La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Festivals

FAB 2021 Entre chuchotements et cris : "Larsen C" et "Fuck me", deux chorégraphies aux effets troublants…

Entre la poésie plastique de "Larsen C" et la radicalité artistique de "Fuck me", un monde ; celui porté par les deux chorégraphes qui ont inspiré ces deux formes. Si le Grec Christos Papadopoulos explore la géographie du plateau par des mouvements glissés d'une lenteur envoûtante, l'Argentine Marina Otero convoque sa rage de vivre pour faire matière vivante d'une histoire - la sienne - placée sous le signe de l'irrévérence. En dérogeant l'un et l'autre à l'attendu, leur écriture singulière séduit et/ou bouleverse.



"Larsen C" © Pinelopi Gerasimou for Onassis Stegi.
"Larsen C" © Pinelopi Gerasimou for Onassis Stegi.
"Larsen C" se présente comme une expérience à vivre, un temps suspendu entre ombres et lumières, immobilités et mouvements fluides. Rien de heurté dans la succession répétitive de ces figures chorégraphiées, échos de l'ostinato enivrant de petites notes de musique distillées avec économie. Une boucle sans début et sans fin, écho d'un anneau de Möbius, où d'infimes variations s'invitent comme par effraction dans un continuum hypnotique pour suggérer le flux de la vie pulsant au ralenti loin des agitations de notre monde hyper connecté.

Émergeant progressivement de l'obscurité silencieuse où ils se trouvaient plongés, les corps glissants de six danseurs vêtus de noir, trois hommes et trois femmes, habitent l'espace au gré d'une nécessité invisible. Tantôt chacun semble découvrir l'étrangeté de son corps, territoire énigmatique s'il en est, tantôt ils se regroupent pour faire chorus, offrant alors une vue d'ensemble tout aussi mystérieuse dans ses intentions.

Ainsi, pris dans les nappes visuelles et sonores qui le recouvrent, bercé par la douce étrangeté du flux et reflux des vagues successives, le spectateur se prend à lâcher prise. Il déserte les rives du réel où ses pieds l'ancrent pour devenir l'un des éléments du rêve qui se déploie face à lui. Comme si, délivré de sa propre pesanteur, il flottait dans un univers où tous les possibles s'offraient. Ainsi, du dernier tableau où la brume, envahissant le plateau et la salle en les réunissant dans un même espace, efface la partie supérieure des corps, les libérant de leur tête pensante. Expérience sensible, de nature chamanique, ouvrant à toutes les interprétations.

"Fuck me" © Pierre Planchenault.
"Fuck me" © Pierre Planchenault.
"Fuck me" à plus d'un titre - l'incipit initialise ce qui va suivre - s'inscrit dans ce qui fait œuvre pour la chorégraphe argentine : sa vie à part entière… ou, plus exactement ici, son existence mutilée par l'opération de son dos de danseuse brisé par les jetés répétitifs au sol, colonne vertébrale fragilisée qui l'empêche (en partie seulement) d'être sur le plateau.

Si la performeuse espagnole Angelica Liddell - que la chorégraphe argentine se plaît à citer dans son spectacle "Si seulement j'avais vingt ans de moins, l'amour…" - n'a de cesse de développer un "art cru" axé autour de ses révoltes intimes articulées aux violences d'un monde inique (cf. son poignant "Liebestod" - "Mort d'amour" - présenté au dernier Festival d'Avignon), sa cadette argentine n'a rien à lui envier.

En se livrant sans fard, dans la vérité crue de sa nature de femme libérée de toutes assignations de genre ou de classe, elle arpente "en tous sens" le chantier de sa mémoire pour nourrir artistiquement le projet de toute une vie, la sienne : "Recordar para vivir" - "Se rappeler pour vivre" -, une pièce sans fin autre que le point final de "la muerte", cet état irréversible. Une mémoire recomposée "de toutes pièces" tant il serait illusoire de vouloir prétendre dans ce domaine labile sceller un pacte avec la vérité qui, par nature, ne peut être "après coup" que reconstruction d'un récit diffracté par le temps.

"Fuck me" © Pierre Planchenault.
"Fuck me" © Pierre Planchenault.
Et qu'importe si elle n'est plus en capacité de cogner son corps à la réalité qui, par essence, lui résiste… Cinq danseurs à la musculature superbe, choisis par elle et anonymisés sous le même prénom de Pedro, nus hormis les rangers qui leur permettront de frapper le sol, vont devenir sa doublure complice. Elle, micro en main, souvent assise sur une chaise en bordure d'avant-scène, mais aussi naviguant lentement parmi eux pour les toucher tendrement, ou "prise" dans des scènes chorégraphiées sans concession marquant la puissance du désir à l'état brut, devient la maîtresse d'une cérémonie mémorielle à haute valeur artistique.

Puisés dans les rushes d'une filmographie personnelle où défilent sur grand écran des scènes de son enfance dansante avec ses cousines, mais aussi l'image de sa grand-mère allongée morte, ou encore celle, très récente, de son corps perfusé sur un lit d'hôpital, les souvenirs arrachés au passé trouent la réalité du présent. Sur le plateau habité superbement par ses cinq danseurs, incarnations d'elle-même, sont rejouées les prouesses de son corps de performeuse sans limites. L'inscription "Fuck me", écrite en lettres géantes en arrière-scène, résonnant comme le cri de celle qui n'en peut plus aujourd'hui de sentir son corps ne plus lui répondre.

"Fuck me" © Pierre Planchenault.
"Fuck me" © Pierre Planchenault.
Sa voix commente en direct le passé recomposé pour en extraire le suc… Ce prénom, Marina, qu'elle a hérité de son grand-père, agent de renseignements dans la Marine sous la dictature argentine, est porteur de lourds secrets enterrés avec lui dont elle pressent l'impact. Des tableaux présentent les cinq danseurs se recouvrant d'uniformes et de la fameuse casquette de la marine, comme si faire rejouer l'autre scène devant elle, lui permettait de "déminer" cette bombe enfouie. De même, au creux de sa féminité, l'histoire de la prostituée Andréa, un prénom d'emprunt, retrouvée assassinée, qui l'a hantée au point que son histoire à elle a abrité la sienne ; Marina-Andréa, les deux faces d'une même entité tourmentée.

Se succèdent des scènes où le désir brûlant de sexe ("Fuck me" réplique incandescente du "Baise-moi" de Virginie Despentes faisant la nique à des siècles de domination patriarcale) se traduit en actes bruts… même si la vérité tonitruante de son corps mis à mal ne peut qu'engendrer le sentiment d'une perte douloureuse. Ainsi, des séquences à rayer de la représentation où, sur scène ou hors scène, c'est elle qui "baisait tous les mecs". N'importe, transformer la douleur en objet artistique a toujours été son viatique, et le restera. Ne pouvant plus danser, la mort de la jeunesse étant irréversible, il lui reste dorénavant à confier son unique objet de recherches - elle - à d'autres.

Si, dans son magistral "Livre brisé" (roman paru en 1989 en même temps qu'une autre chute, celle du Mur de Berlin), Serge Doubrovsky avait métamorphosé par le verbe la matière de son existence déchirée par les absolus de l'amour en inventant "l'autofiction", dans son droit fil, Marina Otero fait de son "corps brisé" la matière vivante d'un récit recomposé à couper le souffle. On ne sort pas indemne d'un tel engagement où vie et art se confondent pour créer une épiphanie chorégraphique et humaine. Un très grand moment…

"Larsen C"

"Larsen C" © Pinelopi Gerasimou for Onassis Stegi.
"Larsen C" © Pinelopi Gerasimou for Onassis Stegi.
Conception chorégraphie Christos Papadopoulos.
Avec : Maria Bregianni, Chara Kotsali, Georgios Kotsifakis, Sotiria Koutsopetrou, Alexandros Nouskas Varelas, Ioanna Paraskevopoulou, Adonis Vais.
Musique et design sonore : Giorgos Poulios.
Scénographie : Clio Boboti.
Assistant scénographe : Filanthi Bougatsou.
Lighting design : Eliza Alexandropoulou.
Costumes : Angelos Mentis.
Consultant en dramaturgie : Alexandros Mistriotis.
Consultante en chorégraphie : Martha Pasakopoulou.
Régie lumière en tournée : Stavros Kariotoglou.
Régie technique en tournée : Michalis Sioutis.
Durée : 1 h.

"Larsen C" © Pinelopi Gerasimou for Onassis Stegi.
"Larsen C" © Pinelopi Gerasimou for Onassis Stegi.
Vu à La Manufacture CDCN de Bordeaux, le samedi 2 octobre à 19 h 30, dans le cadre du FAB 2021, création 2021 (représentation unique).

Tournée
5 et 6 octobre 2021 : Pôle Sud, Strasbourg (67).
22 octobre 2021: Festival One Dance Week, Plovdiv (Bulgarie).
16 au 18 novembre 2021 : RomaEuropa Festival, Rome (Italie).
21 novembre 2021 : I Teatri Fondazione Reggio Emilia, Reggio Nell Emilia (Italie).
27 et 28 novembre 2021 : Festival de Otono, Madrid (Espagne).
Du 9 au 14 décembre : Théâtre de la Ville, Paris (75).
19 janvier 2022 : Théâtres de la Ville, Luxembourg (Luxembourg).
8 et 9 février 2022 : Halles de Schaerbeek, à Bruxelles (Belgique).

"Fuck me"

"Fuck me" © Pierre Planchenault.
"Fuck me" © Pierre Planchenault.
Spectacle en espagnol surtitré en français.
Dramaturgie et mise en scène : Marina Otero.
Assistante à la mise en scène : Lucrecia Pierpaoli.
Avec : Augusto Chiappe : Cristian Vega, Fred Raposo, Juan Francisco López, Bubica, Miguel Valdivieso, Matías Rebossio, Marina Otero.
Création scénographique et lumière : Adrián Grimozzi.
Assistante à la chorégraphie : Lucía Giannoni.
Scénographique et lumière en tournée : David Seldes, Facundo David.
Assistante à la scénographie et lumière : Carolina Garcia Ugrin.
Création costumes : Uriel Cistaro.
Création son et musique original : Julián Rodríguez Rona.
Conseils dramaturgiques : Martín Flores Cárdenas.
Art visuel : Lucio Bazzalo.
Montage audiovisuel : Florencia Labat.
Stylisme : Chu Riperto.
Photographie : Matías Kedak.
Costumes : Adriana Baldani.
Durée : 1 h.

"Fuck me" © Pierre Planchenault.
"Fuck me" © Pierre Planchenault.
Vu au TnBA, le mardi 5 octobre à 21 h, dans le cadre du FAB 2021, première française.
Autres dates de représentation : mercredi 6, jeudi 7 et vendredi 8 à 21 h.

Tournée
Du 14 au 16 octobre 2021 : Festival Sens Interdits, Les Célestins, Lyon (69).
Du 19 au 21 octobre 2021 : MC2, Grenoble (38).
24 octobre 2021 : Cádiz - date non confirmée (Espagne).

FAB – 6e Festival International des Arts de Bordeaux Métropole.
Du 1er au 23 octobre 2021.
9 rue des Capérans, Bordeaux (33).
Billetterie : 09 82 31 71 30.
contact@festivalbordeaux.com

>> fab.festivalbordeaux.com

Yves Kafka
Mardi 12 Octobre 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022







À découvrir

Au 41e Festival de la Vézère souffle l’esprit de la musique

Le festival de référence en Corrèze poursuit son aventure malgré la disparition de sa regrettée fondatrice. Il offrira cette saison encore de très beaux rendez-vous musicaux.

Festival de la Vézère 2020, concert de la famille Pidoux © 28mmphoto.
Pour sa 41e édition, le Festival de la Vézère fera vivre l'esprit des lieux puisque Diane du Saillant poursuit la belle mission que s'étaient fixés ses parents, Isabelle et Guy : donner la plus grande audience à la musique et à l'opéra en Corrèze en région Nouvelle-Aquitaine. Elle est donc à la tête depuis cette année du festival fondé en 1981 et entend même le développer. Dix-neuf événements forts rassemblant 150 artistes dans treize lieux remarquables sont offerts dès le début de juillet et ce, pour plus d'un mois.

Fidèle à son esprit alliant exigence et éloge de la beauté, invitant nouveaux venus et artistes fidèles, la manifestation entend rassembler un public très divers : jeunes, familles, mélomanes avertis et amateurs estivaux de sensations nouvelles. De nombreux lieux patrimoniaux se sont ajoutés au cours des quatre décennies mettant le public aux premières loges de l'excellence musicale. En cette année 2022 s'y ajoutent deux nouveaux : les Ardoisières de Travassac et les Jardins de Colette à Varetz. Ce dernier accueillera le 20 juillet Alex Vizorek et le Duo Jatekok, les talentueuses sœurs pianistes, pour un "Carnaval des animaux" de Saint-Saëns attendu.

Outre le désormais traditionnel week-end lyrique des 5, 6 et 7 août au Château du Saillant, rendu possible grâce à la formidable compagnie du pianiste Bryan Evans, Diva Opéra (avec "Tosca" et "Cosi fan tutte" cet été), voici une petite sélection d'évènements inratables chinés au cœur d'un riche programme.

Christine Ducq
25/06/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Fantasio" L'expression contemporaine d'un mal-être générationnel

"Buvons l'ami et songeons à ce mariage point désiré." Éternel sujet maintes fois traité par nos grands auteurs classiques, l'union "forcée" reste encore d'actualité et l'acte de résistance qu'opposent les femmes, quel que soit le pays, peut induire une forme de rébellion et une revendication d'indépendance, d'autonomie, de liberté qui traversent facilement le prisme de la modernité.

© Andreas Eggler.
Il y a des compagnies et des metteurs en scène que l'on a particulièrement plaisir à suivre, à retrouver. Qui nous offre des moments où l'on aime sans crainte laisser se glisser nos oreilles, nos yeux, notre attention dans le confort d'une nouvelle création dont on sait quasiment par avance qu'elle nous régalera, ravira tous nos sens. Un spectacle de la Cie de L'Éternel fait assurément partie de ces petits bonheurs qui sont résolument inscrits dans une pratique novatrice, fougueuse, audacieuse et talentueuse de l'art des saltimbanques… celui qui réjouissait les foules au temps des tréteaux, des "sauteurs de bancs"*.

Au cœur de la pièce de Musset se joue le mariage politique de la princesse Elsbeth, enjeu d'un pays/royaume, décevant, sans vigueur et sans perspective pour les jeunes générations, à la gouvernance désabusée. En contrepoint, Fantasio, jeune homme désespéré - fuyant la routine, l'ennui qui naît du quotidien, la lassitude du "rien faire" -, désargenté et à l'avenir incertain, se joue des conventions, peu respectueux de la gente bien-pensante. Endossant de manière inattendue la posture et le costume de bouffon, habité d'une folle énergie soudaine et d'excès de lucidité bénéfique, il bouleverse la donne, sème un joyeux et revigorant bordel, boosté par un esprit vif et pertinent, et fait imploser sans violence le mariage.

Gil Chauveau
23/06/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Eurydice aux Enfers" Vivre comme mourir engage l'être tant dans son âme que dans son corps

Ayant perdu son épouse Eurydice, Orphée pleure sa mort durant la cérémonie funèbre. Zeus, voyant le chagrin du jeune homme, l'autorise à descendre aux Enfers pour qu'il aille chercher sa bien-aimée. Une seule condition lui est imposée : qu'il ne croise le regard d'Eurydice à aucun moment.

© Julie Mitchell.
Accueilli d'abord avec hostilité par les Esprits infernaux, Orphée est ensuite guidé par les Ombres heureuses dans le paysage des Champs-Élysées et elles lui rendent Eurydice. Tous deux chantent le bonheur retrouvé et Orphée veille à ne pas regarder son épouse. Mais celle-ci commence à douter de l'amour d'Orphée qui lui refuse tout contact. Tenu au silence, Orphée finit pourtant par briser le serment et témoigne son amour à Eurydice : la jeune femme s'effondre aussitôt, laissant à nouveau Orphée seule. Toutefois, grâce à l'intervention de l'Amour, ils seront bientôt unis pour l'éternité.

Tel est le résumé du célèbre mythe d'Orphée et Eurydice. Mais c'est avec une grande modernité et une grande audace que la Compagnie de l'Eau qui Dort, sous la houlette de Gwendoline Destremau, a revisité ce dernier. Ici, c'est Eurydice qui traverse la croûte terrestre pour retrouver son amant Orphée décédé. Elle rencontre de multiples cadavres et créatures qui font de sa route vers l'amour un véritable chemin initiatique. La mise en scène, d'une modernité heureuse et lumineuse, met l'accent sur une incontestable dimension féminine sans toutefois afficher de grandes revendications féministes auxquelles on est souvent confronté ! Car dans cette pièce, tout est soigneusement sobre à ce sujet, juste et subtile.

Brigitte Corrigou
25/06/2022