La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Cirque & Rue

FAB 2019 "La Traversée de Bordeaux Métropole" Transhumance artistique en milieu ordinaire ou éloge des déplacements doux sur fond d'urbanités "à dévoiler"

Sébastien Renauld et Laurent Boijeot n'ont rien à première vue d'agents subversifs. Propres sur eux (chaque soir, ils acceptent volontiers d'être accueillis chez l'habitant pour une douche rapide), ils présentent la conversation de jeunes gens instruits (architecture, sociologie, arts vivants) désireux de l'antienne "vivre ensemble".



© Boijeot-Renauld.
© Boijeot-Renauld.
Se déplaçant pédestrement accompagnés de leur table, banc et lit, au rythme fabuleux de cinq cents mètres journalier, ils se proposent de relier Saint-Médard-en-Jalles à Bordeaux en trente jours, mangeant et dormant sous le dais des étoiles, une bâche tendue pouvant le cas échéant les protéger des pluies girondines.

Et ils semblent apprécier ce mode opératoire - toujours le même dispositif - si on en croit leurs performances précédentes qui, depuis maintenant 2012, les ont conduits en Seine-Saint-Denis, à Paris, Bâle, Dresde, Venise, New York, ou encore Tokyo. Rien d'apparemment "percutant" dans cette manière tranquille d'investir l'espace public qu'ils préfèrent nommer "sol commun" pour éviter la collusion avec "espace public… itaire". L'aspect ludique de leur opération artistique est si évident que les passants croisés leur adressent d'abord un regard interrogateur, puis rieur, avant de s'aventurer à parler avec eux autour du café qu'ils ne manquent pas d'offrir. "Que la fête commence !", dirait Tavernier…

La parole, soudain libérée de ses corsets habituels, se délie pour, à bâtons rompus, emprunter innocemment les chemins de traverse propres à chacun. Affranchi par la situation "extra-ordinaire", délié du regard sociétal introjecté qui d'ordinaire encadre la liberté de (se) dire, l'inconnu de passage se sent tout naturellement autorisé à confier à un autre inconnu ce qui jusque-là faisait partie de son territoire privé. De paroles (faussement) anodines concernant la vie comme elle va, on passe très souvent au récit sinon de l'intime du moins du rapport personnel à la réalité, vécue par définition comme violente puisque faisant obstacle au désir.

© Boijeot-Renauld.
© Boijeot-Renauld.
Et il s'en raconte des histoires de vie incroyables… Des récits pleins des heurs et malheurs de l'humain, à la fois émerveillé d'être de ce monde et - "en même temps" - cabossé par les aléas. Des paroles enjouées mais aussi celles jusque-là restées coincées dans le larynx aux cordes vocales nouées et qui se dénouent comme miraculeusement pour dire des parcours de vie marqués par des chemins de traverse que ne manquerait pas de réprouver la morale garante de l'ordre établi (… mais s'était-on jamais demandé à qui profitait cet "ordre", et par qui il avait été "établi" ?). Ce sont ces chemins de traverse, que d'aucuns beaux esprits nommeraient "déviances" qui, conversation faisant, sont reparcourus ici en toute liberté.

Quant au point d'orgue de cette déambulation au cœur des territoires bordelais, la capitale de la Nouvelle Aquitaine, riche de ses architectures minérales exhibées avec fierté, il n'est pas sans laisser sans voix. Pierres lumineuses des façades XVIIIe, quais semblant tout droit sortis d'un décor de théâtre avec en second plan le joyau du Pont de Pierre illuminé, quartiers réhabilités où - la hausse des loyers ayant tout naturellement déplacé les populations les plus fragiles à la périphérie - il fait bon vivre enveloppé de la douceur girondine, mode de vie policé (au sens de raffiné, civilisé)…

© Boijeot-Renauld.
© Boijeot-Renauld.
Mais aussi mode de vie quelque peu entaché par les bavures d'une police faisant parfois moins preuve d'urbanité (chasse à la jeunesse - cf. poème de Jacques Prévert - shitée, susceptible de déparer le charme imparable du paseo prisé le long de La Garonne, énucléations et mains arrachées de fauteurs de troubles Place de l'Hôtel de Ville). Et qu'en est-il des 17 marronniers sains abattus nuitamment Place Gambetta, malgré les 10 000 pétitionnaires de la vigilance citoyenne combattant "vertement" la requalification de cet îlot de verdure ? Ce sont là paroles de citoyens ordinaires qui s'en font l'écho, paroles trouant les couvertures glacées et un rien glamour de la communication municipale.

Agitateurs publics, activistes, les deux artistes ? Non, certainement pas ! "Activateurs de curiosité, cellules dormantes avec un œil ouvert" (sic), ou empathiques catalyseurs, par leur simple écoute bienveillante de propos qui sans eux seraient restés lettre morte, ils participent à rendre vivant un art théâtral à l'étroit dans ses murs.

Héritiers très assagis d'Emmett Grogan - figure flamboyante des Diggers de San Francisco (lire, sur leurs conseils, "Ringolevio") -, ils redonnent à l'art sa place première : son droit de Cité. En effet, en déplaçant avec eux leur dispositif scénique se confondant avec le mobilier de tout un chacun, ils créent les conditions pour qu'émerge une parole performative "ouvroir de récits potentiels" et, in fine, porteuse de transformations sociétales à venir. Non la parole performative qu'un acteur proférerait de l'extérieur à l'intention d'un spectateur captif, mais celle dont le passant "avec bagage" était lui-même le surprenant dépositaire.

"La Traversée de Bordeaux Métropole"

© Boijeot-Renauld.
© Boijeot-Renauld.
Dans le cadre du Festival des Arts de Bordeaux.
Performeurs : Laurent Boijeot et Sébastien Renauld.
Ils sont partis le mercredi 11 septembre de la Place de la Liberté à Saint-Médard-en-Jalles.
Arrivée le jeudi 10 octobre au SUPER QG, Quai de la Grave à Bordeaux.

Le FAB se déroule du 4 au 20 octobre 2019.
>> fab.festivalbordeaux.com

Yves Kafka
Vendredi 11 Octobre 2019

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.








Vidéos les plus récentes



À découvrir

•Off 2021• Le Souffleur Dans l'ombre de la création du Cyrano d'Edmond Rostand

Le 28 décembre 1897, au Théâtre de la Porte Saint-Martin, a lieu la première représentation du "Cyrano de Bergerac" d'Edmond Rostand avec, dans le rôle-titre, le grand comédien de l'époque : Benoît Constant Coquelin. Depuis, cette pièce est l'une des plus célèbres du répertoire du théâtre français. Cyrano, Roxane sont devenus des personnages de légende, des héros, des joyeux fantômes de l'inconscient collectif. C'est l'apport qu'a eu ce texte dans la symbolique de la bravoure, de la passion, de l'abnégation. Un amour impossible de plus.

© Compagnia dell'Edulis.
Pourtant, il manque un héros à cette liste issue de cette première représentation. Il y manque un fantôme, un tout petit fantôme, mais un fantôme protecteur qui était, lui aussi, au plateau ce 28 décembre 1897. Oublié. C'est un peu normal puisque Edmond Rostand n'a pas écrit un vers pour lui. Et pourtant, lui seul dans toute la distribution avait lu, mis en bouche, voire appris, les répliques de tous les personnages de la pièce et, en particulier, celle de l'Auguste Coquelin. Il s'appelait Ildebrando Biribo'. Il était ce soir-là dans le trou en avant-scène, invisible des spectateurs, le manuscrit devant lui, le trou du souffleur.

Et c'était sa dernière performance. Coquelin, avant le début de la représentation, lui annonce qu'il n'aurait plus besoin de lui pour les suivantes. La représentation se déroule. Ildebrando Biribo' fait son office. La pièce se termine. Les acteurs quittent la scène sous les ovations. C'est un triomphe. Ils sortent de scène. Le public quitte la salle. Et l'on retrouve le souffleur mort dans son trou.

Bruno Fougniès
20/07/2021
Spectacle à la Une

•Off 2021• Sales Gosses Une approche vertigineuse et bouleversante de la maltraitance à l'école

Harcèlement, maltraitance ponctuelle ou récurrente… à l'école, à la maison, au travail, comment le traiter sur scène, comment prendre ou pas position ? Ici d'ailleurs, pas de prise de position, mais une exposition des faits, du déroulé des événements, en une manière de monologue où la comédienne Claire Cahen habite tous les personnages principaux, offrant l'accès au public à différentes appréciations du drame - victime, tyran, prof, mère - menant à une mise en perspective vertigineuse !

© Théâtre du Centaure.
Pour l'écriture de "Sales gosses", Mihaela Michailov s’est inspirée de faits réels. Une enseignante ligota une élève dans sa salle de classe, les mains derrière le dos, suite à son manque d'attention pour la leçon sur la démocratie qu'elle était en train de donner. Elle exposera ainsi l'enfant saucissonnée en exemple. Les "camarades" de cette petite-fille de onze ans, pendant la récréation, la torturons à leur tour. Elle sera retrouvée sauvagement mutilée… attachée dans les toilettes…

Dans une mise en scène que l'on perçoit nerveuse et précise, millimétrée, visant à l'efficacité, les choix de Fábio Godinho font être immédiatement lisible, mettant en quasi-training sportif la comédienne Claire Cahen et son partenaire musicien chanteur Jorge De Moura qui assure avec énergie (et talent) les multiples interventions instrumentales et/ou vocales. Metteur en scène, mais également performeur, Fábio Godinho joue clairement la carte de l'école "théâtre de la violence", de l'arène/stade où la victime est huée, vilipendée par la foule, cherchant à exprimer la performance telle que demandée sur un ring de boxe. Claire Cahen et Jorge De Moura sont à la hauteur jouant en contre ou en soutien avec le troisième acteur qu'est le décor !

Gil Chauveau
19/07/2021
Spectacle à la Une

● Avignon Off 2021 ● Acquittez-la ! par Pierrette Dupoyet

Alexandra L., femme battue depuis des années par son mari, finit par l'assassiner. Elle est passible de 20 ans de prison… Toutefois, le réquisitoire de l'Avocat Général va surprendre tout le monde…

Pierrette Dupoyet dans un précédent spectacle
Ce récit nous plonge dans la spirale que vivent des milliers de femmes violentées qui, bâillonnées par la peur, se murent dans le silence… Quand le drame éclate au grand jour, les questions pleuvent : "pourquoi n'as-tu pas quitté ton bourreau avant ? Pourquoi n'en as-tu parlé à personne ?". Questions faciles à poser, mais les réponses sont difficiles à trouver…
Et si tout commençait à la première gifle ?

Depuis 37 ans, Pierrette Dupoyet crée tous ses spectacles au Festival d'Avignon, avant d'aller les interpréter dans le monde entier (70 pays à son actif).
"Hallucinante" Nouvel Obs.
"Saisissante !" Télérama.
"Une présence" Le Monde.
"Exceptionnelle !" France-Soir.
"Une défricheuse qui ne sait vivre que dans le risque"

Création de Pierrette Dupoyet.
Auteur, interprète, metteur en scène : Pierrette Dupoyet.
Durée : 1 h 15.

● Avignon Off 2021 ●
Du 7 au 31 Juillet 2021.
Tous les jours à 11 h 50 .
Théâtre Buffon, 18, rue Buffon, Avignon.
Réservations: 04 90 27 36 89.

>> pierrette-dupoyet.com
>> theatre-buffon.fr

Annonce
31/05/2021