La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

Grandes pointures pour "Le Roi Arthus" de Chausson

Entrée au répertoire à l'Opéra national de Paris du "Roi Arthus" d'Ernest Chausson, un siècle après sa création, une œuvre très attachante à découvrir absolument. En dépit d'une mise en scène contestable, on peut y entendre une troupe de chanteurs fabuleux dans cette originale (et méconnue) exploration du mythe arthurien et sa partition aux sortilèges magnifiés par la direction de Philippe Jordan.



© Andrea Messana/Opéra national de Paris.
© Andrea Messana/Opéra national de Paris.
Pour une œuvre quasi inconnue du grand public, l'unique opéra du compositeur du "Poème de l'amour et de la mer" peu enregistré (1), très peu monté (2), la nouvelle production de l'Opéra de Paris constitue un des événements de la saison. D'abord parce que les chanteurs invités constituent la fine fleur actuelle et l'aimant de nos scènes lyriques : Thomas Hampson en Roi Arthus, Roberto Alagna en Lancelot, Sophie Koch en Genièvre (oui, comme l'eau-de-vie), Peter Sidhom en Merlin, accompagnés des jeunes interprètes les plus accomplis tels Stanislas de Barbeyrac ou Cyrille Dubois (Victoire de la Musique 2015) dans une courte mais saisissante apparition en Laboureur - pour ne citer qu'eux. Une distribution de haute volée et autant de prises de rôles.

Était attendue aussi la direction du chef Philippe Jordan pour défendre - et ce fut indéniablement avec intelligence et inspiration - la vision singulière du mythe arthurien d'Ernest Chausson, auteur aussi du livret pour un opéra créé dans la douleur pendant sept ans à partir de 1887 - un accouchement difficile comme souvent chez lui. Comment échapper à l'emprise du Maître de Bayreuth, Commandeur idolâtré et haï par tous les compositeurs dans ce dix-neuvième siècle finissant ? À écouter cette riche partition orchestrale wagnérisée, les réminiscences harmoniques et mélodiques abondent, évoquant le compositeur allemand irrésistiblement - même si elle ne l'égale jamais tout en se hissant à son niveau en maints endroits. Si le long duo de Lancelot et Genièvre à l'acte II est démarqué du "Tristan", comme celui de Lancelot agonisant et du roi à l'acte III - le final évoquant aussi un peu "Parsifal" -, il s'agit pourtant d'une œuvre originale.

© Andrea Messana/Opéra national de Paris.
© Andrea Messana/Opéra national de Paris.
Opéra de petit format (moins de trois heures), la récurrence de thèmes et fragments mélodiques (non les leitmotivs mais la fameuse forme cyclique due à son mentor César Franck) et l'intention en font bien une œuvre personnelle avec son orchestration aux riches couleurs dans laquelle les voix se fondent subtilement. Ici, il ne s'agit pas de chanter les prestiges de la Nuit et l'extase de la disparition dans le Tout cosmique comme dans "Tristan", mais plutôt une quête malheureuse et inquiète de la Lumière divine éternelle. Alors que Arthus (3) vient de défaire les Saxons (dans le passé mythique de la christianisation de l'Angleterre) et se félicite de l'utopie devenue réelle de l'esprit de la Table Ronde, le Mal a déjà gangrené le rêve au début de l'acte I.

Le metteur en scène anglais Graham Vick fait le choix d'une actualisation du mythe mais passe complétement à côté de son sujet, celui d'une quête mystique et poétique de chevaliers chrétiens prisonniers de leurs sens et de leurs passions. C'est la malédiction de la passion charnelle qui ferme le Ciel, trahit loyauté, fidélité et foi jurée pour Lancelot et Mordred. Ici, ils deviennent des soldats de retour d'Irak ou d'Afghanistan victimes de leurs illusions - celles-ci matérialisées par deux toiles peintes : une au sol figure une prairie fleurie, une autre l'horizon d'où Camelot s'élance sur une colline. Ce décor factice disparaîtra dans les ténèbres, en ruine et consumé tel ce canapé rouge façon "Mad Men" trimballé hors et dedans un chalet suisse en construction des plus ridicules pendant trois actes. Au soir de la première, les sifflets ont sanctionné un tel manque d'inspiration.

© Andrea Messana/Opéra national de Paris.
© Andrea Messana/Opéra national de Paris.
Mais les beautés réelles de la partition soutenues par un Orchestre de l'Opéra de Paris habité et l'excellence des chanteurs ont déchaîné l'enthousiasme du public. Le Lancelot de Roberto Alagna avec son timbre éclatant et solaire, sa diction impeccable et son engagement héroïque, séduit vraiment. Si on peut regretter d'abord l'absence d'introspection dans les ténèbres du personnage, son pouvoir de fascination culmine dans le très bel acte III avec la confession de sa faiblesse au roi (celle des amours coupables avec la reine Genièvre éternelle Eve marquée par le péché) et la profession de foi réitérée à leur idéal. Le Roi Arthus du grand baryton Thomas Hampson impressionne, la noblesse de l'artiste profitant évidemment au personnage. Confiance, révolte puis désespoir résigné, tout est beau, tout frappe au cœur. Le duo avec le Merlin de Peter Sidhom - impressionnant de charisme comme toujours - atteint des sommets. Une scène véritablement hypnotique et déchirante et l'apogée de la soirée.

L'écuyer Lyonnel de Stanislas de Barbeyrac (sorte d'épigone de Brangäne) et le Laboureur de Cyrille Dubois nous offrent d'autres moments en apesanteur, pleins de grâce et d'un plaisir aigu. Le personnage de Genièvre (un rôle bien peu aimable) est défendu avec émotion par la mezzo Sophie Koch avec sa voix tissée de couleurs précieuses (mais dont on peut parfois déplorer un souci d'homogénéité). Notons aussi le Mordred d'Alexandre Duhamel donnant une complexité torturée bienvenue au neveu félon de l'intrigue. Une production de très grande qualité dont on se souviendra.

© Andrea Messana/Opéra national de Paris.
© Andrea Messana/Opéra national de Paris.
Notes :
(1) Il existe une version dirigée par Armin Jordan au CD.
(2) Citons quand même la production de Keith Warner à l'Opéra national du Rhin l'an dernier.
(3) "Arthus" nom archaïque préféré à Arthur, l'opéra se faisant enluminure symboliste à la manière d'un Aubrey Beardsley ou d'un Burne-Jones.


Prochaines représentations : du 22 mai jusqu'au 14 juin 2015 (Les 8, 11 et 14 juin Lancelot sera chanté par Zoran Todorovich).

Opéra national de Paris, 08 92 89 90 90.
Place de la Bastille Paris 12e.
>> operadeparis.fr

© Andrea Messana/Opéra national de Paris.
© Andrea Messana/Opéra national de Paris.
"Le Roi Arthus" (1903).
Drame lyrique en trois actes.
Musique et livret d'Ernest Chausson (1855-1899).
Durée : 3 h 35 avec entractes.

Philippe Jordan, direction musicale.
Graham Vick, mise en scène.
Paul Brown, décors et costumes.
Adam Silverman, lumières.
José Luis Basso, Chef des Chœurs.

Sophie Koch, Genièvre.
Thomas Hampson, Arthus.
Roberto Alagna, Lancelot.

© Andrea Messana/Opéra national de Paris.
© Andrea Messana/Opéra national de Paris.
Alexandre Duhamel, Mordred.
Stanislas de Barbeyrac, Lyonnel.
François Lis, Allan.
Peter Sidhom, Merlin.
Cyrille Dubois, Le Laboureur.
Tiago Matos, Un Chevalier.
Ugo Rabec, Un Ecuyer.
Vincent Morell, Nicolas Marie, Julien Joguet, Florent Mbia, Soldats.
Sophie Claisse, Irina Kopylova, Laure Verguet, Anne-Sophie Ducret, Marina Haller, Soprani Solistes.

Orchestre et Chœurs de l'Opéra national de Paris.

Retransmission sur France Musique le 6 juin 2015.
Diffusion ultérieure sur Culture Box et France 2.

Christine Ducq
Vendredi 22 Mai 2015

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.









À découvrir

"La petite fille de monsieur Linh" Tenter de donner une raison à la vie… à l'exil

Après déjà plusieurs années d'exploitation et de succès, Sylvie Dorliat reprend le très touchant conte de Philippe Claudel, "La petite fille de monsieur Linh", qu'elle a adapté pour la scène et qu'elle interprète. Une bonne occasion de découvrir ou de revoir ce spectacle lumineux et délicat parlant avec humanité tant de l'exil, de la mort, de la folie que de l'amitié et de l'espoir d'une nouvelle vie.

De la guerre, de la fuite, de l'exil peut naître la folie. Lorsque l'on a vu sa famille, tous ceux que l'on aime se faire tuer, quand on a tout perdu, perdre la raison peut devenir un refuge, un acte de survie, une tentative désespérée de renaissance en s'inventant une nouvelle histoire…

Guerre, mort, fuite inéluctable pour un espoir de survie, triviale association caractérisant chaque jour toujours plus notre monde… Bateau, exil, nouvelle contrée inconnue, centre d'hébergement, accueil pour vieil homme et petite fille. Pays nouveau, pays sans odeur, sans les odeurs colorées et épicées de son Asie natale, peut-être le Vietnam ou le Cambodge.

Tout commença un matin où son fils, sa belle-fille et sa petite fille s'étaient rendus dans les rizières. Cette année-là, la guerre faisait rage. Ils sont tués durant leur travail. Tao Linh récupère sa petite fille, Sang diû (Matin doux) 10 mois - elle a les yeux de son père (son fils), dit-il - et entreprend une épuisante traversée, à l'horizon une terre occidentale. Apprivoiser ce nouveau pays, ces gens inconnus, cette promiscuité dans ce centre d'accueil pour émigrés. Puis, au bout d'un moment, se résoudre, se décider à sortir pour découvrir cette ville qui l'accueille.

Dans un parc, assis sur un banc, et l'arrivée de monsieur Bark. Premier contact, et les prémices d'une nouvelle amitié. Ils parlent de leur femme (mortes). Parle de la guerre, celle à laquelle a participé Bark dans le pays de Linh. Bark l'invite au restaurant, lui offre un cadeau, une robe pour la petite. Tao Linh va être déplacé mais dans la même ville. Se retrouve dans une chambre… Enfermement…

Gil Chauveau
09/09/2020
Spectacle à la Une

"Les Dodos" Virtuoses aux agrès comme aux guitares… pour des envolées poétiques et musicales, sensibles et rebelles !

Quel point commun peut-il y avoir entre un dodo, gros oiseau incapable de voler - et plutôt maladroit - et un acrobate ? L'inconscience naïve pour le premier, qui le conduisit à sa disparition, l'inconscience maîtrisée - avec une peur raisonnée pour la sécurité - qui le mène vers le spectaculaire et la performance virtuose pour le second... C'est en résumé l'étonnante création de la compagnie Le P'tit Cirk qui s'articule autour de la musique et de l'envol avec la guitare comme partenaire privilégié, instrument musical ou agrès des plus surprenants !

Fondé en mars 2004 sur les projets de Danielle Le Pierrès (Archaos, Turbulence, Cie Goudard, Rmi-Rayazone, Cirque Plume, etc.) et de Christophe Lelarge (Cirque du Soleil, Turbulence, Cie Goudard, Rmi-Rayazone, etc.)*, le P'tit Cirk est basé dès sa création à Lannion en Bretagne. Cette implantation correspond à une démarche artistique volontaire de long terme afin d'être acteur de la vie culturelle du Trégor, de partager et de transmettre leur passion, et d'aller à la rencontre d'un public qui n'a pas forcément l'occasion ou la demande de découvrir cette forme d'approche de travail envers le cirque. Le spectacle "Les Dodos" est la sixième proposition de la compagnie.

Cette dernière création (en tournée depuis trois ans) confirme, si besoin était, leur statut de compagnie majeure dans le paysage du cirque de création à l'échelle européenne… et leur ouverture permanente à différentes pistes… de cirque. Chez les membres du P'tit Cirk, le sens du collectif, le côté pur, brut et extra-ordinaire de l'exploit sont aussi importants et incontournables que le jeu d'acteur, la mise en piste, la lumière et la scénographie. La performance est là mais n'occulte en rien la trame poétique présente à chaque instant.

Gil Chauveau
17/09/2020
Sortie à la Une

"Cabaret Louise" Cabaret foutraque et jouissif pour s'indigner encore et toujours !

Grandes ignorées de nos scolarités boutonneuses, la Commune et l'une de ses figures majeures, Louise Michel, sont tirées du passé et ici convoquées à une célébration festive et effrontée, bâtie sur des fondations soixante-huitardes bienfaisantes, où se réunissent de manière intempestive, ou pas, Rimbaud, Hugo, Léo et Théophile Ferré, Louise Attaque, Johnny Hallyday, Jules Ferry et Adolphe Thiers, etc., prenant vie grâce aux joyeux jeux virtuoses de Charlotte Zotto et Régis Vlachos.

En une forme de cabaret drolatique, foutraque, jouissif et impertinent, est rendu hommage à la révolte, à l'espérance d'une toujours future révolution, au souvenir de celles qui ont eu lieu - sans malheureusement toujours beaucoup d'efficience -, à celles et ceux - communards ou soixante-huitards - qui les imaginèrent sur le terreau de folles utopies. Régis Vlachos nous offre à nouveau un insolent et hilarant éloge d'une nouvelle rébellion à inventer, nous incitant, dans le respect de nos libertés individuelles, à nous indigner encore et toujours.

Cet hommage audacieux et - forcément - libertaire est associé subtilement, dans un intelligent second plan et en un judicieux contrepoint, à nos désespérantes actualités. Et, tour de force réussi, est généré, en complément inattendu et croustillant, une approche de mise en abyme conjugale du couple tentant de représenter le spectacle tout en l'interrompant de tempétueuses disputes, de tentatives de réconciliation… ou de négociation de définitive séparation... Instillant ainsi dans tous les tiroirs narratifs, une revendication féminine et féministe émanant historiquement de Louise Michel et, dans une contemporanéité militante, celle de la femme d'aujourd'hui que sont les comédiennes Charlotte Zotto et Johanna Garnier.

Gil Chauveau
31/08/2020