La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
CédéDévédé

Grands motets… Grands moments !

Après trois siècles d'oubli, deux œuvres de Valette de Montigny prennent vie et forme grâce à Rolandas Muleika et l'ensemble Antiphona qui nous font redécouvrir deux joyaux de la musique baroque avec son genre et ses instruments spécifiques.



Comme l'écrit le compositeur et théoricien Sébastien de Brossard (1650-1725) : "ce Valette est un des plus excellents génies que nous ayons et sa musique est excellente". Mais qui est donc "ce Valette" que la postérité, souvent ingrate, n'a pas daigné convoquer aux oreilles de nos contemporains ? Rolandas Muleika, directeur et chef d'orchestre d'Antiphona, s'est attaché à faire redécouvrir deux œuvres de ce compositeur de musique baroque conservées sous forme manuscrite à Toulouse pour "Motet Surge Propera" (1730) et à la bibliothèque nationale de France pour "Motet Salvum me fac Deus" (1730). De ces partitions allongées sur papier, l'ensemble toulousain réussit à nous emporter dans un univers liturgique où les voix de là, et qui semblent de l'au-delà, sont portées superbement par les solistes et le chœur.

Peu d'informations circulent sur Valette de Montigny (1665-1738)). Il est né à Béziers. Voyage à Narbonne, Senlis, Bordeaux, parcourt avec succès l'Angleterre, les Pays-Bas et l'Italie pour finir sous les voûtes de la Basilique Saint-Sernin à Toulouse où il meurt, maître de musique. Ces œuvres, une cinquantaine au total, comptent des motets, des cantiques, des airs sérieux, italiens ou à boire ainsi qu'un tombeau composé pour le duc de Gloucester.

Né en Lituanie, le souffle de liberté qui a abattu le pouvoir soviétique en 1989 amène Rolandas Muleika à Paris où, à vingt-deux ans, il intègre le conservatoire de Musique de Paris et apprend la direction d'orchestre. La volonté et une âme de découvreur chevillées au corps, il se donne pour objectif de faire découvrir les chefs-d'œuvre oubliés d'Occitanie en créant Antiphona en 1996. Cet ensemble vocal est composé de cinq artistes lyriques toulousains et vient s'étoffer pour cet album de trois voix supplémentaires. C'est le deuxième, le premier en 2017 redonnait vie aux manuscrits inédits des Pénitents Noirs.

Nous sommes conviés à un voyage dans un genre musical créé à l'époque médiévale, les motets, tombés depuis en désuétude et qui associent le chant polyphonique à une large palette instrumentale autour d'instruments à vent, à percussion et à cordes. Nous retrouvons le théorbe, ancêtre du luth, et le serpent, grand instrument à vent sinueux inventé vers 1590 par le chanoine d'Auxerre, utilisé dans les chants grégoriens et qui accompagne, pour cet album, le chœur.

Cela débute par un orchestre aux accents presque légers et guillerets accompagné par un violon. Les morceaux se suivent sur des tempos aussi variés que ceux, entre autres, d'une cavalcade de trompettes ou celui très sobre d'un hautbois ou plus triste d'un trio.

Différents tempos sont menés par des récits où taille (1) - Clément Lanfranchi, Pierre Perny -, basse-taille (2) - Timothé Bougon -, haute-contre (3) - Charles d'Hubert, David Tricou -, dessus (4) - Coline Bouton, Éva Tamisier - et basse (5) - Raphaël Marbaud - donnent un éclat certain à chaque morceau, les enveloppant d'une âme où la voix devient le baromètre de tourments et d'une adoration christique. Les tessitures de mêmes registres ou opposés donnent une très belle complémentarité. Alternent, seuls ou accompagnés entre eux, récits, duos, trios, petit chœur et chœur.

Quant à celui-ci, exclusivement Toulousain et nommé Atelier d'Oratorio, c'est un pur émerveillement, soutenu par le serpent, où parfois viennent se détacher les pupitres, comme en canon par vagues successives. Leur puissance laisse peu de place à une indifférence de l'ouïe dans des chants liturgiques où les différentes tessitures vocales se marient comme sel et poivre.

"Nul n'a jamais entendu chanter pareille hymne" comme il est dit dans "Motet Surge Propera". Il aura fallu près de trois cents ans pour réentendre ces deux superbes compositions. C'est une bien belle surprise !

(1) Taille : ténor.
(2) Basse-taille : baryton, voix entre la basse et le ténor.
(3) Haute-contre : contre-ténor, voix plus aigüe que celle de ténor.
(4) Dessus : soprano, la voix la plus aigüe.
(5) Basse: voix la plus grave.


Ensemble Antiphona
Direction : Rolandas Muleika.
Solistes : Timothé Bougon (basse-taille), Coline Bouton (dessus), Charles d'Hubert (haute-contre), Clément Lanfranchi (taille), Raphaël Marbaud (basse), Pierre Perny (taille), Éva Tamisier (dessus), David Tricou (hautecontre).
Orchestre
Saori Sato : Orgue.
Patrick Vivien : Théorbe.
Amélie Boulas : Basson.
Lilan Poueydebat : Serpent.
Juliette Vittu : Violoncelle.
Mathieu Serrano : Basse de violon.
Ophélie Renard : Alto.
Pauline Henric et Anne-Lise chevalier : Violons.
Laura Duthillé et Nathalie Petibon : Hautbois et Flûtes.
Patrick Pages et Fabien Versavel : Trompettes.
Anthony Viandier : Timbales.

● Ensemble Antiphona, Rolandas Muleika (direction) "Grands Motets, Joseph Valette de Montigny".
Label : Paraty.
Distribution : PIAS/Harmonia Mundi.
Sortie : 25 juin 2021.
>> ensemble-antiphona.org

Tournée
17 et 18 septembre 2021 : "Miserere Mei Deus" à l'occasion des Journées du Patrimoine, Toulouse (31).
17 octobre 2021 : "Notre Dame", Rodez (12).
23 ou 24 octobre 2021 : "Canso", Festival Musique Ancienne en Pic Saint Loup et Gorges de l'Hérault, Brissac (34).
4 avril 2022 : "Miserere Mei Deus",Altigone (31).
Juillet 2022 : " Grands Motets - Valette de Montigny", Festival de musique sacrée de l'Abbaye de Sylvanès, Sylvanès (12).

Safidin Alouache
Mardi 21 Septembre 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022


Brèves & Com








À découvrir

"Salle des Fêtes" Des territoires aux terroirs, Baptiste Amann arpente la nature humaine

Après le choc de sa trilogie "Des Territoires", dont les trois volets furent présentés en un seul bloc de sept heures à Avignon lors du Festival In de 2021, le metteur en scène se tourne vers un autre habitat. Abandonnant le pavillon de banlieue où vivait la fratrie de ses créations précédentes, il dirige sa recherche d'humanités dans une salle des fêtes, lieu protéiforme où se retrouvent les habitants d'un village. Toujours convaincu que seul ce qui fait communauté peut servir de viatique à la traversée de l'existence.

© Pierre Planchenault.
Si, dans "La vie mode d'emploi", Georges Perec avait imaginé l'existence des habitants d'un bâtiment haussmannien dont il aurait retiré la façade à un instant T, Baptiste Amann nous immerge dans la réalité auto-fictionnelle d'une communauté villageoise réunie à l'occasion de quatre événements rythmant les quatre saisons d'une année. Au fil de ces rendez-vous, ce sont les aspirations de chacun qui se confrontent à la réalité - la leur et celle des autres - révélant, au sens argentique d'une pellicule que l'on développe, des aspérités insoupçonnées.

Tout commence à l'automne avec l'exaltation d'un couple de jeunes femmes s'établissant à la campagne. Avec le montant de la vente de l'appartement parisien de l'une d'elles, écrivaine - appartement acquis grâce au roman relatant la maladie psychiatrique du frère qui les accompagne dans leur transhumance rurale -, elles viennent de s'installer dans une usine désaffectée flanquée de ses anciennes écluses toujours en service. Organisée par le jeune maire survient la réunion du conseil consultatif concernant la loi engagement et proximité, l'occasion de faire connaissance avec leur nouvelle communauté.

Yves Kafka
17/10/2022
Spectacle à la Une

"Qui a cru Kenneth Arnold ?" Une histoire à dormir… éveillé

Levant la tête vers le ciel, qui pourrait soutenir encore que le monde s'organise autour de la Terre centrale et immobile… depuis que Copernic et Galilée ont renversé magistralement la hiérarchie du système solaire, rejetant notre planète Terre - actrice décatie et déchue - au rang d'accessoire de l'étoile Soleil ? De même qui, de nos jours, pourrait être assez obtus pour affirmer que d'autres formes d'intelligences ne puissent exister dans l'univers… depuis que le GEIPAN (Groupe d'Études et d'Informations sur les Phénomènes Aérospatiaux Non-identifiés) a été scientifiquement créé pour démêler le vrai des infox entourant ces phénomènes ? Le collectif OS'O, la tête dans les étoiles (cf. "X", sa précédente création), s'empare de ce sujet ultrasensible pour apporter sa contribution… "hautement" artistique.

© Frédéric Desmesure.
Dans l'écrin du Studio de création du TnBA, une table avec, pour arrière-plan, un écran tendu plantent le décor de cette vraie fausse conférence sur les P.A.N. Mobilisant les ressources de la haute technologie - bricolée frénétiquement - un (vrai) acteur (faux) conférencier de haut vol, assisté d'une (vraie) actrice (fausse) scientifique coincée dans ses notes, et accompagné d'un (vrai) acteur complice, (faux) journaliste critique, incrusté dans les rangs du public, le maître ufologue va compiler les témoignages venus d'ici et d'ailleurs.

Sur le ton amusé des confidences, le conférencier introduit la session en livrant son étrange vision d'une nuit d'été où, à l'aube de ses quinze ans, à 23 h 23 précises, il fut témoin d'une apparition fulgurante alors qu'il promenait son chien sur une plage… Et, encore plus étranges, les deux heures qui suivirent et leur absence de souvenirs, comme s'il avait été "ravi à lui-même", enlevé par les passagers des soucoupes orange…

Suivent d'autres témoignages reposant eux sur des archives projetées. Ainsi, dans l'état du New Hampshire, du couple Betty et Barney Hill, témoignant "en gros plan" avoir été enlevé par des extraterrestres dans la nuit du 19 au 20 septembre 1961. Ainsi, au sud du Pérou, des géoglyphes de Nazca, photographies à l'appui montrant un système complexe de lignes géométriques seulement visibles du ciel… et ne pouvant avoir été tracées que par des extraterrestres…

Yves Kafka
09/02/2023
Spectacle à la Une

Dans "Nos jardins Histoire(s) de France #2", la parole elle aussi pousse, bourgeonne et donne des fruits

"Nos Jardins", ce sont les jardins ouvriers, ces petits lopins de terre que certaines communes ont commencé à mettre à disposition des administrés à la fin du XIXe siècle. Le but était de fournir ainsi aux concitoyens les plus pauvres un petit bout de terre où cultiver légumes, tubercules et fruits de manière à soulager les finances de ces ménages, mais aussi de profiter des joies de la nature. "Nos Jardins", ce sont également les jardins d'agrément que les nobles, les rois puis les bourgeois firent construire autour de leurs châteaux par des jardiniers dont certains, comme André Le Nôtre, devinrent extrêmement réputés. Ce spectacle englobe ces deux visions de la terre pour développer un débat militant, social et historique.

Photo de répétition © Cie du Double.
L'argument de la pièce raconte la prochaine destruction d'un jardin ouvrier pour implanter à sa place un centre commercial. On est ici en prise directe avec l'actualité. Il y a un an, la destruction d'une partie des jardins ouvriers d'Aubervilliers pour construire des infrastructures accueillant les JO 2024 avait soulevé la colère d'une partie des habitants et l'action de défenseurs des jardins. Le jugement de relaxe de ces derniers ne date que de quelques semaines. Un sujet brûlant donc, à l'heure où chaque mètre carré de béton à la surface du globe le prive d'une goutte de vie.

Trois personnages sont impliqués dans cette tragédie sociale : deux lycéennes et un lycéen. Les deux premières forment le noyau dur de cette résistance à la destruction, le dernier est tout dévoué au modernisme, féru de mode et sans doute de fast-food, il se moque bien des légumes qui poussent sans aucune beauté à ses yeux. L'auteur Amine Adjina met ainsi en place les germes d'un débat qui va opposer les deux camps.

Bruno Fougniès
23/12/2022