La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

Fabuleux Roberto Alagna et Aleksandra Kurzak à l'Opéra de Paris

Reprise de la production d'Andrei Serban de l'avant-dernier opéra de Verdi à l'Opéra de Paris avec une nouvelle distribution que domine le couple incandescent formé par Roberto Alagna et Aleksandra Kurzak en Otello et Desdemona.



© Charles Duprat.
© Charles Duprat.
C'est la rencontre avec le poète et compositeur Arrigo Boito qui donne envie - après un silence de seize ans sur les scènes d'opéra depuis "Aïda" - à un Verdi septuagénaire de reprendre l'écriture d'une œuvre lyrique. Boito propose l'"Othello" de Shakespeare dont il soumet au compositeur né à Busseto une version très concentrée pour un livret à l'efficacité dramatique impressionnante. Les quatre actes sont même joués sans interruption pour la création à la Scala en 1887. C'est le deuxième opéra shakespearien de Verdi après "Macbeth" (créé en 1848 sur un livret de Francesco Maria Piave) et avant l'ultime "Falstaff" (deuxième livret dû à A. Boito) mettant un terme à la plus longue carrière opératique qui soit.

Mettant l'accent sur les relations entre des personnages aux psychés complexes, le compositeur italien parie sur une architecture générale de l'œuvre pensée en termes d'actes et plus seulement de numéros. Le langage harmonique se révèle également plus complexe avec une vision de l'orchestre qu'il a su faire évoluer avec le temps. "Otello" donne ainsi à entendre une descente aux enfers crépusculaire traversée des orages d'un orchestre au sein duquel les interventions d'instruments solistes se font véritables commentateurs du drame.

© Charles Duprat.
© Charles Duprat.
Ce cauchemar de la viralité du Mal est celui vécu par le gouverneur maure de Chypre, Otello, piégé par son enseigne Jago - dont il ignore la haine et les ambitions. Attisant perfidement la jalousie d'Otello, Jago sera à l'origine de la mort du général (au service de Venise) et de son épouse follement aimée, Desdemona.

La production d'un classicisme modeste du metteur en scène roumain Andrei Serban - pour sa troisième reprise in loco - pourra sembler platement illustrative à certains. Les décors dus à Peter Pabst sont pourtant beaux, évocateurs, nous transportant dans la Chypre de l'intrigue à une époque indéfinie qui n'est plus le XVe siècle d'origine. Outre le fait que l'on respire de ne pas devoir supporter une énième Desdemona en nuisette ou un Iago déguisé en clown voire en loubard (jolis costumes dus ici à Graciela Galàn) errant dans un parking souterrain, la part belle est faite incontestablement au drame noué par les personnalités (très creusées) des protagonistes et leurs relations. Le général maure invincible est un homme en fait fragile, qu'un Jago (ennemi qu'il prend pour son allié) peut facilement détruire après lui avoir fait descendre tous les degrés d'une chute que l'opéra prévoit : colère, haine de soi, angoisses, doutes, douleur, violence et remords. L'amour et la pureté mensongèrement mise en procès de Desdemona s'y heurteront comme la vague sur un rempart.

© Charles Duprat.
© Charles Duprat.
La direction de Bertrand de Billy ne parvient pas toujours à servir la superbe partition verdienne - avec un orage initial décevant, par exemple, pour un orchestre qu'on espérait plus sauvage. Se révélant parfois même ennuyeuse (avec un orchestre maison parfois sans pulsation ni éclat, un comble) en quelques endroits, la baguette du chef français offre pourtant quelques beaux moments (la rêverie orchestrale du duo amoureux à la fin de l'acte I ou la houle magnifique qui entraîne dans ses rouleaux, aux actes III et IV, les personnages prisonniers du piège tendu par la fatalité - dont Jago n'est que l'agent). Et les interventions solistes dans la fosse enrichissent de couleurs toujours plus belles cette palette - le hautbois dans le duo Iago/Otello dans l'acte II ou encore le cor anglais au début de l'acte IV avant la "Chanson du saule".

C'est avec une distribution de haut vol que le drame se noue de la plus bouleversante manière dans le chef-d'œuvre verdien. Si le Jago du baryton George Gagnidze se montre plus fielleux que diabolique avec une projection limitée et un jeu assez monochrome (tel un serviteur trop désinvolte du Mal), le Cassio séducteur et immature de Frédéric Antoun et le noble Lodovico de Paul Gay tiennent leur rang dans cette tragédie de la jalousie dont ils sont les témoins impuissants. Citons aussi l'Emilia de la mezzo Marie Gautrot, digne et loyale suivante de l'héroïne, et qui révélera la vérité.

Mais l'incandescence sur scène du couple formé par l'Otello de Roberto Alagna et la Desdemona d'Aleksandra Kurzak n'a que peu d'équivalent. Le ténor français incarne avec une générosité et une intensité rares toutes les facettes de son personnage : victorieux a priori invincible avec un "Esultate" triomphant comme jamais à l'ouverture, il est bouleversant ensuite à force de douleur intériorisée ou d'éclats d'orgueil et de violence irrépressibles. Déchiré et déchirant, le chanteur émeut aux larmes. Il n'est jusqu'à une légère altération de sa voix après l'entracte qui ne serve son interprétation d'un homme brisé, d'un soldat vaincu par lui-même. Du très grand art.

© Charles Duprat.
© Charles Duprat.
Aleksandra Kurzak est également une immense Desdemona avec une maîtrise parfaite du recitato melodico. Vibrante, brillante et d'une justesse totale, elle compose une épouse passionnée aux élans irrésistibles (que soutient une voix sans défaut) et cependant capable des nuances les plus fines - avec ces pianissimi superbes du quatrième acte. Elle porte haut les pathétiques sentiments de Desdemona, amoureuse sensuelle et innocente diffamée, douloureusement surprise de l'être et enfin prête à mourir malgré sa peur. Ce couple à la scène comme à la ville nous offre décidément un bonheur inégalable, celui de la vérité de sentiments flamboyants - ceux du meilleur théâtre.

Spectacle vu le 7 mars 2019.

Du 13 au 29 mars et du 1er au 4 avril 2019 à 19 h 30. Le 7 avril 2019 à 14 h 30.

Diffusion ultérieure sur France Musique.

© Charles Duprat.
© Charles Duprat.
Opéra national de Paris.
Place de la Bastille Paris 12e.
Tél. : 08 92 89 90 90.
>> operadeparis.fr

"Otello" (1887).
Dramma lirico en quatre actes.
Musique de Giuseppe Verdi (1813-1901).
Livret d'Arrigo Boito.
En italien surtitré en français et en anglais.
Durée : 2 h 55 (avec un entracte).

Christine Ducq
Lundi 11 Mars 2019

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique




    Aucun événement à cette date.
Vidéos les plus récentes



À découvrir

"Les femmes de la maison" L'épopée des luttes féminines sous le prisme d'une maison très spéciale

Voici la dernière pièce de Pauline Sales (écriture et mise en scène) qui a été présentée au Théâtre Paul Scarron du Mans devant un public professionnel restreint. Un privilège que d'assister à cette histoire que l'on sent chevillée au corps de sa créatrice. Il y est question de femmes artistes. Question également des femmes non artistes. Question de la liberté que les femmes ont peu à peu conquis depuis bientôt un siècle. Arrachant bribe après bribe le droit d'agir, de s'exprimer, le droit sur leur corps, leur sexualité, leurs choix. Et trouver enfin la puissance pour se détacher du diktat masculin si bien bétonné.

© Jean-Louis Fernandez.
L'histoire des "femmes de la maison" commence dans les années cinquante et se termine de nos jours. Elle va mettre en jeu une dizaine de personnages féminins sur trois périodes symboliques : les années cinquante, les années soixante-dix et 2022. Pour cela, Pauline Sales invente une maison qui sera le moyen de traverser le temps et l'espace. Cette maison est celle de Joris, un amoureux, par ailleurs cinéaste militant contre les méfaits des guerres. Il achète cette maison par amour pour une photographe, l'amour s'en va, il ne sait qu'en faire, alors il la prête à des artistes. Le hasard veut au départ que ce ne soit que des femmes - peintres, poètes, sculptrices… et cela se transforme en règle : seules des femmes artistes pourront venir un temps pour créer ici.

Première période, maison fermée entourée de bois. C'est l'après-guerre et l'artiste que Joris installe dans la maison dessine. Dessine en mode combat contre elle-même. Contre la pensée que chez elle, son mari, sa fille sont là comme une destinée de femme au foyer qu'elle refuse. Combat contre le mal que cela peut faire.

Bruno Fougniès
25/08/2021
Spectacle à la Une

•Off 2021• Sales Gosses Une approche vertigineuse et bouleversante de la maltraitance à l'école

Harcèlement, maltraitance ponctuelle ou récurrente… à l'école, à la maison, au travail, comment le traiter sur scène, comment prendre ou pas position ? Ici d'ailleurs, pas de prise de position, mais une exposition des faits, du déroulé des événements, en une manière de monologue où la comédienne Claire Cahen habite tous les personnages principaux, offrant l'accès au public à différentes appréciations du drame - victime, tyran, prof, mère - menant à une mise en perspective vertigineuse !

© Théâtre du Centaure.
Pour l'écriture de "Sales gosses", Mihaela Michailov s’est inspirée de faits réels. Une enseignante ligota une élève dans sa salle de classe, les mains derrière le dos, suite à son manque d'attention pour la leçon sur la démocratie qu'elle était en train de donner. Elle exposera ainsi l'enfant saucissonnée en exemple. Les "camarades" de cette petite-fille de onze ans, pendant la récréation, la torturons à leur tour. Elle sera retrouvée sauvagement mutilée… attachée dans les toilettes…

Dans une mise en scène que l'on perçoit nerveuse et précise, millimétrée, visant à l'efficacité, les choix de Fábio Godinho font être immédiatement lisible, mettant en quasi-training sportif la comédienne Claire Cahen et son partenaire musicien chanteur Jorge De Moura qui assure avec énergie (et talent) les multiples interventions instrumentales et/ou vocales. Metteur en scène, mais également performeur, Fábio Godinho joue clairement la carte de l'école "théâtre de la violence", de l'arène/stade où la victime est huée, vilipendée par la foule, cherchant à exprimer la performance telle que demandée sur un ring de boxe. Claire Cahen et Jorge De Moura sont à la hauteur jouant en contre ou en soutien avec le troisième acteur qu'est le décor !

Gil Chauveau
19/07/2021
Spectacle à la Une

•Off 2021• L'Aérien Le fabuleux défi de l'insoupçonnable légèreté de l'être…

Solliciter ressources du corps et de l'esprit unis dans la même entité afin d'affranchir l'humaine condition aux semelles de plomb de la pesanteur la clouant au sol, c'est le prodige réalisé par Mélissa Von Vépy "à l'apogée" de son art. À partir d'une vraie-fausse conférence sur les rapports entre l'Homme et les airs depuis que la Terre est Terre - écrite avec légèreté par Pascale Henry, complice inspirée -, la circassienne rivalise de grâces ascensionnelles. De quoi damer le pion, du haut de son Olympe, à Hermès au casque et chaussures ailées…

© Christophe Raynaud de Lage.
La conférencière au look décontracté étudié, chaussée de lunettes à monture d'écailles et d'escarpins mettant en valeur ses longues jambes, mallette à la main renfermant les planches évocatrices des tentatives humaines pour vaincre la résistance des airs (l'utilisation d'un Powerpoint n'aurait pas été assez daté…), s'emploie avec naturel et humour à survoler cette histoire à tire-d'aile… S'arrêtant cependant sur une reproduction d'Icare, celui par qui la faute advint. Pour avoir voulu voler toujours plus haut, l'intrépide, aux plumes assemblées de cire, s'est brûlé les ailes… et depuis, cette question récurrente : voler est-ce humain ?

Joignant gestes et paroles, elle ôte son blouson libérant des plumes virevoltantes autour d'elle et s'adonne à quelques envolées autour de sa chaise devenant vite le second personnage en scène. D'ailleurs, lorsque, dans le déroulé de sa conférence, elle évoquera les fabuleuses machines volantes nées de l'imaginaire de Léonard de Vinci, on se dit que cette prouesse d'horlogerie fine - que l'on doit à Neil Price - permettant de projeter en douceur ladite chaise jusque dans les cintres, mériterait de les rejoindre au panthéon des créations volantes…

Yves Kafka
26/07/2021