La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
CédéDévédé

Grands motets… Grands moments !

Après trois siècles d'oubli, deux œuvres de Valette de Montigny prennent vie et forme grâce à Rolandas Muleika et l'ensemble Antiphona qui nous font redécouvrir deux joyaux de la musique baroque avec son genre et ses instruments spécifiques.



© DR.
© DR.
Comme l'écrit le compositeur et théoricien Sébastien de Brossard (1650-1725) : "ce Valette est un des plus excellents génies que nous ayons et sa musique est excellente". Mais qui est donc "ce Valette" que la postérité, souvent ingrate, n'a pas daigné convoquer aux oreilles de nos contemporains ? Rolandas Muleika, directeur et chef d'orchestre d'Antiphona, s'est attaché à faire redécouvrir deux œuvres de ce compositeur de musique baroque conservées sous forme manuscrite à Toulouse pour "Motet Surge Propera" (1730) et à la bibliothèque nationale de France pour "Motet Salvum me fac Deus" (1730). De ces partitions allongées sur papier, l'ensemble toulousain réussit à nous emporter dans un univers liturgique où les voix de là, et qui semblent de l'au-delà, sont portées superbement par les solistes et le chœur.

Peu d'informations circulent sur Valette de Montigny (1665-1738)). Il est né à Béziers. Voyage à Narbonne, Senlis, Bordeaux, parcourt avec succès l'Angleterre, les Pays-Bas et l'Italie pour finir sous les voûtes de la Basilique Saint-Sernin à Toulouse où il meurt, maître de musique. Ces œuvres, une cinquantaine au total, comptent des motets, des cantiques, des airs sérieux, italiens ou à boire ainsi qu'un tombeau composé pour le duc de Gloucester.

Ensemble Antiphona - photo officielle effectuée au Musée des Augustins à Toulouse en 2018 © Jean-Christophe Lauran.
Ensemble Antiphona - photo officielle effectuée au Musée des Augustins à Toulouse en 2018 © Jean-Christophe Lauran.
Né en Lituanie, le souffle de liberté qui a abattu le pouvoir soviétique en 1989 amène Rolandas Muleika à Paris où, à vingt-deux ans, il intègre le conservatoire de Musique de Paris et apprend la direction d'orchestre. La volonté et une âme de découvreur chevillées au corps, il se donne pour objectif de faire découvrir les chefs-d'œuvre oubliés d'Occitanie en créant Antiphona en 1996. Cet ensemble vocal est composé de cinq artistes lyriques toulousains et vient s'étoffer pour cet album de trois voix supplémentaires. C'est le deuxième, le premier en 2017 redonnait vie aux manuscrits inédits des Pénitents Noirs.

Nous sommes conviés à un voyage dans un genre musical créé à l'époque médiévale, les motets, tombés depuis en désuétude et qui associent le chant polyphonique à une large palette instrumentale autour d'instruments à vent, à percussion et à cordes. Nous retrouvons le théorbe, ancêtre du luth, et le serpent, grand instrument à vent sinueux inventé vers 1590 par le chanoine d'Auxerre, utilisé dans les chants grégoriens et qui accompagne, pour cet album, le chœur.

Cela débute par un orchestre aux accents presque légers et guillerets accompagné par un violon. Les morceaux se suivent sur des tempos aussi variés que ceux, entre autres, d'une cavalcade de trompettes ou celui très sobre d'un hautbois ou plus triste d'un trio.

Rolandas Muleika © DR.
Rolandas Muleika © DR.
Différents tempos sont menés par des récits où taille (1) - Clément Lanfranchi, Pierre Perny -, basse-taille (2) - Timothé Bougon -, haute-contre (3) - Charles d'Hubert, David Tricou -, dessus (4) - Coline Bouton, Éva Tamisier - et basse (5) - Raphaël Marbaud - donnent un éclat certain à chaque morceau, les enveloppant d'une âme où la voix devient le baromètre de tourments et d'une adoration christique. Les tessitures de mêmes registres ou opposés donnent une très belle complémentarité. Alternent, seuls ou accompagnés entre eux, récits, duos, trios, petit chœur et chœur.

Quant à celui-ci, exclusivement Toulousain et nommé Atelier d'Oratorio, c'est un pur émerveillement, soutenu par le serpent, où parfois viennent se détacher les pupitres, comme en canon par vagues successives. Leur puissance laisse peu de place à une indifférence de l'ouïe dans des chants liturgiques où les différentes tessitures vocales se marient comme sel et poivre.

"Nul n'a jamais entendu chanter pareille hymne" comme il est dit dans "Motet Surge Propera". Il aura fallu près de trois cents ans pour réentendre ces deux superbes compositions. C'est une bien belle surprise !

(1) Taille : ténor.
(2) Basse-taille : baryton, voix entre la basse et le ténor.
(3) Haute-contre : contre-ténor, voix plus aigüe que celle de ténor.
(4) Dessus : soprano, la voix la plus aigüe.
(5) Basse: voix la plus grave.


Ensemble Antiphona
Direction : Rolandas Muleika.
Solistes : Timothé Bougon (basse-taille), Coline Bouton (dessus), Charles d'Hubert (haute-contre), Clément Lanfranchi (taille), Raphaël Marbaud (basse), Pierre Perny (taille), Éva Tamisier (dessus), David Tricou (hautecontre).
Orchestre
Saori Sato : Orgue.
Patrick Vivien : Théorbe.
Amélie Boulas : Basson.
Lilan Poueydebat : Serpent.
Juliette Vittu : Violoncelle.
Mathieu Serrano : Basse de violon.
Ophélie Renard : Alto.
Pauline Henric et Anne-Lise chevalier : Violons.
Laura Duthillé et Nathalie Petibon : Hautbois et Flûtes.
Patrick Pages et Fabien Versavel : Trompettes.
Anthony Viandier : Timbales.

● Ensemble Antiphona, Rolandas Muleika (direction) "Grands Motets, Joseph Valette de Montigny".
Label : Paraty.
Distribution : PIAS/Harmonia Mundi.
Sortie : 25 juin 2021.
>> ensemble-antiphona.org

Tournée
17 et 18 septembre 2021 : "Miserere Mei Deus" à l'occasion des Journées du Patrimoine, Toulouse (31).
17 octobre 2021 : "Notre Dame", Rodez (12).
23 ou 24 octobre 2021 : "Canso", Festival Musique Ancienne en Pic Saint Loup et Gorges de l'Hérault, Brissac (34).
4 avril 2022 : "Miserere Mei Deus",Altigone (31).
Juillet 2022 : " Grands Motets - Valette de Montigny", Festival de musique sacrée de l'Abbaye de Sylvanès, Sylvanès (12).

Safidin Alouache
Mardi 21 Septembre 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




    Aucun événement à cette date.
Vidéos les plus récentes



À découvrir

"Les femmes de la maison" L'épopée des luttes féminines sous le prisme d'une maison très spéciale

Voici la dernière pièce de Pauline Sales (écriture et mise en scène) qui a été présentée au Théâtre Paul Scarron du Mans devant un public professionnel restreint. Un privilège que d'assister à cette histoire que l'on sent chevillée au corps de sa créatrice. Il y est question de femmes artistes. Question également des femmes non artistes. Question de la liberté que les femmes ont peu à peu conquis depuis bientôt un siècle. Arrachant bribe après bribe le droit d'agir, de s'exprimer, le droit sur leur corps, leur sexualité, leurs choix. Et trouver enfin la puissance pour se détacher du diktat masculin si bien bétonné.

© Jean-Louis Fernandez.
L'histoire des "femmes de la maison" commence dans les années cinquante et se termine de nos jours. Elle va mettre en jeu une dizaine de personnages féminins sur trois périodes symboliques : les années cinquante, les années soixante-dix et 2022. Pour cela, Pauline Sales invente une maison qui sera le moyen de traverser le temps et l'espace. Cette maison est celle de Joris, un amoureux, par ailleurs cinéaste militant contre les méfaits des guerres. Il achète cette maison par amour pour une photographe, l'amour s'en va, il ne sait qu'en faire, alors il la prête à des artistes. Le hasard veut au départ que ce ne soit que des femmes - peintres, poètes, sculptrices… et cela se transforme en règle : seules des femmes artistes pourront venir un temps pour créer ici.

Première période, maison fermée entourée de bois. C'est l'après-guerre et l'artiste que Joris installe dans la maison dessine. Dessine en mode combat contre elle-même. Contre la pensée que chez elle, son mari, sa fille sont là comme une destinée de femme au foyer qu'elle refuse. Combat contre le mal que cela peut faire.

Bruno Fougniès
25/08/2021
Spectacle à la Une

"Marilyn Inside" Dévoiler Marilyn pour tenter de retrouver l'intimité secrète de Norma Jean

Qui était-elle, réellement ? Être dual, aux structures intimes complexes, celles d'une âme en quête de sérénité, de sincérité. D'un côté Marilyn, sex-symbol fabriqué par le cinéma hollywoodien des années cinquante, ou Norma Jeane, femme-enfant à la vie chaotique, ballotée entre une mère atteinte de troubles psychologiques graves et les placements dans de multiples familles d'accueil. Confrontation ou rencontre imaginaire entre ces deux fantômes, souvenirs de ces deux réalités successives, tentative de traversée du miroir, c'est ce que nous propose l'étonnant et réussi "Marylin Inside".

© Clarisse Bianco.
Incarnation féminine idéalisée jusqu'à en devenir une icône planétaire, tempête sensuelle à la robe blanche virevoltante, blonde écervelée à la jeunesse intemporelle… Elle fut tout cela tout en restant une femme mystérieuse, secrète que seules la captation de regards fugaces, la perception de fragiles coups d'œil éphémères laissaient deviner. Actrice quasi vénérée malgré ses extravagances conjugales, ses dépressions et, parfois, ses excès de consommation d'alcool et/ou de médicaments, elle était à la fois saisissante et insaisissable.

L'auteure, Céline Barcaroli, nous propose une traversée intérieure dans la dualité d'une femme publique où se confronte et se rencontre les deux faces de celle qui bouleversa à jamais la représentation cinématographique féminine - registre "blonde incendiaire" - tout en exposant involontairement, puis volontairement, ce que peuvent être les fragilités et les failles d'un être sublimé. Son propos, fondé sur du réel, nous emporte dans le fictionnel pour effleurer, parfois approcher, ce qu'ont pu être les mystères, les fêlures indicibles, les tourments naissant d'une continuelle et insatiable quête d'amour.

Gil Chauveau
01/10/2021
Spectacle à la Une

"L'âne et la carotte"… Siège de chaises !

Dans un spectacle qui mêle l'humour à la réflexion, Lucho Smit se livre à une série de numéros circassiens où, autour d'un récit, l'artiste raconte ses doutes, sa vision du monde et celle du cirque.

© František Ortmann - Letní Letná.
L'un des nombreux attraits du nouveau cirque, nommé aussi cirque contemporain, est sa capacité à surprendre et à faire découvrir aux spectateurs des arts de la scène aussi différents que du théâtre, de la chanson et/ou de la musique en plus des acrobaties. Le décor est aussi très important. Dans "L'âne & la carotte", le plateau découvre une colonne de chaises, ce dernier élément étant la matrice même de la scénographie. Ionesco aurait pu se retrouver dans celle-ci où leur amoncellement tient lieu d'œuvres de construction.

Lucho Smit tient l'équilibre pour un art, mais aussi pour une compagne du déséquilibre, les deux sont sœurs d'armes à chaque instant dans sa création. Cela démarre en trombe dans une course sur des chaises où celles-ci s'écroulent bien que l'artiste finisse assis sur la dernière de la rangée. Ce pourrait être le résumé de la représentation. Tout est en équilibre au travers des déséquilibres et s'il ne devait en restait qu'un, ce serait une et elle aurait quatre pieds et un dossier.

La voix off de Lucho Smit accompagne le spectacle pour raconter ses états d'âme, sa vision du monde et du cirque. On peut aimer cette narration comme en être agacé. J'ai eu les deux sentiments, agacé au début puis intéressé par le récit à la fin avec quelques longueurs toutefois. Les choses sont dites avec humour, même si ce n'est pas là où il excelle le plus, l'acrobatie du trait d'esprit n'étant pas celui du corps.

Safidin Alouache
05/10/2021