La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
CédéDévédé

Grands motets… Grands moments !

Après trois siècles d'oubli, deux œuvres de Valette de Montigny prennent vie et forme grâce à Rolandas Muleika et l'ensemble Antiphona qui nous font redécouvrir deux joyaux de la musique baroque avec son genre et ses instruments spécifiques.



© DR.
© DR.
Comme l'écrit le compositeur et théoricien Sébastien de Brossard (1650-1725) : "ce Valette est un des plus excellents génies que nous ayons et sa musique est excellente". Mais qui est donc "ce Valette" que la postérité, souvent ingrate, n'a pas daigné convoquer aux oreilles de nos contemporains ? Rolandas Muleika, directeur et chef d'orchestre d'Antiphona, s'est attaché à faire redécouvrir deux œuvres de ce compositeur de musique baroque conservées sous forme manuscrite à Toulouse pour "Motet Surge Propera" (1730) et à la bibliothèque nationale de France pour "Motet Salvum me fac Deus" (1730). De ces partitions allongées sur papier, l'ensemble toulousain réussit à nous emporter dans un univers liturgique où les voix de là, et qui semblent de l'au-delà, sont portées superbement par les solistes et le chœur.

Peu d'informations circulent sur Valette de Montigny (1665-1738)). Il est né à Béziers. Voyage à Narbonne, Senlis, Bordeaux, parcourt avec succès l'Angleterre, les Pays-Bas et l'Italie pour finir sous les voûtes de la Basilique Saint-Sernin à Toulouse où il meurt, maître de musique. Ces œuvres, une cinquantaine au total, comptent des motets, des cantiques, des airs sérieux, italiens ou à boire ainsi qu'un tombeau composé pour le duc de Gloucester.

Ensemble Antiphona - photo officielle effectuée au Musée des Augustins à Toulouse en 2018 © Jean-Christophe Lauran.
Ensemble Antiphona - photo officielle effectuée au Musée des Augustins à Toulouse en 2018 © Jean-Christophe Lauran.
Né en Lituanie, le souffle de liberté qui a abattu le pouvoir soviétique en 1989 amène Rolandas Muleika à Paris où, à vingt-deux ans, il intègre le conservatoire de Musique de Paris et apprend la direction d'orchestre. La volonté et une âme de découvreur chevillées au corps, il se donne pour objectif de faire découvrir les chefs-d'œuvre oubliés d'Occitanie en créant Antiphona en 1996. Cet ensemble vocal est composé de cinq artistes lyriques toulousains et vient s'étoffer pour cet album de trois voix supplémentaires. C'est le deuxième, le premier en 2017 redonnait vie aux manuscrits inédits des Pénitents Noirs.

Nous sommes conviés à un voyage dans un genre musical créé à l'époque médiévale, les motets, tombés depuis en désuétude et qui associent le chant polyphonique à une large palette instrumentale autour d'instruments à vent, à percussion et à cordes. Nous retrouvons le théorbe, ancêtre du luth, et le serpent, grand instrument à vent sinueux inventé vers 1590 par le chanoine d'Auxerre, utilisé dans les chants grégoriens et qui accompagne, pour cet album, le chœur.

Cela débute par un orchestre aux accents presque légers et guillerets accompagné par un violon. Les morceaux se suivent sur des tempos aussi variés que ceux, entre autres, d'une cavalcade de trompettes ou celui très sobre d'un hautbois ou plus triste d'un trio.

Rolandas Muleika © DR.
Rolandas Muleika © DR.
Différents tempos sont menés par des récits où taille (1) - Clément Lanfranchi, Pierre Perny -, basse-taille (2) - Timothé Bougon -, haute-contre (3) - Charles d'Hubert, David Tricou -, dessus (4) - Coline Bouton, Éva Tamisier - et basse (5) - Raphaël Marbaud - donnent un éclat certain à chaque morceau, les enveloppant d'une âme où la voix devient le baromètre de tourments et d'une adoration christique. Les tessitures de mêmes registres ou opposés donnent une très belle complémentarité. Alternent, seuls ou accompagnés entre eux, récits, duos, trios, petit chœur et chœur.

Quant à celui-ci, exclusivement Toulousain et nommé Atelier d'Oratorio, c'est un pur émerveillement, soutenu par le serpent, où parfois viennent se détacher les pupitres, comme en canon par vagues successives. Leur puissance laisse peu de place à une indifférence de l'ouïe dans des chants liturgiques où les différentes tessitures vocales se marient comme sel et poivre.

"Nul n'a jamais entendu chanter pareille hymne" comme il est dit dans "Motet Surge Propera". Il aura fallu près de trois cents ans pour réentendre ces deux superbes compositions. C'est une bien belle surprise !

(1) Taille : ténor.
(2) Basse-taille : baryton, voix entre la basse et le ténor.
(3) Haute-contre : contre-ténor, voix plus aigüe que celle de ténor.
(4) Dessus : soprano, la voix la plus aigüe.
(5) Basse: voix la plus grave.


Ensemble Antiphona
Direction : Rolandas Muleika.
Solistes : Timothé Bougon (basse-taille), Coline Bouton (dessus), Charles d'Hubert (haute-contre), Clément Lanfranchi (taille), Raphaël Marbaud (basse), Pierre Perny (taille), Éva Tamisier (dessus), David Tricou (hautecontre).
Orchestre
Saori Sato : Orgue.
Patrick Vivien : Théorbe.
Amélie Boulas : Basson.
Lilan Poueydebat : Serpent.
Juliette Vittu : Violoncelle.
Mathieu Serrano : Basse de violon.
Ophélie Renard : Alto.
Pauline Henric et Anne-Lise chevalier : Violons.
Laura Duthillé et Nathalie Petibon : Hautbois et Flûtes.
Patrick Pages et Fabien Versavel : Trompettes.
Anthony Viandier : Timbales.

● Ensemble Antiphona, Rolandas Muleika (direction) "Grands Motets, Joseph Valette de Montigny".
Label : Paraty.
Distribution : PIAS/Harmonia Mundi.
Sortie : 25 juin 2021.
>> ensemble-antiphona.org

Tournée
17 et 18 septembre 2021 : "Miserere Mei Deus" à l'occasion des Journées du Patrimoine, Toulouse (31).
17 octobre 2021 : "Notre Dame", Rodez (12).
23 ou 24 octobre 2021 : "Canso", Festival Musique Ancienne en Pic Saint Loup et Gorges de l'Hérault, Brissac (34).
4 avril 2022 : "Miserere Mei Deus",Altigone (31).
Juillet 2022 : " Grands Motets - Valette de Montigny", Festival de musique sacrée de l'Abbaye de Sylvanès, Sylvanès (12).

Safidin Alouache
Mardi 21 Septembre 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022




Partenariat



À découvrir

"Cendres sur les mains" La femme qui murmurait à l'oreille des morts

Dead Can Dance : "Les morts peuvent danser" ! Beauté, Lisa Gerrard est ma chanteuse préférée… J'ai assisté à la représentation de "Cendres sur les mains" sans avoir pris le temps de me renseigner. Bien m'en a pris ! Par les temps qui courent, j'aurais pu penser que ce spectacle allait ajouter au blues de la saison et au retour des contaminations, encore un peu plus de dépression. Et non !

© Jon. D Photographie.
Ce que je retiens, c'est d'abord une voix, celle de Prisca Lona. Envoûtante et habitée. Comme celle de Lisa Gerrard que je cite plus haut et à qui, un temps, elle m'a fait penser. Prisca Lona, la silhouette fine, le costume taillé sur mesure et la beauté lumineuse rattrapée par la bougie dans une semi-obscurité. Une "survivante" revenue des morts… de la mort.

Puis, progressivement, le plateau s'ouvre et s'éclaire juste un peu plus devant nous. Des sacs portés par deux hommes. Un duo. Ils pourraient être frères tant leur ressemblance physique est frappante. Ils portent la même tenue, ils sont fossoyeurs. Ils transportent des corps et les entassent. Tous deux côtoient les cadavres, manipulent des bidons d'essence et se retrouvent dans une marée de cendres. Une mer d'horreur ! Ils font ce qu'on leur demande de faire sans aucun autre retour que de devoir appliquer sans broncher ce "travail" insoutenable, monstrueux qui va s'attaquer à leur propre corps et à leur âme.

Isabelle Lauriou
06/05/2022
Spectacle à la Une

"Monte-Cristo" Grande Épopée pour une grande narration : Monte-Cristo en lumière

Au Quai des Rêves, la bien nommée salle de spectacle de Lamballe, la Compagnie La Volige a présenté l'histoire merveilleuse, palpitante et instructive du Comte de Monte-Cristo. Il s'agit d'un exploit que de restituer sur scène en une heure trente les trois tomes du roman d'Alexandre Dumas. Non seulement par l'étendue du texte, mais également par la multiplicité des lieux où se déroule l'action et par le nombre des personnages impliqués dans cette saga qui se déroule sur plus d'un quart de siècle. Un exploit qui sera cet été au festival d'Avignon Off.

© Frédéric Ferranti.
C'est là qu'entre en jeu la spécificité de la compagnie La Voltige et plus particulièrement celle de l'un de ses créateurs, Nicolas Bonneau. C'est un conteur, original moderne, dont les spectacles s'inscrivent en général dans notre époque, se sourçant au terroir ou à sa propre histoire (citons "Sortie d'usine", "Le combat du siècle", "Qui va garder les enfants ?" ou encore "Mes ancêtres les Gaulois" : tous extraits de notre époque, de notre réalité). "Monte-Cristo" dévie en apparence de ces inspirations. En apparence, car les thèmes qu'il développe et le monde dont il parle ne sont pas si éloignés des nôtres. En cette période trouble du début du XIXe siècle naissait le capitalisme qui nous berce toujours de ses rêves et de ses dévastations. "Il y a dans Le Comte de Monte-Cristo une pertinence philosophique et un esprit de revanche sur la naissance du capitalisme qui résonne avec notre monde actuel", dixit Nicolas Bonneau.

Voici pour le fond de l'histoire. Mais quand il s'agit de raconter cette épopée dantesque (oui, le héros s'appelle Edmond Dantès… mais rien à voir ?), qui mieux qu'un habile conteur comme Nicolas Bonneau pour prendre Edmond et la verve furieuse de Dumas à bras le corps et nous la faire vivre ? Toujours avec douceur, précautions, fluidité et surtout art du langage, c'est ainsi que procède ce conteur moderne, jamais dans l'intention d'imposer sa vision, mais toujours sur une intensité qui fait jaillir de ses mots les images. Ce qui ne l'empêche pas de jeter son habit de conteur dans l'ombre pour se glisser dans la peau de certains personnages, donnant la vie à certaines scènes.

Bruno Fougniès
05/05/2022
Spectacle à la Une

"Vies de papier" Road-movie immobile entre enquête et conférence passionnées

Leur nouvelle tournée passe peut-être pas loin de chez vous. Il faut aller voir Benoît Faivre et Tommy Laszlo et leur manière de rendre palpitant l'examen d'un album-photos anonyme et intrigant trouvé dans une brocante belge…

© Thomas Faverjon.
Dans "Vies de papier", ces documentaristes, ces nouveaux Dupond et Dupont mènent une enquête qui, par étapes, avec ses impasses, ses indices, ses objets déconcertants, toutes ces miettes d'un passé inconnu voit s'ajuster des miettes de mémoire et se constituer en une histoire allemande, une destinée. Celle d'une femme allemande pendant la guerre.

Le scénario développé est improbable et véridique, le récit est haletant. Il a la dimension d'un témoignage de chasseurs de trésors qui tatônnent et se trouvent transformés eux- même par la chasse. Par la résolution de l'énigme, les ressorts secrets de la quête.

Scéniquement, tous les codes convergent vers la réalité avec, en prime dans la présence des comédiens, cette dimension de passion délivrée par des enquêteurs devenus de magnifiques conférenciers. Qui, dans leur manière de faire la liaison entre les images et les objets, cèdent à une touchante tendance à l'auto-célébration. Comme une joie, une satisfaction, une fierté à faire partager.

"Vies de papier" est un road-movie immobile, une épopée avec ce sens de l'autodérision qui fait douter jusqu'au bout et tiens les rennes du rire. Alors cet album-photos ? Cette femme, on y croit ou on n'y croit pas ? C'est la question d'un spectateur comblé.

Jean Grapin
24/03/2022