La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Gais, gays... Les 2 G, artistes de music-hall... pétillants et déjantés

"Les 2 G, artistes de music-hall", Théâtre du Petit Saint-Martin, Paris

C'est salé, c'est épicé, un cocktail d'humour osé, croustillant - mais sans aucune vulgarité -, d'une grande fraîcheur et bourré d’autodérision, c'est du cabaret... celui de la grande époque du Music-Hall, mené par deux compères aux talents pétillants, effervescents comme des rires spontanés et salvateurs. C'est frondeur et iconoclaste, sans barrière, sans préjugés et diablement salutaire à l'heure où la raison se bat pour donner à tous les mêmes droits !



© Christophe Haesevoets.
© Christophe Haesevoets.
Ah ! Le bon temps du Music-Hall, celui de papa, celui de Mistinguett, des Cinglés de Jean-Christophe Averty, de Fréhel, Dranem, Suzy Solidor, insouciant, jovial et heureux qui rendait les gens joyeux. Chansons de chansonniers, chansons d'amour, caricatures ou grivoiseries bon enfant, numéros de cirque ou de magie virtuoses ou improbables, tel était le cocktail de ces grandes années où le "rire ensemble" était encore le remède inoffensif mais efficace prisé par le peuple de l'entre-deux-guerres.

C'est tout cela que rassemblent et nous offrent Jean-Luc Revol et Denis D'Arcangelo dans leur nouveau spectacle "Les 2 G". Nos deux artistes de music-hall - complices de longue date* -, fidèles à leur univers artistique, se donnent la réplique et la chansonnette en y ajoutant les épices propres au versant gay de la belle époque... le faisant jaillir en un feu d'artifice... régénérateur, tant pour le spectateur que pour eux-mêmes à en voir le plaisir évident voire jubilatoire qu'ils mettent à leur ouvrage.

© Christophe Haesevoets.
© Christophe Haesevoets.
En mettant sous les feux de la rampe - scintillant sur les indispensables rideaux pailletés - le retour sur scène d'un vieux couple d'artistes en queue-de-pie, Georges et Gaétan, gais duettistes gays, fort de plus de quarante ans de carrière et sans aucun doute "docteurs ès music-hall", Jean-Luc Revol (Gaétan) et Denis D'Arcangelo (Georges) parcourent à leur manière l'histoire du Music-Hall et en ressuscitent une certaine idée - qui n'aurait pas déplu à l'androgyne Charpini et son compère pianiste Brancato - faite d'impertinence, d'humour ravageur et décomplexé, sans préjugés et sans (trop de !) pudeur.

Pour cela, ils ont bien sûr fait appel aux chansons écrites et créées avant ou pendant la Grande Guerre comme notamment le poivré "En revenant du Maroc" interprétée à l'origine par Dranem (1869-1935) ou le délirant "Petit loulou de Poméranie", chanson créée par Gaston Gabaroche (1884-1961) aux Deux Ânes. Mais, souhaitant respecter la grande tradition du cabaret, ils ont demandé à des auteurs contemporains de leur écrire de nouveaux duos. Le premier d'ailleurs qui s'y colla fut sans doute Jean-Luc Revol lui-même avec sa "Chanson introductive" qui ouvre le spectacle.

Se suivent, dans le désordre, de véritables petits bijoux originaux respectant les lois du genre : "Yvonne et Pierre" (ou "Georges et Gaétan") de François Morel, "Ces chanteurs qui n'aiment pas les femmes" de Pierre Philippe, "Le sort des hommes..." de Pierre Notte, "Hymne à Tintin" de Pascal Mary, "Il était intimidé" de Vincent Telly, etc. Et, comme il se doit, ils sont accompagnés sur scène au piano par le talentueux Patrick Laviosa, spécialiste du théâtre musical (notamment au côté de Roger Louret ou au sein du groupe vocal Cinq de Cœur) et, à l'accordéon, par Sébastien Mesnil, dit le "Zèbre", compagnon de route depuis plusieurs années des spectacles de Denis D'Arcangelo.

Fidèle à la structure d'un show de music-hall, l'ensemble est ponctué de fantaisies burlesques, souvent délirantes, parfois plus ou moins maîtrisées, faites avec rien ou pas grand chose (fidèle en cela aux petits budgets attribués à l'époque à ce type de numéros) mais toujours d'un comique irrésistible comme le mémorable numéro de ventriloquie réversible, l'improbable tentative de sculpture de ballons, la joyeuse et décalée imitation de Pierre et Marie Curie découvrant le radium ou l'audacieux numéro de funambule de Brutus, le poux pubien !

© Christophe Haesevoets.
© Christophe Haesevoets.
Ce superbe répertoire, admirablement chorégraphié par Caroline Roelands, et entrecoupé des intermezzos précédemment cités, prend aussi toute sa dimension grâce à l'intelligente et précise mise en scène d'Agnès Boury. La chorégraphie et la mise en espace donne une réelle cohésion à l'ensemble, dont l'ingénieuse sobriété rend invisible aux yeux des spectateurs la grande rigueur professionnel du spectacle (obligatoirement structuré au millimètre quand il s'agit de cabaret ou de music-hall).

En complément de l'évident aspect hilarant et jouissif de la création de Jean-Luc Revol et Denis D'Arcangelo, se dessine une attitude plus politique, plus "engagée", visant, sans contraintes, à proposer un regard différent sur l'homosexualité, sur la notion de "virilité", sur l’hétéro-normativité et sur tous les clichés d'une manière générale existants sur le sujet. Et la période choisie reflète celle où Suzy Solidor devenait un symbole de la garçonne des "Années folles", contribuant à populariser auprès du grand public le milieu homosexuel parisien en célébrant notamment dans ses chansons les amours lesbiennes.

Alors quoi de plus heureux que de lier aujourd'hui le plaisir immense d'assister à un vrai spectacle de Music-Hall et d'aborder de manière sous-jacente une réflexion qui bouleverse à tort - car quoi de plus "naturel" que de donner les mêmes droits à tous - notre société sur le mariage gay et la PMA. "Les 2 G" est de ce point de vue une vraie réussite que l'on doit à deux artistes qui, s'ils ont déjà démontré leurs talents depuis de nombreuses années, prouvent ici que le Music-Hall était un art de la diversité, de la différence et de la tolérance, et qu'ils en sont les parfaits représentants.

* Nos deux artistes ont, entre autres, travaillé dans "La Nuit d'Elliot Fall" et "Le Cabaret des hommes perdus" (Molière 2007), Jean-Luc Revol à la mise en scène et Denis D'Arcangelo comédien chanteur dans des rôles inoubliables.

"Les 2 G, artistes de Music-Hall"

D'après une idée originale de Jean-Luc Revol.
Mise en scène : Agnès Boury, assistée de Sébastien Fèvre.
Avec : Jean-Luc Revol et Denis d'Arcangelo.
Musiciens : Patrick Laviosa (piano), Sébastien Mesnil dit "Le Zèbre" (accordéon guitare percussions).
Costumes : Aurore Popineau.
Création lumières et son : Celio Menard.
Chorégraphie : Caroline Roelands.

Depuis le 9 avril 2013.
Du mardi au samedi à 21 h, dimanche à 17 h.
Théâtre du Petit Saint-Martin, Paris 10e, 01 42 08 00 32.
>> petitstmartin.com

Gil Chauveau
Jeudi 18 Avril 2013

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Sabordage" Comme une synthèse de la modernité… une implosion écologique à venir, avenir sombre de notre monde…

Elle fut riche et belle, plaisante et paradisiaque, pays de cocagne… puis devint consommatrice et opulente, industrieuse, minière et calamité écologique, pour finir mendiante et désespérée, à l'avenir destructif d'une future terre qui coule à pic… C'est la "belle" histoire de l'île de Nauru*, miroir de notre prochain anéantissement - au délicat (!) mais définitif intitulé "6e extinction de masse" -, qui nous est contée par le talentueux Collectif Mensuel.

Narration aux allures de débats, de commentaires, d'échanges réalistes… Scénographie en une forme d'actions documentaires, visible au lointain par report vidéo "en direct", en rappel de notre monde de l'image, expression ironique de nos chaînes d'infos en continu pour une structure créative d'un théâtre pédagogique, d'un reportage théâtralisé… Car ici tout est vrai, le drame, les horreurs économiques, le dézingage des ressources et de l'environnement… le sabordage de l'île a vraiment eu lieu, sans parler des perspectives radieuses d'une fin en version sous-marine !

Le récit - dans un préambule exposant un éden de rêve aux allures de paradis touristique, sis à quelques encablures de la Papouasie-Nouvelle-Guinée (près de 2 700 km quand même !) - se construit sur un montage cinématographique et télévisuel où le collectif puise dans les séries et films des années soixantes-dix quatre-vingt, tous célèbres et ancrées dans nos imaginaires collectifs…

Gil Chauveau
11/10/2019
Spectacle à la Une

FAB 2019 "Concours européen de la chanson philosophique" La philosophie mise en musique dans un dispositif à faire kiffer "l'euro-vision"

Massimo Furlan, performer suisse mâtiné d'Italien, était dans ses jeunes années fan de l'Eurovision, de ses paillettes éblouissantes et de ses bluettes sentimentales réunissant joyeusement sa famille autour du petit écran. Près d'un demi-siècle plus tard, c'est la grande avant-scène du Carré qui le projette sous les sunlights en splendide ordonnateur - flanqué d'une superbe créature en robe lamé - de deux soirées "enchantées" dédiées à une vision de notre Monde. Comme quoi divertissement populaire et réflexion de pointe peuvent rimer ensemble…

FAB 2019
Reconstituant somptueusement le décorum kitsch du concours de l'Eurovision ayant à jamais impressionné ses premières émotions artistiques, le performer semble jubiler en détournant "sérieusement" le répertoire d'origine pour proposer un récital de onze chansons dont l'écriture a été confiée par ses soins à des philosophes, sociologues et autres chercheurs sachant penser le monde. L'interprétation de ces textes métaphoriques revient à des artistes costumés de manière délirante, projetés en direct par un vidéaste décuplant leur truculente présence scénique sur les notes d'un orchestre en live.

Quant au Jury réuni sur une singulière estrade roulante dénotant avec sa "notabilité", il est composé d'éminents professeurs d'université et sommités intellectuelles se prêtant avec grâce et bonheur au jeu de leur interprétation avant d'attribuer leur note. Le public - le genre l'impose - est sollicité en permanence afin de faire entendre également "sa voix" captée par un "votaton" chargé d'enregistrer le volume d'applaudissements attribué à chaque candidat.

Yves Kafka
15/10/2019
Sortie à la Une

"Fake"… Un "Peer Gynt" pour explorer le monde de l'info et de l'intox

"Fake - Tout est faux, tout est fou", Gare de l'Est, Paris

L'homme vagabonde sous les toits ferroviaires, au carrefour des âmes voyageuses… il est conteur. Peer Gynt partit aussi à l'aventure, cheminant entre rêve et réalité. Le narrateur s'en inspire pour démêler le vrai du faux… de notre réalité… Extraire le fake à l'ère des news…

Spectacle déambulatoire, performance de rues (ici intérieure), Fake convoque un conteur, un concepteur compositeur, des musiciens, pour une exploration d'un nouveau type où le spectateur, équipé d'un casque audio, se laisse emmener, au sens littéral comme virtuel dans une promenade découverte entre vraies et fausses informations.

Dans ce périple artistique, ce dernier garde toute liberté d'action, plus précisément de mouvements, déambulant dans l'espace proposé au fil de ses envies, de ses inspirations ou guidé par l'histoire, narration sonore, vocale et musicale, composée en direct et diffusée dans le casque et/ou influencé par la vue, le cheminement de l'acteur, Abbi Patrix, interprétant à sa façon Peer Gynt, exprimant son ressenti du lieu, posant des questions sur la véracité du réel ou interrogeant le badaud passant.

Les éléments sonores audibles dans le casque sont superposés, sans apparente cohérence mais peuvent stimuler ou orienter la perception du spectateur qui fait le choix d'être actif ou passif, ponctuellement ou de manière permanente, redevenant alors un simple observateur.

Gil Chauveau
10/10/2019