La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Elles vivent" Représentation d'une fiction-réalité (ou l'inverse) aux allures débonnaires

Que recouvre ce "elles" énigmatique annonçant la nouvelle performance de l'Amicale, plateforme coopérative friande d'expérimentations hybrides ? Ce pronom, porte-drapeau de la mécanique "vivante" occupant le plateau, renvoie… aux idées… non celles du cénacle d'aristocrates contemplatifs de La République de Platon, mais celles que, dans le monde commun, tout un chacun manie. Ainsi nous, spectateurs lambdas, sommes-nous conviés au cœur de ce laboratoire loufoque élisant les idées au rang d'êtres vivants capables de révolutionner nos existences terre à terre.



© Matthieu Edet.
© Matthieu Edet.
Loin de l'atmosphère feutrée d'aristocrates athéniens dissertant doctement sur le monde des idées devant un cénacle de citoyens éthérés, la bande de joyeux lurons au plateau va s'ingénier à réaliser un exercice d'équilibriste, devant un parterre de quidams… Utilisant le ton de la légèreté et les ressources du comique compassionnel, ils vont s'attacher (parfois un peu à la mode Téfal) à nous faire poêler de rire pour mieux distiller - non sans esprit de sérieux - leur viatique : toute idée, adressée à soi ou aux autres, prend statut de parole performative et, à ce titre, contient une charge insoupçonnée équivalente à celle déployée par les accélérateurs de particules.

En guise de préambule, comme pour nous mettre "au parfum" de l'esprit de (non)sérieux présidant à cette immersion à venir dans le monde improbable des idées traitées comme des entités vivantes à l'instar de Pokémons farceurs ou d'extra-terrestres invasifs, une médiatrice pétrie de bienveillance New Age annonce les expériences de réalité augmentée. Le premier tableau ouvre en effet sur une projection montrant trois personnages dessinés, chercheurs à oreilles de chat, en quête d'un logo propre à promouvoir une plateforme chorale à visée conviviale. Pour ce faire, l'un des acteurs manipule à distance les interlocuteurs à l'aide d'une manette. D'emblée les univers de la réalité et de la fiction se recouvrent pour créer un monde aux contours incertains… et aux possibilités infinies.

© Matthieu Edet.
© Matthieu Edet.
Un autre tableau immerge dans une forêt - on pense au fameux tableau de Magritte, "Le Blanc-Seing", dans lequel une cavalière est représentée se superposant contre toute logique avec les troncs des arbres inversés - où un avatar humain après un stage de yoga, hypnose, tisane, passé dans un aquarium reproduisant à s'y tromper le liquide amniotique, avale une gélule destinée… à soigner ses crampes ventrales (humour, humour). Une fois coiffé d'un casque de réalité virtuelle, les images stockées dans son cerveau sont rétroprojetées sur grand écran révélant une batterie de tableaux bucoliques apaisants. Le mode hologramme permet quant à lui de mettre l'observateur à la place du sujet réfléchissant afin qu'il vive "en vrai" le souvenir de l'autre. Un jeu de rôles pour s'échanger en direct les émotions perçues.

Et puis, dans ce monde d'après à vertus résolument bienfaisantes, on assiste à un vrai faux débat politique traversé par le désir princeps de créer un cadre de communication bienveillante. Ainsi, coiffés cette fois-ci de chapeaux de conversation porteurs d'inscriptions éloquentes ("je suis faillible", "je vis dans un monde parallèle"), il va être (dé)montré que l'on pourrait s'écouter sans se sentir menacé, tenter de se comprendre au lieu de fourbir les arguments qui tuent. En clair, on pourrait gentiment s'aimer au lieu de se combattre…

© Matthieu Edet.
© Matthieu Edet.
Dialoguer avec les arbres qui nous écoutent avec bienveillance, convoquer l'esprit de la forêt pour nous aider à réfléchir, déminer nos Pokémons de la peur en les apprivoisant, convoquer les ressources de la magie paradoxale (en faisant appel aux versets de la prière du bâton, voire de la gélule de la placebomagie)… Bref, au propre comme au figuré, chausser joyeusement mais résolument des lunettes aux verres déformants pour voir la réalité autrement. Et de cette transmutation narrative, naîtra des effets de réalité insoupçonnables où les nouvelles visions deviendront créatrices de réalité… non virtuelle. Certes, c'est une formidable blague, mais il suffirait d'y croire…

Tout cela est sans conteste drôle et bien ficelé. En effet, dans une atmosphère bon enfant où le message New Age du soin à accorder à l'autre autant qu'à soi est délivré tambour battant, choisir l'humour décalé pour montrer qu'un autre monde est possible ici-bas est certes des plus réconfortant… Mais si la performativité des idées, réalisant ce qu'elles énoncent, est une réalité à prendre stricto sensu "en contes", on peut cependant questionner ici les ressorts pokémonistes voire bisounours d'un projet adoptant délibérément le ton du non sérieux pour instiller, le plus sérieusement du monde, une philosophie hors-sol bannissant l'idée du conflit assumé comme outil d'émancipation. Le réel insiste, et lorsque nous désirons le refouler, il s'invite à notre chevet, faisant effraction dans les représentations édulcorées de nos rapports au monde redessiné, nous laissant alors littéralement sur le cul.

© Matthieu Edet.
© Matthieu Edet.
En plagiant la parole apocryphe de Galilée, on serait tenté de dire "et pourtant elles vivent". C'est la raison pour laquelle, lorsqu'elles sont garantes de liberté, les idées méritent qu'on les défende, bec et ongles si nécessaire, devrait-on parfois en mourir. Les théories du développement personnel à visée intégrative et de la bienveillance sirupeuse, le happy management, érigés en outils discrets de manipulation et de domination, ont fait long feu [de tout bois]. Le temps des Pokémons est réellement derrière nous. Voici venu "le temps des cerises"…

Vu le mercredi 6 avril 2022 au Carré, un des trois lieux de la Scène Nationale Carré-Colonnes de Saint-Médard-en-Jalles (33). La pièce a été représentée du mercredi 6 au vendredi 8 avril.

"Elles vivent"

© Matthieu Edet.
© Matthieu Edet.
"Feu de tout bois", ancien titre.
Conception : Antoine Defoort/l'Amicale.
Collaboration artistique : Lorette Moreau.
Avec : Sofia Teillet, Alexandre Le Nours, Antoine Defoort, Arnaud Boulogne.
Régie générale : Simon Stenmans.
Création sonore : Mélodie Souquet.
Création musicale : Lieven Dousselaere.
Scénographie : Marie Szersnovicz.
Regard extérieur : Stephanie Brotchie.
Bricolage : Sebastien Vial, Vincent Tandonnet.
Conception du robot de la réforme du fliflifli : Kevin Matagne.
Conseiller logomorphe : Esprit de la Forêt.
Durée : 1 h 30.

Tournée
17 et 18 juin 2022 : Kaaitheater, 19, square Sainctelettesquare, Bruxelles (Belgique).

Yves Kafka
Jeudi 14 Avril 2022

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022




    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Au 41e Festival de la Vézère souffle l’esprit de la musique

Le festival de référence en Corrèze poursuit son aventure malgré la disparition de sa regrettée fondatrice. Il offrira cette saison encore de très beaux rendez-vous musicaux.

Festival de la Vézère 2020, concert de la famille Pidoux © 28mmphoto.
Pour sa 41e édition, le Festival de la Vézère fera vivre l'esprit des lieux puisque Diane du Saillant poursuit la belle mission que s'étaient fixés ses parents, Isabelle et Guy : donner la plus grande audience à la musique et à l'opéra en Corrèze en région Nouvelle-Aquitaine. Elle est donc à la tête depuis cette année du festival fondé en 1981 et entend même le développer. Dix-neuf événements forts rassemblant 150 artistes dans treize lieux remarquables sont offerts dès le début de juillet et ce, pour plus d'un mois.

Fidèle à son esprit alliant exigence et éloge de la beauté, invitant nouveaux venus et artistes fidèles, la manifestation entend rassembler un public très divers : jeunes, familles, mélomanes avertis et amateurs estivaux de sensations nouvelles. De nombreux lieux patrimoniaux se sont ajoutés au cours des quatre décennies mettant le public aux premières loges de l'excellence musicale. En cette année 2022 s'y ajoutent deux nouveaux : les Ardoisières de Travassac et les Jardins de Colette à Varetz. Ce dernier accueillera le 20 juillet Alex Vizorek et le Duo Jatekok, les talentueuses sœurs pianistes, pour un "Carnaval des animaux" de Saint-Saëns attendu.

Outre le désormais traditionnel week-end lyrique des 5, 6 et 7 août au Château du Saillant, rendu possible grâce à la formidable compagnie du pianiste Bryan Evans, Diva Opéra (avec "Tosca" et "Cosi fan tutte" cet été), voici une petite sélection d'évènements inratables chinés au cœur d'un riche programme.

Christine Ducq
25/06/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Fantasio" L'expression contemporaine d'un mal-être générationnel

"Buvons l'ami et songeons à ce mariage point désiré." Éternel sujet maintes fois traité par nos grands auteurs classiques, l'union "forcée" reste encore d'actualité et l'acte de résistance qu'opposent les femmes, quel que soit le pays, peut induire une forme de rébellion et une revendication d'indépendance, d'autonomie, de liberté qui traversent facilement le prisme de la modernité.

© Andreas Eggler.
Il y a des compagnies et des metteurs en scène que l'on a particulièrement plaisir à suivre, à retrouver. Qui nous offre des moments où l'on aime sans crainte laisser se glisser nos oreilles, nos yeux, notre attention dans le confort d'une nouvelle création dont on sait quasiment par avance qu'elle nous régalera, ravira tous nos sens. Un spectacle de la Cie de L'Éternel fait assurément partie de ces petits bonheurs qui sont résolument inscrits dans une pratique novatrice, fougueuse, audacieuse et talentueuse de l'art des saltimbanques… celui qui réjouissait les foules au temps des tréteaux, des "sauteurs de bancs"*.

Au cœur de la pièce de Musset se joue le mariage politique de la princesse Elsbeth, enjeu d'un pays/royaume, décevant, sans vigueur et sans perspective pour les jeunes générations, à la gouvernance désabusée. En contrepoint, Fantasio, jeune homme désespéré - fuyant la routine, l'ennui qui naît du quotidien, la lassitude du "rien faire" -, désargenté et à l'avenir incertain, se joue des conventions, peu respectueux de la gente bien-pensante. Endossant de manière inattendue la posture et le costume de bouffon, habité d'une folle énergie soudaine et d'excès de lucidité bénéfique, il bouleverse la donne, sème un joyeux et revigorant bordel, boosté par un esprit vif et pertinent, et fait imploser sans violence le mariage.

Gil Chauveau
23/06/2022
Spectacle à la Une

Les 67e Nuits de la Citadelle à Sisteron

À partir du 22 juillet, les Nuits de la Citadelle de Sisteron accueilleront de beaux spectacles consacrés à la musique, à la danse et au théâtre sous l’égide du nouveau directeur artistique du festival, Pierre-François Heuclin.

Carmina Latina © Cappella Mediterranea.
Après la disparition tragique d'Édith Robert, c'est donc à Pierre-François Heuclin de reprendre le flambeau des Nuits de la Citadelle de Sisteron, dans les Alpes-de-Haute-Provence. Le plus ancien festival (avec les Chorégies d'Orange) propose, pour sa 67e édition, un programme varié assuré par certains des meilleurs artistes français et européens.

Dès le 22 juillet, le chef Leonardo Garcia Alarcon à la tête de son orchestre, la Cappella Meditterranea, et du Chœur de chambre de Namur, offrira un concert consacré à des œuvres espagnoles et sud-américaines des XVIe et XVIIe siècles. Ce sera une soirée "Carmina Latina" emmené par la soprano Mariana Flores.

Au cloître Saint-Dominique, une superbe voix retentira encore le 27 juillet avec la venue du ténor britannique Freddie de Tommaso. Le premier prix du concours Plàcido Domingo donnera des airs de Verdi, de Puccini mais aussi des mélodies de Liszt, accompagné du pianiste Jonathan Papp.

Le Duo Jatekok pour "Un Carnaval de Animaux pas comme les autres" (le 7 août) et les sœurs Camille et Julie Berthollet (le 13 août) se produiront ensuite sur la scène du très beau théâtre de verdure pour les premières et celle du cloître Saint-Dominique pour les autres. Des rendez-vous musicaux qui ne manqueront donc pas de charme.

Christine Ducq
18/07/2022