La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

FAB 2019 "Rebota rebota y en tu cara explota" Performance anti-féminicide à mettre KO debout le machisme ordinaire

"Ça rebondit, ça rebondit et ça t'éclate en pleine face" est un manifeste sociétal à prendre au pied de la lettre tant Agnès Mateus, performeuse ibérique biberonnée à la movida de l'après-franquisme, "ne prend pas de gants" pour asséner en bête de scène des coups mortels au machisme gangrénant, à l'insu de son plein gré, la société des Hommes. Se démenant en tous sens sur le ring de la dénonciation en règle des féminicides, la "mégère désapprivoisée" rend coup pour coup dans un combat sans merci.



© Quim Tarrida.
© Quim Tarrida.
L'entrée en matière tonitruante propulse, dans une caricature de cabaret prisé par les mâles en goguette, une créature se contorsionnant derrière un visage dissimulé par un masque grotesque. Tout en exhibant ses fesses impeccablement moulées dans un pantalon lamé propre à exciter le mâle en rut, elle esquisse le salut hitlérien en dessinant avec son doigt la moustache qui va avec, avant de se servir de ses mains comme cache-sexe dérisoire, offrant ainsi en pâture les archétypes de fantasmes masculins éculés.

Retirant le masque, Agnès Mateus campée sur ses jambes, profère à la face du public - pendant qu'un écran défilant redouble ses paroles vociférées - un best of des mille et une insanités par lesquelles le macho décomplexé désigne volontiers la gent féminine, avec en contrepoint, et renforçant l'effet dévastateur, des bluettes sentimentales chantées à tue-tête…

Qu'il est beau et séduisant le monde des contes enchantés où les petites filles, princesses fragiles et adorables poupées de salon, attendent sagement - les yeux pleins de cœurs pétillants à la Disney - le Prince Charmant qu'elles épouseront pour le meilleur… et pour le pire. Iconoclaste en diable, s'affublant elle-même d'une robe en tulle blanc de mariée princesse, la performeuse revisite "virilement" les contes berçant l'enfance innocente en distillant dans leurs plis doucereux le venin de la soumission inconditionnelle au mâle.

Quarante-cinq ans après "Du côté des petites filles" de la pédagogue féministe italienne Elena Gianini Belotti, l'humour corrosif de la performeuse catalane détricote les contes traditionnels - La Petite Sirène, La Belle au bois dormant, Cendrillon, La Belle et la bête, La Princesse au petit pois - avec une perspicacité décapante propre à reléguer au placard le dorénavant trop classique Bruno Bettelheim et sa "Psychanalyse des contes de fées". Quant aux productions contemporaines (Heidi, série télévisée d'animation nippo-suisso-américaine, La Reine des neiges et le monde merveilleux de Disney), elles ont pris désormais le relais du formatage.

Les messages subliminaux ainsi transmis écrivent "durablement" le destin de leurs destinataires. Après avoir été délicieusement délivrées de leur fade (in)existence par leur sublimissime seigneur et maitre, les petites filles modèles l'épouseront en grande pompe… pour mieux se faire violer par lui, et plus si affinités (cf. les courtes séquences filmées projetées comme les rébus du petit train, interlude d'antan, où la caméra survole le corps disloqué d'une femme, pantin mis au rebut, jeté là entre les ruines d'une décharge sauvage).

© Quim Tarrida.
© Quim Tarrida.
Face à cette violence barbare, poussant l'audace de la nécessaire rébellion jusqu'à enfiler une cagoule "tête de bite" trouvée sur Internet, la performeuse appelle à la création d'un nouveau mouvement de libération (PPL - Pines Pensantes Libres) dont les femmes prendront "naturellement"… la tête. Mais le clou de la dénonciation du féminicide est sans conteste le lancer de couteaux sur cible humaine - incarnée par elle - pratiqué en live par son partenaire. On frémit alors à l'idée que l'un d'entre eux puisse dévier de sa trajectoire, on ressent par procuration l'extrême violence de la mort qui menace.

Si un spectacle mérite d'être qualifié de "performance", c'est sans conteste celui-ci. Agnès Mateus, en rivalisant d'analyses iconoclastes, d'énergies immesurées et d'excès en tous genres - rappelant l'univers théâtral frontal et trash de Rodrigo Garcia, son compatriote - tend là aux machistes de tous poils un miroir "réfléchissant" les turpitudes préparant le lit de "l'impensable" du féminicide. Et l'on ne peut que saluer avec respect sa détermination hors normes, seule susceptible sur ce sujet tabou de perturber l'indifférence ambiante en décrochant à la face du vieux monde un uppercut bien frappé au coin de l'ironie mordante.

"Rebota rebota y en tu cara explota"

© Quim Tarrida.
© Quim Tarrida.
Création et mise en scène : Agnés Mateus et Quim Tarrida.
Avec : Agnés Mateus.
Collaborateurs : Tyron, Antoine Auger.
Espace sonore et audiovisuel : Quim Tarrida.
Espace de lumières : Carles Borràs.
Équipement technique : Carles Borràs et Quim Tarrida.
Traduction et sous-titres : Marion Cousin.
Durée : 1 h 15.
Prix de la Critique 2017 au meilleur spectacle des Nouvelles Tendances, prix FAD Sebastià Gasch Applaudissements 2018, prix Butaca 2018.

A été représenté dans le cadre du FAB, les 11 et 12 octobre 2019, au Carré-Colonnes, Saint-Médard-en-Jalles (33).
Le FAB s'est déroulé du 4 au 20 octobre 2019.
>> fab.festivalbordeaux.com

Tournée 2020
23 et 24 janvier 2020 : La filature, Mulhouse (68).
Du 31 mars au 4 avril 2020 : Théâtre national Wallonie-Bruxelles, Bruxelles (Belgique).
8 et 9 avril 2020 : TAP, Poitiers (86).
5 et 6 septembre 2020 : Roxy, Birsfelden (Suisse).

Yves Kafka
Mardi 22 Octobre 2019

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives







À découvrir

Ah le foot, le foot, le foot… Oui, mais en version féminine, pour une étonnante aventure humaine

Ça commence limite "foutage de gueule", genre numéro de cirque en guise d'attraction préambulaire… Après le combat de catch de nains, pourquoi un match de foot féminin pour ouvrir la kermesse annuelle du journal L'Union à Reims ! Sauf que… les choses vont prendre une tournure inattendue… Avec une coupe du monde à la clé ! C'est la nouvelle et formidable histoire de femmes que nous racontent Pauline Bureau et sa compagnie.

Ah le foot, le foot, le foot… Oui, mais en version féminine, pour une étonnante aventure humaine
Reims, été 68. Dans la perspective d'un événement footballistique important, coach et cadres de l'équipe locale cherche une attraction en préambule de la confrontation sportive… Et pourquoi pas des femmes courant après un ballon, c'est original et rigolo, du jamais vu !* Des filles sur un terrain de foot, voilà un divertissement apte à régaler les mâles… majoritaires sur les gradins.

S'ensuit un appel à candidates qui, à la grande surprise de l'initiateur (Nicolas Chupin), répondent présentes. Mais son étonnement est total quand il les voit taper dans le ballon ; et jouer avec enthousiasme, aisance, rapidité et une immense liberté, sans retenue. Elles ont entre 16 et 32 ans, venant d'horizons différents, et sont bien décidées à faire de cette mauvaise plaisanterie divertissante l'aventure de leur vie.

Et, ici, Pauline Bureau nous rappelle que l'histoire du football féminin est indissociable de l'évolution de la société et de ses luttes. Femmes footballeuses, femmes ouvrières, l'un peut être l'échappatoire de l'autre, enquête historique, en quête d'histoire… Plusieurs aspects de la condition de la femme sont abordés, montrés. Et dans les années soixante, de la famille à l'usine, les exemples ne manquent pas, actualités sociales sur fond de rendement à la chaîne, de taux horaires, flagrantes et énormes disparités de salaires entre les hommes et les femmes (ça a changé ?), etc.

Gil Chauveau
06/12/2019
Spectacle à la Une

"Le Pas Grand Chose" Un regard de côté pour illuminer le monde

Subvertir la pensée commune par des postures intellectuelles radicales, propres à faire passer ce pseudo conférencier circassien pour un autiste Asperger des plus performants, semble le crédo existentiel de cet artiste hors normes. Par le biais de son regard décalé, il recrée sous nos yeux un monde fabuleux, enchantant notre imaginaire et stimulant nos neurones assoupis.

Johann Le Guillerm, dès son apparition sur le plateau, poussant une improbable carriole-bureau à tiroirs, en impose. Son costume, sa cravate, sa tresse impeccable, sa voix monocorde… tout en lui dégage une inquiétante étrangeté mâtinée d'une sérénité au-dessus de tout soupçon. Comme si cet homme d'un autre temps, d'une autre époque, avait accumulé dans les plis de son être un savoir qui nous faisait défaut, nous les prisonniers de la caverne platonicienne condamnés à ne voir en toutes choses que le pâle reflet de nos vies formatées.

"Est-ce que quelqu'un dans la salle pourrait m'indiquer le chemin qui n'irait pas à Rome ?"… Dès sa première adresse au public, le ton est donné : si quelqu'un d'aventure, fort de ses nouveaux savoirs, s'était égaré là, conforté dans l'idée que la terre est ronde (suprême révélation datant d'à peine cinq cents ans) et que l'homme n'est pas maître en sa demeure (Freud, et la découverte de l'inconscient au début des années 1900), il pourrait illico "battre en retraite". Copernic, Galilée, Freud n'ont fait qu'ouvrir la voie… à nous de la poursuivre.

"La science de l'idiot" chevillée au corps, Johann Le Guillerm va faire exploser littéralement le prêt-à-penser confortant des idées manufacturées, fussent-elles actualisées, dupliquées à l'envi par la nécessité d'une reproduction sociale garante de l'ordre décliné par le savoir officiel. Penser autrement le monde, c'est ce qu'il fut amené à faire, d'abord à son corps défendant. Diagnostiqué enfant dys+++ (dyslexique, dysorthographique, etc.), il fut conduit à la rébellion de l'esprit en dessinant d'autres épures. Réflexe de survie.

Yves Kafka
21/12/2019
Sortie à la Une

"À mon bel amour"… Urbain, classique, éclectique et artistique

C'est sous le prisme des danses urbaines, contemporaine et classique que la chorégraphe Anne Nguyen interroge les identités au travers du corps et de son rapport à l'espace où le waacking, le popping, le voguing, le locking et le krump portent leurs signatures au détour de pointes, de balancés, de lock et de bounce.

Noir sur scène, puis un groupe se détache dans une lumière tamisée qui vient dessiner les creux de leurs silhouettes. La musique démarre à un rythme effréné. Au début, tout est homogène, ils forment une seule et même entité dans une intimité qui est balayée par le tempo musical. Comme un pied-de-nez à la sensation scénique d'un sentiment intime qui s'extériorise violemment.

À tour de rôle, comme une réminiscence des années soixante, soixante-dix, quatre-vingt, le waacking, le popping, le voguing, le locking, le krump, en appui des danses contemporaine et classique, apparaissent autour d'un socle artistique commun dans lequel chacun vient se nourrir au même humus. Des différences ? Oui, bien sûr, dans le tempo, la gestique, le rapport au corps, à la scène et à l'autre, mais tout ceci puise dans un même objectif, celle de faire communiquer une sensation, un état d'âme, une volonté farouche ou timide de montrer quelque chose sur le plateau, un ce je-ne-sais-quoi qui fait de l'artiste un buvard aux émotions qui a besoin, pour notre plus grand plaisir, de s'épancher.

Safidin Alouache
10/12/2019