La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Dans une fraicheur, une spontanéité de jeunesse, "La Mouette" retrouve sa source Tchekhovienne

"La Mouette", Théâtre de l'Odéon, Paris

Un jeune homme, qui se pense auteur moderne et pense aimer, tue une mouette et se suicide. Des amis passent des soirées à jouer au loto, ou vont à la pêche, ou lisent, ou jouent du théâtre. Se divertissent. Une jeune fille des champs veut devenir actrice, tombe amoureuse d'un écrivain qui pourrait être son père. Se rêve muse, objet d'une nouvelle littéraire…



© Arno Declair.
© Arno Declair.
La vie a la légèreté d'une vie qui va. À peine l'épaisseur d'un fait divers. Tout juste quelques notes en marge d'un carnet. Quelques croquis hâtifs. Vacance. Gens de la ville et de la campagne. Côte à côte. "La Mouette" pourrait ne décrire que des scènes de la vie banale.

Mais l'auteur de "La Mouette", Anton Tchekhov (1860 1904) est médecin et connaît les pauvres. Il sait que l'Homme ne se nourrit pas que de pain mais aussi d'imaginaire. Ouvert sur les arts et les débats de son temps , son théâtre questionne, dans la brûlante actualité d'alors, le rôle du divertissement (comme miroir tendu au public bourgeois) et celui de l'Art. Alors que s'affirme, à la surface la comédie sociale, la tragédie, entre Réalisme et Symbolisme, affleure et explose comme un coup de feu.

Dans "La Mouette", Nina, simple mouflette des champs tout en muance et mouvance, vit la déchirure de l'image et de l'être, la malédiction de la Muse jusqu'à ce que, dans l'épuisement d'une vie, elle trouve la justesse du poème. Jusqu'à ce que, sa vie brisée, elle s'évanouisse d'un monde indifférent. Comme Konstantin, celui qui l'aimait et n'était pas aimé d'elle. Enfants déchus.

L'auteur élargit les interstices entre les personnages, fouaille leurs blessures secrètes, relie et noue les détails. Fait sens… Et le spectateur discerne, au delà des anecdotes, les hésitations, les silences, les non dits, les déchirures, les nervosités, les désirs, sous les mots et les attitudes, sous les différents registres de théâtre, la propension de l'homme à vouloir rejoindre un idéal et une dimension symbolique, à se rêver un destin, à se détruire en une fatalité.

© Arno Declair.
© Arno Declair.
C'est pourquoi, dans "La Mouette", le débat sur les différentes formes du théâtre est si aigu, si crucial pour le destin de Nina et Konstantin.

Thomas Ostermeier avec brio actualise le débat, confronte l'œuvre de Tchekhov à la scénologie la plus pointue. Il remet au présent les personnages, les immerge dans le monde actuel. La mise en scène avec bravade, insolence et ironie, s'appuie sur le travail d'improvisation à partir d'une trame (en français moderne story telling en mode stanislavskien), dévide l'actualité ainsi que l'histoire du théâtre moderne. Un prologue provocateur et d'apparence gratuit démonte les travers des scénographies à la mode, leur sens du vide, leur outrance à affirmer la théâtralité d'un "Théâtre du non Théâtre" tout en évitement de l'intime.

Le spectateur peut rire devant les selfies ou les montées au micro ou devant les scènes à effet vidéo. Par leur trop léché, leur trop convenu, par leur maitrise esthétique, le metteur en scène, s'il déclenche une connivence, pointe aussi la gêne qui apparaît devant les intimités exhibées, les confessions d'émotion téléréalistiques. Le spectateur, bercé par une guitare à la musicalité nostalgique des années "Velvet Underground", est guidé, au fil du texte, dans sa découverte d'une épaisseur tout humaine.

Dans cette proposition, le jeu se développe sur la chaleur d'un parquet, dans la bonne distance, le plaisir des modulations des variations. La mise au présent s'effectue en tout naturel. L'on rit, l'on ressent l'intensité ainsi que la pesanteur des choses. Au lointain, le regard est capté par un dessinateur qui retrouve la tradition de la toile peinte en direct.

Comme une vignette immense. Cette mouette prend la saveur et la légèreté d'un croquis de paysage à l'encre liquide : un mouchetis d'aquarelle estivale, des impressions d'une falaise et d'un lac. Une Sainte Victoire qui vire à l'abstraction, au noir comme un Rothko ultime. Œuvre éphémère d'une rêverie que l'éclairagiste polit et qui marque la profondeur du temps qui passe, et fixe le destin dans le néant. Tout se décante alors.

Le spectateur entre en silence et écoute l'histoire d'une jeune fille qui sut devenir une mouette et disparut. Comme tous ceux qui l'entouraient mais dont il lui reste comme une conscience, le sensation d'une brûlure.

C'est ainsi que, dans une fraicheur et une spontanéité de jeunesse, le spectacle retrouve sa source Tchekhovienne. La Texture et le Goût et l'Art du Théâtre en toute fidélité du propos de l'Auteur.

"La Mouette"

Mise en scène : Thomas Ostermeier.
Traduction : Oliver Cadiot.
Adaptation : Thomas Ostermeier.
Avec : Bénédicte Cerutti, Marine Dillard, Valérie Dréville, Cédric Eeckhout, Jean-Pierre Gos, François Loriquet, Sébastien Pouderoux de la Comédie-Française, Mélodie Richard, Matthieu Sampeur.
Musique : Nils Ostendorf.
Scénographie : Jan Pappelbaum.
Dramaturgie : Peter Kleinert.
Lumière : Marie-Christine Soma.
Costumes : Nina Wetzel.
Création peinture : Katharina Ziemke.
Durée : 2 h 30.

Du 20 mai au 25 juin 2016.
Du mardi au samedi à 20 h, dimanche à 15 h.
Théâtre de l'Odéon, Paris 6e, 01 44 85 40 40.
>> theatre-odeon.eu

Jean Grapin
Jeudi 26 Mai 2016

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Sabordage" Comme une synthèse de la modernité… une implosion écologique à venir, avenir sombre de notre monde…

Elle fut riche et belle, plaisante et paradisiaque, pays de cocagne… puis devint consommatrice et opulente, industrieuse, minière et calamité écologique, pour finir mendiante et désespérée, à l'avenir destructif d'une future terre qui coule à pic… C'est la "belle" histoire de l'île de Nauru*, miroir de notre prochain anéantissement - au délicat (!) mais définitif intitulé "6e extinction de masse" -, qui nous est contée par le talentueux Collectif Mensuel.

Narration aux allures de débats, de commentaires, d'échanges réalistes… Scénographie en une forme d'actions documentaires, visible au lointain par report vidéo "en direct", en rappel de notre monde de l'image, expression ironique de nos chaînes d'infos en continu pour une structure créative d'un théâtre pédagogique, d'un reportage théâtralisé… Car ici tout est vrai, le drame, les horreurs économiques, le dézingage des ressources et de l'environnement… le sabordage de l'île a vraiment eu lieu, sans parler des perspectives radieuses d'une fin en version sous-marine !

Le récit - dans un préambule exposant un éden de rêve aux allures de paradis touristique, sis à quelques encablures de la Papouasie-Nouvelle-Guinée (près de 2 700 km quand même !) - se construit sur un montage cinématographique et télévisuel où le collectif puise dans les séries et films des années soixantes-dix quatre-vingt, tous célèbres et ancrées dans nos imaginaires collectifs…

Gil Chauveau
11/10/2019
Spectacle à la Une

FAB 2019 "Concours européen de la chanson philosophique" La philosophie mise en musique dans un dispositif à faire kiffer "l'euro-vision"

Massimo Furlan, performer suisse mâtiné d'Italien, était dans ses jeunes années fan de l'Eurovision, de ses paillettes éblouissantes et de ses bluettes sentimentales réunissant joyeusement sa famille autour du petit écran. Près d'un demi-siècle plus tard, c'est la grande avant-scène du Carré qui le projette sous les sunlights en splendide ordonnateur - flanqué d'une superbe créature en robe lamé - de deux soirées "enchantées" dédiées à une vision de notre Monde. Comme quoi divertissement populaire et réflexion de pointe peuvent rimer ensemble…

FAB 2019
Reconstituant somptueusement le décorum kitsch du concours de l'Eurovision ayant à jamais impressionné ses premières émotions artistiques, le performer semble jubiler en détournant "sérieusement" le répertoire d'origine pour proposer un récital de onze chansons dont l'écriture a été confiée par ses soins à des philosophes, sociologues et autres chercheurs sachant penser le monde. L'interprétation de ces textes métaphoriques revient à des artistes costumés de manière délirante, projetés en direct par un vidéaste décuplant leur truculente présence scénique sur les notes d'un orchestre en live.

Quant au Jury réuni sur une singulière estrade roulante dénotant avec sa "notabilité", il est composé d'éminents professeurs d'université et sommités intellectuelles se prêtant avec grâce et bonheur au jeu de leur interprétation avant d'attribuer leur note. Le public - le genre l'impose - est sollicité en permanence afin de faire entendre également "sa voix" captée par un "votaton" chargé d'enregistrer le volume d'applaudissements attribué à chaque candidat.

Yves Kafka
15/10/2019
Sortie à la Une

"Fake"… Un "Peer Gynt" pour explorer le monde de l'info et de l'intox

"Fake - Tout est faux, tout est fou", Gare de l'Est, Paris

L'homme vagabonde sous les toits ferroviaires, au carrefour des âmes voyageuses… il est conteur. Peer Gynt partit aussi à l'aventure, cheminant entre rêve et réalité. Le narrateur s'en inspire pour démêler le vrai du faux… de notre réalité… Extraire le fake à l'ère des news…

Spectacle déambulatoire, performance de rues (ici intérieure), Fake convoque un conteur, un concepteur compositeur, des musiciens, pour une exploration d'un nouveau type où le spectateur, équipé d'un casque audio, se laisse emmener, au sens littéral comme virtuel dans une promenade découverte entre vraies et fausses informations.

Dans ce périple artistique, ce dernier garde toute liberté d'action, plus précisément de mouvements, déambulant dans l'espace proposé au fil de ses envies, de ses inspirations ou guidé par l'histoire, narration sonore, vocale et musicale, composée en direct et diffusée dans le casque et/ou influencé par la vue, le cheminement de l'acteur, Abbi Patrix, interprétant à sa façon Peer Gynt, exprimant son ressenti du lieu, posant des questions sur la véracité du réel ou interrogeant le badaud passant.

Les éléments sonores audibles dans le casque sont superposés, sans apparente cohérence mais peuvent stimuler ou orienter la perception du spectateur qui fait le choix d'être actif ou passif, ponctuellement ou de manière permanente, redevenant alors un simple observateur.

Gil Chauveau
10/10/2019