La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Festivals

FAB 2021 Entre chuchotements et cris : "Larsen C" et "Fuck me", deux chorégraphies aux effets troublants…

Entre la poésie plastique de "Larsen C" et la radicalité artistique de "Fuck me", un monde ; celui porté par les deux chorégraphes qui ont inspiré ces deux formes. Si le Grec Christos Papadopoulos explore la géographie du plateau par des mouvements glissés d'une lenteur envoûtante, l'Argentine Marina Otero convoque sa rage de vivre pour faire matière vivante d'une histoire - la sienne - placée sous le signe de l'irrévérence. En dérogeant l'un et l'autre à l'attendu, leur écriture singulière séduit et/ou bouleverse.



"Larsen C" © Pinelopi Gerasimou for Onassis Stegi.
"Larsen C" © Pinelopi Gerasimou for Onassis Stegi.
"Larsen C" se présente comme une expérience à vivre, un temps suspendu entre ombres et lumières, immobilités et mouvements fluides. Rien de heurté dans la succession répétitive de ces figures chorégraphiées, échos de l'ostinato enivrant de petites notes de musique distillées avec économie. Une boucle sans début et sans fin, écho d'un anneau de Möbius, où d'infimes variations s'invitent comme par effraction dans un continuum hypnotique pour suggérer le flux de la vie pulsant au ralenti loin des agitations de notre monde hyper connecté.

Émergeant progressivement de l'obscurité silencieuse où ils se trouvaient plongés, les corps glissants de six danseurs vêtus de noir, trois hommes et trois femmes, habitent l'espace au gré d'une nécessité invisible. Tantôt chacun semble découvrir l'étrangeté de son corps, territoire énigmatique s'il en est, tantôt ils se regroupent pour faire chorus, offrant alors une vue d'ensemble tout aussi mystérieuse dans ses intentions.

Ainsi, pris dans les nappes visuelles et sonores qui le recouvrent, bercé par la douce étrangeté du flux et reflux des vagues successives, le spectateur se prend à lâcher prise. Il déserte les rives du réel où ses pieds l'ancrent pour devenir l'un des éléments du rêve qui se déploie face à lui. Comme si, délivré de sa propre pesanteur, il flottait dans un univers où tous les possibles s'offraient. Ainsi, du dernier tableau où la brume, envahissant le plateau et la salle en les réunissant dans un même espace, efface la partie supérieure des corps, les libérant de leur tête pensante. Expérience sensible, de nature chamanique, ouvrant à toutes les interprétations.

"Fuck me" © Pierre Planchenault.
"Fuck me" © Pierre Planchenault.
"Fuck me" à plus d'un titre - l'incipit initialise ce qui va suivre - s'inscrit dans ce qui fait œuvre pour la chorégraphe argentine : sa vie à part entière… ou, plus exactement ici, son existence mutilée par l'opération de son dos de danseuse brisé par les jetés répétitifs au sol, colonne vertébrale fragilisée qui l'empêche (en partie seulement) d'être sur le plateau.

Si la performeuse espagnole Angelica Liddell - que la chorégraphe argentine se plaît à citer dans son spectacle "Si seulement j'avais vingt ans de moins, l'amour…" - n'a de cesse de développer un "art cru" axé autour de ses révoltes intimes articulées aux violences d'un monde inique (cf. son poignant "Liebestod" - "Mort d'amour" - présenté au dernier Festival d'Avignon), sa cadette argentine n'a rien à lui envier.

En se livrant sans fard, dans la vérité crue de sa nature de femme libérée de toutes assignations de genre ou de classe, elle arpente "en tous sens" le chantier de sa mémoire pour nourrir artistiquement le projet de toute une vie, la sienne : "Recordar para vivir" - "Se rappeler pour vivre" -, une pièce sans fin autre que le point final de "la muerte", cet état irréversible. Une mémoire recomposée "de toutes pièces" tant il serait illusoire de vouloir prétendre dans ce domaine labile sceller un pacte avec la vérité qui, par nature, ne peut être "après coup" que reconstruction d'un récit diffracté par le temps.

"Fuck me" © Pierre Planchenault.
"Fuck me" © Pierre Planchenault.
Et qu'importe si elle n'est plus en capacité de cogner son corps à la réalité qui, par essence, lui résiste… Cinq danseurs à la musculature superbe, choisis par elle et anonymisés sous le même prénom de Pedro, nus hormis les rangers qui leur permettront de frapper le sol, vont devenir sa doublure complice. Elle, micro en main, souvent assise sur une chaise en bordure d'avant-scène, mais aussi naviguant lentement parmi eux pour les toucher tendrement, ou "prise" dans des scènes chorégraphiées sans concession marquant la puissance du désir à l'état brut, devient la maîtresse d'une cérémonie mémorielle à haute valeur artistique.

Puisés dans les rushes d'une filmographie personnelle où défilent sur grand écran des scènes de son enfance dansante avec ses cousines, mais aussi l'image de sa grand-mère allongée morte, ou encore celle, très récente, de son corps perfusé sur un lit d'hôpital, les souvenirs arrachés au passé trouent la réalité du présent. Sur le plateau habité superbement par ses cinq danseurs, incarnations d'elle-même, sont rejouées les prouesses de son corps de performeuse sans limites. L'inscription "Fuck me", écrite en lettres géantes en arrière-scène, résonnant comme le cri de celle qui n'en peut plus aujourd'hui de sentir son corps ne plus lui répondre.

"Fuck me" © Pierre Planchenault.
"Fuck me" © Pierre Planchenault.
Sa voix commente en direct le passé recomposé pour en extraire le suc… Ce prénom, Marina, qu'elle a hérité de son grand-père, agent de renseignements dans la Marine sous la dictature argentine, est porteur de lourds secrets enterrés avec lui dont elle pressent l'impact. Des tableaux présentent les cinq danseurs se recouvrant d'uniformes et de la fameuse casquette de la marine, comme si faire rejouer l'autre scène devant elle, lui permettait de "déminer" cette bombe enfouie. De même, au creux de sa féminité, l'histoire de la prostituée Andréa, un prénom d'emprunt, retrouvée assassinée, qui l'a hantée au point que son histoire à elle a abrité la sienne ; Marina-Andréa, les deux faces d'une même entité tourmentée.

Se succèdent des scènes où le désir brûlant de sexe ("Fuck me" réplique incandescente du "Baise-moi" de Virginie Despentes faisant la nique à des siècles de domination patriarcale) se traduit en actes bruts… même si la vérité tonitruante de son corps mis à mal ne peut qu'engendrer le sentiment d'une perte douloureuse. Ainsi, des séquences à rayer de la représentation où, sur scène ou hors scène, c'est elle qui "baisait tous les mecs". N'importe, transformer la douleur en objet artistique a toujours été son viatique, et le restera. Ne pouvant plus danser, la mort de la jeunesse étant irréversible, il lui reste dorénavant à confier son unique objet de recherches - elle - à d'autres.

Si, dans son magistral "Livre brisé" (roman paru en 1989 en même temps qu'une autre chute, celle du Mur de Berlin), Serge Doubrovsky avait métamorphosé par le verbe la matière de son existence déchirée par les absolus de l'amour en inventant "l'autofiction", dans son droit fil, Marina Otero fait de son "corps brisé" la matière vivante d'un récit recomposé à couper le souffle. On ne sort pas indemne d'un tel engagement où vie et art se confondent pour créer une épiphanie chorégraphique et humaine. Un très grand moment…

"Larsen C"

"Larsen C" © Pinelopi Gerasimou for Onassis Stegi.
"Larsen C" © Pinelopi Gerasimou for Onassis Stegi.
Conception chorégraphie Christos Papadopoulos.
Avec : Maria Bregianni, Chara Kotsali, Georgios Kotsifakis, Sotiria Koutsopetrou, Alexandros Nouskas Varelas, Ioanna Paraskevopoulou, Adonis Vais.
Musique et design sonore : Giorgos Poulios.
Scénographie : Clio Boboti.
Assistant scénographe : Filanthi Bougatsou.
Lighting design : Eliza Alexandropoulou.
Costumes : Angelos Mentis.
Consultant en dramaturgie : Alexandros Mistriotis.
Consultante en chorégraphie : Martha Pasakopoulou.
Régie lumière en tournée : Stavros Kariotoglou.
Régie technique en tournée : Michalis Sioutis.
Durée : 1 h.

"Larsen C" © Pinelopi Gerasimou for Onassis Stegi.
"Larsen C" © Pinelopi Gerasimou for Onassis Stegi.
Vu à La Manufacture CDCN de Bordeaux, le samedi 2 octobre à 19 h 30, dans le cadre du FAB 2021, création 2021 (représentation unique).

Tournée
5 et 6 octobre 2021 : Pôle Sud, Strasbourg (67).
22 octobre 2021: Festival One Dance Week, Plovdiv (Bulgarie).
16 au 18 novembre 2021 : RomaEuropa Festival, Rome (Italie).
21 novembre 2021 : I Teatri Fondazione Reggio Emilia, Reggio Nell Emilia (Italie).
27 et 28 novembre 2021 : Festival de Otono, Madrid (Espagne).
Du 9 au 14 décembre : Théâtre de la Ville, Paris (75).
19 janvier 2022 : Théâtres de la Ville, Luxembourg (Luxembourg).
8 et 9 février 2022 : Halles de Schaerbeek, à Bruxelles (Belgique).

"Fuck me"

"Fuck me" © Pierre Planchenault.
"Fuck me" © Pierre Planchenault.
Spectacle en espagnol surtitré en français.
Dramaturgie et mise en scène : Marina Otero.
Assistante à la mise en scène : Lucrecia Pierpaoli.
Avec : Augusto Chiappe : Cristian Vega, Fred Raposo, Juan Francisco López, Bubica, Miguel Valdivieso, Matías Rebossio, Marina Otero.
Création scénographique et lumière : Adrián Grimozzi.
Assistante à la chorégraphie : Lucía Giannoni.
Scénographique et lumière en tournée : David Seldes, Facundo David.
Assistante à la scénographie et lumière : Carolina Garcia Ugrin.
Création costumes : Uriel Cistaro.
Création son et musique original : Julián Rodríguez Rona.
Conseils dramaturgiques : Martín Flores Cárdenas.
Art visuel : Lucio Bazzalo.
Montage audiovisuel : Florencia Labat.
Stylisme : Chu Riperto.
Photographie : Matías Kedak.
Costumes : Adriana Baldani.
Durée : 1 h.

"Fuck me" © Pierre Planchenault.
"Fuck me" © Pierre Planchenault.
Vu au TnBA, le mardi 5 octobre à 21 h, dans le cadre du FAB 2021, première française.
Autres dates de représentation : mercredi 6, jeudi 7 et vendredi 8 à 21 h.

Tournée
Du 14 au 16 octobre 2021 : Festival Sens Interdits, Les Célestins, Lyon (69).
Du 19 au 21 octobre 2021 : MC2, Grenoble (38).
24 octobre 2021 : Cádiz - date non confirmée (Espagne).

FAB – 6e Festival International des Arts de Bordeaux Métropole.
Du 1er au 23 octobre 2021.
9 rue des Capérans, Bordeaux (33).
Billetterie : 09 82 31 71 30.
contact@festivalbordeaux.com

>> fab.festivalbordeaux.com

Yves Kafka
Mardi 12 Octobre 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




    Aucun événement à cette date.
Partenariat



À découvrir

Succès mérité pour CIRCa, le cirque dans tous ses états !

Premier week-end à chapiteaux pleins à Auch sous le soleil occitan pour la 34e édition du festival du cirque actuel. Dans une ambiance éminemment festive, le public avait investi les différents espaces du festival, tant le Dôme de Gascogne et la salle Bernard Turin que les toiles édifiées à proximité ou sur d'autres lieux de la commune gersoise, pour découvrir des propositions artistiques riches et variées, d'une grande diversité de formes et de styles.

On pouvait ainsi apprécier, lors de ces deux premières journées, l'espiègle énergie et la bonne humeur des jeunes acrobates australiens de la Cie Gravity and Others Myths, "PANDAX", le cirque narratif de Cirque La Compagnie, la Cie H.M.G. avec son onirique et carrément magique "080" ou encore "Les hauts plateaux", la création 2019 de Mathurin Bolze/Cie MPTA (Compagnie les Mains les Pieds et la Tête Aussi).

Proposition forte au programme de ce week-end introductif, "Les hauts plateaux" offraient une scénographie originale, mystérieuse et très technique faite de trampolines, de plateaux volants et d'agrès en suspension. Dans une vision aux couleurs d'apocalypse, sur fonds de ruines passées, présentes ou imaginaires, ces hauts plateaux se dessinent comme autant d'îles défiant les lois de la gravité… où des êtres, silhouettes parfois irréelles, artistes de l'aérien, de la légèreté, embrassent d'éphémères, mais sans cesse renouvelés, moments acrobatiques, entre deux équilibres, portés, guidés par les rebonds d'efficaces trampolines.

Gil Chauveau
26/10/2021
Spectacle à la Une

Un large déploiement de créations pour la 29e édition du Festival Marmaille

Pour la vingt-neuvième fois, l'association Lillico organise, dans Rennes, la métropole rennaise et l'Ille-et-Vilaine, le Festival Marmaille, événement consacré à la jeunesse, à l'enfance et à la prime-enfance, mais aussi aux spectacles "tout public" qui se déroulent durant deux semaines. Un festival pluridisciplinaire puisqu'il accueille théâtre, danse, chant, films, etc., dans différents lieux partenaires. Cette diversité permet aux enfants comme aux adultes de tous y trouver leur compte, d'autant que l'axe de programmation vise non seulement l'éclectisme, mais le sens, l'importance du propos autant que le plaisir de l'instant.

L'édition 2021 de Marmaille révèle vingt-deux propositions artistiques destinées à toutes les tranches d'âge puisque certains spectacles s'adressent à des bébés (comme le spectacle "Chuchoterie" pour un public accepté dès la naissance ou "Touche" à partir de 18 mois dont nous reparlerons plus bas). Elle rayonne dans une galaxie de lieux dans Rennes et dans les alentours. Et elle est riche de quatorze créations.

Des créations que Lillico connaît bien pour beaucoup d'entre elles puisqu'une des missions de l'association est d'accompagner tout au long de l'année des compagnies tournées vers le jeune public. Ceci depuis trente-deux. C'est certainement la raison pour laquelle ce festival révèle des propositions d'une très grande originalité et d'une grande valeur artistique. Accompagnés par l'association Lillico et révélés lors de cette quinzaine, ces spectacles continuent leur chemin sur tout le territoire pour des tournées importantes. Vous pourrez certainement en voir programmés près de chez vous.

Peut-être aurez-vous ainsi l'occasion de découvrir "Vendredi", une pièce inspirée de "Robinson Crusoé" de Daniel Defoe, qui s'attache à mettre en images l'évolution de la relation entre Robinson, l'homme civilisé et Vendredi, le sauvage. Dans un décor construit comme une île en miniature, les deux comédiennes qui interprètent les rôles racontent sans un mot le mimétisme dont Vendredi fait preuve face à Robinson, abandonnant ainsi une partie de sa personnalité. Toute cette histoire nous parvient ainsi par le mime, avec une lenteur voulue, comme un rituel moitié absurde, moitié ludique.

Bruno Fougniès
29/10/2021
Spectacle à la Une

"Olympe et moi" Redécouvrir les écrits d'Olympe de Gouges pour mieux envisager les combats restant à mener

Olympe de Gouges, courtisane, royaliste, puis républicaine, insoumise et revendicatrice, connut son heure de gloire avant de mourir sous la lame meurtrière de la Terreur en 1793 et de tomber dans l'oubli. Elle a réapparu à juste titre aux côtés des grandes féministes contemporaines, il y a quelques décennies. Véronique Ataly et Patrick Mons nous proposent une rencontre attachante, généreuse, avec celle-ci où est associée avec intelligence l'actualité de la Femme telle qu'elle est aujourd'hui.

© Philippe Delacroix.
En fond sonore, bruits confus d'une foule probablement en mouvement, séquence révolutionnaire suggérée. Et cette phrase jetée comme une réplique provocatrice aux événements que l'on imagine en cours : "Femmes, quels bénéfices avez-vous tirés de la révolution ?"… telle est l'adresse d'Olympe à la foule… Et le début du singulier spectacle imaginé par Véronique Ataly où une comédienne, Florence, doit interpréter l'Occitane émancipée et insoumise qui cultiva une révolte permanente contre l'injustice et surtout l'hypocrisie.

L'interprète ainsi désignée de la féministe révolutionnaire donne tout de suite la temporalité du récit envisagé : 1793, la montée vers la guillotine d'Olympe de Gouges. Mais si, ici, cette dernière y perdit la tête, pour Florence, c'est de perte de mémoire dont il s'agit, un énorme trou, l'oubli total de son texte sans souffleur pour la secourir, le métier n'existant plus depuis longtemps.

Perte de mémoire contre perte de tête, le procédé pourrait sembler "facile", cousu de fil blanc - j'avoue que telle fut ma première impression -, mais Véronique Ataly, usant avec subtilité et humour de la trame conçue par Patrick Mons à l'aide notamment des différents écrits d'Olympe, va découdre cette facilité avec beaucoup de talent.

Gil Chauveau
15/11/2021