La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Don Quichotte"… Un ballet de toute beauté, tout en grâce et sensualité

Les Étés de la Danse, Théâtre du Châtelet, Paris

Dans "Don Quichotte", le ballet national de l'Opéra de Vienne nous fait revivre un grand moment de danse avec des chorégraphies autant vives et enjouées qu’emmaillotées de sensualité et de grâce.



"Don Quichotte", Maria-Yakovleva et Denys Cherevychko © Wiener Staatsballett/Domo-Dimov.
"Don Quichotte", Maria-Yakovleva et Denys Cherevychko © Wiener Staatsballett/Domo-Dimov.
"Don Quichotte" est un ballet, créé à Moscou en 1869 par le Bolchoï, que Noureev, déjà jeune prodige de 21 ans (1959), a dansé dans le rôle de Basile. En 1966, il décide de créer une nouvelle chorégraphie du ballet d’après Marius Petipa et Alexandre Gorski. Ce ballet ne retient du roman de Cervantès que les noces de Gamache autour des amours contrariées de Kitri et du barbier Basile.

Il y a un foisonnement de solos, duos et danses de groupe dans des intervalles de temps et de lieux éclatés. Nous sommes ici devant un moulin avec Don Quichotte et un superbe ballet de ballerines. Sa Dulcinée à côté, il rêve d’exploit et de romantisme. Nous sommes ailleurs dans une soirée un peu arrosée où les couples se font et se défont. Tout se recoupe sans que les moments artistiques ne souffre d’aucune hétérogénéité.

Les danses de groupe sont superbes de rythme et de grâce. Des claquements de pieds, de mains et de doigts donnent aux danses un rythme rapide et vif, parfois endiablé. On est à la croisée de plusieurs styles chorégraphiques où le mouvement prend toute sa force dans la grâce, où rapidité et gaité donnent aux danseurs un aspect presque naïf et enfantin. Le ballet est dans un camaïeu artistique où l’Espagne, dans une approche flamenca, nous ouvre ses portes.

"Don-Quichotte", Denys Cherevychko et Maria Yakovleva © Wiener Staatsballett/Domo Dimov.
"Don-Quichotte", Denys Cherevychko et Maria Yakovleva © Wiener Staatsballett/Domo Dimov.
Les chorégraphies se suivent dans des rythmes différents, parfois légers, presque lents mais toujours gracieux dans les mouvements ; ou vifs, rapides et cadencés dans des déplacements et une gestuelle où la force et la grâce font cause commune. Nous sommes dans un clair-obscur artistique qui prend toute sa saveur dans une antinomie chorégraphique de toute beauté. Le ballet manque toutefois de liant dans les enchaînements des derniers solos.

La grâce est omniprésente dans chaque mouvement. C’est beau, difficile à réaliser mais les danses sont exécutées avec une telle maîtrise et une telle élégance que cela semble couler de source. Ces pointes qui s’enchaînent, qui tâtonnent le sol pour se déplacer, ces gestes toujours amples mais légers, ces postures toujours droites et fières, tout est dans le mouvement et dans l’allure. L’à-peu-près et l’imprécision n’ont pas droit de cité.

Selon les danseurs, la grâce et l’élégance sont portées dans toute leur splendeur ou contrebalancées par des mouvements rapides et vifs. Des mouvements, comme ceux d’Olga Elsina, semblent provenir d’un rêve car "emmaillotés" de grâce.

Le ballet est superbe de vie et d’élégance et copine amoureusement avec le théâtre.

"Don Quichotte"

Festival Les Étés de la Danse.
Par le ballet national de l’Opéra de Vienne.
Directeur artistique : Manuel Legris.
Chorégraphies et mise en scène : Rudolf Noureev d’après Marius Petita et Alexandre Gorski.
Musique : Ludwig Minkus, arrangements de John Lanchery.
Décors et costumes : Nicholas Georgiadis.
Avec : Nina Polakova, Robert Gabdullin, Alice Firenze, Kirill Kourlaev, Dumitru Taran, Peter Karolyi, Kamil Pavelka, Christoph Wenzel, Maria Balzano, Marian Furnica, Emilie Drexler, Rafaella Sant’Anna, Flavia Soares, Marat Davletshin, Géraud Wielick, Maria Alati, Anita Manolova, Iliana Chivarova, Vanessza Csonka, Camille de Bellefon, Oxana Kiyanenko, Eszter Ledan, Natascha Mair, Andrea Nemethova, Laura Nistor, Reina Sawai, Yuki Sento, Clara Soley, Oksana Timoshenko, Nina Tonoli, Céline Janou Weder, Marian Furnica, Trevor Hayden, Andras Lukacs, Greig Matthews, Richard Szabo, Ashley Taylor, Attila Bako, Ryan Booth, Igor Milos, Tristan Ridel, Alexandru Tcacenco, Zsolt Torok, Richard Szabo, Gala Jovanovic, Erika Kovacova, Andrea Nemethova, Tristan Ridel, Olga Elsina, Reina Sawai, Yuki Sento, Prisca Zeisel, Laura Nistor, Ioanna Avraam.
Durée : 2 h 45 dont 2 entractes de 20 minutes.

Les Étés de la Danse ont eu lieu du 4 juillet au 27 juillet 2013.
Théâtre du Châtelet, Paris 1er, 01 40 28 28 40.
>> chatelet-theatre.com
>> lesetesdeladanse.com

Safidine Alouache
Lundi 29 Juillet 2013

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives




    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Entendre le théâtre… Un voyage sonore dans le théâtre français au XXe siècle

Le théâtre, au-delà de la scène, du plateau, de l'expression et des mouvements de ses protagonistes, de la représentation imagée, symbolique, imaginée des décors, c'est le texte, les sons, la musique et la voix, les voix… Le théâtre peut donc être écouté… et a été écouté ! Dans l'exercice de son rôle patrimonial, la BnF (associée au CNRS) crée un site et une série de podcasts dédiés à la dimension acoustique de cet art.

Entendre le théâtre… Un voyage sonore dans le théâtre français au XXe siècle
Le théâtre est bien évidemment un art évolutif, en perpétuelle mutation. La manière dont on le perçoit a changé quand lui-même bouleverse en permanence ses manières de représentation, ses codes, ses modes internes d'expression. Mais quel était-il au XXe siècle ? Comment l'a-t-on écouté ? Comment l'entendait-on ? Comment y parlait-on ?

La Bibliothèque nationale de France et le CNRS s'associent donc pour explorer, grâce à des archives exceptionnelles et souvent inédites, la diversité des voix et des sons du théâtre, ainsi que leurs évolutions dans la seconde moitié du XXe siècle. De Jean Vilar à Rosy Varte, en passant par Habib Benglia, Antoine Vitez ou encore Maria Casarès, on y découvre ou redécouvre les voix puissantes, profondes et singulières de celles et ceux qui ont marqué les différentes scènes françaises.

Sous l'influence de la radio, du cinéma, ou encore du cabaret, les scènes françaises se sont mises, dans les années cinquante-soixante, à exposer de nouvelles façons, plus accessibles, de dire les textes dramatiques, tandis qu'étaient explorés de nouveaux territoires de l'oralité. Ce sont ces différents aspects, novateurs à l'époque, que permet de découvrir le site "Entendre le théâtre".

Gil Chauveau
25/02/2020
Spectacle à la Une

"Où sont passés vos rêves ?" d'Alexandre Prévert, en public au Bataclan

Captation intégrale "Où sont passés vos rêves ?" est le nouveau stand-up classique écrit et interprété par Alexandre Prévert, jeune pianiste de 23 ans, accompagné par le groupe Believe et le label Naïve. Ce jeune Savoyard talentueux, diplômé du Conservatoire de Paris, associe à une originalité créative le piano et les grands compositeurs, l'humour, la poésie, les échanges avec le public et les anecdotes historiques. Joyeux et virtuose, son spectacle est une pause rafraîchissante qui sied bien au contexte actuel un chouia anxiogène !

Ce spectacle est une invitation à rire ensemble de nos petites histoires personnelles et de notre grande Histoire commune, en les partageant sans complexe à travers les codes du stand-up, de la musique classique et de la poésie.

Pour cette nouvelle saison, Alexandre Prévert vous propose un voyage dans le temps et dans l'Histoire à travers les rêves d'amour de Verlaine et de Liszt, les rêves de révolution de Beaumarchais et de Mélenchon, le rêve d'égalité de Martin Luther King ou encore le rêve d'un nouveau Monde partagé par Gérard et Christophe Colomb !

Sur votre route, vous pourrez également croiser Mozart, Apollinaire, Leonardo DiCaprio, Renaud, Schubert, Montaigne, Booba et Kaaris, Chopin, et même Napoléon III dans un Airbnb...

Alors, où sont passés vos rêves ?

Gil Chauveau
27/03/2020
Sortie à la Une

"Comment va le monde ?" de Marc Favreau, mise en scène de Michel Bruzat, avec Marie Thomas

Captation intégrale Proposée par RBD Productions, le Théâtre de la Passerelle (Limoges) et le Théâtre Les Déchargeurs (Paris), "Comment va le monde ?" a été filmé en 2017 dans ce théâtre parisien. Il s'agit d'une création de Marie Thomas permettant de découvrir les textes et de rendre hommage à Sol, le clown clochard imaginé et interprété pendant plus de quarante ans par le québécois Marc Favreau (1929-2005).

Parce qu'il a toujours eu envie de protéger la terre, Sol, pétrisseur, jongleur de mots, à la diatribe philosophique et humoristique, s'évade. Lui, il n'a rien, ce clown naïf nous fait partager sa vision du monde, il joue avec les maux/mots de la terre. La grande force de Sol, c'est de n'être rien, ça lui permet de jouer à être tout. Simplicité, liberté, folie, note bleue mélancolique dans les yeux.

"On est tous Sol seul au fond de soi et qu'il est le pôvre petit moi de chacun. Il se décarcasse pour que la vérité éclate. Il n'a pas d'amis, rien que des mots, il débouche sur la poésie pure. Liberté.

"Il est le plus petit commun dénominateur, c'est-à-dire qu'il a en lui, quelque chose de chacun de nous. Tout le monde finit par se reconnaître en lui. Pourquoi ? Un exemple de qualité, sans emphase, sans ostentation, avec humilité. Il insuffle au langage une énergie. Poète philosophe, médecin de l'esprit, menuisier, jardinier, autodidacte. Dans une époque secouée par toutes sortes de crises, cultivé, il transcende avec un grand éclat de rire. As du cœur, poète, rêveur, il rejoint le clown et l'Auguste. On s'enrichit à son contact. Enfant, il va jusqu'à l'absurde et dissèque ce petit peuple de tous les jours. Ce n'est pas une mise en accusation mais un constat témoin, malin. Il pose les questions, soulève des interrogations. Il est plus que jamais nécessaire de faire entendre les mots de ce clown/clochard, humaniste, qui nous parle de l'état de la planète, de la consommation.

"Et Marie Thomas lève la tête comme si le ciel lui parlait. Elle ne ressemble à personne, c'est fou comme j'aime. J'aime sa gaieté et sa mélancolie, ce vide et ce plein en elle. Un clochard aux traits d'un clown triste s'en va faire son "parcours" au milieu des mots. Il recrée tout un langage qui distrait le quotidien de sa banalité. Il dissèque la société et ses multiples aveuglements. Un marginal qui découvre le monde et le recompose avec humour. Tout est tourné en dérision avec délicatesse." Michel Bruzat, metteur en scène.

Gil Chauveau
26/03/2020