La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

Elena Bashkirova, la passion en héritage

La pianiste russe offre un récital au Théâtre des Champs-Elysées le 15 mai dans le cycle des concerts de Piano 4 Etoiles. L'occasion de retrouver ici en entretien une femme passionnée dévouée au service de la musique.



Jerusalem International Chamber Music Festival 2017 © DR.
Jerusalem International Chamber Music Festival 2017 © DR.
Elena Bashkirova nous reçoit avec la simplicité charmante des vrais artistes. Lumineuse, sereine, très disponible, elle nous assure qu'elle revient toujours à Paris avec plaisir. N'y a-t-elle pas vécu onze ans avec son second époux, Daniel Barenboim, jusqu'en 1991 ? Paris n'est pas seulement la ville où ont été élevés leurs deux enfants (avant leur installation définitive à Berlin), elle est aussi le lieu où Elena Bashkirova aime retrouver ses nombreux amis musiciens.

Élève au Conservatoire Tchaïkovsky de Moscou dans la classe de son père, Dmitri Bashkirov (1), elle a mené une carrière au parcours très personnel. Chambriste respectée qui joua au sein de l'Ensemble Metropolis pendant deux ans, elle est directrice artistique de deux festivals de musique de chambre à Jérusalem (fondé en 1998) et Berlin (créé en 2012). La pianiste nous en dit plus sur sa carrière et les concerts qu'elle "adore" programmer.

Christine Ducq - Pourquoi par le passé avez-vous mis entre parenthèses votre carrière de soliste ?

Elena Bashkirova - Je n'ai pas l'impression d'avoir arrêté quoi que ce soit, je n'ai jamais renoncé à la musique. Simplement pendant des années, je me suis consacrée essentiellement à la musique de chambre. D'abord avec des solistes du Philharmonique de Berlin pour l'Ensemble Metropolis, puis j'ai fondé en 1998 le Festival international de Musique de chambre de Jérusalem. Cela m'a énormément plu et j'y ai consacré beaucoup de temps, jouant par ailleurs avec de nombreux ensembles.

© DR.
© DR.
À cette époque, il était très difficile pour moi d'affronter la solitude qu'induit la vie de soliste sur scène et en tournée. Et j'ai eu de mauvaises expériences ; par exemple dans ces petites villes allemandes où personne ne vous attend, où vous êtes livré à vous-même et devez trouver la salle de concert en traînant votre valise. Personne à qui parler ni avant ni après le concert ! J'ai développé d'ailleurs une détestation pour les cacahouètes du mini bar ! (Elle éclate de rire).

Puis André Furno m'a proposé, il y six ans, de reprendre ma carrière de soliste pour son cycle Piano 4 Etoiles et il a réussi à me persuader de retrouver le chemin des tournées. Sa confiance m'a honorée et même si je n'étais pas absolument convaincue, je me suis très sérieusement préparée dans cette perspective. La vie change et nous aussi, je me suis aperçue que j'y prenais énormément de plaisir. Désormais je n'ai plus peur des cacahouètes ! (Elle rit).

J'apprécie désormais la solitude : celle du travail à la maison (cinq à six heures de piano par jour) avec lequel l'apprentissage de nouvelles œuvres ou l'approfondissement de mon répertoire me permettent d'aller au plus profond de moi-même. Je ressens également un véritable accomplissement sur scène. Ma vie a été consacrée à beaucoup de belles choses, mais j'adore aujourd'hui construire et apprendre de nouveaux programmes - et plus seulement pour les festivals.

Vous semblez avoir beaucoup médité celui de votre récital parisien ?

E. B. - En effet. La première partie du concert est consacrée à Mozart. Les trois premières pièces (2) constituent quasiment une sonate dont les tonalités en ré majeur et mineur et en la majeur fonctionnent bien ensemble. Les adorables "Huit Variations pour piano" sont une transcription qui n'est sans doute pas de Mozart, mais chaque note est bien de lui puisqu'issue du superbe Quintet pour clarinette. J'ai choisi aussi la Sonate K. Anh 136 en si bémol majeur dont j'aime particulièrement le Finale avec sa grande cadence, tel un grand concerto. Ces quatre œuvres offrent un beau parcours représentatif de l'art mozartien.

Pourquoi avoir élu les "Impressions Poétiques" de Dvoràk ?

E. B. - Cette pièce constitue une découverte pour moi et en sera sans doute une pour le public. Elle est d'une beauté et d'une fraîcheur rares - et peu donnée de surcroît. On croit la connaître pourtant et je compte bien montrer que c'est faux - ainsi que le plaisir qu'elle me donne. Chacune de ces "Impressions" est une petite histoire en soi, avec son propre caractère et ses couleurs. L'écouter ou la jouer est comme entrer dans un monde.

Festival de Dubrovnik © DR.
Festival de Dubrovnik © DR.
Des compositeurs nés à l'Est, vous allez également mettre à l'honneur Bartok et sa Sonate SZ 80 ?

E. B. - La pièce peut-être la plus radicale et de ce concert, et de son œuvre pour piano. Elle date des années vingt et je la trouve si incroyablement intéressante et moderne avec ses contrastes ! Si la pièce de Dvoràk est plutôt lyrique et douce, celle de Bartok met beaucoup de sel et de poivre dans ce programme avec sa force et ses dissonances ! (Elle rit).

En tant que pianiste vous avez également accompagné de grands chanteurs, n'est-ce pas ?

E. B. - Et je le fais toujours. C'est une excellente expérience qui nourrit ma pratique de soliste. J'ai appris en les accompagnant comment construire la ligne legato, c'est-à-dire comment chanter la phrase et lier les notes, comment aménager les respirations. C'est une très bonne école.

Elena Bashkirova © DR.
Elena Bashkirova © DR.
Quelques souvenirs marquants de ces duos ?

E. B. - Tous ont été marquants. J'ai cependant un souvenir particulier de mon travail avec Anna Netrebko, une chanteuse très inspirante. Elle a une force combinée à une intelligence musicale étonnante, sans omettre son instinct fantastique et sa générosité d'artiste. Nous allons retravailler bientôt ensemble l'an prochain, avec une date à Bordeaux d'ailleurs.

J'ai également adoré travailler avec René Pape, un très grand interprète. Il y en a beaucoup d'autres que je risque d'oublier. Tous, de fait, m'ont beaucoup appris. Je fais d'ailleurs venir beaucoup de chanteurs dans les festivals de Jérusalem et Berlin. Je puis ainsi mélanger lied et musique de chambre dans les programmes car cela me semble très intéressant pour le public.

(1) D. Bashkirov a été lui-même disciple d'un élève de Franz Liszt.
(2) "Fantaisie" K. 397, "Rondo" K.485, "Huit variations" K.460.


Récital mercredi 15 mai 2019 à 20 h.
Théâtre des Champs-Elysées,
15, avenue Montaigne Paris (8e).
Tél. : 01 49 52 50 50.
>> theatrechampselysees.fr
>> piano4etoiles.fr

Christine Ducq
Mardi 7 Mai 2019

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique




    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Au 41e Festival de la Vézère souffle l’esprit de la musique

Le festival de référence en Corrèze poursuit son aventure malgré la disparition de sa regrettée fondatrice. Il offrira cette saison encore de très beaux rendez-vous musicaux.

Festival de la Vézère 2020, concert de la famille Pidoux © 28mmphoto.
Pour sa 41e édition, le Festival de la Vézère fera vivre l'esprit des lieux puisque Diane du Saillant poursuit la belle mission que s'étaient fixés ses parents, Isabelle et Guy : donner la plus grande audience à la musique et à l'opéra en Corrèze en région Nouvelle-Aquitaine. Elle est donc à la tête depuis cette année du festival fondé en 1981 et entend même le développer. Dix-neuf événements forts rassemblant 150 artistes dans treize lieux remarquables sont offerts dès le début de juillet et ce, pour plus d'un mois.

Fidèle à son esprit alliant exigence et éloge de la beauté, invitant nouveaux venus et artistes fidèles, la manifestation entend rassembler un public très divers : jeunes, familles, mélomanes avertis et amateurs estivaux de sensations nouvelles. De nombreux lieux patrimoniaux se sont ajoutés au cours des quatre décennies mettant le public aux premières loges de l'excellence musicale. En cette année 2022 s'y ajoutent deux nouveaux : les Ardoisières de Travassac et les Jardins de Colette à Varetz. Ce dernier accueillera le 20 juillet Alex Vizorek et le Duo Jatekok, les talentueuses sœurs pianistes, pour un "Carnaval des animaux" de Saint-Saëns attendu.

Outre le désormais traditionnel week-end lyrique des 5, 6 et 7 août au Château du Saillant, rendu possible grâce à la formidable compagnie du pianiste Bryan Evans, Diva Opéra (avec "Tosca" et "Cosi fan tutte" cet été), voici une petite sélection d'évènements inratables chinés au cœur d'un riche programme.

Christine Ducq
25/06/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Fantasio" L'expression contemporaine d'un mal-être générationnel

"Buvons l'ami et songeons à ce mariage point désiré." Éternel sujet maintes fois traité par nos grands auteurs classiques, l'union "forcée" reste encore d'actualité et l'acte de résistance qu'opposent les femmes, quel que soit le pays, peut induire une forme de rébellion et une revendication d'indépendance, d'autonomie, de liberté qui traversent facilement le prisme de la modernité.

© Andreas Eggler.
Il y a des compagnies et des metteurs en scène que l'on a particulièrement plaisir à suivre, à retrouver. Qui nous offre des moments où l'on aime sans crainte laisser se glisser nos oreilles, nos yeux, notre attention dans le confort d'une nouvelle création dont on sait quasiment par avance qu'elle nous régalera, ravira tous nos sens. Un spectacle de la Cie de L'Éternel fait assurément partie de ces petits bonheurs qui sont résolument inscrits dans une pratique novatrice, fougueuse, audacieuse et talentueuse de l'art des saltimbanques… celui qui réjouissait les foules au temps des tréteaux, des "sauteurs de bancs"*.

Au cœur de la pièce de Musset se joue le mariage politique de la princesse Elsbeth, enjeu d'un pays/royaume, décevant, sans vigueur et sans perspective pour les jeunes générations, à la gouvernance désabusée. En contrepoint, Fantasio, jeune homme désespéré - fuyant la routine, l'ennui qui naît du quotidien, la lassitude du "rien faire" -, désargenté et à l'avenir incertain, se joue des conventions, peu respectueux de la gente bien-pensante. Endossant de manière inattendue la posture et le costume de bouffon, habité d'une folle énergie soudaine et d'excès de lucidité bénéfique, il bouleverse la donne, sème un joyeux et revigorant bordel, boosté par un esprit vif et pertinent, et fait imploser sans violence le mariage.

Gil Chauveau
23/06/2022
Spectacle à la Une

Les 67e Nuits de la Citadelle à Sisteron

À partir du 22 juillet, les Nuits de la Citadelle de Sisteron accueilleront de beaux spectacles consacrés à la musique, à la danse et au théâtre sous l’égide du nouveau directeur artistique du festival, Pierre-François Heuclin.

Carmina Latina © Cappella Mediterranea.
Après la disparition tragique d'Édith Robert, c'est donc à Pierre-François Heuclin de reprendre le flambeau des Nuits de la Citadelle de Sisteron, dans les Alpes-de-Haute-Provence. Le plus ancien festival (avec les Chorégies d'Orange) propose, pour sa 67e édition, un programme varié assuré par certains des meilleurs artistes français et européens.

Dès le 22 juillet, le chef Leonardo Garcia Alarcon à la tête de son orchestre, la Cappella Meditterranea, et du Chœur de chambre de Namur, offrira un concert consacré à des œuvres espagnoles et sud-américaines des XVIe et XVIIe siècles. Ce sera une soirée "Carmina Latina" emmené par la soprano Mariana Flores.

Au cloître Saint-Dominique, une superbe voix retentira encore le 27 juillet avec la venue du ténor britannique Freddie de Tommaso. Le premier prix du concours Plàcido Domingo donnera des airs de Verdi, de Puccini mais aussi des mélodies de Liszt, accompagné du pianiste Jonathan Papp.

Le Duo Jatekok pour "Un Carnaval de Animaux pas comme les autres" (le 7 août) et les sœurs Camille et Julie Berthollet (le 13 août) se produiront ensuite sur la scène du très beau théâtre de verdure pour les premières et celle du cloître Saint-Dominique pour les autres. Des rendez-vous musicaux qui ne manqueront donc pas de charme.

Christine Ducq
18/07/2022