La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

Des concerts de l'Orchestre de Paris à ne pas rater pour fêter Noël

Les 11 et 12 décembre, le jeune chef d’orchestre Mikko Franck dirige l’Orchestre de Paris pour la fameuse 7e Symphonie de Chostakovitch dite "Leningrad", salle Pleyel. Les 17 et 18 décembre, c’est le chef qui monte, Alain Altinoglu, qui prendra les rênes de l’orchestre pour un programme romantique autour de Berlioz, Mendelssohn et Tchaïkovski. Le mardi 17, le concert est donné sous la Pyramide du Louvre et sera gratuit comme chaque année.



© Gérard Uferas.
© Gérard Uferas.
On se souvient du "Tristan" magistral qu’a dirigé le jeune chef finlandais l’an dernier, remplaçant au pied levé Myung-Whun Chung à la tête de l’Orchestre de Radio-France (dont il va prendre la tête en 2015). C’est en habitué de l’Orchestre de Paris que Mikko Franck, déjà adoubé par toutes les grandes formations internationales, revient à Pleyel pour un programme passionnant. Il nous proposera sa vision de la mythique "Symphonie n° 7" de Dimitri Chostakovitch dont la partition est commencée par le compositeur sous les bombes lors du siège de Leningrad (sa ville natale) par l’armée allemande en 1941. Alors qu’il fait partie des personnalités qu’on évacue par les airs (comme la poétesse Anna Akhmatova), la symphonie achevée sera diffusée un peu plus tard par haut-parleurs aux habitants de la ville à qui elle est dédicacée. Habitants qui sont alors livrés à la famine et aux destructions.

Devenue symbole de la Résistance pendant la Grande Guerre Patriotique, elle lui permet de vivre un relatif retour en grâce auprès de Staline qui détestait ses œuvres trop éloignées du canon réaliste-soviétique imposé à l’Union des Compositeurs officiels. Pour celle-ci, il obtiendra le prix Staline, la plus haute distinction.

L’autre grand compositeur russe à l’honneur lors de ces deux soirées de concert sera Serge Prokofiev et son "Concerto n°3 pour piano". Et pour l’exécuter rien moins que le légendaire pianiste géorgien Alexander Toradze, de retour après quelques années d’absence de la scène. Son enregistrement des cinq concertos pour piano de Prokofiev pour le label Phillips, interprété avec l’Orchestre de Kirov sous la direction de Valery Gergiev, a fait date. Autant dire que la perspective d’écouter ce virtuose spécialiste des compositeurs russes est enthousiasmante.

Alain Altinoglu © F. Toulet.
Alain Altinoglu © F. Toulet.
Quelques jours plus tard, l’Orchestre de Paris accueille le jeune chef français Alain Altinoglu, choisi pour remplacer Pierre Boulez souffrant (comme Mikko Franck avant lui en décembre 2012 !). Alain Altinoglu l’a déjà dirigé avec succès cet été à Aix-en-Provence. Comme chaque année à Noël, un concert est offert aux mélomanes sous la Pyramide du Louvre le 17 décembre. Le public est invité à s’asseoir par terre sans autre forme de procès (prévoyez un coussin !). Là encore le programme est emballant pour ce concert d’une heure sans entracte. La 6e Symphonie dite "Pathétique" de Piotr Tchaïkovski scellera les retrouvailles de l’orchestre avec Altinoglu qui poursuit son ascension sur toutes les grande scènes d’opéras du monde.

La "Symphonie n°6" - et dernière du compositeur de Saint-Pétersbourg (qui ne s’appelle pas encore Leningrad) - est son chef-d’œuvre noir, aux contrastes saisissants et au lyrisme puissant - exacte transcription des déchirures qui le hantèrent sa vie durant. Sera donnée également l’Ouverture du "Carnaval romain" de Hector Berlioz, démarquée de son opéra "Benvenuto Cellini". Le lendemain, salle Pleyel, sera ajouté à ce programme le "Concerto n°2 pour violon" de Félix Mendelssohn, le compositeur de Leipzig. C’est la violoniste allemande Isabelle Faust qui sera chargée de porter haut les couleurs du Romantisme mendelssohnien sur son Stradivarius de 1704, joliment surnommé "La Belle au bois dormant".

Mikko Franck © Heikki Tuuli.
Mikko Franck © Heikki Tuuli.
Concerts les 11 et 12 décembre 2013 à 20 h.
Salle Pleyel, 01 42 56 13 13.
252, rue du faubourg Saint-Honoré, Paris 8e.
>> Salle Pleyel

Serge Prokofiev, Concerto n° 3 pour piano et orchestre.
Dimitri Chostakovitch, Symphonie n° 7 "Leningrad".

Orchestre de Paris.
Mikko Franck, direction.
Alexander Toradze, piano.

Concert le 17 décembre à 20 h (entrée libre).
Pyramide du Louvre.
Entrée par la Pyramide, le passage Richelieu et la galerie du Carrousel.
>> Le Louvre

Piotr Tchaïkovski, Symphonie n° 6 "Pathétique".
Hector Berlioz, Ouverture du "Carnaval romain".

Orchestre de Paris.
Alain Altinoglu, direction.

Concert le 18 décembre à 20 h.
Salle Pleyel (voir ci-dessus).

Piotr Tchaïkovski, Symphonie n° 6 "Pathétique".
Hector Berlioz, Ouverture du "Carnaval romain".
Félix Mendelssohn, Concerto n° 2 pour violon et orchestre.

Orchestre de Paris.
Alain Altinoglu, direction.
Isabelle Faust, violon.

Christine Ducq
Lundi 9 Décembre 2013

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique




Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À Découvrir

•Off 2024• "Mon Petit Grand Frère" Récit salvateur d'un enfant traumatisé au bénéfice du devenir apaisé de l'adulte qu'il est devenu

Comment dire l'indicible, comment formuler les vagues souvenirs, les incertaines sensations qui furent captés, partiellement mémorisés à la petite enfance. Accoucher de cette résurgence voilée, diffuse, d'un drame familial ayant eu lieu à l'âge de deux ans est le parcours théâtral, étonnamment réussie, que nous offre Miguel-Ange Sarmiento avec "Mon petit grand frère". Ce qui aurait pu paraître une psychanalyse impudique devient alors une parole salvatrice porteuse d'un écho libératoire pour nos propres histoires douloureuses.

© Ève Pinel.
9 mars 1971, un petit bonhomme, dans les premiers pas de sa vie, goûte aux derniers instants du ravissement juvénile de voir sa maman souriante, heureuse. Mais, dans peu de temps, la fenêtre du bonheur va se refermer. Le drame n'est pas loin et le bonheur fait ses valises. À ce moment-là, personne ne le sait encore, mais les affres du destin se sont mis en marche, et plus rien ne sera comme avant.

En préambule du malheur à venir, le texte, traversant en permanence le pont entre narration réaliste et phrasé poétique, nous conduit à la découverte du quotidien plein de joie et de tendresse du pitchoun qu'est Miguel-Ange. Jeux d'enfants faits de marelle, de dinette, de billes, et de couchers sur la musique de Nounours et de "bonne nuit les petits". L'enfant est affectueux. "Je suis un garçon raisonnable. Je fais attention à ma maman. Je suis un bon garçon." Le bonheur est simple, mais joyeux et empli de tendresse.

Puis, entre dans la narration la disparition du grand frère de trois ans son aîné. La mort n'ayant, on le sait, aucune morale et aucun scrupule à commettre ses actes, antinaturelles lorsqu'il s'agit d'ôter la vie à un bambin. L'accident est acté et deux gamins dans le bassin sont décédés, ceux-ci n'ayant pu être ramenés à la vie. Là, se révèle l'avant et l'après. Le bonheur s'est enfui et rien ne sera plus comme avant.

Gil Chauveau
14/06/2024
Spectacle à la Une

•Off 2024• Lou Casa "Barbara & Brel" À nouveau un souffle singulier et virtuose passe sur l'œuvre de Barbara et de Brel

Ils sont peu nombreux ceux qui ont une réelle vision d'interprétation d'œuvres d'artistes "monuments" tels Brel, Barbara, Brassens, Piaf et bien d'autres. Lou Casa fait partie de ces rares virtuoses qui arrivent à imprimer leur signature sans effacer le filigrane du monstre sacré interprété. Après une relecture lumineuse en 2016 de quelques chansons de Barbara, voici le profond et solaire "Barbara & Brel".

© Betül Balkan.
Comme dans son précédent opus "À ce jour" (consacré à Barbara), Marc Casa est habité par ses choix, donnant un souffle original et unique à chaque titre choisi. Évitant musicalement l'écueil des orchestrations "datées" en optant systématiquement pour des sonorités contemporaines, chaque chanson est synonyme d'une grande richesse et variété instrumentales. Le timbre de la voix est prenant et fait montre à chaque fois d'une émouvante et artistique sincérité.

On retrouve dans cet album une réelle intensité pour chaque interprétation, une profondeur dans la tessiture, dans les tonalités exprimées dont on sent qu'elles puisent tant dans l'âme créatrice des illustres auteurs que dans les recoins intimes, les chemins de vie personnelle de Marc Casa, pour y mettre, dans une manière discrète et maîtrisée, emplie de sincérité, un peu de sa propre histoire.

"Nous mettons en écho des chansons de Barbara et Brel qui ont abordé les mêmes thèmes mais de manières différentes. L'idée est juste d'utiliser leur matière, leur art, tout en gardant une distance, en s'affranchissant de ce qu'ils sont, de ce qu'ils représentent aujourd'hui dans la culture populaire, dans la culture en général… qui est énorme !"

Gil Chauveau
19/06/2024
Spectacle à la Une

•Off 2024• "Un Chapeau de paille d'Italie" Une version singulière et explosive interrogeant nos libertés individuelles…

… face aux normalisations sociétales et idéologiques

Si l'art de générer des productions enthousiastes et inventives est incontestablement dans l'ADN de la compagnie L'Éternel Été, l'engagement citoyen fait aussi partie de la démarche créative de ses membres. La présente proposition ne déroge pas à la règle. Ainsi, Emmanuel Besnault et Benoît Gruel nous offrent une version décoiffante, vive, presque juvénile, mais diablement ancrée dans les problématiques actuelles, du "Chapeau de paille d'Italie"… pièce d'Eugène Labiche, véritable référence du vaudeville.

© Philippe Hanula.
L'argument, simple, n'en reste pas moins source de quiproquos, de riantes ficelles propres à la comédie et d'une bonne dose de situations grotesques, burlesques, voire absurdes. À l'aube d'un mariage des plus prometteurs avec la très florale Hélène – née sans doute dans les roses… ornant les pépinières parentales –, le fringant Fadinard se lance dans une quête effrénée pour récupérer un chapeau de paille d'Italie… Pour remplacer celui croqué – en guise de petit-déj ! – par un membre de la gent équestre, moteur exclusif de son hippomobile, ci-devant fiacre. À noter que le chapeau alimentaire appartenait à une belle – porteuse d'une alliance – en rendez-vous coupable avec un soldat, sans doute Apollon à ses heures perdues.

N'ayant pas vocation à pérenniser toute forme d'adaptation académique, nos deux metteurs en scène vont imaginer que cette histoire absurde est un songe, le songe d'une nuit… niché au creux du voyage ensommeillé de l'aimable Fadinard. Accrochez-vous à votre oreiller ! La pièce la plus célèbre de Labiche se transforme en une nouvelle comédie explosive, électro-onirique ! Comme un rêve habité de nounours dans un sommeil moelleux peuplé d'êtres extravagants en doudounes orange.

Gil Chauveau
26/03/2024