La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Trib'Une

Emma m'a tuer !

La chronique d'Isa-belle L

"Quand on arrive en ville, tout l'monde change de trottoir. On n'a pas l'air viril, mais on fait peur à voir. Quand on arrive en ville" (Starmania).
Quelle heure est-il ? 18 h ? Il faut que j’y aille. Dans les quartiers Nord de la capitale. Direction Pigalle. Oh ! Mon dieu, je vais me retrouver nez à nez avec les zonards. Mais non. Que je suis con ! C’est juste une chanson.



© Prescillia Gosselin.
© Prescillia Gosselin.
Quel temps pourri. Paris est encore sous la pluie. Il paraît que ce n’est pas fini ! Sortir, malgré la pluie, c’est un peu l’enfer ! Je déteste les parapluies.

Quoi ? Je vais en plus me cogner toute la ligne 12 ? Direction le Nord de Paris. Quelques stations plus tard : j’y suis. Au cœur de Paname. Non loin de la Place Clichy. Métro Pigalle.

Que s’est-il passé ici ? Les zonards ont disparu, les loubards ne traînent plus dans les cafés. Les travestis se sont rhabillés. Les prostituées ont changé de trottoir. Moi, je remonte le boulevard et je prends l’avenue de Clichy. J’y suis. Paris. Pigalle la nuit. Plus de zonards mais une blonde, là, devant moi, jolie brin de femme, mais qui tient un poignard dans la main. C’est horrible d’être jolie et tueuse en série ! Ahhhhhhhhhhhhh ! Je crie.

© Prescillia Gosselin.
© Prescillia Gosselin.
Quelle idiote ! Je suis au théâtre de Dix-heures devant l’affiche d’Emma Gattuso. Elle joue à 19 heures. Que c’est drôle de commencer ainsi : jouer à dix-neuf heures dans un théâtre qui s’appelle "dix heures". Drôle de jeu de mots.

Que nenni ! Plus de loubards ni travestis mais l’humoriste est de sortie. Avec un grand H s’il vous plaît, merci. Elle est blonde et jolie. Ça agace, c’est pour ça que je le dis. Elle est blonde, jolie, comédienne, et humoriste. Ça irrite le poil ça non ? Ah ! Et elle écrit aussi. Se met en scène. Elle ne s’applaudit pas encore mais ce n’est pas moi que ça gênerait. S’auto-congratuler n’a rien d’anormal quand c’est mérité.

"Qu’est-ce qu’elle va faire ce soir ? Elle va peut-être tout casser ?" Il faut avouer que voir Emma Gattuso, affichée avec un couteau dans la main et la tête d’une peluche décapitée, dans l’autre, on a de quoi s’inquiéter. Et pourtant, il faut sortir pour la voir. Le voir pour le croire. Qu’elle ne va pas nous tuer. Mais plutôt nous faire marrer. Si vous voulez savoir, venez ! Et en plus vous ne rentrerez pas trop tard. Son spectacle dure une heure et quelques poussières de blagues.

© Prescillia Gosselin.
© Prescillia Gosselin.
Qu’en est-il alors ? Emma m’a-t-elle tuée ? Non. Je viens de le dire et je tiens à rassurer tout le monde de ma bonne santé. Je conseille même son spectacle pour maintenir les muscles des zygomatiques en forme. Alors que des cordes de pluies tombaient dehors, Emma activaient ses cordes vocales de plus bel. Avec une aisance et une énergie qui démontrent que pour en arriver là, Emma Gattuso, a dû bosser. Certo ! Si. Elle a des origines italiennes. Encore une qualité !

Qualités. Au pluriel s’il vous plaît. Quand une humoriste, balance d’emblée, dans son short noir qui lui sied à merveille, qu’écouter Zaz ou Bénabar n’est pas bon pour notre santé, je dis oui, j’ajoute même que flinguer à coups de vannes de ce genre, est bon pour le moral. Bonnes blagues, bonnes balles. La liste des chanteurs énervants, qui courent après l’argent, en écrivant leurs textes avec des enfants de CE2, c’est une mode qui ne veut pas passer. Emma, quand elle s’y met, elle balance des tas de vérités. Des vérités bonnes à répéter, qu’ils partent s’exiler !

© Prescillia Gosselin.
© Prescillia Gosselin.
Quel talent ! Elle en a des tiroirs, des placards entiers de vannes. Quand elle fait la "Kidman", l’actrice américaine qui se nourrit de graines, vous voyez de qui je parle ? Quand elle se prend pour elle dans l’un de ses sketches, c’est délirant.

Qui sait si Nicole Kidman mange des graines ? Emma Gattuso, en revanche, fait le plein de vitamines avant de monter sur scène. Elle revoit ses textes aussi, les adapte, selon l’actualité, ces derniers temps son public était forcément gâté.

Quoi ? J’ai écrit "énergie" ? Ah ! Je dois une explication aux lecteurs. J’ai souvent écrit que "dire d’une actrice après une représentation qu’elle a de l’énergie n’est ni gratifiant ni intéressant". Pire. Ne veut rien dire. Mais quand c’est argumenté, oui. Emma Gattuso a de l’énergie et si je l’écris c’est que je le pense. Pas uniquement sur scène mais dans la vie aussi. C’est une battante qui réussit. Pas seulement parce qu’elle écrit, qu’elle se met en scène mais surtout parce qu’Emma a tout compris. Jouer, rôder, aller ailleurs. Bosser, réécrire, s’intéresser, Revenir à Paris. Et la voilà au théâtre de Dix-heures. Pour le meilleur.

© Prescillia Gosselin.
© Prescillia Gosselin.
Que dire encore ? Emma ne tue pas. Elle fait rigoler. Emma n’est pas gentille, elle est remontée. Emma n’est pas timide, c’est une comédienne solide, armée, efficace et appliquée. Ce serait dommage de la rater. Une femme qui fait marrer, c’est suffisamment rare pour ne pas être cité.

Quartier Pigalle, un soir de Mai. Au théâtre de Dix-heures, à dix-neuf heures. Je n’y peux rien, ça me fait déjà marrer. Et j’y étais.

Question : "Nous, tout ce qu’on veut, c’est être heureux, être heureux avant d’être vieux, on prend tout ce qu’on peut prendre en attendant"...

Qui a écrit ce couplet ? (Un peu raccourci pour le billet) Allez ! Il n’est ni de Zaz, ni de Bénabar ni de Thomas Dutronc. C’est un bon qui a écrit cette chanson. Je donne la solution. Luc Plamondon. Je suis rassurée. Il est encore en vie. Les belles paroles ont encore de l’avenir.
Le couplet de Luc, c’est mon cadeau et je l’offre à Emma Gattuso.

"Emma m'a tuer"

© Prescillia Gosselin.
© Prescillia Gosselin.
De et avec Emma Gattuso.

Spectacle jusqu'au 30 juin 2012.
Mardi et mercredi à 19 h.
Théâtre de Dix-heures, Paris 18e, 01 46 06 10 17.
>> theatrededixheures.fr

Isabelle Lauriou
Mercredi 30 Mai 2012

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives




    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Le Frigo" de Copi mis en scène par Clément Poirée

Captation intégrale Voici aujourd'hui une proposition du Théâtre de la Tempête, "Le Frigo", une création qui fut la première partie d'une aventure théâtrale intitulée "Dans le frigo" de Clément Poirée et présentée en ouverture de saison en septembre et octobre 2019.

"Un frigo, c'est la boîte du prestidigitateur la plus élémentaire quand on n'a pas de moyens", nous dit Copi. Exilé à Paris dans les années soixante, l'auteur et dessinateur franco-argentin est une figure emblématique et déjantée de la scène et de l'affirmation du mouvement gay. Atteint du sida, il se sait déjà condamné en 1983 lorsqu'il écrit "Le Frigo". "Je n'ose pas l'ouvrir. J'ai peur d'y trouver le cadavre de ma mère", confie L., le personnage principal. Qu'y a-t-il dans le frigo, dans nos frigos ?

"Macbeth" de Shakespeare et "Les Bonnes" de Jean Genet nouent à mes yeux des correspondances profondes et, tout comme "Le Frigo" de Copi, dévoilent, chacune à sa manière, nos monstres intimes, nos désirs les plus noirs, nos ressources les plus puissantes. Je cherche à tisser les liens sensibles qui font de ces trois pièces un seul spectacle et un seul parcours vibrant pour les spectateurs : un cheminement dans les recoins inavouables de nos âmes, à la recherche de ce qui est dissimulé, enseveli dans nos cœurs, scellé dans nos frigos intérieurs. Un parcours imprévisible, lui-même monstrueux. Clément Poirée.

Gil Chauveau
30/03/2020
Spectacle à la Une

"Où sont passés vos rêves ?" d'Alexandre Prévert, en public au Bataclan

Captation intégrale "Où sont passés vos rêves ?" est le nouveau stand-up classique écrit et interprété par Alexandre Prévert, jeune pianiste de 23 ans, accompagné par le groupe Believe et le label Naïve. Ce jeune Savoyard talentueux, diplômé du Conservatoire de Paris, associe à une originalité créative le piano et les grands compositeurs, l'humour, la poésie, les échanges avec le public et les anecdotes historiques. Joyeux et virtuose, son spectacle est une pause rafraîchissante qui sied bien au contexte actuel un chouia anxiogène !

Ce spectacle est une invitation à rire ensemble de nos petites histoires personnelles et de notre grande Histoire commune, en les partageant sans complexe à travers les codes du stand-up, de la musique classique et de la poésie.

Pour cette nouvelle saison, Alexandre Prévert vous propose un voyage dans le temps et dans l'Histoire à travers les rêves d'amour de Verlaine et de Liszt, les rêves de révolution de Beaumarchais et de Mélenchon, le rêve d'égalité de Martin Luther King ou encore le rêve d'un nouveau Monde partagé par Gérard et Christophe Colomb !

Sur votre route, vous pourrez également croiser Mozart, Apollinaire, Leonardo DiCaprio, Renaud, Schubert, Montaigne, Booba et Kaaris, Chopin, et même Napoléon III dans un Airbnb...

Alors, où sont passés vos rêves ?

Gil Chauveau
27/03/2020
Sortie à la Une

"Comment va le monde ?" de Marc Favreau, mise en scène de Michel Bruzat, avec Marie Thomas

Captation intégrale Proposée par RBD Productions, le Théâtre de la Passerelle (Limoges) et le Théâtre Les Déchargeurs (Paris), "Comment va le monde ?" a été filmé en 2017 dans ce théâtre parisien. Il s'agit d'une création de Marie Thomas permettant de découvrir les textes et de rendre hommage à Sol, le clown clochard imaginé et interprété pendant plus de quarante ans par le québécois Marc Favreau (1929-2005).

Parce qu'il a toujours eu envie de protéger la terre, Sol, pétrisseur, jongleur de mots, à la diatribe philosophique et humoristique, s'évade. Lui, il n'a rien, ce clown naïf nous fait partager sa vision du monde, il joue avec les maux/mots de la terre. La grande force de Sol, c'est de n'être rien, ça lui permet de jouer à être tout. Simplicité, liberté, folie, note bleue mélancolique dans les yeux.

"On est tous Sol seul au fond de soi et qu'il est le pôvre petit moi de chacun. Il se décarcasse pour que la vérité éclate. Il n'a pas d'amis, rien que des mots, il débouche sur la poésie pure. Liberté.

"Il est le plus petit commun dénominateur, c'est-à-dire qu'il a en lui, quelque chose de chacun de nous. Tout le monde finit par se reconnaître en lui. Pourquoi ? Un exemple de qualité, sans emphase, sans ostentation, avec humilité. Il insuffle au langage une énergie. Poète philosophe, médecin de l'esprit, menuisier, jardinier, autodidacte. Dans une époque secouée par toutes sortes de crises, cultivé, il transcende avec un grand éclat de rire. As du cœur, poète, rêveur, il rejoint le clown et l'Auguste. On s'enrichit à son contact. Enfant, il va jusqu'à l'absurde et dissèque ce petit peuple de tous les jours. Ce n'est pas une mise en accusation mais un constat témoin, malin. Il pose les questions, soulève des interrogations. Il est plus que jamais nécessaire de faire entendre les mots de ce clown/clochard, humaniste, qui nous parle de l'état de la planète, de la consommation.

"Et Marie Thomas lève la tête comme si le ciel lui parlait. Elle ne ressemble à personne, c'est fou comme j'aime. J'aime sa gaieté et sa mélancolie, ce vide et ce plein en elle. Un clochard aux traits d'un clown triste s'en va faire son "parcours" au milieu des mots. Il recrée tout un langage qui distrait le quotidien de sa banalité. Il dissèque la société et ses multiples aveuglements. Un marginal qui découvre le monde et le recompose avec humour. Tout est tourné en dérision avec délicatesse." Michel Bruzat, metteur en scène.

Gil Chauveau
26/03/2020