La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Cirque & Rue

Golgota… Scènes de Passion du Flamenco et du Théâtre, entre gravité et légèreté

"Golgota", Théâtre du Rond-Point, Paris

Bartabas construit un puzzle artistique où la Danse et le Théâtre s’allient avec humour au couple homme-cheval dans un drapé où la religion est parfois taquinée avec espièglerie. Avec le danseur chorégraphe Andrés Marín, le spectacle décline différentes scènes où la gravité se dispute à la légèreté.



Golgota © Nabil Boutros.
Golgota © Nabil Boutros.
Golgotha est le lieu situé à l’extérieur de Jérusalem où les romains crucifiaient les condamnés. C’est à cet endroit, d’après les évangiles, que le Christ aurait été crucifié. La localisation exacte de ce lieu n’a pas été trouvée. Aussi, entre la légende et la religion, c‘est tout un panel artistique que propose Bartabas avec le chorégraphe-danseur Andrés Marín.

Dans "Golgota", Bartabas prend le parti-pris de mêler le silence à l’humour, le recueillement à l’espièglerie, la légèreté à la gravité dans un cadre où la liturgie apparaît de façon intermittente.

Bartabas n’est à aucun moment dans l’esbroufe ou dans le cabotinage. Préférant le silence au bruit, le repos des chevaux à leur galop, il allie différents rythmes autant théâtraux que dansés.

De ces chevaux, de l’aspect équestre, il y a un dressage assurément de l’homme sur l’animal mais ce n’est pas cela que Bartabas veut montrer. C’est bien autre chose. C’est cette relation entre l’homme et son cheval, cette complicité, ce vivre-ensemble entre Culture et Nature, Culture, incarnée par l’homme, et Nature, incarnée par les chevaux, comme frères de souche, sans que l’un ne se fasse au détriment de l’autre.

Golgota © Nabil Boutros.
Golgota © Nabil Boutros.
Les scènes semblent simples dans leur exécution artistique. Mais ce qui fait l’originalité du spectacle, la force de "Golgota", c’est sa composition. Ce sont ces différentes scènes orchestrées savamment pour faire cohabiter différents Arts : Théâtre, Danse et Équestre. Les scènes sont nourries d’originalité. Elles recèlent toutes, ou presque, une pointe d’espièglerie, d’humour, de jeu, accompagnées de mises en scène toujours théâtrales. Andrés Marín joue un crucifié, un remake sans doute de la Passion du Christ, cloué à sa croix, seul et sans secours. La barbe de plusieurs jours fait penser indubitablement au Christ. Rien de sacrilège dans l’exercice si tant est qu’il y aurait sacrilège si l’Art se mêle de se piquer de religion.

Ces jeux de pieds, de palmas, ces mains qui tapent sur le thorax et les cuisses dans les solos d’Andrés Marín restent dans le domaine du beau, de l’agréable, du Flamenco, de l’Art. Soit. Mais ce qu’apporte Andrés Marín, c’est bien autre chose. Palmas et taconeos restent les deux axes, et, ce, quelque soit le compas, de tout solo de Flamenco. Ce qui devient original, c’est quand Andrés Marín porte la petite scène sur laquelle il va faire ses solos comme sa croix, sa pénitence, sa délivrance. Ce qui devient intéressant, c’est quand les taconeos, normalement effectués par les membres inférieurs du danseur, deviennent des tapotements de doigts chaussés de revêtements cloutés. L’exercice ne semble pas complexe à effectuer. Il est juste original et donne un cachet, une touche, une originalité au spectacle.

Golgota © Nabil Boutros.
Golgota © Nabil Boutros.
De bout en bout, la prestation artistique est agréable, avec des pauses toutefois un peu trop longues. Comme des tranches de scènes que Bartabas souhaitait faire attendre pour leur donner plus de force. Tout s’encastre dans des moments, parfois, un peu trop hachés par le silence, par la pause, par le "recueillement".

Il y a aussi ce "valet", ce "servant", nain de son état en la personne de Pierre Estorges pour donner à sa charge une valeur plus que symbolique, plus que marginale à son statut et qui allume les cierges en début de spectacle, faisant des signes de croix de moins en moins assassines quand le spectacle commence. Il représente la marginalité, l’Autre que nous délaissons. Il est pourtant l’élément presque central, par ses interventions, sa présence qui apporte aux scènes des touches comiques, toujours décalées, bousculant un "centre", souvent en milieu de scène, toujours assis ou en appui, souvent droit, sûr de son état, incarné par Bartabas et Andrés Marín.

Bartabas fait de son spectacle, un lieu nourri de dissymétries où la marge, incarnée par Pierre Estorges, bouscule le centre, incarné par Andrés Marín et Bartabas, ces derniers toujours dans un tempo, dans un ordonnancement que le hasard ne bouscule pas. Tout est rythme, sonorité, lumière diffuse. C’est l’ordre taquiné par le désordre, le rythme bousculé par la dissymétrie. Le tout est fait dans un concert harmonieux de gestes, à la fois animal, artistique et humoristique.

Le Geste, toujours théâtral, est l’élément central du spectacle. Un Geste qui s’habille à la fois de légèreté et de gravité, de vitesse et de "lenteur". Le puzzle artistique est réussi avec des pièces de Danse, de Théâtre et d’Humour qui s’imbriquent sans à coup. C’est l’homme qui se fait animal, cavalier qui se fait danseur, valet qui devient maître. Les rôles sont inversés.

Aller voir un spectacle de Bartabas est toujours surprenant. Silences et pauses rythment le séquencement des scènes. C’est la gravité et la légèreté qui drapent un spectacle où les scènes s’habillent de beaucoup d’humour.

"Golgota"

Golgota © Nabil Boutros.
Golgota © Nabil Boutros.
Un spectacle de Bartabas.
Chorégraphie et interprétation : Andrés Marín.
Assistante à la mise en scène : Anne Perron.
Musique : "Motets pour voix seule" deTomás Luis de Victoria.
Chant : Christophe Baska (contre-ténor).
Cornet : Adrien Mabire.
Luth : Marc Wolff.
Jeu : Pierre Estorges.
Avec les chevaux Horizonte, Le Tintoret, Soutine, Zurbarán et l’âne Lautrec.
Soins des chevaux : Clémence Plesse, Sophie Guéritée, Clara Chevalier.
Durée : 1 h 15.

Du 14 avril au 11 mai 2014.
Mardi, mercredi, vendredi et samedi à 20 h 30, dimanche à 15 h.
Théâtre du Rond-Point, Salle Renaud-Barrault, Paris 8e, 01 44 95 98 21.
>> theatredurondpoint.fr

Tournée
22 au 27 mai 2014 : La Coursive, Scène nationale de La Rochelle (17).
2 au 7 juin 2014 : Odyssud, Blagnac (31).
22 au 28 juin 2014 : Les Nuits de Fourvière, Lyon (69).
3 au 5 juillet 2014 : Les Estivales de l’Archipel, Perpignan (66).
15 au 19 juillet 2014 : CNCDC, Châteauvallon (83).
26 et 27 juillet 2014 : Festival Vaison Danse, Vaison-la-Romaine (84).
17 au 20 septembre 2014 : Festival Torino Danza, Turin (Italie).
26 au 28 septembre 2014 : La Filature, Scène nationale de Mulhouse (68).
5 au 8 novembre 2014 : Le Quartz, Scène nationale de Brest (29).
14 au 19 novembre 2014 : Anthéa Antipolis, Théâtre d’Antibes (06).
6 au 15 février 2015 : Opéra National de Bordeaux (33).
26 au 28 février 2015 : Théâtre Municipal, Béziers (34).
27 mars au 1er avril 2015 : Le Phénix, Scène nationale de Valenciennes (59).

Safidin Alouache
Lundi 28 Avril 2014

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives




    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Entendre le théâtre… Un voyage sonore dans le théâtre français au XXe siècle

Le théâtre, au-delà de la scène, du plateau, de l'expression et des mouvements de ses protagonistes, de la représentation imagée, symbolique, imaginée des décors, c'est le texte, les sons, la musique et la voix, les voix… Le théâtre peut donc être écouté… et a été écouté ! Dans l'exercice de son rôle patrimonial, la BnF (associée au CNRS) crée un site et une série de podcasts dédiés à la dimension acoustique de cet art.

Entendre le théâtre… Un voyage sonore dans le théâtre français au XXe siècle
Le théâtre est bien évidemment un art évolutif, en perpétuelle mutation. La manière dont on le perçoit a changé quand lui-même bouleverse en permanence ses manières de représentation, ses codes, ses modes internes d'expression. Mais quel était-il au XXe siècle ? Comment l'a-t-on écouté ? Comment l'entendait-on ? Comment y parlait-on ?

La Bibliothèque nationale de France et le CNRS s'associent donc pour explorer, grâce à des archives exceptionnelles et souvent inédites, la diversité des voix et des sons du théâtre, ainsi que leurs évolutions dans la seconde moitié du XXe siècle. De Jean Vilar à Rosy Varte, en passant par Habib Benglia, Antoine Vitez ou encore Maria Casarès, on y découvre ou redécouvre les voix puissantes, profondes et singulières de celles et ceux qui ont marqué les différentes scènes françaises.

Sous l'influence de la radio, du cinéma, ou encore du cabaret, les scènes françaises se sont mises, dans les années cinquante-soixante, à exposer de nouvelles façons, plus accessibles, de dire les textes dramatiques, tandis qu'étaient explorés de nouveaux territoires de l'oralité. Ce sont ces différents aspects, novateurs à l'époque, que permet de découvrir le site "Entendre le théâtre".

Gil Chauveau
25/02/2020
Spectacle à la Une

"Où sont passés vos rêves ?" d'Alexandre Prévert, en public au Bataclan

Captation intégrale "Où sont passés vos rêves ?" est le nouveau stand-up classique écrit et interprété par Alexandre Prévert, jeune pianiste de 23 ans, accompagné par le groupe Believe et le label Naïve. Ce jeune Savoyard talentueux, diplômé du Conservatoire de Paris, associe à une originalité créative le piano et les grands compositeurs, l'humour, la poésie, les échanges avec le public et les anecdotes historiques. Joyeux et virtuose, son spectacle est une pause rafraîchissante qui sied bien au contexte actuel un chouia anxiogène !

Ce spectacle est une invitation à rire ensemble de nos petites histoires personnelles et de notre grande Histoire commune, en les partageant sans complexe à travers les codes du stand-up, de la musique classique et de la poésie.

Pour cette nouvelle saison, Alexandre Prévert vous propose un voyage dans le temps et dans l'Histoire à travers les rêves d'amour de Verlaine et de Liszt, les rêves de révolution de Beaumarchais et de Mélenchon, le rêve d'égalité de Martin Luther King ou encore le rêve d'un nouveau Monde partagé par Gérard et Christophe Colomb !

Sur votre route, vous pourrez également croiser Mozart, Apollinaire, Leonardo DiCaprio, Renaud, Schubert, Montaigne, Booba et Kaaris, Chopin, et même Napoléon III dans un Airbnb...

Alors, où sont passés vos rêves ?

Gil Chauveau
27/03/2020
Sortie à la Une

"Comment va le monde ?" de Marc Favreau, mise en scène de Michel Bruzat, avec Marie Thomas

Captation intégrale Proposée par RBD Productions, le Théâtre de la Passerelle (Limoges) et le Théâtre Les Déchargeurs (Paris), "Comment va le monde ?" a été filmé en 2017 dans ce théâtre parisien. Il s'agit d'une création de Marie Thomas permettant de découvrir les textes et de rendre hommage à Sol, le clown clochard imaginé et interprété pendant plus de quarante ans par le québécois Marc Favreau (1929-2005).

Parce qu'il a toujours eu envie de protéger la terre, Sol, pétrisseur, jongleur de mots, à la diatribe philosophique et humoristique, s'évade. Lui, il n'a rien, ce clown naïf nous fait partager sa vision du monde, il joue avec les maux/mots de la terre. La grande force de Sol, c'est de n'être rien, ça lui permet de jouer à être tout. Simplicité, liberté, folie, note bleue mélancolique dans les yeux.

"On est tous Sol seul au fond de soi et qu'il est le pôvre petit moi de chacun. Il se décarcasse pour que la vérité éclate. Il n'a pas d'amis, rien que des mots, il débouche sur la poésie pure. Liberté.

"Il est le plus petit commun dénominateur, c'est-à-dire qu'il a en lui, quelque chose de chacun de nous. Tout le monde finit par se reconnaître en lui. Pourquoi ? Un exemple de qualité, sans emphase, sans ostentation, avec humilité. Il insuffle au langage une énergie. Poète philosophe, médecin de l'esprit, menuisier, jardinier, autodidacte. Dans une époque secouée par toutes sortes de crises, cultivé, il transcende avec un grand éclat de rire. As du cœur, poète, rêveur, il rejoint le clown et l'Auguste. On s'enrichit à son contact. Enfant, il va jusqu'à l'absurde et dissèque ce petit peuple de tous les jours. Ce n'est pas une mise en accusation mais un constat témoin, malin. Il pose les questions, soulève des interrogations. Il est plus que jamais nécessaire de faire entendre les mots de ce clown/clochard, humaniste, qui nous parle de l'état de la planète, de la consommation.

"Et Marie Thomas lève la tête comme si le ciel lui parlait. Elle ne ressemble à personne, c'est fou comme j'aime. J'aime sa gaieté et sa mélancolie, ce vide et ce plein en elle. Un clochard aux traits d'un clown triste s'en va faire son "parcours" au milieu des mots. Il recrée tout un langage qui distrait le quotidien de sa banalité. Il dissèque la société et ses multiples aveuglements. Un marginal qui découvre le monde et le recompose avec humour. Tout est tourné en dérision avec délicatesse." Michel Bruzat, metteur en scène.

Gil Chauveau
26/03/2020