La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Dans une fraicheur, une spontanéité de jeunesse, "La Mouette" retrouve sa source Tchekhovienne

"La Mouette", Théâtre de l'Odéon, Paris

Un jeune homme, qui se pense auteur moderne et pense aimer, tue une mouette et se suicide. Des amis passent des soirées à jouer au loto, ou vont à la pêche, ou lisent, ou jouent du théâtre. Se divertissent. Une jeune fille des champs veut devenir actrice, tombe amoureuse d'un écrivain qui pourrait être son père. Se rêve muse, objet d'une nouvelle littéraire…



© Arno Declair.
© Arno Declair.
La vie a la légèreté d'une vie qui va. À peine l'épaisseur d'un fait divers. Tout juste quelques notes en marge d'un carnet. Quelques croquis hâtifs. Vacance. Gens de la ville et de la campagne. Côte à côte. "La Mouette" pourrait ne décrire que des scènes de la vie banale.

Mais l'auteur de "La Mouette", Anton Tchekhov (1860 1904) est médecin et connaît les pauvres. Il sait que l'Homme ne se nourrit pas que de pain mais aussi d'imaginaire. Ouvert sur les arts et les débats de son temps , son théâtre questionne, dans la brûlante actualité d'alors, le rôle du divertissement (comme miroir tendu au public bourgeois) et celui de l'Art. Alors que s'affirme, à la surface la comédie sociale, la tragédie, entre Réalisme et Symbolisme, affleure et explose comme un coup de feu.

Dans "La Mouette", Nina, simple mouflette des champs tout en muance et mouvance, vit la déchirure de l'image et de l'être, la malédiction de la Muse jusqu'à ce que, dans l'épuisement d'une vie, elle trouve la justesse du poème. Jusqu'à ce que, sa vie brisée, elle s'évanouisse d'un monde indifférent. Comme Konstantin, celui qui l'aimait et n'était pas aimé d'elle. Enfants déchus.

L'auteur élargit les interstices entre les personnages, fouaille leurs blessures secrètes, relie et noue les détails. Fait sens… Et le spectateur discerne, au delà des anecdotes, les hésitations, les silences, les non dits, les déchirures, les nervosités, les désirs, sous les mots et les attitudes, sous les différents registres de théâtre, la propension de l'homme à vouloir rejoindre un idéal et une dimension symbolique, à se rêver un destin, à se détruire en une fatalité.

© Arno Declair.
© Arno Declair.
C'est pourquoi, dans "La Mouette", le débat sur les différentes formes du théâtre est si aigu, si crucial pour le destin de Nina et Konstantin.

Thomas Ostermeier avec brio actualise le débat, confronte l'œuvre de Tchekhov à la scénologie la plus pointue. Il remet au présent les personnages, les immerge dans le monde actuel. La mise en scène avec bravade, insolence et ironie, s'appuie sur le travail d'improvisation à partir d'une trame (en français moderne story telling en mode stanislavskien), dévide l'actualité ainsi que l'histoire du théâtre moderne. Un prologue provocateur et d'apparence gratuit démonte les travers des scénographies à la mode, leur sens du vide, leur outrance à affirmer la théâtralité d'un "Théâtre du non Théâtre" tout en évitement de l'intime.

Le spectateur peut rire devant les selfies ou les montées au micro ou devant les scènes à effet vidéo. Par leur trop léché, leur trop convenu, par leur maitrise esthétique, le metteur en scène, s'il déclenche une connivence, pointe aussi la gêne qui apparaît devant les intimités exhibées, les confessions d'émotion téléréalistiques. Le spectateur, bercé par une guitare à la musicalité nostalgique des années "Velvet Underground", est guidé, au fil du texte, dans sa découverte d'une épaisseur tout humaine.

Dans cette proposition, le jeu se développe sur la chaleur d'un parquet, dans la bonne distance, le plaisir des modulations des variations. La mise au présent s'effectue en tout naturel. L'on rit, l'on ressent l'intensité ainsi que la pesanteur des choses. Au lointain, le regard est capté par un dessinateur qui retrouve la tradition de la toile peinte en direct.

Comme une vignette immense. Cette mouette prend la saveur et la légèreté d'un croquis de paysage à l'encre liquide : un mouchetis d'aquarelle estivale, des impressions d'une falaise et d'un lac. Une Sainte Victoire qui vire à l'abstraction, au noir comme un Rothko ultime. Œuvre éphémère d'une rêverie que l'éclairagiste polit et qui marque la profondeur du temps qui passe, et fixe le destin dans le néant. Tout se décante alors.

Le spectateur entre en silence et écoute l'histoire d'une jeune fille qui sut devenir une mouette et disparut. Comme tous ceux qui l'entouraient mais dont il lui reste comme une conscience, le sensation d'une brûlure.

C'est ainsi que, dans une fraicheur et une spontanéité de jeunesse, le spectacle retrouve sa source Tchekhovienne. La Texture et le Goût et l'Art du Théâtre en toute fidélité du propos de l'Auteur.

"La Mouette"

Mise en scène : Thomas Ostermeier.
Traduction : Oliver Cadiot.
Adaptation : Thomas Ostermeier.
Avec : Bénédicte Cerutti, Marine Dillard, Valérie Dréville, Cédric Eeckhout, Jean-Pierre Gos, François Loriquet, Sébastien Pouderoux de la Comédie-Française, Mélodie Richard, Matthieu Sampeur.
Musique : Nils Ostendorf.
Scénographie : Jan Pappelbaum.
Dramaturgie : Peter Kleinert.
Lumière : Marie-Christine Soma.
Costumes : Nina Wetzel.
Création peinture : Katharina Ziemke.
Durée : 2 h 30.

Du 20 mai au 25 juin 2016.
Du mardi au samedi à 20 h, dimanche à 15 h.
Théâtre de l'Odéon, Paris 6e, 01 44 85 40 40.
>> theatre-odeon.eu

Jean Grapin
Jeudi 26 Mai 2016

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022


Brèves & Com



Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

"Salle des Fêtes" Des territoires aux terroirs, Baptiste Amann arpente la nature humaine

Après le choc de sa trilogie "Des Territoires", dont les trois volets furent présentés en un seul bloc de sept heures à Avignon lors du Festival In de 2021, le metteur en scène se tourne vers un autre habitat. Abandonnant le pavillon de banlieue où vivait la fratrie de ses créations précédentes, il dirige sa recherche d'humanités dans une salle des fêtes, lieu protéiforme où se retrouvent les habitants d'un village. Toujours convaincu que seul ce qui fait communauté peut servir de viatique à la traversée de l'existence.

© Pierre Planchenault.
Si, dans "La vie mode d'emploi", Georges Perec avait imaginé l'existence des habitants d'un bâtiment haussmannien dont il aurait retiré la façade à un instant T, Baptiste Amann nous immerge dans la réalité auto-fictionnelle d'une communauté villageoise réunie à l'occasion de quatre événements rythmant les quatre saisons d'une année. Au fil de ces rendez-vous, ce sont les aspirations de chacun qui se confrontent à la réalité - la leur et celle des autres - révélant, au sens argentique d'une pellicule que l'on développe, des aspérités insoupçonnées.

Tout commence à l'automne avec l'exaltation d'un couple de jeunes femmes s'établissant à la campagne. Avec le montant de la vente de l'appartement parisien de l'une d'elles, écrivaine - appartement acquis grâce au roman relatant la maladie psychiatrique du frère qui les accompagne dans leur transhumance rurale -, elles viennent de s'installer dans une usine désaffectée flanquée de ses anciennes écluses toujours en service. Organisée par le jeune maire survient la réunion du conseil consultatif concernant la loi engagement et proximité, l'occasion de faire connaissance avec leur nouvelle communauté.

Yves Kafka
17/10/2022
Spectacle à la Une

"Play/replay" The Rat Pack Compagnie fait son cirque… et son cinéma... Action !

Après le succès mondial de "Speakeasy", la compagnie circassienne The Rat Pack est de retour avec une création intitulée "Play/Replay". Explorant précédemment le genre "films de gangsters" au cœur d'un bar clandestin - que l'on appelait, au temps de la prohibition, un "speakeasy" -, nous les découvrons pour ce nouveau spectacle sur un plateau en plein tournage d'une scène caractéristique des "films d'action", le cambriolage d'un objet précieux. On retrouve donc avec plaisir ce qui fait aujourd'hui leur marque de fabrique… un cocktail explosif mêlant acrobatie, musique et cinéma… plus, cette fois-ci, l'humour décalé de Jos Houben !

© Zenzel.
Imaginez un joyau convoité, un œuf précieux - façon œuf de Fabergé - protégé par des faisceaux verts que l'on perçoit bien dans une nuit noire et volontairement enfumée. Quoi de mieux pour exercer ses talents d'acrobate que le franchissement subtilement chorégraphié de ceux-ci. Ainsi débute "Play/Replay" avec cette scène ô combien classique digne d'un "Mission Impossible", d'un Ocean's Twelve (référence directe à l'œuf) ou d'un James Bond... Et la magie opère. Les six artistes de The Rat Pack - usant souvent du jeu d'ombres chinoises et de ses effets de mystères en "noir et blanc" - déploient humour et créativité pour se jouer des codes de ce genre cinématographique et les détourner avec espièglerie et autodérision.

Au fil des séquences - certaines reproduisant des cascades ou des défis réputés impossibles, improbables ou nécessitants de judicieux trucages -, ils réalisent des numéros s'enchaînant avec fluidité, sans temps mort, où il est fait appel à la roue Cyr, aux nombreuses déclinaisons du main à main, aux multiples variations du corps à corps, aux périlleux exercices de voltige, etc. Ainsi, culbutes, chutes, bagarres, explosions, ralentis, flashbacks, courses-poursuites - tout autant haletantes que burlesques -, attitudes figées clownesques alimentent l'histoire qui nous est contée et les coulisses qui nous sont dévoilées.

Gil Chauveau
20/12/2022
Spectacle à la Une

Dans "Nos jardins Histoire(s) de France #2", la parole elle aussi pousse, bourgeonne et donne des fruits

"Nos Jardins", ce sont les jardins ouvriers, ces petits lopins de terre que certaines communes ont commencé à mettre à disposition des administrés à la fin du XIXe siècle. Le but était de fournir ainsi aux concitoyens les plus pauvres un petit bout de terre où cultiver légumes, tubercules et fruits de manière à soulager les finances de ces ménages, mais aussi de profiter des joies de la nature. "Nos Jardins", ce sont également les jardins d'agrément que les nobles, les rois puis les bourgeois firent construire autour de leurs châteaux par des jardiniers dont certains, comme André Le Nôtre, devinrent extrêmement réputés. Ce spectacle englobe ces deux visions de la terre pour développer un débat militant, social et historique.

Photo de répétition © Cie du Double.
L'argument de la pièce raconte la prochaine destruction d'un jardin ouvrier pour implanter à sa place un centre commercial. On est ici en prise directe avec l'actualité. Il y a un an, la destruction d'une partie des jardins ouvriers d'Aubervilliers pour construire des infrastructures accueillant les JO 2024 avait soulevé la colère d'une partie des habitants et l'action de défenseurs des jardins. Le jugement de relaxe de ces derniers ne date que de quelques semaines. Un sujet brûlant donc, à l'heure où chaque mètre carré de béton à la surface du globe le prive d'une goutte de vie.

Trois personnages sont impliqués dans cette tragédie sociale : deux lycéennes et un lycéen. Les deux premières forment le noyau dur de cette résistance à la destruction, le dernier est tout dévoué au modernisme, féru de mode et sans doute de fast-food, il se moque bien des légumes qui poussent sans aucune beauté à ses yeux. L'auteur Amine Adjina met ainsi en place les germes d'un débat qui va opposer les deux camps.

Bruno Fougniès
23/12/2022