La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Cirque & Rue

Festival Trente Trente "Colère noire" et "Cuir", un parcours à fleur de peau…

Ce qui fait violence en nous est parfois si incommunicable que seules des bribes (in)articulées - comme des éclats de verre brisé - se fraient un chemin dans l'obscurité pour venir exploser en solo sur un plateau. Parfois la violence inhérente aux rapports humains se transcende dans un duo athlétique où, bardés du cuir des harnais qui les sanglent, de superbes gladiateurs contemporains s'affrontent pour mieux se trouver. Il en fut ainsi des deux performances de ce soir-là, laissant peu de repos aux spectateurs.



"Colère noire" © Pierre Planchenault.
"Colère noire" © Pierre Planchenault.
"Colère noire", de Frédéric Jouanlong, est à prendre comme une œuvre au noir alliant la beauté convulsive du texte de Brigitte Fontaine - dont s'inspire l'artiste - à une interprétation radicale ne concédant rien aux conditions de réception du public… pouvant être un peu dérouté par la diction pas toujours très audible du performeur. L'essentiel semblant ailleurs : immerger chacun au cœur d'un maelstrom bouillonnant de frustrations rentrées et jaillissant "hors de lui" comme des écholalies en (con)fusion. Car ces mots, ces segments de phrases projetés violemment, d'où proviennent-ils ? Sont-ce les siens propres ou ceux de toutes ces rencontres introjectées et avec lesquelles il a "visiblement" fort à faire ?

Tout encapuchonné de noir, un homme au bord de la crise de nerfs grommelle, éructe sa colère noire. Sur le mur de moellons noircis de l'Atelier des Marches, un trait de lumière blanche, étroite fenêtre ouverte sur un monde clos, balaie l'espace, obsessionnellement. Se retournant pour lui faire face, l'homme brandit un doigt d'honneur rageur accompagnant sa harangue désarticulée dont les mots explosifs sont comme des projectiles lancés à la face d'un monde sourd à ses récriminations. Fuck aux psychiatres délivrant dans leur dictaphone leurs certificats d'(a)normalité, fuck aux autorités de tous poils dictant leurs lois délétères. En finir une fois pour toutes avec le jugement de Dieu, avec tous les jugements…

"Colère noire" © Pierre Planchenault.
"Colère noire" © Pierre Planchenault.
À partir de l'opus éponyme de Brigitte Fontaine, la petite musique sourde de la révolte contenue s'enfle dans la pénombre intense, implose en vagues successives, pour venir se fracasser sur le mur des renoncements avilissants. Le performeur se fait réceptacle de ces tensions qui déchirent "l'égaré" soumis à l'intolérance d'une société normée dont la violence broie impitoyablement ceux et celles qui n'entrent pas dans le moule commun.

Les personnages qui l'habitent tour à tour - il est manifestement plusieurs dans sa tête et il semble que "la lumière" se soit retirée de tous les étages - mènent combat pour leur survie tant physique que psychique. "Je n'irai pas à votre hôpital. Je n'irai pas à votre école, à votre caserne, à votre four crématoire, à votre putain d'amour". On croit entendre l'Ernesto de Marguerite Duras, sauf que, là, il a grandi et est devenu ouvertement l'Homme révolté d'Albert Camus. Comment peut-on désirer un monde qui n'est pas désirable ?

Le propos est aiguisé comme une lame de rasoir, déchirant le tissu des convenances conservatrices. La scénographie, toute de noirs tendus, est aussi parlante que les toiles de Pierre Soulages jouant avec les nuances de ses "Outrenoir". Dommage que subsiste (de façon certes plus atténuée) la réserve émise lors de la présentation de la "saison froide" du festival : la diction qui - si on peut en "entendre" les justifications conceptuelles - prive parfois du plaisir intense de ressentir la brûlure des mots incandescents.

"Cuir" © Pierre Planchenault.
"Cuir" © Pierre Planchenault.
"Cuir", de la Cie Un loup pour l'homme, réunit dans l'arène du Marché de Lerme deux circassiens, méritant l'adjectif de magnifiques et partageant une connivence sans égal. C'est cette complicité palpable qui va leur permettre de s'épauler et de s'affronter sans retenue aucune… si ce n'est la minutieuse attention que chacun porte à son partenaire dont la seule présence est le gage de son existence à lui. Un combat sans merci mais non sans humanité, réglé au millimètre où l'extrême dureté et l'infinie tendresse s'étayent.

L'existence est un sport de combat ; être, c'est se cogner à l'autre pour éprouver les limites de son enveloppe corporelle (et psychique). Dès leur apparition, ces durs à "cuir" à moitié nus, ceints du harnais faisant ressortir leurs muscles saillants, dégagent une force dantesque. Une force bestiale, au noble sens du terme. Porteur et voltigeur juchés sur ses épaules partagent sans conteste la même puissance athlétique, dont ils vont jouer et rejouer pour se lancer dans des joutes dignes de celles des gladiateurs antiques.

Se lançant dans un trot étudié, la monture permet initialement au cavalier de parader en faisant mine de décocher une flèche d'un regard volontairement altier. Très vite, en tant que prétendu dominant, il va exercer sur sa monture des équilibres en tous sens contraignant l'autre à faire montre d'abnégation et d'incroyable force pour accueillir le corps rudoyant le sien, aire de jeux d'agrès mis gracieusement à disposition. Jusqu'à épuisement.

"Cuir" © Pierre Planchenault.
"Cuir" © Pierre Planchenault.
Mais le cavalier, faisant de plus en plus corps avec sa monture, va progressivement se découvrir avec elle des affinités électives. Et vice-versa. La fantaisie n'étant aucunement absente de ce contrepied des attendus ordinaires, cavalier et monture vont tomber dans les bras l'un de l'autre pour danser un slow sur les airs de "Tombe la neige"… chanté en japonais par Salvatore Adamo, star yéyé des années soixante. Leur étreinte amoureuse va changer la donne jusqu'au final qui réservera lui aussi un renversement par rapport à la situation de départ.

Si la performance séduit, c'est d'abord par l'engagement physique de ces deux athlètes de la piste dont la plastique et le jeu font d'eux des artistes de haut vol. Mais si l'enchantement est porté à ce niveau, c'est tout autant parce qu'ils ont su convoquer une histoire, parlant à tous et servant de trame à leurs évolutions. En effet, ce qui est en jeu de manière plus ou moins subliminale, c'est le rapport de chacun au mythe de sa propre puissance éprouvée dans sa relation à l'autre. Comme Janus, dieu des commencements et des fins réunis dans le même visage, force et tendresse sont deux directions se superposant au lieu de s'opposer.

"Colère noire" © Pierre Planchenault.
"Colère noire" © Pierre Planchenault.
Vu dans le cadre du Festival Trente Trente de Bordeaux-Métropole (du 8 juin au 3 juillet 2021), à l'Atelier des Marches du Bouscat-Bordeaux, lors de la soirée du vendredi 25 juin à 20 h 30 pour "Colère noire" et à 22 h au Marché de Lerme à Bordeaux pour "Cuir".

"Colère noire"
Création de Frédéric Jouanlong.
Textes : Brigitte Fontaine.
Conception, interprétation : Frédéric Jouanlong.
Durée 35 minutes.

"Cuir"
Création 2020.
Par la Cie Un loup pour l'homme.
Créateurs et interprètes : Arno Ferrera et Mika Lafforgue (ou Gilles Polet).
Porteur de projet : Arno Ferrera.
Regard extérieur : Paola Rizza.
Regard chorégraphique : Benjamin Kahn.

"Cuir" © Pierre Planchenault.
"Cuir" © Pierre Planchenault.
Regard sonore : Amaury Vanderborght avec la complicité d'Alexandre Fray.
Création lumière : Florent Blanchon.
Régie lumière et son : Pierre-Jean Faggiani.
Artisan sellier : Jara Buschhoff.
Conception costumes : Jennifer Defays.
Durée : 35 minutes.

Dates à venir pour "Cuir"
10 et 11 juillet 2021 : Festival de la Cité, Lausanne (Suisse).
13 juillet 2021 : Festival Jogging , Le Carreau du Temple, Paris.

Yves Kafka
Dimanche 4 Juillet 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022







À découvrir

"Tropique de la violence" Une forme d'opéra rock comme un cri de détresse des oubliés de Mayotte

Cent-unième département de France, Mayotte, petite île au nord-ouest de Madagascar, souffre. Loin des clichés de lagons tropicaux et de végétation luxuriante, elle est devenue l'endroit de France le plus peuplé en immigrés, officiels mais surtout clandestins, qui débarquent régulièrement des Comores à bord de kwassa-kwassa (bateaux de pêche à fond plat) quand ils ne finissent pas noyés. C'est dans ce plus grand bidonville de France, situé à Mamoudzou (préfecture du département), que se situe l'action de la pièce. Bienvenue à Kaweni, surnommé bien à propos Gaza, décharge humaine où survivent comme ils peuvent une partie des échoués de notre monde.

© Victor Tonelli.
Et parmi eux de nombreux jeunes isolés, comme le héros de cette histoire, Moïse, 15 ans, abandonné par sa mère lorsqu'elle débarqua sur une plage de sable noir, bien des années auparavant. Un enfant recueilli par une infirmière venue du continent, morte depuis. Dans ce contexte pire qu'une jungle, zone de non-droit où l'ordre est aux mains de gangs, Moïse va devoir se débrouiller, survivre et subir la pression de Bruce Wayne, jeune voyou autoproclamé roi de Gaza.

De cet univers décomposé jusqu'aux dans les veines des habitants coule la violence, mieux que le sang. Violence née du manque de tout. D'une pauvreté sans mesure. D'un abandon total. D'un avenir interdit. Aucun repère. Sur le plateau, les projections gigantesques de visages interpellent le minuscule Moïse enfermé dans une cellule de prison. Fantômes imaginaires de la taille de dieux ou de démons. La mise en scène extrêmement élaborée d'Alexandre Zeff fait se caramboler sur scène les mondes intérieurs et les événements de l'histoire.

Bruno Fougniès
05/09/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Fantasio" L'expression contemporaine d'un mal-être générationnel

"Buvons l'ami et songeons à ce mariage point désiré." Éternel sujet maintes fois traité par nos grands auteurs classiques, l'union "forcée" reste encore d'actualité et l'acte de résistance qu'opposent les femmes, quel que soit le pays, peut induire une forme de rébellion et une revendication d'indépendance, d'autonomie, de liberté qui traversent facilement le prisme de la modernité.

© Andreas Eggler.
Il y a des compagnies et des metteurs en scène que l'on a particulièrement plaisir à suivre, à retrouver. Qui nous offre des moments où l'on aime sans crainte laisser se glisser nos oreilles, nos yeux, notre attention dans le confort d'une nouvelle création dont on sait quasiment par avance qu'elle nous régalera, ravira tous nos sens. Un spectacle de la Cie de L'Éternel fait assurément partie de ces petits bonheurs qui sont résolument inscrits dans une pratique novatrice, fougueuse, audacieuse et talentueuse de l'art des saltimbanques… celui qui réjouissait les foules au temps des tréteaux, des "sauteurs de bancs"*.

Au cœur de la pièce de Musset se joue le mariage politique de la princesse Elsbeth, enjeu d'un pays/royaume, décevant, sans vigueur et sans perspective pour les jeunes générations, à la gouvernance désabusée. En contrepoint, Fantasio, jeune homme désespéré - fuyant la routine, l'ennui qui naît du quotidien, la lassitude du "rien faire" -, désargenté et à l'avenir incertain, se joue des conventions, peu respectueux de la gente bien-pensante. Endossant de manière inattendue la posture et le costume de bouffon, habité d'une folle énergie soudaine et d'excès de lucidité bénéfique, il bouleverse la donne, sème un joyeux et revigorant bordel, boosté par un esprit vif et pertinent, et fait imploser sans violence le mariage.

Gil Chauveau
23/06/2022
Spectacle à la Une

Les 67e Nuits de la Citadelle à Sisteron

À partir du 22 juillet, les Nuits de la Citadelle de Sisteron accueilleront de beaux spectacles consacrés à la musique, à la danse et au théâtre sous l’égide du nouveau directeur artistique du festival, Pierre-François Heuclin.

Carmina Latina © Cappella Mediterranea.
Après la disparition tragique d'Édith Robert, c'est donc à Pierre-François Heuclin de reprendre le flambeau des Nuits de la Citadelle de Sisteron, dans les Alpes-de-Haute-Provence. Le plus ancien festival (avec les Chorégies d'Orange) propose, pour sa 67e édition, un programme varié assuré par certains des meilleurs artistes français et européens.

Dès le 22 juillet, le chef Leonardo Garcia Alarcon à la tête de son orchestre, la Cappella Meditterranea, et du Chœur de chambre de Namur, offrira un concert consacré à des œuvres espagnoles et sud-américaines des XVIe et XVIIe siècles. Ce sera une soirée "Carmina Latina" emmené par la soprano Mariana Flores.

Au cloître Saint-Dominique, une superbe voix retentira encore le 27 juillet avec la venue du ténor britannique Freddie de Tommaso. Le premier prix du concours Plàcido Domingo donnera des airs de Verdi, de Puccini mais aussi des mélodies de Liszt, accompagné du pianiste Jonathan Papp.

Le Duo Jatekok pour "Un Carnaval de Animaux pas comme les autres" (le 7 août) et les sœurs Camille et Julie Berthollet (le 13 août) se produiront ensuite sur la scène du très beau théâtre de verdure pour les premières et celle du cloître Saint-Dominique pour les autres. Des rendez-vous musicaux qui ne manqueront donc pas de charme.

Christine Ducq
18/07/2022