La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

Festival de Prades : À l'Est... des nouveaux !

Le Festival de Prades - et son directeur artistique le clarinettiste Michel Lethiec - place au cœur de ses engagements la volonté de faire découvrir les talents de demain. Le public a donc eu l’opportunité d’applaudir des personnalités de la scène émergente internationale. La Revue du Spectacle a choisi trois interprètes dont on fait ici le pari - à vrai dire peu risqué - qu’ils seront les grands noms de demain.



Irina Zahharenkova © DR.
Irina Zahharenkova © DR.
Une femme et deux hommes : une estonienne, deux russes, tous trentenaires, dont la réputation en France devrait s’installer forcément. Irina Zahharenkova est pianiste et claveciniste. Boris Andrianov est violoncelliste, Dimitri Illarionov guitariste classique. Ils mènent des carrières de solistes et sont déjà régulièrement invités par des orchestres "worldwide", de l’Oural à l’Europe, du Japon à la Suisse en passant par Israël. Seule la France - à l’exception des Festivals - brille par son absence d’imagination programmatique (Pour l’instant. Cependant Boris Andrianov a joué avec l’Orchestre national de France, et Irina Zahharenkova sous la direction de Patrick Gallois).

Leurs points communs ? Ils sont lauréats de prestigieux concours internationaux - par exemple Boris Andrianov a gagné le Concours Rostropovitch - et diplômés de Conservatoires réputés : Le Conservatoire Tchaïkovski de Moscou (pour notre duo russe) ou ceux de Talinn et de Helsinki pour Irina. Cette dernière vit désormais en Finlande et a notablement remporté le premier prix du Concours Jean-Sébastien Bach de Leipzig. Dimitri Illarionov a remporté trois prix (dont le premier) au Concours (espagnol) Franscico Tárrega - premier russe depuis plus de quarante ans à réussir cette gageure !

Dimitri Illarionov © DR.
Dimitri Illarionov © DR.
Ils sont impressionnants techniquement, très investis car pleins d’un juvénile enthousiasme malgré leur – déjà longue – carrière internationale. C’est sans surprise qu’ils ont électrisé le public de Prades.

Irina Zahharenkova joue du pianoforte (une espèce d’ancêtre du piano mais pas tout à fait), du piano (instrument aux cordes frappées) et du clavecin (aux cordes pincées). Excusez du peu. Elle est la digne héritière d’une Wanda Landowska par son jeu expressif, par son vaste répertoire (en gros de Scarlatti à Ligeti) et une technique époustouflante ! Le 8 août, dans la petite église de Molitg, elle a recréé "Melopa", une œuvre pour clavecin du jeune compositeur tchèque Krystof Maratka. Une pièce qui nécessite une réelle virtuosité. Vous auriez admiré cette lutte de la main droite et de la gauche sur les deux claviers, dans un vrai "galop frénétique". Et quelques jours plus tard, dans un programme Manuel de Falla et Maurice Ohana, elle a prouvé que le feu catalan brûlait dans son cœur slave. Elle qui paraît si timide quand elle ne joue pas.

Boris Andrianov © DR.
Boris Andrianov © DR.
Du tempérament, nos musiciens russes en ont aussi à revendre. Admirés pour leur virtuosité technique (différente bien sûr, selon leur instrument), le violoncelliste et le guitariste classique partagent une sensibilité, une musicalité remarquées et un son dense. Leur parfaite entente - un duo formé il y a dix ans - a éclaté à Prades tant dans le répertoire espagnol (Ô le souvenir vif de cette transcription des "Sept chansons populaires espagnoles" de Falla dans l’Abbaye Saint-Michel de Cuxa, faisant revivre l’âme flamenca et le "cante jondo" andalou) que dans celui de la terre slave avec une "Suite moldave traditionnelle", enchantant le public, un autre jour. Sans oublier le concert des deux solistes à Saint-Michel du Canigou (donné au bout d’une petite randonnée d’une heure !), ensuite applaudis par des spectateurs leur faisant une haie d’honneur ! Leurs prestations solo ne décevant évidemment pas.

Après Auvers-sur-Oise et Prades, les producteurs français seraient bien avisés de les inviter sur d’autres scènes pour les faire connaître. L’appel est lancé !

En attendant, nous vous conseillons :
● Le CD que Irina Zahharenkova a gravé en 2012 (les "Sonates" de Domenico Scarlatti). A noter également qu'elle va enregistrer en 2013 de la musique française (Chopin, Ravel, Debussy, etc.).
● Le CD "Classical Duo" avec Boris Andrianov et Dimitri Illarionov chez Delos (Bach, Schubert, Falla, etc.).

Prochains concerts :
● Pour Dimitri Illarionov, un concert le 29 août 2012 au Festival Rheingau Sommer (Allemagne).
● Pour Boris Andrianov, des concerts en septembre en Autriche et en octobre aux USA.
● Pour les trois artistes, des prestations sont prévues l’an prochain aux Festivals d’Auvers-sur-Oise, de Bourges, de Prades, etc.

Christine Ducq
Mercredi 22 Août 2012

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.







À découvrir

Bernard Adamus "C'qui nous reste du Texas"… Blues et beau

Pour son quatrième album, Bernard Adamus, avec son style blues très marqué, fricote avec le rock pour nous mener vers le grand nord sur des chansons qui se nourrissent de différents tempos aux paroles truculentes.

Bernard Adamus
Bernard Adamus, d'origine polonaise, a débarqué à ses trois ans au Québec. Depuis maintenant plus de dix ans, il trace une ligne artistique saluée par la critique avec ses albums "Brun" (2009), "No2" (2012) et "Sorel soviet so what" (2015). Du premier jusqu'au dernier LP, "C'qui nous reste du Texas", la qualité est toujours chevillée aux accords.

Avec ses dix titres, cet opus a une allure toujours foncièrement blues aux relents parfois rock. L'artiste a laissé très majoritairement son harmonica dans son étui. Sa voix, caractéristique, traînante, presque criarde, est utilisée comme effet multiplicateur de ses émotions.

Les chœurs sont discrets bien que parfois appuyés comme pour "Chipotle". Certaines compositions telle que "L'erreur" excelle dans un blues avec la contrebasse de Simon Pagé très présente, accompagnée de quelques notes de piano pour rendre un son plus clair quand celui-ci est, à dessein, légèrement étouffé par des percussions. La voix monte haut perchée au refrain où claironne un saxophone donnant un tournis musical, tel le reflet d'un état d'âme où la tristesse se berce d'incompréhension. C'est dans ces cassures de rythme que se mêlent d'autres éléments musicaux et vocaux donnant une tessiture aboutie. Le début d'une chanson peut ainsi être décharné à dessein comme celui d'un désert, d'un seul à seul avec l'artiste.

Safidin Alouache
05/05/2020
Spectacle à la Une

"I Fratelli Lehman" par la Cie Tom Corradini Teatro de Turin

Captation intégrale Ce spectacle sans paroles (ou très peu) - mais pas sans bruitages ! - devait être présenté au Théâtre Ambigu durant le festival Off d'Avignon cet été. Du fait de l'annulation, la compagnie italienne Tom Corradini Teatro de Turin vous invite à visionner cette pièce burlesque sur l'argent, la cupidité et l'amour raconté avec le langage du clown, sans interaction verbale, adapté à un public de tous âges et de toutes nationalités.

Comédie visuelle et physique interprété par deux talentueux clowns turinois (Tom Corradini et Michele Di Dedda), "I Fratelli Lehman" (The Lehman Brothers) raconte l'histoire d'un couple de banquiers et de financiers dont les capacités et les compétences les ont rendus célèbres et respectés dans tout le monde.

Apparemment, ils ont tout, des voitures rapides, de beaux secrétaires, des bureaux luxueux, un style de vie somptueux. Cependant, un jour leur fortune est anéantie en quelques minutes après un plongeon désastreux du marché boursier. Des richesses à la misère, ils doivent maintenant transformer leur échec en opportunité et gravir de nouveau la montagne du succès.

Gil Chauveau
21/04/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020