La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Don Quichotte… Quand la fable devient réalité !

"Don Quichotte, farce épique", Le Lucernaire, Paris

Reprise C’est un Don Quichotte totalement revisité qui se prête au jeu de sa célébrité et endosse le rôle d’interviewé dans une mise en scène où le roman de Cervantès est bousculé pour montrer les contours humains de ce personnage qui a traversé les siècles.



© DR.
© DR.
Assis et micro à la bouche, Don Quichotte (Sylvain Mossot) répond tel un personnage réel aux questions d’une journaliste (Barbara Castin) qui interroge autant le mythe que sa réalité. Nous sommes ainsi dans une fable entretenue par un regard critique.

L’idée de mettre Don Quichotte comme personnage de sa propre épopée vu à travers, non pas le regard omniscient de Cervantès, mais celui d’une journaliste et d’un maître de cérémonie (Anthony Henrot), appuyé par celui de Don Quichotte, donne un aperçu qui ne manque pas de mordant. Le fait de l’articuler comme un personnage public dont notre époque, par l’interview, questionne le mythe devenant réalité, fait entrer le spectateur dans les coulisses du roman où le personnage est en proie à ses questionnements.

C’est original, relevé et décalé. Faire de Don Quichotte de la Mancha (ou de la Manche comme il le répète si souvent), un héros un tantinet francisé, moderne par ses doutes, au travers de scènes annoncées par un maître de cérémonie décentre la pièce par rapport à l’histoire. Celle-ci est mise à distance, en étant au préalable présentée, tout en sachant qu’elle est jouée par un personnage qui est pris dans sa propre imagination.

Don Quichotte est dans un costume brillant de paillettes et jure par tous les diables que c’est une cotte de mailles. L’interview est entrecoupée de scènes épiques ponctuant le roman. Il répond d’un air grave et sincère aux questions, revendiquant son combat à défendre la veuve et l’orphelin, les épouses éplorées, les opprimés, à chasser les méchants, bref… à lutter contre le Mal.

© DR.
© DR.
Le spectacle a été construit autour d’improvisations. Ce qui est intéressant est la mise en scène qui fait passer Don Quichotte et Sancho Pança (Axel Blind) au filtre autant de la réalité, via la journaliste, que de la fable, avec le maître de cérémonie. Réalisme d’un côté et imagination de l’autre. La réalité rejoint le mythe faisant de Sancho Pança l’aiguillon des deux mondes. Un pied dans le doute et la critique, l’autre dans le conte. Ce visage à la Janus tombe quelque peu quand la journaliste se transforme en princesse Micomicona. La thématique en devient quelque peu troublée car la réalité devient fable.

Don Quichotte passe parfois par-dessus bord la poésie et l’élégance de style de Cervantès appuyé par Sancho Pança avec ses propos parfois incompréhensibles. Ce dernier mêle toutefois une irrésistible poésie où le sens des mots, collés les uns aux autres, importe peu car la signification est brodée par des métaphores stylistiques assez déroutantes. Le comique de situation transporte les personnages vers un espace-temps où l’humour est conseillère de la poésie avec comme garde-fou, l’imagination.

Réel et imaginaire cohabitent tout au long de la pièce avec un "Don Quichotte" à la crête d’un personnage qui se sait prisonnier de son imagination mais jouant de sa réalité.

"Don Quichotte, farce épique"

© DR.
© DR.
Mise en scène : Jean-Laurent Silvi.
Avec Sylvain Mossot, Axel Blind, Barbara Castin et Anthony Henrot.
Création Technique : Robin Laporte.
Costumes : Joan Bich.
Par la Cie Le Matin des Vagabonds.
Durée : 1 h 15.

Du 22 juin au 20 août 2016.
Du mardi au samedi à 18 h 30.
Théâtre Le Lucernaire, Paris 6e, 01 45 44 57 34.
>> lucernaire.fr

Reprise
Du 7 février au 25 mars 2018.
Du mardi au samedi à 18 h 30, dimanche à 15 h.
Théâtre Le Lucernaire, Paris 6e, 01 45 44 57 34.
>> lucernaire.fr

Première publication : 12 août 2016.

Safidin Alouache
Dimanche 18 Février 2018

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Bernard Adamus "C'qui nous reste du Texas"… Blues et beau

Pour son quatrième album, Bernard Adamus, avec son style blues très marqué, fricote avec le rock pour nous mener vers le grand nord sur des chansons qui se nourrissent de différents tempos aux paroles truculentes.

Bernard Adamus
Bernard Adamus, d'origine polonaise, a débarqué à ses trois ans au Québec. Depuis maintenant plus de dix ans, il trace une ligne artistique saluée par la critique avec ses albums "Brun" (2009), "No2" (2012) et "Sorel soviet so what" (2015). Du premier jusqu'au dernier LP, "C'qui nous reste du Texas", la qualité est toujours chevillée aux accords.

Avec ses dix titres, cet opus a une allure toujours foncièrement blues aux relents parfois rock. L'artiste a laissé très majoritairement son harmonica dans son étui. Sa voix, caractéristique, traînante, presque criarde, est utilisée comme effet multiplicateur de ses émotions.

Les chœurs sont discrets bien que parfois appuyés comme pour "Chipotle". Certaines compositions telle que "L'erreur" excelle dans un blues avec la contrebasse de Simon Pagé très présente, accompagnée de quelques notes de piano pour rendre un son plus clair quand celui-ci est, à dessein, légèrement étouffé par des percussions. La voix monte haut perchée au refrain où claironne un saxophone donnant un tournis musical, tel le reflet d'un état d'âme où la tristesse se berce d'incompréhension. C'est dans ces cassures de rythme que se mêlent d'autres éléments musicaux et vocaux donnant une tessiture aboutie. Le début d'une chanson peut ainsi être décharné à dessein comme celui d'un désert, d'un seul à seul avec l'artiste.

Safidin Alouache
05/05/2020
Spectacle à la Une

"I Fratelli Lehman" par la Cie Tom Corradini Teatro de Turin

Captation intégrale Ce spectacle sans paroles (ou très peu) - mais pas sans bruitages ! - devait être présenté au Théâtre Ambigu durant le festival Off d'Avignon cet été. Du fait de l'annulation, la compagnie italienne Tom Corradini Teatro de Turin vous invite à visionner cette pièce burlesque sur l'argent, la cupidité et l'amour raconté avec le langage du clown, sans interaction verbale, adapté à un public de tous âges et de toutes nationalités.

Comédie visuelle et physique interprété par deux talentueux clowns turinois (Tom Corradini et Michele Di Dedda), "I Fratelli Lehman" (The Lehman Brothers) raconte l'histoire d'un couple de banquiers et de financiers dont les capacités et les compétences les ont rendus célèbres et respectés dans tout le monde.

Apparemment, ils ont tout, des voitures rapides, de beaux secrétaires, des bureaux luxueux, un style de vie somptueux. Cependant, un jour leur fortune est anéantie en quelques minutes après un plongeon désastreux du marché boursier. Des richesses à la misère, ils doivent maintenant transformer leur échec en opportunité et gravir de nouveau la montagne du succès.

Gil Chauveau
21/04/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020