La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Écho" L'écho-système d'un jeune homme éploré…

Si, dans "Les Souffrances du jeune Werther", le héros de Goethe avait recours au suicide pour exorciser le chagrin de ne pouvoir s'approprier l'objet de son désir, Vanasay Khamphommala, artiste compagnonne du TnBA, convoque la nymphe Écho et ses dérivés pour se libérer d'un réel chagrin d'amour. Conçue comme une performance intimiste ouvrant sur une expérience universelle, l'œuvre "transgenre" emprunte à plusieurs univers son écriture tout en se faisant polyphonique.



© Pauline Le Goff.
© Pauline Le Goff.
Montrer à ses semblables un être dans toute la vérité de sa nature amoureuse, tel pourrait être le crédo de celui qui prend d'emblée le risque d'avancer nu sur un plateau de théâtre, portant sur/sous sa peau la honte d'exposer au grand jour une blessure intime. Nu ? Pas tout à fait… Une autre figure le recouvre, celle de la Nymphe Écho, amoureuse folle de Narcisse, privée à jamais de voix pour le lui déclarer suite à la colère de Junon. Après avoir voulu mourir pour en finir avec ce chagrin dévorant qui la mine, un(e) nouvel(le) Écho prendra forme au terme d'une traversée réservant quelques surprises.

Filmée caméra à l'épaule, une longue séquence apparaît en fond de scène pendant qu'au premier plan, l'artiste agenouillé se livre, longs cheveux défaits, à une cérémonie rituelle célébrant l'incorporation de l'amant autant que son désenvoûtement. Projetés en gros plan, son visage et ses paroles ne font qu'un pour dire le chagrin des amours perdues. Propos recueillis in vivo où, par un effet de réalité recherchée, on peut voir distinctement le lieu de la rupture "Oberkampf - Les Filles du Calvaire".

© Pauline Le Goff.
© Pauline Le Goff.
Comme la nymphe Écho, il en a perdu la voix. Les mots ne trouvant d'issue au barrage de ses lèvres scellées, il n'a pu retenir son amant aussi beau que Narcisse. Sur le plateau, ses mains remontent jusqu'à sa gorge nouée pour extirper de sa bouche une galette imbibée de salive. Et plantant là dans son sein une fleur, un narcisse, défilent sur l'écran le nom de toutes celles et ceux qui eurent un jour, comme lui, à mourir d'un chagrin d'amour. Revêtu de la tunique d'Écho, il meurt alors à son tour de n'avoir pu dire tout son attachement à l'être aimé. "L'effet Werther", dirait un certain sociologue américain.

Mais ce sempiternel destin réservé aux chagrins d'amours, cristallisant tout ce que les films, les livres, les chansons, les tragédies, les opéras, les séries TV ont pu charrier depuis que la culture s'est saisie du mythe d'Écho, est vite questionné à l'aune de ce qui l'a produit : un corpus marqué par la préséance de la souffrance féminine, blanche et hétérosexuelle. Dès lors, recouvert de pelletées de terre généreusement versées sur lui, ensommeillé sous une bâche, l'artiste délègue à ses avatars le soin de raconter une autre histoire d'Écho… En effet, d'autres qu'Ovide n'ont-ils pas suggéré d'autres pistes, celle par exemple du Dieu Pan éconduit par la nymphe, violant et démembrant son corps jusqu'à sa voix dispersée aux quatre vents ?

© Pauline Le Goff
© Pauline Le Goff
N'y aurait-il pas d'autres versions à écrire à la lumière de notre contemporanéité ? Autour du tas de terre où repose Écho, un étrange piquenique a lieu, réunissant des performeurs surprenants comme la cantatrice et comédienne Natalie Dessay, la dominatrice BDSM Caritia Abell née à Londres et revendiquant ses origines afro-caribéennes, ou encore l'acteur Pierre-François Doireau connu pour sa puissance et "sa beauté atypique". Leur seule présence sur le plateau - ajoutée à celle de deux autres piqueniqueurs de passage, Gérald Kurdian (musique) et Théophile Dubus - déjoue les attendus d'un traitement normatif du mythe d'Écho.

En entendant les chagrins d'amour relayés longuement, très longuement, trop longuement (visiblement c'est voulu) par les participants de cet étrange déjeuner sur l'herbe, Écho, qui se nourrit des chagrins des autres ayant été privé à jamais du sien, respire de plus en plus fort jusqu'à en faire frémir le tas de terre le recouvrant... La Malédiction d'Écho aurait-elle été brisée ?

Indéniablement, le projet de Vanasay Khamphommala révèle un engagement total autant dans sa conception fouillée - après "Vénus et Adonis" (2015), "Orphée Aphone" (2019) et "Le Bain de Diane" (2020), "Écho" (2022) constitue le quatrième volet dédié à une relecture des "Métamorphoses" d'Ovide - que dans sa mise en jeu sans tabou. Cependant, l'on peut être, et à juste titre, un brin dérouté par la seconde partie, un piquenique bucolique certes surréaliste, mais qui n'excite pas suffisamment les papilles pour donner l'envie d'y participer… Au risque que d'autres échos viennent recouvrir ceux-là…

Vu au TnBA, Bordeaux, le vendredi 21 octobre 2022. A été représenté du 18 au 22 octobre.

"Écho"

© Pauline Le Goff
© Pauline Le Goff
Création 2022.
Dramaturgie, texte et performance : Vanasay Khamphommala, artiste compagnonne du TnBA.
Avec : Caritia Abell, Natalie Dessay, Pierre-François Doireau, Vanasay Khamphommala.
Avec la participation de : Théophile Dubus et Gérald Kurdian.
Performance d'écriture vidéo : Théophile Dubus.
Collaboration artistique : Théophile Dubus et Paul B. Preciado.
Musique et son : Gérald Kurdian.
Scénographie, Caroline Oriot.
Lumières : Pauline Guyonnet.
Costumes : Céline Perrigon.
Régie générale : Charlotte Girard.
À partir de 16 ans.
Durée : 1 h 30.
>> tnba.org

Tournée
Du 5 au 7 décembre 2022 : Halle aux grains - Scène nationale, Blois (41).
Du 12 au 14 décembre 2022 : Maison de la Culture, Amiens (80).

Yves Kafka
Samedi 29 Octobre 2022

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022


Brèves & Com



Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

"Salle des Fêtes" Des territoires aux terroirs, Baptiste Amann arpente la nature humaine

Après le choc de sa trilogie "Des Territoires", dont les trois volets furent présentés en un seul bloc de sept heures à Avignon lors du Festival In de 2021, le metteur en scène se tourne vers un autre habitat. Abandonnant le pavillon de banlieue où vivait la fratrie de ses créations précédentes, il dirige sa recherche d'humanités dans une salle des fêtes, lieu protéiforme où se retrouvent les habitants d'un village. Toujours convaincu que seul ce qui fait communauté peut servir de viatique à la traversée de l'existence.

© Pierre Planchenault.
Si, dans "La vie mode d'emploi", Georges Perec avait imaginé l'existence des habitants d'un bâtiment haussmannien dont il aurait retiré la façade à un instant T, Baptiste Amann nous immerge dans la réalité auto-fictionnelle d'une communauté villageoise réunie à l'occasion de quatre événements rythmant les quatre saisons d'une année. Au fil de ces rendez-vous, ce sont les aspirations de chacun qui se confrontent à la réalité - la leur et celle des autres - révélant, au sens argentique d'une pellicule que l'on développe, des aspérités insoupçonnées.

Tout commence à l'automne avec l'exaltation d'un couple de jeunes femmes s'établissant à la campagne. Avec le montant de la vente de l'appartement parisien de l'une d'elles, écrivaine - appartement acquis grâce au roman relatant la maladie psychiatrique du frère qui les accompagne dans leur transhumance rurale -, elles viennent de s'installer dans une usine désaffectée flanquée de ses anciennes écluses toujours en service. Organisée par le jeune maire survient la réunion du conseil consultatif concernant la loi engagement et proximité, l'occasion de faire connaissance avec leur nouvelle communauté.

Yves Kafka
17/10/2022
Spectacle à la Une

Appel à candidatures pour la création d'un spectacle patrimonial de divertissement

La ville d'Orange a confié depuis le 1er avril 2022, la gestion et la valorisation du Théâtre antique, du Musée d'art et d'histoire et de l'Arc de triomphe, à la société Edeis pour une durée de 10 ans.

© Edéis Orange février 2023 - DR pour l'appel à projet.
Dans le cadre de sa délégation, Edéis l'allié des territoires, a pour ambition :
- De donner sa pleine envergure au Théâtre antique à la fois en tant que monument du Patrimoine mondial riche d'un attrait historique et scientifique majeur mais aussi en sa qualité de porte-étendard de tout un territoire et de son art de vivre ;
- De proposer des approches novatrices et expérimentales afin d'améliorer significativement l'expérience visiteur ;
- D'agir en pleine cohérence et en parfaite synergie avec la politique culturelle de la ville.

Le projet décennal est de faire d'Orange, la scène de l'innovation sonore.
Une place forte et incontournable de la culture et de l'innovation.

1. Reprise des éléments du contrat de Délégation de service public entre la ville d'Orange et la société Edéis :
Article 2 – Définition des missions confiées au délégataire.
"Le délégataire sera notamment chargé des activités suivantes :
La création de contenus culturels, d'animations, d'évènements et de spectacles adaptés et cohérents avec la politique culturelle, patrimoniale et touristique de la ville et en lien avec les propositions des services concernés (Culture, Musée, Office de tourisme) ainsi que le développement significatif des flux de visiteurs. De manière générale, il s'agit de faire évoluer le Théâtre antique vers un statut de lieu de vie aux animations multifacettes (diurne et nocturne, saison, hors-saison, ailes de saison…) ouvert à différents types de publics cibles.

Gil Chauveau
02/02/2023
Spectacle à la Une

Dans "Nos jardins Histoire(s) de France #2", la parole elle aussi pousse, bourgeonne et donne des fruits

"Nos Jardins", ce sont les jardins ouvriers, ces petits lopins de terre que certaines communes ont commencé à mettre à disposition des administrés à la fin du XIXe siècle. Le but était de fournir ainsi aux concitoyens les plus pauvres un petit bout de terre où cultiver légumes, tubercules et fruits de manière à soulager les finances de ces ménages, mais aussi de profiter des joies de la nature. "Nos Jardins", ce sont également les jardins d'agrément que les nobles, les rois puis les bourgeois firent construire autour de leurs châteaux par des jardiniers dont certains, comme André Le Nôtre, devinrent extrêmement réputés. Ce spectacle englobe ces deux visions de la terre pour développer un débat militant, social et historique.

Photo de répétition © Cie du Double.
L'argument de la pièce raconte la prochaine destruction d'un jardin ouvrier pour implanter à sa place un centre commercial. On est ici en prise directe avec l'actualité. Il y a un an, la destruction d'une partie des jardins ouvriers d'Aubervilliers pour construire des infrastructures accueillant les JO 2024 avait soulevé la colère d'une partie des habitants et l'action de défenseurs des jardins. Le jugement de relaxe de ces derniers ne date que de quelques semaines. Un sujet brûlant donc, à l'heure où chaque mètre carré de béton à la surface du globe le prive d'une goutte de vie.

Trois personnages sont impliqués dans cette tragédie sociale : deux lycéennes et un lycéen. Les deux premières forment le noyau dur de cette résistance à la destruction, le dernier est tout dévoué au modernisme, féru de mode et sans doute de fast-food, il se moque bien des légumes qui poussent sans aucune beauté à ses yeux. L'auteur Amine Adjina met ainsi en place les germes d'un débat qui va opposer les deux camps.

Bruno Fougniès
23/12/2022