La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

David Grimal et Les Dissonances : "La musique rétablit le lien avec soi-même et avec les autres"

Interview en deux parties : 1ère partie

Alors que l'orchestre Les Dissonances entame une tournée dès le 23 mai et que ce collectif de musiciens vient de fêter ses 10 ans d'existence, nous avons souhaité rencontrer son fondateur, le violoniste David Grimal. Avec son franc-parler habituel, cet homme de convictions fortes évoque avec nous tous les sujets, sans tabou. De la politique, du conservatisme du milieu musical français à ce que devrait être la philosophie du concert, attention… propos sans filtre !



© DR.
© DR.
Quand vous consultez le site des Dissonances et que vous prenez connaissance de leur philosophie, les mots-clés employés font mouche. Relevons-les, ils sont beaux : "liberté", "enrichissement mutuel", "défis", "organisation participative" et "partage fraternel de la musique". Cet orchestre, qui a prouvé brillamment qu'on pouvait revitaliser de (vastes) chefs-d'œuvre du répertoire sans chef, est une structure dans laquelle tous les musiciens venus de toute l'Europe se cooptent par affinités. Unis dans une même exigence artistique, il s'agit de dissoner dans le ronron du paysage de la musique classique. Rencontre passionnante avec son fondateur - et violoniste qui ne voulait pas être "roi".

Christine Ducq - En ce moment, quelques musiciens avec "Orchestre debout" se sont engagés dans le mouvement "Nuit debout". Créer Les Dissonances était aussi un acte engagé ?

David Grimal - Oui, c'est un acte engagé vers la musique, également engagé socialement. Nous parlons d'équité, de collaboration, de donner des concerts pour les sans-abris, nous parlons d'éducation. Ce sont des engagements forts. Mais je ne suis pas sûr que cela ait grand chose à voir avec ce qui se passe Place de la République. Je ne me sens pas d'affinités particulières avec "Nuit debout" même si je ressens la volonté des gens de changer les choses. Mais je n'ai pas l'impression qu'il y ait vraiment de méthode. De toute façon, Les Dissonances n'est pas un projet protestataire.

Vous avez parlé de projet alternatif, il me semble ?

David Grimal - C'est un projet différent, qui s'inscrit dans le monde tel qu'il est. Je ne suis pas forcément en adéquation avec les valeurs portées par le monde de la culture tel qu'il est organisé aujourd'hui. Puisqu'il s'agit surtout de rentabilité économique, de remplissage de salles, d'audimat - choses qui, à mon sens, ne devraient pas être au premier plan pour la culture. De même qu'il ne me paraît pas cohérent de vouloir rentabiliser les hôpitaux ou l'éducation. Bien-sûr, je suis sensible à la volonté de changer le monde.

© J.-B. Gloriod.
© J.-B. Gloriod.
Mais pas à la manière du mouvement "Nuit debout" ?

David Grimal - Le problème est de proposer quelque chose de cohérent et d'organisé quand on conteste les structures établies. On voit de tous les côtés la volonté de changer la donne et Les Dissonances y participe, bien entendu, mais c'est très difficile de faire bouger les lignes. On s'en aperçoit dans tous les domaines de la société. Il faut être patient et dans la proposition constructive.

Ce qui a été un catalyseur pour le projet de l'orchestre a été la résidence à l'Opéra de Dijon ?

David Grimal - Oui, un orchestre sans maison n'est pas possible et il est nécessaire d'avoir des résidences. Nous avons d'abord eu le soutien du Volcan au Havre puis la très belle salle de l'Opéra de Dijon pour réaliser nos enregistrements (1) et la Philharmonie de Paris qui nous accompagne depuis le départ. Nous sommes un projet itinérant mais avec des points d'ancrage, sans lesquels rien ne serait possible. D'autant plus qu'aujourd'hui nous initions des projets très lourds qui coûtent beaucoup d'argent. Cela ne s'improvise pas.

Vous débutez votre tournée en Suisse. Où en sont vos projets de concerts dans d'autres pays ?

David Grimal - Nous avons des projets à plus long terme. Nous verrons s'ils se réalisent ou pas - en Asie, en Amérique latine et toujours en Europe. Mais le problème, c'est l'économie. L'offre culturelle est pléthorique, nous sommes même dans un paysage saturé d'offres de tous ordres - et nous sommes en "concurrence" avec des orchestres très installés, subventionnés pour la plupart et qui coûtent moins cher à faire voyager. Les Dissonances sont très peu subventionnés par rapport à son budget artistique, même si cette année nous allons avoir plus de soutien de la part de l’État. Nous n'avons pas forcément encore trouvé les sponsors qui nous permettraient de réaliser de grandes tournées. Nous verrons bien. Beaucoup de structures aimeraient nous inviter mais sans en avoir les moyens.

Votre modèle d'orchestre sans chef est quasiment unique en France comme ailleurs ?

David Grimal - La dimension qu'a prise le projet est effectivement unique au monde. En revanche des orchestres sans chef pour des répertoires tels que ceux que nous avons enregistrés se sont développés. Mais nous avons bien été les premiers à exister.
Sur des répertoires d'œuvres symphoniques telles que les œuvres de Debussy ou Tchaïkovski, nous représentons un cas unique. Nous proposons un modèle nouveau qui doit faire la preuve de sa validité. Je crois que c'est en très bonne voie.

© DR.
© DR.
Cependant un peu comme les modes de pensée alternative par rapport au monde politique traditionnel, toute une partie de la population est extrêmement sensible à notre action - et une autre partie tout à fait insensible. Je pense notamment à une partie du monde musical conservateur qui n'arrive même pas à envisager que notre projet puisse être intéressant.
Prenons un exemple, nos coffrets (2) récemment sortis ont eu un retentissement et un succès extraordinaires en Allemagne, en Angleterre dans tous les médias dont la presse musicale spécialisée. En France nous avons eu de très bons articles dans les médias généralistes mais rien dans la presse spécialisée ! Le seul magazine français de musique classique qui en a parlé jusqu'à présent ("Classica" pour ne pas le nommer) a consacré deux lignes en bout de revue à notre dernier coffret. Bref, neuf disques, deux DVD, deux lignes ! Voilà l'accueil qu'on nous fait dans une certaine presse spécialisée française ! Ont-ils même pris le temps d'écouter quelque chose ? À la lecture des quelques mots qui nous sont consacrés, on peut légitimement en douter…

Un orchestre sans chef dans ce répertoire d'œuvres assez monumentales est inenvisageable pour cette presse spécialisée ?

David Grimal - Les Dissonances est une entité qui ne rentre pas dans leurs schémas. Dans un monde conservateur, ce n'est pas un cas isolé. Beaucoup n'adhèrent pas à notre idéal ou tout simplement ne le comprennent-ils pas. Je le répète : ils ne se donnent même pas la peine de nous écouter. Notre orchestre, pourtant dans l'air du temps avec son idéal d'intelligence collective, de collaboration plus horizontale, de créativité un peu renouvelée, est en but à un complet désintérêt d'une partie du monde musical. C'est bien la preuve qu'il y a un hiatus.

Vous avez écrit un très beau billet "La culture n'est pas une entreprise" dans le Huffington Post du 29 mars (3).

David Grimal - En effet, la culture à mon sens, comme l'éducation ou la santé publique, ne devrait pas obéir aux mêmes lois que le reste des activités économiques. Il ne devrait pas être question d'intérêts particuliers mais de la relation à l'autre et à l'histoire. En somme, c'est le ciment de nos sociétés que l'on est en train de mettre en danger au nom d'idéaux absents, me semble-t-il…

Pour en revenir à cette presse spécialisée française, elle est extrêmement liée avec les majors du disque et avec le monde musical traditionnel, qui contrôle 90 % de ce qui se passe. Quel contraste saisissant entre la qualité de ce que fait Les Dissonances, l'enthousiasme et le niveau des musiciens sur le plateau (ils viennent des meilleures formations européennes), l'enthousiasme de notre public toujours plus nombreux, tous nos amis mobilisés, et ce mépris absolu - on peut dire cela - pour ce que nous sommes, pour notre existence même.

Fin de la 1ère partie. Interview réalisée le 3 mai 2016.

(1) Les Dissonances a créé son propre label, distribué par Harmonia mundi.
(2) Mozart "The 5 Violin Concertos" Les Dissonances - David Grimal, 2015.
Coffret des 10 ans des Dissonances (Beethoven, Bartok, Mozart, Schubert, Schnittke, Chostakovitch, Schönberg et l'intégrale des symphonies de Brahms en DVD), 2016.
(3) 8e Rencontres internationales du Forum "Entreprendre la culture" Bordeaux-Avignon.


Programme complet et renseignements :
>> les-dissonances.eu

Christine Ducq
Lundi 9 Mai 2016

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À Découvrir

•Off 2024• "Momentos" Créativité à l'honneur avec des chorégraphies où s'exprime parfois une poésie intime et universelle

Le Flamenco est une force brute et pure qui nous touche en plein cœur, car il est l'art dans lequel le chant, la musique et la danse se questionnent, se répondent et se mêlent dans une totale intimité. Pour l'essentiel, le répertoire du flamenco a été codifié au cours du dernier tiers du XIXe siècle et du premier tiers du XXe. De cette époque, la guitare est son instrument emblématique, à la fois pour l'accompagnement du chant, de la danse et pour le concert soliste. Depuis, son évolution a été marquée par quelques grandes tendances esthétiques.

© Sandrine Cellard.
La musique et la danse flamencas sont basées sur des "palos" (formes) prescrivant pour chacune un mode et un cycle métrique avec accents ou "compas" (accents obligés) spécifiques. Une mécanique de précision qui convoque malgré tout une dimension artistique forte et étourdissante.

Sur scène, une danseuse, deux danseurs, trois musiciens et un chanteur-musicien envoûtant le public dès les premiers instants du spectacle. Que vous soyez novice ou aficionado du flamenco, vous vous laisserez embarquer dès les premiers instants du spectacle et impossible de ressortir déçu de cette éblouissante prestation flamenca de Valérie Ortiz.

Certes, le flamenco est sensiblement ancré dans la culture espagnole et d'aucuns diront que ce dernier ne les interpelle pas, qu'ils n'en perçoivent pas les codes, n'en mesurent aucunement les mouvements dansés à leur juste valeur. Ça peut être exigeant, en effet, de suivre "à la lettre" une prestation flamenca, comme le jazz aussi, par exemple, et ça demande une certaine phase d'initiation. Ceci n'est pas faux. Difficile d'entendre cette possible réticence, néanmoins… le flamenco revêt une portée universelle réunissant à lui seul un large éventail de situations allant de la tristesse à la joie, en passant par l'amour ou la souffrance. Alors, comment y rester indifférent ?

Brigitte Corrigou
27/05/2024
Spectacle à la Une

•Off 2024• Lou Casa "Barbara & Brel" À nouveau un souffle singulier et virtuose passe sur l'œuvre de Barbara et de Brel

Ils sont peu nombreux ceux qui ont une réelle vision d'interprétation d'œuvres d'artistes "monuments" tels Brel, Barbara, Brassens, Piaf et bien d'autres. Lou Casa fait partie de ces rares virtuoses qui arrivent à imprimer leur signature sans effacer le filigrane du monstre sacré interprété. Après une relecture lumineuse en 2016 de quelques chansons de Barbara, voici le profond et solaire "Barbara & Brel".

© Betül Balkan.
Comme dans son précédent opus "À ce jour" (consacré à Barbara), Marc Casa est habité par ses choix, donnant un souffle original et unique à chaque titre choisi. Évitant musicalement l'écueil des orchestrations "datées" en optant systématiquement pour des sonorités contemporaines, chaque chanson est synonyme d'une grande richesse et variété instrumentales. Le timbre de la voix est prenant et fait montre à chaque fois d'une émouvante et artistique sincérité.

On retrouve dans cet album une réelle intensité pour chaque interprétation, une profondeur dans la tessiture, dans les tonalités exprimées dont on sent qu'elles puisent tant dans l'âme créatrice des illustres auteurs que dans les recoins intimes, les chemins de vie personnelle de Marc Casa, pour y mettre, dans une manière discrète et maîtrisée, emplie de sincérité, un peu de sa propre histoire.

"Nous mettons en écho des chansons de Barbara et Brel qui ont abordé les mêmes thèmes mais de manières différentes. L'idée est juste d'utiliser leur matière, leur art, tout en gardant une distance, en s'affranchissant de ce qu'ils sont, de ce qu'ils représentent aujourd'hui dans la culture populaire, dans la culture en général… qui est énorme !"

Gil Chauveau
19/06/2024
Spectacle à la Une

•Off 2024• "Un Chapeau de paille d'Italie" Une version singulière et explosive interrogeant nos libertés individuelles…

… face aux normalisations sociétales et idéologiques

Si l'art de générer des productions enthousiastes et inventives est incontestablement dans l'ADN de la compagnie L'Éternel Été, l'engagement citoyen fait aussi partie de la démarche créative de ses membres. La présente proposition ne déroge pas à la règle. Ainsi, Emmanuel Besnault et Benoît Gruel nous offrent une version décoiffante, vive, presque juvénile, mais diablement ancrée dans les problématiques actuelles, du "Chapeau de paille d'Italie"… pièce d'Eugène Labiche, véritable référence du vaudeville.

© Philippe Hanula.
L'argument, simple, n'en reste pas moins source de quiproquos, de riantes ficelles propres à la comédie et d'une bonne dose de situations grotesques, burlesques, voire absurdes. À l'aube d'un mariage des plus prometteurs avec la très florale Hélène – née sans doute dans les roses… ornant les pépinières parentales –, le fringant Fadinard se lance dans une quête effrénée pour récupérer un chapeau de paille d'Italie… Pour remplacer celui croqué – en guise de petit-déj ! – par un membre de la gent équestre, moteur exclusif de son hippomobile, ci-devant fiacre. À noter que le chapeau alimentaire appartenait à une belle – porteuse d'une alliance – en rendez-vous coupable avec un soldat, sans doute Apollon à ses heures perdues.

N'ayant pas vocation à pérenniser toute forme d'adaptation académique, nos deux metteurs en scène vont imaginer que cette histoire absurde est un songe, le songe d'une nuit… niché au creux du voyage ensommeillé de l'aimable Fadinard. Accrochez-vous à votre oreiller ! La pièce la plus célèbre de Labiche se transforme en une nouvelle comédie explosive, électro-onirique ! Comme un rêve habité de nounours dans un sommeil moelleux peuplé d'êtres extravagants en doudounes orange.

Gil Chauveau
26/03/2024