Quantcast
La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Paroles & Musique

Gais, frais, colorés et épicés... ce sont les Piments Givrés !

"Le Tour du Monde en 33 Tours", Théâtre Les Déchargeurs, Paris

[Reprise] Piment vert, piment rouge ou piment jaune, peu importe la couleur avec les Piments Givrés. Leur voyage autour du Monde est à servir glacé comme une énorme boule de glace tutti frutti posée... sur un cornet acoustique pour mieux entendre les musiques du monde ! Et c'est une aubaine en plein été... Surtout sous les chaleurs festivalières d'Avignon.



Jef De La Cruz © Patrick Margueritat 2010.
Jef De La Cruz © Patrick Margueritat 2010.
Ambiance bigarrée, musique rythmée et humour déjanté... tel est le cocktail que concocte depuis leur création, il y a un an et demi, les Piments Givrés. Mélangeant avec talent les arts de la comédie, du mime, de la danse, du clown et de la musique, ils construisent, à l'aide de chansons originales (remarquablement bien joués, étant tous excellents instrumentistes), un univers à double fond... plus précisément à double niveau de lecture, tant au niveau des références que des jeux de mots, permettant d'emmener dans leur "Tour du Monde en 33 Tours" aussi bien les enfants (à partir de 6 ans) que les parents.

Dés l'entrée en scène de nos saltimbanques givrés - gaiement atteint d'une joyeuse folie communicatrice -, on comprend qu'ils ont fait de l'adage "les voyages forment la jeunesse" leur credo, en y ajoutant... "les voyages apprennent aussi la tolérance" !
Les aventures de nos globe-trotteurs "couleur BD" débute à Paris par une rencontre avec un pavé déprimé qui ne voyage sans doute plus depuis un certain mois de mai (en l’occurrence, à cette époque-là, il avait plutôt tendance à voler !) et, si ce n'était son poids, se serait bien logé dans les bagages de nos gai-lurons zinzinés.

Monya Rekik © Patrick Margueritat 2010.
Monya Rekik © Patrick Margueritat 2010.
Mais déjà le premier vol destination "Pays de l'autre" est annoncé. Direction la Roumanie et un petit plongeon dans l'actualité à la rencontre d'un gitan que la vindicte populaire nomme "voleur de poules". Sur un air jazzy-manouche en frises "accordéonesques", nos hurluberlus explorateurs de cultures disent alors l'absurdité des clichés sur "l'homme qui vit dans une maison qui roule"... Sitôt fait la connaissance du voyageur manouche, voici nos cinq Piments partis pour le Moyen-Orient, volant sur une musique au phrasé cousu de fines arabesques. La chanson "Dour Biha" aborde, façon Roméo et Juliette (ici Rachel et Ali), le problème Israélo-Palestinien de façon subtile et imagée, et poétisé par les entrechats légers et gracieux de Monya Rekik.

Il est déjà temps de remonter dans l'avion - dont les hublots sont représentés, non sans humour, par des lunettes de WC - en partance pour l'Inde, plus précisément Calcutta. "Tereketaco Da" est l'histoire d'un chauffeur de taxi en triporteur motorisé, virtuose du klaxon, zigzaguant dans les rues bondées au milieu des vaches sacrées et des voitures affolées. Une fois abordés les crues du fleuve Hûghlî et le Karma bengali, on saute dans le prochain vol pour le carnaval de Mexico dans la favela du Barrio Rojo où le petit Pepito joue au chat et à la souris avec le "Sargento Garcia"... Une petite référence au passage au Che Comandante qui sera "la panoplie, l'arsenal que Pépito va endosser".

Les Piments Givrés © Patrick Margueritat 2010.
Les Piments Givrés © Patrick Margueritat 2010.
Le Carnet de voyages se poursuit avec la rencontre du "Chat Rastafari" de Jamaïque, donnant l'occasion, sur une rythmique reggae, d'approcher les tics (l'éthique) rastas du minou qui fuma jadis avec le grand Bob ! En toute logique, le trajet suivant nous emmène en Abyssinie, sous les cieux africains, suivre l'initiation de Gorkine voulant devenir un brave guerrier. Nouvelle culture, nouvelles traditions... Ici toujours la même préoccupation : s'ouvrir à l'autre, être curieux de celui qui est différent.
Un petit tour aux États-Unis, du Nevada au Mississippi, comme un hommage à la musique américaine – et à la guitare -, nous fait passer du country au blues, en passant par le jazz new-yorkais ou le phrasé scandé des rappeurs de Los Angeles.

Sans jamais tomber dans les travers du folklore facile, nos joyeux drilles cisèlent tant les mélodies que les rythmes adaptés à chaque pays. Joyeux et loufoques mais jamais niais, sur des airs endiablés ou plus doux mais jamais conçus comme des ritournelles faciles. Et surtout toujours créatifs. La particularité et la force – leur indéniable talent – des Piments Givrés est leur sens du spectacle. Les textes de Jef De La Cruz, souvent fleuris, où teintent alternativement, comme de fines cloches tibétaines, le rire et l'émotion, sont empreints d'une grande générosité, résultat d'une écriture maîtrisée. Monya Rekik, François Tousch, Thierry Paul et Yoann Godefroy, pétillants larrons pimentés, farfadets malicieux, assemblent avec justesse leurs différents talent (multi-instrumentistes pour les garçons et mime danse pour Monya) à ceux de Jef pour composer une comédie musicale déjantée mais harmonieuse où le mot Fin s'écrit dans toutes les langues sur l'horizon de la culture plurielle.

La compagnie des Piments Givrés est l'une des 10 compagnies lauréates du fonds de soutien Avignon Festival & Compagnies 2011.

"Le Tour du Monde en 33 Tours"

Les Piments Givrés © MaNa.
Les Piments Givrés © MaNa.
(Vu le 9 juillet 2011)
Par les Les Piments Givrés.
Textes : Jef De La Cruz.
Mise en scène : Pierre Pirol.
Interprètes : Jean-François De La Cruz (auteur, compositeur, chant, guitare), Monya Rekik (danse, mime), Thierry Paul (compositeur, guitare), Yoann Godefroy (contrebasse, basse), François Tousch (accordéon, bandonéon).
Durée : 1 h 10.

Spectacle du 17 octobre au 12 décembre 2012.
Mercredi et samedi à 16 h 30 (relâches les 14 et 24 novembre).
Théâtre Les Déchargeurs, Salle Vicky Messica , Paris 1er, 08 92 70 12 28.
>> lesdechargeurs.fr

Du 8 au 30 juillet 2011.
Tous les jours à 10 h 30 (durée 1 h).
Théâtre de l’Étincelle, 14, place des Études, Avignon, 04 90 85 43 91
30 juillet 2011, 21 h à Montluçon (03).

Spectacle du 25 octobre au 4 novembre 2011.
Mardi au vendredi à 14 h.
Théâtre de Menilmontant,15 rue du Retrait, Paris 20e.
01 46 36 98 60. www.menilmontant.info

Gil Chauveau
Vendredi 15 Juillet 2011

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Huit pièces de théâtre d'Agatha Christie éditées chez L'Œil du Prince

L'œuvre théâtrale d'Agatha Christie est très peu connue en France, ses pièces n'ayant quasiment jamais été publiées en français. C'est chose partiellement réparée avec la publication de huit textes - constituant une partie de son œuvre dramatique -, entre 2018 et 2020, aux Éditions L'Œil du Prince* dont deux, "Reconstitution" et "Le Point de rupture", le 12 novembre dernier.

En adaptant elle-même ses romans, Agatha Christie se révèle en dramaturge précise, maîtrisant parfaitement la tension dramatique du huis clos. Sa plume de romancière perce à travers des didascalies fournies, qui permettent de traverser les pièces comme des récits. On a pu le voir l'année dernière à La Pépinière Théâtre avec "La Souricière" mise en scène par Ladislas Chollat.

Ici, pour ces huit parutions, la traduction a été assurée par Gérald Sibleyras, auteur de quelques beaux succès dont "Un Petit Jeu sans conséquence" (co-écrit avec Jean Dell) et Sylvie Perez, journaliste et essayiste.

Gérald Sibleyras est l'auteur de nombreuses pièces : "Le Vent des peupliers", "La Danse de l'albatros", etc. Nommé quatre fois aux Molières comme meilleur auteur, il a gagné le Laurence Olivier Award de la meilleure comédie à Londres en 2006 pour l'adaptation du "Vent des peupliers". Il a reçu en 2010 le Molière de l'adaptateur pour "Les 39 marches". Gérald Sibleyras est également l'adaptateur de la pièce à succès "Des fleurs pour Algernon".

Gil Chauveau
27/11/2020
Spectacle à la Une

Lou Casa CD "Barbara & Brel" À nouveau un souffle singulier et virtuose passe sur l'œuvre de Barbara et de Brel

Ils sont peu nombreux ceux qui ont une réelle vision d'interprétation d'œuvres d'artistes "monuments" tels Brel, Barbara, Brassens, Piaf et bien d'autres. Lou Casa fait partie de ces rares virtuoses qui arrivent à imprimer leur signature sans effacer le filigrane du monstre sacré interprété. Après une relecture lumineuse en 2016 de quelques chansons de Barbara, voici le profond et solaire "Barbara & Brel".

© Alicia Gardes.
Comme dans son précédent opus "À ce jour" (consacré à Barbara), Marc Casa est habité par ses choix, donnant un souffle original et unique à chaque titre choisi. Évitant musicalement l'écueil des orchestrations "datées" en optant systématiquement pour des sonorités contemporaines, chaque chanson est synonyme d'une grande richesse et variété instrumentales. Le timbre de la voix est prenant et fait montre à chaque fois d'une émouvante et artistique sincérité.

On retrouve dans cet album une réelle intensité pour chaque interprétation, une profondeur dans la tessiture, dans les tonalités exprimées dont on sent qu'elles puisent tant dans l'âme créatrice des illustres auteurs que dans les recoins intimes, les chemins de vie personnelle de Marc Casa, pour y mettre, dans une manière discrète et maîtrisée, emplie de sincérité, un peu de sa propre histoire.

"Nous mettons en écho des chansons de Barbara et Brel qui ont abordé les mêmes thèmes mais de manières différentes. L'idée est juste d'utiliser leur matière, leur art, tout en gardant une distance, en s'affranchissant de ce qu'ils sont, de ce qu'ils représentent aujourd'hui dans la culture populaire, dans la culture en général… qui est énorme !"

Gil Chauveau
03/12/2020
Sortie à la Une

Vingt-huit personnalités du monde culturel et intellectuel déposent une demande au Conseil d'État : leur droit fondamental à la culture

© DR.
L'ensemble des acteurs du théâtre, cinéma, cirque, privés, publics, compagnies, organismes publics, syndicats, associations… seront présents ou représentés lundi matin devant le Conseil d'État pour demander au gouvernement la réouverture des lieux de Culture.

À l'occasion de cette audience, 28 personnalités du monde culturel et intellectuel se sont jointes hier à la procédure en déposant une demande pour invoquer, en tant que citoyen, leur droit fondamental d'accès à la culture.

Ils souhaitent que le Conseil d'État se saisisse de ce moment historique et consacre le droit à la Culture comme une liberté fondamentale en France.

Mireille Delmas Marty, Edgar Morin, Isabelle Adjani, Karin Viard, Juliette Binoche, Jean Nouvel, David Dufresne, Jean-Michel Ribes, Virigine Efira, Rokhaya Diallo, Charles Berling, Pauline Bureau, Philippe Torreton, Julie Gayet, Rebecca Zlotowski, François Morel, Nadège Beausson-Diagne, Nancy Huston, Bulle Ogier, Bernard Latarjet, Laurence Lascary, Patrick Aeberhard, Marcial Di Fonzo Bo, Anna Mouglalis, José-Manuel Gonçalves, Zahia Ziouani, Anny Duperey, Paul B. Preciado.

Cabinet en charge du dossier :
Cabinet Bourdon & Associés – Avocats, 01 42 60 32 60.
contact@bourdon-associes.com

Communiqué de presse du 20 décembre 2020.

La Rédaction
20/12/2020