La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Cirque & Rue

FAB 2019 "La Traversée de Bordeaux Métropole" Transhumance artistique en milieu ordinaire ou éloge des déplacements doux sur fond d'urbanités "à dévoiler"

Sébastien Renauld et Laurent Boijeot n'ont rien à première vue d'agents subversifs. Propres sur eux (chaque soir, ils acceptent volontiers d'être accueillis chez l'habitant pour une douche rapide), ils présentent la conversation de jeunes gens instruits (architecture, sociologie, arts vivants) désireux de l'antienne "vivre ensemble".



© Boijeot-Renauld.
© Boijeot-Renauld.
Se déplaçant pédestrement accompagnés de leur table, banc et lit, au rythme fabuleux de cinq cents mètres journalier, ils se proposent de relier Saint-Médard-en-Jalles à Bordeaux en trente jours, mangeant et dormant sous le dais des étoiles, une bâche tendue pouvant le cas échéant les protéger des pluies girondines.

Et ils semblent apprécier ce mode opératoire - toujours le même dispositif - si on en croit leurs performances précédentes qui, depuis maintenant 2012, les ont conduits en Seine-Saint-Denis, à Paris, Bâle, Dresde, Venise, New York, ou encore Tokyo. Rien d'apparemment "percutant" dans cette manière tranquille d'investir l'espace public qu'ils préfèrent nommer "sol commun" pour éviter la collusion avec "espace public… itaire". L'aspect ludique de leur opération artistique est si évident que les passants croisés leur adressent d'abord un regard interrogateur, puis rieur, avant de s'aventurer à parler avec eux autour du café qu'ils ne manquent pas d'offrir. "Que la fête commence !", dirait Tavernier…

La parole, soudain libérée de ses corsets habituels, se délie pour, à bâtons rompus, emprunter innocemment les chemins de traverse propres à chacun. Affranchi par la situation "extra-ordinaire", délié du regard sociétal introjecté qui d'ordinaire encadre la liberté de (se) dire, l'inconnu de passage se sent tout naturellement autorisé à confier à un autre inconnu ce qui jusque-là faisait partie de son territoire privé. De paroles (faussement) anodines concernant la vie comme elle va, on passe très souvent au récit sinon de l'intime du moins du rapport personnel à la réalité, vécue par définition comme violente puisque faisant obstacle au désir.

© Boijeot-Renauld.
© Boijeot-Renauld.
Et il s'en raconte des histoires de vie incroyables… Des récits pleins des heurs et malheurs de l'humain, à la fois émerveillé d'être de ce monde et - "en même temps" - cabossé par les aléas. Des paroles enjouées mais aussi celles jusque-là restées coincées dans le larynx aux cordes vocales nouées et qui se dénouent comme miraculeusement pour dire des parcours de vie marqués par des chemins de traverse que ne manquerait pas de réprouver la morale garante de l'ordre établi (… mais s'était-on jamais demandé à qui profitait cet "ordre", et par qui il avait été "établi" ?). Ce sont ces chemins de traverse, que d'aucuns beaux esprits nommeraient "déviances" qui, conversation faisant, sont reparcourus ici en toute liberté.

Quant au point d'orgue de cette déambulation au cœur des territoires bordelais, la capitale de la Nouvelle Aquitaine, riche de ses architectures minérales exhibées avec fierté, il n'est pas sans laisser sans voix. Pierres lumineuses des façades XVIIIe, quais semblant tout droit sortis d'un décor de théâtre avec en second plan le joyau du Pont de Pierre illuminé, quartiers réhabilités où - la hausse des loyers ayant tout naturellement déplacé les populations les plus fragiles à la périphérie - il fait bon vivre enveloppé de la douceur girondine, mode de vie policé (au sens de raffiné, civilisé)…

© Boijeot-Renauld.
© Boijeot-Renauld.
Mais aussi mode de vie quelque peu entaché par les bavures d'une police faisant parfois moins preuve d'urbanité (chasse à la jeunesse - cf. poème de Jacques Prévert - shitée, susceptible de déparer le charme imparable du paseo prisé le long de La Garonne, énucléations et mains arrachées de fauteurs de troubles Place de l'Hôtel de Ville). Et qu'en est-il des 17 marronniers sains abattus nuitamment Place Gambetta, malgré les 10 000 pétitionnaires de la vigilance citoyenne combattant "vertement" la requalification de cet îlot de verdure ? Ce sont là paroles de citoyens ordinaires qui s'en font l'écho, paroles trouant les couvertures glacées et un rien glamour de la communication municipale.

Agitateurs publics, activistes, les deux artistes ? Non, certainement pas ! "Activateurs de curiosité, cellules dormantes avec un œil ouvert" (sic), ou empathiques catalyseurs, par leur simple écoute bienveillante de propos qui sans eux seraient restés lettre morte, ils participent à rendre vivant un art théâtral à l'étroit dans ses murs.

Héritiers très assagis d'Emmett Grogan - figure flamboyante des Diggers de San Francisco (lire, sur leurs conseils, "Ringolevio") -, ils redonnent à l'art sa place première : son droit de Cité. En effet, en déplaçant avec eux leur dispositif scénique se confondant avec le mobilier de tout un chacun, ils créent les conditions pour qu'émerge une parole performative "ouvroir de récits potentiels" et, in fine, porteuse de transformations sociétales à venir. Non la parole performative qu'un acteur proférerait de l'extérieur à l'intention d'un spectateur captif, mais celle dont le passant "avec bagage" était lui-même le surprenant dépositaire.

"La Traversée de Bordeaux Métropole"

© Boijeot-Renauld.
© Boijeot-Renauld.
Dans le cadre du Festival des Arts de Bordeaux.
Performeurs : Laurent Boijeot et Sébastien Renauld.
Ils sont partis le mercredi 11 septembre de la Place de la Liberté à Saint-Médard-en-Jalles.
Arrivée le jeudi 10 octobre au SUPER QG, Quai de la Grave à Bordeaux.

Le FAB se déroule du 4 au 20 octobre 2019.
>> fab.festivalbordeaux.com

Yves Kafka
Vendredi 11 Octobre 2019

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




Partenariat



À découvrir

"Underground" Éloge du risque amoureux

L'amour comme les angelots n'a pas de sexe. Même les amours les plus charnels, les plus dévastateurs, les plus profonds, les plus troublants. Oui, c'est étrange d'énoncer cela. Mais c'est ici le propos central d'"Underground". Underground, le métro en anglais, et plus symboliquement ici, telle l'image des entrailles sinueuses et enfouies de l'être intime, là où dorment les désirs cachés, indiscrets, inavouables, mais surtout les désirs inconnus et les peurs.

"Underground" explore cette faille des êtres humains, que l'ordre établi, la conscience et la puissance de l'éducation morale dissimulent pour que les normes sociales dominent. La jeune femme, interprétée avec une sensibilité troublante par Clémentine Bernard, seule sur scène, semble pourtant extrêmement classique, anodine, assise dans sa rame de métro. Mais c'est son discours intérieur qu'elle nous partage alors, une voix grâce à laquelle elle va nous emporter vers l'histoire qui l'attend et l'émotion qui va faire résonner son corps, de sa peau jusqu'au plus profond de son être.

Le début du texte la saisit au moment de sa rupture avec l'homme convenable et convenu que la vie lui destinait. Une vie normale, faite de projets d'enfants et de vacances, faite d'un quotidien bien balisé, d'un ordinaire applaudi par tous : familles, amis, rencontres. Une ouverture qui semble comme le début d'un exil obligé. Elle a perdu ce conventionnel qui l'habillait comme une armure. Elle est égarée dans ce métro comme dans un dédale sans issue.

Bruno Fougniès
11/01/2022
Spectacle à la Une

Piquer en plein cœur au théâtre La Flèche, Paris, Jeudi 6 Janvier, 21 heures…

Comment démarrer cette chronique ? Par une citation ? "Un seul être vous manque et tout est dépeuplé", Lamartine. Oui ! Qu'en dirait Laurent Orry ?

© Fabien Montes.
Ah ! Oui. Laurent Orry, c'est l'acteur impeccable vêtu d'un vieux manteau usé et poussiéreux qui, pendant 1 h 15, déploie toute sa force, son énergie mais surtout sa palette d'émotions au service de ce délicieux texte écrit par Alessandro Baricco : "Novecento".

Il interprète Tim Tooney, trompettiste, qui pendant plusieurs années jouera aux côtés de son grand ami Novecento, pianiste génial et hallucinant dont les notes dépasseront même l'océan !

Novecento est donc le héros. C'est dans un carton à chaussures déposé sur le piano de la salle de bal d'un paquebot que Novecento commence sa vie, recueilli par un homme d'équipage… et c'est là que démarre l'histoire.

Et ! Quand Novencento rencontre Tim Tooney, comme une tempête en pleine mer, la secousse est grande, les oreilles agitées et le regard fixe pour ne rien manquer de ce spectacle de vague… à l'âme…

Si ! Car le cœur de Tim Tooney est lourd de peine quand il repense à son ami disparu qui jamais n'avait de son vécu touché la terre ferme. Novecento, sa vie, c'était le paquebot, la mer, les visages des voyageurs entre l'Europe et l'Amérique qui l'inspiraient et ont fait de lui un virtuose mais aussi un homme perdu au milieu de l'océan qui n'a jamais su d'où il venait, qui il était et, de la terre ferme, en a développé une vraie névrose.

Isabelle Lauriou
10/01/2022
Spectacle à la Une

"Fragments" d'Hannah Arendt Du 5 au 8 février 2022 à l'Espace Rachi

Bérengère Warluzel et Charles Berling nous invitent, à travers les mots d'Hannah Arendt, à aimer cette faculté inhérente à la nature humaine : penser. Non, penser n'est pas réservé à une élite, bien au contraire. Penser peut être une aventure joyeuse pour chacun, en plus d'être une jubilation et un enthousiasme qui se partagent.

© Vincent Berenger/Châteauvallon-Liberté - Scène Nationale.
"L'essentiel pour moi, c'est de comprendre : je dois comprendre", dit Hannah Arendt. Au fil de ses textes philosophiques et politiques, mais aussi, et c'est moins connu, ses escapades poétiques, Hannah Arendt a construit une œuvre singulière et inclassable. Bérengère Warluzel y a plongé, en a choisi ces Fragments qui résonnent particulièrement aujourd'hui.

Une table, des chaises, les notes d'un piano… ce n'est pas une biographie, mais un parcours ludique, une traversée partagée et qui ouvre l'accès à la liberté de penser pour soi-même autant qu'à une volonté de comprendre en tant que citoyen et citoyenne dans le monde que nous habitons.

Celle qui voulait avant tout "penser sans entraves" s'adresse à nous et nous invite à penser avec elle.

"La pensée (…), conçue comme un besoin naturel de la vie (…) n'est pas la prérogative d'une minorité, mais une faculté constamment présente en chacun de nous."
François Rodinson.

Annonce
14/01/2022