Quantcast
La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

Grandiose Berlioz à la Philharmonie

L'Orchestre Philharmonique et le Chœur de Radio France accompagnés par le Chœur de la radio de Cologne, le WDR Rundfunkchor, ont uni leurs forces sous la baguette de Mikko Franck pour offrir un "Requiem" berliozien magistral.



© DR.
© DR.
On ne se lasse pas généralement d'admirer nos orchestres français, dont une élite ravit spécialement cœurs et oreilles à chacun de leurs concerts. De cette élite, l'Orchestre Philharmonique de Radio France est un exemple frappant puisque composé de musiciens parmi les plus doués. Quand ces derniers sont dirigés par leur directeur musical dans une des plus sublimes œuvres au monde, le "Requiem" de Berlioz, alors c'est le paradis assuré pour le distingué mélomane à qui on aura fait ressentir les plus fortes sensations - ce qu'on appelle une grande soirée de communion intense.

Il faut dire que l'œuvre choisie ce soir-là (en un week-end qui célèbre l'anniversaire des chœurs de Radio France) est hors-norme de par sa conception et les moyens qu'elle nécessite. Une apothéose parmi d'autres dans l'œuvre du compositeur né à La-Côte-Saint-André en 1803 ? Non. Berlioz a trente-quatre ans en 1837. Auréolé de la gloire apportée par sa Symphonie Fantastique, le compositeur s'est vu commander par le Ministère de l'Intérieur une messe de requiem pour commémorer la Révolution de 1830 (qui a permis l'accession au pouvoir de Louis-Philippe) et l'assassinat du Maréchal Mortier en 1835 par un terroriste (en lieu et place du roi).

La furor créatrice romantique va s'emparer de lui (1), et le modèle choisi de cette traversée des temps et de l'éternité sera celui de "La divine comédie" de Dante. Le "Requiem" opus 5 de Berlioz - au texte religieux réécrit en partie à des fins d'efficacité dramatique - se tient tel un monument architectural tripartite : des cortèges funèbres pleins d'une tristesse résignée, plaintifs morts pris de terreur sur le chemin terrible du jugement dernier au fracas apocalyptique, marchent jusqu'au châtiment de leurs péchés ou vers le Salut réservé à quelques élus. Trois stations : des cercles de l'Enfer vers le Paradis via le Purgatoire, itinéraire que le public emprunte à la suite des chœurs et des musiciens.

Mikko Franck © Christophe Abramowitz.
Mikko Franck © Christophe Abramowitz.
Composé en trois mois, le "Requiem" va également permettre au compositeur de satisfaire sa passion du gigantisme : pas moins de quatre cents personnes sont mobilisées pour sa création (chanteurs et orchestre) dans l’Église Saint-Louis des Invalides (2). Cette méditation intime et formidable sur la mort des hommes (et ce qui suit) aux possibilités expressives inouïes est pensée enfin pour s'emparer d'un lieu spirituel, l'habiter, en exploiter le potentiel en termes de sonorités en plaçant de façon inédite, en ses quatre coins, quatre fanfares, huit paires de timbales cernant un énorme effectif de bois et cordes et les deux-cents chanteurs prévus. L'élève de Le Sueur (ce dernier meurt cette année-là) renouvelle donc considérablement la tradition française des spectacles grandioses nés avec la Révolution de 1789.

Le choix de la Philharmonie de Paris s'impose donc puisque c'est le temple même de notre religion contemporaine. Mikko Franck, serein et magistral, a choisi en ce vingt-sept avril d'exploiter toutes les ressources de la grande salle Pierre Boulez en plaçant la moitié des ensembles de cuivres au deuxième balcon. À chacune de leurs interventions, l'effet stupéfiant (et comme surhumain) est garanti. Le chef organise le chaos, distille lumières et ténèbres en se faisant peintre de fresque tragique mais aussi peintre subtil d'icônes. Il obtient l'impossible : modulations des climats, suspensions artistes des chœurs, lyrisme austère et déchaînements infernaux de tous en un art consommé des dynamiques et des rythmes. Tout crie vers le Ciel - que le ténor John Irvin et les répons des voix féminines convoquent admirablement dans le "Sanctus", puis les chœurs se raréfiant dans l' "Agnus Dei" final.

Les musiciens du Philharmonique ont porté haut la flamme berliozienne avec un sens de l'expression, des textures et des couleurs, véritablement grand. Ceux des chœurs, aux entrées nettes, aux évanouissements poignants comme aux déferlements splendides ont de surcroît servi avec ferveur et une belle homogénéité ce "Requiem", dont les interrogations métaphysiques inquiètes ne peuvent que toucher les tréfonds de l'être. On ne regrettera que les toux intempestives et incessantes particulièrement insupportables des auditeurs, perturbant les silences méditatifs voulus par Berlioz entre les épisodes du texte liturgique. Un problème récurrent partout, au concert comme à l'opéra, et dont il faudrait se saisir.

© DR.
© DR.
(1) Berlioz écrira dans ses "Mémoires" : "Le texte du Requiem était pour moi une proie dès longtemps convoitée, qu'on me livrait enfin, et sur laquelle je me jetai avec une sorte de fureur." Berlioz, ce lion …
(2) L'ensemble des forces représentait ce soir-là environ deux cent cinquante personnes. La jauge habituelle pour cette œuvre à notre époque.


Concert disponible au podcast sur le site de France Musique.

Le "Requiem" sera donné cet été au Festival de Saint-Denis les 4 et 5 juillet à 20 h 30 (Orchestre National de France dirigé par Valery Gergiev), le 21 août 2018 au Festival Berlioz à la Côte-Saint-André (avec le Jeune Orchestre Européen Hector Berlioz dirigé par François-Xavier Roth) et en 2019 avec l'Orchestre de Paris (à la Philharmonie).

Christine Ducq
Dimanche 13 Mai 2018


1.Posté par Andika le 14/05/2018 15:02
Le requiem de Berlioz sera également donnée par l'ONF au festival de saint denis les 4 et 5 juillet prochain à la basilique. L'ONF sera dirigé pour l'occasion par Gergiev.

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.




    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Ma B.O. en couleurs" Silvano Jo… J'ai la mémoire qui chante…

"Et si pour toi, là bas c'est l'paradis Dis-toi qu'dans leur p'tite tête l'paradis C'est ici hum! C'est ici" Jean-Louis Aubert.
Le paradis c'est, un dimanche, rejoindre quelques amis.

© Laurence Guenoun.
Le paradis, c'est passer quelques instants, masqués, oui ! (Monsieur le président !) À échanger des mots avec quelques invités triés sur le volet. Non pas par prétention, mais par précaution puisque le virus circule et qu'il est, paraît-il, plus virulent, en petit comité.
Le paradis c'est, un dimanche pluvieux, se retrouver pour soutenir un artiste talentueux qui, l'espace d'un instant, transforme son loft en café-théâtre pour partager un spectacle bien vivant.

L'artiste s'appelle Sylvain mais son nom de scène est "Silvano". Et il nous offre, sur une heure, un show truffé de bons mots, de chansons d'aujourd'hui et d'avant, puis de costumes délirants.

Quel plaisir d'assister, presque clandestinement, au bonheur d'un comédien désireux de jouer, de se montrer, et de partager ; le tout accompagné par un musicien charmant et classieux.

Le paradis, pour lui, pour les deux, serait de se retrouver dans un théâtre. Vous savez, le théâtre, ce lieu où des individus de tous les horizons, le soir ou la matinée venus, se rejoignent pour entendre, écouter, savourer des textes d'auteurs, morts ou vivants ? Ces lieux dont on ne sait peu de choses en ce moment, excepté les grands… et encore… on se demande parfois qui ils intéressent vraiment ?

Isabelle Lauriou
05/02/2021
Spectacle à la Une

"Hamlet", encore et toujours dans une "mise en je" de Gérard Watkins

L'ombre fantomatique du vieux Roi légendaire n'est pas prête à laisser en paix les générations qui se suivent, tant les interrogations posées par William Shakespeare sont d'une historicité atemporelle. Désirs de pouvoir et de sexe intimement reliés l'un à l'autre pour les rendre consanguins, trahison et fidélité à un moi idéal déposé en soi par les vœux des pères, guerres des sexes et guerres intestines ou intracommunautaires se recouvrant à l'envi, ce magma incandescent parle en nous comme une matière en fusion à jamais constitutive de l'humain.

© Alexandre Pupkins.
L'auteur et metteur en scène d'"Ysteria", présentée naguère sur ce même plateau du TnBA, s'attaque avec une frénésie palpable à ce monument de littérature. Après avoir minutieusement traduit le texte original pour, tout en en préservant l'authenticité, y injecter dans les plis du discours ses propres motifs, Gérard Watkins propose trois heures et plus d'effervescence permanente. Endossant lui-même le rôle du fratricide et régicide Claudius, il donne le tempo de sa scansion décalée présidant à sa manière si particulière de faire "entendre" le vers shakespearien retraduit.

Collant sinon à la lettre du moins à l'esprit de son illustre prédécesseur, il s'affranchit de la loi des genres pour proposer indistinctement à des femmes les rôles d'hommes et vice-versa. Ainsi le rôle-titre est-il confié non sans un certain bonheur à la tragédienne née qu'est Anne Alvaro, usant avec subtilité des gammes de sa sensibilité à fleur de peau, à la fois hardie et fragile, pour réifier les affres vengeresses du jeune Hamlet. À ceci près cependant que la grande différence d'âge qui la sépare de son personnage peut rendre moins crédible le statut d'Hamlet dont le jeune âge n'est pas étranger à sa problématique au lien paternel et maternel.

Yves Kafka
15/01/2021
Sortie à la Une

J'ai peur de ne pas renouveler mes droits… Eux en ont la certitude

Je suis intermittente du spectacle. Ce n'est pas mon métier, mon métier, c'est comédienne. Intermittente, c'est juste mon régime d'indemnisation du chômage. C'est aussi une pratique d'emploi : je travaille à la mission, souvent avec des contrats très courts, pour différents employeurs. D'où un régime d'indemnisation adapté.

© DR.
J'exerce bien évidemment au théâtre, parfois au cinéma, à la TV ou pour la pub, souvent dans l'événementiel. Je travaille aussi régulièrement dans un lieu culturel important qui n'est pas un lieu de spectacle. Pas mal de mes collègues artistes travaillent aussi dans les parcs d'attractions et de loisir.

Pourquoi ce constat ? Parce que quel que soit le secteur où j'exerce, je travaille régulièrement avec des collègues "extras" de la restauration et de l'événementiel, des professionnels du "catering", des agents d'accueil, de sécurité, et des salariés du tourisme, embauchés à la mission, en CDDU, exactement comme moi. Comme pour moi, leurs secteurs d'activité sont à l'arrêt total. Or, eux, n'ont pas de régime spécifique. Ou plutôt, n'en ont plus (1).

Avec la crise que nous vivons, j'ai bénéficié d'une mesure de maintien de mes droits. Elle est ce qu'elle est, elle est imparfaite, mais l'"année blanche" me garde la tête hors de l'eau jusqu'en août 2021.

Eux, comptent les jours sans travail, pas simplement pour "refaire leurs heures", mais parce que chaque jour qui passe est un capital (2) qui s'effrite - quand ils n'ont pas déjà eu la malchance de perdre leurs indemnités avant la crise, suite à la réforme monstrueuse de 2019 (3). Leur indemnité chômage s'épuise sans se recharger depuis 10 mois. Pour beaucoup d'entre eux, c'est déjà le RSA.

Rébecca Dereims, Comédienne
19/02/2021