Quantcast
La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

Henri Demarquette et Richard Galliano, une rencontre riche de "Contrastes"

Lundi 15 décembre 2014, Henri Demarquette et Richard Galliano créent le concerto "Contrastes" au Théâtre du Châtelet avec l’Orchestre Royal de Chambre de Wallonie, dirigé par Franck Braley. Un événement musical hors du commun à ne pas manquer !



Orchestre Royal de Chambre de Wallonie et Franck Braley, direction © Michel Avaert.
Orchestre Royal de Chambre de Wallonie et Franck Braley, direction © Michel Avaert.
Cette œuvre écrite par le célèbre accordéoniste Richard Galliano est née d’une complicité de plus de dix ans avec le violoncelliste à qui il l’a dédicacée. Ensemble, ils déjouent depuis longtemps les frontières entre genres musicaux. Ce sera encore le cas avec cette création mondiale. Pour l’occasion, nous avons rencontré Henri Demarquette - que nous apprécions beaucoup depuis que nous l‘avons découvert aux Flâneries Musicales de Reims, il y a quelques années.

Occupant désormais une place incontournable sur la scène musicale internationale, le violoncelliste n’a pas changé. Simple, direct, enthousiaste, Henri Demarquette est bien un des musiciens français les plus attachants et les plus originaux de sa génération. Outre ce concert parisien, il nous parle de ses multiples projets en cours - entre autres l’ensemble qu’il a fondé : Vocello*.

Christine Ducq pour la Revue du Spectacle - Comment avez-vous rencontré Richard Galliano ?

Henri Demarquette - Nous nous sommes rencontrés en 1999 et c’est mon grand ami Jean-Marc Phillips (violoniste et membre du Trio Wanderer Ndlr) qui nous a mis en contact. Jean-Marc connaissait Richard depuis longtemps et ils étaient en train de monter un groupe de tango autour d’un projet consacré à Astor Piazzolla. Il m’a proposé d’y participer. J’ai accepté tout de suite parce que cela ne pouvait me faire que le plus grand bien ! Il y a donc eu cette rencontre avec Richard Galliano, une très grande personnalité musicale, très riche comme improvisateur et comme jazzman. Quelqu’un qui connaît magnifiquement la musique, qui compose. Il connaissait tout un pan de la musique ignoré par nous issus du conservatoire : le jazz, l’improvisation mais aussi les musiques populaires venues d’ailleurs.
En tournée nous avons vécu dans un bain de musique absolument incroyable. Nous écoutions énormément de choses, nous nous prêtions des disques. J’enregistrais les Suites de Bach à ce moment-là. Il s’est passionné pour cet enregistrement, il a écouté et s’est dit qu’il voulait jouer Bach à l’accordéon.

Henri Demarquette © J.-P. Raibaud.
Henri Demarquette © J.-P. Raibaud.
Et il a enregistré ce CD consacré à Bach...

Henri Demarquette - Oui. Cette rencontre a constitué un énorme vivier vraiment fantastique. Pour moi, il y a eu la découverte de la musique d’Astor Piazzolla, une musique véritablement universelle puisqu’elle est à la croisée des chemins entre une sorte de musique baroque et l’improvisation, entre musique écrite et musique soi-disant "savante". Nous étions une bande de copains et nous avons fait énormément de concerts. Nous avons découvert ce qu’est le succès, ce que signifie jouer dans des lieux où l’on n’a pas l’habitude d’aller en tant que musiciens classiques : des grandes salles de quatre ou cinq mille places. C’est pour cela que je prône maintenant la sonorisation des concerts car il n’y a pas de raison qu’on ne puisse pas aller jouer partout avec quelque répertoire que ce soit.

Un jour, nous avons eu la possibilité de former un duo accordéon-violoncelle en jouant tout un programme qui allait des Suites de Bach à la "Javanaise" de Gainsbourg en passant par Piazzolla, Galliano lui-même évidemment mais aussi Bartók ou Khachaturian. C’est toujours d’actualité. Et Richard a voulu nous écrire un concerto. Cela s’est fait très naturellement et ce projet se concrétise aujourd’hui avec notre création le 15 décembre.

Vous avez beaucoup de concerts à votre actif et un CD.

Henri Demarquette - Énormément de concerts, oui. Nous avons également gravé un CD et un DVD autour de Piazzolla. Un succès. Nous sommes dans une vraie recherche de style. Nous ne faisons pas de "cross over" mais nous endossons des costumes différents : ceux de la valse, du tango, de la musique brésilienne, du forro, de la tradition de la musique française - qu’on retrouve dans l’orchestration de Richard.

Richard Galliano © Braunschweig.
Richard Galliano © Braunschweig.
On peut dire que c’est votre année, Henri Demarquette : le prêt du Vaslin de Stradivarius par la Fondation Louis Vuitton, les créations d’au moins deux œuvres qui vous sont dédicacées.

Henri Demarquette - Je dirais plutôt que c’est l’année de la création. Je vais créer ce concerto "Contrastes" avec Richard. Je vais créer aussi le concerto de Michel Legrand (en Russie en 2015 avant une tournée en France Ndlr) qu’il m’a c’est vrai dédié.
En juin je vais aussi faire un concert à la Cité de la Musique avec un projet qui me tient énormément à cœur, Vocello*. En avril 2015, nous créerons ensemble à Ekaterinbourg (en Russie Ndlr) une œuvre d’une compositrice lituanienne Olga Viktorova qui est géniale ! À la Cité de la Musique, nous reprendrons avec Vocello des pièces que nous avons commandées et déjà créées cette année.

Donc je dirais que c’est l’année de la nouveauté sous toutes ses formes : de nouvelles œuvres mais aussi de nouvelles sonorités. Le mariage du violoncelle et de l’accordéon n’est pas si fréquent. De même qu’avant Vocello, le mariage du chœur et du violoncelle n’existait pas ou peu. C’est absolument passionnant tous ces événements heureux ! Comme le prêt de cet instrument sublime le Stradivarius.

Cela change tout de jouer sur ce Vaslin ?

Henri Demarquette - Non, cela ne change pas tout.

Il vous procure des sensations inconnues ?

Henri Demarquette - C’est cela. C’est comme si vous disposiez d’une palette de couleurs supplémentaires, de possibilités. Cela fait partie des grandes chances de la vie et des rencontres. Ce sont des possibilités d’expression en plus. Je réalise un rêve en même temps. J’ai toujours été amoureux des sonorités de violoncellistes qui jouaient sur des Stradivarius ! À part Pablo Casals, c’est la seule exception. Mais lui est unique en son genre. Sinon j’aime Rostropovitch, Yo-Yo Ma, Jacqueline du Pré. Je suis très heureux avec cet esprit du son.

Avec tout ce que vous avez entrepris, les partenariats, les amitiés, les choix que vous faites, on a vraiment l’impression qu’une carrière de soliste traditionnelle ne vous intéresse pas du tout.

Henri Demarquette - Je vous dirais que je ne pense pas du tout en terme de carrière. J’ai une vie musicale absolument passionnante mais je ne dirais pas que j’ai une carrière au sens propre du terme. Je laisse venir les choses. Je suis très actif, ce n’est pas le problème mais je vais naturellement là où les rencontres me portent. Surtout depuis quelques années. Quand j’ai envie de quelque chose, je ne me demande pas si cela va être bien pour ma carrière.

Franck Braley © King Records.
Franck Braley © King Records.
Vous êtes libre ?

Henri Demarquette - Voilà ! Je fais ce qui me plaît. J’ai fait des trucs complètement fous, ça marche plus ou moins. Mais, au moins, je les ai faits.

Par exemple ?

Henri Demarquette - J’ai fondé un groupe insensé et cela marche incroyablement : piano, violoncelle et bandonéon. On jouait mille ans de musique ! Nous commencions par le Chant Grégorien et nous finissions avec de la musique contemporaine écrite hier. Avec, au milieu, une sonate de Beethoven. C’est fou !
De même qu’avec Catherine Frot, nous allons organiser un concert avec récitant. C’est assez classique me direz-vous. En revanche, ce qu’on a en tête est beaucoup plus perché ! Parce que nous en avons envie et que ça fait des étincelles !

Que pouvez-vous nous dire sur ce concerto "Contrastes" que vous créez le 15 décembre ?

Henri Demarquette - Ce que j’aime, c’est que "Contrastes" est un tour du monde musical : des musiques baignées de traditions populaires et traditionnelles, avec la valse, les musiques d’ailleurs dont le tango. C’est également un contraste dans le mariage entre les deux instruments. Pour Richard Galliano, les contrastes dans l’imaginaire du public sont aussi très importants. Il est établi que le violoncelle et l’accordéon n’appartiennent pas au même monde et de cela nous ne voulons plus entendre parler ! Nous ne faisons pas de la musique populaire ou savante, nous faisons de la musique point barre ! Pas de barrières pour nous (rires) à part celles de nos possibilités techniques ou physiques.

Le programme du 15 décembre comprend Bach, Piazzolla évidemment. Et pourquoi la Symphonie en ré de Boccherini ?

Henri Demarquette - C’est un choix de l’Orchestre Royal de Chambre de Wallonie qui nous accompagne. Je suis très heureux de jouer avec Franck Braley (nouveau directeur musical et chef principal de l’orchestre Ndlr). C’est un musicien que j’aime et admire énormément. Une personnalité musicale également très forte. Le projet de "Mille ans de musique" s’est fait avec Franck Braley au piano. Cela fait très plaisir de partager ce moment fort avec lui et Richard. Une grande joie.

© Michel Avaert.
© Michel Avaert.
Notes :
*Vocello est un projet réunissant le violoncelliste et un chœur a cappella, l’ensemble Sequenza 9.3 dirigé par Catherine Simonpiétri. Ce sujet sera abordé plus spécifiquement dans une deuxième partie de l’entretien à paraître ultérieurement.

Entretien réalisé le 3 décembre 2014.


Concert le 15 décembre 2014 à 20 h.

Théâtre du Châtelet, 01 40 28 28 28.
1 place du Châtelet, Paris 1er.
>> chatelet-theatre.com

Richard Galliano, accordéon.
Henri Demarquette, violoncelle.
Orchestre Royal de Chambre de Wallonie.
Franck Braley, direction.

J. S. Bach, Concerto pour violon et hautbois (transcription pour violoncelle et accordéon).
A. Piazzolla, "Le grand Tango" pour violoncelle et orchestre à cordes (tr. pour violoncelle et orchestre).
R. Galliano, "Opale" Concerto pour accordéon et orchestre.
L. Boccherini, Symphonie en ré mineur "La Casa del Diavolo".
R. Galliano, "Contrastes" Concerto pour accordéon, violoncelle et orchestre - Création mondiale.

Christine Ducq
Mercredi 10 Décembre 2014

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Huit pièces de théâtre d'Agatha Christie éditées chez L'Œil du Prince

L'œuvre théâtrale d'Agatha Christie est très peu connue en France, ses pièces n'ayant quasiment jamais été publiées en français. C'est chose partiellement réparée avec la publication de huit textes - constituant une partie de son œuvre dramatique -, entre 2018 et 2020, aux Éditions L'Œil du Prince* dont deux, "Reconstitution" et "Le Point de rupture", le 12 novembre dernier.

En adaptant elle-même ses romans, Agatha Christie se révèle en dramaturge précise, maîtrisant parfaitement la tension dramatique du huis clos. Sa plume de romancière perce à travers des didascalies fournies, qui permettent de traverser les pièces comme des récits. On a pu le voir l'année dernière à La Pépinière Théâtre avec "La Souricière" mise en scène par Ladislas Chollat.

Ici, pour ces huit parutions, la traduction a été assurée par Gérald Sibleyras, auteur de quelques beaux succès dont "Un Petit Jeu sans conséquence" (co-écrit avec Jean Dell) et Sylvie Perez, journaliste et essayiste.

Gérald Sibleyras est l'auteur de nombreuses pièces : "Le Vent des peupliers", "La Danse de l'albatros", etc. Nommé quatre fois aux Molières comme meilleur auteur, il a gagné le Laurence Olivier Award de la meilleure comédie à Londres en 2006 pour l'adaptation du "Vent des peupliers". Il a reçu en 2010 le Molière de l'adaptateur pour "Les 39 marches". Gérald Sibleyras est également l'adaptateur de la pièce à succès "Des fleurs pour Algernon".

Gil Chauveau
27/11/2020
Spectacle à la Une

Lou Casa CD "Barbara & Brel" À nouveau un souffle singulier et virtuose passe sur l'œuvre de Barbara et de Brel

Ils sont peu nombreux ceux qui ont une réelle vision d'interprétation d'œuvres d'artistes "monuments" tels Brel, Barbara, Brassens, Piaf et bien d'autres. Lou Casa fait partie de ces rares virtuoses qui arrivent à imprimer leur signature sans effacer le filigrane du monstre sacré interprété. Après une relecture lumineuse en 2016 de quelques chansons de Barbara, voici le profond et solaire "Barbara & Brel".

© Alicia Gardes.
Comme dans son précédent opus "À ce jour" (consacré à Barbara), Marc Casa est habité par ses choix, donnant un souffle original et unique à chaque titre choisi. Évitant musicalement l'écueil des orchestrations "datées" en optant systématiquement pour des sonorités contemporaines, chaque chanson est synonyme d'une grande richesse et variété instrumentales. Le timbre de la voix est prenant et fait montre à chaque fois d'une émouvante et artistique sincérité.

On retrouve dans cet album une réelle intensité pour chaque interprétation, une profondeur dans la tessiture, dans les tonalités exprimées dont on sent qu'elles puisent tant dans l'âme créatrice des illustres auteurs que dans les recoins intimes, les chemins de vie personnelle de Marc Casa, pour y mettre, dans une manière discrète et maîtrisée, emplie de sincérité, un peu de sa propre histoire.

"Nous mettons en écho des chansons de Barbara et Brel qui ont abordé les mêmes thèmes mais de manières différentes. L'idée est juste d'utiliser leur matière, leur art, tout en gardant une distance, en s'affranchissant de ce qu'ils sont, de ce qu'ils représentent aujourd'hui dans la culture populaire, dans la culture en général… qui est énorme !"

Gil Chauveau
03/12/2020
Sortie à la Une

Vingt-huit personnalités du monde culturel et intellectuel déposent une demande au Conseil d'État : leur droit fondamental à la culture

© DR.
L'ensemble des acteurs du théâtre, cinéma, cirque, privés, publics, compagnies, organismes publics, syndicats, associations… seront présents ou représentés lundi matin devant le Conseil d'État pour demander au gouvernement la réouverture des lieux de Culture.

À l'occasion de cette audience, 28 personnalités du monde culturel et intellectuel se sont jointes hier à la procédure en déposant une demande pour invoquer, en tant que citoyen, leur droit fondamental d'accès à la culture.

Ils souhaitent que le Conseil d'État se saisisse de ce moment historique et consacre le droit à la Culture comme une liberté fondamentale en France.

Mireille Delmas Marty, Edgar Morin, Isabelle Adjani, Karin Viard, Juliette Binoche, Jean Nouvel, David Dufresne, Jean-Michel Ribes, Virigine Efira, Rokhaya Diallo, Charles Berling, Pauline Bureau, Philippe Torreton, Julie Gayet, Rebecca Zlotowski, François Morel, Nadège Beausson-Diagne, Nancy Huston, Bulle Ogier, Bernard Latarjet, Laurence Lascary, Patrick Aeberhard, Marcial Di Fonzo Bo, Anna Mouglalis, José-Manuel Gonçalves, Zahia Ziouani, Anny Duperey, Paul B. Preciado.

Cabinet en charge du dossier :
Cabinet Bourdon & Associés – Avocats, 01 42 60 32 60.
contact@bourdon-associes.com

Communiqué de presse du 20 décembre 2020.

La Rédaction
20/12/2020