La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

Fabuleux Roberto Alagna et Aleksandra Kurzak à l'Opéra de Paris

Reprise de la production d'Andrei Serban de l'avant-dernier opéra de Verdi à l'Opéra de Paris avec une nouvelle distribution que domine le couple incandescent formé par Roberto Alagna et Aleksandra Kurzak en Otello et Desdemona.



© Charles Duprat.
© Charles Duprat.
C'est la rencontre avec le poète et compositeur Arrigo Boito qui donne envie - après un silence de seize ans sur les scènes d'opéra depuis "Aïda" - à un Verdi septuagénaire de reprendre l'écriture d'une œuvre lyrique. Boito propose l'"Othello" de Shakespeare dont il soumet au compositeur né à Busseto une version très concentrée pour un livret à l'efficacité dramatique impressionnante. Les quatre actes sont même joués sans interruption pour la création à la Scala en 1887. C'est le deuxième opéra shakespearien de Verdi après "Macbeth" (créé en 1848 sur un livret de Francesco Maria Piave) et avant l'ultime "Falstaff" (deuxième livret dû à A. Boito) mettant un terme à la plus longue carrière opératique qui soit.

Mettant l'accent sur les relations entre des personnages aux psychés complexes, le compositeur italien parie sur une architecture générale de l'œuvre pensée en termes d'actes et plus seulement de numéros. Le langage harmonique se révèle également plus complexe avec une vision de l'orchestre qu'il a su faire évoluer avec le temps. "Otello" donne ainsi à entendre une descente aux enfers crépusculaire traversée des orages d'un orchestre au sein duquel les interventions d'instruments solistes se font véritables commentateurs du drame.

© Charles Duprat.
© Charles Duprat.
Ce cauchemar de la viralité du Mal est celui vécu par le gouverneur maure de Chypre, Otello, piégé par son enseigne Jago - dont il ignore la haine et les ambitions. Attisant perfidement la jalousie d'Otello, Jago sera à l'origine de la mort du général (au service de Venise) et de son épouse follement aimée, Desdemona.

La production d'un classicisme modeste du metteur en scène roumain Andrei Serban - pour sa troisième reprise in loco - pourra sembler platement illustrative à certains. Les décors dus à Peter Pabst sont pourtant beaux, évocateurs, nous transportant dans la Chypre de l'intrigue à une époque indéfinie qui n'est plus le XVe siècle d'origine. Outre le fait que l'on respire de ne pas devoir supporter une énième Desdemona en nuisette ou un Iago déguisé en clown voire en loubard (jolis costumes dus ici à Graciela Galàn) errant dans un parking souterrain, la part belle est faite incontestablement au drame noué par les personnalités (très creusées) des protagonistes et leurs relations. Le général maure invincible est un homme en fait fragile, qu'un Jago (ennemi qu'il prend pour son allié) peut facilement détruire après lui avoir fait descendre tous les degrés d'une chute que l'opéra prévoit : colère, haine de soi, angoisses, doutes, douleur, violence et remords. L'amour et la pureté mensongèrement mise en procès de Desdemona s'y heurteront comme la vague sur un rempart.

© Charles Duprat.
© Charles Duprat.
La direction de Bertrand de Billy ne parvient pas toujours à servir la superbe partition verdienne - avec un orage initial décevant, par exemple, pour un orchestre qu'on espérait plus sauvage. Se révélant parfois même ennuyeuse (avec un orchestre maison parfois sans pulsation ni éclat, un comble) en quelques endroits, la baguette du chef français offre pourtant quelques beaux moments (la rêverie orchestrale du duo amoureux à la fin de l'acte I ou la houle magnifique qui entraîne dans ses rouleaux, aux actes III et IV, les personnages prisonniers du piège tendu par la fatalité - dont Jago n'est que l'agent). Et les interventions solistes dans la fosse enrichissent de couleurs toujours plus belles cette palette - le hautbois dans le duo Iago/Otello dans l'acte II ou encore le cor anglais au début de l'acte IV avant la "Chanson du saule".

C'est avec une distribution de haut vol que le drame se noue de la plus bouleversante manière dans le chef-d'œuvre verdien. Si le Jago du baryton George Gagnidze se montre plus fielleux que diabolique avec une projection limitée et un jeu assez monochrome (tel un serviteur trop désinvolte du Mal), le Cassio séducteur et immature de Frédéric Antoun et le noble Lodovico de Paul Gay tiennent leur rang dans cette tragédie de la jalousie dont ils sont les témoins impuissants. Citons aussi l'Emilia de la mezzo Marie Gautrot, digne et loyale suivante de l'héroïne, et qui révélera la vérité.

Mais l'incandescence sur scène du couple formé par l'Otello de Roberto Alagna et la Desdemona d'Aleksandra Kurzak n'a que peu d'équivalent. Le ténor français incarne avec une générosité et une intensité rares toutes les facettes de son personnage : victorieux a priori invincible avec un "Esultate" triomphant comme jamais à l'ouverture, il est bouleversant ensuite à force de douleur intériorisée ou d'éclats d'orgueil et de violence irrépressibles. Déchiré et déchirant, le chanteur émeut aux larmes. Il n'est jusqu'à une légère altération de sa voix après l'entracte qui ne serve son interprétation d'un homme brisé, d'un soldat vaincu par lui-même. Du très grand art.

© Charles Duprat.
© Charles Duprat.
Aleksandra Kurzak est également une immense Desdemona avec une maîtrise parfaite du recitato melodico. Vibrante, brillante et d'une justesse totale, elle compose une épouse passionnée aux élans irrésistibles (que soutient une voix sans défaut) et cependant capable des nuances les plus fines - avec ces pianissimi superbes du quatrième acte. Elle porte haut les pathétiques sentiments de Desdemona, amoureuse sensuelle et innocente diffamée, douloureusement surprise de l'être et enfin prête à mourir malgré sa peur. Ce couple à la scène comme à la ville nous offre décidément un bonheur inégalable, celui de la vérité de sentiments flamboyants - ceux du meilleur théâtre.

Spectacle vu le 7 mars 2019.

Du 13 au 29 mars et du 1er au 4 avril 2019 à 19 h 30. Le 7 avril 2019 à 14 h 30.

Diffusion ultérieure sur France Musique.

© Charles Duprat.
© Charles Duprat.
Opéra national de Paris.
Place de la Bastille Paris 12e.
Tél. : 08 92 89 90 90.
>> operadeparis.fr

"Otello" (1887).
Dramma lirico en quatre actes.
Musique de Giuseppe Verdi (1813-1901).
Livret d'Arrigo Boito.
En italien surtitré en français et en anglais.
Durée : 2 h 55 (avec un entracte).

Christine Ducq
Lundi 11 Mars 2019

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.


PUB


    Aucun événement à cette date.
Publicité



À découvrir

"Kanata" : conjuguer la réalité et l'illusion, et faire apparaître, sous l'apparence et la fiction, le réel et son intimité

"Kanata", Théâtre du Soleil, Paris

Mais que sont devenus les Hurons, la Grande Forêt, les canoës ? Tous ces rêves de Canada des petits garçons et petites filles ? Quand Ariane Mnouchkine et Robert Lepage, avec les comédiens du Soleil, envisagent de monter un spectacle sur le Canada et son Histoire, personne n'imaginait l'hostilité, la violence des réactions qu'engendrerait là-bas ce projet*.

Que l'ambition affichée de montrer le sort des Amérindiens dans le monde moderne aboutirait à une contestation brutale du droit à les représenter. Face aux insultes anonymes, forcément sur Internet, venant de tous les bords, la troupe du Soleil (dont les comédiens appartiennent au monde entier) a réagi de la meilleure façon. En montant le premier épisode de "Kanata" sur la controverse. La troupe intègre, intériorise tous les tenants de la querelle.

La pièce prend pour fil conducteur un couple de jeunes Français primo immigrants naïfs qui s'installant à Vancouver, découvrent les réalités cachées sous les cartes postales. Les rues sordides, la misère, la drogue, la prostitution, les Amérindiens déchus, le crime, l'impuissance d'une police, la déforestation, la disparition des traces du passé. Un melting-pot qui n'est qu'un agrégat de souffrances travaillées pourtant par l'instinct de survie et l'espoir de s'en sortir.

Jean Grapin
07/02/2019
Spectacle à la Une

"Botéro en Orient"… tout en rondeur !

C'est un voyage où le physique et l'esthétisme ont une place prépondérante et dans laquelle les rondeurs sont revendiquées et montrées. Autour d'une création picturale qui l'a guidé, Taoufiq Izeddiou place l'identité au centre de sa création.

Le titre du spectacle est dû au fait que Taoufiq Izeddiou a été inspiré par l'œuvre autour d'Abou Ghraïb (Irak) de Fernando Botero, peintre et sculpteur colombien, où l'artiste s'était insurgé. Il avait en effet dessiné de superbes planches où la torture, l'humiliation et la violence s'étalaient. Les personnages des œuvres de Botero sont toujours des êtres ronds et épais. C'est dans ce rapport aux volumes que le chorégraphe a bâti son spectacle.

À l'entame de la représentation, le silence habille le plateau puis des ombres se détachent d'une demi-obscurité. Les déplacements sont séparés, la gestuelle des trois danseurs est propre à chacun, ceux-ci perchés sur un bloc de bois. La scénographie est déplacée tout au long du spectacle, les blocs changeant de lieu, bousculés et balancés sur scène. C'est une œuvre de construction et de reconstruction où les chorégraphies se suivent dans des thématiques où l'identité de chaque interprète est posée par rapport à son corps, rond, "volumétrique" selon les propos de Taoufiq Izeddiou.

Safidin Alouache
28/02/2019
Sortie à la Une

Roukiata Ouedraogo intègre avec une facilité déconcertante les facettes de l'art du comédien et du clown

"Je demande la route", Théâtre de l'Œuvre, Paris

Roukiata Ouedraogo présente son spectacle "Je demande la route". Difficile de ne pas lui répondre que la route est droite et belle en saluant tout le talent dont elle fait preuve sur scène.

Roukiata Ouedraogo intègre avec une facilité déconcertante les facettes de l'art du comédien et du clown
Roukiata Ouedraogo est pour ainsi dire une princesse qui, ayant découvert le secret des griots et leur art de raconter, donne corps et parole à tous les personnages qui ont marqué sa vie. Elle fait ainsi cadeau de l'humour africain et le fait savoir dans la joie de jouer.

Allant bien au-delà d'un soliloque moqueur ou sarcastique, Roukiata fait œuvre picaresque. En faisant vivre toutes ses ombres, en partant du village, quittant son enfance, sa famille : partant à la conquête du monde. Le public l'accompagne dans le rire.

Les récitations ânonnées à l'école communale, les conseils du grand frère, son arrivée en France, son grand-père ancien de la guerre, sa hantise du froid, son premier appart au dernier étage avec vue sur les chéneaux. De la bureaucrate de l'état civil aux femmes du salon de coiffure à Château-rouge, des métiers de gardienne d'enfants à celui de comédienne, tout fait conte, conte moderne, conte initiatique.

Jean Grapin
08/02/2019