La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

Divin Festival de Saint-Denis

Du 3 au 27 juin, l’édition 2014 du Festival de Saint-Denis promet encore des moments musicaux exceptionnels avec une programmation vraiment royale et d'une grande richesse.



Orchestre National de France © DR.
Orchestre National de France © DR.
Dans le transept gigantesque de la vénérable basilique ou dans l’impériale Légion d’Honneur, un concert n’a jamais tout à fait le même goût qu’ailleurs et réserve toujours des sensations fortes. La nouvelle édition du Festival de Saint-Denis ne fera pas exception puisqu’elle met à l’affiche monuments de la musique et artistes de valeurs, astres rayonnants et étoiles montantes.

Le concert donné en avant-première frappait déjà fort le 27 mai avec la création française de "La Passion de Simone", un opéra de la compositrice Kaija Saariaho sur un livret d’Amin Maalouf. Une Passion moderne consacrée à la vie et à l’œuvre de la philosophe Simone Weil conduite de main de maître par la baguette du jeune chef Clément Mao-Takacs et son Secession Orchestra (avec la soprano Karen Vourc’h, une lointaine parente de la philosophe engagée en Espagne en 1936 et morte prématurément en 1943).

Orchestre Philharmonique de Radio-France © J.-F. Leclercq.
Orchestre Philharmonique de Radio-France © J.-F. Leclercq.
La nécropole des rois, depuis le VIe siècle (avec le tombeau de la reine Arégonde, belle-fille de Clovis), abrite le mardi 3 juin la nouvelle création d’Ibrahim Maalouf, le jeune trompettiste prodige, pour des "Cantiques" de Hildegard von Bingen. Une formation renforcée par un Ensemble de cuivres et percussions avec les voix d’enfants de la Maîtrise de Radio-France donneront vie aux œuvres revisitées par Ibrahim Maalouf de l’abbesse rhénane du XIIe siècle.

Gustav Mahler, compositeur attitré du festival, sera encore à l’honneur cette année avec sa Symphonie n°2 "Résurrection", les 5 et 6 juin, pour un plateau géant. Grâce à l’Orchestre National de France (augmenté de 25 cuivres et percussions) conduit par le jeune chef américain déjà renommé James Gaffigan, nous vibrerons avec deux solistes de génie, Genia Kühmeier et la contralto Nathalie Stutzmann. Cette dernière à la tête de son ensemble Orfeo 55 interprétera Bach et Schoenberg avec la complicité du violoniste Renaud Capuçon, le 10 juin, dans la grande nef de la Basilique.

D’autres concerts vont mettre à l’honneur le patrimoine musical européen avec des invités de marque tels l’Orchestre Philharmonique de Radio-France, l’Orchestre de Chambre de Paris, l’Orchestre National d’Île-de-France (qui fête ses quarante ans). L’adorable Julie Fuchs donnera un récital le 22 juin à la Légion d’Honneur mais on entendra aussi Franco Fagioli pour la "Petite Messe solennelle" de Rossini, la mezzo Marianne Crebassa, Michael Nagy, le baryton-basse dont tout le monde parle, et puis surtout la divine soprano Angela Denoke, trop rare à Paris depuis la fin du mandat de Gerard Mortier à l’Opéra de Paris.

De jeunes chefs comme Raphaël Pichon ou confirmés (Daniele Gatti, Myung-Whun Chung), de jeunes ensembles et grands chœurs ou orchestres européens (comme l’Orchestre Philharmonique de Prague) participent aussi au festival et en feront un événement remarquable encore cette année.

Julie Fuchs © DR.
Julie Fuchs © DR.
Du 3 au 27 juin 2014.
Festival de Saint-Denis, 01 48 13 06 07.
1, rue de la Légion d’Honneur, Saint-Denis (93).

Légion d’Honneur.
5, rue de la Légion d’Honneur, Saint-Denis (93).

Programmation complète :
>> festival-saint-denis.com

Christine Ducq
Lundi 2 Juin 2014

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Sabordage" Comme une synthèse de la modernité… une implosion écologique à venir, avenir sombre de notre monde…

Elle fut riche et belle, plaisante et paradisiaque, pays de cocagne… puis devint consommatrice et opulente, industrieuse, minière et calamité écologique, pour finir mendiante et désespérée, à l'avenir destructif d'une future terre qui coule à pic… C'est la "belle" histoire de l'île de Nauru*, miroir de notre prochain anéantissement - au délicat (!) mais définitif intitulé "6e extinction de masse" -, qui nous est contée par le talentueux Collectif Mensuel.

Narration aux allures de débats, de commentaires, d'échanges réalistes… Scénographie en une forme d'actions documentaires, visible au lointain par report vidéo "en direct", en rappel de notre monde de l'image, expression ironique de nos chaînes d'infos en continu pour une structure créative d'un théâtre pédagogique, d'un reportage théâtralisé… Car ici tout est vrai, le drame, les horreurs économiques, le dézingage des ressources et de l'environnement… le sabordage de l'île a vraiment eu lieu, sans parler des perspectives radieuses d'une fin en version sous-marine !

Le récit - dans un préambule exposant un éden de rêve aux allures de paradis touristique, sis à quelques encablures de la Papouasie-Nouvelle-Guinée (près de 2 700 km quand même !) - se construit sur un montage cinématographique et télévisuel où le collectif puise dans les séries et films des années soixantes-dix quatre-vingt, tous célèbres et ancrées dans nos imaginaires collectifs…

Gil Chauveau
11/10/2019
Spectacle à la Une

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !

Quand du noir complet, le faisceau de lumière de l'ampoule tombant des cintres coiffe le crâne dégarni et blanchi de Denis Lavant, hiératique derrière un bureau métallique fatigué, les yeux aimantés par un magnétophone à bande posé devant lui et absorbant dans la nuit magnétique toute son énergie, on se dit que la magie du théâtre est un leurre qui nous ravit au double sens…

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !
Plus rien n'existe alors que ce fabuleux homme né pour le théâtre qui s'apprête devant nous à renouer avec l'univers insolite de Samuel Beckett, dont il a interprété sur cette même scène des Halles, "Cap au pire" (2017), mis en jeu par le même Jacques Osinski.

Et le (très) long silence qui s'ensuit instille, dans le droit fil du choc liminaire, une étrangeté en osmose avec l'univers du dramaturge irlandais. Puis, émergeant de sa torpeur contemplative, "il" rapproche à quelques millimètres de son œil, que l'on devine à moitié aveugle, une clé extraite du fouillis de son veston loqueteux. Si le premier tiroir ouvert contenant une bobine ne l'intéresse pas dans l'immédiat, l'autre dans lequel il plonge à nouveau sa tête lui offre… une banane ! Épluchée soigneusement, elle va être tenue en bouche avant d'être mangée. La peau jetée sur le sol, lui vaudra une glissade digne d'un Buster Keaton sorti d'un film muet.

Yves Kafka
07/07/2019
Sortie à la Une

"Fake"… Un "Peer Gynt" pour explorer le monde de l'info et de l'intox

"Fake - Tout est faux, tout est fou", Gare de l'Est, Paris

L'homme vagabonde sous les toits ferroviaires, au carrefour des âmes voyageuses… il est conteur. Peer Gynt partit aussi à l'aventure, cheminant entre rêve et réalité. Le narrateur s'en inspire pour démêler le vrai du faux… de notre réalité… Extraire le fake à l'ère des news…

Spectacle déambulatoire, performance de rues (ici intérieure), Fake convoque un conteur, un concepteur compositeur, des musiciens, pour une exploration d'un nouveau type où le spectateur, équipé d'un casque audio, se laisse emmener, au sens littéral comme virtuel dans une promenade découverte entre vraies et fausses informations.

Dans ce périple artistique, ce dernier garde toute liberté d'action, plus précisément de mouvements, déambulant dans l'espace proposé au fil de ses envies, de ses inspirations ou guidé par l'histoire, narration sonore, vocale et musicale, composée en direct et diffusée dans le casque et/ou influencé par la vue, le cheminement de l'acteur, Abbi Patrix, interprétant à sa façon Peer Gynt, exprimant son ressenti du lieu, posant des questions sur la véracité du réel ou interrogeant le badaud passant.

Les éléments sonores audibles dans le casque sont superposés, sans apparente cohérence mais peuvent stimuler ou orienter la perception du spectateur qui fait le choix d'être actif ou passif, ponctuellement ou de manière permanente, redevenant alors un simple observateur.

Gil Chauveau
10/10/2019