La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Feydeau sème la "tziganie"

La Cie Guépard échappée présente, au Festival Premiers Pas, "le Dindon", revisité (par la metteuse en scène Vica Zagreba) sur un air tzigane. Même si la musique donne une allure enjouée et festive à l’ensemble, nous ne sommes pas certains que ce parti pris rythme de façon suffisamment pertinente le texte de Feydeau et comble les nombreux couacs d’un jeu encore un peu fragile.



Feydeau sème la "tziganie"
Comme toujours chez Feydeau, l’intrigue n’est jamais bien complexe : histoires à tiroirs de maris volages où les femmes s’avèrent bien plus malignes que leurs benêts de maris. Pontagnac (Sébastien Rajon) a la réputation d’un héros de basse-cour qui se glorifie de ses conquêtes. C’est sans vergogne qu’il jette son dévolu sur la belle Lucienne (Vahid Abay), pourtant mariée à Vatelin et déjà convoitée par Rédillon. Les femmes bafouées, quant à elles, promettent de livrer leur honneur à ces coqs si leur mari venait à les tromper vraiment. Courses effrénées des uns, quiproquos des autres, maîtresse hystérique et cocotte empanachée, tous les poncifs du genre sont là et l’on se gausse de bon cœur de ces "dindons" englués dans leur farce.

On l’aura compris, pour ceux qui ne connaissent pas encore l’intrigue, cette comédie ne manque pas de couleurs. D’ailleurs, la mise en scène de Vica Zagréba démarre plutôt bien : huit musiciens aux tonalités tziganes font leur apparition au milieu d’un public encore en train de boire et de manger. Les spectateurs sont agréablement accueillis par une musique entraînante. Nous sourions à cette jolie initiative qui rappelle l’esprit troubadour du Festival. L’introduction est pleine de promesse.


Et si on lisait l'article en musique ?
les_musiciens_du_dindon,_m_e_s__par_vica_zagreba,_festival_premiers_pas_2_1_.mp3 Les musiciens du Dindon, m.e.s. par Vica Zagreba, festival Premiers pas 2(1).mp3  (1.17 Mo)


De même, l’entrée fracassante (dans un caddie) du premier personnage ne manque pas de piquant et fait déjà le régal du public. Feydeau a besoin de rythme, le mouvement doit être incessant. Vica Zagreba l’a bien compris et la troupe réussit à insuffler une certaine dynamique grâce à une scénographie très colorée : dans le fond de la scène, on retrouve nos musiciens assis et jouant aux cartes. Ils ponctueront à l’aide de leurs instruments les moments clés de l’histoire. A l’avant, côté cour et côté jardin : les portes, point de passage incontournable chez Feydeau. Au milieu, un salon, modulable et transformable en chambre d’hôtel (au gré des différents changements de lieux). Le décor n’a rien d’exceptionnel, mais avec le peu de moyens offerts par le Festival Premiers Pas (une large estrade sous chapiteau), la metteuse en scène est arrivée à recréer une réelle atmosphère.

Les intentions sont louables, pas de doute. Mais ce qui aurait pu apparaître par touches (la coloration tzigane) finit par ensuite interférer sur le jeu des comédiens et donner du non sens au texte et à la construction des personnages. Un exemple parmi d’autres : on ne comprend pas pourquoi certains sont habillés à la mode tzigane et d’autres non. Quant aux musiciens, ils n’accompagnent pas assez le jeu des comédiens. Si à deux ou trois reprises, les interventions en musique sont heureuses (notamment le combat de coqs dansé entre Rédillon et Pontagnac), le reste ne convainc pas. Le ton est gai et sympathique, certes, mais Lucienne Vatelin (pour ne citer que ce personnage), dans le jeu qu'elle déploie, est loin de ressembler à une gitane, ou même à une Carmencita. Parti pris qui n'a pas été assez poussé ou coloration qui ne fonctionne pas tout à fait avec les personnages de départ ? Une chose de sûre, tout cela manque d'évidence et de fluidité.

Nous étions venus à la première, il est donc très possible que depuis, le jeu soit mieux calé, le texte complètement digéré et que les comédiens aient fini par s’écouter les uns les autres. Mais lorsque des répliques sont placées trop tôt, la gestuelle pas assez étudiée, l’ensemble devient confus et cacophonique. Erreurs que le rythme et l'exigence du texte ne pardonnent pas ! Le soufflé retombe alors bien vite.

Le résultat ? Inégal. Un Sébastien Rajon en partie décevant (qui s’empêtre dans les apartés) et une Vahid Abay pas assez à l’écoute de ses partenaires. Pourtant, ce n’est pas faute de les avoir trouvés excellents par ailleurs (voir la critique de Pierre et Jean). En revanche, quelques belles surprises, comme celle de Laure Portier, dans le rôle de la maîtresse anglaise égocentrique et nymphomane. Elle est drôle et ridicule à souhait, son jeu dénote largement.

Ici, entre musiciens et comédiens, ils sont dix-sept artistes sur le plateau. Le travail est donc ambitieux et même si nous n’avons pas été entièrement convaincus par ce spectacle, aussi imparfait soit-il, nous avons eu beaucoup de plaisir à partager cet air de troupe qu’offre le Festival Premiers Pas.

"L’histoire du Dindon, d’après "le Dindon" de Georges Feydeau"

(Vu le 22/05/2011)

Texte : Georges Feydeau.
Mise en scène : Vica Zagreba, Hélène Lebartier.
Avec : Vahid Abay, Jean Barlerin, Léonard Cortona, Perrine Dauger, Aurélia Decker, Céline Hilbich, Laure Portier, Sébastien Rajon, Clément Vieu.
Les musiciens : Steeve Barre, Fabien Bucher, Romane Claudel Ferragui, Marine Goldwaser, Aline Haelberg, Stélios Lazarou, Bruno Luna Kisic, Élodie Messmer.
Scénographie : Alice Gervaise, France Trebucq.
Costumes : Laurrence Barrès.
Lumières : Jérémy Riou.
Graphisme : Lucille Botti.

Du 22 mai au 25 juin 2011.
Prochaines dates :
- Jeudi 16 juin 2011 à 21 h.
- Dimanche 19 juin à 20 h 30.
- Mardi 21 juin à 20 h 30.
- Mercredi 22 à juin 20 h 30.
- Jeudi 23 juin à 21 h.
- samedi 25 juin à 21 h.

Festival Premiers Pas.
Du 6 mai au 26 juin 2011.
http://www.premiers-pas.fr/
Réservations : 01 43 74 24 08.

Sheila Louinet
Dimanche 12 Juin 2011

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Sabordage" Comme une synthèse de la modernité… une implosion écologique à venir, avenir sombre de notre monde…

Elle fut riche et belle, plaisante et paradisiaque, pays de cocagne… puis devint consommatrice et opulente, industrieuse, minière et calamité écologique, pour finir mendiante et désespérée, à l'avenir destructif d'une future terre qui coule à pic… C'est la "belle" histoire de l'île de Nauru*, miroir de notre prochain anéantissement - au délicat (!) mais définitif intitulé "6e extinction de masse" -, qui nous est contée par le talentueux Collectif Mensuel.

Narration aux allures de débats, de commentaires, d'échanges réalistes… Scénographie en une forme d'actions documentaires, visible au lointain par report vidéo "en direct", en rappel de notre monde de l'image, expression ironique de nos chaînes d'infos en continu pour une structure créative d'un théâtre pédagogique, d'un reportage théâtralisé… Car ici tout est vrai, le drame, les horreurs économiques, le dézingage des ressources et de l'environnement… le sabordage de l'île a vraiment eu lieu, sans parler des perspectives radieuses d'une fin en version sous-marine !

Le récit - dans un préambule exposant un éden de rêve aux allures de paradis touristique, sis à quelques encablures de la Papouasie-Nouvelle-Guinée (près de 2 700 km quand même !) - se construit sur un montage cinématographique et télévisuel où le collectif puise dans les séries et films des années soixantes-dix quatre-vingt, tous célèbres et ancrées dans nos imaginaires collectifs…

Gil Chauveau
11/10/2019
Spectacle à la Une

FAB 2019 "Concours européen de la chanson philosophique" La philosophie mise en musique dans un dispositif à faire kiffer "l'euro-vision"

Massimo Furlan, performer suisse mâtiné d'Italien, était dans ses jeunes années fan de l'Eurovision, de ses paillettes éblouissantes et de ses bluettes sentimentales réunissant joyeusement sa famille autour du petit écran. Près d'un demi-siècle plus tard, c'est la grande avant-scène du Carré qui le projette sous les sunlights en splendide ordonnateur - flanqué d'une superbe créature en robe lamé - de deux soirées "enchantées" dédiées à une vision de notre Monde. Comme quoi divertissement populaire et réflexion de pointe peuvent rimer ensemble…

FAB 2019
Reconstituant somptueusement le décorum kitsch du concours de l'Eurovision ayant à jamais impressionné ses premières émotions artistiques, le performer semble jubiler en détournant "sérieusement" le répertoire d'origine pour proposer un récital de onze chansons dont l'écriture a été confiée par ses soins à des philosophes, sociologues et autres chercheurs sachant penser le monde. L'interprétation de ces textes métaphoriques revient à des artistes costumés de manière délirante, projetés en direct par un vidéaste décuplant leur truculente présence scénique sur les notes d'un orchestre en live.

Quant au Jury réuni sur une singulière estrade roulante dénotant avec sa "notabilité", il est composé d'éminents professeurs d'université et sommités intellectuelles se prêtant avec grâce et bonheur au jeu de leur interprétation avant d'attribuer leur note. Le public - le genre l'impose - est sollicité en permanence afin de faire entendre également "sa voix" captée par un "votaton" chargé d'enregistrer le volume d'applaudissements attribué à chaque candidat.

Yves Kafka
15/10/2019
Sortie à la Une

"Fake"… Un "Peer Gynt" pour explorer le monde de l'info et de l'intox

"Fake - Tout est faux, tout est fou", Gare de l'Est, Paris

L'homme vagabonde sous les toits ferroviaires, au carrefour des âmes voyageuses… il est conteur. Peer Gynt partit aussi à l'aventure, cheminant entre rêve et réalité. Le narrateur s'en inspire pour démêler le vrai du faux… de notre réalité… Extraire le fake à l'ère des news…

Spectacle déambulatoire, performance de rues (ici intérieure), Fake convoque un conteur, un concepteur compositeur, des musiciens, pour une exploration d'un nouveau type où le spectateur, équipé d'un casque audio, se laisse emmener, au sens littéral comme virtuel dans une promenade découverte entre vraies et fausses informations.

Dans ce périple artistique, ce dernier garde toute liberté d'action, plus précisément de mouvements, déambulant dans l'espace proposé au fil de ses envies, de ses inspirations ou guidé par l'histoire, narration sonore, vocale et musicale, composée en direct et diffusée dans le casque et/ou influencé par la vue, le cheminement de l'acteur, Abbi Patrix, interprétant à sa façon Peer Gynt, exprimant son ressenti du lieu, posant des questions sur la véracité du réel ou interrogeant le badaud passant.

Les éléments sonores audibles dans le casque sont superposés, sans apparente cohérence mais peuvent stimuler ou orienter la perception du spectateur qui fait le choix d'être actif ou passif, ponctuellement ou de manière permanente, redevenant alors un simple observateur.

Gil Chauveau
10/10/2019