La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Danse

"Fables à la fontaine"… La Fontaine renversante

Annie Sellem, à l'initiative de ce projet, a souhaité que trois chorégraphes présentent trois fables de la Fontaine au travers de leur art et d'une approche musicale variée. Béatrice Massin, Lia Rodrigues et Dominique Hervieu ont choisi respectivement "Le loup et l'Agneau", "Contre ceux qui ont un goût difficile" et "Le Corbeau et le Renard", éditées en 1668, pour décliner une approche où le verbe est supplanté par le corps.



"Le Loup et l'Agneau" © Benjamin Mengelle.
"Le Loup et l'Agneau" © Benjamin Mengelle.
Dans "Le Loup et l'Agneau", chorégraphie de Béatrice Massin, cela démarre tout doucettement avec deux formes rondes recouvertes d'un long tissu qui avancent. Les corps se découvrent, s'allongent, se rapprochent, se touchent, deviennent un pour se séparer ensuite avec Félix Heaulme qui prend de la hauteur sur une sorte d'escabeau quand Mylène Lamugnière s'avance sur le devant de la scène avec une gestuelle où ses membres supérieurs accompagnent tronc et jambes dans des déplacements, où l'aspect physique de ceux-ci est serti de grâce.

Sa tête s'abaisse et le tronc s'incline vers le bas, le tout prend appui ensuite sur la paume de sa main qui tel un ressort permet de rebondir vers d'autres enchaînements. Cela est vif, rapide, tout en rondeurs avec des sortes de virgules dessinées par un bras qui semble piquer vers l'extérieur pour finir en courbe ensuite. Suivent ensuite des mouvements du tronc et des membres inférieurs accompagnés par les déplacements tranchés et espacés de Félix Heaulme qui prennent appui sur un jeu d'évitements et de rencontres.

"Contre ceux qui ont le goût difficile" © Chaillot - Théâtre national de la Danse.
"Contre ceux qui ont le goût difficile" © Chaillot - Théâtre national de la Danse.
Dans "Contre ceux qui ont le goût difficile", fable peu connue où Jean de La Fontaine (1621-1695) fait l'apologie de ce que pourquoi il est si connu à ces "censeurs" fictifs, la chorégraphie de Lia Rodrigues casse les codes et se démarque profondément du reste du spectacle. Tais Almeda Da Silva, et Dandara Patroclo Santos alternent entre théâtre et danse festive. Il y a durant quelques minutes un moment très théâtral de brossage de dents assez particulier d'une des danseuses qui trône au milieu des planches avec son gobelet bleu et son tube de dentifrice.

Cela bouge de façon très libérée avec des mains qui construisent autour du visage des petits mouvements rotatifs qui s'ouvrent, se ferment dans une gestuelle festive avec le mot "Fin" marqué sur le derrière des danseuses. Cette liberté de ton bouscule l'aspect éducatif à laquelle sont souvent montrées les fables de La Fontaine. En retournant cette approche "moralisatrice" enseignée à l'école, la chorégraphe montre peut-être un aspect beaucoup moins connu des mœurs de La Fontaine qui avait, pour l'époque, une liberté étonnamment transgressive de la notion de couple.

Cela interpelle autant dans la construction chorégraphique que dans le choix de la chanson "Motivés" de Zebda. Je n'ai pas adoré sur le moment ce que proposait Lia Rodrigues mais il se passe réellement quelque chose sur scène. Le tout n'est ni bien rangé, ni lisse et sort des sentiers battus.

"Le Corbeau et le Renard" © Benjamin Mengelle.
"Le Corbeau et le Renard" © Benjamin Mengelle.
Le langage des signes est utilisé par Dominique Hervieu pour "Le Corbeau et le Renard" au travers de différentes langues, les signes étant en effet différents selon celles-ci. Elles sont dansées, toujours avec talent, par Mylène Lamugnière et Félix Heaulme mais il n'est pas clair de comprendre lesquelles sont chorégraphiées et si celles-ci sont le reflet des paroles lancées ou des signes montrés.

Au travers de lucarnes animées dans lesquelles apparaissent des personnages, filmés ou dessinés, parlant l'argot, le français, parfois de façon familière, et des langues étrangères, la gestuelle devient nerveuse, vive, saccadée, courbe ou angulaire, accompagnée de déplacements. C'est un cocktail de mouvements et de consonances qui se font entendre en chœur, mêlant ainsi dans une même humeur, verbe et expressivité, le corps devenant réceptacle des mots.

Le spectacle est très intéressant dans son hétérogénéité artistique, avec des propositions assez surprenantes. Peut-être un tantinet difficile à appréhender pour de jeunes enfants et "Contre ceux qui ont le goût difficile".

"Fables à la fontaine"

"Contre ceux qui ont le goût difficile" © Chaillot - Théâtre national de la Danse.
"Contre ceux qui ont le goût difficile" © Chaillot - Théâtre national de la Danse.
"Le Loup et l'Agneau"
Chorégraphie : Béatrice Massin.
Avec : Félix Héaulme et Mylène Lamugnière.
Lumières : Rémi Nicolas.
Extraits musicaux : Marin Marais.
Costumes : Dominique Fabrègue, Clémentine Monsaingeon.
Durée : 20 minutes.

"Contre ceux qui ont le goût difficile"
Chorégraphie : Lia Rodrigues.
Avec : Tais Almeda Da Silva, Dandara Patroclo Santos.
Dramaturgie : Silvia Soter.
Lumières : Franck Niedda, Lia Rodrigues.
Extraits musicaux : Les Motivés.
Costumes : Francine Barros, Clotilde Barros Pontes.
Durée : 20 minutes.

"Le Corbeau et le Renard" © Benjamin Mengelle.
"Le Corbeau et le Renard" © Benjamin Mengelle.
"Le Corbeau et le Renard"
Chorégraphie : Dominique Hervieu.
Avec : Félix Héaulme et Mylène Lamugnière.
Vidéo : Dominique Hervieu, Pascal Minet
Lumières : Vincent Paoli.
Son : Catherine Lagarde.
Extraits musicaux : Jean-Baptiste Lully, Robert Schumann.
Costumes : Mireille Hersent.
Durée : 20 minutes.

Conception et mise en œuvre à la création : Annie Sellem.

Du 7 au 16 octobre 2021.
Mardi, jeudi à 10 h et à 14 h 30, vendredi à 10 h, samedi à 14 h 30 et 17 h 30, mercredi et dimanche à 14 h 30.
Chaillot - Théâtre national de la Danse, Salle Firmin Gémier, Paris 16e.
Tél. : 01 53 65 31 00.
>> theatre-chaillot.fr

Safidin Alouache
Jeudi 14 Octobre 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




    Aucun événement à cette date.
Vidéos les plus récentes



À découvrir

"Les femmes de la maison" L'épopée des luttes féminines sous le prisme d'une maison très spéciale

Voici la dernière pièce de Pauline Sales (écriture et mise en scène) qui a été présentée au Théâtre Paul Scarron du Mans devant un public professionnel restreint. Un privilège que d'assister à cette histoire que l'on sent chevillée au corps de sa créatrice. Il y est question de femmes artistes. Question également des femmes non artistes. Question de la liberté que les femmes ont peu à peu conquis depuis bientôt un siècle. Arrachant bribe après bribe le droit d'agir, de s'exprimer, le droit sur leur corps, leur sexualité, leurs choix. Et trouver enfin la puissance pour se détacher du diktat masculin si bien bétonné.

© Jean-Louis Fernandez.
L'histoire des "femmes de la maison" commence dans les années cinquante et se termine de nos jours. Elle va mettre en jeu une dizaine de personnages féminins sur trois périodes symboliques : les années cinquante, les années soixante-dix et 2022. Pour cela, Pauline Sales invente une maison qui sera le moyen de traverser le temps et l'espace. Cette maison est celle de Joris, un amoureux, par ailleurs cinéaste militant contre les méfaits des guerres. Il achète cette maison par amour pour une photographe, l'amour s'en va, il ne sait qu'en faire, alors il la prête à des artistes. Le hasard veut au départ que ce ne soit que des femmes - peintres, poètes, sculptrices… et cela se transforme en règle : seules des femmes artistes pourront venir un temps pour créer ici.

Première période, maison fermée entourée de bois. C'est l'après-guerre et l'artiste que Joris installe dans la maison dessine. Dessine en mode combat contre elle-même. Contre la pensée que chez elle, son mari, sa fille sont là comme une destinée de femme au foyer qu'elle refuse. Combat contre le mal que cela peut faire.

Bruno Fougniès
25/08/2021
Spectacle à la Une

"Marilyn Inside" Dévoiler Marilyn pour tenter de retrouver l'intimité secrète de Norma Jean

Qui était-elle, réellement ? Être dual, aux structures intimes complexes, celles d'une âme en quête de sérénité, de sincérité. D'un côté Marilyn, sex-symbol fabriqué par le cinéma hollywoodien des années cinquante, ou Norma Jeane, femme-enfant à la vie chaotique, ballotée entre une mère atteinte de troubles psychologiques graves et les placements dans de multiples familles d'accueil. Confrontation ou rencontre imaginaire entre ces deux fantômes, souvenirs de ces deux réalités successives, tentative de traversée du miroir, c'est ce que nous propose l'étonnant et réussi "Marylin Inside".

© Clarisse Bianco.
Incarnation féminine idéalisée jusqu'à en devenir une icône planétaire, tempête sensuelle à la robe blanche virevoltante, blonde écervelée à la jeunesse intemporelle… Elle fut tout cela tout en restant une femme mystérieuse, secrète que seules la captation de regards fugaces, la perception de fragiles coups d'œil éphémères laissaient deviner. Actrice quasi vénérée malgré ses extravagances conjugales, ses dépressions et, parfois, ses excès de consommation d'alcool et/ou de médicaments, elle était à la fois saisissante et insaisissable.

L'auteure, Céline Barcaroli, nous propose une traversée intérieure dans la dualité d'une femme publique où se confronte et se rencontre les deux faces de celle qui bouleversa à jamais la représentation cinématographique féminine - registre "blonde incendiaire" - tout en exposant involontairement, puis volontairement, ce que peuvent être les fragilités et les failles d'un être sublimé. Son propos, fondé sur du réel, nous emporte dans le fictionnel pour effleurer, parfois approcher, ce qu'ont pu être les mystères, les fêlures indicibles, les tourments naissant d'une continuelle et insatiable quête d'amour.

Gil Chauveau
01/10/2021
Spectacle à la Une

"L'âne et la carotte"… Siège de chaises !

Dans un spectacle qui mêle l'humour à la réflexion, Lucho Smit se livre à une série de numéros circassiens où, autour d'un récit, l'artiste raconte ses doutes, sa vision du monde et celle du cirque.

© František Ortmann - Letní Letná.
L'un des nombreux attraits du nouveau cirque, nommé aussi cirque contemporain, est sa capacité à surprendre et à faire découvrir aux spectateurs des arts de la scène aussi différents que du théâtre, de la chanson et/ou de la musique en plus des acrobaties. Le décor est aussi très important. Dans "L'âne & la carotte", le plateau découvre une colonne de chaises, ce dernier élément étant la matrice même de la scénographie. Ionesco aurait pu se retrouver dans celle-ci où leur amoncellement tient lieu d'œuvres de construction.

Lucho Smit tient l'équilibre pour un art, mais aussi pour une compagne du déséquilibre, les deux sont sœurs d'armes à chaque instant dans sa création. Cela démarre en trombe dans une course sur des chaises où celles-ci s'écroulent bien que l'artiste finisse assis sur la dernière de la rangée. Ce pourrait être le résumé de la représentation. Tout est en équilibre au travers des déséquilibres et s'il ne devait en restait qu'un, ce serait une et elle aurait quatre pieds et un dossier.

La voix off de Lucho Smit accompagne le spectacle pour raconter ses états d'âme, sa vision du monde et du cirque. On peut aimer cette narration comme en être agacé. J'ai eu les deux sentiments, agacé au début puis intéressé par le récit à la fin avec quelques longueurs toutefois. Les choses sont dites avec humour, même si ce n'est pas là où il excelle le plus, l'acrobatie du trait d'esprit n'étant pas celui du corps.

Safidin Alouache
05/10/2021