La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Derrière le hublot se cache parfois du linge" Et si les difficultés dans le fait de vivre en couple étaient aux antipodes de la bien-pensance !

On voudrait mieux s'aimer. Mais comment faire quand les "mandats" se cumulent : le couple hétérosexuel, le couple cohabitant, le couple avec enfant ou celui qui n'en veut pas ? Le tout, bien entendu, submergé par les eaux troubles du patriarcat. Ce petit système hétéro-normé de longue date est bien loin de rimer encore avec égalité et il est pertinent d'en secouer le cocotier. Deux femmes et un homme sont sur scène représentant finalement toutes les femmes et tous les hommes, tous les couples possibles, dont certains en thérapie comme vous ou moi peut-être…



© Christophe Raynaud De Lage.
© Christophe Raynaud De Lage.
Du mug qui traîne depuis plusieurs jours sur une table à la libido en berne, des émotions maladroitement formulées à la violence non maîtrisée, le trio plonge dans cet espace infini et inouï de l'amour au sein du couple et de l'affect dans le ménage.

Quel rôle chacune et chacun doit-il jouer précisément ? N'est-il pas possible, tout compte fait, de les réécrire ces rôles pour se sentir moins à l'étroit et, à n'en point douter, hors d'une zone de confort bien établie qui peut rassurer, mais aussi participer à se briser les ailes ?

"Quand on ne connaît pas les règles, on ne joue pas !".
Cette réplique prononcée par une des comédiennes - faisant très subtilement aussi allusion au métier d'actrice et d'acteur - s'applique remarquablement bien au thème de cette pièce "OVNI" totalement époustouflante d'originalité et de réalisme.

C'est de l'art brut, de l'hyperréalisme à la Edward Hopper dans lequel le propos majeur questionnant la nécessité de vivre en couple est revisité de façon inégalée.
Il n'est qu'à en juger par le début de la pièce où les deux comédiennes et le comédien interrogent les spectateurs sur ce qu'ils viennent de voir. Question-réponses quelque peu déroutantes s'il en est, mais qui donnent le ton pour le reste de la représentation : un joyeux fourre-tout interprété avec brio.

© Christophe Raynaud De Lage.
© Christophe Raynaud De Lage.
Elles en ont du talent et de l'énergie à revendre ces Filles de Simone, collectif dans lequel cette fois-ci un homme s'est pourtant immiscé : "notre échantillon" comme ironisent les comédiennes. De l'énergie à tous niveaux, comme celui déjà d'avoir écrit ce texte dont on imagine sans difficultés la somme de travail, de recherches et de conception qu'il a pu représenter !

Mais le résultat est subtilement agencé à ce titre. Rien d'ostentatoire dans les emprunts qui ont pu nourrir la réflexion et la mise en place du texte ! La succession de saynètes respectives mises en scène très harmonieusement par Émilie Roy et interprétées sans failles par les trois comédien(ne)s en sont certainement la raison majeure.

"Réinventer l'amour" de Mona Chollet écrit en 2021, "Libérées! Le combat féministe se gagne linge sale devant le panier de lie" de Titiou Lecoq paru en 2017, ou encore les deux classiques incontournables que sont "Le Deuxième sexe" de Simone de Beauvoir (notamment les chapitres La femme mariée et L'amoureuse) et "King Kong Théorie" de Virginie Despentes (2006) ont largement inspiré l'écriture du texte.

Sans oublier l'emprunt à l'univers de la BD, en particulier celle de Liv Strömquist.

Tout ce creuset inspirant fait de cette troisième création des Filles de Simone un petit bijou d'architecture plasticienne colorée et jouissive autour duquel le public rit, s'émeut aussi, notamment dans la scène oppressante d'"Othello" où le thème de la violence intrinsèque ne l'emporte heureusement pas. Et c'est bien ainsi ! Car la violence finalement ne serait-elle pas déjà dans le simple fait de vouloir coûte que coûte se mettre en couple ?
Le sujet est ailleurs dans la pièce et c'est bien comme ça.

On tente de s'aimer tant bien que mal au sein du couple, on se débat dans les obligations domestiques, on est conditionné et pris à témoin de ce qui ne va pas et de ce qui pourrait aller mieux. Et on fait avec tant bien que mal.

Dans "Derrière le hublot se cache parfois du linge", le collectif "Les Filles de Simone" propose leur vision de l'amour sans rien imposer. Le public dispose et se laisse bercer par une scénographie un peu désordonnée mais dont on saura à la fin en tirer des enseignements qui pourraient être salvateurs et hautement constructifs une fois le retour à la réalité.

© Christophe Raynaud De Lage.
© Christophe Raynaud De Lage.
Mesdames, vous devrez composer en rentrant chez vous après le spectacle avec la tasse souillée posée sur la paillasse de la cuisine sans être toujours déposée dans le lave-vaisselle ou répondre à la question de votre partenaire sur l'endroit où peut bien se trouver son pantalon de jogging. Il est probable que ce soit le cas. Ça ou autres choses du genre. Mais sachez qu'entre vos quatre murs, votre couple est en représentation politico-sociale et que c'est indéniablement à vous de prendre le taureau du patriarcat par les cornes, de le secouer encore et encore, de vous interroger et, peut-être, au terme de cette réflexion d'y trouver votre place d'âme et de cœur.

Si "Les Filles de Simone" vous y ont aidé, c'est partie gagnée. C'est sans doute à cela aussi que sert le Théâtre.

"Je veux que tu te taises et que tu pleures avec moi".
En tout cas, puisse ce collectif "Les Filles de Simone" ne pas se taire et nous proposer très vite une nouvelle création qui revendiquera à nouveau une parole sociologique et politique flamboyante, quel qu'en soit le thème.

"Derrière le hublot se cache parfois du linge"

© Christophe Raynaud De Lage.
© Christophe Raynaud De Lage.
Création collective Les Filles de Simone.
Direction d'actrices et d'acteurs : Claire Fretel.
Avec : André Antébi, Tiphaine Gentilleau et Chloé Olivères.
Création lumières : Mathieu Courtailler.
Scénographie : Émilie Roy.
Chorégraphie : Jeanne Alechinsky.
Création sonore : Lucie Cravero et Théo Tiersen.
Costumes : Sarah Dupont.
Production Les Filles de Simone.
Spectacle tout public dès 15 ans.
Durée : 1 h30.

La pièce s'est jouée au Monfort Théâtre à Paris (15e) du 10 au 21 janvier.

Tournée
7 et 8 mars 2023 : Théâtre de Sartrouville - CDN, Sartrouville (78).
11 mars 2023 : Espace Culturel André Malraux, Kremlin-Bicêtre (94).
14 mars 2023 : Le Rexy, Riom (63).
16 mars 2023 : Maison du Théâtre, Amiens (80).
23 mars 2023 : La Garance, Cavaillon (84).
24 mars 2023 : Forum Jacques Prévert, Carros (06).
25 mars 2023 : Théâtre de l'Olivier, Istres (13).
28 mars 2023 : Théâtre du Vésinet, Le Vésinet (78).
30 mars 2023 : L'Orange bleue, Eaubonne (95).
3 mai 2023 : Piano'cktail, Bouguennais (44).
23, 24 et 25 mai 2023 : Théâtre de la Manufacture, Nancy (54).
En juillet au Off du Festival d'Avignon.

Brigitte Corrigou
Vendredi 10 Février 2023

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022 | Avignon 2023 | À l'affiche ter







À découvrir

"Notre vie dans l'art", 1923-2023, "le siècle, il a passé"… et rien de nouveau à l'est… Un flamboyant Tchekhov contemporain

"La vie, elle a passé, on a comme pas vécu…", ainsi parlait Firs, le vieux valet de chambre de "La Cerisaie" d'Anton Tchekhov, pièce écrite dans le domaine de son ami comédien et metteur en scène Constantin Stanislavski… C'est ce même Constantin Stanislavski, auteur en son temps d'une "Notre vie dans l'art", qui se retrouve au cœur de la pièce éponyme écrite et mise en scène par Richard Nelson, auteur, metteur en scène américain et tchékhovien dans l'âme. Et si l'argument – "Conversations entre acteurs du Théâtre d'Art de Moscou pendant leur tournée à Chicago, 1923" – n'a pas changé d'un iota, ses échos contemporains sont eux particulièrement troublants.

© Vahid Amampour.
Quand, dans le cadre du Festival d'Automne, le Théâtre du Soleil ouvre grand ses portes monumentales de la Cartoucherie à cette nouvelle version de "Notre vie dans l'art", on se dit que ce choix ne peut rien devoir à un quelconque hasard… Et quand on découvre que c'est à Ariane Mnouchkine que l'on doit la traduction de la pièce, et que ce sont ses propres comédiens formés selon les canons artistiques animant son travail que dirige ici Richard Nelson, on n'est nullement surpris de reconnaître là le mantra commun à leurs deux univers : faire du théâtre une caisse de résonances de l'histoire en cours.

Dominant le plateau, comme dans un amphithéâtre antique, des rangées de gradins se font face. Entre une troupe de comédiens en costume de ville. Ils s'affairent à remettre en place les chaises renversées sur la longue table rectangulaire occupant l'espace central, ainsi qu'on peut le faire lorsque l'on revient dans une maison après absence. Il y a là Kostia (Constantin Stanislavski, directeur et acteur du Théâtre de Moscou), Vania, Richard (ancien acteur du même théâtre, exilé lui aux États-Unis), Olga (veuve d'Anton Tchekhov), Vassia et Nina (couple en proie aux tourments de la jalousie amoureuse), Lev et Varia, Masha et Lida, et Petia (jeune acteur soupçonné d'accointances avec les dirigeants de l'Union Soviétique).

Yves Kafka
29/12/2023
Spectacle à la Une

"L'Effet Papillon" Se laisser emporter au fil d'un simple vol de papillon pour une fascinante expérience

Vous pensez que vos choix sont libres ? Que vos pensées sont bien gardées dans votre esprit ? Que vous êtes éventuellement imprévisibles ? Et si ce n'était pas le cas ? Et si tout partait de vous… Ouvrez bien grands les yeux et vivez pleinement l'expérience de l'Effet Papillon !

© Pics.
Vous avez certainement entendu parler de "l'effet papillon", expression inventée par le mathématicien-météorologue Edward Lorenz, inventeur de la théorie du chaos, à partir d'un phénomène découvert en 1961. Ce phénomène insinue qu'il suffit de modifier de façon infime un paramètre dans un modèle météo pour que celui-ci s'amplifie progressivement et provoque, à long terme, des changements colossaux.

Par extension, l'expression sous-entend que les moindres petits événements peuvent déterminer des phénomènes qui paraissent imprévisibles et incontrôlables ou qu'une infime modification des conditions initiales peut engendrer rapidement des effets importants. Ainsi, les battements d'ailes d'un papillon au Brésil peuvent engendrer une tornade au Mexique ou au Texas !

C'est à partir de cette théorie que le mentaliste Taha Mansour nous invite à nouveau, en cette rentrée, à effectuer un voyage hors du commun. Son spectacle a reçu un succès notoire au Sham's Théâtre lors du Festival d'Avignon cet été dernier.

Impossible que quiconque sorte "indemne" de cette phénoménale prestation, ni que nos certitudes sur "le monde comme il va", et surtout sur nous-mêmes, ne soient bousculées, chamboulées, contrariées.

"Le mystérieux est le plus beau sentiment que l'on peut ressentir", Albert Einstein. Et si le plus beau spectacle de mentalisme du moment, en cette rentrée parisienne, c'était celui-là ? Car Tahar Mansour y est fascinant à plusieurs niveaux, lui qui voulait devenir ingénieur, pour qui "Centrale" n'a aucun secret, mais qui, pourtant, a toujours eu une âme d'artiste bien ancrée au fond de lui. Le secret de ce spectacle exceptionnel et époustouflant serait-il là, niché au cœur du rationnel et de la poésie ?

Brigitte Corrigou
08/09/2023
Spectacle à la Une

"Deux mains, la liberté" Un huis clos intense qui nous plonge aux sources du mal

Le mal s'appelle Heinrich Himmler, chef des SS et de la Gestapo, organisateur des camps de concentration du Troisième Reich, très proche d'Hitler depuis le tout début de l'ascension de ce dernier, près de vingt ans avant la Deuxième Guerre mondiale. Himmler ressemble par son physique et sa pensée à un petit, banal, médiocre fonctionnaire.

© Christel Billault.
Ordonné, pratique, méthodique, il organise l'extermination des marginaux et des Juifs comme un gestionnaire. Point. Il aurait été, comme son sous-fifre Adolf Eichmann, le type même décrit par Hannah Arendt comme étant la "banalité du mal". Mais Himmler échappa à son procès en se donnant la mort. Parfois, rien n'est plus monstrueux que la banalité, l'ordre, la médiocrité.

Malgré la pâleur de leur personnalité, les noms de ces âmes de fonctionnaires sont gravés dans notre mémoire collective comme l'incarnation du Mal et de l'inimaginable, quand d'autres noms - dont les actes furent éblouissants d'humanité - restent dans l'ombre. Parmi eux, Oskar Schindler et sa liste ont été sauvés de l'oubli grâce au film de Steven Spielberg, mais également par la distinction qui lui a été faite d'être reconnu "Juste parmi les nations". D'autres n'ont eu aucune de ces deux chances. Ainsi, le héros de cette pièce, Félix Kersten, oublié.

Joseph Kessel lui consacra pourtant un livre, "Les Mains du miracle", et, aujourd'hui, Antoine Nouel, l'auteur de la pièce, l'incarne dans la pièce qu'il a également mise en scène. C'est un investissement total que ce comédien a mis dans ce projet pour sortir des nimbes le visage étonnant de ce personnage de l'Histoire qui, par son action, a fait libérer près de 100 000 victimes du régime nazi. Des chiffres qui font tourner la tête, mais il est le résultat d'une volonté patiente qui, durant des années, négocia la vie contre le don.

Bruno Fougniès
15/10/2023