La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

David Grimal et Les Dissonances : "La musique rétablit le lien avec soi-même et avec les autres"

Interview en deux parties : 1ère partie

Alors que l'orchestre Les Dissonances entame une tournée dès le 23 mai et que ce collectif de musiciens vient de fêter ses 10 ans d'existence, nous avons souhaité rencontrer son fondateur, le violoniste David Grimal. Avec son franc-parler habituel, cet homme de convictions fortes évoque avec nous tous les sujets, sans tabou. De la politique, du conservatisme du milieu musical français à ce que devrait être la philosophie du concert, attention… propos sans filtre !



© DR.
© DR.
Quand vous consultez le site des Dissonances et que vous prenez connaissance de leur philosophie, les mots-clés employés font mouche. Relevons-les, ils sont beaux : "liberté", "enrichissement mutuel", "défis", "organisation participative" et "partage fraternel de la musique". Cet orchestre, qui a prouvé brillamment qu'on pouvait revitaliser de (vastes) chefs-d'œuvre du répertoire sans chef, est une structure dans laquelle tous les musiciens venus de toute l'Europe se cooptent par affinités. Unis dans une même exigence artistique, il s'agit de dissoner dans le ronron du paysage de la musique classique. Rencontre passionnante avec son fondateur - et violoniste qui ne voulait pas être "roi".

Christine Ducq - En ce moment, quelques musiciens avec "Orchestre debout" se sont engagés dans le mouvement "Nuit debout". Créer Les Dissonances était aussi un acte engagé ?

David Grimal - Oui, c'est un acte engagé vers la musique, également engagé socialement. Nous parlons d'équité, de collaboration, de donner des concerts pour les sans-abris, nous parlons d'éducation. Ce sont des engagements forts. Mais je ne suis pas sûr que cela ait grand chose à voir avec ce qui se passe Place de la République. Je ne me sens pas d'affinités particulières avec "Nuit debout" même si je ressens la volonté des gens de changer les choses. Mais je n'ai pas l'impression qu'il y ait vraiment de méthode. De toute façon, Les Dissonances n'est pas un projet protestataire.

Vous avez parlé de projet alternatif, il me semble ?

David Grimal - C'est un projet différent, qui s'inscrit dans le monde tel qu'il est. Je ne suis pas forcément en adéquation avec les valeurs portées par le monde de la culture tel qu'il est organisé aujourd'hui. Puisqu'il s'agit surtout de rentabilité économique, de remplissage de salles, d'audimat - choses qui, à mon sens, ne devraient pas être au premier plan pour la culture. De même qu'il ne me paraît pas cohérent de vouloir rentabiliser les hôpitaux ou l'éducation. Bien-sûr, je suis sensible à la volonté de changer le monde.

© J.-B. Gloriod.
© J.-B. Gloriod.
Mais pas à la manière du mouvement "Nuit debout" ?

David Grimal - Le problème est de proposer quelque chose de cohérent et d'organisé quand on conteste les structures établies. On voit de tous les côtés la volonté de changer la donne et Les Dissonances y participe, bien entendu, mais c'est très difficile de faire bouger les lignes. On s'en aperçoit dans tous les domaines de la société. Il faut être patient et dans la proposition constructive.

Ce qui a été un catalyseur pour le projet de l'orchestre a été la résidence à l'Opéra de Dijon ?

David Grimal - Oui, un orchestre sans maison n'est pas possible et il est nécessaire d'avoir des résidences. Nous avons d'abord eu le soutien du Volcan au Havre puis la très belle salle de l'Opéra de Dijon pour réaliser nos enregistrements (1) et la Philharmonie de Paris qui nous accompagne depuis le départ. Nous sommes un projet itinérant mais avec des points d'ancrage, sans lesquels rien ne serait possible. D'autant plus qu'aujourd'hui nous initions des projets très lourds qui coûtent beaucoup d'argent. Cela ne s'improvise pas.

Vous débutez votre tournée en Suisse. Où en sont vos projets de concerts dans d'autres pays ?

David Grimal - Nous avons des projets à plus long terme. Nous verrons s'ils se réalisent ou pas - en Asie, en Amérique latine et toujours en Europe. Mais le problème, c'est l'économie. L'offre culturelle est pléthorique, nous sommes même dans un paysage saturé d'offres de tous ordres - et nous sommes en "concurrence" avec des orchestres très installés, subventionnés pour la plupart et qui coûtent moins cher à faire voyager. Les Dissonances sont très peu subventionnés par rapport à son budget artistique, même si cette année nous allons avoir plus de soutien de la part de l’État. Nous n'avons pas forcément encore trouvé les sponsors qui nous permettraient de réaliser de grandes tournées. Nous verrons bien. Beaucoup de structures aimeraient nous inviter mais sans en avoir les moyens.

Votre modèle d'orchestre sans chef est quasiment unique en France comme ailleurs ?

David Grimal - La dimension qu'a prise le projet est effectivement unique au monde. En revanche des orchestres sans chef pour des répertoires tels que ceux que nous avons enregistrés se sont développés. Mais nous avons bien été les premiers à exister.
Sur des répertoires d'œuvres symphoniques telles que les œuvres de Debussy ou Tchaïkovski, nous représentons un cas unique. Nous proposons un modèle nouveau qui doit faire la preuve de sa validité. Je crois que c'est en très bonne voie.

© DR.
© DR.
Cependant un peu comme les modes de pensée alternative par rapport au monde politique traditionnel, toute une partie de la population est extrêmement sensible à notre action - et une autre partie tout à fait insensible. Je pense notamment à une partie du monde musical conservateur qui n'arrive même pas à envisager que notre projet puisse être intéressant.
Prenons un exemple, nos coffrets (2) récemment sortis ont eu un retentissement et un succès extraordinaires en Allemagne, en Angleterre dans tous les médias dont la presse musicale spécialisée. En France nous avons eu de très bons articles dans les médias généralistes mais rien dans la presse spécialisée ! Le seul magazine français de musique classique qui en a parlé jusqu'à présent ("Classica" pour ne pas le nommer) a consacré deux lignes en bout de revue à notre dernier coffret. Bref, neuf disques, deux DVD, deux lignes ! Voilà l'accueil qu'on nous fait dans une certaine presse spécialisée française ! Ont-ils même pris le temps d'écouter quelque chose ? À la lecture des quelques mots qui nous sont consacrés, on peut légitimement en douter…

Un orchestre sans chef dans ce répertoire d'œuvres assez monumentales est inenvisageable pour cette presse spécialisée ?

David Grimal - Les Dissonances est une entité qui ne rentre pas dans leurs schémas. Dans un monde conservateur, ce n'est pas un cas isolé. Beaucoup n'adhèrent pas à notre idéal ou tout simplement ne le comprennent-ils pas. Je le répète : ils ne se donnent même pas la peine de nous écouter. Notre orchestre, pourtant dans l'air du temps avec son idéal d'intelligence collective, de collaboration plus horizontale, de créativité un peu renouvelée, est en but à un complet désintérêt d'une partie du monde musical. C'est bien la preuve qu'il y a un hiatus.

Vous avez écrit un très beau billet "La culture n'est pas une entreprise" dans le Huffington Post du 29 mars (3).

David Grimal - En effet, la culture à mon sens, comme l'éducation ou la santé publique, ne devrait pas obéir aux mêmes lois que le reste des activités économiques. Il ne devrait pas être question d'intérêts particuliers mais de la relation à l'autre et à l'histoire. En somme, c'est le ciment de nos sociétés que l'on est en train de mettre en danger au nom d'idéaux absents, me semble-t-il…

Pour en revenir à cette presse spécialisée française, elle est extrêmement liée avec les majors du disque et avec le monde musical traditionnel, qui contrôle 90 % de ce qui se passe. Quel contraste saisissant entre la qualité de ce que fait Les Dissonances, l'enthousiasme et le niveau des musiciens sur le plateau (ils viennent des meilleures formations européennes), l'enthousiasme de notre public toujours plus nombreux, tous nos amis mobilisés, et ce mépris absolu - on peut dire cela - pour ce que nous sommes, pour notre existence même.

Fin de la 1ère partie. Interview réalisée le 3 mai 2016.

(1) Les Dissonances a créé son propre label, distribué par Harmonia mundi.
(2) Mozart "The 5 Violin Concertos" Les Dissonances - David Grimal, 2015.
Coffret des 10 ans des Dissonances (Beethoven, Bartok, Mozart, Schubert, Schnittke, Chostakovitch, Schönberg et l'intégrale des symphonies de Brahms en DVD), 2016.
(3) 8e Rencontres internationales du Forum "Entreprendre la culture" Bordeaux-Avignon.


Programme complet et renseignements :
>> les-dissonances.eu

Christine Ducq
Lundi 9 Mai 2016

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique




    Aucun événement à cette date.
Vidéos les plus récentes



À découvrir

"Les femmes de la maison" L'épopée des luttes féminines sous le prisme d'une maison très spéciale

Voici la dernière pièce de Pauline Sales (écriture et mise en scène) qui a été présentée au Théâtre Paul Scarron du Mans devant un public professionnel restreint. Un privilège que d'assister à cette histoire que l'on sent chevillée au corps de sa créatrice. Il y est question de femmes artistes. Question également des femmes non artistes. Question de la liberté que les femmes ont peu à peu conquis depuis bientôt un siècle. Arrachant bribe après bribe le droit d'agir, de s'exprimer, le droit sur leur corps, leur sexualité, leurs choix. Et trouver enfin la puissance pour se détacher du diktat masculin si bien bétonné.

© Jean-Louis Fernandez.
L'histoire des "femmes de la maison" commence dans les années cinquante et se termine de nos jours. Elle va mettre en jeu une dizaine de personnages féminins sur trois périodes symboliques : les années cinquante, les années soixante-dix et 2022. Pour cela, Pauline Sales invente une maison qui sera le moyen de traverser le temps et l'espace. Cette maison est celle de Joris, un amoureux, par ailleurs cinéaste militant contre les méfaits des guerres. Il achète cette maison par amour pour une photographe, l'amour s'en va, il ne sait qu'en faire, alors il la prête à des artistes. Le hasard veut au départ que ce ne soit que des femmes - peintres, poètes, sculptrices… et cela se transforme en règle : seules des femmes artistes pourront venir un temps pour créer ici.

Première période, maison fermée entourée de bois. C'est l'après-guerre et l'artiste que Joris installe dans la maison dessine. Dessine en mode combat contre elle-même. Contre la pensée que chez elle, son mari, sa fille sont là comme une destinée de femme au foyer qu'elle refuse. Combat contre le mal que cela peut faire.

Bruno Fougniès
25/08/2021
Spectacle à la Une

"Marilyn Inside" Dévoiler Marilyn pour tenter de retrouver l'intimité secrète de Norma Jean

Qui était-elle, réellement ? Être dual, aux structures intimes complexes, celles d'une âme en quête de sérénité, de sincérité. D'un côté Marilyn, sex-symbol fabriqué par le cinéma hollywoodien des années cinquante, ou Norma Jeane, femme-enfant à la vie chaotique, ballotée entre une mère atteinte de troubles psychologiques graves et les placements dans de multiples familles d'accueil. Confrontation ou rencontre imaginaire entre ces deux fantômes, souvenirs de ces deux réalités successives, tentative de traversée du miroir, c'est ce que nous propose l'étonnant et réussi "Marylin Inside".

© Clarisse Bianco.
Incarnation féminine idéalisée jusqu'à en devenir une icône planétaire, tempête sensuelle à la robe blanche virevoltante, blonde écervelée à la jeunesse intemporelle… Elle fut tout cela tout en restant une femme mystérieuse, secrète que seules la captation de regards fugaces, la perception de fragiles coups d'œil éphémères laissaient deviner. Actrice quasi vénérée malgré ses extravagances conjugales, ses dépressions et, parfois, ses excès de consommation d'alcool et/ou de médicaments, elle était à la fois saisissante et insaisissable.

L'auteure, Céline Barcaroli, nous propose une traversée intérieure dans la dualité d'une femme publique où se confronte et se rencontre les deux faces de celle qui bouleversa à jamais la représentation cinématographique féminine - registre "blonde incendiaire" - tout en exposant involontairement, puis volontairement, ce que peuvent être les fragilités et les failles d'un être sublimé. Son propos, fondé sur du réel, nous emporte dans le fictionnel pour effleurer, parfois approcher, ce qu'ont pu être les mystères, les fêlures indicibles, les tourments naissant d'une continuelle et insatiable quête d'amour.

Gil Chauveau
01/10/2021
Spectacle à la Une

"L'âne et la carotte"… Siège de chaises !

Dans un spectacle qui mêle l'humour à la réflexion, Lucho Smit se livre à une série de numéros circassiens où, autour d'un récit, l'artiste raconte ses doutes, sa vision du monde et celle du cirque.

© František Ortmann - Letní Letná.
L'un des nombreux attraits du nouveau cirque, nommé aussi cirque contemporain, est sa capacité à surprendre et à faire découvrir aux spectateurs des arts de la scène aussi différents que du théâtre, de la chanson et/ou de la musique en plus des acrobaties. Le décor est aussi très important. Dans "L'âne & la carotte", le plateau découvre une colonne de chaises, ce dernier élément étant la matrice même de la scénographie. Ionesco aurait pu se retrouver dans celle-ci où leur amoncellement tient lieu d'œuvres de construction.

Lucho Smit tient l'équilibre pour un art, mais aussi pour une compagne du déséquilibre, les deux sont sœurs d'armes à chaque instant dans sa création. Cela démarre en trombe dans une course sur des chaises où celles-ci s'écroulent bien que l'artiste finisse assis sur la dernière de la rangée. Ce pourrait être le résumé de la représentation. Tout est en équilibre au travers des déséquilibres et s'il ne devait en restait qu'un, ce serait une et elle aurait quatre pieds et un dossier.

La voix off de Lucho Smit accompagne le spectacle pour raconter ses états d'âme, sa vision du monde et du cirque. On peut aimer cette narration comme en être agacé. J'ai eu les deux sentiments, agacé au début puis intéressé par le récit à la fin avec quelques longueurs toutefois. Les choses sont dites avec humour, même si ce n'est pas là où il excelle le plus, l'acrobatie du trait d'esprit n'étant pas celui du corps.

Safidin Alouache
05/10/2021