La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

Festival de Prades : À l'Est... des nouveaux !

Le Festival de Prades - et son directeur artistique le clarinettiste Michel Lethiec - place au cœur de ses engagements la volonté de faire découvrir les talents de demain. Le public a donc eu l’opportunité d’applaudir des personnalités de la scène émergente internationale. La Revue du Spectacle a choisi trois interprètes dont on fait ici le pari - à vrai dire peu risqué - qu’ils seront les grands noms de demain.



Irina Zahharenkova © DR.
Irina Zahharenkova © DR.
Une femme et deux hommes : une estonienne, deux russes, tous trentenaires, dont la réputation en France devrait s’installer forcément. Irina Zahharenkova est pianiste et claveciniste. Boris Andrianov est violoncelliste, Dimitri Illarionov guitariste classique. Ils mènent des carrières de solistes et sont déjà régulièrement invités par des orchestres "worldwide", de l’Oural à l’Europe, du Japon à la Suisse en passant par Israël. Seule la France - à l’exception des Festivals - brille par son absence d’imagination programmatique (Pour l’instant. Cependant Boris Andrianov a joué avec l’Orchestre national de France, et Irina Zahharenkova sous la direction de Patrick Gallois).

Leurs points communs ? Ils sont lauréats de prestigieux concours internationaux - par exemple Boris Andrianov a gagné le Concours Rostropovitch - et diplômés de Conservatoires réputés : Le Conservatoire Tchaïkovski de Moscou (pour notre duo russe) ou ceux de Talinn et de Helsinki pour Irina. Cette dernière vit désormais en Finlande et a notablement remporté le premier prix du Concours Jean-Sébastien Bach de Leipzig. Dimitri Illarionov a remporté trois prix (dont le premier) au Concours (espagnol) Franscico Tárrega - premier russe depuis plus de quarante ans à réussir cette gageure !

Dimitri Illarionov © DR.
Dimitri Illarionov © DR.
Ils sont impressionnants techniquement, très investis car pleins d’un juvénile enthousiasme malgré leur – déjà longue – carrière internationale. C’est sans surprise qu’ils ont électrisé le public de Prades.

Irina Zahharenkova joue du pianoforte (une espèce d’ancêtre du piano mais pas tout à fait), du piano (instrument aux cordes frappées) et du clavecin (aux cordes pincées). Excusez du peu. Elle est la digne héritière d’une Wanda Landowska par son jeu expressif, par son vaste répertoire (en gros de Scarlatti à Ligeti) et une technique époustouflante ! Le 8 août, dans la petite église de Molitg, elle a recréé "Melopa", une œuvre pour clavecin du jeune compositeur tchèque Krystof Maratka. Une pièce qui nécessite une réelle virtuosité. Vous auriez admiré cette lutte de la main droite et de la gauche sur les deux claviers, dans un vrai "galop frénétique". Et quelques jours plus tard, dans un programme Manuel de Falla et Maurice Ohana, elle a prouvé que le feu catalan brûlait dans son cœur slave. Elle qui paraît si timide quand elle ne joue pas.

Boris Andrianov © DR.
Boris Andrianov © DR.
Du tempérament, nos musiciens russes en ont aussi à revendre. Admirés pour leur virtuosité technique (différente bien sûr, selon leur instrument), le violoncelliste et le guitariste classique partagent une sensibilité, une musicalité remarquées et un son dense. Leur parfaite entente - un duo formé il y a dix ans - a éclaté à Prades tant dans le répertoire espagnol (Ô le souvenir vif de cette transcription des "Sept chansons populaires espagnoles" de Falla dans l’Abbaye Saint-Michel de Cuxa, faisant revivre l’âme flamenca et le "cante jondo" andalou) que dans celui de la terre slave avec une "Suite moldave traditionnelle", enchantant le public, un autre jour. Sans oublier le concert des deux solistes à Saint-Michel du Canigou (donné au bout d’une petite randonnée d’une heure !), ensuite applaudis par des spectateurs leur faisant une haie d’honneur ! Leurs prestations solo ne décevant évidemment pas.

Après Auvers-sur-Oise et Prades, les producteurs français seraient bien avisés de les inviter sur d’autres scènes pour les faire connaître. L’appel est lancé !

En attendant, nous vous conseillons :
● Le CD que Irina Zahharenkova a gravé en 2012 (les "Sonates" de Domenico Scarlatti). A noter également qu'elle va enregistrer en 2013 de la musique française (Chopin, Ravel, Debussy, etc.).
● Le CD "Classical Duo" avec Boris Andrianov et Dimitri Illarionov chez Delos (Bach, Schubert, Falla, etc.).

Prochains concerts :
● Pour Dimitri Illarionov, un concert le 29 août 2012 au Festival Rheingau Sommer (Allemagne).
● Pour Boris Andrianov, des concerts en septembre en Autriche et en octobre aux USA.
● Pour les trois artistes, des prestations sont prévues l’an prochain aux Festivals d’Auvers-sur-Oise, de Bourges, de Prades, etc.

Christine Ducq
Mercredi 22 Août 2012

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique




Partenariat



À découvrir

"Underground" Éloge du risque amoureux

L'amour comme les angelots n'a pas de sexe. Même les amours les plus charnels, les plus dévastateurs, les plus profonds, les plus troublants. Oui, c'est étrange d'énoncer cela. Mais c'est ici le propos central d'"Underground". Underground, le métro en anglais, et plus symboliquement ici, telle l'image des entrailles sinueuses et enfouies de l'être intime, là où dorment les désirs cachés, indiscrets, inavouables, mais surtout les désirs inconnus et les peurs.

"Underground" explore cette faille des êtres humains, que l'ordre établi, la conscience et la puissance de l'éducation morale dissimulent pour que les normes sociales dominent. La jeune femme, interprétée avec une sensibilité troublante par Clémentine Bernard, seule sur scène, semble pourtant extrêmement classique, anodine, assise dans sa rame de métro. Mais c'est son discours intérieur qu'elle nous partage alors, une voix grâce à laquelle elle va nous emporter vers l'histoire qui l'attend et l'émotion qui va faire résonner son corps, de sa peau jusqu'au plus profond de son être.

Le début du texte la saisit au moment de sa rupture avec l'homme convenable et convenu que la vie lui destinait. Une vie normale, faite de projets d'enfants et de vacances, faite d'un quotidien bien balisé, d'un ordinaire applaudi par tous : familles, amis, rencontres. Une ouverture qui semble comme le début d'un exil obligé. Elle a perdu ce conventionnel qui l'habillait comme une armure. Elle est égarée dans ce métro comme dans un dédale sans issue.

Bruno Fougniès
11/01/2022
Spectacle à la Une

Piquer en plein cœur au théâtre La Flèche, Paris, Jeudi 6 Janvier, 21 heures…

Comment démarrer cette chronique ? Par une citation ? "Un seul être vous manque et tout est dépeuplé", Lamartine. Oui ! Qu'en dirait Laurent Orry ?

© Fabien Montes.
Ah ! Oui. Laurent Orry, c'est l'acteur impeccable vêtu d'un vieux manteau usé et poussiéreux qui, pendant 1 h 15, déploie toute sa force, son énergie mais surtout sa palette d'émotions au service de ce délicieux texte écrit par Alessandro Baricco : "Novecento".

Il interprète Tim Tooney, trompettiste, qui pendant plusieurs années jouera aux côtés de son grand ami Novecento, pianiste génial et hallucinant dont les notes dépasseront même l'océan !

Novecento est donc le héros. C'est dans un carton à chaussures déposé sur le piano de la salle de bal d'un paquebot que Novecento commence sa vie, recueilli par un homme d'équipage… et c'est là que démarre l'histoire.

Et ! Quand Novencento rencontre Tim Tooney, comme une tempête en pleine mer, la secousse est grande, les oreilles agitées et le regard fixe pour ne rien manquer de ce spectacle de vague… à l'âme…

Si ! Car le cœur de Tim Tooney est lourd de peine quand il repense à son ami disparu qui jamais n'avait de son vécu touché la terre ferme. Novecento, sa vie, c'était le paquebot, la mer, les visages des voyageurs entre l'Europe et l'Amérique qui l'inspiraient et ont fait de lui un virtuose mais aussi un homme perdu au milieu de l'océan qui n'a jamais su d'où il venait, qui il était et, de la terre ferme, en a développé une vraie névrose.

Isabelle Lauriou
10/01/2022
Spectacle à la Une

"Fragments" d'Hannah Arendt Du 5 au 8 février 2022 à l'Espace Rachi

Bérengère Warluzel et Charles Berling nous invitent, à travers les mots d'Hannah Arendt, à aimer cette faculté inhérente à la nature humaine : penser. Non, penser n'est pas réservé à une élite, bien au contraire. Penser peut être une aventure joyeuse pour chacun, en plus d'être une jubilation et un enthousiasme qui se partagent.

© Vincent Berenger/Châteauvallon-Liberté - Scène Nationale.
"L'essentiel pour moi, c'est de comprendre : je dois comprendre", dit Hannah Arendt. Au fil de ses textes philosophiques et politiques, mais aussi, et c'est moins connu, ses escapades poétiques, Hannah Arendt a construit une œuvre singulière et inclassable. Bérengère Warluzel y a plongé, en a choisi ces Fragments qui résonnent particulièrement aujourd'hui.

Une table, des chaises, les notes d'un piano… ce n'est pas une biographie, mais un parcours ludique, une traversée partagée et qui ouvre l'accès à la liberté de penser pour soi-même autant qu'à une volonté de comprendre en tant que citoyen et citoyenne dans le monde que nous habitons.

Celle qui voulait avant tout "penser sans entraves" s'adresse à nous et nous invite à penser avec elle.

"La pensée (…), conçue comme un besoin naturel de la vie (…) n'est pas la prérogative d'une minorité, mais une faculté constamment présente en chacun de nous."
François Rodinson.

Annonce
14/01/2022