La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Dans une fraicheur, une spontanéité de jeunesse, "La Mouette" retrouve sa source Tchekhovienne

"La Mouette", Théâtre de l'Odéon, Paris

Un jeune homme, qui se pense auteur moderne et pense aimer, tue une mouette et se suicide. Des amis passent des soirées à jouer au loto, ou vont à la pêche, ou lisent, ou jouent du théâtre. Se divertissent. Une jeune fille des champs veut devenir actrice, tombe amoureuse d'un écrivain qui pourrait être son père. Se rêve muse, objet d'une nouvelle littéraire…



© Arno Declair.
© Arno Declair.
La vie a la légèreté d'une vie qui va. À peine l'épaisseur d'un fait divers. Tout juste quelques notes en marge d'un carnet. Quelques croquis hâtifs. Vacance. Gens de la ville et de la campagne. Côte à côte. "La Mouette" pourrait ne décrire que des scènes de la vie banale.

Mais l'auteur de "La Mouette", Anton Tchekhov (1860 1904) est médecin et connaît les pauvres. Il sait que l'Homme ne se nourrit pas que de pain mais aussi d'imaginaire. Ouvert sur les arts et les débats de son temps , son théâtre questionne, dans la brûlante actualité d'alors, le rôle du divertissement (comme miroir tendu au public bourgeois) et celui de l'Art. Alors que s'affirme, à la surface la comédie sociale, la tragédie, entre Réalisme et Symbolisme, affleure et explose comme un coup de feu.

Dans "La Mouette", Nina, simple mouflette des champs tout en muance et mouvance, vit la déchirure de l'image et de l'être, la malédiction de la Muse jusqu'à ce que, dans l'épuisement d'une vie, elle trouve la justesse du poème. Jusqu'à ce que, sa vie brisée, elle s'évanouisse d'un monde indifférent. Comme Konstantin, celui qui l'aimait et n'était pas aimé d'elle. Enfants déchus.

L'auteur élargit les interstices entre les personnages, fouaille leurs blessures secrètes, relie et noue les détails. Fait sens… Et le spectateur discerne, au delà des anecdotes, les hésitations, les silences, les non dits, les déchirures, les nervosités, les désirs, sous les mots et les attitudes, sous les différents registres de théâtre, la propension de l'homme à vouloir rejoindre un idéal et une dimension symbolique, à se rêver un destin, à se détruire en une fatalité.

© Arno Declair.
© Arno Declair.
C'est pourquoi, dans "La Mouette", le débat sur les différentes formes du théâtre est si aigu, si crucial pour le destin de Nina et Konstantin.

Thomas Ostermeier avec brio actualise le débat, confronte l'œuvre de Tchekhov à la scénologie la plus pointue. Il remet au présent les personnages, les immerge dans le monde actuel. La mise en scène avec bravade, insolence et ironie, s'appuie sur le travail d'improvisation à partir d'une trame (en français moderne story telling en mode stanislavskien), dévide l'actualité ainsi que l'histoire du théâtre moderne. Un prologue provocateur et d'apparence gratuit démonte les travers des scénographies à la mode, leur sens du vide, leur outrance à affirmer la théâtralité d'un "Théâtre du non Théâtre" tout en évitement de l'intime.

Le spectateur peut rire devant les selfies ou les montées au micro ou devant les scènes à effet vidéo. Par leur trop léché, leur trop convenu, par leur maitrise esthétique, le metteur en scène, s'il déclenche une connivence, pointe aussi la gêne qui apparaît devant les intimités exhibées, les confessions d'émotion téléréalistiques. Le spectateur, bercé par une guitare à la musicalité nostalgique des années "Velvet Underground", est guidé, au fil du texte, dans sa découverte d'une épaisseur tout humaine.

Dans cette proposition, le jeu se développe sur la chaleur d'un parquet, dans la bonne distance, le plaisir des modulations des variations. La mise au présent s'effectue en tout naturel. L'on rit, l'on ressent l'intensité ainsi que la pesanteur des choses. Au lointain, le regard est capté par un dessinateur qui retrouve la tradition de la toile peinte en direct.

Comme une vignette immense. Cette mouette prend la saveur et la légèreté d'un croquis de paysage à l'encre liquide : un mouchetis d'aquarelle estivale, des impressions d'une falaise et d'un lac. Une Sainte Victoire qui vire à l'abstraction, au noir comme un Rothko ultime. Œuvre éphémère d'une rêverie que l'éclairagiste polit et qui marque la profondeur du temps qui passe, et fixe le destin dans le néant. Tout se décante alors.

Le spectateur entre en silence et écoute l'histoire d'une jeune fille qui sut devenir une mouette et disparut. Comme tous ceux qui l'entouraient mais dont il lui reste comme une conscience, le sensation d'une brûlure.

C'est ainsi que, dans une fraicheur et une spontanéité de jeunesse, le spectacle retrouve sa source Tchekhovienne. La Texture et le Goût et l'Art du Théâtre en toute fidélité du propos de l'Auteur.

"La Mouette"

Mise en scène : Thomas Ostermeier.
Traduction : Oliver Cadiot.
Adaptation : Thomas Ostermeier.
Avec : Bénédicte Cerutti, Marine Dillard, Valérie Dréville, Cédric Eeckhout, Jean-Pierre Gos, François Loriquet, Sébastien Pouderoux de la Comédie-Française, Mélodie Richard, Matthieu Sampeur.
Musique : Nils Ostendorf.
Scénographie : Jan Pappelbaum.
Dramaturgie : Peter Kleinert.
Lumière : Marie-Christine Soma.
Costumes : Nina Wetzel.
Création peinture : Katharina Ziemke.
Durée : 2 h 30.

Du 20 mai au 25 juin 2016.
Du mardi au samedi à 20 h, dimanche à 15 h.
Théâtre de l'Odéon, Paris 6e, 01 44 85 40 40.
>> theatre-odeon.eu

Jean Grapin
Jeudi 26 Mai 2016

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.



    Aucun événement à cette date.
Vidéos les plus récentes



À découvrir

"Les femmes de la maison" L'épopée des luttes féminines sous le prisme d'une maison très spéciale

Voici la dernière pièce de Pauline Sales (écriture et mise en scène) qui a été présentée au Théâtre Paul Scarron du Mans devant un public professionnel restreint. Un privilège que d'assister à cette histoire que l'on sent chevillée au corps de sa créatrice. Il y est question de femmes artistes. Question également des femmes non artistes. Question de la liberté que les femmes ont peu à peu conquis depuis bientôt un siècle. Arrachant bribe après bribe le droit d'agir, de s'exprimer, le droit sur leur corps, leur sexualité, leurs choix. Et trouver enfin la puissance pour se détacher du diktat masculin si bien bétonné.

© Jean-Louis Fernandez.
L'histoire des "femmes de la maison" commence dans les années cinquante et se termine de nos jours. Elle va mettre en jeu une dizaine de personnages féminins sur trois périodes symboliques : les années cinquante, les années soixante-dix et 2022. Pour cela, Pauline Sales invente une maison qui sera le moyen de traverser le temps et l'espace. Cette maison est celle de Joris, un amoureux, par ailleurs cinéaste militant contre les méfaits des guerres. Il achète cette maison par amour pour une photographe, l'amour s'en va, il ne sait qu'en faire, alors il la prête à des artistes. Le hasard veut au départ que ce ne soit que des femmes - peintres, poètes, sculptrices… et cela se transforme en règle : seules des femmes artistes pourront venir un temps pour créer ici.

Première période, maison fermée entourée de bois. C'est l'après-guerre et l'artiste que Joris installe dans la maison dessine. Dessine en mode combat contre elle-même. Contre la pensée que chez elle, son mari, sa fille sont là comme une destinée de femme au foyer qu'elle refuse. Combat contre le mal que cela peut faire.

Bruno Fougniès
25/08/2021
Spectacle à la Une

•Off 2021• Sales Gosses Une approche vertigineuse et bouleversante de la maltraitance à l'école

Harcèlement, maltraitance ponctuelle ou récurrente… à l'école, à la maison, au travail, comment le traiter sur scène, comment prendre ou pas position ? Ici d'ailleurs, pas de prise de position, mais une exposition des faits, du déroulé des événements, en une manière de monologue où la comédienne Claire Cahen habite tous les personnages principaux, offrant l'accès au public à différentes appréciations du drame - victime, tyran, prof, mère - menant à une mise en perspective vertigineuse !

© Théâtre du Centaure.
Pour l'écriture de "Sales gosses", Mihaela Michailov s’est inspirée de faits réels. Une enseignante ligota une élève dans sa salle de classe, les mains derrière le dos, suite à son manque d'attention pour la leçon sur la démocratie qu'elle était en train de donner. Elle exposera ainsi l'enfant saucissonnée en exemple. Les "camarades" de cette petite-fille de onze ans, pendant la récréation, la torturons à leur tour. Elle sera retrouvée sauvagement mutilée… attachée dans les toilettes…

Dans une mise en scène que l'on perçoit nerveuse et précise, millimétrée, visant à l'efficacité, les choix de Fábio Godinho font être immédiatement lisible, mettant en quasi-training sportif la comédienne Claire Cahen et son partenaire musicien chanteur Jorge De Moura qui assure avec énergie (et talent) les multiples interventions instrumentales et/ou vocales. Metteur en scène, mais également performeur, Fábio Godinho joue clairement la carte de l'école "théâtre de la violence", de l'arène/stade où la victime est huée, vilipendée par la foule, cherchant à exprimer la performance telle que demandée sur un ring de boxe. Claire Cahen et Jorge De Moura sont à la hauteur jouant en contre ou en soutien avec le troisième acteur qu'est le décor !

Gil Chauveau
19/07/2021
Spectacle à la Une

•Off 2021• L'Aérien Le fabuleux défi de l'insoupçonnable légèreté de l'être…

Solliciter ressources du corps et de l'esprit unis dans la même entité afin d'affranchir l'humaine condition aux semelles de plomb de la pesanteur la clouant au sol, c'est le prodige réalisé par Mélissa Von Vépy "à l'apogée" de son art. À partir d'une vraie-fausse conférence sur les rapports entre l'Homme et les airs depuis que la Terre est Terre - écrite avec légèreté par Pascale Henry, complice inspirée -, la circassienne rivalise de grâces ascensionnelles. De quoi damer le pion, du haut de son Olympe, à Hermès au casque et chaussures ailées…

© Christophe Raynaud de Lage.
La conférencière au look décontracté étudié, chaussée de lunettes à monture d'écailles et d'escarpins mettant en valeur ses longues jambes, mallette à la main renfermant les planches évocatrices des tentatives humaines pour vaincre la résistance des airs (l'utilisation d'un Powerpoint n'aurait pas été assez daté…), s'emploie avec naturel et humour à survoler cette histoire à tire-d'aile… S'arrêtant cependant sur une reproduction d'Icare, celui par qui la faute advint. Pour avoir voulu voler toujours plus haut, l'intrépide, aux plumes assemblées de cire, s'est brûlé les ailes… et depuis, cette question récurrente : voler est-ce humain ?

Joignant gestes et paroles, elle ôte son blouson libérant des plumes virevoltantes autour d'elle et s'adonne à quelques envolées autour de sa chaise devenant vite le second personnage en scène. D'ailleurs, lorsque, dans le déroulé de sa conférence, elle évoquera les fabuleuses machines volantes nées de l'imaginaire de Léonard de Vinci, on se dit que cette prouesse d'horlogerie fine - que l'on doit à Neil Price - permettant de projeter en douceur ladite chaise jusque dans les cintres, mériterait de les rejoindre au panthéon des créations volantes…

Yves Kafka
26/07/2021