Quantcast
La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Trib'Une

Emma m'a tuer !

La chronique d'Isa-belle L

"Quand on arrive en ville, tout l'monde change de trottoir. On n'a pas l'air viril, mais on fait peur à voir. Quand on arrive en ville" (Starmania).
Quelle heure est-il ? 18 h ? Il faut que j’y aille. Dans les quartiers Nord de la capitale. Direction Pigalle. Oh ! Mon dieu, je vais me retrouver nez à nez avec les zonards. Mais non. Que je suis con ! C’est juste une chanson.



© Prescillia Gosselin.
© Prescillia Gosselin.
Quel temps pourri. Paris est encore sous la pluie. Il paraît que ce n’est pas fini ! Sortir, malgré la pluie, c’est un peu l’enfer ! Je déteste les parapluies.

Quoi ? Je vais en plus me cogner toute la ligne 12 ? Direction le Nord de Paris. Quelques stations plus tard : j’y suis. Au cœur de Paname. Non loin de la Place Clichy. Métro Pigalle.

Que s’est-il passé ici ? Les zonards ont disparu, les loubards ne traînent plus dans les cafés. Les travestis se sont rhabillés. Les prostituées ont changé de trottoir. Moi, je remonte le boulevard et je prends l’avenue de Clichy. J’y suis. Paris. Pigalle la nuit. Plus de zonards mais une blonde, là, devant moi, jolie brin de femme, mais qui tient un poignard dans la main. C’est horrible d’être jolie et tueuse en série ! Ahhhhhhhhhhhhh ! Je crie.

© Prescillia Gosselin.
© Prescillia Gosselin.
Quelle idiote ! Je suis au théâtre de Dix-heures devant l’affiche d’Emma Gattuso. Elle joue à 19 heures. Que c’est drôle de commencer ainsi : jouer à dix-neuf heures dans un théâtre qui s’appelle "dix heures". Drôle de jeu de mots.

Que nenni ! Plus de loubards ni travestis mais l’humoriste est de sortie. Avec un grand H s’il vous plaît, merci. Elle est blonde et jolie. Ça agace, c’est pour ça que je le dis. Elle est blonde, jolie, comédienne, et humoriste. Ça irrite le poil ça non ? Ah ! Et elle écrit aussi. Se met en scène. Elle ne s’applaudit pas encore mais ce n’est pas moi que ça gênerait. S’auto-congratuler n’a rien d’anormal quand c’est mérité.

"Qu’est-ce qu’elle va faire ce soir ? Elle va peut-être tout casser ?" Il faut avouer que voir Emma Gattuso, affichée avec un couteau dans la main et la tête d’une peluche décapitée, dans l’autre, on a de quoi s’inquiéter. Et pourtant, il faut sortir pour la voir. Le voir pour le croire. Qu’elle ne va pas nous tuer. Mais plutôt nous faire marrer. Si vous voulez savoir, venez ! Et en plus vous ne rentrerez pas trop tard. Son spectacle dure une heure et quelques poussières de blagues.

© Prescillia Gosselin.
© Prescillia Gosselin.
Qu’en est-il alors ? Emma m’a-t-elle tuée ? Non. Je viens de le dire et je tiens à rassurer tout le monde de ma bonne santé. Je conseille même son spectacle pour maintenir les muscles des zygomatiques en forme. Alors que des cordes de pluies tombaient dehors, Emma activaient ses cordes vocales de plus bel. Avec une aisance et une énergie qui démontrent que pour en arriver là, Emma Gattuso, a dû bosser. Certo ! Si. Elle a des origines italiennes. Encore une qualité !

Qualités. Au pluriel s’il vous plaît. Quand une humoriste, balance d’emblée, dans son short noir qui lui sied à merveille, qu’écouter Zaz ou Bénabar n’est pas bon pour notre santé, je dis oui, j’ajoute même que flinguer à coups de vannes de ce genre, est bon pour le moral. Bonnes blagues, bonnes balles. La liste des chanteurs énervants, qui courent après l’argent, en écrivant leurs textes avec des enfants de CE2, c’est une mode qui ne veut pas passer. Emma, quand elle s’y met, elle balance des tas de vérités. Des vérités bonnes à répéter, qu’ils partent s’exiler !

© Prescillia Gosselin.
© Prescillia Gosselin.
Quel talent ! Elle en a des tiroirs, des placards entiers de vannes. Quand elle fait la "Kidman", l’actrice américaine qui se nourrit de graines, vous voyez de qui je parle ? Quand elle se prend pour elle dans l’un de ses sketches, c’est délirant.

Qui sait si Nicole Kidman mange des graines ? Emma Gattuso, en revanche, fait le plein de vitamines avant de monter sur scène. Elle revoit ses textes aussi, les adapte, selon l’actualité, ces derniers temps son public était forcément gâté.

Quoi ? J’ai écrit "énergie" ? Ah ! Je dois une explication aux lecteurs. J’ai souvent écrit que "dire d’une actrice après une représentation qu’elle a de l’énergie n’est ni gratifiant ni intéressant". Pire. Ne veut rien dire. Mais quand c’est argumenté, oui. Emma Gattuso a de l’énergie et si je l’écris c’est que je le pense. Pas uniquement sur scène mais dans la vie aussi. C’est une battante qui réussit. Pas seulement parce qu’elle écrit, qu’elle se met en scène mais surtout parce qu’Emma a tout compris. Jouer, rôder, aller ailleurs. Bosser, réécrire, s’intéresser, Revenir à Paris. Et la voilà au théâtre de Dix-heures. Pour le meilleur.

© Prescillia Gosselin.
© Prescillia Gosselin.
Que dire encore ? Emma ne tue pas. Elle fait rigoler. Emma n’est pas gentille, elle est remontée. Emma n’est pas timide, c’est une comédienne solide, armée, efficace et appliquée. Ce serait dommage de la rater. Une femme qui fait marrer, c’est suffisamment rare pour ne pas être cité.

Quartier Pigalle, un soir de Mai. Au théâtre de Dix-heures, à dix-neuf heures. Je n’y peux rien, ça me fait déjà marrer. Et j’y étais.

Question : "Nous, tout ce qu’on veut, c’est être heureux, être heureux avant d’être vieux, on prend tout ce qu’on peut prendre en attendant"...

Qui a écrit ce couplet ? (Un peu raccourci pour le billet) Allez ! Il n’est ni de Zaz, ni de Bénabar ni de Thomas Dutronc. C’est un bon qui a écrit cette chanson. Je donne la solution. Luc Plamondon. Je suis rassurée. Il est encore en vie. Les belles paroles ont encore de l’avenir.
Le couplet de Luc, c’est mon cadeau et je l’offre à Emma Gattuso.

"Emma m'a tuer"

© Prescillia Gosselin.
© Prescillia Gosselin.
De et avec Emma Gattuso.

Spectacle jusqu'au 30 juin 2012.
Mardi et mercredi à 19 h.
Théâtre de Dix-heures, Paris 18e, 01 46 06 10 17.
>> theatrededixheures.fr

Isabelle Lauriou
Mercredi 30 Mai 2012

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Huit pièces de théâtre d'Agatha Christie éditées chez L'Œil du Prince

L'œuvre théâtrale d'Agatha Christie est très peu connue en France, ses pièces n'ayant quasiment jamais été publiées en français. C'est chose partiellement réparée avec la publication de huit textes - constituant une partie de son œuvre dramatique -, entre 2018 et 2020, aux Éditions L'Œil du Prince* dont deux, "Reconstitution" et "Le Point de rupture", le 12 novembre dernier.

En adaptant elle-même ses romans, Agatha Christie se révèle en dramaturge précise, maîtrisant parfaitement la tension dramatique du huis clos. Sa plume de romancière perce à travers des didascalies fournies, qui permettent de traverser les pièces comme des récits. On a pu le voir l'année dernière à La Pépinière Théâtre avec "La Souricière" mise en scène par Ladislas Chollat.

Ici, pour ces huit parutions, la traduction a été assurée par Gérald Sibleyras, auteur de quelques beaux succès dont "Un Petit Jeu sans conséquence" (co-écrit avec Jean Dell) et Sylvie Perez, journaliste et essayiste.

Gérald Sibleyras est l'auteur de nombreuses pièces : "Le Vent des peupliers", "La Danse de l'albatros", etc. Nommé quatre fois aux Molières comme meilleur auteur, il a gagné le Laurence Olivier Award de la meilleure comédie à Londres en 2006 pour l'adaptation du "Vent des peupliers". Il a reçu en 2010 le Molière de l'adaptateur pour "Les 39 marches". Gérald Sibleyras est également l'adaptateur de la pièce à succès "Des fleurs pour Algernon".

Gil Chauveau
27/11/2020
Spectacle à la Une

Lou Casa CD "Barbara & Brel" À nouveau un souffle singulier et virtuose passe sur l'œuvre de Barbara et de Brel

Ils sont peu nombreux ceux qui ont une réelle vision d'interprétation d'œuvres d'artistes "monuments" tels Brel, Barbara, Brassens, Piaf et bien d'autres. Lou Casa fait partie de ces rares virtuoses qui arrivent à imprimer leur signature sans effacer le filigrane du monstre sacré interprété. Après une relecture lumineuse en 2016 de quelques chansons de Barbara, voici le profond et solaire "Barbara & Brel".

© Alicia Gardes.
Comme dans son précédent opus "À ce jour" (consacré à Barbara), Marc Casa est habité par ses choix, donnant un souffle original et unique à chaque titre choisi. Évitant musicalement l'écueil des orchestrations "datées" en optant systématiquement pour des sonorités contemporaines, chaque chanson est synonyme d'une grande richesse et variété instrumentales. Le timbre de la voix est prenant et fait montre à chaque fois d'une émouvante et artistique sincérité.

On retrouve dans cet album une réelle intensité pour chaque interprétation, une profondeur dans la tessiture, dans les tonalités exprimées dont on sent qu'elles puisent tant dans l'âme créatrice des illustres auteurs que dans les recoins intimes, les chemins de vie personnelle de Marc Casa, pour y mettre, dans une manière discrète et maîtrisée, emplie de sincérité, un peu de sa propre histoire.

"Nous mettons en écho des chansons de Barbara et Brel qui ont abordé les mêmes thèmes mais de manières différentes. L'idée est juste d'utiliser leur matière, leur art, tout en gardant une distance, en s'affranchissant de ce qu'ils sont, de ce qu'ils représentent aujourd'hui dans la culture populaire, dans la culture en général… qui est énorme !"

Gil Chauveau
03/12/2020
Sortie à la Une

Vingt-huit personnalités du monde culturel et intellectuel déposent une demande au Conseil d'État : leur droit fondamental à la culture

© DR.
L'ensemble des acteurs du théâtre, cinéma, cirque, privés, publics, compagnies, organismes publics, syndicats, associations… seront présents ou représentés lundi matin devant le Conseil d'État pour demander au gouvernement la réouverture des lieux de Culture.

À l'occasion de cette audience, 28 personnalités du monde culturel et intellectuel se sont jointes hier à la procédure en déposant une demande pour invoquer, en tant que citoyen, leur droit fondamental d'accès à la culture.

Ils souhaitent que le Conseil d'État se saisisse de ce moment historique et consacre le droit à la Culture comme une liberté fondamentale en France.

Mireille Delmas Marty, Edgar Morin, Isabelle Adjani, Karin Viard, Juliette Binoche, Jean Nouvel, David Dufresne, Jean-Michel Ribes, Virigine Efira, Rokhaya Diallo, Charles Berling, Pauline Bureau, Philippe Torreton, Julie Gayet, Rebecca Zlotowski, François Morel, Nadège Beausson-Diagne, Nancy Huston, Bulle Ogier, Bernard Latarjet, Laurence Lascary, Patrick Aeberhard, Marcial Di Fonzo Bo, Anna Mouglalis, José-Manuel Gonçalves, Zahia Ziouani, Anny Duperey, Paul B. Preciado.

Cabinet en charge du dossier :
Cabinet Bourdon & Associés – Avocats, 01 42 60 32 60.
contact@bourdon-associes.com

Communiqué de presse du 20 décembre 2020.

La Rédaction
20/12/2020