La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

Fabuleux Roberto Alagna et Aleksandra Kurzak à l'Opéra de Paris

Reprise de la production d'Andrei Serban de l'avant-dernier opéra de Verdi à l'Opéra de Paris avec une nouvelle distribution que domine le couple incandescent formé par Roberto Alagna et Aleksandra Kurzak en Otello et Desdemona.



© Charles Duprat.
© Charles Duprat.
C'est la rencontre avec le poète et compositeur Arrigo Boito qui donne envie - après un silence de seize ans sur les scènes d'opéra depuis "Aïda" - à un Verdi septuagénaire de reprendre l'écriture d'une œuvre lyrique. Boito propose l'"Othello" de Shakespeare dont il soumet au compositeur né à Busseto une version très concentrée pour un livret à l'efficacité dramatique impressionnante. Les quatre actes sont même joués sans interruption pour la création à la Scala en 1887. C'est le deuxième opéra shakespearien de Verdi après "Macbeth" (créé en 1848 sur un livret de Francesco Maria Piave) et avant l'ultime "Falstaff" (deuxième livret dû à A. Boito) mettant un terme à la plus longue carrière opératique qui soit.

Mettant l'accent sur les relations entre des personnages aux psychés complexes, le compositeur italien parie sur une architecture générale de l'œuvre pensée en termes d'actes et plus seulement de numéros. Le langage harmonique se révèle également plus complexe avec une vision de l'orchestre qu'il a su faire évoluer avec le temps. "Otello" donne ainsi à entendre une descente aux enfers crépusculaire traversée des orages d'un orchestre au sein duquel les interventions d'instruments solistes se font véritables commentateurs du drame.

© Charles Duprat.
© Charles Duprat.
Ce cauchemar de la viralité du Mal est celui vécu par le gouverneur maure de Chypre, Otello, piégé par son enseigne Jago - dont il ignore la haine et les ambitions. Attisant perfidement la jalousie d'Otello, Jago sera à l'origine de la mort du général (au service de Venise) et de son épouse follement aimée, Desdemona.

La production d'un classicisme modeste du metteur en scène roumain Andrei Serban - pour sa troisième reprise in loco - pourra sembler platement illustrative à certains. Les décors dus à Peter Pabst sont pourtant beaux, évocateurs, nous transportant dans la Chypre de l'intrigue à une époque indéfinie qui n'est plus le XVe siècle d'origine. Outre le fait que l'on respire de ne pas devoir supporter une énième Desdemona en nuisette ou un Iago déguisé en clown voire en loubard (jolis costumes dus ici à Graciela Galàn) errant dans un parking souterrain, la part belle est faite incontestablement au drame noué par les personnalités (très creusées) des protagonistes et leurs relations. Le général maure invincible est un homme en fait fragile, qu'un Jago (ennemi qu'il prend pour son allié) peut facilement détruire après lui avoir fait descendre tous les degrés d'une chute que l'opéra prévoit : colère, haine de soi, angoisses, doutes, douleur, violence et remords. L'amour et la pureté mensongèrement mise en procès de Desdemona s'y heurteront comme la vague sur un rempart.

© Charles Duprat.
© Charles Duprat.
La direction de Bertrand de Billy ne parvient pas toujours à servir la superbe partition verdienne - avec un orage initial décevant, par exemple, pour un orchestre qu'on espérait plus sauvage. Se révélant parfois même ennuyeuse (avec un orchestre maison parfois sans pulsation ni éclat, un comble) en quelques endroits, la baguette du chef français offre pourtant quelques beaux moments (la rêverie orchestrale du duo amoureux à la fin de l'acte I ou la houle magnifique qui entraîne dans ses rouleaux, aux actes III et IV, les personnages prisonniers du piège tendu par la fatalité - dont Jago n'est que l'agent). Et les interventions solistes dans la fosse enrichissent de couleurs toujours plus belles cette palette - le hautbois dans le duo Iago/Otello dans l'acte II ou encore le cor anglais au début de l'acte IV avant la "Chanson du saule".

C'est avec une distribution de haut vol que le drame se noue de la plus bouleversante manière dans le chef-d'œuvre verdien. Si le Jago du baryton George Gagnidze se montre plus fielleux que diabolique avec une projection limitée et un jeu assez monochrome (tel un serviteur trop désinvolte du Mal), le Cassio séducteur et immature de Frédéric Antoun et le noble Lodovico de Paul Gay tiennent leur rang dans cette tragédie de la jalousie dont ils sont les témoins impuissants. Citons aussi l'Emilia de la mezzo Marie Gautrot, digne et loyale suivante de l'héroïne, et qui révélera la vérité.

Mais l'incandescence sur scène du couple formé par l'Otello de Roberto Alagna et la Desdemona d'Aleksandra Kurzak n'a que peu d'équivalent. Le ténor français incarne avec une générosité et une intensité rares toutes les facettes de son personnage : victorieux a priori invincible avec un "Esultate" triomphant comme jamais à l'ouverture, il est bouleversant ensuite à force de douleur intériorisée ou d'éclats d'orgueil et de violence irrépressibles. Déchiré et déchirant, le chanteur émeut aux larmes. Il n'est jusqu'à une légère altération de sa voix après l'entracte qui ne serve son interprétation d'un homme brisé, d'un soldat vaincu par lui-même. Du très grand art.

© Charles Duprat.
© Charles Duprat.
Aleksandra Kurzak est également une immense Desdemona avec une maîtrise parfaite du recitato melodico. Vibrante, brillante et d'une justesse totale, elle compose une épouse passionnée aux élans irrésistibles (que soutient une voix sans défaut) et cependant capable des nuances les plus fines - avec ces pianissimi superbes du quatrième acte. Elle porte haut les pathétiques sentiments de Desdemona, amoureuse sensuelle et innocente diffamée, douloureusement surprise de l'être et enfin prête à mourir malgré sa peur. Ce couple à la scène comme à la ville nous offre décidément un bonheur inégalable, celui de la vérité de sentiments flamboyants - ceux du meilleur théâtre.

Spectacle vu le 7 mars 2019.

Du 13 au 29 mars et du 1er au 4 avril 2019 à 19 h 30. Le 7 avril 2019 à 14 h 30.

Diffusion ultérieure sur France Musique.

© Charles Duprat.
© Charles Duprat.
Opéra national de Paris.
Place de la Bastille Paris 12e.
Tél. : 08 92 89 90 90.
>> operadeparis.fr

"Otello" (1887).
Dramma lirico en quatre actes.
Musique de Giuseppe Verdi (1813-1901).
Livret d'Arrigo Boito.
En italien surtitré en français et en anglais.
Durée : 2 h 55 (avec un entracte).

Christine Ducq
Lundi 11 Mars 2019

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Bernard Adamus "C'qui nous reste du Texas"… Blues et beau

Pour son quatrième album, Bernard Adamus, avec son style blues très marqué, fricote avec le rock pour nous mener vers le grand nord sur des chansons qui se nourrissent de différents tempos aux paroles truculentes.

Bernard Adamus
Bernard Adamus, d'origine polonaise, a débarqué à ses trois ans au Québec. Depuis maintenant plus de dix ans, il trace une ligne artistique saluée par la critique avec ses albums "Brun" (2009), "No2" (2012) et "Sorel soviet so what" (2015). Du premier jusqu'au dernier LP, "C'qui nous reste du Texas", la qualité est toujours chevillée aux accords.

Avec ses dix titres, cet opus a une allure toujours foncièrement blues aux relents parfois rock. L'artiste a laissé très majoritairement son harmonica dans son étui. Sa voix, caractéristique, traînante, presque criarde, est utilisée comme effet multiplicateur de ses émotions.

Les chœurs sont discrets bien que parfois appuyés comme pour "Chipotle". Certaines compositions telle que "L'erreur" excelle dans un blues avec la contrebasse de Simon Pagé très présente, accompagnée de quelques notes de piano pour rendre un son plus clair quand celui-ci est, à dessein, légèrement étouffé par des percussions. La voix monte haut perchée au refrain où claironne un saxophone donnant un tournis musical, tel le reflet d'un état d'âme où la tristesse se berce d'incompréhension. C'est dans ces cassures de rythme que se mêlent d'autres éléments musicaux et vocaux donnant une tessiture aboutie. Le début d'une chanson peut ainsi être décharné à dessein comme celui d'un désert, d'un seul à seul avec l'artiste.

Safidin Alouache
05/05/2020
Spectacle à la Une

"I Fratelli Lehman" par la Cie Tom Corradini Teatro de Turin

Captation intégrale Ce spectacle sans paroles (ou très peu) - mais pas sans bruitages ! - devait être présenté au Théâtre Ambigu durant le festival Off d'Avignon cet été. Du fait de l'annulation, la compagnie italienne Tom Corradini Teatro de Turin vous invite à visionner cette pièce burlesque sur l'argent, la cupidité et l'amour raconté avec le langage du clown, sans interaction verbale, adapté à un public de tous âges et de toutes nationalités.

Comédie visuelle et physique interprété par deux talentueux clowns turinois (Tom Corradini et Michele Di Dedda), "I Fratelli Lehman" (The Lehman Brothers) raconte l'histoire d'un couple de banquiers et de financiers dont les capacités et les compétences les ont rendus célèbres et respectés dans tout le monde.

Apparemment, ils ont tout, des voitures rapides, de beaux secrétaires, des bureaux luxueux, un style de vie somptueux. Cependant, un jour leur fortune est anéantie en quelques minutes après un plongeon désastreux du marché boursier. Des richesses à la misère, ils doivent maintenant transformer leur échec en opportunité et gravir de nouveau la montagne du succès.

Gil Chauveau
21/04/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020