La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Feydeau sème la "tziganie"

La Cie Guépard échappée présente, au Festival Premiers Pas, "le Dindon", revisité (par la metteuse en scène Vica Zagreba) sur un air tzigane. Même si la musique donne une allure enjouée et festive à l’ensemble, nous ne sommes pas certains que ce parti pris rythme de façon suffisamment pertinente le texte de Feydeau et comble les nombreux couacs d’un jeu encore un peu fragile.



Feydeau sème la "tziganie"
Comme toujours chez Feydeau, l’intrigue n’est jamais bien complexe : histoires à tiroirs de maris volages où les femmes s’avèrent bien plus malignes que leurs benêts de maris. Pontagnac (Sébastien Rajon) a la réputation d’un héros de basse-cour qui se glorifie de ses conquêtes. C’est sans vergogne qu’il jette son dévolu sur la belle Lucienne (Vahid Abay), pourtant mariée à Vatelin et déjà convoitée par Rédillon. Les femmes bafouées, quant à elles, promettent de livrer leur honneur à ces coqs si leur mari venait à les tromper vraiment. Courses effrénées des uns, quiproquos des autres, maîtresse hystérique et cocotte empanachée, tous les poncifs du genre sont là et l’on se gausse de bon cœur de ces "dindons" englués dans leur farce.

On l’aura compris, pour ceux qui ne connaissent pas encore l’intrigue, cette comédie ne manque pas de couleurs. D’ailleurs, la mise en scène de Vica Zagréba démarre plutôt bien : huit musiciens aux tonalités tziganes font leur apparition au milieu d’un public encore en train de boire et de manger. Les spectateurs sont agréablement accueillis par une musique entraînante. Nous sourions à cette jolie initiative qui rappelle l’esprit troubadour du Festival. L’introduction est pleine de promesse.


Et si on lisait l'article en musique ?
les_musiciens_du_dindon,_m_e_s__par_vica_zagreba,_festival_premiers_pas_2_1_.mp3 Les musiciens du Dindon, m.e.s. par Vica Zagreba, festival Premiers pas 2(1).mp3  (1.17 Mo)


De même, l’entrée fracassante (dans un caddie) du premier personnage ne manque pas de piquant et fait déjà le régal du public. Feydeau a besoin de rythme, le mouvement doit être incessant. Vica Zagreba l’a bien compris et la troupe réussit à insuffler une certaine dynamique grâce à une scénographie très colorée : dans le fond de la scène, on retrouve nos musiciens assis et jouant aux cartes. Ils ponctueront à l’aide de leurs instruments les moments clés de l’histoire. A l’avant, côté cour et côté jardin : les portes, point de passage incontournable chez Feydeau. Au milieu, un salon, modulable et transformable en chambre d’hôtel (au gré des différents changements de lieux). Le décor n’a rien d’exceptionnel, mais avec le peu de moyens offerts par le Festival Premiers Pas (une large estrade sous chapiteau), la metteuse en scène est arrivée à recréer une réelle atmosphère.

Les intentions sont louables, pas de doute. Mais ce qui aurait pu apparaître par touches (la coloration tzigane) finit par ensuite interférer sur le jeu des comédiens et donner du non sens au texte et à la construction des personnages. Un exemple parmi d’autres : on ne comprend pas pourquoi certains sont habillés à la mode tzigane et d’autres non. Quant aux musiciens, ils n’accompagnent pas assez le jeu des comédiens. Si à deux ou trois reprises, les interventions en musique sont heureuses (notamment le combat de coqs dansé entre Rédillon et Pontagnac), le reste ne convainc pas. Le ton est gai et sympathique, certes, mais Lucienne Vatelin (pour ne citer que ce personnage), dans le jeu qu'elle déploie, est loin de ressembler à une gitane, ou même à une Carmencita. Parti pris qui n'a pas été assez poussé ou coloration qui ne fonctionne pas tout à fait avec les personnages de départ ? Une chose de sûre, tout cela manque d'évidence et de fluidité.

Nous étions venus à la première, il est donc très possible que depuis, le jeu soit mieux calé, le texte complètement digéré et que les comédiens aient fini par s’écouter les uns les autres. Mais lorsque des répliques sont placées trop tôt, la gestuelle pas assez étudiée, l’ensemble devient confus et cacophonique. Erreurs que le rythme et l'exigence du texte ne pardonnent pas ! Le soufflé retombe alors bien vite.

Le résultat ? Inégal. Un Sébastien Rajon en partie décevant (qui s’empêtre dans les apartés) et une Vahid Abay pas assez à l’écoute de ses partenaires. Pourtant, ce n’est pas faute de les avoir trouvés excellents par ailleurs (voir la critique de Pierre et Jean). En revanche, quelques belles surprises, comme celle de Laure Portier, dans le rôle de la maîtresse anglaise égocentrique et nymphomane. Elle est drôle et ridicule à souhait, son jeu dénote largement.

Ici, entre musiciens et comédiens, ils sont dix-sept artistes sur le plateau. Le travail est donc ambitieux et même si nous n’avons pas été entièrement convaincus par ce spectacle, aussi imparfait soit-il, nous avons eu beaucoup de plaisir à partager cet air de troupe qu’offre le Festival Premiers Pas.

"L’histoire du Dindon, d’après "le Dindon" de Georges Feydeau"

(Vu le 22/05/2011)

Texte : Georges Feydeau.
Mise en scène : Vica Zagreba, Hélène Lebartier.
Avec : Vahid Abay, Jean Barlerin, Léonard Cortona, Perrine Dauger, Aurélia Decker, Céline Hilbich, Laure Portier, Sébastien Rajon, Clément Vieu.
Les musiciens : Steeve Barre, Fabien Bucher, Romane Claudel Ferragui, Marine Goldwaser, Aline Haelberg, Stélios Lazarou, Bruno Luna Kisic, Élodie Messmer.
Scénographie : Alice Gervaise, France Trebucq.
Costumes : Laurrence Barrès.
Lumières : Jérémy Riou.
Graphisme : Lucille Botti.

Du 22 mai au 25 juin 2011.
Prochaines dates :
- Jeudi 16 juin 2011 à 21 h.
- Dimanche 19 juin à 20 h 30.
- Mardi 21 juin à 20 h 30.
- Mercredi 22 à juin 20 h 30.
- Jeudi 23 juin à 21 h.
- samedi 25 juin à 21 h.

Festival Premiers Pas.
Du 6 mai au 26 juin 2011.
http://www.premiers-pas.fr/
Réservations : 01 43 74 24 08.

Sheila Louinet
Dimanche 12 Juin 2011

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives








À découvrir

•Off 2019• Antioche… Contradictions contemporaines… entre confort matérialiste et exaltation romantique

L'histoire se passe au Québec. Dans "Antioche" de Sarah Berthiaume, Antigone est une adolescente un peu foutrac, qui fait un peu n'importe nawak avec son djin troué et sa toga praetexta. Normal, elle voudrait jouer Anouilh et son Antigone, et articuler parfaitement le Français standard plutôt que jouer les fièvres du samedi soir…

•Off 2019• Antioche… Contradictions contemporaines… entre confort matérialiste et exaltation romantique
… Quant à sa copine Jade, elle ne vaut pas mieux qui s'emmure dans les toiles d'Internet, universelle araigne maléfique, pendant que sa mère qui a fui la Syrie fait des listes de mots pour les mémoriser.

Dans cette terre d'exil et d'accueil, dans cette terre d'immigration qui mêle réfugiés du Proche-Orient et descendants des acadiens entourés d'Anglais, cette terre qui veut échapper au globish et se pose la question de sa présence au monde, les deux copines rêvent de fugues, vivent intensément le sentiment de la liberté ou de l'enfermement. C'est que le confort matérialiste ou l'exaltation romantique sont autant de pièges à éviter. Pour elles le retour aux origines est problématique. La pièce noue les contradictions contemporaines.

Le langage est populaire, direct et inventif. Et le spectacle évolue de la comédie populaire et farcesque au drame suspendu au dessus des têtes. Les personnages connaissent des paroxysmes et dans les allers et les retours de leurs rêves, dans leurs errances, leurs désirs de fugues se lit la construction d'une mémoire et d'une identité. Jusqu'à ce que les deux héroïnes, en bordure du danger, croisent le chemin de la fatalité et du destin. Le retour aux origines devient tentation de l'intégrisme, du terrorisme.

Jean Grapin
29/06/2019
Spectacle à la Une

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !

Quand du noir complet, le faisceau de lumière de l'ampoule tombant des cintres coiffe le crâne dégarni et blanchi de Denis Lavant, hiératique derrière un bureau métallique fatigué, les yeux aimantés par un magnétophone à bande posé devant lui et absorbant dans la nuit magnétique toute son énergie, on se dit que la magie du théâtre est un leurre qui nous ravit au double sens…

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !
Plus rien n'existe alors que ce fabuleux homme né pour le théâtre qui s'apprête devant nous à renouer avec l'univers insolite de Samuel Beckett, dont il a interprété sur cette même scène des Halles, "Cap au pire" (2017), mis en jeu par le même Jacques Osinski.

Et le (très) long silence qui s'ensuit instille, dans le droit fil du choc liminaire, une étrangeté en osmose avec l'univers du dramaturge irlandais. Puis, émergeant de sa torpeur contemplative, "il" rapproche à quelques millimètres de son œil, que l'on devine à moitié aveugle, une clé extraite du fouillis de son veston loqueteux. Si le premier tiroir ouvert contenant une bobine ne l'intéresse pas dans l'immédiat, l'autre dans lequel il plonge à nouveau sa tête lui offre… une banane ! Épluchée soigneusement, elle va être tenue en bouche avant d'être mangée. La peau jetée sur le sol, lui vaudra une glissade digne d'un Buster Keaton sorti d'un film muet.

Yves Kafka
07/07/2019
Sortie à la Une

•Off 2019• Le dernier Ogre Conte slamé et "bio-éthique" à dévorer tout cru

D'abord dire le choc artistique lié au mix d'un slam magnétique, d'une voix parlée aux résonances philosophiques, d'une musique live et de live painting se répondant l'une et l'autre, le tout réuni sur le même plateau pour créer l'univers poétique où deux histoires différentes - quoique… - se rencontrent au point de chute. Les contes partagent cela en commun, ils "parlent" au-delà de leur contenu et réservent des surprises "sans fin" qui nous mettent en appétit (d'ogre).

•Off 2019• Le dernier Ogre Conte slamé et
Ensuite, dire que l'on ne doit pas se laisser abuser par le mot conte… Comme beaucoup de contes, il n'est pas destiné aux enfants même s'il peut être vu avec intérêt par eux aussi… ne serait-ce que pour qu'ils expliquent aux adultes que leur faim de bien faire - rêve d'une vie bio et écologique à tous crins - peut s'avérer à la fin, "une vraie tuerie"…

(Il était une fois) un ogre dont i["À [son] retour [sa] douce avait dressé la table/Préparée comme jamais des mets gorgés d'odeur"]i (il parle, l'ogre, en alexandrins slamés) et qui aimait ses sept filles plus que tout au monde, les bisoutant, les cajolant et veillant à ce que rien ne leur manquât de nourriture raffinée et autres conforts domestiques. Un père de famille au-dessus de tout soupçon…

Certes, les mets gorgés d'odeurs mijotés par sa femme ogresse étaient exquis à son goût mais ogre il était, et son penchant "naturel" pour la chair fraîche humaine ne pouvait longtemps rester au garde-manger.

Yves Kafka
27/07/2019