un rythme toujours cadencé. Plus la musique est légère, avec les notes, plus la gestuelle est entraînante, captivante, machinale. Plus elle est saccadée, avec les battements sur l'arrondi du couvercle du piano, plus celle-ci est maîtrisée.

On reconnaît un signe par sa répétition et la chorégraphie devient ensemble de symboles. Les deux bras des interprètes basculent, le tronc et les jambes restent toujours droits, dans des mouvements de plus en plus accentués et effectués de façon très précise. Le souffle est lui aussi à la mesure de cette répétition, répétitive à dessin pour marquer sa maîtrise et son acharnement à le faire exister, jusqu'à faire "disparaître" les danseurs de la souveraineté de leurs corps.

© Charlotte Sampermans.
© Charlotte Sampermans.
Nous sommes ainsi dans une chorégraphie où l'identité de ce couple d'interprètes s'efface. Un couple, mais en est-ce réellement un ? Nous sommes plutôt face à une identité de deux destins qui cheminent sur la même route, celle d'une empreinte, d'une pièce triangulaire qui veut exister. Les bras se balancent de façon régulière et retenue. Puis, le relâchement, lié à la fatigue, se fait de plus en plus pressant avec des bras semblant aller à contresens de la gravitation, gagnés par un trop-plein d'allant. Ils ne sont retenus que par le tronc qui les maintient. Et ce souffle, redonnant une valeur humaine à cette composition artistique, est silencieux au début puis de plus en plus marqué. C'est une danse de l'effort qui arrache à sa grâce sa gestuelle.

Tout est dans cette itération, qui échappe au final aux interprètes. Ils suivent le rythme dans une grande concentration, puis celle-ci se relâche car le mouvement devient presque machinal, même si de multiples modulations viennent le faire fluctuer. L'effort transparaît dans la respiration, le souffle, qui devient plus saccadé, plus bruyant. Dans celui-ci apparaît la présence des danseurs qui par le biais de cet agencement géométrique, lui existent comme s'ils devenaient aussi, paradoxalement, les esclaves de celui-ci.

Des hérésies aussi hérétiques, on aimerait en voir plus souvent où le danseur devient autant commanditaire que valet d'une composition remettant ainsi en cause son corps, sa gestique et les impératifs scéniques pour incarner à dessein aussi un monde déshumanisé.

"Hérétiques"

© Charlotte Sampermans.
© Charlotte Sampermans.
Conception, chorégraphie : Ayelen Parolin.
Composition musicale et interprétation : Lea Petra.
Dramaturgie : Olivier Hespel.
Création lumière : Colin Legras.
Régie lumière : Matthieu Vergez.
Avec : Marc Iglesias et Noé Pellencin.

Festival "Séquence Danse Paris"
Réservations : 01 53 35 50 00.
>> Infos et programmation complète.

Jusqu'au 14 avril 2018.

Prochains spectacles
14 avril à 19 h : "Graft - Chronique d'une espèce à venir".
Conception : Francesca Bonesio et Nicolas Guiraud, Atelier 37.2.
Création sonore : Quentin Ogier.
Interprètes : Brenda Clark, Marion Le Guevel, Annabelle Rosenow, Olivia Lioret, Laura Gary.

Du 10 au 14 avril, à 19 h 30 : "May B".
Chorégraphie : Maguy Marin
Musiques : Franz Schubert, Gilles de Binche, Gavin Bryars.
Avec les élèves stagiaires/interprètes de Nucleo 2 dirigé par Lia Rodrigues.

Safidin Alouache
Mardi 10 Avril 2018

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





Publicité



À découvrir

Si Louise Michel m'était contée… Cabaret peu orthodoxe sur l'art de la rébellion !

"Cabaret Louise", Théâtre Le Funambule Montmartre, Paris

Reprise Grandes ignorées de nos scolarités boutonneuses, la Commune et sa compagne Louise Michel sont tirées du passé et ici convoquées à une célébration festive et effrontée, bâtie sur un cinquantenaire soixante-huitard bienfaisant, où se réunissent de manière intempestive, ou pas, Rimbaud, Hugo, Léo et Théophile Ferré, Louise Attaque, Johnny Hallyday, Jules Ferry et Adolphe Thiers, etc., prenant vie grâce aux joyeux jeux virtuoses de Charlotte Zotto et Régis Vlachos.

Si Louise Michel m'était contée… Cabaret peu orthodoxe sur l'art de la rébellion !
En une forme de cabaret drolatique, foutraque, jouissif et impertinent, est rendu hommage à la révolte, à l'espérance d'une toujours future révolution, au souvenir de celles qui ont eu lieu - sans malheureusement toujours beaucoup d'efficience -, à celles et ceux - communards ou soixante-huitards - qui les imaginèrent sur le terreau de folles utopies. Régis Vlachos nous offre à nouveau un insolent et hilarant éloge d'une nouvelle rébellion à inventer, nous incitant, dans le respect de nos libertés individuelles, à nous indigner encore et toujours.

Cet hommage audacieux et - forcément - libertaire est associé subtilement, dans un intelligent second plan et en un judicieux contrepoint, à nos désespérantes actualités. Et, tour de force réussi, est généré, en complément inattendu et croustillant, une approche de mise en abyme conjugale du couple tentant de représenter le spectacle tout en l'interrompant de tempétueuses disputes, de tentatives de réconciliation… ou de négociation de définitive séparation... Instillant ainsi dans tous les tiroirs narratifs, une revendication féminine et féministe émanant historiquement de Louise Michel et, dans une contemporanéité militante, celle de la femme d'aujourd'hui que sont les comédiennes Charlotte Zotto et Johanna Garnier.

Gil Chauveau
22/01/2019
Spectacle à la Une

"Cassandra", cruauté et infinie tendresse pour conter le métier de comédienne

La chronique d'Isa-belle L

"Cassandra", C majuscule s'il vous plaît. Pas uniquement parce que c'est un prénom qui, aussi, introduit une phrase ou parce que c'est le titre du spectacle, mais parce que Cassandra, qu'elle soit moderne ici, mythique là-bas, mérite en capitale (C) cette jolie troisième lettre de l'alphabet à chaque recoin de mon papier. La lettre "C" comme Cassandra et comme le nom de famille de l'auteur. Rodolphe Corrion.

Deux C valent pour un troisième : Coïncidence. L'auteur, masculin, très habile répondant au nom de "Corrion" a écrit pour une comédienne à multiples facettes ce seul(e) en scène. Nous voilà à 3 C et trois bonnes raisons d'aller découvrir et applaudir ce spectacle mené de main de maîtresse par la comédienne Dorothée Girot. Jolie blonde explosive, sincère et talentueuse.

Inspiré du mythe de Cassandre, Rodolphe Corrion nous propose aujourd'hui, dans son texte à l'humour finement brodé, un personnage - Théodora -, comédienne enchaînant les castings avec peine, se retrouvant d'ailleurs en intro de spectacle, face à une conseillère Pôle Emploi. Excellent moment et monologue réjouissant. Théodora sent que quelque chose va se produire dans la vie de cette conseillère, quelque chose de… bah ! Oui. Il va se passer quelque chose… elle l'avait sentie, on ne l'a pas écoutée puis… la conseillère, elle ne l'a plus jamais revue.

Isabelle Lauriou
27/03/2019
Sortie à la Une

À écouter : Anémone mange ses frites, mais ce qu’elle "préfère le plus au monde, c’est rien foutre"

Difficile d’interviewer Anémone. Elle sortait de son spectacle "Grossesses nerveuses" qu’elle joue en ce moment au Théâtre Daunou (voir article) et nous l’avons rejoint à la brasserie du coin. Elle y mangeait ses frites et manifestement l’interview ne l’intéressait pas. Malgré les efforts de l’interviewer (moi !) dont les gouttes de sueur perlaient sur le visage en décomposition au fur et à mesure de l’entretien, Anémone nous a répondu de façon claire, nette et expéditive.


À écouter : Anémone mange ses frites, mais ce qu’elle
Au passage, voici la définition de "contre-emploi" au théâtre ou au cinéma : assumer des rôles différents de celui joué habituellement et non par rapport à ce qu’on est dans la "vraie" vie. Ce qu’on a, entre autres, essayé (je dis bien "essayer" !) de demander à Anémone était de savoir pour quelle raison elle ne s'est pas plus mise en danger pour jouer autre chose que le personnage qu'elle a toute sa vie incarnée, c’est-à-dire celui d'une bourgeoise ou une vieille fille un peu coincée. Un "contre-emploi" véritable qu’elle a tenu (et justement pour lequel elle a été récompensée par le César de la meilleure actrice) est celui du Grand chemin.

Possible que l'on s'y soit très mal pris. Peut-être aurait-il fallu parler d'autres choses que de "spectacle" ?

Cet entretien reste tout de même un moment (court mais...) mémorable. À écouter absolument !

Musique : Pierre-Yves Plat

À lire >> Une Anémone en fleur au Théâtre Daunou

À venir : Interview exclusive de Pierre Santini suite à son annonce de départ du Théâtre Mouffetard.
interview_d_anemone.mp3 Interview d'Anémone.mp3  (3.33 Mo)


Sheila Louinet
23/05/2011