La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

Elena Bashkirova, la passion en héritage

La pianiste russe offre un récital au Théâtre des Champs-Elysées le 15 mai dans le cycle des concerts de Piano 4 Etoiles. L'occasion de retrouver ici en entretien une femme passionnée dévouée au service de la musique.



Jerusalem International Chamber Music Festival 2017 © DR.
Jerusalem International Chamber Music Festival 2017 © DR.
Elena Bashkirova nous reçoit avec la simplicité charmante des vrais artistes. Lumineuse, sereine, très disponible, elle nous assure qu'elle revient toujours à Paris avec plaisir. N'y a-t-elle pas vécu onze ans avec son second époux, Daniel Barenboim, jusqu'en 1991 ? Paris n'est pas seulement la ville où ont été élevés leurs deux enfants (avant leur installation définitive à Berlin), elle est aussi le lieu où Elena Bashkirova aime retrouver ses nombreux amis musiciens.

Élève au Conservatoire Tchaïkovsky de Moscou dans la classe de son père, Dmitri Bashkirov (1), elle a mené une carrière au parcours très personnel. Chambriste respectée qui joua au sein de l'Ensemble Metropolis pendant deux ans, elle est directrice artistique de deux festivals de musique de chambre à Jérusalem (fondé en 1998) et Berlin (créé en 2012). La pianiste nous en dit plus sur sa carrière et les concerts qu'elle "adore" programmer.

Christine Ducq - Pourquoi par le passé avez-vous mis entre parenthèses votre carrière de soliste ?

Elena Bashkirova - Je n'ai pas l'impression d'avoir arrêté quoi que ce soit, je n'ai jamais renoncé à la musique. Simplement pendant des années, je me suis consacrée essentiellement à la musique de chambre. D'abord avec des solistes du Philharmonique de Berlin pour l'Ensemble Metropolis, puis j'ai fondé en 1998 le Festival international de Musique de chambre de Jérusalem. Cela m'a énormément plu et j'y ai consacré beaucoup de temps, jouant par ailleurs avec de nombreux ensembles.

© DR.
© DR.
À cette époque, il était très difficile pour moi d'affronter la solitude qu'induit la vie de soliste sur scène et en tournée. Et j'ai eu de mauvaises expériences ; par exemple dans ces petites villes allemandes où personne ne vous attend, où vous êtes livré à vous-même et devez trouver la salle de concert en traînant votre valise. Personne à qui parler ni avant ni après le concert ! J'ai développé d'ailleurs une détestation pour les cacahouètes du mini bar ! (Elle éclate de rire).

Puis André Furno m'a proposé, il y six ans, de reprendre ma carrière de soliste pour son cycle Piano 4 Etoiles et il a réussi à me persuader de retrouver le chemin des tournées. Sa confiance m'a honorée et même si je n'étais pas absolument convaincue, je me suis très sérieusement préparée dans cette perspective. La vie change et nous aussi, je me suis aperçue que j'y prenais énormément de plaisir. Désormais je n'ai plus peur des cacahouètes ! (Elle rit).

J'apprécie désormais la solitude : celle du travail à la maison (cinq à six heures de piano par jour) avec lequel l'apprentissage de nouvelles œuvres ou l'approfondissement de mon répertoire me permettent d'aller au plus profond de moi-même. Je ressens également un véritable accomplissement sur scène. Ma vie a été consacrée à beaucoup de belles choses, mais j'adore aujourd'hui construire et apprendre de nouveaux programmes - et plus seulement pour les festivals.

Vous semblez avoir beaucoup médité celui de votre récital parisien ?

E. B. - En effet. La première partie du concert est consacrée à Mozart. Les trois premières pièces (2) constituent quasiment une sonate dont les tonalités en ré majeur et mineur et en la majeur fonctionnent bien ensemble. Les adorables "Huit Variations pour piano" sont une transcription qui n'est sans doute pas de Mozart, mais chaque note est bien de lui puisqu'issue du superbe Quintet pour clarinette. J'ai choisi aussi la Sonate K. Anh 136 en si bémol majeur dont j'aime particulièrement le Finale avec sa grande cadence, tel un grand concerto. Ces quatre œuvres offrent un beau parcours représentatif de l'art mozartien.

Pourquoi avoir élu les "Impressions Poétiques" de Dvoràk ?

E. B. - Cette pièce constitue une découverte pour moi et en sera sans doute une pour le public. Elle est d'une beauté et d'une fraîcheur rares - et peu donnée de surcroît. On croit la connaître pourtant et je compte bien montrer que c'est faux - ainsi que le plaisir qu'elle me donne. Chacune de ces "Impressions" est une petite histoire en soi, avec son propre caractère et ses couleurs. L'écouter ou la jouer est comme entrer dans un monde.

Festival de Dubrovnik © DR.
Festival de Dubrovnik © DR.
Des compositeurs nés à l'Est, vous allez également mettre à l'honneur Bartok et sa Sonate SZ 80 ?

E. B. - La pièce peut-être la plus radicale et de ce concert, et de son œuvre pour piano. Elle date des années vingt et je la trouve si incroyablement intéressante et moderne avec ses contrastes ! Si la pièce de Dvoràk est plutôt lyrique et douce, celle de Bartok met beaucoup de sel et de poivre dans ce programme avec sa force et ses dissonances ! (Elle rit).

En tant que pianiste vous avez également accompagné de grands chanteurs, n'est-ce pas ?

E. B. - Et je le fais toujours. C'est une excellente expérience qui nourrit ma pratique de soliste. J'ai appris en les accompagnant comment construire la ligne legato, c'est-à-dire comment chanter la phrase et lier les notes, comment aménager les respirations. C'est une très bonne école.

Elena Bashkirova © DR.
Elena Bashkirova © DR.
Quelques souvenirs marquants de ces duos ?

E. B. - Tous ont été marquants. J'ai cependant un souvenir particulier de mon travail avec Anna Netrebko, une chanteuse très inspirante. Elle a une force combinée à une intelligence musicale étonnante, sans omettre son instinct fantastique et sa générosité d'artiste. Nous allons retravailler bientôt ensemble l'an prochain, avec une date à Bordeaux d'ailleurs.

J'ai également adoré travailler avec René Pape, un très grand interprète. Il y en a beaucoup d'autres que je risque d'oublier. Tous, de fait, m'ont beaucoup appris. Je fais d'ailleurs venir beaucoup de chanteurs dans les festivals de Jérusalem et Berlin. Je puis ainsi mélanger lied et musique de chambre dans les programmes car cela me semble très intéressant pour le public.

(1) D. Bashkirov a été lui-même disciple d'un élève de Franz Liszt.
(2) "Fantaisie" K. 397, "Rondo" K.485, "Huit variations" K.460.


Récital mercredi 15 mai 2019 à 20 h.
Théâtre des Champs-Elysées,
15, avenue Montaigne Paris (8e).
Tél. : 01 49 52 50 50.
>> theatrechampselysees.fr
>> piano4etoiles.fr

Christine Ducq
Mardi 7 Mai 2019

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique





    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Le festival Nice Classic Live poursuit sa mue

Un nouveau festival à Nice ? Depuis 2018, le Nice Classic Live a repris l'héritage des Concerts du Cloître et le fait fructifier. Pour l'édition 2019, le festival s'étoffe en offrant une belle programmation estivale dans divers lieux patrimoniaux de la ville et en créant une Session d'Automne pour les cent ans des Studios de la Victorine.

Le festival Nice Classic Live poursuit sa mue
Depuis 1958, les Concerts du Cloître embellissaient les étés des adeptes de la perle de la Méditerranée (habitants et touristes). Désormais sous la direction artistique et la présidence de l'enfant du pays, la pianiste Marie-Josèphe Jude, le festival devient un rendez-vous classique majeur des Niçois et plus largement de la Région Provence-Côte d'Azur. Le festival investit ainsi de nouveaux lieux tels que le Musée Matisse ou le Palais Lascaris, un chef-d'œuvre baroque en plus du superbe Cloître du XVIe siècle - jouxtant avec son jardin et sa roseraie le Monastère de Cimiez fondé au IXe siècle par des Bénédictins.

Pour cette deuxième édition sous le nouvel intitulé de Nice Classic Live, Marie-Josèphe Jude a imaginé une programmation placée sous le signe de la filiation entre les compositeurs, les artistes invités (la crème des interprètes français) ; réunissant également une famille d'artistes dans le cadre de l'Académie internationale d'Été qui donne sa chance aux jeunes talents depuis soixante ans. Petite sélection des concerts à ne pas rater si vous avez la chance de passer quelques jours le long de la Baie des Anges.

Christine Ducq
28/06/2019
Spectacle à la Une

39e édition du Festival de la Vézère

Du 9 juillet au 22 août 2019, la 39e édition du Festival de la Vézère propose une vingtaine de concerts très variés et deux beaux opéras de chambre avec la compagnie Diva Opera dans quatorze lieux du riche patrimoine de Corrèze.

39e édition du Festival de la Vézère
Créé en 1981, le Festival de la Vézère a toujours eu à cœur de proposer une série de rendez-vous musicaux d'une très grande qualité en Corrèze. Deux orchestres, une compagnie d'opéra, des chanteurs et des instrumentistes d'envergure internationale mais aussi de jeunes talents (que le festival a toujours su repérer avant l'envol de leur carrière) se succèderont jusqu'à la fin de l‘été. À suivre, quelques rendez-vous choisis dans une programmation qui cultive l'éclectisme.

Des deux orchestres invités, l'Orchestre d'Auvergne toujours fidèle au festival vient d'obtenir le label "Orchestre national" cette année. Il sera dirigé par son chef depuis 2012, Roberto Forès Veses. Dans le Domaine de Sédières, on l'entendra dans un beau programme d'airs de Mozart à Broschi accompagner la soprano russe qui monte, Julia Lezhneva (14 août). Le second est l'Orchestre de Chambre Nouvelle-Aquitaine dirigé par Jean-François Heisser qui donnera à entendre une de ses commandes (entre autres pépites telle la 41e symphonie "Jupiter" de Mozart) pour sa première venue en Corrèze, "Le Rêve de Maya" de Samuel Strouk - un double concerto pour accordéon et violoncelle, que joueront ses créateurs Vincent Peirani et François Salque (16 juillet).


Christine Ducq
26/06/2019
Sortie à la Une

•Off 2019• Le marathon "hors pair" de William Mesguich… Entretien à paroles déliées

William Mesguich, monstre de travail scénique et maître ès arts dramatiques, doté d'une soif inextinguible pour tout ce qui le fait vibrer, s'apprête à affronter un Festival d'Avignon tout particulièrement chaud cet été… Et ce n'est pas là que question de canicule ! Qu'on en juge par le programme pantagruélique qu'il a dévoilé en "avant-première" à La Revue du Spectacle.

•Off 2019• Le marathon
Yves Kafka - William Mesguich, votre appétit pour le théâtre n'est plus à prouver, mais pour cette édition d'Avignon 2019, on pourrait parler de boulimie… On vous verra quatre fois en tant que comédien et pas moins de cinq en tant que metteur en scène. Alors, comme le personnage de "Liberté !" que vous mettez en jeu, êtes-vous atteint "d'une curieuse maladie, celle de ne pas arriver à faire des choix" ? Brûler les planches serait-ce votre manière à vous de soigner cette addiction dont vous avez hérité ?

William Mesguich - Les chiens ne font pas des chats… L'exemple donné par mon père m'a "imprégné" durablement. Sa faconde, son enthousiasme, sa générosité… J'aime infiniment le théâtre. Il ne s'agit pas de courir après l'exploit, d'établir des records, mais de faire vivre cet amour du théâtre. Je suis profondément heureux sur les planches…

J'aime la vie, ma famille, mes amis… mais il est vrai que je suis tout particulièrement heureux sur la scène, quand je dis des textes et ai le bonheur de les partager. C'est là ma raison de vivre. Depuis 23 ans, c'est le désir de la quête qui me porte. Après quoi je cours ? Une recherche de reconnaissance ? Ou peut-être, simplement, ma manière à moi d'exister…

Yves Kafka
25/06/2019