La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

David Grimal et Les Dissonances : "La musique rétablit le lien avec soi-même et avec les autres"

Interview en deux parties : 1ère partie

Alors que l'orchestre Les Dissonances entame une tournée dès le 23 mai et que ce collectif de musiciens vient de fêter ses 10 ans d'existence, nous avons souhaité rencontrer son fondateur, le violoniste David Grimal. Avec son franc-parler habituel, cet homme de convictions fortes évoque avec nous tous les sujets, sans tabou. De la politique, du conservatisme du milieu musical français à ce que devrait être la philosophie du concert, attention… propos sans filtre !



© DR.
© DR.
Quand vous consultez le site des Dissonances et que vous prenez connaissance de leur philosophie, les mots-clés employés font mouche. Relevons-les, ils sont beaux : "liberté", "enrichissement mutuel", "défis", "organisation participative" et "partage fraternel de la musique". Cet orchestre, qui a prouvé brillamment qu'on pouvait revitaliser de (vastes) chefs-d'œuvre du répertoire sans chef, est une structure dans laquelle tous les musiciens venus de toute l'Europe se cooptent par affinités. Unis dans une même exigence artistique, il s'agit de dissoner dans le ronron du paysage de la musique classique. Rencontre passionnante avec son fondateur - et violoniste qui ne voulait pas être "roi".

Christine Ducq - En ce moment, quelques musiciens avec "Orchestre debout" se sont engagés dans le mouvement "Nuit debout". Créer Les Dissonances était aussi un acte engagé ?

David Grimal - Oui, c'est un acte engagé vers la musique, également engagé socialement. Nous parlons d'équité, de collaboration, de donner des concerts pour les sans-abris, nous parlons d'éducation. Ce sont des engagements forts. Mais je ne suis pas sûr que cela ait grand chose à voir avec ce qui se passe Place de la République. Je ne me sens pas d'affinités particulières avec "Nuit debout" même si je ressens la volonté des gens de changer les choses. Mais je n'ai pas l'impression qu'il y ait vraiment de méthode. De toute façon, Les Dissonances n'est pas un projet protestataire.

Vous avez parlé de projet alternatif, il me semble ?

David Grimal - C'est un projet différent, qui s'inscrit dans le monde tel qu'il est. Je ne suis pas forcément en adéquation avec les valeurs portées par le monde de la culture tel qu'il est organisé aujourd'hui. Puisqu'il s'agit surtout de rentabilité économique, de remplissage de salles, d'audimat - choses qui, à mon sens, ne devraient pas être au premier plan pour la culture. De même qu'il ne me paraît pas cohérent de vouloir rentabiliser les hôpitaux ou l'éducation. Bien-sûr, je suis sensible à la volonté de changer le monde.

© J.-B. Gloriod.
© J.-B. Gloriod.
Mais pas à la manière du mouvement "Nuit debout" ?

David Grimal - Le problème est de proposer quelque chose de cohérent et d'organisé quand on conteste les structures établies. On voit de tous les côtés la volonté de changer la donne et Les Dissonances y participe, bien entendu, mais c'est très difficile de faire bouger les lignes. On s'en aperçoit dans tous les domaines de la société. Il faut être patient et dans la proposition constructive.

Ce qui a été un catalyseur pour le projet de l'orchestre a été la résidence à l'Opéra de Dijon ?

David Grimal - Oui, un orchestre sans maison n'est pas possible et il est nécessaire d'avoir des résidences. Nous avons d'abord eu le soutien du Volcan au Havre puis la très belle salle de l'Opéra de Dijon pour réaliser nos enregistrements (1) et la Philharmonie de Paris qui nous accompagne depuis le départ. Nous sommes un projet itinérant mais avec des points d'ancrage, sans lesquels rien ne serait possible. D'autant plus qu'aujourd'hui nous initions des projets très lourds qui coûtent beaucoup d'argent. Cela ne s'improvise pas.

Vous débutez votre tournée en Suisse. Où en sont vos projets de concerts dans d'autres pays ?

David Grimal - Nous avons des projets à plus long terme. Nous verrons s'ils se réalisent ou pas - en Asie, en Amérique latine et toujours en Europe. Mais le problème, c'est l'économie. L'offre culturelle est pléthorique, nous sommes même dans un paysage saturé d'offres de tous ordres - et nous sommes en "concurrence" avec des orchestres très installés, subventionnés pour la plupart et qui coûtent moins cher à faire voyager. Les Dissonances sont très peu subventionnés par rapport à son budget artistique, même si cette année nous allons avoir plus de soutien de la part de l’État. Nous n'avons pas forcément encore trouvé les sponsors qui nous permettraient de réaliser de grandes tournées. Nous verrons bien. Beaucoup de structures aimeraient nous inviter mais sans en avoir les moyens.

Votre modèle d'orchestre sans chef est quasiment unique en France comme ailleurs ?

David Grimal - La dimension qu'a prise le projet est effectivement unique au monde. En revanche des orchestres sans chef pour des répertoires tels que ceux que nous avons enregistrés se sont développés. Mais nous avons bien été les premiers à exister.
Sur des répertoires d'œuvres symphoniques telles que les œuvres de Debussy ou Tchaïkovski, nous représentons un cas unique. Nous proposons un modèle nouveau qui doit faire la preuve de sa validité. Je crois que c'est en très bonne voie.

© DR.
© DR.
Cependant un peu comme les modes de pensée alternative par rapport au monde politique traditionnel, toute une partie de la population est extrêmement sensible à notre action - et une autre partie tout à fait insensible. Je pense notamment à une partie du monde musical conservateur qui n'arrive même pas à envisager que notre projet puisse être intéressant.
Prenons un exemple, nos coffrets (2) récemment sortis ont eu un retentissement et un succès extraordinaires en Allemagne, en Angleterre dans tous les médias dont la presse musicale spécialisée. En France nous avons eu de très bons articles dans les médias généralistes mais rien dans la presse spécialisée ! Le seul magazine français de musique classique qui en a parlé jusqu'à présent ("Classica" pour ne pas le nommer) a consacré deux lignes en bout de revue à notre dernier coffret. Bref, neuf disques, deux DVD, deux lignes ! Voilà l'accueil qu'on nous fait dans une certaine presse spécialisée française ! Ont-ils même pris le temps d'écouter quelque chose ? À la lecture des quelques mots qui nous sont consacrés, on peut légitimement en douter…

Un orchestre sans chef dans ce répertoire d'œuvres assez monumentales est inenvisageable pour cette presse spécialisée ?

David Grimal - Les Dissonances est une entité qui ne rentre pas dans leurs schémas. Dans un monde conservateur, ce n'est pas un cas isolé. Beaucoup n'adhèrent pas à notre idéal ou tout simplement ne le comprennent-ils pas. Je le répète : ils ne se donnent même pas la peine de nous écouter. Notre orchestre, pourtant dans l'air du temps avec son idéal d'intelligence collective, de collaboration plus horizontale, de créativité un peu renouvelée, est en but à un complet désintérêt d'une partie du monde musical. C'est bien la preuve qu'il y a un hiatus.

Vous avez écrit un très beau billet "La culture n'est pas une entreprise" dans le Huffington Post du 29 mars (3).

David Grimal - En effet, la culture à mon sens, comme l'éducation ou la santé publique, ne devrait pas obéir aux mêmes lois que le reste des activités économiques. Il ne devrait pas être question d'intérêts particuliers mais de la relation à l'autre et à l'histoire. En somme, c'est le ciment de nos sociétés que l'on est en train de mettre en danger au nom d'idéaux absents, me semble-t-il…

Pour en revenir à cette presse spécialisée française, elle est extrêmement liée avec les majors du disque et avec le monde musical traditionnel, qui contrôle 90 % de ce qui se passe. Quel contraste saisissant entre la qualité de ce que fait Les Dissonances, l'enthousiasme et le niveau des musiciens sur le plateau (ils viennent des meilleures formations européennes), l'enthousiasme de notre public toujours plus nombreux, tous nos amis mobilisés, et ce mépris absolu - on peut dire cela - pour ce que nous sommes, pour notre existence même.

Fin de la 1ère partie. Interview réalisée le 3 mai 2016.

(1) Les Dissonances a créé son propre label, distribué par Harmonia mundi.
(2) Mozart "The 5 Violin Concertos" Les Dissonances - David Grimal, 2015.
Coffret des 10 ans des Dissonances (Beethoven, Bartok, Mozart, Schubert, Schnittke, Chostakovitch, Schönberg et l'intégrale des symphonies de Brahms en DVD), 2016.
(3) 8e Rencontres internationales du Forum "Entreprendre la culture" Bordeaux-Avignon.


Programme complet et renseignements :
>> les-dissonances.eu

Christine Ducq
Lundi 9 Mai 2016

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique







À découvrir

Au 41e Festival de la Vézère souffle l’esprit de la musique

Le festival de référence en Corrèze poursuit son aventure malgré la disparition de sa regrettée fondatrice. Il offrira cette saison encore de très beaux rendez-vous musicaux.

Festival de la Vézère 2020, concert de la famille Pidoux © 28mmphoto.
Pour sa 41e édition, le Festival de la Vézère fera vivre l'esprit des lieux puisque Diane du Saillant poursuit la belle mission que s'étaient fixés ses parents, Isabelle et Guy : donner la plus grande audience à la musique et à l'opéra en Corrèze en région Nouvelle-Aquitaine. Elle est donc à la tête depuis cette année du festival fondé en 1981 et entend même le développer. Dix-neuf événements forts rassemblant 150 artistes dans treize lieux remarquables sont offerts dès le début de juillet et ce, pour plus d'un mois.

Fidèle à son esprit alliant exigence et éloge de la beauté, invitant nouveaux venus et artistes fidèles, la manifestation entend rassembler un public très divers : jeunes, familles, mélomanes avertis et amateurs estivaux de sensations nouvelles. De nombreux lieux patrimoniaux se sont ajoutés au cours des quatre décennies mettant le public aux premières loges de l'excellence musicale. En cette année 2022 s'y ajoutent deux nouveaux : les Ardoisières de Travassac et les Jardins de Colette à Varetz. Ce dernier accueillera le 20 juillet Alex Vizorek et le Duo Jatekok, les talentueuses sœurs pianistes, pour un "Carnaval des animaux" de Saint-Saëns attendu.

Outre le désormais traditionnel week-end lyrique des 5, 6 et 7 août au Château du Saillant, rendu possible grâce à la formidable compagnie du pianiste Bryan Evans, Diva Opéra (avec "Tosca" et "Cosi fan tutte" cet été), voici une petite sélection d'évènements inratables chinés au cœur d'un riche programme.

Christine Ducq
25/06/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Fantasio" L'expression contemporaine d'un mal-être générationnel

"Buvons l'ami et songeons à ce mariage point désiré." Éternel sujet maintes fois traité par nos grands auteurs classiques, l'union "forcée" reste encore d'actualité et l'acte de résistance qu'opposent les femmes, quel que soit le pays, peut induire une forme de rébellion et une revendication d'indépendance, d'autonomie, de liberté qui traversent facilement le prisme de la modernité.

© Andreas Eggler.
Il y a des compagnies et des metteurs en scène que l'on a particulièrement plaisir à suivre, à retrouver. Qui nous offre des moments où l'on aime sans crainte laisser se glisser nos oreilles, nos yeux, notre attention dans le confort d'une nouvelle création dont on sait quasiment par avance qu'elle nous régalera, ravira tous nos sens. Un spectacle de la Cie de L'Éternel fait assurément partie de ces petits bonheurs qui sont résolument inscrits dans une pratique novatrice, fougueuse, audacieuse et talentueuse de l'art des saltimbanques… celui qui réjouissait les foules au temps des tréteaux, des "sauteurs de bancs"*.

Au cœur de la pièce de Musset se joue le mariage politique de la princesse Elsbeth, enjeu d'un pays/royaume, décevant, sans vigueur et sans perspective pour les jeunes générations, à la gouvernance désabusée. En contrepoint, Fantasio, jeune homme désespéré - fuyant la routine, l'ennui qui naît du quotidien, la lassitude du "rien faire" -, désargenté et à l'avenir incertain, se joue des conventions, peu respectueux de la gente bien-pensante. Endossant de manière inattendue la posture et le costume de bouffon, habité d'une folle énergie soudaine et d'excès de lucidité bénéfique, il bouleverse la donne, sème un joyeux et revigorant bordel, boosté par un esprit vif et pertinent, et fait imploser sans violence le mariage.

Gil Chauveau
23/06/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Eurydice aux Enfers" Vivre comme mourir engage l'être tant dans son âme que dans son corps

Ayant perdu son épouse Eurydice, Orphée pleure sa mort durant la cérémonie funèbre. Zeus, voyant le chagrin du jeune homme, l'autorise à descendre aux Enfers pour qu'il aille chercher sa bien-aimée. Une seule condition lui est imposée : qu'il ne croise le regard d'Eurydice à aucun moment.

© Julie Mitchell.
Accueilli d'abord avec hostilité par les Esprits infernaux, Orphée est ensuite guidé par les Ombres heureuses dans le paysage des Champs-Élysées et elles lui rendent Eurydice. Tous deux chantent le bonheur retrouvé et Orphée veille à ne pas regarder son épouse. Mais celle-ci commence à douter de l'amour d'Orphée qui lui refuse tout contact. Tenu au silence, Orphée finit pourtant par briser le serment et témoigne son amour à Eurydice : la jeune femme s'effondre aussitôt, laissant à nouveau Orphée seule. Toutefois, grâce à l'intervention de l'Amour, ils seront bientôt unis pour l'éternité.

Tel est le résumé du célèbre mythe d'Orphée et Eurydice. Mais c'est avec une grande modernité et une grande audace que la Compagnie de l'Eau qui Dort, sous la houlette de Gwendoline Destremau, a revisité ce dernier. Ici, c'est Eurydice qui traverse la croûte terrestre pour retrouver son amant Orphée décédé. Elle rencontre de multiples cadavres et créatures qui font de sa route vers l'amour un véritable chemin initiatique. La mise en scène, d'une modernité heureuse et lumineuse, met l'accent sur une incontestable dimension féminine sans toutefois afficher de grandes revendications féministes auxquelles on est souvent confronté ! Car dans cette pièce, tout est soigneusement sobre à ce sujet, juste et subtile.

Brigitte Corrigou
25/06/2022