La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Paroles & Musique

Gais, frais, colorés et épicés... ce sont les Piments Givrés !

"Le Tour du Monde en 33 Tours", Théâtre Les Déchargeurs, Paris

[Reprise] Piment vert, piment rouge ou piment jaune, peu importe la couleur avec les Piments Givrés. Leur voyage autour du Monde est à servir glacé comme une énorme boule de glace tutti frutti posée... sur un cornet acoustique pour mieux entendre les musiques du monde ! Et c'est une aubaine en plein été... Surtout sous les chaleurs festivalières d'Avignon.



Jef De La Cruz © Patrick Margueritat 2010.
Jef De La Cruz © Patrick Margueritat 2010.
Ambiance bigarrée, musique rythmée et humour déjanté... tel est le cocktail que concocte depuis leur création, il y a un an et demi, les Piments Givrés. Mélangeant avec talent les arts de la comédie, du mime, de la danse, du clown et de la musique, ils construisent, à l'aide de chansons originales (remarquablement bien joués, étant tous excellents instrumentistes), un univers à double fond... plus précisément à double niveau de lecture, tant au niveau des références que des jeux de mots, permettant d'emmener dans leur "Tour du Monde en 33 Tours" aussi bien les enfants (à partir de 6 ans) que les parents.

Dés l'entrée en scène de nos saltimbanques givrés - gaiement atteint d'une joyeuse folie communicatrice -, on comprend qu'ils ont fait de l'adage "les voyages forment la jeunesse" leur credo, en y ajoutant... "les voyages apprennent aussi la tolérance" !
Les aventures de nos globe-trotteurs "couleur BD" débute à Paris par une rencontre avec un pavé déprimé qui ne voyage sans doute plus depuis un certain mois de mai (en l’occurrence, à cette époque-là, il avait plutôt tendance à voler !) et, si ce n'était son poids, se serait bien logé dans les bagages de nos gai-lurons zinzinés.

Monya Rekik © Patrick Margueritat 2010.
Monya Rekik © Patrick Margueritat 2010.
Mais déjà le premier vol destination "Pays de l'autre" est annoncé. Direction la Roumanie et un petit plongeon dans l'actualité à la rencontre d'un gitan que la vindicte populaire nomme "voleur de poules". Sur un air jazzy-manouche en frises "accordéonesques", nos hurluberlus explorateurs de cultures disent alors l'absurdité des clichés sur "l'homme qui vit dans une maison qui roule"... Sitôt fait la connaissance du voyageur manouche, voici nos cinq Piments partis pour le Moyen-Orient, volant sur une musique au phrasé cousu de fines arabesques. La chanson "Dour Biha" aborde, façon Roméo et Juliette (ici Rachel et Ali), le problème Israélo-Palestinien de façon subtile et imagée, et poétisé par les entrechats légers et gracieux de Monya Rekik.

Il est déjà temps de remonter dans l'avion - dont les hublots sont représentés, non sans humour, par des lunettes de WC - en partance pour l'Inde, plus précisément Calcutta. "Tereketaco Da" est l'histoire d'un chauffeur de taxi en triporteur motorisé, virtuose du klaxon, zigzaguant dans les rues bondées au milieu des vaches sacrées et des voitures affolées. Une fois abordés les crues du fleuve Hûghlî et le Karma bengali, on saute dans le prochain vol pour le carnaval de Mexico dans la favela du Barrio Rojo où le petit Pepito joue au chat et à la souris avec le "Sargento Garcia"... Une petite référence au passage au Che Comandante qui sera "la panoplie, l'arsenal que Pépito va endosser".

Les Piments Givrés © Patrick Margueritat 2010.
Les Piments Givrés © Patrick Margueritat 2010.
Le Carnet de voyages se poursuit avec la rencontre du "Chat Rastafari" de Jamaïque, donnant l'occasion, sur une rythmique reggae, d'approcher les tics (l'éthique) rastas du minou qui fuma jadis avec le grand Bob ! En toute logique, le trajet suivant nous emmène en Abyssinie, sous les cieux africains, suivre l'initiation de Gorkine voulant devenir un brave guerrier. Nouvelle culture, nouvelles traditions... Ici toujours la même préoccupation : s'ouvrir à l'autre, être curieux de celui qui est différent.
Un petit tour aux États-Unis, du Nevada au Mississippi, comme un hommage à la musique américaine – et à la guitare -, nous fait passer du country au blues, en passant par le jazz new-yorkais ou le phrasé scandé des rappeurs de Los Angeles.

Sans jamais tomber dans les travers du folklore facile, nos joyeux drilles cisèlent tant les mélodies que les rythmes adaptés à chaque pays. Joyeux et loufoques mais jamais niais, sur des airs endiablés ou plus doux mais jamais conçus comme des ritournelles faciles. Et surtout toujours créatifs. La particularité et la force – leur indéniable talent – des Piments Givrés est leur sens du spectacle. Les textes de Jef De La Cruz, souvent fleuris, où teintent alternativement, comme de fines cloches tibétaines, le rire et l'émotion, sont empreints d'une grande générosité, résultat d'une écriture maîtrisée. Monya Rekik, François Tousch, Thierry Paul et Yoann Godefroy, pétillants larrons pimentés, farfadets malicieux, assemblent avec justesse leurs différents talent (multi-instrumentistes pour les garçons et mime danse pour Monya) à ceux de Jef pour composer une comédie musicale déjantée mais harmonieuse où le mot Fin s'écrit dans toutes les langues sur l'horizon de la culture plurielle.

La compagnie des Piments Givrés est l'une des 10 compagnies lauréates du fonds de soutien Avignon Festival & Compagnies 2011.

"Le Tour du Monde en 33 Tours"

Les Piments Givrés © MaNa.
Les Piments Givrés © MaNa.
(Vu le 9 juillet 2011)
Par les Les Piments Givrés.
Textes : Jef De La Cruz.
Mise en scène : Pierre Pirol.
Interprètes : Jean-François De La Cruz (auteur, compositeur, chant, guitare), Monya Rekik (danse, mime), Thierry Paul (compositeur, guitare), Yoann Godefroy (contrebasse, basse), François Tousch (accordéon, bandonéon).
Durée : 1 h 10.

Spectacle du 17 octobre au 12 décembre 2012.
Mercredi et samedi à 16 h 30 (relâches les 14 et 24 novembre).
Théâtre Les Déchargeurs, Salle Vicky Messica , Paris 1er, 08 92 70 12 28.
>> lesdechargeurs.fr

Du 8 au 30 juillet 2011.
Tous les jours à 10 h 30 (durée 1 h).
Théâtre de l’Étincelle, 14, place des Études, Avignon, 04 90 85 43 91
30 juillet 2011, 21 h à Montluçon (03).

Spectacle du 25 octobre au 4 novembre 2011.
Mardi au vendredi à 14 h.
Théâtre de Menilmontant,15 rue du Retrait, Paris 20e.
01 46 36 98 60. www.menilmontant.info

Gil Chauveau
Vendredi 15 Juillet 2011

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.







À découvrir

Nice Classic Live - Académie internationale d'Été de Nice

Du 30 juillet au 15 août 2020, la troisième édition du Nice Classic Live consacrée aux répertoires classique et jazz sous la direction artistique de Marie-Josèphe Jude se tiendra dans le Jardin des Arènes de Cimiez.

Nice Classic Live - Académie internationale d'Été de Nice
Le concert d'ouverture du 30 juillet "Métamorphoses", en écho à l'exposition au musée Matisse, propose un concert de pianos avec les "Métamorphosis" de Philippe Glass, puis la transcription pour deux pianos et huit mains des neuf symphonies de Beethoven. On y applaudira Claire Désert, Valentina Igoshina, Marie-Josèphe Jude, Michel Béroff, Florent Boffard. À 21 h 30 un concert de jazz sera donné par Pierre Bertrand et la Caja Negra Sextet.

Le jour suivant, Beethoven sera encore à l'honneur avec Olivier Charlier et Marc Coppey ainsi que les pianos de Michel Béroff et Emmanuel Strosser et, à 21 h 30, Jean-Philippe Collard et Patrick Pouvre d'Arvor offriront un concert lecture "L'âme de Chopin". Beaucoup d'autres compositeurs encore, jusqu'au 15 août. Citons Poulenc Tchaikovsky, Barber, Stravinsky, Éric Satie Mozart, Purcell, Ravel, Gershwin et beaucoup d'autres pour le plaisir de réentendre de la musique vivante en live avec les meilleurs artistes du moment.

Christine Ducq
18/07/2020
Spectacle à la Une

Les Échappées Cirque remplacent, durant cet été de déconfinement, le festival "Parade(s)" à Nanterre

Le festival "Parade(s)", qui devait avoir lieu la première semaine de juin, a dû être annulé suite à la crise sanitaire… Mais la ville, l'équipe du festival "Parade(s)" et Les Noctambules - école de cirque et lieu de fabrique des Arènes de Nanterre - ont décidé de programmer en juillet et en août des propositions circassiennes dans les quartiers.

Les Échappées Cirque remplacent, durant cet été de déconfinement, le festival
Ainsi, durant tout l’été, 10 échappées seront accueillies dans le cadre des Terrasses d'été imaginées par la ville de Nanterre dans chaque quartier. Une programmation des arts du cirque et de la rue qui mêle spectacles de danse, numéros de cirque (tissu, trapèze, mât chinois, etc.), impromptus spectaculaires et poétiques, ateliers de jonglage et de sérigraphie… mais aussi espace détente avec transats, jeux d'eau et animations.

Les artistes invités, (en alternance) :
Léonardo Montresor, Christopher Lopresti et Lou Carnicelli, Thomas Trichet, Hervé Dez Martinez et Boris Lafitte (Cie FFF), Iorhanne Da Cunha et Anahi de las Cuevas (Cie l'un Passe), Rocco Le Flem (Cie Iziago), Déborah Mantione (Cie Trat), Laura Terrancle (Cie Femme Canon), Yumi Rigout (Cie Furinkaï), Antoine Helou, Ilaria De Novellis, Atelier de la Banane…
Coordination artistique : Satchie Noro.

Gratuit et ouvert à tous.
De 15 h à 19 h, en continu.

Gil Chauveau
06/07/2020
Sortie à la Une

"Nos films" Faire vibrer le cinéma, même absent, au cœur de nos rêves

Cendre Chassanne, femme de théâtre amoureuse de cinéma, rend hommage au 7e art. À sa manière. En mettant en scène "Nos films" sur un plateau de théâtre quasi vide. Le spectateur est face à un acteur seul sur le plateau éclairé chichement. Un micro et, au lointain, quelques légendes filmiques peu visibles.

Il n'y a pas de ces images animées en contrepoint du jeu. De celles qui fascinent et dispersent l'attention. Ce qui est rare de nos jours… L'acteur se trouve dans la situation commune du spectateur qui, à la sortie de la séance de cinéma, conserve la vivacité de son émotion, son plaisir. Comme un trop-plein de sensations à transmettre.

Sur scène, l'acteur se trouve au point focal, au point neutre, face au public, mis en position de raconter. Sommé en quelque sorte de raconter. La représentation proposée par Cendre Chassanne est celle de la prise de parole. Après coup, après la représentation. Comme si celle-ci devait être réitérée pour mieux exister. Des fragments, des bribes, comme extraites de la projection.

Le projet de Cendre Chassanne prévoit neuf films portés par neuf comédiens en trois trilogies successives qui seront achevées en 2020. La première porte sur la "nouvelle vague" - François Truffaut, Jacques Doillon, Agnès Varda. Trois monologues distincts. Trois témoignages. Trois comédiens différents. Trois pépites théâtrales.

Jean Grapin
21/07/2020