La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Feydeau sème la "tziganie"

La Cie Guépard échappée présente, au Festival Premiers Pas, "le Dindon", revisité (par la metteuse en scène Vica Zagreba) sur un air tzigane. Même si la musique donne une allure enjouée et festive à l’ensemble, nous ne sommes pas certains que ce parti pris rythme de façon suffisamment pertinente le texte de Feydeau et comble les nombreux couacs d’un jeu encore un peu fragile.



Feydeau sème la "tziganie"
Comme toujours chez Feydeau, l’intrigue n’est jamais bien complexe : histoires à tiroirs de maris volages où les femmes s’avèrent bien plus malignes que leurs benêts de maris. Pontagnac (Sébastien Rajon) a la réputation d’un héros de basse-cour qui se glorifie de ses conquêtes. C’est sans vergogne qu’il jette son dévolu sur la belle Lucienne (Vahid Abay), pourtant mariée à Vatelin et déjà convoitée par Rédillon. Les femmes bafouées, quant à elles, promettent de livrer leur honneur à ces coqs si leur mari venait à les tromper vraiment. Courses effrénées des uns, quiproquos des autres, maîtresse hystérique et cocotte empanachée, tous les poncifs du genre sont là et l’on se gausse de bon cœur de ces "dindons" englués dans leur farce.

On l’aura compris, pour ceux qui ne connaissent pas encore l’intrigue, cette comédie ne manque pas de couleurs. D’ailleurs, la mise en scène de Vica Zagréba démarre plutôt bien : huit musiciens aux tonalités tziganes font leur apparition au milieu d’un public encore en train de boire et de manger. Les spectateurs sont agréablement accueillis par une musique entraînante. Nous sourions à cette jolie initiative qui rappelle l’esprit troubadour du Festival. L’introduction est pleine de promesse.


Et si on lisait l'article en musique ?
les_musiciens_du_dindon,_m_e_s__par_vica_zagreba,_festival_premiers_pas_2_1_.mp3 Les musiciens du Dindon, m.e.s. par Vica Zagreba, festival Premiers pas 2(1).mp3  (1.17 Mo)


De même, l’entrée fracassante (dans un caddie) du premier personnage ne manque pas de piquant et fait déjà le régal du public. Feydeau a besoin de rythme, le mouvement doit être incessant. Vica Zagreba l’a bien compris et la troupe réussit à insuffler une certaine dynamique grâce à une scénographie très colorée : dans le fond de la scène, on retrouve nos musiciens assis et jouant aux cartes. Ils ponctueront à l’aide de leurs instruments les moments clés de l’histoire. A l’avant, côté cour et côté jardin : les portes, point de passage incontournable chez Feydeau. Au milieu, un salon, modulable et transformable en chambre d’hôtel (au gré des différents changements de lieux). Le décor n’a rien d’exceptionnel, mais avec le peu de moyens offerts par le Festival Premiers Pas (une large estrade sous chapiteau), la metteuse en scène est arrivée à recréer une réelle atmosphère.

Les intentions sont louables, pas de doute. Mais ce qui aurait pu apparaître par touches (la coloration tzigane) finit par ensuite interférer sur le jeu des comédiens et donner du non sens au texte et à la construction des personnages. Un exemple parmi d’autres : on ne comprend pas pourquoi certains sont habillés à la mode tzigane et d’autres non. Quant aux musiciens, ils n’accompagnent pas assez le jeu des comédiens. Si à deux ou trois reprises, les interventions en musique sont heureuses (notamment le combat de coqs dansé entre Rédillon et Pontagnac), le reste ne convainc pas. Le ton est gai et sympathique, certes, mais Lucienne Vatelin (pour ne citer que ce personnage), dans le jeu qu'elle déploie, est loin de ressembler à une gitane, ou même à une Carmencita. Parti pris qui n'a pas été assez poussé ou coloration qui ne fonctionne pas tout à fait avec les personnages de départ ? Une chose de sûre, tout cela manque d'évidence et de fluidité.

Nous étions venus à la première, il est donc très possible que depuis, le jeu soit mieux calé, le texte complètement digéré et que les comédiens aient fini par s’écouter les uns les autres. Mais lorsque des répliques sont placées trop tôt, la gestuelle pas assez étudiée, l’ensemble devient confus et cacophonique. Erreurs que le rythme et l'exigence du texte ne pardonnent pas ! Le soufflé retombe alors bien vite.

Le résultat ? Inégal. Un Sébastien Rajon en partie décevant (qui s’empêtre dans les apartés) et une Vahid Abay pas assez à l’écoute de ses partenaires. Pourtant, ce n’est pas faute de les avoir trouvés excellents par ailleurs (voir la critique de Pierre et Jean). En revanche, quelques belles surprises, comme celle de Laure Portier, dans le rôle de la maîtresse anglaise égocentrique et nymphomane. Elle est drôle et ridicule à souhait, son jeu dénote largement.

Ici, entre musiciens et comédiens, ils sont dix-sept artistes sur le plateau. Le travail est donc ambitieux et même si nous n’avons pas été entièrement convaincus par ce spectacle, aussi imparfait soit-il, nous avons eu beaucoup de plaisir à partager cet air de troupe qu’offre le Festival Premiers Pas.

"L’histoire du Dindon, d’après "le Dindon" de Georges Feydeau"

(Vu le 22/05/2011)

Texte : Georges Feydeau.
Mise en scène : Vica Zagreba, Hélène Lebartier.
Avec : Vahid Abay, Jean Barlerin, Léonard Cortona, Perrine Dauger, Aurélia Decker, Céline Hilbich, Laure Portier, Sébastien Rajon, Clément Vieu.
Les musiciens : Steeve Barre, Fabien Bucher, Romane Claudel Ferragui, Marine Goldwaser, Aline Haelberg, Stélios Lazarou, Bruno Luna Kisic, Élodie Messmer.
Scénographie : Alice Gervaise, France Trebucq.
Costumes : Laurrence Barrès.
Lumières : Jérémy Riou.
Graphisme : Lucille Botti.

Du 22 mai au 25 juin 2011.
Prochaines dates :
- Jeudi 16 juin 2011 à 21 h.
- Dimanche 19 juin à 20 h 30.
- Mardi 21 juin à 20 h 30.
- Mercredi 22 à juin 20 h 30.
- Jeudi 23 juin à 21 h.
- samedi 25 juin à 21 h.

Festival Premiers Pas.
Du 6 mai au 26 juin 2011.
http://www.premiers-pas.fr/
Réservations : 01 43 74 24 08.

Dimanche 12 Juin 2011

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.



    Aucun événement à cette date.
Vidéos les plus récentes



À découvrir

"Les femmes de la maison" L'épopée des luttes féminines sous le prisme d'une maison très spéciale

Voici la dernière pièce de Pauline Sales (écriture et mise en scène) qui a été présentée au Théâtre Paul Scarron du Mans devant un public professionnel restreint. Un privilège que d'assister à cette histoire que l'on sent chevillée au corps de sa créatrice. Il y est question de femmes artistes. Question également des femmes non artistes. Question de la liberté que les femmes ont peu à peu conquis depuis bientôt un siècle. Arrachant bribe après bribe le droit d'agir, de s'exprimer, le droit sur leur corps, leur sexualité, leurs choix. Et trouver enfin la puissance pour se détacher du diktat masculin si bien bétonné.

© Jean-Louis Fernandez.
L'histoire des "femmes de la maison" commence dans les années cinquante et se termine de nos jours. Elle va mettre en jeu une dizaine de personnages féminins sur trois périodes symboliques : les années cinquante, les années soixante-dix et 2022. Pour cela, Pauline Sales invente une maison qui sera le moyen de traverser le temps et l'espace. Cette maison est celle de Joris, un amoureux, par ailleurs cinéaste militant contre les méfaits des guerres. Il achète cette maison par amour pour une photographe, l'amour s'en va, il ne sait qu'en faire, alors il la prête à des artistes. Le hasard veut au départ que ce ne soit que des femmes - peintres, poètes, sculptrices… et cela se transforme en règle : seules des femmes artistes pourront venir un temps pour créer ici.

Première période, maison fermée entourée de bois. C'est l'après-guerre et l'artiste que Joris installe dans la maison dessine. Dessine en mode combat contre elle-même. Contre la pensée que chez elle, son mari, sa fille sont là comme une destinée de femme au foyer qu'elle refuse. Combat contre le mal que cela peut faire.

Bruno Fougniès
25/08/2021
Spectacle à la Une

•Off 2021• Sales Gosses Une approche vertigineuse et bouleversante de la maltraitance à l'école

Harcèlement, maltraitance ponctuelle ou récurrente… à l'école, à la maison, au travail, comment le traiter sur scène, comment prendre ou pas position ? Ici d'ailleurs, pas de prise de position, mais une exposition des faits, du déroulé des événements, en une manière de monologue où la comédienne Claire Cahen habite tous les personnages principaux, offrant l'accès au public à différentes appréciations du drame - victime, tyran, prof, mère - menant à une mise en perspective vertigineuse !

© Théâtre du Centaure.
Pour l'écriture de "Sales gosses", Mihaela Michailov s’est inspirée de faits réels. Une enseignante ligota une élève dans sa salle de classe, les mains derrière le dos, suite à son manque d'attention pour la leçon sur la démocratie qu'elle était en train de donner. Elle exposera ainsi l'enfant saucissonnée en exemple. Les "camarades" de cette petite-fille de onze ans, pendant la récréation, la torturons à leur tour. Elle sera retrouvée sauvagement mutilée… attachée dans les toilettes…

Dans une mise en scène que l'on perçoit nerveuse et précise, millimétrée, visant à l'efficacité, les choix de Fábio Godinho font être immédiatement lisible, mettant en quasi-training sportif la comédienne Claire Cahen et son partenaire musicien chanteur Jorge De Moura qui assure avec énergie (et talent) les multiples interventions instrumentales et/ou vocales. Metteur en scène, mais également performeur, Fábio Godinho joue clairement la carte de l'école "théâtre de la violence", de l'arène/stade où la victime est huée, vilipendée par la foule, cherchant à exprimer la performance telle que demandée sur un ring de boxe. Claire Cahen et Jorge De Moura sont à la hauteur jouant en contre ou en soutien avec le troisième acteur qu'est le décor !

Gil Chauveau
19/07/2021
Spectacle à la Une

•Off 2021• L'Aérien Le fabuleux défi de l'insoupçonnable légèreté de l'être…

Solliciter ressources du corps et de l'esprit unis dans la même entité afin d'affranchir l'humaine condition aux semelles de plomb de la pesanteur la clouant au sol, c'est le prodige réalisé par Mélissa Von Vépy "à l'apogée" de son art. À partir d'une vraie-fausse conférence sur les rapports entre l'Homme et les airs depuis que la Terre est Terre - écrite avec légèreté par Pascale Henry, complice inspirée -, la circassienne rivalise de grâces ascensionnelles. De quoi damer le pion, du haut de son Olympe, à Hermès au casque et chaussures ailées…

© Christophe Raynaud de Lage.
La conférencière au look décontracté étudié, chaussée de lunettes à monture d'écailles et d'escarpins mettant en valeur ses longues jambes, mallette à la main renfermant les planches évocatrices des tentatives humaines pour vaincre la résistance des airs (l'utilisation d'un Powerpoint n'aurait pas été assez daté…), s'emploie avec naturel et humour à survoler cette histoire à tire-d'aile… S'arrêtant cependant sur une reproduction d'Icare, celui par qui la faute advint. Pour avoir voulu voler toujours plus haut, l'intrépide, aux plumes assemblées de cire, s'est brûlé les ailes… et depuis, cette question récurrente : voler est-ce humain ?

Joignant gestes et paroles, elle ôte son blouson libérant des plumes virevoltantes autour d'elle et s'adonne à quelques envolées autour de sa chaise devenant vite le second personnage en scène. D'ailleurs, lorsque, dans le déroulé de sa conférence, elle évoquera les fabuleuses machines volantes nées de l'imaginaire de Léonard de Vinci, on se dit que cette prouesse d'horlogerie fine - que l'on doit à Neil Price - permettant de projeter en douceur ladite chaise jusque dans les cintres, mériterait de les rejoindre au panthéon des créations volantes…

Yves Kafka
26/07/2021