La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Paroles & Musique

Gais, frais, colorés et épicés... ce sont les Piments Givrés !

"Le Tour du Monde en 33 Tours", Théâtre Les Déchargeurs, Paris

[Reprise] Piment vert, piment rouge ou piment jaune, peu importe la couleur avec les Piments Givrés. Leur voyage autour du Monde est à servir glacé comme une énorme boule de glace tutti frutti posée... sur un cornet acoustique pour mieux entendre les musiques du monde ! Et c'est une aubaine en plein été... Surtout sous les chaleurs festivalières d'Avignon.



Jef De La Cruz © Patrick Margueritat 2010.
Jef De La Cruz © Patrick Margueritat 2010.
Ambiance bigarrée, musique rythmée et humour déjanté... tel est le cocktail que concocte depuis leur création, il y a un an et demi, les Piments Givrés. Mélangeant avec talent les arts de la comédie, du mime, de la danse, du clown et de la musique, ils construisent, à l'aide de chansons originales (remarquablement bien joués, étant tous excellents instrumentistes), un univers à double fond... plus précisément à double niveau de lecture, tant au niveau des références que des jeux de mots, permettant d'emmener dans leur "Tour du Monde en 33 Tours" aussi bien les enfants (à partir de 6 ans) que les parents.

Dés l'entrée en scène de nos saltimbanques givrés - gaiement atteint d'une joyeuse folie communicatrice -, on comprend qu'ils ont fait de l'adage "les voyages forment la jeunesse" leur credo, en y ajoutant... "les voyages apprennent aussi la tolérance" !
Les aventures de nos globe-trotteurs "couleur BD" débute à Paris par une rencontre avec un pavé déprimé qui ne voyage sans doute plus depuis un certain mois de mai (en l’occurrence, à cette époque-là, il avait plutôt tendance à voler !) et, si ce n'était son poids, se serait bien logé dans les bagages de nos gai-lurons zinzinés.

Monya Rekik © Patrick Margueritat 2010.
Monya Rekik © Patrick Margueritat 2010.
Mais déjà le premier vol destination "Pays de l'autre" est annoncé. Direction la Roumanie et un petit plongeon dans l'actualité à la rencontre d'un gitan que la vindicte populaire nomme "voleur de poules". Sur un air jazzy-manouche en frises "accordéonesques", nos hurluberlus explorateurs de cultures disent alors l'absurdité des clichés sur "l'homme qui vit dans une maison qui roule"... Sitôt fait la connaissance du voyageur manouche, voici nos cinq Piments partis pour le Moyen-Orient, volant sur une musique au phrasé cousu de fines arabesques. La chanson "Dour Biha" aborde, façon Roméo et Juliette (ici Rachel et Ali), le problème Israélo-Palestinien de façon subtile et imagée, et poétisé par les entrechats légers et gracieux de Monya Rekik.

Il est déjà temps de remonter dans l'avion - dont les hublots sont représentés, non sans humour, par des lunettes de WC - en partance pour l'Inde, plus précisément Calcutta. "Tereketaco Da" est l'histoire d'un chauffeur de taxi en triporteur motorisé, virtuose du klaxon, zigzaguant dans les rues bondées au milieu des vaches sacrées et des voitures affolées. Une fois abordés les crues du fleuve Hûghlî et le Karma bengali, on saute dans le prochain vol pour le carnaval de Mexico dans la favela du Barrio Rojo où le petit Pepito joue au chat et à la souris avec le "Sargento Garcia"... Une petite référence au passage au Che Comandante qui sera "la panoplie, l'arsenal que Pépito va endosser".

Les Piments Givrés © Patrick Margueritat 2010.
Les Piments Givrés © Patrick Margueritat 2010.
Le Carnet de voyages se poursuit avec la rencontre du "Chat Rastafari" de Jamaïque, donnant l'occasion, sur une rythmique reggae, d'approcher les tics (l'éthique) rastas du minou qui fuma jadis avec le grand Bob ! En toute logique, le trajet suivant nous emmène en Abyssinie, sous les cieux africains, suivre l'initiation de Gorkine voulant devenir un brave guerrier. Nouvelle culture, nouvelles traditions... Ici toujours la même préoccupation : s'ouvrir à l'autre, être curieux de celui qui est différent.
Un petit tour aux États-Unis, du Nevada au Mississippi, comme un hommage à la musique américaine – et à la guitare -, nous fait passer du country au blues, en passant par le jazz new-yorkais ou le phrasé scandé des rappeurs de Los Angeles.

Sans jamais tomber dans les travers du folklore facile, nos joyeux drilles cisèlent tant les mélodies que les rythmes adaptés à chaque pays. Joyeux et loufoques mais jamais niais, sur des airs endiablés ou plus doux mais jamais conçus comme des ritournelles faciles. Et surtout toujours créatifs. La particularité et la force – leur indéniable talent – des Piments Givrés est leur sens du spectacle. Les textes de Jef De La Cruz, souvent fleuris, où teintent alternativement, comme de fines cloches tibétaines, le rire et l'émotion, sont empreints d'une grande générosité, résultat d'une écriture maîtrisée. Monya Rekik, François Tousch, Thierry Paul et Yoann Godefroy, pétillants larrons pimentés, farfadets malicieux, assemblent avec justesse leurs différents talent (multi-instrumentistes pour les garçons et mime danse pour Monya) à ceux de Jef pour composer une comédie musicale déjantée mais harmonieuse où le mot Fin s'écrit dans toutes les langues sur l'horizon de la culture plurielle.

La compagnie des Piments Givrés est l'une des 10 compagnies lauréates du fonds de soutien Avignon Festival & Compagnies 2011.

"Le Tour du Monde en 33 Tours"

Les Piments Givrés © MaNa.
Les Piments Givrés © MaNa.
(Vu le 9 juillet 2011)
Par les Les Piments Givrés.
Textes : Jef De La Cruz.
Mise en scène : Pierre Pirol.
Interprètes : Jean-François De La Cruz (auteur, compositeur, chant, guitare), Monya Rekik (danse, mime), Thierry Paul (compositeur, guitare), Yoann Godefroy (contrebasse, basse), François Tousch (accordéon, bandonéon).
Durée : 1 h 10.

Spectacle du 17 octobre au 12 décembre 2012.
Mercredi et samedi à 16 h 30 (relâches les 14 et 24 novembre).
Théâtre Les Déchargeurs, Salle Vicky Messica , Paris 1er, 08 92 70 12 28.
>> lesdechargeurs.fr

Du 8 au 30 juillet 2011.
Tous les jours à 10 h 30 (durée 1 h).
Théâtre de l’Étincelle, 14, place des Études, Avignon, 04 90 85 43 91
30 juillet 2011, 21 h à Montluçon (03).

Spectacle du 25 octobre au 4 novembre 2011.
Mardi au vendredi à 14 h.
Théâtre de Menilmontant,15 rue du Retrait, Paris 20e.
01 46 36 98 60. www.menilmontant.info

Gil Chauveau
Vendredi 15 Juillet 2011

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




Partenariat



À découvrir

"Underground" Éloge du risque amoureux

L'amour comme les angelots n'a pas de sexe. Même les amours les plus charnels, les plus dévastateurs, les plus profonds, les plus troublants. Oui, c'est étrange d'énoncer cela. Mais c'est ici le propos central d'"Underground". Underground, le métro en anglais, et plus symboliquement ici, telle l'image des entrailles sinueuses et enfouies de l'être intime, là où dorment les désirs cachés, indiscrets, inavouables, mais surtout les désirs inconnus et les peurs.

"Underground" explore cette faille des êtres humains, que l'ordre établi, la conscience et la puissance de l'éducation morale dissimulent pour que les normes sociales dominent. La jeune femme, interprétée avec une sensibilité troublante par Clémentine Bernard, seule sur scène, semble pourtant extrêmement classique, anodine, assise dans sa rame de métro. Mais c'est son discours intérieur qu'elle nous partage alors, une voix grâce à laquelle elle va nous emporter vers l'histoire qui l'attend et l'émotion qui va faire résonner son corps, de sa peau jusqu'au plus profond de son être.

Le début du texte la saisit au moment de sa rupture avec l'homme convenable et convenu que la vie lui destinait. Une vie normale, faite de projets d'enfants et de vacances, faite d'un quotidien bien balisé, d'un ordinaire applaudi par tous : familles, amis, rencontres. Une ouverture qui semble comme le début d'un exil obligé. Elle a perdu ce conventionnel qui l'habillait comme une armure. Elle est égarée dans ce métro comme dans un dédale sans issue.

Bruno Fougniès
11/01/2022
Spectacle à la Une

Piquer en plein cœur au théâtre La Flèche, Paris, Jeudi 6 Janvier, 21 heures…

Comment démarrer cette chronique ? Par une citation ? "Un seul être vous manque et tout est dépeuplé", Lamartine. Oui ! Qu'en dirait Laurent Orry ?

© Fabien Montes.
Ah ! Oui. Laurent Orry, c'est l'acteur impeccable vêtu d'un vieux manteau usé et poussiéreux qui, pendant 1 h 15, déploie toute sa force, son énergie mais surtout sa palette d'émotions au service de ce délicieux texte écrit par Alessandro Baricco : "Novecento".

Il interprète Tim Tooney, trompettiste, qui pendant plusieurs années jouera aux côtés de son grand ami Novecento, pianiste génial et hallucinant dont les notes dépasseront même l'océan !

Novecento est donc le héros. C'est dans un carton à chaussures déposé sur le piano de la salle de bal d'un paquebot que Novecento commence sa vie, recueilli par un homme d'équipage… et c'est là que démarre l'histoire.

Et ! Quand Novencento rencontre Tim Tooney, comme une tempête en pleine mer, la secousse est grande, les oreilles agitées et le regard fixe pour ne rien manquer de ce spectacle de vague… à l'âme…

Si ! Car le cœur de Tim Tooney est lourd de peine quand il repense à son ami disparu qui jamais n'avait de son vécu touché la terre ferme. Novecento, sa vie, c'était le paquebot, la mer, les visages des voyageurs entre l'Europe et l'Amérique qui l'inspiraient et ont fait de lui un virtuose mais aussi un homme perdu au milieu de l'océan qui n'a jamais su d'où il venait, qui il était et, de la terre ferme, en a développé une vraie névrose.

Isabelle Lauriou
10/01/2022
Spectacle à la Une

"Fragments" d'Hannah Arendt Du 5 au 8 février 2022 à l'Espace Rachi

Bérengère Warluzel et Charles Berling nous invitent, à travers les mots d'Hannah Arendt, à aimer cette faculté inhérente à la nature humaine : penser. Non, penser n'est pas réservé à une élite, bien au contraire. Penser peut être une aventure joyeuse pour chacun, en plus d'être une jubilation et un enthousiasme qui se partagent.

© Vincent Berenger/Châteauvallon-Liberté - Scène Nationale.
"L'essentiel pour moi, c'est de comprendre : je dois comprendre", dit Hannah Arendt. Au fil de ses textes philosophiques et politiques, mais aussi, et c'est moins connu, ses escapades poétiques, Hannah Arendt a construit une œuvre singulière et inclassable. Bérengère Warluzel y a plongé, en a choisi ces Fragments qui résonnent particulièrement aujourd'hui.

Une table, des chaises, les notes d'un piano… ce n'est pas une biographie, mais un parcours ludique, une traversée partagée et qui ouvre l'accès à la liberté de penser pour soi-même autant qu'à une volonté de comprendre en tant que citoyen et citoyenne dans le monde que nous habitons.

Celle qui voulait avant tout "penser sans entraves" s'adresse à nous et nous invite à penser avec elle.

"La pensée (…), conçue comme un besoin naturel de la vie (…) n'est pas la prérogative d'une minorité, mais une faculté constamment présente en chacun de nous."
François Rodinson.

Annonce
14/01/2022