La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Danse

"Giselle" Grand classique et toujours aussi moderne !

Dans le cadre de la série "TranscenDanses" qui se déroule au Théâtre des Champs-Élysées, le Ballet de l'Opéra national d'Ukraine présente l'intemporelle "Giselle". Reprenant la version de Marius Petipa, la compagnie nous propose, dans une scénographie à la tonalité autant moderne que champêtre, une histoire d'amour auréolée de rivalité où la beauté artistique de la danse classique nous emporte vers une trame imaginaire.



© Xsenia PhotoArt.
© Xsenia PhotoArt.
C'est le chef-d'œuvre et l'une des créations les plus connues du répertoire des ballets romantiques. "Giselle" est reprise au fil des années depuis presque déjà deux siècles. Avec la plus ancienne chorégraphie connue et répertoriée, cette œuvre a pour compositeur musical Adolphe Adam (1803-1856) et, comme librettistes, Théophile Gautier (1811-1872) et Jules-Henry Vernoy de Saint-Georges (1799-1875). Saint-Saëns (1835-1921) considérait la composition d'Adolphe Adam comme un "pur chef-d'œuvre".

Sa première représentation a eu lieu le 28 juin 1841 à Paris. La chorégraphie originale est de Jean Coralli (1779-1854) et de Jules Perrot (1810-1892). La version présentée par le Ballet national d'Ukraine est celle de Marius Petipa (1818-1910), datant de 1887, qui marque le début d'une approche moderne de cette création et qui perdure encore aujourd'hui.

"Giselle" est composée de deux actes. Le premier est celui où notre protagoniste principale (Natalia Matsak ou Kateryna Alaieva) tombe amoureuse du duc d'Albrecht (Oleksii Potomkin ou Sergii Kryvokon) qui a déjà une fiancée et qui se garde de dévoiler son titre de haute noblesse. Giselle a un autre prétendant, Hilarion (Kostiantyn Pozharnytskyi). De cette rivalité amoureuse naît la jalousie d'Hilarion qui délivre à notre héroïne ces informations. Les découvrant, elle en meurt.

Le second acte fait place aux Willis, esprits vengeurs des fiancées délaissées par leurs amants infidèles. Mi-nymphes mi-démons, elles sont des figures empruntées au recueil "De l'Allemagne" (1835) d'Heinrich Heine (1797-1856). Dans ce même acte, on y trouve le désespoir du duc d'Albrecht et le pardon de Giselle. Le spectacle est un entrelacement d'espoir, d'amour, de rencontres, d'attente, de déception. La vie ouvre la première partie comme la mort la seconde. Elles sont les deux versants d'une histoire d'amour avec son côté rayonnant et sa partie sombre.

Deux séquences aux atmosphères bien différentes. Dans la première, c'est gai, enjoué et coloré. Un ensemble de paysannes habillées de couleur ocre assez vives composent le tableau donnant un certain enthousiasme. Il y a du mouvement, de la vie avec celles-ci, procurant un air joyeux et presque léger à la représentation. Nous sommes dans différentes tonalités de couleur, mais aussi d'humeur. À l'entame du spectacle, le duc d'Albrecht apparaît. On y découvre une maisonnée côté cour et une autre côté jardin. Des lumières colorées dans des timbres légèrement chauds balaient les planches. Nous sommes dans un ballet des plus romantiques avec, pour la première partie, une scénographie des plus champêtres et, pour la seconde, un décor bleu sombre porté par la blancheur des tutus.

Il y a de très jolies envolées aériennes des danseuses pour incarner l'esprit des Willis avec leur reine Myrtha (Kateryna Kurchenko). Dans un très beau tableau, elles semblent suspendues dans les airs dans des mouvements où la scène est balayée par leurs différents passages. À l'opposé de ce qu'elles représentent, telles de claires libellules dans la noirceur de la mort, les Willis donnent une légèreté et une fraîcheur à la fable. Le blanc dont elles sont revêtues, dans un lieu aussi sombre que celui de la mort, est comme une incarnation de la pureté, celle sans doute d'une fidélité de l'amour à toute épreuve. Il n'y a pas de duel, sauf celui d'une rivalité amoureuse. Les épées ne sortent pas de leur fourreau, ni les poings et le sang ne coule pas non plus.

On y découvre aussi quelques autres très beaux tableaux comme celui où le duc d'Albrecht se recueille sur la tombe de Giselle. C'est à la fois théâtral, tendre et poignant. La musique participe à un rythme où alternent instruments à vents et percussions donnant une vigueur et un tempo à une histoire qui oscille entre amour et rivalité accompagnée d'une trame imaginaire qui la fait basculer dans le conte.

© Xsenia PhotoArt.
© Xsenia PhotoArt.
Les chorégraphies sont superbes de grâce et de légèreté où l'on retrouve les positions de la danse classique avec ses fondamentaux tels que, entre autres, les arabesques, les cabrioles, les pas chassés, les séries de pointes et les ballons. La composition d'Adolphe Adam l'accompagne par sa vigueur mais aussi par quelques petites touches pour rendre musicaux des éléments aussi anodins que des tapes sur la porte ou, profonds, comme les atermoiements et les pensées d'Hilarion.

Marius Petipa a mis un soin particulier aux pas de deux que l'on découvre avec Kateryna Kurchenko, Dariia Manoilo, Tymofiy Bykovets et Maksym Bilokrynytskyi. Cela apporte une rupture dans la représentation avec une mise en relation de personnages qui apporte un éclairage plus axé sur la narration dansée du spectacle en donnant à voir une complicité amoureuse entre nos protagonistes. Les arabesques et les pas chassés se suivent quand les pointes ou les plats de pied accompagnent, entre autres, ceux-ci.

Sur le jeu théâtral, le mime, plus en retrait et dans sa plus simple expression, est porté par une gestuelle très marquée, sans qu'une authenticité s'en dégage pour autant. Les sentiments et les émotions de nos protagonistes sont en effet incarnés par la musique et par les chorégraphies, toujours aussi intemporelles, de Marius Petipa.

"Giselle"

Natalia Matsak © DR Opéra national d'Ukraine.
Natalia Matsak © DR Opéra national d'Ukraine.
Chorégraphie : Marius Petipa, d'après Jules Perrot et Jean Coralli.
Livret : Théophile Gautier, Jules-Henri Vernoy de Saint-Georges, Jean Coralli, d'après "De l'Allemagne" d'Heinrich Heine.
Musique : Adolphe Adam.
Maître de ballet : Kostyantin Sergieiev.
Décors et costumes originaux : Tetiana Bruni.
Costumes nouveau design : Malva Verbytska de la maison Malva Florea.
Orchestre Prométhée, direction : Dmytro Morozov.
Avec : Natalia Matsak ou Kateryna Alaieva (Giselle), Sergii Kryvokon ou Oleksii Potomkin (Albrecht), Iryna Borysova ou Kateryna Kurchenko (Myrtha), Tymofiy Bykovets, Maksym Bilokrynytskyi, Daria Manoilo, Kostiantyn Pozharnytskyi, Sergii Lytvynenko, Kseniia Ivanenko, Petro Markishev et le corps de ballet de l'Opéra national d'Ukraine
Répétiteurs : Anatolii Kozlov, Vasylieva.
Durée : 2 h 05 avec entracte.

Du 21 décembre au 5 janvier 2023.
Lundi, mardi, jeudi, vendredi à 19 h 30,
mercredi et samedi à 15 h et 19 h 30.
Théâtre des Champs-Élysées, Paris 8e, 01 49 52 50 50.
>> theatrechampselysees.fr

Safidin Alouache
Lundi 2 Janvier 2023

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022


Brèves & Com



Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

"Salle des Fêtes" Des territoires aux terroirs, Baptiste Amann arpente la nature humaine

Après le choc de sa trilogie "Des Territoires", dont les trois volets furent présentés en un seul bloc de sept heures à Avignon lors du Festival In de 2021, le metteur en scène se tourne vers un autre habitat. Abandonnant le pavillon de banlieue où vivait la fratrie de ses créations précédentes, il dirige sa recherche d'humanités dans une salle des fêtes, lieu protéiforme où se retrouvent les habitants d'un village. Toujours convaincu que seul ce qui fait communauté peut servir de viatique à la traversée de l'existence.

© Pierre Planchenault.
Si, dans "La vie mode d'emploi", Georges Perec avait imaginé l'existence des habitants d'un bâtiment haussmannien dont il aurait retiré la façade à un instant T, Baptiste Amann nous immerge dans la réalité auto-fictionnelle d'une communauté villageoise réunie à l'occasion de quatre événements rythmant les quatre saisons d'une année. Au fil de ces rendez-vous, ce sont les aspirations de chacun qui se confrontent à la réalité - la leur et celle des autres - révélant, au sens argentique d'une pellicule que l'on développe, des aspérités insoupçonnées.

Tout commence à l'automne avec l'exaltation d'un couple de jeunes femmes s'établissant à la campagne. Avec le montant de la vente de l'appartement parisien de l'une d'elles, écrivaine - appartement acquis grâce au roman relatant la maladie psychiatrique du frère qui les accompagne dans leur transhumance rurale -, elles viennent de s'installer dans une usine désaffectée flanquée de ses anciennes écluses toujours en service. Organisée par le jeune maire survient la réunion du conseil consultatif concernant la loi engagement et proximité, l'occasion de faire connaissance avec leur nouvelle communauté.

Yves Kafka
17/10/2022
Spectacle à la Une

Appel à candidatures pour la création d'un spectacle patrimonial de divertissement

La ville d'Orange a confié depuis le 1er avril 2022, la gestion et la valorisation du Théâtre antique, du Musée d'art et d'histoire et de l'Arc de triomphe, à la société Edeis pour une durée de 10 ans.

© Edéis Orange février 2023 - DR pour l'appel à projet.
Dans le cadre de sa délégation, Edéis l'allié des territoires, a pour ambition :
- De donner sa pleine envergure au Théâtre antique à la fois en tant que monument du Patrimoine mondial riche d'un attrait historique et scientifique majeur mais aussi en sa qualité de porte-étendard de tout un territoire et de son art de vivre ;
- De proposer des approches novatrices et expérimentales afin d'améliorer significativement l'expérience visiteur ;
- D'agir en pleine cohérence et en parfaite synergie avec la politique culturelle de la ville.

Le projet décennal est de faire d'Orange, la scène de l'innovation sonore.
Une place forte et incontournable de la culture et de l'innovation.

1. Reprise des éléments du contrat de Délégation de service public entre la ville d'Orange et la société Edéis :
Article 2 – Définition des missions confiées au délégataire.
"Le délégataire sera notamment chargé des activités suivantes :
La création de contenus culturels, d'animations, d'évènements et de spectacles adaptés et cohérents avec la politique culturelle, patrimoniale et touristique de la ville et en lien avec les propositions des services concernés (Culture, Musée, Office de tourisme) ainsi que le développement significatif des flux de visiteurs. De manière générale, il s'agit de faire évoluer le Théâtre antique vers un statut de lieu de vie aux animations multifacettes (diurne et nocturne, saison, hors-saison, ailes de saison…) ouvert à différents types de publics cibles.

Gil Chauveau
02/02/2023
Spectacle à la Une

Dans "Nos jardins Histoire(s) de France #2", la parole elle aussi pousse, bourgeonne et donne des fruits

"Nos Jardins", ce sont les jardins ouvriers, ces petits lopins de terre que certaines communes ont commencé à mettre à disposition des administrés à la fin du XIXe siècle. Le but était de fournir ainsi aux concitoyens les plus pauvres un petit bout de terre où cultiver légumes, tubercules et fruits de manière à soulager les finances de ces ménages, mais aussi de profiter des joies de la nature. "Nos Jardins", ce sont également les jardins d'agrément que les nobles, les rois puis les bourgeois firent construire autour de leurs châteaux par des jardiniers dont certains, comme André Le Nôtre, devinrent extrêmement réputés. Ce spectacle englobe ces deux visions de la terre pour développer un débat militant, social et historique.

Photo de répétition © Cie du Double.
L'argument de la pièce raconte la prochaine destruction d'un jardin ouvrier pour implanter à sa place un centre commercial. On est ici en prise directe avec l'actualité. Il y a un an, la destruction d'une partie des jardins ouvriers d'Aubervilliers pour construire des infrastructures accueillant les JO 2024 avait soulevé la colère d'une partie des habitants et l'action de défenseurs des jardins. Le jugement de relaxe de ces derniers ne date que de quelques semaines. Un sujet brûlant donc, à l'heure où chaque mètre carré de béton à la surface du globe le prive d'une goutte de vie.

Trois personnages sont impliqués dans cette tragédie sociale : deux lycéennes et un lycéen. Les deux premières forment le noyau dur de cette résistance à la destruction, le dernier est tout dévoué au modernisme, féru de mode et sans doute de fast-food, il se moque bien des légumes qui poussent sans aucune beauté à ses yeux. L'auteur Amine Adjina met ainsi en place les germes d'un débat qui va opposer les deux camps.

Bruno Fougniès
23/12/2022