Quantcast
La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

Fabuleux Roberto Alagna et Aleksandra Kurzak à l'Opéra de Paris

Reprise de la production d'Andrei Serban de l'avant-dernier opéra de Verdi à l'Opéra de Paris avec une nouvelle distribution que domine le couple incandescent formé par Roberto Alagna et Aleksandra Kurzak en Otello et Desdemona.



© Charles Duprat.
© Charles Duprat.
C'est la rencontre avec le poète et compositeur Arrigo Boito qui donne envie - après un silence de seize ans sur les scènes d'opéra depuis "Aïda" - à un Verdi septuagénaire de reprendre l'écriture d'une œuvre lyrique. Boito propose l'"Othello" de Shakespeare dont il soumet au compositeur né à Busseto une version très concentrée pour un livret à l'efficacité dramatique impressionnante. Les quatre actes sont même joués sans interruption pour la création à la Scala en 1887. C'est le deuxième opéra shakespearien de Verdi après "Macbeth" (créé en 1848 sur un livret de Francesco Maria Piave) et avant l'ultime "Falstaff" (deuxième livret dû à A. Boito) mettant un terme à la plus longue carrière opératique qui soit.

Mettant l'accent sur les relations entre des personnages aux psychés complexes, le compositeur italien parie sur une architecture générale de l'œuvre pensée en termes d'actes et plus seulement de numéros. Le langage harmonique se révèle également plus complexe avec une vision de l'orchestre qu'il a su faire évoluer avec le temps. "Otello" donne ainsi à entendre une descente aux enfers crépusculaire traversée des orages d'un orchestre au sein duquel les interventions d'instruments solistes se font véritables commentateurs du drame.

© Charles Duprat.
© Charles Duprat.
Ce cauchemar de la viralité du Mal est celui vécu par le gouverneur maure de Chypre, Otello, piégé par son enseigne Jago - dont il ignore la haine et les ambitions. Attisant perfidement la jalousie d'Otello, Jago sera à l'origine de la mort du général (au service de Venise) et de son épouse follement aimée, Desdemona.

La production d'un classicisme modeste du metteur en scène roumain Andrei Serban - pour sa troisième reprise in loco - pourra sembler platement illustrative à certains. Les décors dus à Peter Pabst sont pourtant beaux, évocateurs, nous transportant dans la Chypre de l'intrigue à une époque indéfinie qui n'est plus le XVe siècle d'origine. Outre le fait que l'on respire de ne pas devoir supporter une énième Desdemona en nuisette ou un Iago déguisé en clown voire en loubard (jolis costumes dus ici à Graciela Galàn) errant dans un parking souterrain, la part belle est faite incontestablement au drame noué par les personnalités (très creusées) des protagonistes et leurs relations. Le général maure invincible est un homme en fait fragile, qu'un Jago (ennemi qu'il prend pour son allié) peut facilement détruire après lui avoir fait descendre tous les degrés d'une chute que l'opéra prévoit : colère, haine de soi, angoisses, doutes, douleur, violence et remords. L'amour et la pureté mensongèrement mise en procès de Desdemona s'y heurteront comme la vague sur un rempart.

© Charles Duprat.
© Charles Duprat.
La direction de Bertrand de Billy ne parvient pas toujours à servir la superbe partition verdienne - avec un orage initial décevant, par exemple, pour un orchestre qu'on espérait plus sauvage. Se révélant parfois même ennuyeuse (avec un orchestre maison parfois sans pulsation ni éclat, un comble) en quelques endroits, la baguette du chef français offre pourtant quelques beaux moments (la rêverie orchestrale du duo amoureux à la fin de l'acte I ou la houle magnifique qui entraîne dans ses rouleaux, aux actes III et IV, les personnages prisonniers du piège tendu par la fatalité - dont Jago n'est que l'agent). Et les interventions solistes dans la fosse enrichissent de couleurs toujours plus belles cette palette - le hautbois dans le duo Iago/Otello dans l'acte II ou encore le cor anglais au début de l'acte IV avant la "Chanson du saule".

C'est avec une distribution de haut vol que le drame se noue de la plus bouleversante manière dans le chef-d'œuvre verdien. Si le Jago du baryton George Gagnidze se montre plus fielleux que diabolique avec une projection limitée et un jeu assez monochrome (tel un serviteur trop désinvolte du Mal), le Cassio séducteur et immature de Frédéric Antoun et le noble Lodovico de Paul Gay tiennent leur rang dans cette tragédie de la jalousie dont ils sont les témoins impuissants. Citons aussi l'Emilia de la mezzo Marie Gautrot, digne et loyale suivante de l'héroïne, et qui révélera la vérité.

Mais l'incandescence sur scène du couple formé par l'Otello de Roberto Alagna et la Desdemona d'Aleksandra Kurzak n'a que peu d'équivalent. Le ténor français incarne avec une générosité et une intensité rares toutes les facettes de son personnage : victorieux a priori invincible avec un "Esultate" triomphant comme jamais à l'ouverture, il est bouleversant ensuite à force de douleur intériorisée ou d'éclats d'orgueil et de violence irrépressibles. Déchiré et déchirant, le chanteur émeut aux larmes. Il n'est jusqu'à une légère altération de sa voix après l'entracte qui ne serve son interprétation d'un homme brisé, d'un soldat vaincu par lui-même. Du très grand art.

© Charles Duprat.
© Charles Duprat.
Aleksandra Kurzak est également une immense Desdemona avec une maîtrise parfaite du recitato melodico. Vibrante, brillante et d'une justesse totale, elle compose une épouse passionnée aux élans irrésistibles (que soutient une voix sans défaut) et cependant capable des nuances les plus fines - avec ces pianissimi superbes du quatrième acte. Elle porte haut les pathétiques sentiments de Desdemona, amoureuse sensuelle et innocente diffamée, douloureusement surprise de l'être et enfin prête à mourir malgré sa peur. Ce couple à la scène comme à la ville nous offre décidément un bonheur inégalable, celui de la vérité de sentiments flamboyants - ceux du meilleur théâtre.

Spectacle vu le 7 mars 2019.

Du 13 au 29 mars et du 1er au 4 avril 2019 à 19 h 30. Le 7 avril 2019 à 14 h 30.

Diffusion ultérieure sur France Musique.

© Charles Duprat.
© Charles Duprat.
Opéra national de Paris.
Place de la Bastille Paris 12e.
Tél. : 08 92 89 90 90.
>> operadeparis.fr

"Otello" (1887).
Dramma lirico en quatre actes.
Musique de Giuseppe Verdi (1813-1901).
Livret d'Arrigo Boito.
En italien surtitré en français et en anglais.
Durée : 2 h 55 (avec un entracte).

Christine Ducq
Lundi 11 Mars 2019

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.




Vidéos les plus récentes



À découvrir

Oui, nous pouvons permettre aux musiciens de pratiquer sans risque et sans mise en danger du public !

L'Institut Technologique Européen des Métiers de la Musique, le syndicat CSFI (Chambre Syndicale de la Facture Instrumentale), le syndicat Les Forces Musicales, c'est-à-dire les professionnels des instruments de musique, des orchestres et opéras français sont parvenus à établir un socle de connaissances solides scientifiquement prouvées sur les enjeux et les risques sanitaires liées à la pratique musicale et vocale. Il sont désormais en état de délivrer des préconisations et de nouveaux protocoles pour permettre aux musiciens de pratiquer sans risque et sans mise en danger du public. Fanny Reyre Ménard, à la tête du pilotage du Projet PIC VIC (Protocole pour les instruments de musique face au coronavirus, Pratique instrumentale et vocale) nous en a dit plus.

Bois & cuivres © Buffet Crampon.
Fanny Reyre Ménard est Maître Artisan luthière à Nantes depuis 1988 et vice-présidente du CSFI. Elle peut, au nom de ses collègues et camarades engagés dans ce groupe interdisciplinaire de travail (depuis avril 2020), affirmer aujourd'hui qu'une pratique musicale en ces temps de coronavirus n'est pas plus dangereuse que les principaux gestes et actes de notre vie quotidienne.

Un enjeu important puisqu'on parle ni plus ni moins que de rouvrir les salles de concert et les Opéras. Il s'agit également d'encourager la reprise normale d'une pratique musicale, instrumentale et vocale grâce aux outils et connaissances obtenus après quasiment une année de recherches.

Une recherche menée et des résultats obtenus grâce à une synergie de forces tout à fait exceptionnelle ; outre les professionnels des instruments de musique, des orchestres et autres opéras, les ingénieurs Recherche et Développement de structures importantes en facture instrumentale telles que Buffet Crampon, associés à des laboratoires de recherches en biologie, des spécialistes en aérosols ou en dynamique des fluides ont rejoint dans ce but commun (en savoir plus et agir en conséquence) l'Unité des Virus Émergents de l'Institut universitaire hospitalier de Marseille. Le milieu musical à l'arrêt en mars 2020 souhaitait reprendre l'avantage, la crise sanitaire ayant laissé tout le monde provisoirement sans réponse. Ce n'est plus le cas aujourd'hui.

Christine Ducq
31/03/2021
Spectacle à la Une

"Respire" Un conte moderne qui traverse les airs comme un souffle magique

Johanne Humblet est funambule. Avec la Compagnie Les filles du renard pâle, elle parcourt le monde pour tendre ses câbles entre les immeubles, les monuments, les grues, elle les fait grimper, se courber en spirale, plonger dans des lacs, traverser des places, des rivières. "Le fil est le lien qui relie un point à un autre, au-dessus des frontières, des barrières, il rassemble. Un lien autant symbolique que concret", explique-t-elle. Elle tisse ainsi son parcours d'équilibriste : quelques dizaines ou quelques centaines de mètres de long et seulement 12 millimètres de diamètre.

© Les filles du renard pâle.
Mais la conception que cette funambule pleine de rêve fait de ses spectacles ne s'arrête pas à l'exploit. Et même si elle évolue sans sécurité aucune, elle ne cherche pas à provoquer chez celui qui regarde le nœud qui noue le ventre à l'idée de la chute dans le vide. Cette réaction est là, quoi qu'il en soit, mais Johanne Humblet ne s'en contente pas. Elle raconte des histoires. Et elle ne les raconte pas seule.

Avec elle, mais au sol, un groupe de trois musiciens rocks va l'accompagner tout au long de sa traversée. La partie musicale du spectacle est très importante. Un rock très teinté métal, trois musiciens aux looks punky qui suivent de leurs compositions l'évolution de la funambule là-haut. Ce sont des échanges, rythmes et regards, qui orchestrent l'évolution du chaperon rouge des airs tandis qu'au sol le loup surveille. Une autre partie importante du spectacle, qui a pour objectif de se jouer la nuit, est dirigée par l'équipe lumière, des lumières élaborées qui font le lien en collant à la musique et en découpant la funambule dans le ciel.

Bruno Fougniès
23/03/2021
Spectacle à la Une

"Adeno Nuitome" Une glorification de l'amour

Lola Molina questionne pour la deuxième fois les stigmates de l'amour. Dans sa pièce précédente intitulée "Seasonal Affective Disorder" (déjà dans une mise en scène de Lélio PLotton), elle s'était intéressée à la cavale hors normes, et pas correcte du tout politiquement parlant, d'une ado de 14 ans et d'un chanteur vaguement raté de 50 piges. Dans "Adeno Huitome", le couple est moins romanesque puisqu'ils ont à peu près le même âge. Lui est régisseur lumière, Elle, écrivain. Ils vivent ensemble en joyeux citadins et suivent chacun des carrières vouées à la réussite jusqu'au jour où le cancer s'immisce dans leur histoire. C'est sur Elle que ça tombe.

© Jonathan Michel.
Une nouvelle qui bouleverse leurs projets : ils changent de vie, abandonnent la ville, achètent une maison en pleine nature. C'est là qu'elle vit dorénavant entre la rivière, les arbres en fleurs, les animaux sauvages et l'écriture. Lui revient de ses tournées dès qu'il le peut. La pièce se construit ainsi en courtes interventions de l'une ou de l'autre et de scènes à deux. Mélanges de souvenirs, de narrations et moments de vie qui nous font découvrir peu à peu l'histoire de ces deux personnages et les variations de leur amour l'un pour l'autre.

Le texte autant que la mise en scène évitent avec bonheur tout réalisme. C'est plus vers une poésie de réconciliation avec la nature que vers l'analyse des dommages de la maladie que notre attention est tournée. Lola Molina scrute avec art et tendresse les remous intimes que la présence de cette menace provoque. Elle (le personnage féminin), prise entre la solitude de cette nouvelle maison et la solitude de son travail d'écriture navigue entre nostalgie de l'adolescence et besoin d'une vitalité que l'environnement bourgeonnant de la maison lui apporte. Lui se dévoue pour l'entourer de toute son attention.

Bruno Fougniès
15/04/2021