La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
CédéDévédé

Grands motets… Grands moments !

Après trois siècles d'oubli, deux œuvres de Valette de Montigny prennent vie et forme grâce à Rolandas Muleika et l'ensemble Antiphona qui nous font redécouvrir deux joyaux de la musique baroque avec son genre et ses instruments spécifiques.



© DR.
© DR.
Comme l'écrit le compositeur et théoricien Sébastien de Brossard (1650-1725) : "ce Valette est un des plus excellents génies que nous ayons et sa musique est excellente". Mais qui est donc "ce Valette" que la postérité, souvent ingrate, n'a pas daigné convoquer aux oreilles de nos contemporains ? Rolandas Muleika, directeur et chef d'orchestre d'Antiphona, s'est attaché à faire redécouvrir deux œuvres de ce compositeur de musique baroque conservées sous forme manuscrite à Toulouse pour "Motet Surge Propera" (1730) et à la bibliothèque nationale de France pour "Motet Salvum me fac Deus" (1730). De ces partitions allongées sur papier, l'ensemble toulousain réussit à nous emporter dans un univers liturgique où les voix de là, et qui semblent de l'au-delà, sont portées superbement par les solistes et le chœur.

Peu d'informations circulent sur Valette de Montigny (1665-1738)). Il est né à Béziers. Voyage à Narbonne, Senlis, Bordeaux, parcourt avec succès l'Angleterre, les Pays-Bas et l'Italie pour finir sous les voûtes de la Basilique Saint-Sernin à Toulouse où il meurt, maître de musique. Ces œuvres, une cinquantaine au total, comptent des motets, des cantiques, des airs sérieux, italiens ou à boire ainsi qu'un tombeau composé pour le duc de Gloucester.

Ensemble Antiphona - photo officielle effectuée au Musée des Augustins à Toulouse en 2018 © Jean-Christophe Lauran.
Ensemble Antiphona - photo officielle effectuée au Musée des Augustins à Toulouse en 2018 © Jean-Christophe Lauran.
Né en Lituanie, le souffle de liberté qui a abattu le pouvoir soviétique en 1989 amène Rolandas Muleika à Paris où, à vingt-deux ans, il intègre le conservatoire de Musique de Paris et apprend la direction d'orchestre. La volonté et une âme de découvreur chevillées au corps, il se donne pour objectif de faire découvrir les chefs-d'œuvre oubliés d'Occitanie en créant Antiphona en 1996. Cet ensemble vocal est composé de cinq artistes lyriques toulousains et vient s'étoffer pour cet album de trois voix supplémentaires. C'est le deuxième, le premier en 2017 redonnait vie aux manuscrits inédits des Pénitents Noirs.

Nous sommes conviés à un voyage dans un genre musical créé à l'époque médiévale, les motets, tombés depuis en désuétude et qui associent le chant polyphonique à une large palette instrumentale autour d'instruments à vent, à percussion et à cordes. Nous retrouvons le théorbe, ancêtre du luth, et le serpent, grand instrument à vent sinueux inventé vers 1590 par le chanoine d'Auxerre, utilisé dans les chants grégoriens et qui accompagne, pour cet album, le chœur.

Cela débute par un orchestre aux accents presque légers et guillerets accompagné par un violon. Les morceaux se suivent sur des tempos aussi variés que ceux, entre autres, d'une cavalcade de trompettes ou celui très sobre d'un hautbois ou plus triste d'un trio.

Rolandas Muleika © DR.
Rolandas Muleika © DR.
Différents tempos sont menés par des récits où taille (1) - Clément Lanfranchi, Pierre Perny -, basse-taille (2) - Timothé Bougon -, haute-contre (3) - Charles d'Hubert, David Tricou -, dessus (4) - Coline Bouton, Éva Tamisier - et basse (5) - Raphaël Marbaud - donnent un éclat certain à chaque morceau, les enveloppant d'une âme où la voix devient le baromètre de tourments et d'une adoration christique. Les tessitures de mêmes registres ou opposés donnent une très belle complémentarité. Alternent, seuls ou accompagnés entre eux, récits, duos, trios, petit chœur et chœur.

Quant à celui-ci, exclusivement Toulousain et nommé Atelier d'Oratorio, c'est un pur émerveillement, soutenu par le serpent, où parfois viennent se détacher les pupitres, comme en canon par vagues successives. Leur puissance laisse peu de place à une indifférence de l'ouïe dans des chants liturgiques où les différentes tessitures vocales se marient comme sel et poivre.

"Nul n'a jamais entendu chanter pareille hymne" comme il est dit dans "Motet Surge Propera". Il aura fallu près de trois cents ans pour réentendre ces deux superbes compositions. C'est une bien belle surprise !

(1) Taille : ténor.
(2) Basse-taille : baryton, voix entre la basse et le ténor.
(3) Haute-contre : contre-ténor, voix plus aigüe que celle de ténor.
(4) Dessus : soprano, la voix la plus aigüe.
(5) Basse: voix la plus grave.


Ensemble Antiphona
Direction : Rolandas Muleika.
Solistes : Timothé Bougon (basse-taille), Coline Bouton (dessus), Charles d'Hubert (haute-contre), Clément Lanfranchi (taille), Raphaël Marbaud (basse), Pierre Perny (taille), Éva Tamisier (dessus), David Tricou (hautecontre).
Orchestre
Saori Sato : Orgue.
Patrick Vivien : Théorbe.
Amélie Boulas : Basson.
Lilan Poueydebat : Serpent.
Juliette Vittu : Violoncelle.
Mathieu Serrano : Basse de violon.
Ophélie Renard : Alto.
Pauline Henric et Anne-Lise chevalier : Violons.
Laura Duthillé et Nathalie Petibon : Hautbois et Flûtes.
Patrick Pages et Fabien Versavel : Trompettes.
Anthony Viandier : Timbales.

● Ensemble Antiphona, Rolandas Muleika (direction) "Grands Motets, Joseph Valette de Montigny".
Label : Paraty.
Distribution : PIAS/Harmonia Mundi.
Sortie : 25 juin 2021.
>> ensemble-antiphona.org

Tournée
17 et 18 septembre 2021 : "Miserere Mei Deus" à l'occasion des Journées du Patrimoine, Toulouse (31).
17 octobre 2021 : "Notre Dame", Rodez (12).
23 ou 24 octobre 2021 : "Canso", Festival Musique Ancienne en Pic Saint Loup et Gorges de l'Hérault, Brissac (34).
4 avril 2022 : "Miserere Mei Deus",Altigone (31).
Juillet 2022 : " Grands Motets - Valette de Montigny", Festival de musique sacrée de l'Abbaye de Sylvanès, Sylvanès (12).

Safidin Alouache
Mardi 21 Septembre 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




    Aucun événement à cette date.
Partenariat



À découvrir

Succès mérité pour CIRCa, le cirque dans tous ses états !

Premier week-end à chapiteaux pleins à Auch sous le soleil occitan pour la 34e édition du festival du cirque actuel. Dans une ambiance éminemment festive, le public avait investi les différents espaces du festival, tant le Dôme de Gascogne et la salle Bernard Turin que les toiles édifiées à proximité ou sur d'autres lieux de la commune gersoise, pour découvrir des propositions artistiques riches et variées, d'une grande diversité de formes et de styles.

On pouvait ainsi apprécier, lors de ces deux premières journées, l'espiègle énergie et la bonne humeur des jeunes acrobates australiens de la Cie Gravity and Others Myths, "PANDAX", le cirque narratif de Cirque La Compagnie, la Cie H.M.G. avec son onirique et carrément magique "080" ou encore "Les hauts plateaux", la création 2019 de Mathurin Bolze/Cie MPTA (Compagnie les Mains les Pieds et la Tête Aussi).

Proposition forte au programme de ce week-end introductif, "Les hauts plateaux" offraient une scénographie originale, mystérieuse et très technique faite de trampolines, de plateaux volants et d'agrès en suspension. Dans une vision aux couleurs d'apocalypse, sur fonds de ruines passées, présentes ou imaginaires, ces hauts plateaux se dessinent comme autant d'îles défiant les lois de la gravité… où des êtres, silhouettes parfois irréelles, artistes de l'aérien, de la légèreté, embrassent d'éphémères, mais sans cesse renouvelés, moments acrobatiques, entre deux équilibres, portés, guidés par les rebonds d'efficaces trampolines.

Gil Chauveau
26/10/2021
Spectacle à la Une

Un large déploiement de créations pour la 29e édition du Festival Marmaille

Pour la vingt-neuvième fois, l'association Lillico organise, dans Rennes, la métropole rennaise et l'Ille-et-Vilaine, le Festival Marmaille, événement consacré à la jeunesse, à l'enfance et à la prime-enfance, mais aussi aux spectacles "tout public" qui se déroulent durant deux semaines. Un festival pluridisciplinaire puisqu'il accueille théâtre, danse, chant, films, etc., dans différents lieux partenaires. Cette diversité permet aux enfants comme aux adultes de tous y trouver leur compte, d'autant que l'axe de programmation vise non seulement l'éclectisme, mais le sens, l'importance du propos autant que le plaisir de l'instant.

L'édition 2021 de Marmaille révèle vingt-deux propositions artistiques destinées à toutes les tranches d'âge puisque certains spectacles s'adressent à des bébés (comme le spectacle "Chuchoterie" pour un public accepté dès la naissance ou "Touche" à partir de 18 mois dont nous reparlerons plus bas). Elle rayonne dans une galaxie de lieux dans Rennes et dans les alentours. Et elle est riche de quatorze créations.

Des créations que Lillico connaît bien pour beaucoup d'entre elles puisqu'une des missions de l'association est d'accompagner tout au long de l'année des compagnies tournées vers le jeune public. Ceci depuis trente-deux. C'est certainement la raison pour laquelle ce festival révèle des propositions d'une très grande originalité et d'une grande valeur artistique. Accompagnés par l'association Lillico et révélés lors de cette quinzaine, ces spectacles continuent leur chemin sur tout le territoire pour des tournées importantes. Vous pourrez certainement en voir programmés près de chez vous.

Peut-être aurez-vous ainsi l'occasion de découvrir "Vendredi", une pièce inspirée de "Robinson Crusoé" de Daniel Defoe, qui s'attache à mettre en images l'évolution de la relation entre Robinson, l'homme civilisé et Vendredi, le sauvage. Dans un décor construit comme une île en miniature, les deux comédiennes qui interprètent les rôles racontent sans un mot le mimétisme dont Vendredi fait preuve face à Robinson, abandonnant ainsi une partie de sa personnalité. Toute cette histoire nous parvient ainsi par le mime, avec une lenteur voulue, comme un rituel moitié absurde, moitié ludique.

Bruno Fougniès
29/10/2021
Spectacle à la Une

"Olympe et moi" Redécouvrir les écrits d'Olympe de Gouges pour mieux envisager les combats restant à mener

Olympe de Gouges, courtisane, royaliste, puis républicaine, insoumise et revendicatrice, connut son heure de gloire avant de mourir sous la lame meurtrière de la Terreur en 1793 et de tomber dans l'oubli. Elle a réapparu à juste titre aux côtés des grandes féministes contemporaines, il y a quelques décennies. Véronique Ataly et Patrick Mons nous proposent une rencontre attachante, généreuse, avec celle-ci où est associée avec intelligence l'actualité de la Femme telle qu'elle est aujourd'hui.

© Philippe Delacroix.
En fond sonore, bruits confus d'une foule probablement en mouvement, séquence révolutionnaire suggérée. Et cette phrase jetée comme une réplique provocatrice aux événements que l'on imagine en cours : "Femmes, quels bénéfices avez-vous tirés de la révolution ?"… telle est l'adresse d'Olympe à la foule… Et le début du singulier spectacle imaginé par Véronique Ataly où une comédienne, Florence, doit interpréter l'Occitane émancipée et insoumise qui cultiva une révolte permanente contre l'injustice et surtout l'hypocrisie.

L'interprète ainsi désignée de la féministe révolutionnaire donne tout de suite la temporalité du récit envisagé : 1793, la montée vers la guillotine d'Olympe de Gouges. Mais si, ici, cette dernière y perdit la tête, pour Florence, c'est de perte de mémoire dont il s'agit, un énorme trou, l'oubli total de son texte sans souffleur pour la secourir, le métier n'existant plus depuis longtemps.

Perte de mémoire contre perte de tête, le procédé pourrait sembler "facile", cousu de fil blanc - j'avoue que telle fut ma première impression -, mais Véronique Ataly, usant avec subtilité et humour de la trame conçue par Patrick Mons à l'aide notamment des différents écrits d'Olympe, va découdre cette facilité avec beaucoup de talent.

Gil Chauveau
15/11/2021